Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ W. c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Préjudice moral - constat de violation suffisant ; Remboursement frais et dépens - procédure de la Convention

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9348/81
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1983-02-28;9348.81 ?

Analyses :

(Art. 41) PREJUDICE MORAL


Parties :

Demandeurs : W.
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

Résumé dee fafts pertinent s Après avoir vécu avec ses parents dans une maison de cinq pièces située à Atnsterdam, le requérant a repris le bail après leur décès et a continué à y vivre seul comme locataire mais en omettant d'en demander l'autorisation officielle ( woonvergunning) .
Se fondant sur ('article 7 de la loi sur le logement ( Woonruimtewet), les autorités municipales dAmsterdam ont invité le requérant à déguerpir pour faire place à un couple avec quatre enfants et lui ont offert un logement de deux pièces. Le requérant a recouru au Conseil d'Erar en demandant de pouvoir continuer à habiter dans la maison où il avait déjà vécu vingt-cinq ans. Le recours fut rejeté et le requérant évacua la maison après avoir reçu une indernnité de 1 200 Florins en couverture de ses frais .
(TRADUCTION) EN DROIT ( Extrait ) La Commission a (ensuite) examiné les g ri efs tirés par le requérant de l'article 8 de la Convention . La Commission estime que la décision de la municipalité ordonnant au requérant d'évacuer les locaux constituait une ingérence dans l'exercice de son droit au respect du domicile tel que protégé par l'article 8, paragraphe 1 . La Commission a ensuite examiné si cette ingérence se justifiait pour l'un des motifs énumérés au second paragraphe de cette disposition . Elle a relevé à cet égard que la mesure a été prise en vertu d'une loi visant à favoriser une répartition égale des possibilités limitées de logements dans une ville très peuplée comme Amsterdam, où la demande de logements dépasse de beaucoup l'offre . En outre, la Commission a observé que l'administration a tenu compte des intéréts du requérant mais qu'au total d'autres intérêts l'ont emporté . En conséquence, la Commission estime que la mesure en question se justifiait au sens de l'article 8, paragraphe 2, parce qu'elle était nécessaire au bien-être économique du pays et à la protection des droits et libertés d'autrui . Il s'ensuit que la requête est, sur ce point, manifestement mal fondée au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention .
- 189 -
APPLICATION/REQUETE N° 9348/8 1 Mrs W . v/the UNITED KINGDOM Mme W . c/ROYAUME-UN I DECISION of 28 February 1983 on the admissibility of the application DÉCISION du 28 février 1983 sur la recevabilité de la requête
Article ' of the Convention : The itrdividual who was a victim oJ a terrorist attack committed in Ireland does not fall urrder the jurisdiction oJ the United Kingdom . Article 2 of the Convention : The obligation to protect the right to life is not limited Jbr the High Conlracting Parties to the duty to prosecute those who put life in danger but implies positive preventive measures appropriate to the genera t situation . In the present case, however. this obligation did not go so far as to require individual proteçtior+ .
The applicant, a widow whose husband was Article 25 of the Convention murdered considered to be an indirect victim of an alleged breach of Article 2 of the Convention . The same solution âpplies to the _killing .of the unmanied brother of the applicant. In view of the circumstances of this double murder. t he applicarrt can claim to be a direct victim of a continuirrg situatiorr affecting her own personal security . Competence ratlone personae of the Commission : Thefact that an individual is killed by tenorists does not exclude the Commission's competence since the High Contracting Parlies have a duty to protect the right to life .
Article ' de la Conventi on : Ne relève pas de la juridiction du Royaume-Uni celui qui a été victinre d'urr attentat perpétré en Ir[ande. Artlcle 2 dela Convention : L'obligation de protéger le droit à la vie ne se limite pas . pour les Hautes Pa rties Contractantes, au devoir de punir les auteurs d'atteintes à la vie nrais inrplique des-mesures positives de préventio n
-190-
appropriées à la situatian générale . En l'espèce, toutefois, elle n'allait pas jusqu'à exiger une protection individuelle. AAlcle 25 de la Conventlon : Epouse d'une persorote assassinée considéré e comme victime indirecte dune violation alléguée de l'article 2 de la Convention . MBme solution, s'agissant de l'assassinat du frère célibataire de la requérante . En raison des circonsrauces de ce double assassiteat, la requérante peut se préteudre directement victime d'une situation coutinue affectaut sa propre sécurité . Compétence ratione personae de la Commladon : Qu'une personne soit tuée par des tenoristes ne permet pas d'esclure la compétence de la Commission, en raison du devoir des Hautes Parties Contractantes de protéger le droit à la vie.
(français : voir p . 201 )
THE FACTS
The applicant is a United Kingdom citizen born in 1929 and residing at C ., in Northem Ireland . She is represented by Messrs Cleaver, Fulton and Rankin, Solicitors in Belfast . The applicant complains of violations of the Convention on behalf o f herself and her dependent children S . and B . in respect of the murder of her husband W . on 28 June 1980 at G .'s Sales Yard, Republic of Ireland, and also in respect ot'the murder of her brother D . on 16 April 1981 at M . County Tyroue .
The facts stated by the applicant with regard to the death of her husband are as follows : I. W . was a quarry owner and farmer, who at the time of his death resided at C., Northern Ireland . He was born in 1932, and mar ried the applicant in 1956 . They had five children, H . born in 1957, E . born in 1959, F . born in 1963 . S . born in 1965, a pupil at . . . High Schoolm and B . born in 1969, a pupil at . . . Seconda ry School . 2 . W . had been a member of the UDR * but had resigned some 18 months before his death, mainly because he thought the work he was detailed to do on vehicle and security gate checks was not very useful . His main business was his quarry but he was also trving to build up a herd of catt le for his farm . He was a regular visitor to G .'s Sales because they were held on Saturday afternoon s • Ulsier Defence Regiment
- 191 -
which were convenient for him and itwas on his sixth consecutive weekly visit that he was shot . He was also a member of the Ulster Unionist Council, the governing body of the official Unionist Party .
