Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ K. c. DANEMARK

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partielllement recevable ; partielllement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10378/83
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1983-12-07;10378.83 ?

Analyses :

(Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE, (Art. 6-1) JUGEMENT PUBLIC, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE


Parties :

Demandeurs : K.
Défendeurs : DANEMARK

Texte :

APPLICATION / REQUÉTE N° 10378/83 K .v/DENMARK K . c/DANEMARK DECISION of 7 December 1983 on the admissibility of the application DÉCISION du 7 décembre 1983 sur la recevabilité de la requdte
Article 1, paragraph 2, of the First Protocol : The seizure of all the assets of an accused person, who, to avoid criminal proceedings, fled abroad, was a measure inrended to press him to re-appear and participate in the proceedings . 7he Contracting Parties are, in principle, the sole judges of the necessity to control the use of property, providing that the control is not disproportionate to the nint pursued. Article l, paragraphe 2, du Protocole additionnel : Mise sous séquestre, conformément à la loi, de l'ensemble des biens d'un prévenu qui . pour échapper aux poursuites pénales, a pris la fuite à l'étranger, afin de faire pression pour qu'il contparaisse . Les Panies Contractantes sont en principe seuls juges de la nécessité de régletnenter l'usage des biens, sous rése rv e que cette réglementation ne soit pas disproportionnée à son but.
(français : voir p. 238)
Summary of the relevant facts
The applicant•, a Danish citizen, is ihe owner ofseveral commercial companies in Denmark, and has business interests in other companies abroad. The applicant was arrested in 1981 and prosecuted for fiscal fraud, involving several million Danish crowtts . • The applicant is represented before the Commission by Mr D .P . Church of Messrs Bawtree and Sons, SoGcimrs, London
- 235 -
77te cornpanies, tvhich he controlled, were also the subject of tax backpannents and itnes . 7hese companies' debts to the applicant were impounded . Afier six momhs in detention, the applicant was released on bail for three rnillion crowns . After his cma•iction in 1982 . the applicant was imprisoned for a monrh . then released again, pending appeal . on condition that he remain in Denmark and deposit a fitrther security of three and a half million crowns. Wlten the applicant neve rtheless left Denmark to settle in England, the Danish authorities applied Article 801 of the Administration of Justice Act (retsplejeloven) which reads as follows : "When the indictment has been served . but the suspect has evaded further prosecution, the Court may, at the request of dte Public Prosecutor and after having heard defence courtsel, order the seizure of the suspects' assets, which lte map possess or rvill acquire in this country. " In accordance with Article 802 of the same Act, the assets to be seized are assigned to an adtninistrator. The applicant cornplains before the Commission that the seizure of his assets is in breaclt of Article l of the First Protocol .
THE LAW (Extract ) As regards the decision of the City Court, which was taken on 27 October 1982 . and by which all the applicant's assets in Denniark were seized,lhe Commission takes the following positio n The said decision was taken in conformity with Article 801 of the Administration of Justice Act which allows the seizure of a person's total property in Denmark if an indictment has been served on that person but he or she has absconded . The purpose of this nteasure is not to provide security for fines or the payment of other debts, but to make the person concerned reappear and panicipate in the criminal proceedings . According to Article 1002, paragraph 2, of the Administration of Justice Act, the same measure of seizure of a person's entire property can also be applied to a person who has been convicted, but has absconded to avoid the execution of a sentence of eight months' imprisonment or more . In such a case, the purpose is to bring pressure to bear on the absconded person so as to make him return to serve the prison sentence . In the present case, the applicant had been released on bail pending the appeal proceedings, but he was not allowed to leave Denmark . However, he violated this prohibition and went abroad . There was an obvious risk that he would attempt to transfer assets abroad, which would make his return to Denmark to participate in the coun proceedings . or to serve his sentence, even less likely .
