Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ C. c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Violation de l'Art. 6-1 ; Préjudice moral - constat de violation suffisant ; Remboursement frais et dépens - procédure nationale ; Remboursement frais et dépens - procédure de la Convention

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10358/83
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1983-12-15;10358.83 ?

Analyses :

(Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE, (Art. 6-1) JUGEMENT PUBLIC, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE


Parties :

Demandeurs : C.
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 10358/8 3 C . v/the UNITED KINGDO M C . c/ROYAUME-UN I DECISION of 15 Decembre 1983 on the admissibility of the application DÉCISION du 15 décembre 1983 sur la recevabilité de la requêt e
Article 9 of the Convention : 7his provision primarily protects the sphere of private, personal beliefs, and not every act in the public sphere which is dictated by such convictions . h does not authorises the right to refuse to abide by legislation (tax law), the operation of which is providedfor by the Convention, and which applies neutrally and generally in terms of freedom of conscience . Artlde 13 of tbe Convent/on : 7his provision does not guarantee a remedy against legislation, ar such, in order, for example, to have one's taxes allocated for a particular purpose .
Ar[icle 9 de la Convention : Cette disposition protège en premier lieu ce qui relève du for intérieur et pas nécessairement tout comportement public dicté par une conviction . Elle n'autorise pas à se soustraire à une législation générale neutre sur le plan de la conscience et, qui plus est, prévue par la Convention (loi fiscale) . Article 13 de la Convention : Cette disposition ne garantit pas un recours contre la législation comme telle, par eremple pour obtenir une afjectation particulière du produit de l'impôt que l'on paie .
THE FACTS ((rançais : voir p . 148) The facts as they have been submitted on behalf of the applicant by Miss F . J . Hampson of the University of Essex may be summarised as follows : The applicant is a B ritish citizen resident in Oxfordshire and a technical wri ter by profession, born in 1939 . He is employed by a publishing house, and further permi tt ed to undertake assignments as a free-lance journalist .
- 142 -
The income tax on his salary is deducted at source by his employer, and the tax due on his free lance work, after deduction of expenses, is payable direct to the Inland Revenue . The applicant's assessment for the tax owing for the financial year 1981/82 amounts to £ 90, which he is willing to pay, but only on receipt of a guarantee that it will not be spent on purposes which are an outrage to his conscience and religious and philosophica] beliefs . He therefore accepts both that tax is owing, and the amount that is due to the Inland Revenue . The applicant is a member of the Religious Society of Friends (Quakers) a central tenet of whose belief is pacifism . He is not prepared to pay that proportion of his taxes which is used to finance armaments weapons' research and allied industries as these purposes are inconsistent with his beliefs . The Peace Campaign has calculated that a sum equivalent to forty per cent of the Revenue raised by direct income tax in 1980/81 was spent on artnaments, weapons' research and allied industries and the applicant having paid substantially more than 60 per cent of the income tax due from him in the year 1980/81, wishes to divert the whole of the sum still owing on his free lance eamings to peaceful purposes . The applicant indicated his philosophical convictions to the Inland Revenue and informed them that he was not prepared to pay the sum in question without guarantees as to its destination . The Inland Revenue applied to Oxford County Court for payment of the sum due, and the applicant entered a defence relying upon his freedom of thought, conscience and religion guaranteed by Article 9 of the Convention . The applicant appeared in person before the Registrar of Oxford County Court sitting in Chambers on 22 November 1982, when his defence was rejected but the Registrar refused to award costs to the Inland Revenue, recognising that the defence was not vexatious or an abuse of the processes of the Court . The applicant applied to have the order of the Registrar set aside, which request was refused by the County Court on 6 December 1982 . The applicant then sought leave to appeal against that order on 7lanuary 1983 which was refused . The applicant sought leave to appeal from the Court of Appeal, his application being dismissed on 18 February 1983 . The Inland Revenue has indicated to the applicant that it intends to seek enforcement of the judgment debt and the applicant therefore has to choose between paying a sum which will be used for further purposes which he opposes as a matter of belief and conscience, or having a judgment debt enforced against him . He contends that no procedure exists whereby he can effectively evoke the right to nwtifest his pacifist beliefs by directing a proportion of his tax to increase the resources available for peaceful purposes . He invokes Articles 9 and 13 of the Convention .
