Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. SUEDE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9707/82
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1982-10-06;9707.82 ?

Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : SUEDE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 9707/8 2 X . v/SWEDE N X . c/SUSD E DECISION of 6 October 1982 on the admissibility of the application DÉCISION du 6 octobre 1982 sur la recevabilité de la requêt e
Artlcle 6, peragraph I of the Convention : Paternity proceedings concern civil rights and obligations . In the light of the requirement of the proper administration of justice, the existence oja reasonable time limit%r the institution of paternity pmceedings is not contrary to Article 6, paragraph ! . Article 14 of the Convention In coqj unctlon with Article 6, peragraph I of the Convention : The suppression by an amendment in the law with effect ex nunc of the time limit for the institution oJ'paternity proceedings does not create a discrimination between men to whom either the new or the old law apply .
Artlcle 6, paragraphe I, de la Convention : L'action en désaveu de paternité porte sur une constestation sur des droits et obligations de caractère civil. Vu les besoins d'une bonne administration de la justice, l'existence d'un délai raisonnable pour intenter une action en désaveu de paternité n'est pas contraire à l'a rt icle 6, paragraphe I . Artlcle 14 de la Convention, combiné avec l'article 6, pvagraphe 1, de le Convention : La suppression, par suite d'une modification législative s'appliquant a Juturo, du délai de prescription de l'action en désaveu de paternité ne crée pas une discrimination entre les hommes auxquels s'applique l'ancienne ou la nouvelle loi .
- 223 -
(jran ~- ais : vnir p. 227)
THE FACTS
The facts as they appear from the applicant's lawyer's subntissions may be summarised as follows : The applicant is a Swedish citizen born in 1928 and resident at S . He has retired on account of illness . The applicant is represented before the Contmission by Mr Wiesel, a lawyer practising at Saltsjd-Boo . On IS September 1956 the applicant got married to Mrs Y . Mrs Y . had previously told the applicant that she was pregnant and that the applicant was the father of the child . On 13 October 1956 Mrs Y . bore a son . On 25 March 1958 the applicant and his wife obtained a decision of separation and on I June 1959 a decision of divorce . The care of the son was entrusted to Mrs Y . and the applicant was ordered to pay maintenance for the child . In 1980 the applicant applied to the District Court (tingsritt) of H . in order to institute paternity proceedings against the child tor the purpose of establishing that the applicant was not the father of the child . In support of his application the applicant submitted a medical certificate dated 13 February 1980 which stated that it had been established, that the applicant inter alia was sterile and that he had never been able to have children . The District Court dismissed the application by a decision on 16 September 1980, the reason being that the applicant was prevented from instituting paternity proceedings by virtue of Chapter 2 Section 1 of the Parental Code (fdrSldrabalken) in its wording before I January 1977 and paragraph 2 of the transition provisions of the Act (1976 :612) on amendntent in the Parental Code . The applicant appealed unsuccessfully to the Court of Appeal (Svea hovrïtt) and to the Supreme Court (Hbgsta domstolen), which by a decision of 12 January 1982 refused leave to appeal . Before I January 1977 the Parental Code (f8raldrabalken) provided that a man who wished to obtain a declaration that he was not the father of a child should institute proceedings against the child within three years from the date when he received knowledge of the child's birth . For the child . however, who wished to institute proceedings for the purpose of obtaining a declaration that the alleged father was not his father, no time limit for the instituting of such proceedings was provided . As from I January 1977 the provisions of the Parental Code were antended and after that there was no time limit for instituting paternity proceedings neither for the father or for the child . - 224 -
According to paragraph 2 of the transitional provisions of the amendments of the Parental Code (1976 :612) a father could not institute patemity proceedings based on the new Act, if he had lost the right to institute such proceedings by virtue of the old Act .