3 . W . was shot dead when he was negotiating privatly the purchase of cattle after an auction sale at G . Sales Yard, . Republic of Ireland . Three gunmen approached him and shot him in full view of K, from whom he was buying the cattle, and a number of other people still in the y ard . 4 . The Provisional IRA claimed responsibility . P ., of the Republic of Ireland was convicted in the Dublin Special Court of giving information but his conviction was quashed on a technicality on appeal on 28/29 June 1981 . No re-trial has been ordered . was convicted in:J Belfast on 6 October 1981 of the murder of W . and of L . on 6 March 1980 . He was sentenced to life imprisonment on each count but no minimum sentence was imposed because he had'not been directly involved in the murder but had been responsibte for collecting information by watching the movements of his victims . Mrs W . has been informed by the Superintendent of the Garda Siochana in ( . . .) Town that it is a"war of silence" against the gunmen as no one will give information . It is believed that the guumau responsible for shooting W . is at large in ( . .J and is responsible for some twenty terrorist shodtings . . 5 . Mrs W . has now had to take over the management of the quarry and the tarm as well as looking after those of the family who still live at home . Runuiug the quarry now takes most ôf her time, .though she hopes that her sou, F. who is "starting at the bottom" will take over in time . . . has one farm ~ThefarmisnlygocatesilndMrW worker to help, and the children also work at the weekends and holidays . She tiuds it helpful to be kept busy so that she does not brood about her loss . III The tacts .stated with regard to the death of the applicant's brother ar e . . . as tollows : L • '. . was a builder, born in 1924 and single .
.D
2 . D . was shot dead when he was sitting in the village bar in M . having a drink . Three or more gunmen burst in and shot down thé lights and then shot D . in the back and side of the head about half a dozen times . One man N ., has since been charged with the murder and is awaitirig trial . 3 .D . had moved house . He used to live by himself in a small cottage outside M ., but he had moved into lodgingsat the .Square in M .The night he was murdered he had told his brother N . that he had heard that some boy s
- 192 -
had the "stuft" to "do in a prominent member of the community" and he told his brother to be careful . He obviously did not think that he himself would be the target .
COMPLAINTS AND SUBMISSION S The applicant alleges violations of Articles 2, 5, 8 to 11 and 13 of the Convention and Article I of Protocol No . I . She also invokes Article I of the Convention . She submits : - under A rticle ' of the Convention that this provision creates a separate head of obligation : that there is a direct obligation on the United Kingdom to secure the Section I rights to eve ryone within its jurisdiction and that this obligation has been breached ; - under Articles ! and 2, that the applicant is an indirect victim, i n that her close relatives suffered violations of the right to life . The applicant as the surviving relative is the proper person to secure the vindication of the deceased's rights under the Convention . She also has a continuing and valid personal interest in securing the cessation of the violations of the kind which have occurred, part icularly to secure the protection of her own and her l'amilÿ s right to life and respect for her private and family life . The applicant relies on the Commission's decisions in applications No . 1478/62, Collection of Decisions 13, p . 71 ( 89), No . 4185/69, Collection 35, p . 140 and No . 4427/80 . Collection 38, p . 38 ; - under Article 8, that the United Kingdom is in breach of this a rt icle in respect of the destruction of the applicant's family life caused by the murder of close members of her family ; - under Articles 9 to !!, that a campaign of terrorism is being waged bv the IRA with the calculated genocidal intent of driving members of the Protestant community from their lands, homes and businesses in certain border areas, thus depriving them of their Convention rights under these articles, and that the United Kingdom is responsible for these violations of the Couvention ; - under Artlcle '3, that the United Kingdom is in breach of its obligations under this article in so far as the prosecution of the alleged offenders has not been successfully brought to a conclusion ; - under Artlcle ! of P rotocol No . I, that the applicant is being threatened and intimidated, either directly by the acts of violence perpetrated against her or indirectly by the campaign of terrorism with genocidal intent by the Provisional IRA and the "Irish National Liberation Army" (INLA), and that the United Kingdom has not adopted adequate or effective measures to protect her .
- 193 -
As regards the Commission's competence retione pereonee, the applicant submits that, in so far as the United Kingdom failed to secure the right to life of her brother while he was in its ju ri sdiction, it is "in fundamental breach of its obligations" under the Convention and the applicant is "in fact" a"direct" victim of a violation of Article 1 . It is of critical import ance that the Convention should operate effectively if it is to be seen as a meaningful instrument .for the protection of the fundamental rights of those most in need of such protection . This applies also at a time of grave public emergency threatening the life of the nation such as that which presently exists in Northern Ireland and is acknowledged by both the Commission and the Court . In the applicant's view the United Kingdom is also responsible under the Couvention for the murder of her husband in the Republic of Ireland . The Commission ought tô be able to intervene to show-subjecf to the "margin of appreciation rule"-the minimal level of action which the United Kingdom ought to take to secure the rights set forth in Section I . The Convention ought to be seen as underwriting the rights of the victims of terrorism, as much as guaranteeing the basic rights of those arrested or detained as perpetrators of such terrorism . The Commission's decision can give expression to the underlying spirit of the Convention itself, and should afford the fullest protection of the Convention to those most in jeopardy byits breach, namely those who are .directlv subjected to a campaign of terrorism waged within the territory of a High Contracting Party . The applicant therefore contends that it is within the Commission' s jurisdiction to consider whether the United Kingdom has taken adequate action against terrorist groups to ensure, subject to a margin of appreciation, that the rights of persons within its jurisdiction are protected against infringement bv third parties . The Commission must also consider whether, by its failure to act effectively and consistently . against terrorism, the United Kingdom has suffered or allowed terrorists to use Convention rights so as to deprive others of those rights . It is the applicant's case that the Convention must be accorded its true character in international law as a solemn and binding obligation by treaty between the High Contracting Parties in which reciprocal agreement has been reached and justiciable rights conferred . Previously, the control of crime withiu the borders of a State would have been considered entirely and exclusively an internal matter for the State concerned . However, increasingly the control of crime and the particular variety of crime known generally as "terrorism" is being seen as an international problem . This is in particular shown bv the international Conventions on hi-jacking, the Council of Europe Convention on the Supression of Terrorism, the United Nations Reports on terrorisnt and the taking of hostages, the United Kingdom/Ireland Report of the Law Enforcement Commission Cmnd 5627, and Recommendatio n
-194-
N° R (82) 1 of the Committee of Ministers to member States concerning international co-operation in the prosecution and punishment of terrorism . Whilst it must be conceded that there is no uniform State practice such as to constitute "ius cogens" in relation to the treatment of terrorism it is submitted that international law has now reached the position that no State can maintain that the question of the control of terrorism in all its aspects is exclusively a matter of internal jurisdiction . Article I of the Convention expresses a precise and justiciable obligation that the High Contracting Parties "shall secure" the rights and freedoms subsequent7v detined . This concrete obligation is emphasised by the wording of Article 19 :"to ensure the observance of the engagements undertaken by the High Contracting Parties" . The Convention being by its express terms an agreement between the High Contracting Parties, the engagements are obligations owed bv every such party to each of the others, and to those within their respective jurisdictions . Given that such an obligation exists the possibility also follows that it niay be broken . Therefore a breach of Article 1 must be possible . It is submitted that this view is consistent with the jurisprudence of the Commission and the Court . To construe the Convention in such a way that breaches could only occur of individual articles which define specific rights and freedoms, e .g . Articles 2 to 14, would be to give no, or insufficient, effect to Article I . For the Convention to have that meaning the words "have agreed as tollows" would require to be followed in the text by Article 2 and the succeeding articles . If Article 1 creates an obligation which is capable of violation then it follows that such a violation is justiciable only before an iuternational tribunal and Article 19 of the Convention so provides . Consequently proceedings before a municipal court are not relevant in the context ot a breach ot Article I . It is a principle of international law, as well as of the domestic law of the High Contracting Parties, that in the interpretation of any written agreement etYect must be given to every clause and every provision .