COMPLAINTS The applicant complains that the absence of any procedure whereby he may effectively invoke the right to manifest his pacifist beliefs by directing a proportion of the tax due from him to peaceful purposes represents a breach of Articles 9 and 1 3
- 143 -
of the Convention . He contends that the final decision is either the debt upon which he received notice of the final demandbased on the assessment following the preliminary hearing in Oxford County Court on 22 November 1982, or the date of the fmal re fusal of leave to appeal by the Court of Appeal on 18 February 1983 . He also points out that he has exhausted the available remedies under domestic law, a view confirmed by the decision in Cheney v . Conn (1968 f ALL ER 779) that English Cou rt s cannot take account of the United Kingdom's intemational obligations when admissible legislation is clear an unambiguous . The applicant also contends that he may be considered "a victim" within the meaning of Article 25 (1) of the Convention, since he is not complaining of domestic law in abstracto, but of the fact that a final demand for payment of income tax has been made, and that he is now liable to enforcement of the judgment debt as soon as the Inland Revenue seek a warrant to do so, and notwithstanding the fact that this step has not yet been taken . The applicant contends that pacifism comes within the scope and ambit of Article 9 of the Convention as a philosophical belief, as was recognised in Application No . 7050/75 (Arrowsmith v . the United Kingdom, D .R . 19 p . 5 at p . 19) . The manifestation in practice of pacifism requires that an adherent should oppose recourse to force in the settlement of disputes and therefore should not sûpport, directly or indirectly, weapon procurement, weapon development and other defence related expenditure . Where forty per cent of the monies raised by taxation are used for such purposes, it is a necessary part of the manifestation of a pacifist's belief in practice and observance that forty per cent of his or her taxes be diverted to different, peaceful purposes . The present case is thus to be distinguished from Application No . 5442/72 (D .R . I p . 41 ) and the Arrowsmith case referred to above, especially because the diversion of forty per cent of the applicant's taxes to peaceful purposes is not merely consistent with her beliefs, but necessa ry for the manifestation of them in practice and observance . The applicant contends furthermore that his submissions are distinguishable from the conscientious objector cases (eg 7565/76, D .R . 9 p . 117 and 7705/76 D .R . 9 p . 196) since those cases relate to a factual situation where there is a requirement of some form of service, recognised by Article 4 (3) (b) of the Convention . Thus Article 9 has to be read subject to Article 4 (3) (b) where the fulfdment of such an obligation is at issue . But it has nevertheless been recognised in the conscientious objector cases that, where a form of civilian service may be perfortned, the duties thereof should not interfere with the practice of any religious belief (Application No . 5591/72, Collection 43 p . 161) . Hence Article 4 (3) (b) constitutes a limited exception to Article 9, which only applies to a requirement of military or civilian service and not to the manifestation of beliefs, including pacifist beliefs .
-144-
Under the terms of the present law, and in particular the Public Accounts Charges Act 1881, Section 1(2), Inland Revenue receipts are paid into a single account . The applicant merely requires that a separate account, "earmarked" for peaceful purposes is established, and submits that such a change in the law as this would require is necessary in order to enable him to pay his taxes without thereby acting in a fashion inconsistent with the manifestation of his pacifist beliefs . The applicant further contends that nojustification can be found in Article 9 (2) of the Convention for the interference with his freedom of conscience about which he complains . Although he recognises that the interference under Article 9(I) of the Convention is "prescribed by law" within the meaning of Article 9 (2), he contends that the only conceivable justifications which could be invoked are either the interests of public safety, the protection of public order, or the protection of the rights and freedoms of others . As far as an argument may be made with reference to public safety, the applicant stresses that he is willing to pay the full amount of tax due and that his case is distinguishable from that of other groups who for non-religious or nonphilosophical reasons may oppose certain categories of public spending . Pacifists would appear to be the only group who can bring their beliefs within the scope of Article 9 and claim that the manifestation of those beliefs entails opposition to all as opposed to certain elements of military expenditure and thus the diversion of forty per cent of their tax to peaceful purposes . Nor is his position to be compared with that of someone who objects to a particular level of military spending, or spending on a particular military project . In these circumstances, given the narrow basis of his objection, it cannot be argued that a massive precedent would be set by recognising the legitimacy of the applicant's objection . The same arguments apply, mutatis mutandis, to a justification based upon the protection of public safety . Similarly the applicant contends that no justification can be mounted on the basis of the protection of the rights and freedoms of others, since the Goverrnnent would then have to establish their defence expenditure unequivocally and undeniably did protect the rights and freedoms of its citizens . Levels of military expenditure are however a question of political choice, and no "minimum" level of military expenditure can be established as necessary in order to protect a given population . In this respect the present case is distinguishable from Application No . 2988/66, (10 YB p . 472), concerning the requircment for compulsory car insurance, where the amount of premiums were related directly to the compensation of victims of motor accidents, a correlation which does not exist in relation to military spending . Furtherrnore a Government could either take the view that no military spending, or large military spending, would protect its citizens and could not therefore justify imposing its choice in this respect on the proponents of the opposite argument . Finally even assuming that defence expenditure is for the protection of citizens, the Government must establish that it is necessary in a democratic society to raise funds for thi s
