Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ A.W. WEBB c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partielllement recevable ; partielllement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9353/81
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1983-05-11;9353.81 ?

Analyses :

(Art. 6-1) EGALITE DES ARMES, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-1) PROCES ORAL, (Art. 6-3-c) ASSISTANCE D'UN DEFENSEUR DE SON CHOIX, (Art. 6-3-c) ASSISTANCE GRATUITE D'UN AVOCAT D'OFFICE


Parties :

Demandeurs : A.W. WEBB
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 9353/8 1 A .W . WEBB v/the UNITED KINGDO M A .W . WEBB c/ROYAUME-UN I DECISION of 11 May 1983 on the admissibility of the application DÉCISION du 11 mai 1983 sur la recevabilité de la requêt e
Article 6, paragraph 1, of the Convention : The whole oj the proceedirrgs in questiou nrust be considered in order to decide whether the refusal oj legal aid in a civil case prejttdiced the right of access to cotrrt aud the righl to a Jàir hearing (ref. Airey,judgment) . These rights are uot prejudiced ij the applicaut cotdd defend hinrselj iu persou . i not arbitrary . if account was tnkeu of the limit jtherusalogidws required ou cases devoid oj any chance of success and the jndge enstned the jairness and proper conduct of the proceedirrgs. Article 14 o( the Convention, in conj unctlon with Article 6, paragraph 1, of the Convention :/t is not discriminatory to reJLse legal aid to joalhardy litigants . when the person carcerned has the possibility of presentirrg his case in person .
Article 6, paragraphe I, de la Conventlon : Pour déterrniner si . dans un procès civil. le rejrts de l'assistance judiciaire a porté atteinte au droit d'accès à un tribunal et au droit à un procès équitable (réf. à l'anét Airey) . il convient d'errvisager l'ensemble de la procédure. Il n ÿ a pas atteinte à ces droits si le requérant pouvait déjendre sa cause en personne . si le rejus de l'assistance judiciaire n'u pas été urbitraire, s'il a teau compte des limites qui s'imposent pour les actions dépourvues de chances de succès, et que le juge a veillé au déroulemetit équitnble de la procédure . Artlcle 14 de la Convention, combiné avec l'artlcle 6, paragraphe 1, de la Convention :/l u'est pas discriminatoire de refuser l'assistmrce judiciaire aus plaideurs térnéraires . lorsque l'intéressé a[a possibilité de déjertdre sa cause en persoame.
- 133 -
THE FACTS
((rancais : voir p . 143 )
The facts, as they have been submitted by the applicant, a British citizen born in 1944, who has been represented before the Contmission since the grant of legal aid by Messrs . Kingsford . Flower, Pain, solicitors of Ashford, Kent may be suntmarised as fnllows : The applicant was subjected to affiliation proceedings under Section 1 of the AHiliation Proceedings Act 1957 before the Maidstone Magistrates' Court on 24 July 1979 . The proceedings were brought by the mother of a child born on 29 December 1978, with whom the applicant admitted cohabitating from November 1977 to February 1978 and having subsequently had intercourse . The Magistrates ntade an al7iliation order against the applicant in respect of the child and ordered him to pây £10 per week towards its maintenance . The applicant maintains that the Magistrates were biased against him and ret'used to permit hint to have a blood test and thus reached their decision without factual evidence . The applicant, who had not been represented at first instance, appealed in accordance with Section 8 (1) of the Affiliation Proceedings Act 1957, as amended by Section 56 (2) of the Courts Act 1971, to the Crown Court and in July 1979 applied to the No . 2 Legal Aid Area Committee Brighton for legal aid, which was refused, on 13 August 1979, on the grounds that he had not shown that he had reasonable grounds for defending the proceedings and pursuing the appeal . The applicaut represeuted himself on his appeal before the Crown Court at Maidstone ou 31 March 1980, when the Court directed that blood tests should be made at the applicant's expense . The applicant then renewed his application for legal aid, but was advised to reapply after obtaining the results of the blood tests . The tests were prepared and the hearing resumed before the Crown Court on 4 August 1980, the applicant again being unrepresented, having applied for legal aid again, but having been refused on 7 July 1980 on the grounds that the applicant's own evidence, taken with the blood test evidence, made the prospects of his appeal succeeding minimal . However on 4 August 1980 the applicant made a request to the judge for legal aid t~ assist him in interpreting the results of the tests for the Court and the latter adjourned the hearing for a further application for legal aid to be made . The judge also gave the applicant a letter in the following terms to send to the Law Society Legal Aid Committee in support of his further application tor legal aid : "Her Honour Judge Cosgrave, Crown Court Maidstone, 4 August 1980 WEBB (Alau William) appeared in this Court this morning and sought an adjournment on the grounds that he required legal aid for his appeal which I understand has been refused .
- 134 -
I have seen blood test reports, which on the face of them indicate that he gould be the father, but there may be some discrepancy which requires claritication . It he qualilies on financial grounds, it would be of assistance to the Court if he should be represented . Yours truly, Margaret Cosgrave " The applicant submitted this letter, with his application for legal aid, to the Law Society on 6 August 1980 . His application was considered by the same Legal Aid sub-committee, which had considered the applicant's previous request in July, and refused on 28 August 1980 and the applicant was informed by letter of I September 1980 that the Legal Aid Committee "did not feel (that) they had sufficient grounds for departing from the reasoning set out in their previous letter ol' 7 July 1980" . The applicant's appeal was relisted for 6 October 1980 . The applicant applied to the Court on 8 September 1980 to adjourn the appeal until such tinte as he was granted legal aid on the same basis as that granted to the child's mother, who was legally aided . His application was refused on 12 September 1980 and on 6 October his appeal was heard by Rochester Crown Court, the applicant being unrepresented . The appeal was dismissed, but the maintenance payments were reduced to £5 .00 per week .
The applicant has subsequently been involved in enforcement proceedings in relation to the arrears of maintenance and has sought to have the orders varied and the arrears remitted on several occasions . He is currently appealing to the High Court against the order ol' the Maidstone Magistrates made on 13 April 1981 that he pay maintenance of £5 .00 per week and £0 .50 per week in respect of the accrued arrears .
