Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ G. and E. v. NORWAY


Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partielllement recevable ; partielllement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9278/81
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1983-10-03;9278.81 ?

Parties :

Demandeurs : G. and E. v. NORWAY

Texte :

APPLICATION/REQUÉTES N° 9278/81 & 9415/81 (joined/jointes) G . and E . v/NORWAY G . et E . c/NORVÈG E DECISION of 3 October 1983 on the admissibility of the applications DÉCISION du 3 octobre 1983 sur la recevabilité des requête s
Article I of the Convention : In guaranteeing certain rights to "everyone" within the jurisdiction of the High Contracting Parties, the Convention does not recognise specific righrs for minoriries . Article 8 of the Convention : A minoriry's life style may, in principle, fall under rhe protection of private life, family life or the home . 7he submersion of a very small area of land because of the consrruction of a hydroelectric plant, in a vast region populated by shepherds, hunters and itshermen, does not constitute an interference with the population's private life . Even if there were an interference, it would be justifted as being necessary, particularly for the economic well-being of the count ry. Art icles 10 and 11 of the Convention : When authorised to demmmstrate in a public place for five hours, the participants demonstrated for four days. 771eir forced removal by the police, and the fines imposed, were measures in accordance with the law, and necessary for the prevention of disorder. Article 1 of the First Protocol : Traditional use of vast territories for grazing, hunring andjishing, not a property right . Possible cbincs for compensation for reduction of business interests . No appearance of a violation of Article I .
ArYicle I de la Convention : En garantissant certains droits -à toute personne » relevant de la juridiction des Etats Con tractants, la Convention ne reconnait aucun droit spécifique aux minorités .
Article 8 de la Convention : Le mode de vie d'une minorité peut, en principe, bénéficier de la protection de la vie privée, de la vie familiale et du domicile . L'immersion d'une surface très limitée, à la suite de la construction d'une cenrrale hydro-électrique, dans une vaste région occupée par une population de bergers, chasseurs et pêcheurs ne constitue pas une ingérence dans leur vie privée . Méme s'il y avait ingérence, celle-ci serait justifiée noramment comme nécessaire au bien-ètre économique du pays . Articles 10 ef 11 de la Convention : Alors qu'ils étaient autorisés à manifester sur la voie publique durant 5 heures, les manifestants ont manifesté durant 4 jours . Leur évacuation manu militari et leur condamnation à une amende élaient des mesures prévues par la loi et nécessaires à la défense de l'ordre . Article 1 du Protocole additionnel : Usage traditionnel de vastes terrains pour la pâture, la chasse et la péche non assimilable à un droit de propriété. Possibilité d'obtenir une indemnité pour diminution de jouissance. Aucune apparence de violation de l'article I .
(français : voir p . 38)
The facts, as they appear from the applicants' submissions, may be summarised as follows : The applicants are two Norwegian Lapps . The first applicant was born in 1950 and is residing at E ., Alta . He is a reindeer shepherd . The second applicant was born in 1944 and is residing at M ., Alta . He is a fisherman and hunter . The applicants are assisted before the Commission by Mr Digemes, a lawyer practising in Oslo . On 15 June 1979 the Norewegian Govemment decided after consent from the Parliament to commence works in the Alta Valley for the purpose of erecting a hydroelectric power station in the valley . These works would eventually put parts of the Valley under water. As a protest against this project and against the treatment of the Lapps in general, an independent group of Lapps, including the applicants, decided to protest outside the Parliament (Stortinget) in Oslo . Following an application, the group received an interim permission by the Police authority to hold a demonstration ("med stands") in the Stortings place on Monday 8 October 1979 from II to 16 o'clock .
