Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ ZAMIR c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9174/80
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1982-07-13;9174.80 ?

Analyses :

(Art. 34) RECOURS, (Art. 34) VICTIME, (Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE


Parties :

Demandeurs : ZAMIR
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 9174/80 Mohammed ZAMIR v/the UNITED KINGDO M Mohammed ZAMIR c/ROYAUME-UN I DECISION of 13 July 1982 on the admissibility of the application DÉCISION du 13 juillet 1982 sur la recevabilité de la requêt e
Article 5, paragraph I, of the Conventlon Right to security ojperson . Degree of precision required by the legal provisioru governing the anest of a person with a view to his deportation so as to make this detention reasonably foreseeable . Artlcle 5, paragraph 4, of the Convention : !n deportation proceedings the grounds of which are moreover contested. do "habeas corpus" proceedings comply with the requirement of this provision ? Issue relating to the length ojproceedings concernirtg the lawfulness of detemion . in particular where the person concerned is released on bail pending these proceedings.
Artlcle 6, paragraph 1, of the Convention An individual cannot be considered as charged with a criminal offence solely on the ground that for the purpose of administrative proceedings he is qualifted as an illegal entrant . Article 26 of the Convention : !n the United Kingdom an appeal to the Adjudicator is not an effective remedv for rhose who complain about their detention pending removal and not about the removal as such .
Artlcle 5, peragraphe I, de la Conventlon : Droit à la sûreté . Question du degré de précision requis des dispositions légales autorisant la détention d'une personne en vue de son expulsion pour que cette détention soit raisonnablement prévisible. Artlcle 5, paragraphe 4, de la Convention S'agissant d'une procédure en vue d'expulsion pour un motijpar ailleurs contesté, une procédure d'habeas corpus répond-elle aux exigences de cette disposition ?
- 153 -
Question de la durée de l'examen d'un recours po rt ant sur la légalité de la détention . notamment lorsque ('intéressé est mis en liberté sous caution au cours de cet examen . Article 6, peragraphe I, de la Conventlon : Une personne ne peut être considérée comme étant sous le coup d'une accusation pénale du seul jait qu'aur ftns d'une procédure administrative elle est qualifiée d'immigrant irrégulier. Article 26 de la Conventlon : Au Royaume-Uni . le recours auprès de t'autorité supérieure en niatière d'immigration (Adjudicator) n'est pas un recours e,ff+cace pour qui se plaint de sa détention en vue d'expulsion et non de l'expulsion elle-ntém e
(%rançais : voir p. 164)
THE FACTS
The applicant . Mr Mohammed Zamir, was born on 3 March 1957 in Lahore and is a citizen of Pakistan . On 27 November 1980 he was removed trom the United Kingdom to Pakistan where he now lives . He is represented in proceedings before the Commission bv Mr Stephen Grosz, of Messrs . Bindman & Partners, Solicitors . London, who has submitted a power of attorney to this eRect . On 11 December 1972, aged 15, the applicant applied to the British High Commission in Islamabad for an Entrv Certificate to enable him to accompany his mother to join his father who had settled in the United Kingdom since 1962 . The application, at first refused, was ultimatelv granted on 25 November 1975 and his passport was stamped with a'visi bearing the words "settlement to join father" . It appears that when the applicant applied for an Entrv Certificate in 1972 he was given an application form in English . It was filled out by an agent and the applicant placed his thumb print on it . The printed form of application was headed by notes which applicants were asked to read carefully, One of these, note (d), stated that holders of Entry Certificates will be presunted by the intmigration oft-icer in the United Kingdont to be qualified for admission unless he discovers (a) that the Entrv Certificate was obtained by t'raudulent representations or by concealment of facts which the applicant knew to be material, (b) that a change of circumstances after issue has removed the basis of the holder's claim to admission . The form described the applicant as unntarried and going to join his father on whose income he would be supported . In the course of subsequent proceedings it was stated bv a Home Office immigration oflicer that on lodging his application he would have been given a - 154 -
copy of a handout setting out the basis on which children were admitted to the United Kingdom and containing the following statement : "Generallv, children aged 18 or over must qualify for admission in their own right ; but an unmarried and fully dependent son under 21 or an unntarried daughter under 21 who formed pa rt of the family unit overseas ntav be admitted if the whole family are settled in the United Kingdom or are being admitted for settlentent, and adequate suppo rt and accontntodation is available for thent in the United Kingdom ." (Para . 39 of Statement of Immigration Rules for Control on Entrv EEC and other Non-Contmonwealth nationals - H .C . Paper (1972-73) No . 81) . The applicant denies that such a handout was given to him . He furt her states that at the time such handouts were available only in English which he could not read, write, speak or understand . In the appficant's affidavit he adds that he could not recall any such handouts being read or explained to him . Prior to his travelling to the United Kingdom, his ntother, in accordance with custom, arranged for him to be married within the Pakistani contmunity . The ntarriage took place on 10 Februarv 1976 . He later stated that he had not informed the United Kingdom authorities in Islamabad of his forthcoming marriage, because the ntarriage was arranged some weeks after the issue of the Entry Certificate . However, he claims that after his marriage had taken place he returned to the British High Comntissioner to point out that his father's name was mis-spelt on his Entry Certificate . On being asked why he left the matter so long he explained to the officer through an interpreter, that he had been "busv getting ntarried" . No notice was taken of his statement .