- 145 -
expenditure from all citizens . The applicant contends that it is not necessary or proportionate to the aim of the protection of citizens from war by means of military expenditure to require pacifists to help finance something which they disapprove of on account of their philosophical convictions . Thus it is the necessity of the Iimitation on the right of pacifists to manifest their philosophical beliefs in observance and practice which must be justified under the terms of the Convention, and not the need for defence expenditure . No choice therefore arises between two conflicting "pressing social needs", namely defence expenditure and non-interference with the right of pacifists to manifest their beliefs in observance and practice . The applicant asks only that a proportion of his taxes which would go towards military expenditure should be diverted to peaceful purposes . In this respect the applicant recalls that the Government allows pacifists not to fight when the state is actually under an immediate threat by permitting conscientious objection, and that it cannot therefore justify forcing pacifists to pay for military expenditure in peace time, since they are thereby being obliged to pay for something which they are not going to be obliged to do since it violates their conscience . Finally it would be possible to earmark tax raised for specific purposes, as is already done in the case of national insurance contributions . With respect to the application of Article 13 of the Convention the applicant cohtends that he has had no opportunity for his claim that his rights under Article 9 of the Convention have been violated, in as far as the United Kingdom makes no provision for the diversion of forty per cent of the taxes of pacifists to peaceful purposes, to be considered by a national authority capable of giving an effective remedy .
THE LAW 1 . The applicant invokes Article 9 of the Convention in relation to his complaint that he should not be obliged to pay a portion of his taxes without an assurance that they will not be applied for military or related expenditure . Article 9 provides : "1 . Everyone has the right to freedom of thought, conscience and religion ; this right includes freedom to change his religion or belief and freedom, either `alone or in community with others and in public or private, tô manifest his religion or belief, in worship, teaching, practice and observance . 2 . Freedom to manifest one's religion or beliefs shall be subject only to such limitations as are prescribed by law and are necessary in a democratic society in the interests of public safety, for the protection of public order, health of morals, or for the protection of the rights and freedoms of others . " The applicant, who is a Quaker, contends that to compel him to contribute to expenditure for armaments, rather than for peaceful purposes,is an outrage to his conscience and contmry to the requirements of the manifestation of his belief through practice . He contends that the manifestation in practice of his Quaker beliefs requires him to oppose recourse to force in the settlement of disputes and not to support - 146 -
directly or indirectly weapon procurement, weapon development and other defence related expenditure . It is therefore his contention that it is a necessary part of the manifestation of his Quaker belief in practice and observance that forty per cent of his income tax be diverted to different, peaceful purposes . This step is not merely consistent with the Quaker beliefs, but necessary to their manifestation . Article 9 primarily protects the sphere of personal beliefs and religious creeds, i .e . the area which is sometimes called the forum inrernum . In addition, it protects acts which are intimately linked to these attitudes, such as acts of worship or devotion which are aspects of the practice of a religion or belief in a generally recognised form . However, in protecting this personal sphere, Article 9 of the Convention does not always guarantee the right to behave in the public sphere in a way which is dictated by such a belief :- for instance by refusing to pay certain taxes because part of the revenue so raised may be applied for military expenditure . The Commission has so held in Application No . 7050/75 (Arrowsmith v . the United Kingdom, Comm . Report, para . 71, D .R . 19 p . 5), where it stated that " the term 'practice' as employed in Art . 9(1) does not cover each act which is motivated or influenced by a religion or a belief . " The obligation to pay taxes is a general one which has no specific conscientious implications in itself. Its neutrality in this sense is also illustrated by the fact that notax payer can influence or determine the purpose for which his or her contributions are applied, once they are collected . Furthermore, the power of taxation is expressly recognised by the Convention system and is ascribed to the State by Article 1, First Protocol . It follows that Article 9 does not confer on the applicant the right to refuse, on the basis of his convictions, to abide by legislation, the operation of which is provided for by the Convention, and which applies neutrally and generally in the public sphere, without impinging on the freedoms guaranteed by Article 9 . If the applicant considers the obligation to contribute through taxation to arms procurement an outrage to his conscience he may advertise his attitude and thereby try to obtain support for it through the democratic process . The Commission concludes that there has been no interference with the applicant's rights guaranteed by Article 9(I) of the Convention and it follows that this aspect of the applicant's complaint is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention .
2 . The applicant has also complained that he has been denied the opportunity to voice his objection to his payment of taxes without an assurance as to their ultimate destination and invokes Article 13 of the Convention which provides : "Everyone whose rights and freedoms as set forth in this Convention are violated shall have an effective remedy before a national authority notwithstanding that the violation has been committed by persons acting in an official capacity . " - 147 -
However, the Commission notes that the right to specify the purpose for which money raised by taxation is to be spent is not expressly gu aranteed by the Convention, and cannot, in the light of the Commission's finding in respect of the applicant's complaint under Atticle .9 of the Convention above, be implied from its terms . In as far as the applicant complains of the operation of laws to secure the payment of taxes, the liability to which he does not dispute, the Commission recalls the terms of the final paragraph ofAnicle I First Protocol, which provides a wide discretion to Member States in the enforcement of precisely such measures . The applicant complains that the legislation in the United Kingdom does not provide for him to make conscientious objection to the allocation of revenue arising from his taxation to specific purposes, but the Commission recallsthat, in accordance with its established case law, A rticle 13 of the Convention does not guarantee the right to challenge or review legislation for its conformity with the Convention, but merely ensurés a machine ry wherebyindividuals may a ttempt to vindicate their claims of violations of the Convention (judgment of the Court of 25 November 1980 in the case of Young James and Webster, Series A Vol 44) . In the present case the applicant is not prevented from holding the view that the legislation relating to collection of taxation should be amended to permit his conscientious views in relation to the application of those funds to be taken into account . In these circumstances the Conuaission concludes that the applicant has not established the absence of a remedy for a complaint conceming a right guaranteed by the Convention as envisaged by Article 13 of the Convention, and it follows that this aspéct of the application is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention .
For these reasons the Contmissio n DECLARES THE APPLICATION INADMISSIBLE .
(lRADUC77ON) EN FAI T Les faits, tels qu'ils ont été exposés au nom du requérant par Mlle F .J . Hampson, de l'Université d'Essex, peuvent se résumer comme suit : Le requérant, un ressonissant b ritannique né en 1939, habitant l'Oxfordshire, est auteur de livres techniques . Il est employé par une maison d'édition, qui l'autorise à faire en plus des reportages comme joumaliste indépendant . - 148 -
L'impôt sur le revenu de son salaire est retenu à la source par son employeur et l'impôt exigible, après déduction des frais, sur son travail indépendant est payable directement au fise . Le montant de l'impôt d û par le requérant pour l'année fiscale 1981/1982 est de £ 90, qu'il est disposé à payer mais seulement aprés avoir reçu l'assurance qu'il ne sera pas affecté à des objectifs heurtant sa conscience et ses convictions religieuses et philosophiques . Le requérant reconnait donc tout à la fois qu'il doit cet impôt et que le montant doit en être versé au fisc . Le requérant est membre de la Société religieuse des Amis (quakers) dont l'une des convictions essentielles est le pacifisme . Il n'est pas disposé à s'acquitter de la partie de ses impôts qui servira à financer la recherche sur les armements et industries connexes car ces objectifs sont incompatibles avec ses convictions . L'organisation . Campagne pour la paix - a calculé qu'un montant équivalant à 40 % des recettes fiscales provenant de l'impôt direct sur le revenu en 1980/81 a été dépensé pour la recherche sur les armements et les industries connexes . Or, le requérant a versé sensiblement plus de 60 % du montant dû par lui au titre de l'impôt sur le revenu pour l'année 1980/81 ; il désire que l'ensemble de la somme qu'il reste devoir pour ses revenus provenant d'une activité indépendante soit affectée à des objectifs pacifiques . Le