COMPLAINTS . The applicant contplains first that his hearing before the Maidstone Magistrates' Court on 24 July 1979 was unfair and that the Magistrates retused to permit him to undergo a blood test . He also complains that he was denied legal aid for his appeal from the order of the Magistrates to the Crown Court, which was flnally determined on 6 October 1980 . The applicant invokes Articles 6 and 14 of the Convention .
- 135 -
THE LA W 1 . The applicant complains first of bias and unfairness in the afriliation proceedings before the Maidstone Magistrates' Court on 24 July 1979 and that he was subsequently denied a fair hearing and adequate access to the Crown Court of his appeal from the Magistrates' order, by the refusal of his applications for legal aid, ultimately, on 28 August 1980 . His appeal was finally dismissed on 6 October 1980 . The applicant invokes Article 6(1) of the Convention which provides (inrer alia) : "In the determination ot' his civil rights and obligations . . . everyone is entitled to a fair . . . hearing . . . by an independent and impartial tribunal established by law . " The respondent Government has contended that the applicant has failed to exhaust the ettective domestic remedies which were available to him, in that he failed to âpply to adjourn the affiliation proceedings and seek judicial review of the decision of the Legal Aid Area Committee of 28 August 1980, refusing him legal aid . ' The applicant contends that the complexity and technical nature of an application for judicial review made it impractical to expect him to pursue it without the means to employ a solicitor or without legal aid . However, he submits that it would be unreasonable to expect him to seek, or for the Area Committee to grant, further legal aid for him to take proceedings to challenge the Comntittee's refusal of legal aid in the afFiliation proceedings . He further submits that it would have been impossible in practice to obtain an adjournment of his appeal in the appeal proceedings, whilst he sought judicial review, as is illustrated by his application for an adjournment on 8 September 1982, which was rejected on 12 September 1982 . Finally the applicant submits that the remedy of judicial review would not have been effective, within the meaning of Article 26 of the Convention, since it would, at most, require the legally correct application of criteria of Section 7 (5) ol'the Legal Aid Act 1974 to his application for legal aid . In his subntission these criteria do not correspond with those recognised by the European Court of Human Rights in the Airey case and, in particular, do not iuclude cousideration of whether the applicant would receive a fair hearing without legal aid whatever the merits of his appeal . The Commission uotes flrst that the applicant applied on separate occasions for the grant of legal aid, each of these applications being refused . Furthermore, although there is no provision for an appeal from the refusal of legal aid, the applicant applied to the judge presiding at his Appeal on 4 August 1980 for legal aid, and she wrote to the competent authorities statin g
-136-
that it would be of assistance to the Court for the applicant to be legally aided . Nevertheless legal aid was again refused . The respoudeut Government have contended that, notwithstanding this refusal, and the applicant's prior efforts, Article 26 required the applicant to ntount a collateral attack on the Area Committee's decision by way of judicial review . By these proceedings the applicant could have obtained the quashing of the Area Committee's decision, if he could show that they had failed to take into accouut a material factor, or had taken an irrelevant factor into account or had reached a decision which no reasonable Committee could have reached . As the Commission found in Application No . 7598/76 Kaplan v . the United Kingdom, such proceedings provide a formal review principally of the lawtùlness of a giveu decision, in particular from the procedural point of view, as well as providing a limited review of the merits of the decision to the extent that a decision which, given the facts, no reasonable Committee could have reached, and which was arbitrary, would be quashed . It is, however, clear that the High Court would uot intervene merely on the ground that it would have exercised a discretiouary power in a different manner to the authority vested with it (DR IS, p . 120 at p . 122) . In the present case the applicant submits that, even if the Area Committee did apply the criteria for deciding upon the applicant's application for legal aid correctly uuder English law, those criteria do not fully reflect the requirements recognised by the Comntission and the Court in the Airey case, which made the requirement that the applicant be afforded a decisive fair hearing . even if his prospects of success are not good on the merits . The applicaut did not allege that the Area Committee had acted unlawtully in refusing legal aid, nor that their decision was arbitrary or so "unreasonable" that the High Court would have quashed the decision in judicial review proceedittgs . The Conimissioit concludes that an application for judicial review would not, in these circumstances, have constituted an effective rentedy for the applicaut's coniplaint that the criteria for the refusal of his application for legal aid do uot correspond with those of the Convention in the light of the Airey case, and that the refusal denied him a fair hearing in the appeal proceedings . 2 . The applicant complains that he was denied a fair hearing, required by Article 6(1) of the Convention, since he was denied legal aid in pursuing the attiliation proceedings in the Crown Court . The Commission recalls that in Application No . 8315/78 . (DR 25, p . 203), it has concluded that paternity proceedings involve the determination of civil rights, since they are directly decisive for the private rights of the putative father, the child, and in certai n
- 137 -
cases, the mother . While it is clear that the affiliation proceedings in the present case were also concerned with the determination of civil rights and obligations, the Commission nevertheless notes that the applicant's complaint relates to the refusal of legal aid for an appeal from the decision of the Magistrates' Court at first instance, and that the applicant did not seek legal aid tor the proceedings in the Magistrates' Court . The applicant contends that, although legal aid is not guaranteed in all civil proceediugs to which Article 6(1) applies, the requirement of a fair hearing contained in that provision may necessitate the provision of legal aid in certain circumstances . In particular, he submits that the Court in the Airey case identified the following factors, which led to the conclusion that that applicant, although in theory able to present her case in person, was in practice denied the guarantee of access to court and a fair hearing contained in Article 6 (1) : 1 . The case involved complicated points of la w 2 . the case involved expert witnesses ;3 . the case involved the proof of established facts ; an d 4 . the case entailed an emotional involvement, incompatible with the objectivity required by forensic advocacy . (Judgment of 9 October 1979 . Series A, Vol . 