- 236 -
The Commission first notes that the seizure did not deprive the applicant of his possessions, within the nteaning of Article I of the First Protocol . The applicant remains owner of the property, which is under special administration pending the applicant's return to Denmark . On the other hand, the seizure did relate to "the use of property" and thus falls within the ambit of the second paragraph of Article I of the First Protocol . This paragraph sets us the Contracting States up as sole judges of the "necessity" for an interference . Consequently, the Coniniission ntusi restrict itself to supervising the lawfulness and purpose of thc restriction in question (cf . Eur. Court H .R ., Handyside case . judgntent of 7 .12 .76, par-e. 62 . and Dec . No . 7721/76 12 .12 .77 . D .R . 1 I . p . 209) . The Commission notes that the measure was taken in application of the relevant provisions of the Danish Administration of Justice Act and the requirement as to lawfulness is, therefore, satisfied . As to the purpose of the measure, reference is made to the explanations given above, from which it appears that the purpose was to ensure the applicant's presence in Denmark, lirst to participate in the appeal proceedings, and then to serve his prison sentence . The Commission finds this purpose legitimate under the Convention . As regards the appeal proceedings, it should be recalled that the applicant had been released on bail on condition that he should remain in Denmark, and that, in violation of this decision, he had gone abroad . When the applicant's conviction and sentence had beconte final, it was also quite normal that the Danish authorities should take measures to bring him back to Denmark to serve this sentence . The Commission has considered the question whether the seizure of the applicant's property in Denmark, without any limitation as to amount, could be regarded as a disproportionate measure in relation to the purpose for which it was taken . In this respect, it must be observed that the applicant had been convicted of tax evasion involving considerable sums of money, and that he had been sentenced to a severe penalty . Moreover, he had escaped justice by leaving Denmark, and there was a risk that he would try and transfer money abroad and continue staying away from Denmark . In these circumstances, the Commission cannot find that the measure taken was disproportionate to the aim pursued . The Commission concludes that the seizure of the applicant's property in Denmark was imposed in exercise of the right to implentent such laws as the Danish authorities deemed necessary to control the use of property in accordance with the general interest, as provided for in the second paragraph of Article I of the First Protocol . and that, consequently . there has been no violation of that Article .
- 237 -
Résumé des faits pertinents Le requérant•, citoyen danois, est propriétaire de plusieurs sociétés commerciales au Danemark et a aussi des intérêts dans d'âutres sociétés à l'étranger. Arrété en 1 981 . le requérant a été poursuivi pour fraude fiscale ponant sur plusieurs millions de couronnes danoises . Des sociétés qu'il conrrdlait onr également fait l'objet de redressements fiscaur . Des créances qu'il possédait contre ces sociétés ont été saisies provisionnellemenr. Après six mois de détention, le requérant a été rnis en libené sous caution de trois millions de couronnes . Condantné en 1982 . le requérant fut emprisonné durant un mois puis à nouveau mis en libené durant la procédure d'appel, sous condition de ne pas quitter le Danemark et moyennant un dépôt supplémentaire de 3,5 millions de couronnes . Le requérant ayam néanntoins quitré le Danemark pour s'installer en Angleterre . les autorités danoises firent application de l'anicle 80 1 de la loi d'organisation judiciaire (retsplejeloven) . qui est ainsi conçu : « Lorsque l'acte d'accusation a été dressé et que le prévenu se soustrait au .r poursuites pénales . le tribunal peut, à la demande du ministère public et après avoir entendu l'avocat de la défense, ordonner la mise sous séquestre de tous les biens que le prévenu possède ou qui peuvent lui échoirdans le pays . » En venu de l'article 802 de la méme loi, les biens ainsi séquestrés sont confiés n un administrateur .Le requérant soutient devant la Commission que le séquestre de ses biens viole l'anicle l du Protocole additionnel.
(TRADUCTION) EN DROIT (Extrait )