On 2 March 1976 the appficant, then aged 18, arrived at London, with the 'visa' . He was not asked if he was married and did not volunteer the information . The immigration officer granted leave to enter the United Kingdom for an indetinite period and stamped the passport to this effect . In July 1978, bv which time a son had been born to the applicant in Pakistan . his wife applied for an Entry Certificate for herself and her son to join the applicant . The Entry Clearance Officer in Islamabad informed the Honte Oftice of the application and queried the lawfulness of the applicant's entry in March 1 976 . The applicant was then interviewed on 30 August 1978 . He said that he had not informed the entrv cleararce officer when he married because he did not think it was necessarv . On his entry into the United Kingdom, he had not mentioned his ntarriage to the immigration officer because he had not been asked any questions concerning this . On being asked how he could regard hintself as a dependent of his father when he had undertaken ntarriage, h e - 155 -
apparently admitted that he had come to the United Kingdom purely for work for himself and his wife . Following this interview the authorities concluded that by not revealing the fact of his marriage the applicant had gained leave to nullity and he was an illegal entrant under Section 33 (1) of the Immigration Act 1971' . The applicant was then arrested on 2 October 1978 and detained in Winson Green Prison, Birmingham, pursuant to paragraph 16 (2) of Schedule 2 ot' the 1971 Act" pending the giving of directions . The applicant, who was in receipt of legal aid, made an ex parte application to the Divisional Court (High Court) for a writ of Habeas Corpus. The Court adjourned the application so that notice could be given to the Home Office which was done bv notice of motion dated 24 October 1978 . The applicant remained in prison until 19 December 1978 when he was released on bail . His application was heard and dismissed by the Divisional Court on 14 March 1979 . An appeal to the Court of Appeal was dismissed on 21 December 1979 . A further appeal to the House of Lords was dismissed on 17 Julv 1980 ss• . In the course of its decision, the House of Lords in a judgment delivere d b-v Lord Wilberforce, held that in an application for a writ of Habeas Corpus, the burden of proof rested on the applicant to show that his detention was unlawful . Fu rt hermore, it upheld the view expressed in both the Divisional Court and Court of Appeal that leave to enter which has been obtained by deception is vitiated as not being "leave given in accordance with this Act" within the meaning of Section 3(1) (a) of the 1971 ACT**** . In this regar d
* 5 .33 ( I) slates inrer alia that an "illegal entrant" nteans a person unlawfully entering or seeking to enter in breach of a deportation order or of the immigration laws and includes also a penon who has so entered . •' This provision reads as follows : "A person in respect of whom direclions may be given under any of paragraphs 8 to 14 above may be detained under the authority of an immigration oRcer pending the giving of directions and pending his removal in pursuance of ânydi re ctions given . " Paragraphs 8- 14 conce rn the powers of immigration officers and the Secreta ry of State to remove persons refused leave to enter and illegal entrants . ••• R . v . Secretary of State for the Home Department ex pane Zaniir . (1979) 2 ALL ER 849 ( Divisional Court), (1980) I ALL ER 641 (Court of Appeal) :(1980) 2 ALL ER 768 (Houso of Lords) . l'his provision reads as follows 3-(l) "Except as otherwise provided by or under this Act, where a person is not a pat rial (a) he .shall not enter the United Kingdom unless given leave to do so in accordance with this Act . . ."
-156-
ret'erence was made to the case of R . v . Secretary of State for the Home Departnient ex parte Hussain 1978 2 ALL ER 423 . The House of Lords proceeded to examine the scope of judicial review where the Secretarv of State or an immigration officer acting on his behalf decided that there had been deception . It rejected the applicant's submission that his detention could be considered lawful only if the court was satisfied that he was in tact guilty of deception and decided that the decision to remove the applicant and his consequent detention could only be attacked if it could be shown that there were grounds on which the Secretarv of State, through his officers, could have acted, or that no reasonable person could have decided as he did . In his elucidation of the policy factors underlving this standard of review, Lord WilberPorce stated as follows : "The immigration officer, whether at the stage of entry or at that of rentoval, has to consider a complex of statutory rules and non-statutory guidelines . He has to act on documentary evidence and such other evidence as inquiries may provide . Often there will be documents whose genuineness is doubtful, statements which cannot be verified, misunderstandings as to what was said, practices and attitudes in a foreign state which have to be estimated . There is roont for appreciation, even for discretion . The Divisional Court, on the other hand, on judicial review of a decision to remove and detain . is very differently situated . It considers the case on atïidavit evidence ; as to which cross-examination, though allowable, does not take place in practice . It is, as this case well exemplifies, not in a position to find out the truth between conFlicting statements : did the applicant receive notes, did he read them, was he capable of understanding them, what exactly took place at the point of entry . Nor is it in a position to weigh the materiality of personal or other factors present, or not present, or partially present, to the mind of the immigration authorities . It cannot possibly act as, in effect, a court ot' appeal as to the facts on which the immigration officer decided . What it is able to do, and this is the limit of its powers, is to see whether there was evidence on which the imniigration officer, acting reasonably, could decide as he did . " The House of Lords also rejected the applicant's submission that the immigrant's only duty was to answer truthfully any questions asked by the immigration officer and that he was under no duty to volunteer information . It held that :"an alien seeking entry into the United Kingdom owes a positive duty of candour on all material facts which denote a change of circumstances since the issue of the entry clearance . " Finally, the House of Lords concluded that the applicant was not candid in not revealing the fact of his ntarriage, a clear change of circumstances which was material to the immigration officer's decision and that in suc h - 157 -
circumstances the immigration officer had ample grounds for deciding that there had been deception . However, it added that if it were for the court to judge the matter for itself, it would still find that the applicant was guilty of deception since he presented his passport with the 'visâ stating "settlement to join father" when the applicant admitted that he had come to the United Kingdom "purelv for work for himself and his wife .' • The applicant was removed from the United Kingdom on 22 November 1980 to Pakistan : An appeal from there to an Adjudicator against his removal as an illegal immigrant, pursuant to Section 16 (1) of the 1971 Act', was rejected on 4 December 1981 . Leave to appeal to the Immigration Appeal Tribunal was refused on I I May 1982 .
COMPLAINTS AND SU6MISSION S Arllcle 5, paragraph I The'applicant complains that he is a victim of a practice ôf sunimary detention of illegal entrants and their removal, without adequate judicial control, which violates his right to security of person guâranteed by Article 5, paragraph 1 of the Convention . The right to security of person guarantees to the individual protection from arbitrary arrest in circumstances where he is wholly blameless and it is intplicit in the said right that an individual ought to be able to foresee with a reasonable degree of certaintv the circumstances in which he is liable to be arrested and detained . It is further implicit in the right to sècurity of person that there shall be adequate judicial control of arrest and detention . In support of the above submissions the applicant relies on the followin g matters :
.