32) . The applicant maintains that these factors were not, or were not adequately, reflected in the criteria imposed by Section 7(5) of the Legal Aid Act 1974, and that the Area Committee failed to take them into account in refusing the applicant legal aid, essentially on the basis of the poor prospects of success which his appeal offered . In addition he complains that the composition of the Area Committee, which considered his renewed applications for legal aid, should not be able to be the same as that which considered a previous application . The respondent Government submit that these factors would have been taken into account by the Area Committee in deciding whether the applicant had reasonable grounds for pursuing his appeal, in accordance with Section 7 (5) of the Legal Aid Act 1974 . They thus submit that the applicant's prospects of success in his appeal were only one of the factors which would be considered by the Committee on an application for legal aid . However, in the respondent Government's subniission the provision of legal aid in civil proceedings goes further than merely granting it where the factors referred to in the Airey case are present . since, in an appropriate case . Section 7 (5) of the Legal Aid Act 1974 would require the grant of legal aid even in the absence of these factors . The Commission recalls, however, that under the terms of Article 25 (I) of the Couvention it is required to consider the facts of the application before it and not the qtiestion of the general conformity of Section 7 (5) of the Lega l
- 138 -
Aid Act 1974 with the requirentents of the Convention . It must, therefore, consider the applicant's reliance upon the factor's mentioned above, especially in the light of paragraph 26 of the Court's decision in the Airey case (ibid, at page 15) to establish whether or not the applicant's undisputed personal right ol' appearance before the Crown Court on his appeal met the requirements of Article 6(I), In this respect the Commission also notes that the applicant has not shown that the contposition of the Committees which considered the applicant's requests for legal aid was in any way relevant to the ultimate question of the fairness ot' the aftiliation proceedings as a whole, since he has not alleged actual or potential bias by the Committee, which would have enabled the applicant to pursue judicial review to challenge their decisions . The Conimission does not find that the subject of the proceedings constituted in itsetf a complex point of law . The proceedings were brought to establish the aftiliation of a child born to a woman with whom the applicant had at one time been living . The legal issue, which would then determine the applicant's liability to support the child, was readily comprehensible to a lay person, and it is clear from the applicant's submissions that he fully understood the nature of the proceedings . It is also significant that, although the proceedings in question were on appeal, the Crown Court had full jurisdiction to make its own flndings of fact and to admit and examine new evidence, as it did, for example, in respect of the blood tests which had been couducted . The applicant was thus able to present his evidence and submissions afresh, notwithstanding the findings ot the Magistrates' Court, which he disputed, in a full hearing o( the matter, and he was not, therefore, restricted by the alleged inadequacies in the proceedings before the Magistrates' Court . The Comntission finds it appropriate to consider the second and third factors relied on by the applicant together, since the applicant obtained blood test evidence upon which his appeal relied, although no expert witness was specitically called . It is clear that the rules of evidence and its presentation and interpretation to a Court are matters of legal complexity in respect of which legal advocacy is an advantage . This is reflected by Judge Cosgrave's letter of 4 August 1980, which stated that it would be of assislance to ihe court for the applicant to be legallv aided in relation to the evaluation of a possible ambiguity in this evidence . However, the Commission must also take account of the fact that the applicant had written to the doctor who had prepared the tests and the accompanying evidence and obtained clarification from him, and that the applicant's request to Judge Cosgrave for leave to make a further application l'or legal aid was apparently taken as a preliminary point before the evidence would otherwise have been presented to the Court by the applicant . Furtherntore . when the appeal was tinally heard and dismissed on 6 October 1980 b y
- 139 -
another Judge, he was apparently satisfied with the applicant's ability to present the appeal without legal aid . In respect of the fourth factor, it is clear that the applicant was emotionally involved in the outcome of the proceedings, both because they involved his private, personal affairs, and also in the light of the financial implications which an affiliation order might impose on him . The Commission considers that these factors are not decisive in themselves of the question whether the applicant required legal aid in order that the hearing of his appeal would be fair, but must be evaluated in the context of the particular proceedings in which the applicant was involved . It refers, in this respect . to the significance placed by the Court in the Airey case upon the fact that the proceedings in question were in the High Court, and involved not only very high fees for representation, but also a very complex prncedure for institutingproceedings . In this respect the Commission finds a significant difference between appeal proceedings in the present case and the complexity of the proceedings at issue in the Airey case . In particular . the proceedings were instituted in the Magistrates Court, which is the court of lowest jurisdiction in the United Kingdom . The complexity of the Rules of Procedure and the formality of the proceedings is thus significantly less than in the High Court, a fact which remains true even on an appeal from the Magistrates' Court to the Crown Court . The Commission must therefore consider whether, in these circumstances, the applicant still had reasonable access to court and an opportunity for a fair hearing, notwithstanding the refusal of his applications for legal aid . The Commission recalls that in the Airey case the Court made it clear that it tett to the State a free choice of the means to be used to ensure the effective protection of these rights contained in Article 6 (1) Qudgment of 9 October 1979, Series A, Vol . 32, p . 15) . Furthermore the Commission has recognised in its decision on the admissibility of Application No . 8158/78 (X . v . the United Kingdom . DR 21, p . 95) that, given the limited resources available . a svstem of legal aid can only operate etfeetively by establishing a machinery to select which cases should be legally aided . Provided that the decision as to whether or not to grant legal aid is not taken arbitrarily, but recognises the practical restraints imposed oTi an action which is not likely to succeed, Article 6 (1) of the Conveution may be satisfied by the applicant securing his owo defence, provided that it is practical for him to do so, and given the ellective exercise of the powers and duties of every judge seized with jurisdiction to ensure the basic fairness and proper conduct of the proceedings before him . - 1qp -
