Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche



Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partielllement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9120/80
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1983-07-08;9120.80 ?

Analyses :


Parties :

Défendeurs : AUTRICHE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 9120/80 Alois UNTERPERTINGER v/AUSTRI A Alois UNTERPERTINGER c/AUTRICH E DECISION of 8]uly 1983 on the admissibility of the application DECISION du 8 juillet 1983 sur la recevabilité de la requêt e
A rt icle 6, paragraphs I and 3 (d), of the Convention : Conciction based mt declarations to the police made by persous related to die accused . which preveuted them being heard as witnesses at the trial . (Application declared admissible) . Article 26 of the Convention : Question of erhuustimn oJ' domestic rernedies not cousidered. because the respondent Government raised no objection on this poiut .
Article 6, paragraphes 1et 3, litt . d), de la Convention : Condanuration fondée sur des déclaration .r fuites à!a police par des personnes que leurs liens avec l'accusé empéclmiera d'erttendre comme témoins au procès (Requéte déclarée recerable) . Article 26 de la Convention : Question de l'épuisemerrt des voies de recours internes nat eran i inée par la Coniniission . le Gouvernement ntis en cause ayant renoncé à soulever ce moven .
(français : voir p. 84)
The applicant is an Austrian citizen born in 1938 ' who is resident a t Würgl . He is represented before the Commission by Mr Friedrich Krall . a lawyer practising in Innsbruck . On 10 March 1980 the applicant stood trial before the Regional Court of Innsbruck on a charge of personal injury . He was found guilty of thi s -80-
offence and sentenced to six months imprisonment . He served this sentence as irom 21 September 1980 . The facts established by the court were as follows : On 14 August and 9 September 1979 the applicant wanted to take his six year old son swimming and was each time prevented from doing so by his wife . At the first incident he had a heavy quarrel with her which resulted in physical violence on both sides, the applicant hitting his wife and the wife attacking him with a paper-knife . She was eventually supported by the applicant's step-daughter whom he injured by slapping her in the face . In the court's view this injury constituted an offence under s . 83 (1) of the Penal Code . At the secoud incident the applicant and his wife were alone and the court found that by hitting her with his foot the applicant caused his wife a grave injury coming within the description of s . 84 (1) of the Penal Code, uamely a broken thunib . At the trial the applicant did not denv that acts of violence had taken place, but he claims that on the first occasion he had not slapped his stepdaughter in the face, but only hit the back of her head, and as regards the second incident he strongly denied that his wife broke her thumb as a consequence of their fight . In his submission she had had a bandaged hand already several days before the relevant date and in any event he claimed that he was physically unable to strike someone's hand with his foot .
The applicant's wife and step-daughter both refused to give evidence before the court, thereby ntaking use of their right under s . 152 of the Code of Crintinal Procedure not to testify against a close relative . The court, however, based its judgment essentially on the statements which these witnesses had earlier ntade before the police . The applicant appealed from the Regional Court's judgment claiming in particular the nullity of the procedure because in his view the court had no right to base its judgment on the statements made by the privileged witnesses before the police . By a decisiou of 4 June 1980 the Innsbruck Court ot' Appeal rejected this remedy basing itself on the constant case-law of the Supreme Court according to which the refusal by a privileged witness to give evidence entails a prohibition for the court to take into account any statements made by this witness in the court proceedings themselves (including the investigating judge and the trial court), but does not bar it from reading out the same witness' statement before the police . As the Supreme Court has stated, the court is even under a legal obligation to read out the reports on essential statements before the police . For this reason the Court of Appeal found no ground to assume uullity .
The Court of Appeal itself then repeated the taking of evidence . In this couuection it had regar d - to the statements of the applicant's wife and step-daughter before the police which it considered as credible and conclusive ; - the applicant's criminal record, his personal impression and his contradictory statenients before the police and the cou rt s, in pa rt icular the investigating judge ;