However, the moming of 8 October the group erected a Lapp tent in the Eidsvolls place, which is situated outside the main entrance to the Parliament . They stayed in this tent and demonstrated until II October 1979 . On this day the Police removed them, and the tent, by force, after the Lapps had refused to comply with a Police order that they should leave the site . In the meantime, they had received permission to demonstrate in the Stortings place, but only during the day time . It appears that from 13 October 1979 the applicants continued their demonstration lawfully in the Stortings place . On 21 March 1980 the Police of Oslo (Oslo politikammer), at the demand of the Public Prosecutor of Eidsivating -offered to senle the matter by imposing upon each applicant a fine of I 000 Norwegian Crowns, or, failing that, 10 days' detention, for havin g a . in the period front Monday 8 October until Thursday I I October 1979 at approximately 13 .00 hours at Eidsvolls Place in Oslo, refused to obey an order from the police to leave the site (an order given from the purposes of safeguarding public order and traffic) so that the police had to remove them by force . put up, on Monday 8 October 1979, a Lapp tent on Eidsvolls Place in Osl o ,b and left it standing until II October the same year, when it was removed by the police . The applicants did not accept the settlement offer and the case was consequently referred to the City Court (Byrett) of Oslo . The trial took place from 2 until 4 June 1980 . By a judgment of the City Court of Oslo of 12 June 1980, six Lapps (including the applicants) weré sentenced to a fine of 500 Norwegian Crowns, or, failing that, to a sentence of 5 days' detention . AII the convicted Lapps appealed to the Supreme Court which by a decision of 13 January 1981, apart from a minor part, upheld the judgment of the City Court . The Supreme Court stated, inter a(ia, that the provisions on which the convictions were based clearly aint at upholding public order and that it was not disputed that the police action had been dictated by such purposes . It was also stated that it had been established that the unlawful demonstrntion had caused great attention, and gathered lots of people . Different demonstrations had taken place, some of which were ntore aggressive than that of the convicted persons, which was calm . The applicants draw attention to the fact that by birth they belong to a minority group, the Lapps . For hundreds of years their kinsfolk have been working with reindeer, fishing and hunting . Every year they move their herd of deer around, and, therefore, there
- 32 -
is a great demand for space . The Lapps have their own culture and language, far apart from the other Scandinavian languages . Until recentty they were not given any education in their own language, and, in the applicants' opinion, the education they are at present receiving is very poor . Many of their people can neither read nor write Norwegian . It is estimated that the Lapps number altogether about fifty thousand . Of these, about thirty thousand are living in Norway . The rest are living in Sweden, Finland and the Soviet Union . The history of the Lapps is known several thousand years back . About 1300 the Norwegians colonised the North, and the first church was built there in V ard6 in 1307 . Over the centuries, more and more people have invaded what the Lapps call Sarniaenan (the land of the Lapps) . and especially after the Second World War, they have .Duringthelasy seen the land taken away from them and their culture slowly being destroyed . Following the Govemment's decision to start the works in the Alta Valley, the responsible State authority brought an action before the Alta District Court to determine the compensation to be paid and measures to be ordered in connection with the project (skj6nn) .The Lapps and the associations, who were parties to these proceedings (the applicants were not parties), submitted that the Government's decision to start the works in the Alta Valley was void, inreralia, on the ground that the Govemment had not taken proper account of the obligation towards the Lapps, as a minority, which the Government had under the rules of internationat law . The District Court of Alta delivered its judgment on 5 December 1 980 . It declared, with dissenting opinion, that the decision of 15 June 1975 by the Govemment was valid . The Court then awarded compensation . The Court's judgment was subsequently reviewed by the Supreme Court in plenary session . The Supreme Court delivered its judgment on 26 February 19 8 2, by which, in essence, it confirtned the judgment of the District Court . The Court stated in its judgment that it has been established by case-law that the Lapps enjoy protection for their business (naeringsut6velse), in the same way a .s other rights are protected against expropriation . The Court did not find it appropriate to determine how far that protection extended, since that was an issue to be determined in subsequent cases on compensation (skj6nn) . As regards the resolution of 15 June 1979, the Court stated that the domestic legal position was clear . Any possible rights of the Lapps would-similar to others' rights-have to yield to the decision on expropriation, in exchange for pecuniary compensation .
- 33 -
In respect of the submission from the Lapps that mtes of international law we re an obstacle to the Norwegian State's adopting the decisions in question, the Court stated as follows : There could be no doubt that there were no limits to Norwegian sovereignty in respect of the regulated area . Nor could the invoked minority rights imply that the decision was doubtful . The decisive point for the Court was the factual extent of the interference with the interests of the Lapps . The Court stated that a condition for there being any intemational law issue at all wa .s if the decision implied substantial and very damaging interferences with such interests . The Court recalled that an xrea of 2,8 km' would be covered by water, and, accordingly, be lost as pasture land . In addition, a permanent road would be built for traffic to the electricity plant . However, the road was not supposed to be open to public transport . Although the damage would be greater during the building period, the Court concluded that the reindeer business would not be damaged in a manner raising issues as to the protection of minority intercsts under international law .