It is the applicant's case that the obligation imposed by Article I requires not merely non-violation of the rights and freedoms set forth in Sectiou I but a positive "securing" that the laws and practices of the United Kingdont actuallv conform to the Convention, and secure the protection of the rights set torth in Section I against violation either by the State or by individuals . This is borne out bv a comparison between the present wording of Article I :"The High Contracting Parties shall secure" with an earlier version of the same article which read :"The High Contracting Parties shall undcrtake to secure" . This shows that the High Contracting Parties are under a positive duty to take action to protect the rights guaranteed in Section 1 agaiust intringement, whether that infringement be by the State itself or by others within the State . It is not enough that the High Contracting Parties d o
- 195 -
not, for instance, deprive anyone of the iight of life in violation of Article 2 of the Couvention ; by virtue of Article I theÿ also have to attempt to secure the protection of the right to life of those within their jurisdiction . Article I accordingly requires the High Contracting Parties to take whatever legislative aud administrative action is feasible and appropriate to protect those rights, while remaining in compliance with the whole of the Convention . In the applicant's view the United Kingdom is in breach of the Conveutiou in t'ailiug to provide an effective and commensurate response to the crimes of'terrorism perpetrated against her in Northern Ireland . The applicant reférs to "the eflect that the years of violence from 1969 to 1981 has had on individuals and local communities in Northern Ireland" and in particular to "the effects of Ihe persistent and calculated campaign of terrorism in and agaiust the community living ,in towns and villages close to the Northern . Ireland frontier" . The statistics of death "show that since August 1969 until the end of December 1981, 2 172 people lost their lives in Northern Ireland as a result ot' the civil disturbances and terrorism . Of this number 1 546 were civiliaus ." The protestant population sufl'ered disproportionately . The conceutration of'violence along the frontier with the Republioof Ireland "establishis that much violence is caused by terrorists coming across the frontier to commit crimes of terrorism in Northern Ireland and then retreating once again to the Republic of Ireland ." The United Kingdom's "failure to adequately police aud patrol these areas ofNorthern Ireland has resulted in the rights of the applicant being infringed by terrorists . " The applicant considers that it is the duty of a State to provide within its powers and resources adequate and effective security within all parts of its territory . The provision of such security may both be commensurate with the gravitv of the threat and effectively directed to counter that threat .The respondent Government "maybe able to .point to high levels of financial support and military presence in Northern Ireland as a whole", but "such respouse as has occurred has not been sufficiently commensurate with the gravitv of the threat nor adequately directed" ; furthermore, when the respouse is analvsed, notably in respect of certain frontier areas and of certain parts of Belfast, "it can be seen to be insufficient and inadequate ." The applicant submits "case studies of the terrorist campaign against two towus, close to the frontier, Aughnacloy and Ballygawley, County Tyrone" relating to the years 1978 to 1980, which in her view demonstrate that the Uuited Kingdom "has failed to take even the elementary measures suggested bv local people ." She also refers to the "urban terrorism in Belfast" and submits that not enough has been done by the State to provide protection against this activitv .
The applicant further discusses the role of the Royal Ulster Constabulary, the Ulster Defence Regiment, and the Army . He states that the normal peac e -lri6 -
time army strength in Northern Ireland was 4,000 men and that it cun'ently stands at about 10,500 . However, as "considerable numbers are deployed in Belfast and Londonderry, the two main urban areas, this leaves little manpower for patrolling of the land frontier with the Irish Republic" . The army "has not beeo deployed in Northeru Ireland in sufficient strength" and with "the uecessarv local knowledge" to ensure the protection of the applicant's rights uuder the Convention . The applicant further considers that there is inadequate co-operation in practical terms between the forces of the United Kingdom and those of the Republic of Ireland in relation to the control of terrorism in frontier areas and that the United Kingdom has failed to consistently demand co-operation, even allowiug for the often negative response observable on this subject by the Republic of Ireland . "It is a striking fact also that the two Governements have failed to arrive at a direct and adequate means of communication between their security forces . " The applicant tinally refers to the "literature on counter-insurgency" which in her view provides "clear analysis of the need for effective measures in a terrorist emergency, aud establishes the existence of quite a number of precedents for such action in liberal democratic states which have experienced much less of a threat in the life of the state than has Northern Ireland . " With regard to Artlcle 26 of the Conventlon the applicant submit s - that her case is based upon continuing violations by the United Kingdom . The violations consist of failures by the United Kingdom to provide au adequate and commensurate response to the terrorist campaign as detailed iu the application . As the violations are continuous, the six months rule is iuappticable . The applicant relies on the Commission's decision in Application No . 214/56 . De Becker v/Belgium (2 YB, p . 214) ; - that, as the violations consist ot'the "inadequacies" of the laws of the Uuited Kingdom and of the administrative practices of the respondent Goveniment, there is no obligation on the applicant to exhaust domestic remedies . The exhaustion rule is inapplicable where the purpose of an applicatiou is to determine the compatibility with the Convention of legislation or au admiuistrative practice . The applicant relies upon the First Greek Case and states that the existence of the legislation and administrative practices is well established bv substantial evidence submitted at this stage of the application aud to be submitted . This ought to meet the more stringent test laid down by the Commission in Ireland v/the United Kingdom (Applications Nos . 5310/71, 5451/72 ; Collection 41, p . 85) and Donnelly v/the United Kingdom (Applications Nos . 5577-5583/72, Collection 43, pp . 122 . 147) ; - - further, or in the alternative, that there is no domestic remedy available to the applicant in the courts of the United Kingdom .
- 197 -
The obJects of the application, as stated by the applicant are freedoms defiued in Section 1 of the Convention ; -
: - to ensure that he United Kingdom wil secure the rights an d •
- to bring to the attention of the Commission breaches of the Convention bv the United Kingdo m - to determine the compatibility with the Convention of certain legislative measures of the United Kingdom and administrative practices of the respoiident Governntent ; - to ensure the observance of the legal engagements and obligation s undertaken by the United Kingdom in the Convention ; - to demonstrate that the Convention rights are such as will afford required legal protection to individuals and groups of individuals who are the victims of or threatened by a campaign of terrorism and genocide .