•
. (a) The uncerlaintv in the law relating to the definition of an illegal éntran t and to the ambit of the duty of disclosure . In this respect he makes the following points : - Prior to the decision in R . v . Secrefary of State for the Home Department, ex parte Hussain 1978 2 ALL ER 423, the definition of illegal entrant was thought to extend onlv to those persons entering clandestinely . I n • The relevani parts of this provision mad as follows : "-(1) . . . where directions are given under this Act for a person's removal from the United Kingdom . . . (a) on the ground that he is an illegal entrant . . . 'then he may appeal to an adjudicator against those directions on the grounds that in the facts of his case there was in law no power to give them on the ground on which they were given . : . "
- 158 -
that case the Court of Appeal held that an apparent leave to enter which had been obtained bv deception is vitiated and that a person who has so entered is an illegal entrant . Prior to this decision the commonly held view of the law was shared by the authorities whose official statements contributed to this view . In this regard the applicant has submitted inter alia various official statements from the Home Secretary and the Secretary to the House of Commons . - Prior to the decision of the Divisional Court in the applicant's case it was uncertain whether the duty of an entrant exceeded an obligation not to perpetrate any active or deliberate fraud when answering questions put by the immigration ofïicer . - The question of dutv of disclosure and the concept of continuing representation remained uncertain in the Court of Appeal . In the applicant's case the Court of Appeal unanimously upheld the decision of the lower court holding that the presentation of his passport containing a visa amounted to a continuing representation as to his eligibility where an honest person would have informed the immigration officer of material changes in circumstances . However a ditPerentlv constituted Court of Appeal decided the case of Mangoo Khan on 13 February 1980 (6) .' In this case Lord Denning M .R . said a s . . . in a case such as the present, where the holder of an entry clearance presents himself, the immigration officer should examine hirri to 'see whether there has been a change of circumstances . It should not rest on the nian to disclose it . I would hold that there is no duty of disclosure . . ." - It was not until the applicant's case reached the House of Loi•ds tha t
the existence and ambit of the duty of disclosure were established and Rhe uncertainties set out above removed . The House of Lords held that the said duty was wider than anvone, including the authorities, had argued for at any stage of the applicant's case . , (b) The uncertainty in the law relating to the relevant date to judge the eligibility of a person who seeks an entry certiFicate . Prior to the decision of the Divisional Court in the applicant's case, it was thought both by practitioners and by the authorities that the relevant date was that on which the application f'or an entrvi certificate was made . The court held that the relevant date was that on which the entry certificate is granted . Accordingly the applicant would not have known whether material changes in circumstances were those which related to eligibility for children under 18 (as he was when he applied) or for children over 18 (as he was when the entry certifigâte ~vas i granted) and would, if at all, have thought the former . (c) The uncertainty in the law relating to the materiality of marriage to an application of a son under 18 . Unlike paragraph 39, paragraph 38 of th e • R . v . Secretary of State for the Home Depa rt ment, ex parte Khan, (1980) 2 ALL ER . 337-346
- 159 -
Rules did not provide that a son or daughter should be unmarried (7)-• It was undecided whether it was an implicit requirement . Accordingly the applicant would not have known whether his marriage was material and would, if at all, have thought it was not . (d) The unreasonable burden which the above uncertain practice placed upon the applicant in tha t - he was expected to know what changes in circumstances were relevant to his eligibility although he had received no hand-out setting out the provisions of the Rules ; although such hand-outs were in English ; although he was 15 and relatively uneducated ; although at the time he might have read it he would have been interested onlv in the parts relating to children under 18 ; although he entered the United Kingdom some three and a half years after he would have read the hand-out ; although the basis of his eligibility in the Rules was uncertain : although during the course of being interviewed the applicant was subject to questioning on several matters to that he could not know what was relevant . - the applicant was entitled to assume that the immigration officer , who was better placed to know the Rules, would asks him about all matters relevant to his eligibility, and that he did not need to volunteer information which was not sought ; although at the time, and until the decision of the House of Lords, there was thought to be no duty in law to disclose information, at least in circumstances where this was not fraudulent . (e) The absence of anv judicial control of the power to detain and remove in that, for the reasons set out below : - An application for Habeas Corpus provided no sut7icient safeguard - An appeal under Section 16 of the Immigration Act 1971 could be lodged only after the applicant had been removed, he would not have been allowed to att end the hearing, and the procedu re was unfair to an appellant . Article 5, peragraph I (f ) The applicant's detention was not lawful within the meaning of Article 5, paragraph 1(t) . In the alte rn ative, it was not in accordance with a procedure prescribed by law within the meaning of Article 5, paragraph 1 . In this respect the applicant refers to the Judgment of the European Court of Human Rights in the Sunday Times case . The applicant repeats the above submissions that the legal rules relating to illegal ent ry , disclosure and mate ri ali ty were not formulated with sufficient precision to enable the applicant to regulate his conduct . * Para . 38 of the Rules provided imer alia that children under 18 are to be admitted for settlement . . . if one parent is settled in the United Kingdom . . .
- 160 -
Artlcle 5, paragraph 4 The proceedings in the applicant's case to determine the lawfulness of his detention were not "speedy" within the meaning of Article 5, paragraph 4 . (a) The applicant was detained on 2 October 1978 , (b) He applied for a writ of Habeas Corpus on 23 October 1978 . The application was adjourned to give notice to the Home Secretary, which was done the following day . (c) The applicant was released on bail on 18 December 1978, by which time his application had not been determined . (d) The application was determined by the decision of the Divisional court on 14 March 1979. (e) The period of 20 weeks and 2 days front 23 October 1978 to 14 March 1979, alternatively the period of 8 weeks from 23 October 1978 to 18 December 1978, were wholly excessive . It is l'urther submitted that the proceedings in the applicant's case did not involve a decision as to the "lawfulness" of his detention . - The applicant's removal and a fbrtiori his detention pending removal, is lawful in accordance with the domestic law of the United Kingdom only if he is in fact an illegal entrant . In anv other case there is in law no power to give directions for removal and accordinglv no power to detain .
- In order to comply with Article 5, paragraph 4 the court ought to have verified the substantivejustiflcation for the applicant's detention, that is, it ought to have satisfied itself that the applicant was, on the facts, an illegal entrant . Finally, it is submitted that the proceedings in the applicant's case did not afford him the fundamental guarantees of judicial procedure applied in matters ot' deprivation of libertv which are inherent in the notion of a "court" within the nieaning of Article 5, paragraph 4 . The procedure applicable in the applicant's case provided guarantees which are markedlv inferior to those existing in criminal matters in the member states of the Council of Europe . In this regard the following submissions are mad e - the onus of proof was on the applicant to show that his detention was unlawtul, so that once the Secretary of State had shown that he had reasonable grounds for deciding that the applicant was an illegal entrant, the applicant had to show that there was no evidence on which the Secretary of State could reach his decision, or that no reasonable person in his position could have reached it .
- 161 -
- the Court did not hear oral evidence and cross-examination to find out the truth between the conflicting statements as to, inter alia, what the applicant knew or ought to have known about his eligibility to enter and the relevance of his marriage, and as to what was said at his various interviews . As a result . and as the burden of proof was on the applicant, conflicts of evidence were decided in favour of the Secretarv of State . Article 6 The applicant complains that the finding that he was an "illegal entrant" constituted, in etfect, the determination of a "criminal charge" . Reference in this respect is made to various otTences provided for in Sections 24-26 of the 1971 Act . He claims in particular a breach of Article 6, paragraph 2, since the burden of proof lay on him to prove the lawfulness of his presence in the United Kingdom, and Article 6, paragraph 3 .d, since in the habeas corpus proceedings he could not cross-examine witnesses against him .