Complaints and submissions The applicant submits that by virtue of paragraph 2 of the transitional provisions of the amendment of the Parental Code, he is arbitrarily cut off from the right in the present Act to institute paternity proceedings . This is so although he had no reason to suspect before the new Act entered into force that he was not the father of the child . No similar limitation exists for younger (athers . The applicant recalls that he took legal action as soon as he received knowledge of the fact that he had never been able to have children . The applicant sumbntits that he is adversely discriminated against and that there is no justified reason for the discrimination . He submits that it is degrading for him to be forced by society to continue to be the father of the child, although he objectively cannot be the father . The applicant submits that his human rights as described in the Convention have been violated . THE LAW 1 . The applicant has complained that he is prevented from instituting paternity proceedings . Article 6( 1) of the Convention provides "In the determination of his civil rights and obligations . . . ., everyone is entitled to a fair and public hearing within a reasonable time by an independent and impartial tribunal established by law . . . " The Commission recalls that Article 6(1) embodies the right of access to a court for the determination of civil rights and obligations . The applicant wished to have established that he is not the father of the child born by his wife in 1956 . The Commission is of the opinion that the outcome of such paternity proceedings is decisive for private rights and obligations and hence for "civil rights and obligations" within the meaning of Article 6(1) . Hence Article 6 (1) is applicable in the present case . , The Commission observes that the applicant had the possibility of instituting paternity proceedings during the first three years after the child's birth . It is true that it was not until in 1980 that he became aware of the fact that he cannot be the biological father of the child .
- 225 -
The applicant tried to institute paternity proceedings against the child in 1980, i .e . about 24 years after its birth . The Courts refused to permit such proceedings as the time limit had expired . It is true that the Parental Code had been amended with effect from I January 1977 and that thereafter there is no time limit for instituting paternity proceedings . However, the traditional provisions to the amendment provided that a father who had lost his right to institute paternity proceedings under the old legislation could not recover such a right by virtue of the new wording of the Parental Code .
In the opinion of the Commission it must generally be accepted in the interest of good administration of justice that there are time limits within which prospective proceedings must be instituted . It must also be accepted that the time limit is final and that there is no possibility to institute proceedings even when new facts have arisen after the expiry of the time limit . This is also true for paternityproceedings . The Commission is furthermore of the opinion that a time limit of three years from the child's birth as in the present case, is not an unreasonable time limit for instituting paternity proceedings . Accordingly, the Commission finds that the fact that the applicant was not permitted to institute paternity proceedings does not disclose any appearance of a violation of Article 6 of the Convention taken alone . 2 . The applicant has complained that he is adversely discriminated against and that there is no justified reason for the discrimination . The Commission has examined this complaint under Article 6 (1) in conjunction with Article 14 of the Convention which provides : "The enjoyment of the rights and freedoms set forth in this Convention shall be secured without discrimination on any ground such as sex, race, colour, language, religion, political or other opinion, national or social origin, association with a national minority, property, birth or other status . " The Commission observes that the alleged discrimination arises from the effects of the amendment of the Parental Code . The wording of the Parental Code from 1977 implies that there is no time limit for a father who wishes to challenge the paternity, while the old legislation provided for a time limit of three years from knowledge of the child's birth . In the transitional provisions to the amendment it is said that a father could not institute paternity proceedings based on the new wording of the Parental Code, if he had lost the right to institute such proceedings under the old legislation . The Commission recognises that in fact the amendment in the Parental Code amounts to a differential treatment between fathers who got knowledge of the child's birth after I January 1974 and fathers who got the knowledge before that date, as only the first group of fathers may benefit from the enlarged possibilities to institute paternity proceedings .
- 226 -
However, the Commission fi nds that this differential treatment against the applicant who got knowledge of the child's bi rt h before 1 January 1974 has a reasonable and objective justification in the interest of the good administration of justice and the interest of the child as he had already lost his right to institute paternity proceedings under the legislation in force before 1]anuary 1977 Accordingly, the Commission finds no appearance of a violation of A rticle 6 ( 1) in conjunction with A rt icle 14 of the Convention . 3 . The Commission finds that the applicant's complaint that it is degrading for him to be forced to continue to be a father of the child, does not disclose any appearance of a violation of A rt icle 3 of the Convention . 4 . It follows that the application which discloses no appearance of a violation of any other of the rights of freedoms set out in the Convention, is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention . For these reasons, the Commissio n
DECLARES THE APPLICATION INADMISSIBLE .