In the present case the applicant does not allege that the refusal ot' his applications was arbitrary . Indeed, had this been his contention, it is possible that the remedy of judicial review would have been open to him and effective to resolve his complaints in the domestic jurisdiction . The applicant coniplains rather that the decision failed to take account ot'the inequality, which he contends arose from the fact that the mother was represented before the Crown Court, whereas he was not . In the notion of a lair hearing, Article 6 (1) of the Convention does not guarantee that both parties to any proceedings must necessarily be represented by counsel or be granted legal aid to that eftect . No such rigid principle is contained in, or implied by, this provision which does, however, require that the proceedings taken as a whole, must be fair (cf . the Commission's consistent case-law e .g . Application No . 2804/66, Cull . Dec . 27, p . 72 Pt) . As a result, the task of the judge or judges in proceedings to which Article 6 (1) applies is never passive, but includes the ultimate responsibility for ensuring the fairness of the proceedings, whether or not the parties are represented, and this safeguarding principle is especially relevant in contested proceedings where one of the prties appears in person . It follows that the Commission's examination of the fairness of the proceedings must be based upon their entirety and not on the isolated question of whether the applicant was granted legal aid . In the present case it appears from the transcript of the Crown Court's hearing of the appeal on 6 October 1980 that, having heard the applicant's pleading in person and the child's mother's counsel, the Court examined the evidence "in the utmost detail and sought to argue everything that could be argued" . After this full examination of all the evidence in the case and having tulty heard the applicant, the Court was faced with the task of evaluating the probability of the applicant's paternity . In these circumstances, the Commission is satistied that the Crown Court's decisibn was based on a full and thorough evaluatiou of the evidence and that there is nothing to show that the applicant failed to receive a fair hearing in the determination of his appeal before the Crown Court . It follows that this aspect of the applicant's complaint is manifestly itt-fouuded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention . 5 . The applicant also invokes Article 14 of the Convention which provides "The enjoyntent of the rights and freedoms set forth in this Convention shall be secured without discrimination on any ground such as sex, race, colour . language, religion, political or other opinion . national or social origin, association with a national minority, property, birth or other status" . The Comntission recalls that in the Belgian Linguistic Case the Court recognised that it was not every differentiation which constitutes discriminatio n
- 141 -
contrary to Article 14 . The Commission, applying the criteria recognised in its constant case-law, must therefore consider whether the Area Committee's refusal of the applicaut's requests for legal aid, which resûlted in his not being represented on his appeal due to his lack of other means to employ a lawyer . was a ditTerence in treatment without a legitimate aim, which disregarded the principles which normally prevail in democratic societies, and was disproportionate . The Commission recognises that the aim of Section 7 (5) of the Legal Aid Act 1974 is to ensure that the funds available for civil legal aid are not squandered in providing lawyers in vexatious, frivolous or other cases, where a prudent person, who could personally afford the costs of litigation, would be advised not to proceed . The Commission regards this aim as legitimate, both because it would be unreasouable for a legallv aided pa rt y to exploit that financial advantage against an unaided opponent, and because the result is to discourage fruitless Îitigation which would overburden the courts . In this respect it must also be noted that the applicant's request for legal aid was first made for the appeal proceedings which he wished to pursue before the Crown Court, and that, as a result, the Legal Aid Committee which examined his request had before it the evidence which the Magistrates had heard, in order to assist them in evaluating the reasonableness of the proposed appeal . The applicant has contended that he should have been granted legal aid in the light of the fact that the child's mother, who had initiated the proceedings, was legally aided, but the Commission notes that the same criteria under Section 7 (5) of the Legal Aid Act 1974 would have been applied to her as to the applicant, and that this in itself cannot constitute discrimination . Furthermore, the Commission notes that a similar approach of applying a 'tilter', based in part on the prospects of success in the proposed action, in deciding upon applications for legal aid, is applied in a number of member states of the Council of Europe . The Commission has already found that in the light of the nature of the proceedings involved, the requirement that the applicant represent himself was not a denial of his right of access to court or of a fair hearing, guaranteed by Article 6(I) of the Convention . It follows that, since the applicant remained able to pursue his case in person, the denial of legal aid was not disproportionate to the aim sought to be achieved by Section 7 (5) of the Legal Aid Act 1974, and that this aspect of the applicant's complaint under Article 14, taken in conjunction with Article 6(I), is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention . For these reasons the Comntissio n DECLARES THIS APPLICATION INADMISSIBLE .
-142-
(TRADUCTION) . .V FAIT Les faits . tels qu'ils ont été exposés par le requérant, ressortissant britannique né eu 1944 et représenté devant la Commission, deouis l'octroi de l'âssistance judiciaire, par le cabinet Kingsford Flower Pain, 'solicitors à Ashl'ord (Kent), peuvent se résumet comme suit : Le requérant fit l'objet, devant le tribunal d'instance de Maidstone, le 24 juillet 1979, d'une action en recherche de paternité, conformément à l'article I de la loi de 1957 sur la filiation . L'action fut engagée par la mère d'un enfant né le 29 décembre 1978, avec laquelle le requérant reconnaît avoir cohabité de novembre 1977 à février 1978 et avoir eu par la suite des rapports sexuels . Le tribunal prononça contre le requérant une ordonnance d'assignation à père putatif et condamna l'intéressé à verser 10 livres par semaine pour l'entretien de l'enfant . Le requérant soutient que le juge était prévenu contre lui et a refusé de faire procéder à une analyse de sang, prenant ainsi sa décision sans preuve . Le requérant, qui ne s'était pas fait représenter en première instance, fit appel devant la Crown Court . conformément à l'article 8, paragraphe 1, de la loi de 1957 sur la filiation, modifiée par l'article 56, paragraphe 2, de la loi de 1971 sur les tribunaux . En juillet 1979, il demande l'aide judiciaire à la commission judiciaire n° 2 dudistrict de Brighton . Cette aide lui fut refusée le 13 août 1979, au motif que l'intéressé n'avait pas invoqué de moyens raisonnables pour se défendre et faire appel .
Le requérant présenta lui-même son appel devant la Crown Court de Maidstone le 31 mars 1980 et le juge ordonna qp'il soit procédé à des analyses de sang aux frais de l'intéressé . Le requérant renouvela alors sa demande d'aide judiciaire maison lui conseilla de ne la présenter qu'après avoir obtenu les résultats des aualyses . 11 fut donc procédé aux analyses et l'audience reprit devaut la Crown Court le 4 août 1980 . Le requérant n'y était toujours pas représenté car il avait sollicité à nouveau l'aide judiciaire et celle-ci lui avait été refusée le 7 juillet 1980 au motif que les éléments de preuve qu'il avait fournis, joints aux résultats des analyses, rendaient minimes les chances de succès de son appel . Le 4 août 1980 cependant, le requérant présenta au juge une demande d'aide judiciaire pour pouvoir interpréter les résultats des analyses devant le tribunal et le juge ajourna l'audience pour permettre à l'intéressé de présenter sa demande .