requérant a fait connaitre ses convictions philosophiques au fisc et l'a infotmé qu'il n'était pas disposé à verser la somme en question sans recevoir en contrepartie des assurances quant à son affectation . L'administration fiscale s'adressa au tribunal du comté d'Oxford pour une sommation de payer la somme due et le requérant invoqua pour se défendre la liberté de pensée, de conscience et de religion que lui garantit l'article 9 de la Convention . Le requérant comparut personnellement le 22 novembre 1982 devant le greffier du tribunal du comté d'Oxford siégeant en chambre du conseil . Son moyen de défense fut rejeté mais le greffier refusa cependant d'accorder au fisc le bénéfice des frais et dépens, reconnaissant que le moyen invoqué n'était ni chicanier ni abusif . Le requérant demanda l'annulation de la décision du greffier, ce que le tribunal de comté refusa le 6 décembre 1982 . Le requérant demanda alors à pouvoir interjeter appel de cene décision le 7 janvier 1983, mais l'autorisation lui en fut refusée . Il demanda la même autorisation à la Court of Appeal, mais sa demande fut rejetée le 18 février 1983 . L'administration fiscale a indiqué au requérant qu'elle se proposait de recouvrer par la contrainte cette dette constatée en justice, ce qui oblige le requérant à choisir entre s'acquitter volontairement d'une somme qui sera utilisée pour des objectifs contraires à ses convictions ou se voir soumis à l'exécution forcée pour une dette constatée en justice . Selon lui, aucune procédure ne lui permet de faire valoir son droit de manifester ses convictions pacifistes en affectant une partie de son impôt à l'augmentation des ressources pour la paix . II invoque à cet égard les articles 9 et 13 de la Convention . - 149 -
GRIIEFS Le requérant se plaint de ce que l'absence de toute procédu re lui pennettant de faire valoir son droit de manifester ses convictions pacifistes en affectant à des objectifs pacifiques une partie de l'impôt qu'il doit, constitue une violation des articles 9 et 13 de la Convention . Il faut, à son avis, considérer la décision finale comme étant soit la sommation de payer fondée sur l'évaluation faite après l'audience préliminaire du 22 novembre 1982 devant le tribunal du comté d'Oxford, soit le refus, opposé par la Cou rt of Appeal le 18 février 1983, de l'auto ri ser à interjeter appel . II souligne également avoir épuisé les recours à sa disposition en droit inteme, point de vue confirmé par l'arrêt Cheney c/Conn (1968 1 ALL ER 779), selon lequel les ju ri dictions anglaises n'ont pas à tènir compte des obligations internationales du RoyaumeUni lorsque la législation applicable est claire et dépou rv ue d'ambiguïté é galement qu'il peut être qualifié de •victime• au sens .Lerquéantfim de l'a rt icle 25 par . 1 de la Convention car il ne se plaint pas de la législation interne considérée in abstracto mais du fait qu'une sommation de payer l'impôt sur le revenu lui a été adressée et qu'il peut à présent se voir contraint de payer la de tte constatée en justice dès que le fisc demandera l'autori sation d'exécuter le jugement, même si cette mesure n'a pas encore é té décidée . Le requérant soutient que le paciftsme relève de l'article 9 de la Convention puisqu'il s'agit d'une conviction philosophique, comme l'a reconnu la Commission à propos de la requ@te No 7050/75 ( Arrowsmith c/Royaume-Uni, D .R . 5 p . 19) . la manifestation pratique du pacifisme exige du pacifiste qu'il s'oppose au recou rs à la force pour régler les conflits et, dès lors, qu'il ne finance pas, directement ou indirectement, les foumitu re s d'armes, la mise au point d'armements et d'autres dépenses liées à la défense . Lorsque 40 % des rece tt es fiscales sont affectées à ces objectifs, cela fait nécessairement partie de la manifestation pratique de la conviction d'un pacifiste de détoumer 40 % de ses impôts vers des objectifs différe nts et pacifiques . La présente affaire doit dès lo rs être distinguée de la requête No 5442/72 (D .R . 1 p . 41) et de l'affaire Arrowsmith précitée, essentiellement p arce que distraire 40 % des impôts du requérant pour les affecter à des fins pacifiques n'est pas seulement conforme à ses convictions mais nécessaire à leur manifestation pratique .