(TRADUCI7ON)
EN FAI T Les faits de la cause, tels qu'ils ressortent des exposés de l'avocat du requérant, peuvent se résumer comme suit . Le requérant est un citoyen suédois né en 1928 et résidant à S . Il a pris sa retraite pour cause de maladie . Il est représenté devant la Commission par Me Wiesel, avocat exerçant ses activités à Saltsjii-Boo . Le 15 septembre 1956, le requérant a épousé Mme Y . Celle-ci lui avait auparavant dit qu'elle était enceinte et qu'il était le père de l'enfant . Le 13 octobre 1956, Mme Y . a accouché d'un fils . Le 25 mars 1958, le requérant et son épouse ont obtenu un jugement de séparation et, le 1er juin 1959, un jugement de divorce . La garde de l'enfant a été confiée à Mme Y ., le requérant condamné à verser une pension alimentaire pour l'enfant .
- 227 -
En 1980, le requérant s'est adressé au tribunal de district (tingsrïtt) de H . pour intenter une action en désaveu de paternité afin d'établir qu'il n'était pas le pére de l'enfant . A l'appui de sa demande, le requérant a fourni un certificat médical en date du 13 février 1980 affirmant notamment qu'il avait été établi que le requérant était stérile et qu'il n'avait jamais été en mesure d'avoir des enfants . Par une décision du 16 septembre 1980, le tribunal de district a rejeté la demande au motif que le chapitre 2 article 1 du Code parental (ftiriildrabalken), dans son libellé antérieur au 1er janvier 1977, et le paragraphe 2 des dispositions transitoires de la loi (1976 :612) portant réforme du Code parental empêchaient le requérant d'intenter une action en désaveu de paternité .
Le requérant a introduit en vain un recours auprès de la Cour d'appel (Svea hovràtt) et de la Cour suprême (Hôgsta domstolen) qui, par un arrêt du 12 janvier 1982, l'a débouté . Avant le ler janvier 1977, le Code parental (fdrïldrabalken) prévoyait que tout homme désirant obtenir une déclaration de non-paternité devait engager une action contre l'enfant dans le délai de trois ans à compter de la date à laquelle il avait eu connaissance de la naissance . Par contre, s'agissant de l'enfant désirant engager une action tendant à faire reconnaYtre l'inexistence de lien de paternité, aucun délai n'était prévu pour intenter l'action . Depuis le ler janvier 1977, les dispositions du code parental ayant été modifiées, il n'y a plus de délai de prescription ni de l'action en désaveu de paternité, ni de l'action intentée par l'enfant . En vertu du paragraphe 2 des dispositions transitoires de la loi portant réforme du code parental (1976 :612) . un père ne pouvait engager une action en désaveu de paternité sur le fondement de la nouvelle loi s'il était forclos en vertu de l'ancienne . Griefs et argumentation Le requérant soutient qu'en vertu du paragraphe 2 des dispositions transitoires de la loi portant réforme du code parental, il est arbitrairement privé du droit . prévu par la loi actuelle, d'intenter une action en désaveu de paternité, alors même qu'il n'avait aucune raison de soup¢onner, avant l'entrée en vigueur de la nouvelle loi, qu'il n'était pas le père de l'enfant . Il n'existe aucune restriction de ce genre pour les pères plus jeunes . Le requérant allègue qu'il est victime d'une discrimination et que celle-ci n'est justifiée par rien . Il soutient que la société mi fait subir un traitement dégradant en le contraignant à continuer d'être le père de l'enfant, bien que cela soit objectivement impossible . Le requérant invoque une violation de ses droits de l'homme tels qu'ils sont détinis dans la Convention .