-143-
Le juge remit également au requérant une lettre à adresser à la commission d'aide judiciaire de la "Law Society" afin d'appuyer sa nouvelle demande . La lettre était ainsi libellée : "Mnte le juge Cosgrave , Crown Court Maidstone, le 4 août 198 0 Alan William Webb a comparu devant nous ce matin et demandé un ajournement au motif qu'il réclamait l'aide judiciaire pour son appel, laquelle lui a été refusée à ce que je crois comprendre . A première vue, les résultats de l'analyse de sang indiquent qu'il peut être le père de l'enfant mais il peut y avoir des divergences d'interprétation qui appel . lent des précisions .
Si l'intéressé remplit les conditions tinancières voulues, il serait utile au tribunal qu'il se fasse représenter . Salutations distinguées Margaret Cosgrave . " Le 6 ao0t 1980, le requérant soumit cette lettre, ainsi que sa demande d'aide judiciaire, à la Law Society . Sa demande fut examinée par la même sous-commission d'aide judiciaire qui avait déjà été saisie de la première requète en juillet et l'avait refusée le 28 août 1980 . Le requérant fut informé par lettre du 1er septembre 1980 que la commission d'aide judiciaire "ne voyait aucune raison valable de s'écarter des motifs indiqués dans sa précédente lettre du 7 juittet 1980" . L'appel du requérant fut donc réinscrit au rôle du 6 octobre 1980 . Le 8 septembre 1980, le requérant demanda au juge d'ajourner l'exanten de l'appel jusqu'à ce que l'aide judiciaire lui soit accordée dans les nt@mes conditions qu'à la mère de l'enfant . Sa demande fut refusée le 12 septembre 1980 et, le 6 octobre, son appel fut entendu par la Crown Court de Rochester, le requérant ne s'étant pas fait représenter . Le juge débouta l'appelant niais réduisit la pension alinientaire à cinq livres par semaine . Le requérant tit ensuite l'objet d'une procédure de recouvrement des arriérés de la peusion alimentaire et chercha à plusieurs reprises à faire moditier les ordomtances et remettre les arriérés . Actuellement, la High Court est saisie d'un appel contre l'ordonnance rendue le 13 avril 1981 par le juge d'instance de Maidstone condantnant le requérant à une pension alimentaire de cinq livres par semaine et à 0 .50 £ par semaine pour les arriérés .
Griefs Le requérant se plaint tout d'abord que sa cause n'a pas été entendue équitablentent le 24 juiltet 1979 par le tribunal d'instance de Maidstone et que cette juridiction n'a pas autorisé une analyse de sang .
- t4q -
Il se plaint égalenteut de s'être vu refuser l'aide judiciaire pour l'appel tormé auprès de la Crown Court contre la décision du juge d'instance et qui tut tiualenteut trauché le 6 octobre 1980 . Le requérant invoque les articles 6 et 14 de la Convention .
EN DROI T Le requérant se plaiut eu prentier lieu du caractère partial et inéquitable de la procédure de recherche de paternité qui s'est déroulée le 24 juillet 1979 devaut le tribuual d'itatance de Maidstone . 11 se plaint ensuite de s'être vu ret'user uu accés couvenable à la Crown Court et une procédure équitable lorsqu'il a fait appel de l'ordonnance du juge d'instance refusant ses demandes d'aide judiciaire eu deruier lieu le 28 août 1980 . Son appel fut finalement rejeté le 6 octobre 1980 . Le requérant invoque l'arlicle 6, paragraphe I, de la Convention, qui dispose uotantnteut : "Toute persouue a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement . . . par uu tribuual iudépendant et impartial, établi par la loi, qui décidera . . . des contestatious sur ses droits et obligations de caractère civil" . Le Gouveruenient défendeur soutient que le requérant n'a pas épuisé les recours eliicaces dont il disposait en droit interne, puisqu'il n'a pas dentandé l'ajournenteut de la procédure de recherche de paternité ni le contrôle judiciaire de la décision prise par la commission de district lui refusant l'aide judiciaire le 28 août 1980 .