COMPLAINT S 1 . The applicants point out that very few people understand the language of the Lapps . They wanted to protest against the Norwegian Government taking away their land, but since nobody has listened to the Lapps for years, they state that they had no other choice but to demonstrate outside the Partiament (Stortinget) by putting up the tent in front of it . They see this as their right to freedom of expression guaranteed by Article 10 of the Convention . Since they were arrested for doing so, they maintain that it constituted a violation of the right to freedom of expression, guaranteed by Article 10 of the Convention . 2 . The applicants submit that as members of a minority group, they are not able to defend their rights under Article I of the First Protocol . The authorities have already started the works, which means that the valley where they werc born and where they intended to work will be pa rt ly under water . 3 . The applicants state that when the demonstrations took place, the Norwegian Govemment had already decided to start the works . They submit that it would have been impossible for them to institute court proceedings claiming that they were the legal possessors of this particular part of Norway . Even if they had instituted such proceedings, the applicants submit that the works would probably have been finished by the time the final court decisions would have been taken or, at least, much damage would have been done . Hence the applicants submit that they had no effective remedy under Norwegian law, in contravention of Article 13 of the Convention . 4 . If the basis of the Lapps' existence is taken away, it also means that they will have to be incorporated into a society which they do not understand, and which doe s
not understand them . It is a society where, according to the applicants, they have met little understanding, but much discrimination . They maintain that they will not only lose the land, but also their identity . The applicants see this as discrimination, in violation of Article 14 of the Convention . . . .
THE LAW I . The applicants allege that the Lapps, as a minority, are discriminated against, and that their rights have not been sufficiently protected . The Commission observes that the Convention does not guarantee speciflc rights to minorities . The rights and freedoms set forth in the Convention are, according to Anicle I of the Convention, guaranteed to "everyone" within the jurisdiction of a High Contracting Party . The enjoyment of the rights and freedoms in the Convention shall, according to Article 14, be secured without discrimination on any ground such as, inter alia, association with a national minority . The applicants are Norwegian citizens, living in Norway, and under Norwegian jurisdiction . They have, as other Norwegians, the right to vote and to stand for election to the Norwegian Parliament . They are thus democratically represented in Parliament, although the Lapps have no secured representation for themselves . The applicants are thus entitled to enjoy the guarantees of the Convention . They are also bound by Norwegian law and obliged to comply with decisions lawfully taken . 2 . The Commission considers that the applicants' complaints must panly be examined under Article 8 of the Convention, which guarantees the right to respect for private life, family life and home . The Commission is of the opinion that, under Article 8, a minority group is, in principle, entitled to claim the right to respect for the particular life style it may lead as being "private life", "family life" or "home" . The Commission finds that the manner in which the applicants demonstrated outside the Parliament cannot raise an issue under Article 8 (as regards the issues under Articles 10 and 11, see below) . In respect of the applicants' allegation that land is being taken away from them, the Commission must limit its examination to the project in the Altariver . Here, the Commission notes that the applicants do not appear to have any "property rights" to this area in the traditional sense of that concept . Nor have they claimed compensation for any such rights (cf_ below) . The applicants claim that the valley where they were bom, and where they intended to live, will be partly under water . They do not allege that they will be unable to continue their life as a reindeershepherd and a fisherman and hunter respectively .
- 35 -
The Commission is prepared to accept that the consequences, arising for the applicants from the construction of the hydroelectric plant, constitute an interference with their private life, as members of a minority, who move their herds and deer around over a considerable distance . It is recalled that an area of 2,8 km2 will be covered by water as a result of the plant . In addition, it must be acknowledged that the environment of the said plant will be affected . This could interfere with the applicants' possibilities of enjoying the right to respect for their private life . Nevertheless, in comparison with the vast areas in northem Norway which are used for reindeer breeding and fishing, the Commission considers that it is only a comparatively small area which will be lost for the applicants, for such purposes, as a result of the Alta river project . Furthermore, under the terms of Article 8, para . 2 of the Convention, an interference with the rights set out in Article 8, para . 1 is permissible if it is in accordance with the law and necessary in a democratic society for one of the purposes enumerated, inter alia, the economic well-being of the country . The Commission finds that, without ascertaining the exact extent and nature o f the interference with the applicants' rights under Article 8, para . 1, after the careful consideration of the necessity of the project by the national organs . the interference could reasonably be considered as justified under Article 8, para . 2, as beingin accordance with law, and necessary in a democratic society in the interests of the economic well-being of the country . It follows that this part of the applications is manifestly ill-founded, within rh e
meaning of Article 27, para . 2 . The applicants have invoked.3 Article 1 of the First Protocol and complained tha t their land has been taken away from them, and that the taking away of this land also affects their way of life . • Article I of the First Protocol guarantees to everyone the peaceful enjoymen t
of his possessions . However the applicants have in no way substantiated that they have any property rights or claims, as guaranteed by Article I of the First Protocol to the land in question . The Commission, furthermore, notes that, under Article 105 of the Norwegian Constitution, individuals are guaranteed compensation if rights of theirs are being expropriated . The applicants have not shown that they have instituted any proceedingsfor the establishment of whether they were entitled to such compensation . It follows that the applicants' complaints under Article I of the First Protoco l are manifestly ill-founded, within the meaning of Anicle27, para . 2, even assuming that the applicants have exhausted domestic remedies, as required by Article 26 of the Convention .