THE LA W 1. The .applicant complains of the murder of her husband in the Republic of Irelaud on 28 June 1980 and of her brother in Northern Ireland on 16 April 1981 . 2 . In its examination ot' the complaint concerning the murder of the applicaut's husband in the Republic of Ire(and the Commission has considered - whether the applicant can claim to be a"victim" within the meaning of Article 25 of the Conention ; . . - - whether the complaint is inadmissible ratione persoaae-on the-ground that it concerns acts of private persons ;and • - whether the Commission is competent ratione loci in relation to th e jurisdiction of the UnitedKingdom . . 3 . The Commission holds that the applicant, âs the wife who was affected by the death of her husband, may claim to bea "victim", in the sense of Article 25 . The Commission here refers to its decision on the admissibility of Application No . 2758/66 (Collection of Decisions 30, p . at, Yearbook on the Europeaii Convention on Human Rights 12, p . 175), as confirmed in Applicatiou No . 8416/79 (Decisions and Reports19 . 'pp . 244, 248) . 4 . The Commission also tinds that the applicant's complaint„concerning the-killingof her husband bv terrorists, raises the question of State responsibility for the protection of the right to life in accordance with Article 2 .of the Couvention . It follows that this complaint cannot be declared inadmissible, under Article 27, 'paragraph' 2, as being incompatible with- the'Convention ratione personae, on the ground that it is directed against acts of private persous .
-198-
S.
The Commission further considers that, in determining its competence
ratione loci in relation to the jurisdiction of the United Kingdom, regard must be had to the position, at the relevant time, of the direct victim (i .e . the applicaut's husband) and not of the indirect victim (the applicant herself) of the alleged violation ot' the Convention . It tinds that, at the time of his death at G . Sales Yard, in the Republic of Ireland, the applicant's husband was not "withiu the jurisdictiou" of the United Kingdom in the sense of Article I of the Conveutioa . The Commission has also considered whether any active measures by United Kingdom authorities could have contributed to the murder of the applicant's husband in the Republic of Ireland . However, it uotes that even the applicant has not alleged any such action by these authorities .
6 . It follows that the applicant's complaint . against the United Kingdom, coucerniug the nturder of her husband by terrorists in the Republic of Ireland is ratioae loci incompatible with the Convention within the meaning of Article 27, paragraph 2 . It is therefore not necessary to examine whether, as regards the present complaiut against the United Kingdom, the applicant has complied with Article 26 and, if so, whether the complaint is manifestly ill-founded within the meauiug of Article 27, paragraph 2 . 7 . The Commission has next examined the applicant's complaint concerning the murder of her brother, and her own security, in Northern /relaad.
8 . Noting that her brother was single the Commission finds that the applicaut . as uext-of-kin affected by his death, may claim to be a"victim", in the sense ot Article 25, of her brother's murder. It also considers that she may claim to be a victim of a continuing situation in respect of her own security . 9 . The Commission osbserves that this complaint concerns an alleged violation of the Convention in Northem Ireland . It finds that it is competent ratione loci . iu relation to the jurisdiction of the United Kingdom, to examine this complaint . 10 . Article 2, tirst sentence, of the Convention states that everyone's right to lité "shall be protected by law" . The applicant does not suggest that there are no laws in Northern Ireland protecting the right to life . or that they are not applied . She states herselt' that, following the death of her brother, one man, N . . has "been charged with the murder and is awaiting trial" . 11 . It is the applicant's case that Article 2, tirst sentence, interpreted in the light ot' the phrase "The High Contracting Parties shall secure . . . the rights and freedoms defined in Section I" in Article I of the Convention, requires the Uuited Kiugdom, in the emergency situation prevailing in Northern Ireland, to protect the right to life not only by criminal prosecution of offenders but also by such preventive control, through deployment of its arme d
- 199 -
forces, as appears necessary to protect persons who are considered to be exposed to the threat of terrorist attacks . 12 . The Commission is of the opinion that Article 2, which states that "the right of life shall be protected by law", may, as other Convention articles (cf. ECHR Marckxjudgment of 13 June 1979, para . 31), indeed give rise to positive obligations on the part of the State . That, however, does not mean that a positive obligation to exclude any possible violence could be deduced from this article .
13 . The Convention recalls that, in a previous application against the Republic ot Ireland (No . 6040/73), it considered the case of a person who stated that, following an attempt on his life by the IRA, he had for several years been underpolice protection in the Republic of Ireland . His claim under Article 2 of the Convention for continued protection of a personal bodyguard was declared inadmissible by the Commission on the ground "that Article 2 cauuot be interpreted as imposing a duty on a State to give protection of this uature, at least not for an indetinite period of time" (Collection 44, p . 121 (122)) . 14 . The Commission does not find that it can be its task, in its examination of the present applicant's complaint under Article 2, to consider in detail . as she appears to suggest, the appropriâteness and efficiency of the measures taken bv the United Kingdom-to combat terrorism in Northern Ireland . 15 . The Commission cannot find that the United Kingdom was required under the Convention to protect the applicant's brother by measures going beyond those actually taken by the authorities in order to shield life and limb of the inhabitants of Northern Ireland against attacks from terrorists . 16 . Nor can it find that the applicant can under Article 2 require such further measures as regards her own protection . In this connection the Commission notes from the applicant's submissions that, while the peace-time army strength in Northern Ireland was 4 000 men,-it currently stands at about 10 500 and that, between August 1969 and December 1981, several hundred members of the armed and security forces lost their lives there combatting terrorism .17 . The Commission concludes that the applicant's complaint under Article 2 concerning the murder of her brother and her own situation in Northern Ireland is manifestly ill-founded within the ineaning of Article 27, paragraph 2 of the Convention . 18 . In the light of its above considerations under Article 2 the Commission Iinds no issues under the other Convention articles invoked by the applicant .
For these reasons, the Commissio THIS APPLICATION INADMISSIBLE . nDECLARS -200-
(TRADUCTION) EN FAIT
La requérante est une ressortissante du Royaume-Uni, née en 1929 et habitant à C . en Irlande du Nord . Elle est représentée par MM . Cleaver, Fulton et Rankin, Solicitors à Belfast. La requérante se plaint, tant en son nom personnel qu'au nom de ses enfants à charge, S . et B ., de violations de la Convention en raison de l'assassinat de son mari W ., commis le 28 juin 1980 au foirail de G ., République d'Irlande, et également du meurt re de son frère D ., commis le 16 avril 1981 à M.