- the testimony of a fu rt her witness which could not however provide any direct evidence . From hearsay she confirmed only the inability to work of the applicant's wife because of her wearing a plaster . Th is must have been after her visit to a hospital on 1 I September 1979 . - the hearing of fu rther witnesses was refused because the circumstances on which the applicant wished them to be heard were considered as wholly irrelevant . The Court of Appeal therefore fully confirmed the applicant's conviction . This decision is final . Complalnta The applicant now alleges a violation of Article 6 (3) (d) of the Couvention . He claims that as the only witnesses against him made use of their right to refuse the giving of evidence he was dep rived of his right to examine or have examined these witnesses, i .e . to put questions to them either himself or through his defence counsel and thereby try to shake their credibility . Under the existing procedural law this would have been possible only at the t ri al itself, the accused and the defence having no right to be present or to put questions during the police interrogation of witnesses or even during their examination by the investigating judge . Th e applicant submits that the practice endorsed by the Supreme Court and followed in his own case, according to which the statements made by p rivileged witnesses before the police may nevert heless be used as a basis for conviction (even if the police have failed to inform these witnesses of their privilege) clearly undermines his above Convention right .
THE LA W The applicant, who was sentenced by the Regional Court of Innsbruck to six months' imprisonment for personal injury caused to his wife and step-daughter, complains of his couviction and of the judicial procedure involved . He alleges that his conviction was in substance exclusively based on the statements made by his wife and step-daughter before the police which wer e
read out in court, while these witnesses could not themselves be heard because they made use of their right as close relatives of the accused to refuse giving evidence . It is true that the applicant himself was heard by the court, but he claims that the court prevented him from making use of the only effective defence which would have been at his disposal, namely to try and shake the credibility of the above witnesses' statements by indirect evidence which he had offered . The applicant invokes Article 6 (1) and 6 (3) (d) of the Convention, complaining that the above way of proceeding was contrary to the principles of a fair trial and in particular the principle of equality of arms enshrined in this notion, as well as his right to obtain the examination of witnesses under the same conditions as the prosecution and to put questions to thent . The Commission notes that the Government do not claim that the applicant failed to comply with the requirements as to the exhaustion of the domestic remedies or as to the observance of the six months time-limit provided for in Article 26 of the Convention . The Commission must therefore deal with the substance of the applicant's above complaints . In this respect, the Contmission has taken cognisance of both parties' written and oral submissions . It finds in the light of these submissions that the applicant's contplaints raise serious issues as to the interpretation and application of Article 6 (1) and Article 6 (3) (d) of the Convention which require to be determined as to their nterits . These complaints accordingly cannot be rejected as being ntanifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention .
For these reasons the Commissio n
-g3- .
(TRADUCTION ) EN FAIT Le requérant est un ressortissant autrichien né en 1938 et résidant à Wtirgl . Il est représenté devant la Commission par M° Friedrich Krall, avocat à Innsbruck . Le 10 mars 1980, le requérant comparut devant le tribunal régiona l d'Innsbruck sous l'inculpation de coups et blessures . Il fut reconnu coupable et condamné à six mois de prison . Il purgea cette peine à partir du 21 septembre 1980 . Les faits établis par le tribunal étaient les suivants : Les 14 août et 9 septembre 1979, le requérant voulut emmener son fils de six ans pour aller nager et en fut chaque fois empêché par son épouse . Lors du premier incident, il eut avec elle une violente querelle, qui dégénéra en violences physiques de part et ü'autre, le requérant frappant son épouse et celle-ci l'attaquant avec un coupe-papier . L'épouse bénéficia du soutien de la belle-fille du requérant . que celui-ci blessa en la giflant . Aux yeux du tribunal, cet acte constituait une infraction réprimée par l'article 83 . paragraphe 1 du Code pénal . Lors du second incident, le requérant et son épouse étaient seuls, et le tribunal estima qu'en la frappànt du pied, le requérant lui avait infligé des lésions corporelles graves, au sens de l'article 84, paragraphe 1 . du Code pénal, en lui ayant fracturé le poucé . Au procès, le requérant ne nia pas que des actes de violence se fussent produits, mais il soutint que lors du premier incident, il n'avait pas giflé sa belle-fille, mais seulement frappé celle-ci derrière la tête, et, concernant le second incident, il contesta fermement que la fracture du pouce de son épouse fût la conséquence de leur affrontement . Il fit valoir qu'elle avait déjà la main bandée plusieurs jours avant la date de cet incident et que, de toute façon, il était physiquement incapable de frapper du pied la main de quelqu'un . L'épouse et la belle-fille du requérant refusèrent de témoigner devant le tribunal en se prévalant du droit que leur reconnait l'article 152 du Code de procédure pénale de ne pas déposer contre un proche parent . Le tribunal fonda cependant son jugement essentiellement sur les déclarations que ces témoins avaient précédemment faites à la police . Le requérant interjeta appel du jugement du tribunal régional en invoquant notamment la nullité de la procédure car, à son sens, le tribunal n'était pas en droit de fonder son jugement sur les déclarations faites à la police par des personnes pouvant refuser de témoigner . Par arrêt du 4 juin 1980, la Cour d'appel d'Innsbruck débouta l e requérant en s'appuyant sur la jurisprudence constante de la Cour suprêm e