- 36 -
4 . The applicants have complained that their arrest, when they demonstrated from a tent outside the Norwegian Parliament, constituted a violation of their right to freedom of expression, protected by Article 10 of the Convention . Article 10 provides that everyone has the right of freedom of expression . The demonstration, by setting up the tent in front of the Parliament- was certainly an expression of opinion . However, according to Article 10, para . 2 the exercise of this freedom, since it carries with it dùties and responsibilities, may be subject to such formalities, conditions, restrictions or penalties as are prescribed by law, and are necessary in a democratic society, inter alia, in the interests of public safety, or for the prevention of disorder and crime . The Commission finds it established that the arrest and the subsequent conviction were lawful under Norwegian law, and that they were based on the aim of maintaining public order . It is to be noted that the applicants had been given permission to demonstrate on 8 October 1979 from 11 to 16 o'clock, but that they erected the tent and stayed there day and night until 11 October . Under these circumstances, the Commission finds that the interference with their right to freedom of expression can be reasonably considered to be necessary to protect the public order . A demonstration by setting up a tent for several days in an area open to public traffic must necessarily cause disorder . It follows that this part of the applications is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27, para . 2 of the Convention . 5 . Insofar as the applicants' complaint about the interference with the demonstration might raise an issue under Article II (the right to freedom of peaceful assembly) the Commission is of the opinion that similar considerations as those under Article 10 apply . 6 . The applicants have also invoked Article 13 of the Convention and submitted that they did not have an effective remedy . The Commission recalls that, as a result of the Government's decision to implement the Alta project, the responsible State authority brought the necessary action before the Alta District Court, for determination of the compensation to be paid, and other measures to be ordered . In these proceedings the applicants could have presented any claims they may have had in connection with the Alta river project . It would also have been open to them to institute separate Court proceedings in regard to such claims . Consequently, the applicants had an effective remedy within the meaning of Article 13 of the Convention .
- 37 -
It follows that this pa rt of the applications is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27, para . 2 . 7 . The applicants have, finally, invoked Art 14 of the Convention, which prohibits discrimination in respect of the enjoyment of the rights and freedoms set forth in the Convention . The Commission recalls what it has said above under points I and 2 : The Convention does not guarantee any specific rights to mino rities, but disrespect of the particular life style of minorities may raise an issue under A rt icle 8 . However, there is no indication that the applicants have been treated in a manner which could be considered as discrintination, contrary to A rticle 14, nor have they been forced to abandon their life style . Accordingly, the applicants' submissions do not disclose the appearance of any violation of A rt icle 14 of the Convention . It follows that also this aspect of the applications is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27, para . 2 of the Convention . For these reasons, the Commission DECLARES THE APPLICATIONS INADMTSSTBLE
(fRADUCT/ON) EN FAI T Les faits tels qu'ils ont été exposés par les requérants peuvent se résumer comme suit : Les requérants sont deux Lapons de Norvège . Le premier est né en 1950 et habite E ., Alta . Il est berger d'un troupeau de rennes . Le deuxième est né en 1944 et habite M ., Alta . Il est pêcheur et chasseur . Les requérants sont représentés devant la Commission par M° Digemes, avoca t à Oslo . Le 15 juin 1979, le Gouvernement norvégien a décidé, avec le consentement du Parlement, d'entreprendre dans la vallée de l'Alta les travaux de construction d'une centrale hydroélectrique . Ces travaux doivent entrainer l'immersion d'une partie de la vallée . Pour protester contre ce projet et contre le traitement réservé aux Lapons en général, un groupe indépendant de Lapons, dont font partie les requérants, décida de manifester devant le Parlement (Stortinget) à Oslo .