Les faits exposés par la requérante en ce qui concerne la mort de son mari sont les suivants : 1 . W ., propriétaire d'une carrière et exploitant agricole, habitait au moment de son décès à C ., Irlande du Nord . N' en 1932, il avait épousé la requérante en 1956. Ils avaient cinq enfants : H ., né en 1957, E., née en 1959, F ., né en 1963, S . née en 1965, élève à la High School od ( . . .), et B ., né en 1969 . élève à l'école secondaire de ( . . .) . 2 . W . avait été membre de l'UDR* mais avait démissioné 18 mois environ avant sa mort, essentiellement parce qu'il jugeait assez inutile le travail auquel il était affecté (contrôle des véhicules et du portail d'entrée) . Sa principale occupation était d'exploiter sa carrière, mais il s'efforçait également de se constituer un troupeau pour la ferrne . 11 se rendait régulièrement à la foire de G ., qui se tenait le samedi après-midi, ce qui lui était commode, et ce fut à sa sixième visite hebdomadaire consécutive qu'il fut tué . Il était également membre du Conseil unioniste de l'Ulster, l'organe directeur du parti unioniste officiel . 3 . W . fut tué alors qu'il négociait à titre privé l'achat de bétes à cornes, après une vente aux enchères à la foire de G ., République d'Irlande . Trois hommes porteurs d'armes à feu s'approchèrent de lui et l'abattirent devant K ., le vendeur des bestiaux et un certain nombre d'autres personnes se trouvant sur le foirail .
4 . L'IRA provisoire revendiqua l'a ttentat . lxs 28 eC29 juin, le tribunal de Dublin re connut P ., habitant . . . en République d'Irlande, coupable d'avoi r • Ulster Defence Regimeni .
- 201 -
renseigné les tueurs, mais en appel sa condamnation fut cassée pour vice de forme . Aucun nouveau procès ne fut ordonné . Le 6 octobre 1981, à Belfast, J . fut reconnu coupable des meurtres de W . et de L., commis le 6 mars 1980 . II fut condamné à la prison à perpétuité pour chaque chef d'accusation, mais aucun minimum ne fut fixé pour la durée de la peine, parce qu'il n'avait pas directement pris part à l'assassinat, mais avait été chargé de se renseigner en observant les mouvements des victimes . Mme W . fut informée par le commissaire de police de la Garda Siochana de . . . qu'il y avait une •conspiration du silence . autour des tireurs, personne ne voulant foumir de renseignements . On pense que le tireur responsable de l'assassinat de W . est en liberté à . . . et qu'il compte à son actif une vingtaine d'assassinats terroristes . Mme W . dut en conséquence se charger de l'exploitation de la carrière et d e .5 la ferme ainsi que s'occuper des membres de la famille encore à charge . La carrière lui prend la majeure partie de son temps mais elle espère que son fils F ., - qui part de zéro » , pourra la reprendre le moment venu . La ferme produit essentiellement du fourrage ensilé pour le bétail . Mme W . se fait aider d'un ouvrier agricole ainsi que des enfants qui travaillent à la ferme le week-end ét pendant les vactinces . Elle estime utile d'avoir à s'occuper pour éviter de broyer du noir .
11 1
Les faits exposés quant au décès du frère de la requérante sont les suivants : 1 . D . était un entrepreneur en bâtiments, né en 1924 et célibataire . 2 . D . fut tué alors qû il prenait .une consommation dans le café du village de M . Trois hommes porteurs d'armes à feu, peut-être plus, firent irruption dans la salle, tirèrent sur les lumières pour les éteindre et tirèrent une demidouzaine de balles dans le dos et la tête de D . Un homme, N ., a depuis lors été inculpé du meurtre et attend de passer en jugement . . 3 . D . venait de déménager ; il avait quitté la petite maison où il vivait seul à l'extérieur de M . pour s'installer dans un meublé sur la place de M . Le soir où il fut assassiné, il avait indiqué à son frère avoir entendu d've . que des gars allaient . faire leur affaire à un gros bonnet de la place • et lui avait conseillé de faire attention . De toute évidence, il ne pensa pas étre lui-méme la cible des tueurs . GRIEFS ET ARGUMENTATIO N La requérante allègue la violation des articles 2, 5, 8 à 11 et 13 de la Convention, ainsi que de l'article 1e• du Protocole additionnel . Elle invoque également l'article 1°• de la Convention .
- 202 -
Elle fait valoir : Au titre de l'urllcle 1• 1 de la Convention , que cette disposition crée une obligation distincte, que le Royaume-Uni est directement tenu d'assurer les droits reconnus à l'article 1•' à quiconque relève de sa juridiction ; et qu'il y a eu méconnaissance de cette obligation ; Au titre des arllcles 1 et 2 , que la requérante est une victime indirecte, en ce sens que ses proches parents ont subi une violation de leur droit à la vie . En tant que parent su rv ivant, elle est fondée à re vendiquer les droits dont bénéficiaient les défunts au regard de la Convention . E ll e-méme a un intérét personnel et permanent à assurer la cessation des violations de ce genre , pour protéger notamment son droit à la vie, celui de sa famille, et pour assurer le respect de sa vie privée et familiale . La requérante invoque à cet égard les décisions de'la Commission dans les Requêtes n° 1478/62, Rec . 13, p . 71 (89), n° 4185/69, Rec . 35, p . 140 et n° 4427/80, Rec . 38, p . 38 ; Au titre de l'erlicle 8, que le Royaume-Uni a méconnu cet article en contribuant à détruire la vie familiale de la requérante suite à l'assassinat de ses parents proches ; Au titre dea urlfcla 9 à 11 , que d'une part l'IRA mène actuellement une campagne de terrorisme dans l'intention génocide et délibérée de chasser de leurs terres, maisons et entreprises des membres de la communauté protestante habitant certaines régions frontalières, les privant ainsi des droits que ces articles de la Convention leur reconnaissent et que, d'autre part . le Royaume-Uni est responsable de ces violations de la Convention ; Au tilre de l'article 13 , que le Royaume-Uni méconnait les obligations qui lui incombent dans la mesure où il n'a pas mené à terme les poursuites contre les meurtriers présumés ; Au titre de I'erticle 1° 1 du Protocole additionnel, que la requérante est victime de menaces et d'intimidation, soit directement par les actes de violence dont elle est l'objet, soit indirectement par la campagne de terrorisme menée dans un but génocide par l'IRA provisoire et par l' .armée irlandaise de libération nationale• (INLA), et que le RoyaumeUni n'a pas pris les mesures adéquates ou efficaces pour la protéger . ' Quant à la compétence ratione personae de la Commission, larequérante soutient que, dans la mesure où le Royaume-Uni n'a pas garanti à son frère le droit à la vie alors qu'il relevait de la juridiction britannique, .il y a méconnaissance fondamentale de ses obligations . au regard de la Conventio n