Le requérant soutient en outre que son argumentation se distingue des affaires d'objection de conscience (par exemple Nos 7565/76, D .R . 9 p . 117 et 7705/76, D . R . 9 p . 196), qui conce rn ent une situation de fait exigeant une certaine forme de serv ice, dûment reconnue par l'article 4 p ar . 3 b) de la Convention . Il faut dès lors lire l'article 9 sous réserv e des dispositions de l'article 4 par . 3 b) lorsque l'accom . Il a néanmoins é té reconnu dans les affâi--plisemntd'u obliganestju res d'objection de conscience que, lorsqu'une forme de se rv ice civil peut être accomplie, les obligations qui en découlent ne doivent pas porter att einte à la pratique d'une quelconque conviction religieuse (requête No 5591/72, Recueil 43 p . 161) . - 150 -
L'article 4 par . 3 b) constitue dès lors une ezception à l'article 9, qui ne s'applique qu'à l'obligation du service militaire ou civi] et non à la manifestation de convictions pacifistes notamment . Selon la législation actuelle, et singulièrement la loi de 1881 sur les comptes de l'Etat, article 1 par . 2, les recettes fiscales sont versées à un compte unique . Le requérant exige simplement que soit créé un compte séparé, dont les fonds seront • réservés • à des objectifs pacifiques . Selon lui, la modification que cela suppose dans la législation est nécessaire pour qu'il puisse s'acquitter de ses impbts sans pour autant heurter la manifestation de ses convictions pacifistes . Le requérant soutient en outre que rien dans l'article 9 par . 2 de la Convention ne justifte l'atteinte à la liberté d'opinion dont il se plaint . Certes, l'ingérence dans l'exercice des droits reconnus à l'article 9 par . 1 de la Convention est dans son cas • prévue par la loi •, au sens de l'article 9 par . 2, mais selon le requérant, les seules justifications pouvant ètre invoquées sont la sécurité publique, la protection de l'ordre ou la protection des droits et libertés d'autrui . Or, s'agissant de la sécurité publique, le requérant souligne qu'il est parfaitement disposé à s'acquitter de la totalité de l'impôt qu'il doit et que son cas se distingue à cet égard de celui d'autres groupes qui, pour des raisons qui ne sont ni religieuses ni philosophiques, s'opposent à certaines catégories de dépenses publiques . Les pacifistes sont, semble-t-il, les seuls dont les convictions relèvent de l'article 9 et qui peuvent prétendre que la manifestation de leurs convictions exige une opposition à toutes les dépenses militaires, et pas seulement à certaines d'entre elles, et donc une affectation de 40 % de leurs impôts à des objectifs pacifiques . La situation du pacifiste ne peut pas non plus se comparer à celle de la personne qui objecte à un certain montant des dépenses militaires ou des dépenses afférentes à tel ou tel projet militaire . Dans ces conditions, et compte tenu de la base très étroite de l'objection du requérant, on ne peut pas soutenir qu'en reconnaissant sa légitimité, on créerait un précédent massif . Les mêmes arguments s'appliquent mutatis mutandis à une justification fondée sur la protection de la sécurité publique . De m@me, le requérant soutient que l'on ne peut fonder aucune justification sur la protection des droits et libertés d'autrui puisque le Gouvernement aurait alors à prouver que les dépenses consacrées à la défense protègent clairement et incontestablement les droits et libertés de ses citoyens . L'importance des dépenses militaires est cependant une question de choix politique et aucun niveau • minimum • ne saurait être déclaré nécessaire à la protection d'une population donnée . A cet égard, la présente affaire se distingue de la requête No 2988166, Annuaire 10 p . 472, concernant l'obligation de contracter une assurance automobile, car le montant des primes est directement lié à l'indemnisation des victimes d'accidents de la route, lien qui n'existe pas en ce qui concerne les dépenses rnilitaires . En outre, un gouvernement peut estimer que la protection de ses citoyens n'exige aucune dépense militaire o u
- 151 -
nécessite au contraire de grosses dépenses militaires, si bien qu'il ne peut justifier d'imposer son choix aux tenants de la thèse opposée . Enfin, à supposer méme que les dépenses consacrées à la défense soient nécessaires à la protection des citoyens, le gouvemement doit prouver qu'il est nécessaire dans une société démocratique de collecter des fonds auprès de tous les citoyens pour alimenter ce gen re de dépenses . Le requérant avance qu'il n'est ni nécessaire ni proportionné au but de protection des citoyens contre la guerre par des dépenses militaires d'exiger des pacifistes qu'ils aident à financer quelque chose qu'ils désapprouvent en raison de leurs convictions philosophiques . Ce qu'il faut justifier au regard de la Convention, c'est donc la nécessité de limiter le droit