- 38 -
Après avoir présenté sa demande, le groupe reçut de la police l'auto risation provisoire de manifester (- med stands -) sur la place du Parlement le lundi 8 octobre 1979, de 11 heures à 16 heures . Cependant, au matin du 8 octobre, le groupe dressa une tente laponne sur la place d'Eidsvolls, devant la principale entrée du Parlement . Installés sous cette tente, les Lapons manifestèrent jusqu'au 11 octobre 1979, date à laquelle la police les enleva de force, ainsi que leur tente, aprés qu'ils eurent refusé d'obtempérer à l'ordre de quitter les lieux . Dans l'inte rvalle, les Lapons avaient reçu l'autorisation de manifester sur la place du Parlement mais seulement de jour . II semble qu'à panir du 13 octobre 1979, les requérants aient continué à manifester légalement sur la place du Parlement . Le 21 mars 1980, la police d'Oslo (Oslo politikarnmer) offrit - à la demande du parquet de Eidsivating - de régler la question en infligeant aux requérants une amende de 1 000 couronnes norv égiennes chacun, ou, à défaut de paiement, une détention de dix jours pour avoi r a . du lundi 8 octobre au jeudi 11 octob re 1979, à 13 h environ, sur la place d'Eidsvolls à Oslo, refusé d'obéir à un ordre de la police d'avoir à qui tter les lieux - ordre donné pour maintenir l'ordre public et assurer la circulation - de sorte que la police a é té obligée d'enlever les manifestants de force ; b . le lundi 8 octobre 1979 dressé une tente lapone sur la place d'Eidsvolls à Oslo et l'y avoir laissée jusqu'au 11 octobre de la même année, date de son enl8vement par la police . Les requérants ayant refusé le règlement proposé, l'affaire fut déférée au tribunal municipal (Byrett) d'Oslo . Le procés eut lieu du 2 au 4 juin 1980 . Par un jugement du t ri bunal municipal d'Oslo en date du 12 juin 1980, six Lapons ( dont les requérants) furent condamnés à une amende de 500 couronnes norvégiennes ou, à défaut de paiement, à cinq jours d'arr@ts . Tous les Lapons ainsi condamnés firent appel devant la Cour Supréme qui, par arrét du 13 janvier 1981, confirma dans sa majeure partie le jugement du tribunal municipal . La Cour déclara notamment que les dispositions sur lesquelles se fondaient les condamnations visaient manifestement à maintenir l'ordre public et que les mesures prises par la police avaient sans conteste été dictées par ces impératifs . La Cour déclara également qu'il avait été établi que la manifestation non autorisée avait suscité un très vif intérèt et rassemblé quantité de personnes . Des manifestations différentes avaient eu lieu, dont certaines étaient plus agressives que celle organisée par les condamnés qui, elle, avait un caractère pacifique .
Les requérants signalent que, par leur naissance, ils appartiennent à un groupe minoritaire, les Lapons . Depuis des siècles, les gens de leur race travaillent à l'élevage des rennes, à la pêche et à la chasse . Chaque année, ils déplacent leurs troupeaux, d'où leur nécessité d'espace . Les Lapons ont leur propre culture et parlent leur propre langue, très éloignée des autres langues scandinaves . Jusqu'à une date récente, ils n'étaient pas instmits dans leur langue et, selon les requérants, l'instruction qu'ils reçoivent actuellement est très médiocre . Bon nombre d'entre eux ne peuvent ni lire ni écrire le norvégien . On estime à 50 000 au total le nombre de Lapons . Sur ce chiffre, 30 000 vivent en Norvège, le reste en Suède, Fin)ande et Union Soviétique . L'histoire des Lapons remonte à plusieurs millénaires . Vers 1300, les Norvégiens colonisèrent le nord du pays et y constmisirent la première église en 1307 à Vard6 . Au fil des siècles, de plus en plus de gens ont envahi ce que les Lapons appellent Sàmiaenan (terre des Lapons) . Ces demières années et notamment depuis la deuxième guerre mondiale, les Lapons se virent déposséder de leurs terres et assistent à la lente destruction de leur cutture . A la suite de la décision du Gouvernement d'entreprendre les travaux dans la vallée de l'Alta, les autorités responsables engagèrent, devant le tribunal du district d'Alta, une action tendant à fixer l'indemnité à verser et les mesures à ordonner en liaison avec le projet (skj6nn) . Les Lapons et les associations panies à cette procédure - les requérants n'en étaient pas - ont soutenu que la décision du Gouvemement d'entreprendre les travaux dans la vallée de l'Alta était nulle et non avenue au motif notamment que le Gouvemement n'avait pas tenu convenablement compte de l'obligation qu'il avait vis-à-vis de la minorité