- 203 -
et la requérante est .en réalité• une victime •directe . de la violation de l'article premier . Il est primordial en effet que la Convention soit effectivemént appliquée si l'on veut y voir un instrument efficace de protection des droits fondamentaux de ceux qui nécessitent le plus cette protection . Cette nécessité vaut également en période de danger public grave menaçant la vie de la nation, comme c'est le cas en irlande du Nord et comme la Commission et la Cour l'ont toutes deux reconnu . Selon la requérante, le Royaume-Uni est également responsable au regard de la Convention de l'assassinat de son mari en République d'Irlande . La Commission devrait en effet pouvoir intervenir pour indiquer - sous réserve de la . règle de la marge d'appréciition laissée à l'Etat • - le niveau minimum d'action que le Royaume-Uni devrait assurer pour garantir les droits énoncés à l'article 1 . II faut en effet considérer que la Convention garantit les droits des victimes du terrorisme tout autant qu'elle protège les droits fondamentaux des personnes arrêtées ou détenues pour avoir commis ces actes de terrorisme . En se prononçant en ce sens, la Commission exprimerait la philosophie de la Convention elle-même et accorderait la protection maximale de cet instrument à ceux qui risquent le plus d'encourir sa violation, à savoir les victimes directes d'une campagne de terrorisme menée sur le territoire d'une Haute Partie Contractante . La requérante soutient en conséquence qu'il incombe à la Commissio n d'examiner si le Royaume-Uni a pris contre les groupes terroristes les mesures nécessaires pour veiller àce que, sous`réserve de la marge 'd'appréciation laissée aux Etats, les droits des personnes relevént de sa juridiction soient protégés contre les violations commises par destiers . La Commission doit également examinér si, en ne luttant pas efficacement et constamment contre le terrorisme, le Royaume-Uni a toléré ou permis que les terroristes se servent des droits reconnus par la Convention pour priver autrui de ces mêmes droits . La requérante soutient qu'il faut accorder à la Convention son véritable caractère en droit international :obligation solennelle et contraignante, assumée par traité entre les Hautes Parties Contiactantes, elle a donné naissance à un accord réciproque et conféré des droits pouvant être invoqués en justice . Auparavant, la lutte contre la criminalité à l'intérieur des frontières d'un Etat aurait été considérée comme une affaire exclusivement inteme à l'Etat concerné . .Mais, à présent, la lutte contre la criminalité, et conne cette variété particulière connue sous le nom de • terrorisme •, est perçue de plus en plus comme un problème international . C'est ce qui ressort . notamment des conventions internationales sur la piraterie, de la Convention du Conseil de l'Europe pour la répression du terrorisnie, des rapports des Nations-Unies sur le tenorisme et la prise d'otages, du rapport Royaume-Uni/Irlande de la Commission d'application des lois (Cmnd 56/27) et de la Recommandation N° R (82) 1 du Comité des Ministres aux Etats membres concernant la coopération internationale en matière de-poursuite et de répression des actes d e
- 204 -
terrori sme . Certes, il n'existe pas de pratique étatique uniforme qui consti tuerait un .jus cogens• de la lutte anti-terro riste, mais selon la requérante, le droit inte rnational en est arrivé à cette situation qu'aucun Etat ne peut désormais prétend re que la question des aspects multiples de la lutte antiterroriste reléve exclusivement de sa compétence interne . L'article I - de la Conven ti on formule une obligation précise et susceptible d'être invoquée en justice, selon laquelle les Hautes Parties Contractantes . reconnaissent . les droits et libert és que définit le texte par la suite . Cette obligation concrète est soulignée par le libellé de l'article 19 :•afin d'assurer le respect des engagements résultant pour les Hautes Parties Contractantes de la présente Convention . . La Convention é tant expressément un accord entre les Hautes Pa rt ies Contractantes, les engagements sont des obligations incombant à chacune des pa rt ies vis-à-vis des aut res et vis-à-vis des personnes relevant de leurs ju ri dictions respectives . De l'existence de cette obligation découle la possibilité qu'elle ne soit pas respectée . Une violation de l'art icle 1°' est donc possible . Selon la requérante, ce point de vue est compatible avec la ju ri sprudence de la Commission et de la Cour . Interpréter la Convention de manière telle qu'il ne pourrait y avoir violation que des a rticles individuels définissant des droits et libe rtés déterminés, par exemple les a rticles 2 à 14, reviendrait à priver totalement ou pa rtiellement l'a rticle 1°' de ses effets . Pour que la Convention ait ce sens, il faudrait que les mots . sont convenus de ce qui suit • soient suivis dans le texte par l'a rt icle 2 et les a rt icles suivants . Si au contraire l'article l' , crée une obligation susceptible de violation, alors il en découle que cette violation ne peut être invoquée que devant un tribunal international, ce que, précisément, prévoit l'article 19 de la Convention . En conséquence, une procédure devant un t ribunal national est sans pert inence dans le contexte d'une violation de l'article 1- . C'est un principe du droit international comme du droit interne des Parties Contractantes que, dans l'interprétation de tout accord éc ri t, effet doit être donné à chaque clause et à chaque disposition . La requérante soutient que l'obligation prévue à l'article 1 - exige de l'Etat non seulement qu'il ne viole pas les droits et libertés garantis par cette disposition, mais qu'il .reconnaisse• de manière positive que les lois et pratiques du Royaume-Uni sont réellement conformes à la Convention et qu'il assure la protection des droits de l'article 1« contre toute violation commise par l'Etat ou par des particuliers . Cette argumentation est étayée par la comparaison entre le libellé actuel de l'article 1°' :•Les Hautes Parties Contractantes reconnaissent . et une version antérieure du même article, ainsi rédigée : .Les Hautes Parties Contractantes s'engagent à reconnaitre . . Cette différence de rédaction montre bien que les Etats ont l'obligation positive de prendre des mesures pour protéger les droits garantis à l'article 1" contre toute violation commise par l'Etat lui-même ou par des particuliers au sein de l'Etat . Il ne suffit pas que, par exemple, les Hautes Parties Contractante s