Le requérant soutieut que- vu la complexité et le caractère technique d'une dentaude de contrBle judiciaire . il lui était impossible d'entreprendre cette actiou sans l'assistiuce d'un solicitor ou d'un conseil juridique . Il soutient cependant qu'il serait déraisonnable qu'il recherche ou se fasse accorder par la contmission d'aide judiciaire une aide judiciaire supplémentaire pour engager une procédure de contestation du refus d'aide judiciaire que la commissioului a opposé dans la procédure de recherche de paternité . Il soutient en outre qu'en pratique il lui aurait été impossible de faire ajourner l'audience d'appel le temps de solliciter un contrôle judiciaire, contnte le moutre le rejet le 12 septembre 1982 de la demande d'ajournement qu'il avait présentée le 8 septembre 1982 . Enfin . le requéraut soutient que le contrôle judiciaire n'aurait pas été uue voie de recours efficace . au sens de l'article 26 de la Convention, puisqu'il n'aurait pu tendre qu'à une application légalement correcte, pour sa demande d'aide judiciaire, des critères posés à l'article 7, paragraphe 5, de la loi d e
-145-
1974 sur l'aide judiciaire . Selon lui, ces critères ne correspondent pas à ceux fixés par la Cour européenue des Droits de l'Homme dans l'affaire Airey et ne comportent pas, notantment, l'examen du point de savoir si le requérant bénéticierait d'uo procès équitable sans aide judiciaire, que son appel soit ou uou tbndé . La Commissiou relève tout d'abord que le requérant a plusieurs fois sollicité le bénétice de l'aide judiciaire et qu'il a toujours essuyé un refus . En outre, s'il n'est pas prévu de recours contre le refus d'aide judiciaire, le requérant s'est uéaumoins adressé à ce sujet le 4 ao0t 1980 au juge présidant l'audience d'appel, lequel a écrit aux autorités compétentes en déclarant qu'il serait utile au tribuual que le requérant se fasse assister d'un conseil . Cependant, l'aide judiciaire a de nouveau été refusée . Le Gouvernement défendeur a soutenu que, ntalgré ce refus et les efforts autérieuremeut déployés par le requérant, l'article 26 obligeait l'intéressé à s'attaquer parallèlement à la décision de la commission d'aide judiciaire du district en en réclamant son contrôle par un juge . Par cette procédure, le requérant aurait pu obtenir l'annulation de la décision de la commission d'aide judiciaire, à condition d'établir que celle-ci u'avait pas tenu compte d'un élément de fait, avait pris en considération un facteur étranger à l'affaire ou encore pris une décision qu'aucune commission raisonnable n'aurait prise . Comme la Commission l'a déclaré au sujet de la requête n° 7598/76, Kaplan c/Royaunie-Uni, cette procédure tend principalement à un contrôle formel de la légalité d'une décision, notamment du point de vue de la procédure, mais elle permet aussi une révision limitée du bien-fondé de la décision, dans la mesure où elle conduit à annuler une décision qu'aucune commission raisonnable n'aurait prise en face de pareille situation de fait et qui est entachée d'arbitraire . Il est cependant clair que la High Court se retuserait à agir pour la seule raison qu'elle aurait exercé un pouvoir discrétionnaire d'une manière différente de l'autorité qui la détient (D .R . IS, p . 124, à la page 125) . En l'espèce, le requérant soutient que même si la commission de district a appliqué correctement, au regard du droit anglais, les critères requis pour statuer sur sa demande, ces critéres ne reflètent pas pleinement les exigences posées dans l'AtTaire Airey par la Commission et la Cour, qui considèrent comme décisive la uécessité d'assurer un procès équitable au requérant, même si ses chauces de succès sont faibles quant au fond . Le requérant ue prétend pas que la commission de district ait commis une illégalité eu lui refusant l'aide judiciaire . ni que la décision ait été arbitraire ou à ce point "déraisonnablé" que la High Court l'aurait annulée dans uue procédure de contrôle judiciaire .
-146-
La Commission estime que dans ces conditions, une demande de révision judiciaire n'aurait pas été un moyen efrcace de faire droit au grief du requérant, à savoir que les critères appliqués pour rejeter sa demande d'aide judiciaire ne correspondent pas à ceux de la Convention à la lumière de l'aHâire Airey et que ce refus lui a dénié la possibilité d'un procès équitable en appel . Le requérant se ptaint de s'être vu refuser un procès équitable comme l'exige l'article 6, paragraphe l, de la Convention, puisqu'il n'a pas obtenu l'aide judiciaire pour se défendre dans la procédure de recherche de paternité devaut la Crown Court . La Commission rappelle que, dans la requête u° 8315/78 (D .R . 15 . p . 207), elle a estimé que la procédure de recherche de pateruité ou d'assiguation à père putatif emporte détermination de droits de caractère civil puisqu'elle détermine directement les droits privés du père pulatif, de l'eufanl et parfois de la mère . S'il est clair que la procédure de recherche de paternité a égafentent été décisive en l'espèce pour des droits et obligations de caractère civil, la Commission relève néanmoins que le grief du requérant concerne le refus d'aide judiciaire pour l'appel formé contre la décision du tribunal de première instance et que l'intéressé n'avait pas demaudé l'aide judiciaire pour la procédure en première instance . Le requérant soutient que s'il est vrai que l'aide judiciaire n'est pas garantie dans toute procédure civile à laquelle s'applique l'article 6, paragraphe I, la coudition d'équité du procès tigurant dans cette disposition nécessite dans certaius cas l'octroi de l'aide judiciaire . Il souligne notantntent que, dans l'affaire Airey, la Cour a identifié quatre éléments qui l'ont amenée à conclure que, dans cette affaire, la requérante, théoriquement en mesure de présenter sa cause en personne, s'était vu en pratique refuser le droit d'accès à un Iribuual et le droit à un procès équitable garantis à l'article 6, paragraphe I . Ces élénieuts sont les suivants : 1 . l'allaire touche à des problèmes juridiques délicats 2 . l'aflaire exige le recours à l'expertise 3 . l'affaire oblige à prouver les faits ; 4 . l'afi'aire suscite une passion incompatible avec l'objectivité indispensable pour plaider en justice . (Arrèt du 9 octobre 1979, Série A, Vol . 32) . Le requérant soutient que ces éléments ne se retrouvent pas ou se retrouveut ntal dans les critères posés à l'article 7, paragraphe 5, de la loi de 1974 sur l'aide judiciaire et que la commission de district n'en a pas tenu compte pour refuser l'aide judiciaire au requérant en se fondant essentiellement sur les piètres chances de succès de l'appel . Le requérant estime aussi que la commission de district qui a examiné ses nouvelles demandes d'aid e
- 147 -
judiciaire n'aurait pas dû pouvoir y être composée de la même manière que pour exaniiner ses demandes précédentes . Le Gouvernement défendeur soutient au contraire que la commission de district a tenu compte de ces éléments pour décider, conformément à l'article 7, paragraphe 5, de la loi de 1974 sur l'aide judiciaire, si le requérant avait des motifs valables d'interjeter appel . Selon lui, les chances de succès du requérant en appel n'ont été qu'un des éléments pris en compte par la commission pour statuer sur la demande d'aide judiciaire . Cependant, de l'avis du Gouvernement défendeur, les conditions d'octroi de l'aide judiciaire pour un procès civil vont plus loin que celles mentionnées dans l'affaire Airey puisque, le cas échéant, l'article 7, paragraphe 5, de la loi de 1974 exigerait l'octroi de l'aide judiciaire même en l'absence de ces éléments .