THE LA W The applicant complains that his detention pending removal from the United Kingdom as an "illegal entrant" was not "in accordance with a procedure prescribed by law" or "lawful" within the meaning of Article 5, paragraph 1(t) of the Convention . He further complains under Article 5, paragraph 4, that he was not able to challenge the "lawfulness" of this detention "speedily" before a court as required by this provision . (1) Exhaustion of dornestic remedies The respondent Government submit that the application should be rejected for non-exhaustion of domestic remedies since at the time the complaint was registered the applicant's appeal under Section 16 of the Immigration Act was still pending . In addition the applicant had at no stage raised the claim before the courts that he had in fact informed the British authorities in Islamabad about his marriage . The applicant no longer maintains this claim before the Commission and submits that an appeal under Section 26 cannot be regarded as a sufficient remedv for his complaint of unlawful detention under the Convention . . The Commission notes that an appeal to an Adjudicator under Section 16 of the 1971 Act is an appeal against removal from the United Kingdom . It does not enable a petitioner to challenge the "lawfulness" of his detention pending re moval which constitutes the main basis of the applicant's complaints under the Convention . In these circumstances the Commission considers tha t
- 162 -
the applicant has not failed to exhaust his domestic remedies in respect of the tacts which underlie his complaint as required under Art icle 26 of the Convention . (2) Article 5 The applicant complains that there has been a breach of his right to "security of person" or in the alternative that his arrest and detention were not "in accordance with a procedure prescribed by law" or "lawful" under Article 5, paragraph 1(t) . He submits in this respect, relying on the decision of the European Court of Human Rights in the Sunday Times Case (Judgment of 26 April 1979, paras . 48-50) that the legal rules governing his arrest and detention were not reasonably foreseeable or formulated with sufficient precision . He invokes in particular the uncertainty in the law relating to the definition of an illegal entrant and the scope of the duty of disclosure . The respondent Government contend that the relevant legal rules were sufficiently foreseeable and that the applicant's arrest and detention was justified under Article 5, paragraph I (f), as being the "lawful arrest or detention of a person . . . against whom action is being taken with a view to deportation" . The applicant further alleges that he was not able to challenge the "tawfulness" of his detention as required by Article 5, paragraph 4, since the courts did not exantine the question of whether he was an illegal entrant . He further complains that the national proceedings were not in conformity with ' the requirement in this provision that they take place "speedily" . The Government contend that to satisfy the requirements of Article 5, paragraph 4, it is not necessary that the court should be able to review the underlying justitication for the decision to deport but only that it determine the justification for the detention, i .e . that he is detained pending the implementation of the administrative decision to remove from the country . Furthermore they submit that in the circumstances of the case, having regard in particular to the possibility of applying at an earlier time for release on bail, the proceedings complied with the requirement of "speed" in Article 5, paragraph 4 . The Commission considers that the present application raises complex issues of law and fact in respect of Article 5, paragraphs I and 4, the deterniination of which should depend on an examination of the merits of the application . It therefore concludes that the applicant's complaints under these provisions are admissibte . (3) Article 6 . paragraph I Finallv, the applicant complains that he was effectively charged with a criminal ofl'ence since the finding that he was an illegal entrant is tantamount to an allegation of criminal conduct covered by Section 24, paragraph 1(a) of the 1971 Act . He also alleges a breach of Article 6, paragraph 2, since th e
- 163 -
burden of proot' lay on him to prove the lawfulness of his presence in the United Kingdom and in addition a breach of Article 6 . paragraph 3 (d) since he was unable to cross-examine witnesses against him . The Commission notes that the applicant was removed from the United Kingdom as an illegal entrant on the basis that he had gained entry into the countrv by deception . He was not formally charged with anv criminal offence under SS . 24-27 ol'the 1971 Act . It was considered bv both the authorities and the courts that his leave to enter the countrv was nullified bv his failure in his duty ot candour, so that he became an illegal entrant in breach of the immigration laws under S . 33 (I) of the Act . In these circumstances the Commission is of the opinion that the administrative process leading to his removal does not involve the determination ot a criminal charge . Nor can his rentoval be regarded as a disguised criminal penaltv . It follows therefore that Article 6 is not applicable in the present case . This complaint must accordingly be rejected as rnanit'estly ill-founded
within the meaning of Article 27, paragraph 2, of the Convention . For these reasons, the Commissio n DECLARES INADMISSIBLE the application insofar as it raises issues under Article 6 of the Convention . DECLARES ADMISSIBLE the remainder of the application .
(TRADUCTION) EN FAIT Le requérant . M . Mohammed Zamir, né le 3 mars 1957 à Lahore, est ressortissant du Pakistan . Le 27 novembre 1980 il fut expulsé du Royaume-Uni au Pakistan, où il y vit actuellement . Dans la procédure devant la Commission, il est représenté par Maitre Stephen Grosz, du cabinet Bindmann et Cie à Londres . qui a produit une procuration à cet effet . Le 11 décembre 1972, alors qu'il était âgé de 15 ans, le requérant a dentandé à la Haute commission britannique à Islamabad un visa qui lui perntettrait d'accompagner sa mère et de rejoindre son père, établi au Royaume-Uni depuis 1962 . Cette demande, d'abord rejetée, fut finalement accueillie le 25 novembre 1975 et un . visa • portant les mots . établissement en vue de rejoindre le père » fut apposé sur-le passeport du requérant . - 164 -
Il semble que lorsque le requérant a demandé un visa en 1972 . on lui ait fourni une formule de demande en anglais . Celle-ci fut remplie par un fonctionnaire et le requérant y apposa l'empreinte de son pouce . La formule imprimée de demande portait en en-tête des notes que les demandeurs étaient invités à lire soigneusement . L'une d'elles, la note (d), stipulait que les détenteun de visas seraient réputés, aux yeux du fonctionnaire des services d'immigration au Royaume-Uni, remplir les conditions d'admission, sauf s'il venait à découvrir (a) que le visa avait été obtenu grâce à des déclarations mensongères ou à la dissimulation de faits dont le requérant connaissait l'intportance ;(b) qu'un changentent de situation après la délivrance du visa avait supprimé la justification de la demande d'admission du titulaire . Le forntulaire indiquait que le requérant était célibataire et allait rejoindre son père, qui subviendrait à ses besoins . Au cours de la procédure ultérieure, un fonctionnaire des services d'immigration au ministère de l'intérieur déclara que lorsque le requérant avait déposé sa demande, on n'avait pas manqué de lui remettre copie d'une note indiquant sur quelle base les enfants étaient admis au Royaume-Uni et contenant le passage suivant : « En principe, les enfants âgés de 18 ans ou plus doivent remplir eux-nt@mes les conditions d'admission, mais un fils de moins de 21 ans, célibataire et totalement à charge, ou une fille célibataire de moins de 21 ans, qui faisait partie de la cellule faniiliale outre-mer, peuvent être admis si toute la famille est établie au Royaume-Uni ou y est admise en vue de son établissement, et si au Royaume-Uni il existe des revenus et un logement suffisants pour eux . -
(Par. 39 de la déclaration sur la législation sur l'immigration en vue du contr6le de l'entrée : resortissants des pays de la CEE et autres ne faisant pas partie du Commonwealth, document H C (1972-73) n° 81) . Le requérant nie que pareille note lui ait été remise . En outre, d'après lui, ces notes n'existaient à l'époque qu'en anglais, langue qu'il ne pouvait ni lire, ni écrire, ni parler, ni comprendre . Dans une déclaration écrite sous serment, il ajoute ne pas se souvenir qu'une note lui ait été lue ou expliquée . Avant qu'il ne se rendit au Royaume-Uni, sa mère, selon la coutume, avait arrangé son mariage au sein de la communauté pakistanaise . Ce mariage eut lieu le 10 février 1976 . Le requérant a déclaré par la suite qu'il n'avait pas informé les autorités britanniques à Islamabad de son prochain mariage parce que celui-ci avait été arrangé quelques semaines après que le visa lui eut été délivré . Toutefois, il prétend qu'après son mariage, il est retourné voir le haut comntissaire britannique pour préciser que le nom de son père avait été mal orthographié sur son visa . Lorsqu'on lui a demandé pourquoi il avait été si long à se manifester, il expliqua au fonctionnaire par l'intermédiaire d'un interprète qu'il avait été +occupé à se marier . . Sa déclaration ne fut mentionnée nulle part .
