Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ J. c. AUTRICHE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partielllement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9315/81
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1983-07-15;9315.81 ?

Analyses :

(Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE, (Art. 6-1) DROITS ET OBLIGATIONS DE CARACTERE CIVIL


Parties :

Demandeurs : J.
Défendeurs : AUTRICHE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 9315/8 1 J . v/AUSTRI A J . c/AUTRICH E DECISION of 15 July 1983 on the admissibility of the application DÉCISION du 15 juillet 1983 sur la recevabilitc de la requ@t e
Article 6, paragraphe I and 3 (c ) , of the Conventlon : Although rrot guaranteeing a right of appea/, these provisions . in principle . applV to existing appeal procedures . without, however, going as far as to require a full, second hearing.
Persona( attendance at an appeal is only one etentent to be considered . along with others . in evaluating the fairness of the proceediugs as a whole. Case before the Supreme Court of Austria, seized oJ an appeal against sentence . where the persoual attendance of the accused was uot required .
Article 6 paragraphee 1 et 3, lltl . cl, de la Convention : Bien que ne garantissant aucun droit d'interjeter appel, ces dispositious s'appliquent eu principe à la procédure d'appel, sans exiger pour autant que celle-ci équivale à un second procès complet . La comparution personnetle en appel n'est qu'un élément à prendre en considération avec d'autres pour juger de Féquité du procès. Cas où, devarrt la Cour supréme d'Autriche . saisie d'ua appel portam sur la peine, la comparution persoturette de Faccusé n'était pas exigée .
((ran (,ais : voir p. 99)
Summary of the relevant facb
Having beerr convicted at frrst instance and sentenced to five years ' imprisonment f)r fraud . the applicant lodged a plea of ruullity and an appeal against sentence with the Supreme Coun .
-96-
Ajter rejectiug the plea oJ rndlity on the basis of the case-ft/e, the Court ordered a heariug ojthe appeal, but refused permission for the applicant, who was imprisoned. to attend . The latuer informed the Court that he had dismissed his lanyer for incompetence . However the Court . finding that the applicarrt's contplaints against the lawyer were not re%varrt to the appeal, wetu ahead and held the hearing with the lawyer presertt . but not the applicant . The appeal was disntissed and the sentence upheld.
THE LAW (Extract )
The applicant [further] complains that he was not permitted to be present before the Supreme Court at its hearing of his appeal on 13 November 1980, when his appeal was rejected . The Commission's case-law has established that Article 6 (3) (c) and Article 6(1) of the Convention do not expressly guarantee the right to be present during the hearing of an appeal, but that the right to be present must be considered with the other rights of the defence in lhe context of an evaluation of the fairness of the proceedings as a whole (cf . Applications Nos . 1169/61, Yearbook 6, p . 520 ; 2635/65, Coll . 28, p . 43, 49 ; 7138/75, D .R . 9, p . 50 and 8289/79, D .R . 18, p. 160) .
Furthermore the Commission has also recognised that although Article 6 of the Convention does not guarantee an appeal in criminal proceedings, where the opportunity to seek appeal is provided under domestic law, the guarantees of Article 6 continue to apply to the proceedings on appeal, since once an appeal is sought, the subsequent applications form part of the whole proceedings which "determine" the criminal charge at issue . In the present case the applicant applied to be present in person for his appeal, a request which was specifically refused by the Supreme Court on 6 November 1980 on the grounds that his presence did not appear from the case tile to be necessary and that any arguments which he wished to make could adequately be presented by his lawyer . The Commission considers that in order to examine the fairness of these appeal proceedings in the context of the proceedings as a whole it must consider the powers of the Supreme Court and the scope of its hearing, including the question whether it was a full rehearing, and secondly, in the light ot the first question, how the applicant's actual interests were presented and protected .
-97_