En ce qui concerne la décision de mise sous séquestre de tous les avoirs du requérant au Danemark, prise par le tribunal le 27 octobre 1982, la Commission prend la position suivante . La mise sous séquestre a été décidée conformément à l'article 801 de la lo i d'organisation judiciaire qui autorise à la séquestre au Danemark de tous les biens d'un individu contre lequel un acte d'accusation a été dressé et qui a pris la fuite . Cette mesure n'a pas pour but de garantir le paiement d'amendes ou d'autres dettes mais d'amener l'intéressé à comparaître pour participer à la procédure pénale . Selon ' Le requérani dmn reprEsenié devanl la Commission par M . D .P. Church, de MM Bawlee er rJs . solicirors à Londres .
- 238 -
l'article 1002, par . 2, de la loi d'organisation judiciaire, cette méme mesure de séquestre de la totalité des biens d'un individu peut aussi s'appliquer au condamné qui a pris la fuite pour se soustraire à l'exécution d'une peine de huit mois de prison ou davantage . Dans ce cas, le but est de faire pression sur la personne en fuite pour l'inciter à venir purger la peine . En l'espèce, le requérant avait été mis en liberté sous caution pendant la procédure d'appel mais n'était pas autorisé à quitter le Danemark . Il a cependant enfreint cette interdiction pour se rendre à l'étranger . Il existait manifestement un risque qu'il tente de transférer des capitaux à l'étranger, ce qui rendrait encore moins probable son retour au Danemark pour comparaître au procés ou pour purger sa peine . La Commission reléve tout d'abord que la saisie n'a pas privé le requérant de ses biens, au sens de l'article I du Protocole additionnel . Le requérant demeure propriétaire des biens, qui se trouvent sous une administration spéciale en attendant son retour au Danemark . Par contre, le séquestre affectait bien « l'usage des biens•, et relevait donc du deuxième paragraphe de l'article I du Protocole additionnel . Ce paragraphe laisse les Etats contractants seuls juges de la «nécessité - d'une ingérence . En conséquence, la Contmission doit se borner à contrôler la légalité et la rinalité de la restriction dont il s'agit (cf. Cour eur. D .H ., affaire Handyside, artét du 7 décentbre 1976, Vol . 24, par . 62, et la décision de la Comntission sur la requête n° 7721/76, DR 11, p . 209) . La Commission relève que la mesure ayant été prise en application des dispositions pertinentes de la loi danoise sur l'administration de lajustice, condition de légalité se trouve satisfaite . Quant au but de la mesure, la Commission renvoie aux explications données plus haut, d'où il ressort qu'il s'agissait de s'assurer de la présence du requérant au Danemark, d'abord pour prendre part à la procédure d'appel, ensuite pour purger sa peine de prison . La Commission estime ce but légitime au regard de la Convention . En ce qui concerne la procédure d'appel, il faut rappeler que le requérant avait été mis en liberté sous caution à la condition de rester au Danemark et qu'il s'est rendu à l'étranger en violation de cette décision . Lorsque la condamnation et la peine du requérant ont acquis un caractère définitif, il était normal que les autorités danoises prennent des mesures propres à faire revenir le requérant au Danemark afin qu'il y purge sa peine . La Commission a examiné si la mise sous séquestre des biens du requérant au Danemark sans limitation de montant pouvait étre considérée comme une mesure hors de proportion avec le but pour lequel elle avait été décidée . A cet égard, il faut observer que le requérant avait été reconnu coupable d'évasion fiscale portant sur des sommes considérables, puis condamné à une lourde peine . En outre, il s'était soustrait à la justice en quittant le Danemark et il existait un risque de le voir essaye r
- 239 -
de transférer des capitaux à l'étranger et de demeurer hors du pays . Dans ces conditions, la Commission n'estime pas que la mesure prise était disproportionnée avec le but poursuivi . La Commission estime que la saisie des biens du requérant au Danemark a été décidée dans l'exercice du droit conféré aux autorités danoises de mettre en vigueur les lois qu'elles jugent nécessaires pour réglementer l'usage des biens conformément à l'intérêt général, comme le prévoit le deuxiéme paragraphe de l'article I du Protocole additionnel, et que . dés lors . il n'y a pas eu violation de cette disposition .
- 240 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 07/12/1983

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.