La Commission rappelle toutefois qu'aux termes de l'article 25, paragraphe I . de la Conveution, elle est tenue d'examiner les faits dont elle est saisie et non pas la question générale de la conformité de l'article 7 . paragraphe 5, de la loi de 1974 sur l'aide judiciaire avec les exigences de la Convention . Elle doit dès lors examiner les arguments du requérant à la lumière notamment du paragraphe 26 de l'arrêt rendu par la Cour dans l'affaire Airey (ibid, à la page 15) . pour établir si le droit incontesté du requérant à compara4tre personnellement en appel devant la Crown Court suflisait à satisfaire aux exigences de l'article 6, paragraphe 1 . A cet égard, la Commission relève également que le requérant n'a pas démontré que la composition des commissions qui ont examiné ses demandes d'aide judiciaire avait finalement une incidence sur l'équité de la procédure de recherche de paternité dans son ensemble car le requérant n'a allégué aucun préjugé réel ou possible de la part de la contmission, qui lui aurait permisd'engager une procédure de contrôle judiciaire pour contester ses décisions . ' La Commission n'estime pas que l'objet de la procédure ait constitué en soi une question juridique complexe . L'action a été engagée pour établir la paternité d'un enfant né d'une femme avec qui le requérant avait vécu à une certaine époque . Le point de droit duquel dépendàit ensuite la responsabilité du requérant dans l'entretien de l'enfant est facile à comprendre pour un non-juriste et, par son argumentation, le requérant a clairement montré qu'il avait bien compris la nature de la procédure . Il est également important de noter que, bien qu'il se fût agi d'une procédure d'appel, la Crown Court avait pleine compétence pour procéder à ses propres constatations en fait et pour admettre et examiner de nouveaux éléments de preuve . comme elle l'a fait par exemple pour les analyses de sang . Le requérant a donc pu, malgré les conclusions du tribunal d'instance qu'il contestait, présenter à nouveau ses preuves et arguments, lorsque l'affaire a été réexaminée dans son entier . Il n'a donc pas été liniité par les insuffisances de la procédure en première instance .
-148-
La Commission estime qu'il convient d'examiner ensemble les deuxième et troisième éléntents invoqués par le requérant, puisque ce dernier a obtenu les preuves (analyses de sang) sur lesquelles se fondait l'appel, bien qu'aucune expertise n'ait été expressément dentandée . Il est clair que les règles de la preuve et leur présentation et interprétation devant un tribunal sont des questions juridiquement complexes qu'il est avantageux de faire présenter en justice par un avocat . C'est ce que traduisait la lettre du juge Cosgrave en date du 4 ao0t 1980, indiquant qu'il serait utile au tribunal que le requérant soit assisté par un avocat lorsqu'il s'agirait d'examiner une éventuelle ambiguïté de ce moyen de preuve . Cependant . la Commission doit également tenir compte du fait que le requérant a écrit au ntédecin ayant procédé aux analyses et établi les documeuts qui y étaient joints et qu'il en a obtenu des éclaircissements . Elle doit aussi tenir compte de ce que la dentande adressée par le requérant au juge Cosgrave de l'autoriser à formuler une nouvelle demande d'aide judiciaire semble avoir été considérée comme une question préliminaire, avant présentatiou au juge des éléntents de preuve par le requérant . En outre, lorsque l'appel a été finalement entendu et rejeté le 6 octobre 1980 par un autre juge, ce magistrat était convaincu, semble-t-il, de l'aptitude du requérant à présenter son appel sans l'aide d'un avocat . Eu ce qui concerne le quatrième élément, il est clair que le requérant avait, pour l'issue de la procédure, un intérêt affectif, tant parce qu'elle touchait à sa vie privée et personnelle qu'en raison des incidences tinancières d'une éventuelle ordonnance d'assignation à père putatif . La Conimission estime que ces éléntents ne permettent pas en euxni@nies de trancher la question de savoir si le requérant avait besoin de l'aide d'un avocat pour faire équitablentent entendre sa cause en appel, mais qu'ils doivent @tre appréciés dans le contexte de la procédure à laquelle le requérant était partie . La Commission renvoie à cet égard à l'importance qu'attachait la Cour dans l'affaire Airey au fait que la procédure en question se déroulait devant la High Court et supposait non seulement des frais très élevés de représentatiou, mais aussi des démarches très complexes pour engager la procédure . A cet égard . la Contmission estime qu'il existe une différence importante entre la procédure d'appel dont il s'agit en l'espèce et la complexité de la procédure en jeu dans l'affaire Airey . En l'espèce . la procédure engagée l'a été devant le tribunal d'instance, qui est la juridiction inférieure au Royaume-Uni . La complexité de la procédure de cette juridiction et les formalités y sont donc beaucoup moins importantes que devant la High Court, et cette considération vaut aussi dans le cas d'un appel formé devant la Crown Court contre une décision du tribunal d'instance .