As tar as the powers of the Supreme Court on appeal are concerned, in accordance with Article 294 (2) of the Austrian Code of Criminal Procedure : "Where an appeal is lodged solely by the accused, the appeal court may uot impose a more severe sentence on the accused than that imposed by the court of tirst instance . " Furtherniore the present appeal concerned the applicant's sentence, his appeal of nullity having been decided on 9 October 1980 . The Supreme Court had therefore to examine the decision of the Vienna Regional Criminal Court and its reasons for iniposing the sentence of tive years against which the applicant's appeal was made . In so doing it was bound by the conviction established by the court of first instance, but able to evaluate the weight to be given to mitigating and aggravating circumstances in deciding upon the appeal against sentence with the result that it could . if appropriate reduce, but not increase the applicant's sentence . Against this background the Commission ntust therefore consider whether the hearing of the appticant's appeal was 'fair' within the meaning of Article 6 of the Convention despite his absence from the hearing . Furthermore the Commission notes that the applicant applied to dismiss his legal aid counsel for alleged incompetence and requested the appointment of alternative counsel for the appeal . The Supreme Court refused this application since the alleged iucompetence related to other aspects of the proceedings and had no connection with the appeal in question . The applicant's appeal against sentence was therefore presented to the Supreme Court bv his counsel, in the presence ot' counsel for the public prosecutor . The Supreme Court also had before it the decision of the trial court and was able to consider the factors which the power court had weighed iu reaching the applicant's sentence . It noted the reliance placed in the appeal on the partial restitution of the proceeds of the otTences, but it was unable to take account of the applicant's state of health since that was a question of the service of sentence rather than its legal justification . The Commission recalls that the applicant was present at his trial at tirst instance and that its case-law interpreting Article 6 of the Convention has established that this provision cannot be construed as requiring in all cases of appeal a secottd full hearing unless the powers of the appeal court and the issues before it make this necessary in order to guarantee the fairness of the proceedings as a whole . However the Supreme Court had expressly considered whether the scope of the proposed appeal required the applicant's personal presence, but had concluded that this was not necessary . Furthermore the reasons given for the Supreme Court's rejection of the applicant's appeal were objective conclusions which were derived from an examination of the case file ,
-98-
including the size of the sums involved in the fraud and the small amounts which had been recovered from the applicant, and which did not involve the direct assessnient of the applicant'spersonality . The Comniission concludes from the foregoing that there is nothing t o suggest that the applicant's right to a fair determination of the criminal charge against him was prejudiced by his absence-from the proceedings before the Supreme Court or that, in the light of the Court's powers and its conduct of the case, his presence was necessary for the fair and proper adminsitration ot justice . It follows that this aspect of the applicant's complaint is manifestl y ill-tounded within the meaning of Article 27 ( 2) of the Convention .
Réaumé des falts pert inente
.
.
.
Condamné en prenrière instance à cinq ans d'emprisomtentent pou r escroquerie, le requérant a recouru en appel et en cassation devant la Cour suprênre, l'appel ue portant que sur la ntesttre de la peine. Le pourvoi en cassation ayant été rejeté srtr pièces, !a Cour ordonna une audience consacrée à l'appel mais rejusa au requérart-qui était détenu l'autortsation d ÿ comparaître en personne. Ce dernier irrJortna la Cour qu'il arait congédié son avocat pour iuconrpétence ; mais la Cour, constatant que les grieJs du requéraért envers son avocat étaient étrangers à la procédure d'appel, passa outre et tint audience ea présence de l'arocat mais hors celle du requérant . L'appe! Jut rejeté et la peine canftrmée .
(TRADUCTlO M EN DROIT (Extrait ) . . . . . . ... ... ... Le requérant se plaint [en outre] de n'avoir pas été autorisé à comparaîtr e en personne à l'audience concernant son appel devant la Cour suprême le . 13 novenibre 1980, lequel fut rejeté . ' La jurisprudence de la Commission a établi que l'article 6, paragraphe 3(c) , et l'article 6, paragraphe 1, de la Convention ne garantissent pas expressément à l'accusé le droit de comparaitre personnellement à l'audience d'appel mais que pareille comparution doit être prise en considération à c8té des autres droit s
-99-
de la défense pour apprécier l'équité de la procédure dans son ensemble (cf . requêtes N° 1169/61, Ann . 6, p . 520 ; N° 2635/65, Rec . 28, pp .43 .49 ; N° 7138/75, D .R . 9, p . 50 et N° 8289/78, D .R . 18, p . 160) . Par ailleurs, la Commission a reconnu qu'alors même que l'article 6 de la Convention ne garantit pas un droit d'appel en matière pénale, lorsque le droit interne prévoit la faculté de faire, appel, les garanties de l'article 6 continuent à s'appliquer à la procédure d'appel car une fois l'appel interjeté, les deniandes subséquentes font partie de l'ensemble de la procédure qui .décide du bien fondé . de l'accusation pénale en jeu .