laponne en vertu des règles du droit international . Le tribunal du district d'Alta rendit son jugement le 5 décembre 1980 et déclara, avec une opinion dissidente, que la décision prise par le Gouvemement le 15 juin 1975 était valable . Le tribunal décida alors de l'octroi de cenaines indemnités . Le jugement du tribunal fut soumis au contrôle de la Cour Suprême en séance plénière . La Cour Suprême rendit son arrêt le 26 février 1982 qui, pour l'essentiel, confirrnait le jugement du tribunal de district . La Cour déclara dans son arrêt que, selon sa jurisprudence constante, les Lapons jouissaient, dans l'exercice de leurs activités (naeringsut6velse) d'une protection analogue à celle des autres droits protégés contre une expropriation . La Cou r
n'a pas jugé opportun de déterminer l'étendue de cette protenion puisque c'était là une question qui devait être tranchée dans les affaires ultérieures d'indemnisation (skj6nn) . Sur la décision du 15 juin 1979, la Cour déclara que la situation juridique en droit inteme était claire : tout droit éventuel des Lapons devait - comme tout autre droit - céder devant la décision d'exproprier en échange d'une indemnisation pécuniaire . Quant à l'argument des Lapons selon lequel les règles de droit intemational faisaient obstacle à l'adoption par l'Etat norvégien des décisions en question, la Cour estima indéniable qu'il n'existait pas de limite à la souveraineté norvégienne sur la région faisant l'objet de la réglementation . Les droits invoqués par la minorité ne pouvaient pas impliquer non plus que la décision ftlt contestable . Le point décisif est pour la Courl'étendue réelle de l'atteinte portée aux intérêts lapons . La Cour déclara qu'une condition pour qu'un problème de droit international se pos3t était que la décision emportât des atteintes substantielles et très dommageables aux intéréts des Lapons . Elle rappela qu'une zone de 2,8 km2 serait immergée et dès lors perdue comme terre à pâture et qu'en outre, une route serait construite pour conduire à la centrale . Toutefois, il n'était pas prévu que cette route soit ouvene aux transpons publics . Il est vrai que les dommages soufferts seraient accrus pendànt la période de construction, mais la Cour estima néanmoins que l'élevage des rennes ne serait pas compromis d'une manière telle que se poseraient des problèmes de protection des intéréts de la minorité au regard du droit intemational .
GRIEFS I . Les requérants soulignent que très rares sont les gens qui comprennent la langue laponne . Désireux de manifester contre le Gouvernement norvégien qui leur prend leurs terres, mais les Lapons n'étant écoutés de personne depuis des années, les requérants précisent qu'ils n'avaient pas d'autre possibilité que de manifester devant le Parlement (Stortinget) en dressant leur tente devant le bàtiment . Ils voient là une manifestation du droit à la liberté d'expression queleur garantit l'article 10 de la Convention . Ayant été arrêtés pour l'avoir fait, ils soutiennent que leur arrestation constituait une violation de leur droit à la liberté d'expression, énoncé à l'article 10 de la Convention . 2 . Les requérants soutiennent qu'en tant que membres d'un groupe minoritaire, ils n'ont pas pu non plus défendre les droits que leur reconnaît l'a rt icle I du Protocole additionnel . Les pouvoirs publics avaient déjà entrepris les travaux, ce qui signifie que la vallée où ils é taient nés et où ils avaient l'intention de travailler allait être pa rt iellement inondée . -41-
3 . Les requérants affttment qu'à l'époque des manifestations, le Gouvernement norvégien avait déjà décidé le démarrage des travaux . En outre, il leur aurait été impôssible d'engager une procédure judiciaire pour se prétendre les possesseurs légaux de cette partiede la Norvège . Même s'ils l'avaient pu, les requérants soutiennent que les travaux auraient probablement été achevés au moment des décisions judiciaires finales ou, du moins, que bien des dommages auraient déjà été faits . fls affirment dès lors qu'ils ne disposaient d'aucun recours effectif en droit norvégien, ce qui est contraire à l'article 13 de :la Convention . 4 . Si l'on enlève auxfapons la base mème de leur existence, cela signifie aussi qu'ils devront s'intégrer dans une société qu'ils ne comprennent pas et qui ne les coniprend pas, une société où, selon les requérants, ils ont rencontré peu de compréhension et beaucoup de discrimination . Ils soutiennent qu'ils y perdront non seulement leurs terres mais leur identité et voient dans cette situation une discrimination contraire à l'article 14 de la Convention