- 165 -
Le 2 mars 1976 le requérant . alors âgé de 18 ans, arriva à Londres nanti du . visa . . On ne lui demanda pas s'il était marié et il ne donna pas de lui même cette information . Le fonctionnaire des services d'immigration lui accorda l'autorisation de pénétrer au Royaume-Uni pour une durée indéterminée et tamponna le passeport à cet effet . alors que le requérant avait eu un fils au Pakistan . sa .Enjuilet1978 femme demanda un visa pour elle-même et son fits en vue de rejoindre le requérant . Le préposé aux visas à Islamabad informa le ministère de l'intérieur de la demande et s'inquiéta de la régularité de l'entrée du requérant en mars 1976 . Le requérant fut interrogé le 30 août 1978 . Il déclara ne pas avoir informé le préposé aux visas de son mariage parce qu'il n'avait pas pensé que c'était nécessaire . Au moment de son entrée au Royaume-Uni, il n'avait pas mentionné son mariage au fonctionnaire des services d'immigration, aucune question ne lui ayant été posée à ce sujet . Lorsqu'on lui demanda comment il pouvait se considérer comme étant à la charge de son père alors qu'il avait contracté mariage, il admit apparemment qu'il était venu au Royaume-Uni simplement pour y chercher du travail pour lui-même et son épouse . A la suite de cet entretien, les autorités conclurent qu'en ne révélant pas son mariage, le requérant avait obtenu frauduleusement l'autorisation de pénétrer sur le territoire . En conséquence, cette autorisation était nulle et le requérant était un immigranl irrégulier au regard de l'article 33 (1) de la loi de 1971 sur l'immigration• . . Le requérant fut donc arrété le 2 octobre 1978 et détenu à la prison de Winson Green à Birmingham, par application de l'article .16 . paragraphe 2 de l'annexe 2 à la loi de 1971 " en attendant des directives . Le requérant . qui bénéficiait de l'assistance judiciaire, présenta une demande ex parte d'habeas corpus à la Divisional Court (High Court) . La cour ajourna l'affaire de façon que notification pût en être donnée au ministère de l'intérieur, ce qui fut fait le 24 octobre 1978 . • L'article 33 (1) stipule que l'expression «immigrant ir égutier . s'entend notammen t d'une personne qui pénèlre ou cherche à pénétrer sur le ter ri toire irrégulièrement, en violation d'un arrété d'expulsion ou des lois sur l'immigration . et inclut aussi une pe rs onne qui a ainsi pénétré sur le territoire : •• Cette disposition est ainsi libellce Une personne au sujet de laquelle des directives ri squent d'être p ri ses pa r :application de l'un quelconque des articles 8 à 14 ci-dessus peut être détenue sur l'ordre d'un fonctionnaire des services d'immigration en attendant les directiveset son expulsion en exécution des direclives données . . Les artictes 8 à 14 concernent les pouvoirs desfonctionnaires des services d'immigration et du minislre de refouler les personnes auxquelles l'auto ri sation d'entrer sur le terri loire est refusée . ainsi que les immigrants irréguliers
.-16
Le requérant demeura en prison laquelle il fut mis en liberté provisoire . sa demande le 14 mars 1979 . Un ret rejeté le 21 décembre 1979 . Un au Lords fut écarté le 17 juillet 19800 .
jusqu'au 28 décembre 1978, date à La Divisional Court examina et rejeta ours devant la Court of Appeal fut re recours devant la Chambre de s
Dans son arrêt, prononcé par Lord Wilberforce, la Chambre des Lords déclara que dans une demande d'habeas corpus, c'est au demandeur qu'il appartient de montrer que sa détention est irrégulière . Elle confirma en outre l'opinion exprimée tant par la Divisional Court que par la Court of Appeal d'après laquelle l'autorisation de pénétrer sur le territoire obtenue frauduleusement est entachée de nullité parce qu'il ne s'agit pas d'une -autorisation donnée conformément à la présente loi-, au sens de l'article 3(1) (a) de la loi de 1971" . Elle se référait à cet égard à l'affaire R . c . ministre de l'Intérieur ex parte Hussain 1978 2 ALL ER 423 . La Chambre des Lords passa à l'examen de l'étendue du contrôle judiciaire dans le cas où le ministre ou un fonctionnaire des services d'intmigration agissant en son nom décide qu'il y a eu fraude . Elle rejeta l'argument du requérant selon lequel sa détention ne pouvait être considérée comme régulière que si le tribunal s'était assuré qu'il était en fait coupable de fraude, et estima que la décision de refouler le requérant ainsi que la détention qui en avait résulté ne pouvaient étre attaquées que s'il pouvait être démontré qu'il n'y avait aucun motif pour lequel le ministre, par le truchement de ses fonctionnaires, aurait pu agir, ou qu'aucune personne raisonnable n'aurait pu se prononcer comme il l'avait fait . En explicitant les principes régissant l'étendue du contrôle, Lord Wilberforce s'exprima comme suit :
• Le fonctionnaire des services d'immigration, que ce soit au moment de l'entrée ou à celui du refoulement, doit envisager un ensemble de dispositions légales et de directives . 11 doit agir au vu de preuves littérales et de tous autres éléntents que l'enquête peut lui fournir . Il arrive souvent que l'authenticité de documents soit douteuse, que des déclarations ne puissent être vérifiées, qu'il y ait des malentendus quant à ce qui a été dit, que les pratiques et les attitudes qui ont cours dans un Etat étranger doivent être prises en compte . 11 y a place pour l'appréciation, voire la discrétion .
* R .c . Ministre de l'Intérieur ex parte Zamir (1979) 2 ALL ER 849 (Divisional Court) . (1980) . I ALL ER 641 (Coun of Appeal) ;(1980) 2 ALL ER 768 (House of Lords) . •~ Cette disposition est ainsi libellée : 3-(1) .Sauf dispositions contraires de la présente loi ou en application de celle-ci, lorsqu'une personne n'est pas un •palrial- ( note du traducteur : personne d laquelle a été reconnu le droit â résidence illimitée au Royaume-Uni) . •(a) elle ne peut pénétrer au Royaume-Uni que si l'autorisation lui en est donnée conforrnément à la présenie loi . . . .