En l'espèce, le requérant a demandé à comparaitre personnellement à l'audience d'appel, ce que la Cour suprême lui a expressément refusé le 6 novembre 1980 aux motifs qu'un examen du dossier ne faisait pas apparaitre sa présence comme nécessaire et qu'il pouvait faire présenter par son avocat de manière satisfaisante l'argumentation qu'il désirait exposer . La Commission estime qu'atin d'examiner l'équité de cette procédure d'appel dans le contexte de la procédure dans son ensemble elle doit en premier lieu envisager les pouvoirs de la Cour suprême et la portée de l'audience, notamment la question de savoir s'il s'agissait de rejuger la totalité de l'affaire, et ensuite, suivant la réponse à cette première question, voir comment les intérêts du requérant ont effectiventent été présentés et protégés . En ce qui concerne les pouvoirs de la Cour suprême en matière d'appel, l'article 214, paragraphe 2, du Code autrichien de procédure pénale stipule : •Lorsqu'un appel n'est interjeté que par l'accusé, la cour d'appel ne peut pas inYliger à l'accusé une peine plus lourde que celle imposée par le tribunal de première instance . . De plus, le présent appel ne concernait que la peine intligée au requérant, le pourvoi en cassation ayant déjà été tranché le 9 octobre 1980. La Cour suprême devait dès lors examiner la décision du tribunal pénal régional de Vienne et les motifs pour lesquels avait été infligée une peine de cinq ans . objet de l'appel du requérant . Ce faisant, la cour était liée par la condamnation prononcée par le tribunal de première instance, mais pouvait, en statuant sur l'appel interjeté contre la peine, apprécier le poids à accorder aux circonstances atténuantes et aggravantes et aboutir, le cas échéant, à diminuer - mais non à augntenter - la peine infligée au requérant . C'est dans ce contexte que la Commission doit examiner si, malgré l'absence de l'accusé à l'audience . l'appel du requérant a été •équitablement . entendu, au sens de l'article 6 de la Convention . La Commission relève en outre que le requérant avait demandé le renvoi de son avocat pour incompétence et la noniination d'un autre avocat en appel . La Cour suprême a rejeté cette demande car l'allégation d'incompétence concernait d'autres aspects de la procédure, qui n'étaient pas liés à l'appel .
-100-
L'appel à la Cour suprême a été défendu par l'avocat en présence du représentant du parquet . La cour avait également connaissance de la décision de la juridiction de jugement et pouvait dès lors examiner les éléments pesés par cetue juridiction pour prononcer la peine . La cour prit note de ce que l'accent avait été mis en appel sur la restitution partielle du produit des infractions, mais n'a pas pu tenir compte de l'état de santé du requérant, puisque c'était là une quesiion concernant l'exécution de la peine et non sa justification en droit . La Commission rappelle d'une part que le requérant a comparu personuellement à son procès en première instance et, d'autre part, que sa jurisprudence a établi que l'article 6 de la Convention ne saurait s'interpréter comme exigeant dans tous les cas d'appel un deuxième réexamen complet de l'affaire saut si les pouvoirs de la cour d'appel et les questions dont elle est saisie obligeut à ce réexamen pour garantir l'équité de la procédure dans son eusemble . Cependant, la Cour suprême a expressément examiné si la portée de l'appel interjeté exigeait la comparution personnelle du requérant et estimé que tel n'était pas le cas . De plus, les raisons données par la Cour Suprême pour rejeter l'appel du requérant étaient des conclusions objectives tirées d'un examen du dossier, notamment de l'importance des montants en jeu dans l'escroquerie et de la modicité des sommes restituées par l'intéressé, conclusions qui n'obligeaient pas à une appréciation directe de la personnalité du requérant . Dans ces conditions, la Commission estime que rien n'autorise à penser qûe le droit du requérant à faire décider équitablement de l'accusation pénale le concernant ait été compromis par l'absence de l'intéressé au procès devant la Cour supréme ou que, compte tenu des pouvoirs de la cour et de la manière dont celle-ci a conduit l'affaire, la comparution du requérant ait été nécessaire à la bonne administration de la justice . Il eu découle que le grief du requérant est, sur ce point, manifestement mal fondé, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention .
- 101 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 15/07/1983

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.