- 205 -
s'abstiennent de priver quiconque du droit à la vie, comme le prescrit l'article 2 de la Convention ; par le jeu de l'article 1", elles doivent également assurer la protection du droit à la vie pour les personnes relevant de leur juridiction . En conséquence, l'article 1 - exige des Hautes Parties Contractantes d'adopter toutes mesures législatives et administratives qu'il est possible et souhaitable de prendre pour protéger ces droits tout en respectant l'ensemble de la Convention . Or, selon la requérante, le Royaume-Uni est en infraction avec l a Convention puisqu'il n'a pas réagi de manière efficace et proportionnée aux crimes terroristes commis contre elle en Irlande du Nord . Elle évoque .les conséquences de ces années de violence de 1969 à 1981 sur les particuliers et les communautés d'Irlande du Nord» et notamment • les effets de Ia campagne terroriste, dirigée de manière constante et délibérée contre la population des villes et villages proches de la frontière d'Irlande du Nord . . Les statistiques •montrentque d'août 1969 à la fin décembre 1981, 2 172 personnes sont mortes en Irlande du Nord par suite de troubles civils et de terrorisme . Parmi elles, 1 546 civils . . La population protestante a énormément souffert . La concentration des actes de violence le long de la frontière avec la République d'Irlande • montre que cette violence est pour beaucoup le fait de terroristes passant la frontière pour commettre leurs crimes en Irlande du Nord et se repliant ensuite en République d'Irlande . . Le Royaume-Uni . qui .n'a pas su assurer ses devoirs de police et faire patrouiller dans ces régions d'Irlande du Nord, a favorisé la violation des droits de la requérante par les terroristes . . La requérante estime qu'il est du devoir d'un Etat d'assurer, dans la limite de ses possibilités, une sécurité convenable et réelle sur tout son territoire . Cette sécurité doit étre à la fois proportionnée à la gravité de Ia menace et dirigée de façon à tenir cette menace en échec . Le Gouvernement défendeur • peut certes insister sur l'appui financier et la présence militaire qu'il consent en Irlande du Nord en général •, mais il n'en reste pas moins que • sa réaction n'était pas suffisamment proportionnée à la gravité de la menace ni convenablement dirigée . ; en outre, une analyse de cette réaction, notamment dans certaines régions frontalières et certains quartiers de Belfast . • permet de constater qu'elle est insuffisante et inadéquate . . La requérante produit . des études de la campagne terroriste menée contre deux villes proches de la frontière, Aughnacloy et Ballygawley dans le comté de Tyrone, de 1978 à 1980, et montra qu'à son avis le Royaume-Uni •n'a pas pris les mesures les plus élémentaires suggérées par les habitants de ces régions . . Elle évoque également • le terrorisme urbain à Belfast . et soutient que l'Etat n'a pas pris les mesures voulues pour en protéger les habitants . La requérante examine ensuite le rôle de la police royale de l'Ulster et d e l'armée . Elle affirme qu'en temps de paix les forces armées sont normalement de 4 000 hommes en Irlande du Nord et qu'elles avoisinent maintenant 10 500 hommes . Cependant, comme •unnombre considérable se trouve sta-
- 206 -
tionné à Belfast et I .ondonderry, les deux grandes agglomérations urbaines, il n'en reste que très peu pour patrouiller sur la frontière avec la République d'Irlande• . L'armée •n'a pas été déployée en Irlande du Nord avec la puissance suffixante . et •les connaissances nécessaires du terrain . pour garantir à la requérante la protection de ses droits garantis par la Convention . La requérante estime en outre que, d'un point de vue pratique, la coopération n'est pas suffisante entre les forces du Royaume-Uni et celles de la République d'Irlande pour lutter contre le terrorisme dans les régions frontalières et que le Royaume-Uni n'a même pas exigé cette coopération puisqu'il a permis la réaction souvent négative que l'on obse rv e à cet égard du côté de la République d'Irlande . • 11 est remarquable également que les deux gouvernements ne soient pas pa rvenus à instaurer des moyens de communication directs et suffisants entre leurs forces de sécurité . • la requérante renvoie enfin à - la documentation sur la contre-insurrection . qui fournit à son avis +une bonne analyse de la nécessité de réagir efficacement devant le danger terroriste et montre que ce type de mesu res a déjà souvent été décidé par des Etats démocratiques et libéraux beaucoup moins menacés pourtant dans leur existence que ne l'est l'Irlande du Nord• . Quant à l'article 26 de la Convention, la requérante fait valoir que : - son argumentation se fonde sur l'existence de violations permanentes de la Convention par le Royaume-Uni, celui-ci n'ayant pas réagi de manière adéquate et propo rtionnée à la campagne terrori ste, comme l'iltustre la requête . Les violations étant permanentes, la règle des six mois est inapplicable en l'espèce . La requérante se fonde à cet égard sur une décision rendue par la Commission sur la requète n° 214/56 De Becker c/Belgique (Annuaire 2, p . 214) ; - les violations s'analysent en • insuffisances . de la législation b ri tannique et des pratiques adroinistratives du Gouve rnement défendeur et, dès lors la requérante n'a pas l'obligation d'exercer des voies de recours inte rn es . En effet, la règle de l'épuisement ne s'appGque pas lorsqu'une requête vise à déterminer la conformité d'une législation ou d'une pratique administrative avec la Convention . La requérante renvoie à cet é gard à la pre mière Affai re grecque et affirme que l'existence de mesures législatives et de pratiques administratives est bien établie par les preuves substantielles déjà fournies à ce stade de la requête et par celles qu'elle pouvait y ajouter . Ceci devrait donc répondre aux c ri tères les plus ri goureux posés dans l'affaire Irlande c/ Royaume-Uni (Requêtes n° 5310/71 et n` 5451/72 ; Rec . Rec . 41, p . 85) et Requête Donnelly et autres c/Royaume-Uni (n° 5577 à 5583/72 ; Rec . 43, pp . 122, 147) . - en out re , ou à titre subsidiaire, que la requérante ne dispose d'aucune voie de recou rs devant les t ri bunaux du Royaume-Uni .