I . Les requérants allèguent que, comme minorité, les lapons sont victimes d'une discrimination et que leurs droits n'ont pas été suffisamment protégés . La Commission fait remarquer que la Convention ne garantit pas de droits spécifiques aux minorités . Les droits et libertés énoncés dans la Convention sont, aux terines de l'article 1 de la Convention, garantis à•toute personne . rolevant de la juridiction d'une Haute Panie Contractante . La jouissance des droits et libertés reconnus dans la Convention doit, selon l'article 14, être assurée sans distinction aucune, fondée notamment sur l'appartenance à une minorité nationale . Les requérants sont citoyens norvégiens, vivant en Norvège et relevant de la juridiction norvégienne . Tout comme les autres Norvégiens, ils ont le droit de vote et peuvent se présenter aux élections au Parlement norvégien . Ils sont donc démocratiquement représentés au Parlement, bien que les Lapons n'y possèdent pas une représentation par eux-mëmes . 2 . La Commission estime que les griefs des requérants doivent en partie @tre examinés au regard de l'article 8 de la Convention, qui garantit le droit au respect de la vie privée, dela vie familiale et du domicile . La Commission est d'avis qu'au regard de l'article 8, un groupe minoritaire est théoriquement fondé à revendiquer le droit au respect de son mode de vie propre, puisqu'il s'agit de «vie privée ., de «vie familiale» ou de •domicile• :
La Commission constate que la manière dont les requérants ont manifesté devant le Parlement ne pose pas de problème sur le terrainde l'article 8 (sur les articles 10 et Il, voir infra) . Pour ce qui concerne l'allégation des requérants selon laquelle des terres leur sont enlevées, la Commission doit limiter son examen au projet de la rivière Alta . Or, elle relève que les requérants ne semblent pas avoir sur cette zone un quelconque • droit de propriété . au sens traditionnel du terme et n'ont d'ailleurs pas réclamé d'indemnisation à cet égard (cf . infra) . Les requérants prétendent que la vallée où ils sont nés et où ils avaient l'intention de vivre sera partiellement recouverte par les eaux, mais ils n'allèguent pas étre incapables de poursuivre leur existence de berger d'un troupeau de rennes et de p2cheur/chasseur respectivement . La Commission est disposée à admenre que les conséquences pour les requérants de la construction de la centrale hydroélectrique constituent une ingérence dans leur vie privée, puisqu'ils sont membres d'une minorité qui fait déplacer ses troupeaux sur des distances considérables . Elle rappelle que la centrale va inonder une zone de 2,8 km2 . Elle doit admettre en outre que l'environnement de la centrale s'en trouvera affecté, ce qui pourrait porter atteinte aux possibilités des requérants de jouir du droit au respect de leur vie privée . Néanmoins, par comparaison avec les vastes régions du nord de la Norvège qui servent à l'élevage des rennes et à la p2che, la Commission estime que c'est une zone relativement petite que le projet de la rivière Alta fera perdre aux requérants . . . . De plus, aux termes de 1'article 8, par . 2, de la Convention, une ingérence dans les droits garantis par l'article 8, par . 1, est admissible si elle est prévue par la loi et nécessaire, dans une société démocratique, à l'un des objectifs énumérés dans le texte, notamment au bien-@tre économique du pays . La Commission estime que, sans se prononcer sur la portée exacte et la nature de l'ingérence dans les droits garantis aux requérants par l'article 8, par . 1, mais compte tenu de ce que les autorités nationales ont soigneusement pesé la nécessité du projet, l'ingérence peut raisonnablement être considérée comme justi fiée au regard de l'article 8, par . 2, comme prévue par la loi et nécessaire dans une société démocratique au bien-être économique du pays . Il s'ensuit que la requête est, sur ce point, manifestement mâl fondée, au sens de l'article 27, par . 2 . 3 . Les requérants ont invoqué l'article I° du Protocole additionnel pour se plaindre que leurs terres leur sont enlevées et que ce tt e dépossessionaffecte également leur mode de vie . L'article 1^' du Protocole additionnel garantit à toute personne le droit au res-
pect de ses biens . -43-