des pacifistes à manifester ein pratique leurs convictions philosophiques et non celle de prévoir des dépenses pour la défense . Il ne s'agit donc pas de choisir entre deux - besoins sociaux impérieux . qui seraient contradictoires ; à savoir les dépenses de défense et la non-ingérence dans le droit des pacifistes à manifester en pratique leurs convictions . Le requérant demande seulement d'affecter à des fins pacifiques une partie du montant de son impôt qui irait normalement à des dépenses militaires . Il rappelle à cet égard que le Gouvernement permet aux pacifistes de ne pas combattre lorsque l'Etat est réellement et immédiatement menacé, puisqu'il autorise l'objection de conscience : il ne saurait dès lors prétendre obliger les pacifistes à financer des dépenses militaires en temps de paix car cela revient à les obliger à financer des opérations auxquelles ils .ne seront finalement pas obligés de participer puisqu'elles sont contraires à leur conscience . Enfin, il serait parfaitement possible d'affecter l'impôt prélevé à des objectifs précis, comme on le fait déjà pour les cotisations de sécurité sociale . 1•Surl'apictonde 3 de la Convention, le requérant soutient n'avoi r pas la possibilité de faire examiner,par une instance nationale apte à fournir un recours effectif le grief selon lequel il-y a eu violation des droits garantis par l'article 9 de la Convention dans la mesure où le Royaume-Uni ne prévoit pas d'affecter à desobjectifs pacifiques 40 % des recettes fiscales des pacifistes .
EN DROI T 1 . Le requérant invoque l'article 9 de la Convention à l'appui de son grief selon lequel il ne devrait pas être obligé de s'acquitter d'une partie de ses impôts sans recevoir l'assurance que le montant prélévé ne sera pas affecté à des dépenses militaires ou paramilitaires . L'article 9 est ainsi libellé : « 1 . Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, p ar le culte, l'enseignement, les pratiques et l'accomplissement des rites .
- 152 -
2 . La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l'objet d'autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l'ordre, de la santé ou de la morale publiques ou à la protection des droits et libertés d'autrui . Le requérant, adepte des Quakers, soutient que l'obliger à participer aux dépenses d'armements, plutot qu'à des dépenses pacifiques, violente sa conscience et heurte les exigences de la manifestation de ses convictions . Il fait valoir que la manifestation pratique de ses convictions de Quaker l'oblige à s'opposer au recours à la force dans le règlement des conflits et à ne pas financer, directement ou indirectement, les fou rn itures d'armes, la mise au point d'armements et d'autres dépenses liées à la défense . Selon lui, cela constitue donc une partie nécessaire de la manifestation pratique de sa conviction de Quaker de détourner à des fins pacifiques 40 % de son impôt sur le revenu . Cette mesure n'est pas seulement conforme à ses convictions de Quaker mais nécessaire à leur manifestation . L'article 9 protége avant tout le domaine des convictions personnelles et des croyances religieuses, ce que l'on appelle parfois le for intérieur . De plus, il protège des actes intimement liés à ces comportements, tels les actes du culte ou de dévotion qui sont des aspects de la pratique d'une religion ou d'une conviction sous une forme généralement reconnue . _ Cependant, pour protéger ce domaine personnel, l'article 9 de la Convention ne g arantit pas toujours le droit de se compo rter dans le domaine public d'une manière dictée p ar cette conviction : par exemple en refusant de s'acqui tter de certains impôts parce qu'une pa rt ie des recettes fiscales ainsi prélevées peuvent être affectées à des dépenses militaires . La Commission l'a déclaré à propos de la requête No 7050/75 ( Arrowsmith c/Royaume-Uni, rapport Comm ., par . 71, D .R . 19 p . 5), où elle a précisé que -le terme'pratiques', au sens de l'article 9 par . 1, ne désigne pas n'importe quel acte motivé ou inspiré p ar une religion ou une conviction- . L'obligation d'acquitter l'impôt est une obligation d'ordre général qui n'a en elle-méme aucune incidence précise au plan de la conscience . En ce sens, sa neutralité est illustrée é galement par le fait qu'aucun contribuable ne peut influencer l'affectation de ses impôts, ni en décider une fois le prélèvement effectué . En outre, par l'article 1 du Protocole additionnel, le système de la Convention reconnait expressément à l'Etat le pouvoir de lever l'impôt . Il s'ensuit que l'article 9 ne confère pas au requérant le droit d'invoquer ses convictions pour refuser de se soume tt re à une législation dont la Convention prévoit la mise en auvre et qui s'applique de manière générale et neutre dans le domaine public, sans empiéter sur les libe rtés garanties p ar l'article 9 .