selon laquelle le refus d'un témoin de déposer lorsqu'il est en droit de s'y refuser, entraîne l'interdiction pour un tribunal de prendre en considération toute déclaration faite par ce témoin pendant la procédure judiciaire proprement dite (y compris la procédure devant le juge d'instruction et la juridiction du jugement), mais ne l'empêche pas de donner lecture des déclarations faites par ce témoin à la police . Comme la Cour suprême l'a déclaré, le tribunal est m@me juridiquement tenu de donner lecture des rapports sur les déclarations essentielles faites à la police . Dans ces conditions, la Cour d'appel n'avait pas de motif de conclure à la nullité de la procédure . La Cour d'appel procéda alors elle-même à nouveau à l'administration des preuves . A cet égard . elle prit en considératio n - les déclarations, qu'elle jugea crédibles et concluantes, faites à la police par l'épouse et la belle-fille du requérant ; - les antécédents du requérant, l'impression qu'il lui avait faite et ses déclarations contradictoires à la police et aux tribunaux, en particulier au juge d'instruction ; - la déposition d'un autre témoin, qui n'avait cependant pas pu apporter des éléments de première main . Pour l'avoir entendu dire, ce témoin avait seulement confirmé que l'épouse du requérant était incapable de travailler en raison du plâtre qu'elle portait . Ceci devait se situer après sa visite à l'hôpital le Il septembre 1979 . La Cour d'appel refusa d'entendre d'autres témoins parce qu'elle jugeait totalement étrangères à l'affaire les circonstances sur lesquelles le requérant souhaitait qu'ils fussent entendus . La Cour d'appel confirma donc dans son intégralité la condamnation du requérant . Cette décision est définitive . Grlefs Le requérant allègue une violation de l'article 6, paragraph 3 d) de la Convention . Les seuls témoins à charge ayant invoqué leur droit de refuser de déposer, il affirme avoir été privé du droit d'interroger ou de faire interroger ces témoins, c'est-à-dire de leur poser des questions soit personnellement, soit par l'intermédiaire de son avocat pour chercher à mettre en doute leur crédibilité . En vertu des règles de procédure en vigueur, il n'aurait pu le faire qu'au procès même, car l'inculpé et la défense n'ont pas le droit d'être présents ni de poser des questions pendant l'interrogatoire des témoins par la police, ni même pendant leur interrogatoire par le juge d'instruction . Le requérant soutient que la pratique entérinée par la Cour suprême et suivie dans son cas ,
-115 -
selon laquelle les déclarations faites à la police par des personnes en droit de refuser leur témoignage peuvent néanmoins servir de base à une condamnation (même si la police a omis d'informer ces personnes de leur droit de ne pas témoigner) méconnaît manifestement le droit précité, protégé par la Convention .
EN DROI T Le requérant, que le tribunal régional d'Innsbruck a condamné à 6 mois de prison pour coups et blessures sur la personne de son épouse et de sa belle-fille, se plaint de sa condamnation et de la procédure judiciaire qui l'a précédée . Il soutient qu'en substance, sa condamnation se fondait exclusivement sur les déclarations faites à la police par son épouse et sa belle-fille et lues à l'audience, alors que ces témoins n'ont pu être entendus parce qu'ils se sont prévalus de leur droit, en tant que proches parents de l'accusé, de refuser de déposer. Le requérant lui-même a certes été entendu par le tribunal, mais il affirme que ce dernier l'a empêché de faire usage du seul moyen de défense efficace qu'il eût à sa disposition, consistant à s'efforcer de mettre en doute la crédibilité des déclarations des témoins susvisés grâce aux preuves indirectes qu'il avait demandé de recueillir . Se fondant sur l'article 6, paragraphes 1 et 3 d) de la Convention, le requérant se plaint que cette manière de procéder ait méconnu les principes d'un procès équitable et, en particutier, le principe de l'égalité des armes inhérent à cette notion, ainsi que son droit d'obtenir l'interrogation des témoins dans les mêmes conditions que l'accusation et de leur poser des questions . La Commission relève que le Gouvernement ne plaide pas l'inobservation par le requérant de la règle de l'épuisement des voies de recours internes ni de celle des 6 mois telles qu'elles sont énoncées à l'article 26 de la Convention . Elle doit donc aborder le bien-fondé des briefs précités du requérant . A cet égard, la Commission a pris connaissance des observations écrites et orales des parties . Compte tenu de ces observations, elle estime que les griefs du requérant posent, quant à l'interprétation et à l'application de l'article 6, paragraphes 1 et 3 d), de la Convention, des questions délicates qui appellent un examen au fond . Ces griefs ne sauraient donc être rejetés comme manifestement mal fondés au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention . Par ces motifs, la Commission

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 08/07/1983

Fonds documentaire ?: HUDOC

Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.