- 167 -
La Divisional Court . en revanche, lorsqu'elle procède au contrôle judiciaire d'une décision de refouler et de détenir un individu . se place sur un autre terrain . Elle examine l'affaire au vu de déclarations sous serment pour lesquelles on ne procède pas en pratique à un contre-interrogatoire, bien qu'il soit possible . Comme la présente affaire le montre abondamment, la Divisional Court n'est pas à m@nte de déceler la vérité parmi des déclarations contradictoires : le demandeur a-t-il reçu des notes, les a-t-il lues . était-il capable de les comprendre . que s'est-il exactement passé au moment de l'entrée . Elle n'est pas non plus à nt@me de peser l'importance des éléments personnels et autres que les services d'immigration se rappellent . en tout ou partie ou ne se rappellent nullement . En vérité . il lui est impossible de faire fonction de cour d'appel pour ce qui est des faits à partir desquels le fonctionnaire des services d'immigration s'est prononcé . Ce qu'elle est en mesure de faire . et là se situe la lintite de ses pouvoirs, c'est voir s'il existe des éléments à partir desquels ledit fonctionnaire . agissant raisonnablement, pouvait se prononcer comme il l'a fait . -
La Chambre des Lords rejeta aussi la thèse du requérant selon laquelle le seul devoir de l'immigrant était de répondre sans mentir à toute question posée par le fonctionnaire des services d'immigration et n'avait nullement le devoir de fournir des informations spontanément . Elle a estimé qu'un « étranger qui cherche à pénétrer au Royaume-Uni a une obligation positive de franchise sur tous les éléments importants qui dénotent un changement de situation depuis la délivrance du visa . . Enfin, la Chambre des Lords conclut que le requérant n'avait pas fai t acte de franchise en ne révélant pas son mariage, changement manifeste de situation qui iniportait pour la décision du fonctionnaire des services d'immigration . et que dans ces conditions celui-ci était amplement fondé à estimer qu'il y avait eu fraude . Elle ajouta toutefois que si la cour était appelée à juger la question en soi, elle continerait à estinter que le requérant était coupable de fraude puisqu-il avait présenté son passeport avec le •visa . déclarant «établissement pour rejoindre le pèrea alors qu'il admettait être venu au Royaume-Uni •sintplement pour y chercher du travail pour lui-même et son épouse . . Le requérant fut refoulé du Royaume-Uni vers le Pakistan le 22 novembre 1980 . Un recours interjeté depuis ce pays auprès d'un fonctionnaire supérieur (Adjudicatorl contre ce refoulement en sa quafité d'imntigrant irrégulier, en vertu dc l'article 16 (I) de la loi de 1971 * , fut rejeté le 4 décenibre 1981 . L'autorisation d'interjetcr appel auprès du tribunal d'appel en matière d'intmigration du refusée le I I mai 1982 . • Les parties pertinentes de cei article sont ainsi libellées : . . . dans le cas oit des ordres sont données en vertu de la présente loi en vue du refoulement d'un individu du Royaume-Uni . . . (a) au ntotif qu'il s'agit d'un imntigrant ir égulier . . . alors il peui introduire u n recours auprès d'un fonctionnaire supérieur contre ces ordres au motif que dans les circonstances de l'espèce, la loi ne donnait aucun pouvoir de les prendre pour la raison pour laquelle ils ont été pris . . . .
- 168-
GRIEFS ET ARGUMENTATION Article 5 (1 ) Le requérant se prétend victime d'une pratique de détention sommaire des immigrants irréguliers et de leur réfoulement, sans contrôle judiciaire approprié, qui viole son droit à la sûreté garanti par l'article 5 (1) de la Convention . Par ce droit à la stireté, tout individu jouit d'une protection contre l'arrestation arbitraire dans les cas où il est totalement irrépréhensible et ledit droit implique que l'individu devrait être en mesure de prévoir avec une certitude raisonnable les circonstances dans lesquelles il risque d'être arrêté et détenu . Le droit à la sûreté implique aussi qu'il existe un contrôle judiciaire approprié de l'arrestation et de la détention . A l'appui des arguments ci-dessus, le requérant invoque les éléments suivants :
(a) l'incertitude de la loi pour ce qui est de la définition d'un immigrant irrégulier et de l'étendue du devoir d'information . A cet égard, il avance les arguments suivants : - avant la décision dans R .c . ministre de l'Inlérieur ex parte Hussain 1978 2 ALL ER 423 . on estimait que la définition de l'immigrant irrégulier ne visait que les personnes pénétrant clandestinement sur le territoire . Dans l'affaire susmentionnée, la Court of Appeal a estimé que l'autorisation apparente de pénétrer qui a été obtenue frauduleusement est entachée de nullité et que la personne qui a ainsi pénétré sur le territoire est un immigrant irrégulier . Avant cette décision, la conceplion courante de la législation était partagée par les autorités dont les déclarations officielles allaient dans le même sens . A cet égard le requérant a produit entre autres diverses déclarations officielles du ministre de l'Intérieur et du Secrétaire à la Chambre des Communes ; - avant la décision de la Divisional Court dans le cas du requérant, o n ne savait pas au juste si le devoir d'un immigrant allait au-delà de celui de ne pas s'abstenir de toute tromperie délibérée lorsqu'il répondait aux questions du fonclionnaire des services d'immigration ; - la question du devoir d'information et la notion d'exposé continu des faits demeuraient incertaines à la Court of Appeal . Dans le cas du requérant, la Court of Appeal a confirmé à l'unanimité la décision de la juridiction inférieure d'après laquelle la présentation de son passeport contenant un visa constituait un exposé continu des faits quant à son droit à pénétrer au Royaume-Uni, alors qu'une personne honnête aurait informé le fonctionnaire des services d'immigration des changements importants de situation . Toutefoi s
- 169 -
une Court of Appeal composée différemment s'est prononcée sur l'affaire Mangoo Khan le 13 février 198 0* . Dans cette affaire, Lord Denning M .R . déclara : . . . .dans une affaire comme celle-ci, dans laquelle le titulaire d'un visa se présente, le fonctionnaire des services d'immigration doit l'interroger pour savoir si un changement s'est produit dans sa situation . Ce n'est pas à l'intéressé qu'il devrait incomber de le dire . Je dirais qu'il n'y a pas d'obligation d'information . . .