-149-
La Commission doit donc examiner si, dans ces conditions, le requérant avait encore un accès raisonnable au tribunal et bénéficiait de la possibilité de se faire entendre équitablentent malgré le refus opposé à ses demandes d'aide judiciaire . La Commission rappelle que, dans l'affaire Airey, la Cour a indiqué clairement que l'a rt icle 6 . paragraphe 1, laisse à l'Etat le choix des moyens à employer pour assurer une protection effective des droits qu'il consacre (Arrêt du 9 octobre 1979, Série A, Vol . 32, p . 15) . De plus, la Commission a admis, dans sa décision sur la recevabilité de la Requête n° 8158/78 ( X . c/RoyaumeUni, D .R . 21, p . 95) que, vu les limites des ressources disponibles . un système d'assistance judiciaire ne peut fonctionner efficacement que si un dispositif est établi qui sélectionne les affaires devant bénéficier de l'assistance judiciaire . Dès lors que la décision sur l'octroi de l'aide judiciaire non seulement échappe à l'arbitraire mais tient dûment compte des limites qui s'imposent lorsqu'une actiou est dépourvue de chances de succès, les exigences de l'a rt icle 6, paragraphe 1 . peuvent se trouver satisfaites même lorsque le requérant comparait eu personne, à condition qu'il le puisse et que le juge compétent exerce efficacement ses pouvoirs et devoirs de veiller à l'équité et au bon déroulement de la procédure . En l'espèce, le requérant n'allègue pas que le rejet de ses demandes ait été arbitraire . S'il l'avait soutenu, il est possible que la voie du contrôle judiciaire lui aurait été ouve rte et aurait pu efficacement apaiser ses griefs grâce aux tribunaux nationaux . Le requérant se plaint plutôt de ce que la décision n'a pas tenu compte de l'inégalité née, selon lui, du fait que la mère était assistée d'un avocat devant la Crown Cou rt , alors que lui ne l'était pas . Avec la notion de procès équitable, l'a rt icle 6, paragraphe 1, de la Convention ne garantit pas que les deux pa rt ies au procè s soient nécessairement représentées par un avocat ou béuéticient de l'aide judiciaire à cet effet . Ce tt e disposition ne contient ni explicitement ni implicitement aucun principe rigide de ce genre, mais exige cependant que la procédure dans son ensemble soit équitable (cf. la ju ri sprudeuce constante de la Commission, par exemple Requête n° 2804/66, Rec . Déc . 27, p . 72 et ss .) . Dès lors, le ou les juges menant les procédures auxquelles s'applique l'article 6 . paragraphe I . n'ont jamais un rôle passif mais ont la responsabilité ultime d'assurer l'équité de la procédure, que les parties soient ou non représeutées . Ce principe de protection vaut tout particulièrement pour les présentes procédures, où l'une des parties a défendu sa cause en personne . Il s'ensuit que l'examen par la Commission de l'équité de la procédure doit se fonder sur l'eusemble de celle-ci et uoo sur la question isolée de savoir si le requérant a ou non bénéficié de l'aide judiciaire . -150-
En l'espèce, il ressort du compte rendu de l'audience d'appel devant la Crowu Court le 6 octobre 1980 qu'après avoir entendu d'une part le requérant plaider sa cause en personne, d'autre part l'avocat de la mère de l'enfant, le tribunal a examiné les éléments de preuve "dans le maximum de détails, en cherchant à discuter tout ce qui pouvait l'être" . Après cet examen approfondi des éléments de la cause et après avoir pleinement entendu le requérant, le tribunal a eu pour tâche d'apprécier les probabilités de paternité du requérant . Aussi, la Commissiou est-elle convaincue que la décision de la Crown Court se foudait sur uue appréciation pleine et entière des éléments de preuve et que rien ne montre que le requérant n'aurait pas pu faire entendre équitablement sa cause lorsque la Crown Court a statué sur son appel . Il s'ensuit que cet aspect du grief du requérant est manifestement mal fondé, au seits de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention . 5 . Le requérant invoque également l'article 14 de la Convention, ainsi libellé : "La jouissance des droits et libertés reconnus dans la présente Convention doit être assurée, sans distinction aucune, fondée notamntent sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions, l'origine nationale ou sociale, l'appartenance à une ntinorité nationale, la fortune, la naissance ou toute autre situation . "
La Commission rappelle que, dans l'Affaire linguistique belge, la Cour a recouuu que toute diftërenciation ne constituait pas une discrimination coutraire à l'article 14 . La Commission, appliquant les critères posés dans sa jurisprudence constante, doit donc examiner si les refus, opposés par la commission de district, aux dentandes d'aide judiciaire du requérant et qui ont abouti à ce qu'aucun avocat ne représente le requérant en appel, faute pour lui d'autre nioyen de s'en assurer les services, ont constitué une différence de traitentent dépourvue d'objectif légitime, méconnaissant les priucipes prévalant généralement dans les sociétés démocratiques et disproportiouuée au but poursuivi . La Commission reconnait que l'article 7, paragraphe 5, de la loi de 1974 sur l'aide judiciaire vise à garantir que les fonds disponibles pour l'assistance judiciaire en matière civile ne sont pas gaspillés en services d'avocats pour des causes futiles, abusives ou autres, dans lesquelles une personne avisée pouvant se perntettre les frais d'un procès n'engagerait cependant pas l'action . La Commission considère cet objectif comme légitime tant parce qu'il serait déraisounable que le bénéficiaire d'une aide judiciaire exploite cet avantage tinaucier coutre un adversaire non bénéficiaire de l'aide que parce que le résultat est de décourager un contentieux stérile qui surchargerait les tribuuaux . Il faut également relever à cet égard que la première demand e
- 151 -
d'aide judiciaire présentée par le requérant l'a d'abord été pour la procédure d'appel qu'il souhaitait engager devant la Crown Court et que, dès lors, la commission d'aide judiciaire qui a examiné la demande était en possession, pour apprécier le caractère raisonnable de l'appel proposé, des éléments de . preuve déjà examinés par le juge d'instance . Le requérant a soutenu qu'il aurait dû bénéficier de l'aide judiciaire puisque la mère de l'enfant, qui avait engagé la procédure, était assistée d'un avocat, mais la Comniission relève qu'aux termes de l'article 7, paragraphe 5, de la loi de 1974 sur l'aide judiciaire, les mêmes critères auraient été appliqués à la mère et que cela ne saurait constituer en soi une discrimination . La Commission relève en outre que, pour décider des demandes d'aide judiciaire, plusieurs Etats membres du Conseil de l'Europe ont adopté cette même méthode de "filtragé" . fondée en partie sur les chances de succès de l'actiou proposée . La Commission a déjà constaté que, compte tenu de la nature de la procédure en jeu, la nécessité pour le requérant de se défendre lui-méme ne constituait pas un refus d'accés à un tribunal ou un refus du procès équitable garanti par l'article 6, paragraphe 1 . de la Convention . Il s'ensuit que, le requérant étant en mesure de se défendre en personne, le refus d'aide judiciaire n'était pas disproportionné au but recherché par l'article 7, paragraphe S, de la loi de 1974 sur l'aide judiciaire . Dès lors, cet aspect du grief que le requérant tire de l'article 14, lu en liaison avec l'article 6, paragraph 1, est manifestement mal foudé, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Conventioo .
Par ces motifs, la Commissio n DÉCLARE LA REQUÉTEIRRECEVABLE .
-152-

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 11/05/1983

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.