- 153 -
Si le requérant estime que l'obligation de contribuer par l'impôt aux foumimres d'armes violente sa conscience, il peut faire connaître son attitude et essayer, par les voies démocratiques, de rallier à sa thèse d'autres partisans . La Commission formule l'avis qu'il n'y a pas eu ingérence dans les droits garantis au requérant par l'anicle 9 par . 1 de la Convention . Il s'ensuit que le grief du requérant est, sur ce polnt, manifestement mal fondé, au sens de l'article 27 par . 2 de la Convention . 2 . Le requérant se plaint également de n'avoir pas eu la possibilité de faire valoir qu'il s'oppose au paiement de l'impôt sans recevo'v en contrepartie l'assurance de sa destination finale . II invoque à cet égard l'article 13 de la Convention ainsi libellé : • Toute personne dont les droits et libertés reconnus dans la présente Convention ont été violés, a droit à l'octroi d'un recours effectif devant une instance nationale, alors méme que la violation aurait été commise par des personnes agissant dans l'exercice de leurs fonctions officielles . La Commission reléve cependant que le droit de spécifier l'affectation du produit de l'impôt n'est pas expressément garanti par la Convention et ne peut pas non plus être déduit de son libellé vu la conclusion à laquelle elle est arrivée à propos du grief tiré par le requérant de l'article 9 de la Convention . Dans la mesure où le requérant se plaint de la mise en muvre de lois propre s à assurer le paiement d'impôts auxquels le requérant reconnaît être assujetti, la Commission rappelle le libellé du dernier alinéa de l'article 1 du Protocole additionnel, qui laisse aux Etats membres un large pouvoir discrétionnaire pour appliquer précisément ce genre de mesures . Le requérant se plaint de ce qu'au Royaume-Uni la législation ne lui permet pas de faire objection de conscience à l'affectation à certains objectifs des recettes provenant de son impôt . La Commission rappelle cependant que, selon sa jurisprudence constante, l'article 1 3 de la Convention ne garantit pas le droit de contester ou de contrôler la conformité d'une législation avec la Convention ; cette disposition assure simplement le fonctionnement d'un mécanisme permettant aux individus de faire valoir leurs griefs de violation de la Convention (Cour eur. D .H ., arrêt du 25 novembre 1980 dans l'affaire Young, James et Webster, série A vol . 44) . En l'espéce, rien n'empêche le requérant de professer l'idée que la législation sur le prélèvement des impôts devrait être amendée pour permettre de tenir compté de ses opinions sur l'affectation des recettes fiscales . Dans ces conditions, la Commission estime que le requérant n'a pas établi l'inexistence d'un recours permettant, comme le prévoit l'article 13 de la Convention, d'exposer un grief concernant un droit garanti par la Convention . Il s'ensuit que la requête, sur ce point également, est manifestement mal fondée, au sens de l'article 27 par . 2 de la Convention .
Par ces motifs, la Commissio n DÉCLARE LA REQU@TEIRRECEVABLE . - 154 -

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 15/12/1983

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.