- Ce n'est que lorsque l'affairedu requérant parvint à la Chambre des Lords que l'existence et l'étendue de l'obligation d'information ont été établies et que les incertitudes indiquées ci-dessus ont été levées . La Chambre des Lords a estimé que ladite obligation était plus large que qui que ce soit, y compris les autorités, l'avait jamais prétendu dans le cas du requérant . (b) L'incertitude de la loi quant à la date entrant en ligne de compte pour apprécier si une personne qui demande un visa remplit les conditions requises . Avant la décision de la Divisional Court dans le cas du requérant, tant les agents d'exécution que les autorités estimaient que la date pertinente était celle à laquelle était formulée la demande de visa . La Cour a estimé que la date pertinente était celle à laquelle le visa était accordé . Le requérant ne pouvait donc savoir si les changements importants de situation étaient ceux qui concernaient les conditions à remplir par les enfants de moins de 18 ans (ce qui était son cas lorsqû il formula sa demande) ou par les enfants de plus de 18 ans (ce qui était son cas lorsque le visa fut accordé) et il aurait penché en tout cas pour la première hypothèse . (c) L'incertitude de la loi quant à l'importance du mariage pour la demande d'un fils de moins de 18 ans . Contrairement à l'article 39 . l'article 38 des dispositions réglementaires ne stipulait pas qu'un fils ou une fille devait être célibataire" . Personne ne s'était prononcé sur le point de savoir s'il s'agissait d'une exigence implicite . En conséquence, le requérant ne pouvait savoir si le fait de son mariage revêtait de l'importance et edtout cas il aurait penché pour la négative . (d) Le fardeau déraisonnable que la pratique incertaine ci-dessus faisai t peser sur le requérant en ce que : - il était censé savoir quels changements de situation avaient un e incidence sur les droits auxquels il pouvait prétendre alors qu'il n'avait reçu aucune note indiquant les dispositions réglementaires en question ; alors que ces notes étaient rédigées en anglais ; alors qu'il avait 15 ans et avait assez peu d'instruction ; alors qu'à l'époque à laquelle il aurairpu les lire, il n'aurait été • R .c . ministre de l'Intérieur, ex parte Khan, (1980) . 2 ALL ER . 337-346 . •• L'article 38 de ces disposilions stipulait notamment que les enfants de moins de 18 ans doivent être admis en vue de leur établissement . . . si un parent est établi au Royaume-Uni . . .
- 170-
intéressé que par les parties relatives aux enfants mineurs de 18 ans ; alors qu'il a pénétré au Royaume-Uni quelque trois ans et demi après qu'il avait lu la note ; alors que la base des droits auxquels il pouvait prétendre était incertaine dans les dispositions réglementaires ; alors que l'impo rt ance du fait de son mariage était ince rtaine ; alors qu'au cours de l'entretien, le requérant fut soumis à un interrogatoire sur plusieu rs questions sans intérêt de so rt e qu'il ne pouvait démêler ce qui en avait . - le requérant pouvait légitimement supposer que le fonctionnaire des se rv ices d'immigration, mieux placé que lui pour connaître les dispositions réglementaires . l'interrogerait sur toutes les questions présentant un intérêt pour les droits auxquels il pouvait prétendre, et qu'il n'avait pas besoin de fournir de lui-même des informations qui n'étaient pas demandées : alors qu'à l'époque et jusqu'à la décision de la Chambre des Lords, on estimait qu'il n'y avait pas d'obligation légale de divulguer des informations, du moins dans les cas où cette abstention n'était pas dolosive . (e) L'absence de tout contrôle judiciaire du pouvoir de détenir et d'expulser une personne en ce que, pour les raisons susmentionnées : - une demande d'habeas corpus ne constitue pas une garantie suffisante : - un recours en vertu de l'article 16 de la loi de 1971 sur l'immigration ne pouvait être introduit qu'après que le requérant eut été refoulé, celui-ci n'aurait pas été autori sé à attendre l'audience, et la procédure était inique à l'égard de l'appelant .
Article 5 (1) (1) La détention du requérant n'était pas régulière, au sens de l'a rt icle 5(1) f) . A titre subsidiaire, elle n'avait pas été ordonnée selon les voies légales, au sens de l'article 5 (1) . A cet égard, le requérant renvoie à l'arr@t de la Cour européenne des Droits de l'Homme dans l'affaire Sunday Times . Il réitère l'argumentation ci-dessus selon laquelle les règles législatives relatives à une imniigration irrégulière, à la divulgation et à l'importance des informations n'étaient pas libellées avec suffisamment de précision pour lui permettre de régler sa conduite .
Article 5 (4 ) Dans le cas du requérant, la procédure destinée à déterminer la régularité de sa détention n'a pas été menée .à bref délai ., au sens de l'article 5 (4) . a . Le requérant fut placé en détention le 2 octobre 1978 . b . II demanda une ordonnance d'habeas corpus le 23 octobre 1978 . L'examen de sa requête fut ajourné pour que notification fût donnée au ministre de l'Intérieur, ce qui fut fait le lendemain .
- 171 -
c . Le requérant fut mis en liberté provisoire la 18 décembre 1978, date à laquelle il n'avait pas été statué sur sa demande . 11 fut statué sur la demande par la décision de la Divisional Cou rt l e .d 14 mars 1979 . La période de 20 semaines et deux jours du 23 octobre 1978 a u .e 14 mars 1979, respectivement celle de huit semaines du 23 octobre 1978 au 18 décembre 1978, furent absolument excessives . Le requérant soutient en outre que la procédure le concernant n'a pas compo rt é de décision sur la =régularité - de sa détention . Le refoulement du requérant et a fortiori sa détention dans l'attente de celui-ci n'étaient réguliers au regard du droit interne du Royaume-Uni que s'il était en fait un immigrant irrégulier . Dans tout autre cas, la loi n'accorde aucun pouvoir de donner . des directives en vue du refoulement et en conséquence aucun pouvoir de détention . . - Pour se conformer à l'article 5 ( 4), la cour aurait dû vé ri fier la justification matérielle de la détention du requérant . autrement dit, elle aurait dû s'assurer que le requérant était, au vu des faits, un immigrant irrégulier . Le requérant soutient enfin que la procédure dans son cas ne répondait pas aux garanties fondamentales d'une procédure judiciaire appliquées en matière de privation de liberté . et qui sont inhérentes à la notion de ~ tribunal . telle que l'entend l'article 5 (4) . La procédure applicable dans le cas du requérant assurait des garanties sensiblentent inférieures à celles existant en matière pénale dans les Etats membres du Conseil de l'Europe . A cet égard, le requérant présente les arguments suivant s - c'est au requérant qu'incombait la charge de prouver que sa détention était irrégulière, de sorte qu'une fois que le ministre eut démontré qu'il avait des motifs raisonnables de décider que le requérant était un immigrant irrégulier, le requérant devait démontrer qu'il n'y avait aucun élément au vu duquel le ministre avait pu prendre cette décision, ou qu'aucune personne raisonnable à sa place n'aurait pu la prendre . - La Cour n'a pas entendu des témoignanges et des contre-interrogatoires pour découvrir la vérité parmi les déclarations contradictoires sur le point de savoir, notamment, si le requérant avait ou aurait dû avoir connaissance des conditions à remplir pour pénétrer sur le territoire et de l'importance du fait de son ma ri age, et quant à ce qui avait été dit à ses différents entretiens . Partant, et la charge de la preuve incontbant au requérant, les conflits de témoignage ont été tranchés en faveur du ministre .