Cependant, les requérants n'ont nullement soutenu avoir sur la terre en question un quelconque droit de propriété ou de revendiquer la propriété qui serait garantie par l'article 1 - du Protocole additionnel . La Commission relève par ailleurs que, selon l'article 105 de la Constitution norvégienne, une indemnisation est assurée aux particuliers dont les droits sont expropriés . Les requérants n'ont pas montré avoir engagé quelque procédure que ce soit pour faire établir s'ils avaient droit à pareille indemnisation . . "II s'ensuit qu'à supposer que les requérants aient épuisé les voies de recour s internes conune l'exige l'article 26 de la Convention, les griefs tirés par eux de l'article ler du Protocole additionnel sont manifestement mal fondés, au sens de l'article 27, par . 2 . 4 . Les requérants se soni plaints que leur arrestation ilors qu'ils'rttanifestaient dans une tente dressée devant le Parlement norvégien, a constitué une violation de leur droit à la liberté'd'éxpression, protégé par l'article 10 de la Convention . L'article 10 assure à toute personne le droit à la liberté d'expression . La manifestation consistant à planter la tente devant le Parlement était à coup stlr l'expression d'une opinion . Cependant,aux termes de l'article 10, par . 2,'l'exercice dè cette libeité comportant des devoirs et des responsabilités peut ètre soumis à certaines formalités, conditions, restrictionsou sanctions prévues par la loi, qui constituent dans une société démocratique des mesures nécessaires notamment à la sGreté publique, à la défense de l'ordre et à la prévention du crime . La Commission estime établi que l'arrestation et la condamnation subséquente des requérants étaient conformes à la loi norv égienne et avaient pour but de maintenir l'ordre public . Il est à remirquer que les requérants avaient reçu l'autorisation de manifester le 8 octobré 1979, de 11 h à 16 h, mais qu'ils ont dressé uné tente et y sônt restés jour et nuit jusqu'au 11 octobre . Dans ces conditions, la Commission estime que l'ingérence dans leur d ro it à la libe rté d'expression peut raisonnablement étre considérée comme nécessaire à la protection de l'ordre public . Une manifestation consistant à dresser une tente pour plusieurs jours dans une zone ouverte à la circulation du public doit nécessairement provoquer un désordre . Il s'ensuit que la requête est, sur ce point aussi, manifestement mal fondée, au
sens de l'article 27, par . 2, de la Convention . 5 . Dans la mesure où le grief des requérants concemant l'ingérence dans la manifestation peut poser un problème au regard de l'article 11 - le droit à la liberté de réunion pacifique - la Commission estime que des considérations analogues à celles développées pour l'article 10 s'appliquent ici .
6 . Les requérants ont également invoqué l'article 13 de la Convention et soutenu qu'ils ne disposaient pas d'un recours effectif. La Commission rappelle qu'à la suite de la décision prise par le Gouvernement de mettre en o:uvre le projet Alta, l'autorité publique responsable a engagé devant le tribunal de district d'Alta la procédure nécessaire pour fixer l'indemnité à verser et les autres mesures à ordonner. Dans cette procédure, les requérants auraient pu présenter toutes les prétentions qu'ils pouvaient avoir à propos du projet visant la rivière Alta . Ils auraient pu également engager une procédure judiciaire distincte pour exposer leurs revendications . En conséquence, les requérants disposaient d'un recours effectif, au sens de l'article 13 de la Convention . II s'ensuit que la requète est, sur ce point aussi, manifestement mal fondée, au sens de l'article 27, par . 2 . 7 . Les requérants ont invoqué enfin l'articte 14 de la Convention, qui interdit toute distinction dans la jouissance des droits et libertés garantis par la Convention . La Commission rappelle ce qu'elle a dit aux considérants 1 et 2 ci-dessus : La Convention ne garantit aucun droit spécifique aux minorités, mais méconnaître un mode de vie particulier des minorités peut poser un problème sur le terrain de l'article 8 . Cependant, rien n'indique que les requérants aient été traités d'une manière pouvant étre qualifiée de discriminatoire et contraire à l'anicle14, ni qu'ils aient été obligés de renoncer à leur mode de vie . Leur argumentation ne révèle dès lors aucune apparence de violation de l'article 14 de la Convention . Il s'ensuit que, sur ce point également, la requête est manifestement mal fondée, au sens de l'article 27, par . 2, de la Convention . Par ces motifs, la Commission

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 03/10/1983

Fonds documentaire ?: HUDOC

Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.