- 207 -
La requête a pour objet, comme l'indique la requérant e - d'assurer que le Royaume-Uni re connait les droits et libertés dé finis à l'article 1° , de la Convention ; - d'attirer l'atten ti on de la Commission sur les violations de la Convention commises par le Royaume-Uni ; - de déterminer la conformité avec la Conven ti on de ce rt aines mesures législatives p rises par le Royaume-Uni et de pratiques administratives en usage dans le Gouvernement défendeur ; - de veiller au respect des engagements et obliga tions ju ri diques incombant au Royaume-Uni aux termes de la Convention ; - de démontrer que les droits reconnus par la Conven tion exigent de fournir une protection juridique aux pa rticuliers et groupes de particuliers qui sont frappés ou menacés par une campagne de terrorisme et un génocide .ENDROIT1 . La requérante se plaint de l'assassinat de son mari en République d'Irlande, commis le 28 juin 1980, et celui de son frère, perpétré en Irlande du Nord le 16 avril 1981 . 2 . Dans son examen du grief relatif au meurtre du mari de la requérante en République d'Irlande, la Commission a examiné : - si la requérante peut se prétendre «victime », au sens de l'article 25 de la Commission ; - si le grief est irrecevable ratione personae parce que concernant des actes commis par des particuliers ; e t - si la Commission est compétente ratione loci en ce qui ~éoncerne la juridiction du Royaume-Uni . La Commission estime que larequérante peut, en tant qu'épouse affecté e .3
par le décès de son mari, se prétendre «victime», au sens de l'article 25 . Elle renvoie ici à sa décision sur la recevabilité de la Requéte n° 2758/66 (Rec . 30, p . 11 et Annuaire 12, p . 175), confirmé dans la décision n° 8416/79 (D .R . 19, pp . 244, 248) . 4 . La Commission estime également que le grief de la requérante, qui concerne l'assassinat de son mari par des terroristes, pose la question de la responsabilité de l'Etat dans la protection du droit à la vie aux termes de l'article 2 de la Convention . Il s'ensuit que ce grief ne saurait étre déclaré irrecevable au sens de l'article 27, paragraphe 2 pour incompatibilité rarione personae avec la Convention, au motif qu'il vise des actes commis par des particuliers . La Commission estime en outre qu'en déterminant sa compétence ratione .5 loci par rapport à la juridiction du Royaume-Uni elle doit tenir compte de la situation dans laquelle, à l'époque des faits, se trouvait la victime direct e
-208-
(c'est-à-dire le mari de la requérante) et non pas la victime indirecte (la requérante elle-même) de la violation alléguée de la Convention . Elle estime qu'au moment de son décès sur le foirail de G ., en République d'Irlande, le mari de la requérante ne • relevait pas de la juridiction . du Royaume-Uni, au sens de l'article l - de la Convention . La Commission a également examiné si quelque acte des autorités du Royaume-Uni avait pu contribuer à l'assassinat du mari de la requérante en République d'Irlande mais elle reléve que la requérante elle-même n'a pas allégué un tel acte de la part des autorités britanniques . 6 . 11 s'ensuit que le grief de la requérante dirigé contre le Royaume-Uni et concernant le meurtre de son mari par des terroristes en République d'Irlande est incompatible ratione loci avec la Convention, au sens de l'article 27, paragraphe 2 . Il n'est donc pas nécessaire d'examiner si, en ce qui concerne le grief formulé contre le Royaume-Uni, la requérante réunit les conditions prescrites par l'article 26 et, dans l'affirmative, si le grief est manifestement mal fondé au sens de l'article 27, paragraphe 2 . 7 . La Commission a examiné ensuite le grief formulé par la requérante à propos de l'assassinat de son frère et de sa propre sécurité en /rlande du Nord. 8 . Le frère de la requérante étant célibataire, la Commission estime que la requérante, en tant que plus proche parente affectée par sa mort, peut se prétendre •victime ., au sens de l'article 25, de l'assassinat de son frère . Elle estime aussi que l'intéressée peut se prétendre victime d'une situation continue en ce qui concerne sa propre sécurité . 9 . La Commission fait observer que ce grief concerne une violation alléguée de la Convention en Irlande du Nord . Elle s'estime donc compétente ratione loci, par rapport à la juridiction du Royaume-Uni, pour examiner ce grief . 10 . L'article 2 . première phrase, de la Convention énonce que le droit de toute personne à la vie •est protégé par la loi . . Or, la requérante ne prétend pas qu'il n'existerait en Irlande du Nord aucune loi protégeant le droit à la vie ni que de telles lois ne seraient pas appliquées . Elle déclare elle-même qu'à la suite de la mort de son frère, •un dénommé N . a été inculpé du meurtre et attend de passer en jugement . . Il . La requérante soutient que l'article 2, première phrase, interprété à la lumière des mots :•Ies Hautes Parties Contractantes reconnaissent . . . les droits et libertés définis au titre 1 ., figurant à l'article 1°' de la Convention, oblige le Royaume-Uni, dans la situation de danger public régnant en Irlande du Nord, à protéger le droit à la vie non seulement en poursuivant au pénal les criminels, mais aussi en prenant des mesures préventives telles que le déploiement de ses forces armées comme il paraît nécessaire pour protéger les personnes considérées comme menacées par des attaques terroristes .
- 209 -
12 . La Commission est d'avis que l'article 2, énonçant que • le droit de toute personne à la vie est protégé par la loi ., peut, à l'instar des autres articles de la Convention (cf .-arrêt CEDH Marckx du 13 juin 1979, par . 31), imposer à l'Etat des obligàtions positives . Cela ne signifie pas toutefois que l'on puisse déduire de cette disposition une obligation positive d'empêcher toute possibilité de violence . 13 . La Commission rappelle que, dans une requête antérieure dirigée contre la République d'Irlande (n° 6040/73), elle a examiné le cas d'un requérant affirmant qu'à la suite d'une tentative de l'IRA d'attenter à ses jours, il était resté plusieurs années sous la protection de la police en République d'Irlande . Sa demande, fondée sur l'article 2 de la Convention, tendant à bénéficier de la protection permanénte d'une garde au motif • que l'article 2 ne saurait être interprété comme imposant à l'Etat l'obligation d'accorder une protection de cette nature, du moins paspendant une période illimitée . •(Recueil 44, p . 121 (122)) . 14 . La Commission estime que, dans l'examen du grief que la présente requérante tire de l'article 2, il ne lui appartient pas d'examiner de manière approfondie, comme le voudrait l'intéressée, l'opportunité et l'efficacité des mesures prises par le Royaume-Uni pour combattre le terrorisme en Irlande du Nord . 15 . La Commission ne saurait dire que le Royaume-Uni était tenu, aux termes de la Convention, de protéger le frère de la requérante par des mesures autres que celles prises effectivement par les autorités pour protéger la vie des habitants d'Irlande du Nord contre les âttentats terroristes . 16 . Elle ne saurait dire non plus que la requérante peut, en invoquant l'article 2, exiger des mesures complémentaires pour assurer sa protection personnelle . A cet égard, la Commission-relbve que, selon la requérante ellemême, l'armée stationnée en Irlande du« Nord en temps de paix compte 4 000 hommes, alors qu'elle avoisine maintenant 10 500 hommes et qu'entre aoGt 1969 et décembre 1981, plusieurs centaines de membres de l'armée et des forces de sécurité sont morts en luttant contre le terrorisme . 1 7 . La Commission estime en conséquence que le grief que la requérante tire de l'article 2, au sujet de l'assassinat de son frère et de sa propre situation en Irlande du Nord, est manifestement mal fondé, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention . Après les considérations qui précèdent, faites au titre de l'article 2, l a Commission ne discerne aucun problème à examiner sous l'angle des autres articles de la Convention invoqués par la requérante n
DÉCLARE LA REQUflTE IRRECEVABLE .
- 210 -
.Parcesmotif,lC

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 28/02/1983

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.