- 172 -
Article 6 Le requérant prétend que la conclusion qu'il était un . immigrant irrégulier . constituait en fait une décision sur une .accusation en matière pénale . . II se réfère à ce propos à diverses infractions visées aux articles 24 à 26 de la loi de 1971 . 11 allègue en particulier une violation de l'article 6 (2), puisqu'il lui incombait de prouver la régularit6 de sa présence au RoyaunteUni, et de l'article 6(3) d), puisqu'au cours de la procédure d'habeas corpus il n'a pu contre-interroger les témoins à charge .
EN DROI T Le requérant se plaint de ce que sa détention en vue de son refoulement au Royaume-Uni en qualité d'•immigrant irrégulier» n'a pas respécté les .voies légales» et n'était pas .régulier ., au sens de l'article S(1) f) de la Convention . Il se plaint aussi, sur le terrain de l'article 5 (4), de n'avoir pas pu contester la •régularité• et sa détention à bref délai . devant un tribunal comme l'exige ladite disposition . 1 . Epuisement des voies de recours internes Le Gouvernement défendeur soutient que la requête doit êtré rejetée pour non-épuisement des voies de recours internes puisqu'à la date à laquelle elle fut enregistfée, le recours du requérant en vertu de l'article 16 de la loi sur l'immigration était encore pendant . En outre, le requérant n'avait à aucun moment fait valoir devant les tribunaux qu'il avait en fait informé les autorités britanniques à Islamabad de son mariage . Le requérant ne maintient plus cet argument devant la Commission et soutient qu'un recours par application de l'article 26 ne saurait être considéré comme un recours efficace pour détention irrégulière au regard de la Convention .
La Commission relève qu'un recours devant un fonctionnaire supérieur (Adjudicator) en vertu de l'article 16 de la loi de 1971 est •un recours contre une expulsion du Royaume-Uni . Il ne permet pas au demandeur de contester la • régularité • de sa détention avant expulsion, ce qui constitue pour l'essentiel la base des griefs que le requérant tire de la Convention . Dans ces circonstances, la Comntission considère que le requérant n'apas omis d'épuiser les voies de recours internes pour ce qui est des faits à l'origine de sa plainte, comme l'exige l'article 26 de la Convention .
2 . Article 5 Le requérant se plaint qu'il y ait eu violation de son droit à la •sGreté . ou, à titre subsidiaire, que son arrestation et sa détention ne respectaient pas .les voies légales• ou n'étaient pas .régulières• au regard de l'article 5 (1) f) .
- 173 -
S'appuyant sur l'arrêt de la Cour européenne des Droits de l'Homme dans l'affaire Sunday Times (26 avril 1979, par . 48-50) il soutient à cet égard que les dispositions légales régissant son arrestation et sa détention n'étaient pas raisonnablement prévisibles ni formulées avec assez de précision . Il invoque en particulier l'incertitude de la loi pour ce qui est de la définition d'un immigrant irrégulier et de la portée du devoir d'information . Le Gouvernement défendeur soutient de son côté que les dispositions légales pertinentes étaient suffisamment prévisibles et que l'arrestation et la détention du requérant se justifiaient au regard de l'article 5(1) f), parce qu'il s'agissait de al'arrestation ou de la détention régulière d'une personne . . . contre laquelle une procédure d'expulsion ou d'extradition est en cours • .
Le requérant allègue en outre qu'il ne pouvait contester la .régularité . de sa détention, comme l'exige l'article 5 (4), puisque les tribunaux n'ont pas examiné la question de savoir s'il était un immigrant irrégulier . Il se plaint en outre que la procédure nationale ne répondait pas à l'exigence du «bref délai . posée par cette disposition . Le Gouvernement prétend que pour satisfaire aux exigences de l'article 5(4), il n'est pas nécessaire que le tribunal puisse contrôler la justification de la décision d'expulser mais simplement qu'il s'assure de la justification de la détention, c'est-à-dire qu'il examine si l'intéressé est détenu dans l'attente de l'exécution de la décision administrative de l'expulser du pays . Il soutient encore que days les circonstances de l'espèce . eu égard en particulier à la possibilité de demander plus tôt une libération provisoire, la procédure s'est conformée à la cbndition du -bref délai» posée par l'article 5(4) . La Commission considère que la présente requête soulève des questions complexes de droit et de fait sur le terrain de l'article 5 (1) et (4), qui, pour être tranchées, appellent un examen au fond . Elle conclut donc que les griefs du requérant tirés de ces dispositions sont recevables . 3 . Article 6 (1 ) Enfin, lerequérant se plaint d'avoir été effectivement accusé d'une infraction en matière pénale . puisque la constatation qu'il était un immigrant irrégulier revient à une allégation de conduite criminelle visée à l'article 24 (1) a) de la loi de 1971 . Il alb :gue aussi une violation de l'article 6 (2) en ce qu'il lui incombait de prouver la régularité de sa présence au Royaume-Uni, ainsi qu'une violation de l'article 6 (3) d) en ce qu'il n'a pu contre-interroger les témoins à charge . La Comniission note que le requérant a été expulsé du Royaume-Uni en qualité d'immigrant irrégulier au motif qu'il avait obtenu frauduleusement une autorisation d'entrée dans le pays . Il n'a pas été formellement accusé d'une infraction pénale par application des articles 24 à 27 de la loi de 1971 . Les services d'imntigration comme les tribunaux ont estimé que l'autorisation qu'i l - 174 -
avait reçue de pénétrer dans le territoire était nulle en raison de son manquentenl à son devoir de franchise, de sorte qu'il était devenu un . immigrant irrégulier violant les lois sur l'immigration, au sens de l'article 33 (1) de la loi . Dans ces circonstances, la Commission estime que la procédure administrative qui a cnnduit à xon expulsion n'entporle pas de décision sur une accusation en niatière pénale . Son expulsion ne peut pas non plus étre considérée comme une sanction pénale déguisée . Il s'ensuit que l'article 6 n'est pas applicable en l'espèce . Ce grief doit donc être rejeté comme manifestement mal fondé, au sens de l'article 27 (2) de la Convention . Par cex ntotifs, la Commissio n 1 . DECLARE LA REQUÈ'fE IRRECEVABLE pour autant qu'elle se fonde sur l'article 6 de la Convention .
2 . DECLARE LA REQUÊTE RECEVABLE pour le surplus .
- 175-

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 13/07/1982

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.