- 228 -
EN DROIT 1 . Le requérant se plaint d'être empêché d'intenter une action endésaveu de paternité . L'article 6, par . 1 de la Convention dispose : .Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement t,publiqemntdasélironbe,pautlindéea et impartial, établi par la loi, qui décidera . . . des contestations sur ses droits et obligations de caractère civil . . . . La Commission rappelle que l'article 6, par . 1, consacre le droit d'accès à un tribunal pour décider des contestations sur des droits et obligations de caractère civil . Le requérant désirait faire établir qu'il n'était pas le père de l'enfant mis au monde par sa femme en 1956 . La Commission estime que l'issue d'une telle action en désaveu de paternité est décisive à l'égard de droits et obligations de caractére privé et donc de "droits et obligations de caractère civil" , au sens de l'article 6, par . 1 . L'article 6, par . 1, est donc applicable en l'espèce . La Commission observe que le requérant avait la faculté d'intenter une action en désaveu de paternité dans les trois premières années suivant la naissance de l'enfant . Certes, ce n'est qu'en 1980 qu'il a su qu'il ne pouviit être le père biologique de l'enfant . Le requérant a essayé d'intenter une action en désaveu de paternité contre l'enfant en 1980, soit quelque 24 ans après sa naissance . Les tribunaux ont refusé d'admettre une telle action, les délais ayant expiré . Il est exact que le code parental a été modifié avec effet au 1er janvier 1977 et que, depuis cette date, l'action en désaveu de paternité n'est soumise à aucun délai de forclusion . Toutefois, selon les dispositions transitoires de la nouvelle loi, un père ayant perdu le droit d'intenter une action en désaveu de paternité en vertu de l'ancienne législation ne pouvait recouvrer un tel droit du fait du nouveau libellé du code parental . La Commission estime qu'il faut accepter de manière générale, dan s l'intérêt d'une bonne administration de la justice, l'existence de délais pour introduire une action . On doit aussi admettre que le délai soit un délai préfixe et qu'il ne soit pas possible d'intenter une action même lorsque des faits nouveaux su rv iennent après son expiration . Cela vaut également pour les actions en désaveu de paternité . La Commission estime, en out re , qu'un délai de trois ans à compter de la naissance de l'enfant, comme en l'espèce, né constitue pas un délai déraisonnable de prescription de l'action en désaveu de paternité . Par conséquent, la Commission trouve que le fait que le requérant n'a pas été autorisé à engager une action en désaveu de pateinité ne révèle aucune violation de l'a rt icle 6 de la Convention envisagé seul . - 229 -
2 . Le requérant s'est plaint d'avoir été victime d'une discrimination et que celle-ci n'a pas de justification . La Commission a examiné ce grief sous l'angle de l'article 6, par . 1, combiné avec l'article 14 de la Convention, qui est ainsi libellé : = La jouissance des droits et libertés reconnus dans la présente Convention doit être assurée, sans distinction aucune, fondée notamment sur le sexe, race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions, l'origine nationale ou sociale, l'appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance ou tout autre situation » . La Commission fait observer que la discrimination alléguée est due au x
effets du nouveau code parental . Le libellé du code parental implique depuis 1977 qu'un père désirant contester sa paternité ne peut se voir opposer aucun délai . alors que l'ancienne législation prévoyait un délai de trois ans à compter du jour où la naissance était connue . Selon les dispositions transitoires de la nouvelle loi, un père ne pouvait intenter une action en désaveu de paternité sur le fondement du nouveau libellé du code parental s'il avait perdu le droit d'intenter une telle action en vertu de l'ancienne législation . La Commission reconnaît qu'en pratique la réforme du code parental revient à traiter dit7ëremment les pères selon qu'ils ont eu connaissance de l'enfant après le ler janvier 1974 ou avant cette date, seul les pères du premier groupe pouvant bénéficier des possibilités élargies d'action en désaveu de paternité . La Commission estime toutefois que ce traitement dit7'érentiel dont a fait l'objet le requérant, qui a eu connaissance de la naissance de l'enfant avant le ler janvier 1974, était justifié, raisonnablement et objectivement, par l'intérêt d'une bonne administration de la justice et par l'intérét de l'enfant, car le requérant avait déjà perdu son droit d'intenter une action en désaveu de paternité selon la législation en vigueur avant le ler janvier 1977 . Par conséquent, la Commission ne constate aucune violation de l'article 6 . par . I . combiné avec l'article 14 de la Convention . 3 . La Commission estime que le grief du requérant selon lequel il serait dégradant pour lui de devoir continuer à être le père de l'enfant ne permet de discerner aucune violation de l'article 3 de la Convention . 4 . 11 s'ensuit que la requête, qui ne révèle aucune apparence de violation des autres droits et libertés énoncés dans la Convention, est manifestenient mal fondée . au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention . Par ces motifs, la Commissio n
DECLARE LA REQU@TEIRRECEVABLE .
- 230 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 06/10/1982

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.