Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ G. c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partielllement recevable ; partielllement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10431/83
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1983-12-16;10431.83 ?

Analyses :

(Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE, (Art. 6-1) JUGEMENT PUBLIC, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE


Parties :

Demandeurs : G.
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N' 10431/83 G . v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMAN Y G . c/REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGN E DECISION of 16 December 1983 on the admissibility of the application DÉCISION du 16 décembre 1983 sur la recevabilité de la requêt e
Article 26 of the Convention : An applicatiorr to reopen proceedings is not an effectle renred}' according to the generallv recognised rules of internmiona( law . Fhe refusal of such art applicatiort does not restart dte running of the six rnontlr .v' period. unless it is successful and acneally re .crdts in a reopening .
Article 26 de la Convention : Le pourvoi en révision n'esr pas un recours irnerne effirace selon les principes de droit interrrational généralement recorums . Le rejet d'rar poun'oi en révision ne fait pas courir urt rwureau délai de si .r nmis. lI en rn autremera si le poun-oi est adrnis et que la procédure est efjeaiverneru réoaPerie .
((ran(-ais : voir p . 243 )
Summary of the relevanf facts
77ie applicaru, mho lires in the Federal Republic of Gerrnam• . was born in 1930 in a place u•hich . ar the time . forrned pan of Czechoslornkia . In 1957 he rrmrried a C:eclroslovak citizera and a son was born to rlhe couple in 1960. 77re couple dirorcetl in /962 . In 1972 rhe applic'mu instituted proceedings before a Gernran Districr Court to refiae his pmerninof dte child . Ate court asked the cornpetera Czechoslovak audtorities to arrarrge tire cltild's blood test . Pris was refirsed because the period ofprescription for challenging the legitirnacv of a child born in rvedlock had expired under Czechoslovak larr .
- 241 -
7he applicant's case nas rejected by the District Coun in November 1977 . and br the Stuttgan Court of Appeal in June 1978, which latuer coun held that the proper laiv applicable in the case tras that of Czechoslorakia . Appeals to the Federal Court atrd the Federal Constitutional Court ivere rejected in June and November 1979 . respectiveh• . ln 1981 the applicam applied for the reopening of the case, pursuant to Arricle 64/ of the Code of Civil Proceedings . His son had visited him and agreed to a blood test, the results of which showed that the applicant could not be the child's farlter, 7he 9urtgart Court of Appeal refused the application because, given that the child was born in tvedlock . such evidence was insufjicient, and, given the recognised applicabilitr of Czechoslovnk /atv, with its prescription period, new proceedings wruld not lead to a different conclusion from that in the first case .
7he applicant inroked Articles 8 and 14 of rhe Coneemion before the Cornmissiort .
THE LAW (Extract ) 1. The applicant complains first in relation to his proceedings initiated in the Federal Republic of Germany to challenge the legitimacy of his son . These proceedings failed before the N . District Court on I I November 1977, and the applicant's appeals to the Court of Appeal and the Federal Court were equally rejected, the latter on 20 June 1979 . The applicant appealed to the FederalConstitutional Court . but his case was rejected by an order of 2 November 1979, since it did not have sufficient prospects of success . However, the Commission recalls that, in accordance with Article 26 of the Convention . it may only consider applications which are introduced within six months of the final decision complained of . The present application was introduced on 22 October 1982 . ihat is more than six months after the Ilnal decision of the Federal Constitutional Couri . It is true that the applicant sought to reopen these proceedings in January 1981, on the basis of fresh evidence, but the Stuttgart Court of Appeal declared this application inadmissible since the evidence in question would not have affected the outcome of the original proceedings . Although the evidence showed conclusively that the applicant was not the father of the child, under Czechoslovak law, which was held to be the proper law of the applicant's matrimonial and family relations, a challenge to the child's legitimacy could only be made within six months of his birth, a period which had long since expired . The applicant's request to reopen the proceedings (Restitutionsklage) was therefore rejected, in accordance with paragraph 641 (i) of the Code of Civil Proceedings (ZPO), since it would not "alone or in connection with other evidence already established in the previous proceeding s
- 242 -
have led to a different decision" (das allein oder in Verbindung mi( den in dem früheren Verfahren erhobenen Beweisen eine andere Entscheidung herbeigefGhrt haben würde) . The applicant's appeal against this decision to the Federal Conslitutional Court was rejected by the latter's order of 29 June 1982, since it had insufficient prospects of success . i According to Ihe Commission's consistent case-lawin relation to applications for the reopening of proceedings, such an applicationdoes not restart the running of the six tnonths' period referred to in Article 26 of the Convention, unless it is successful and results in a reopening of the proceedings (e .g : Decisions on the admissibility of Applications No . 918/60, Collections ofDecisions 7, pp . 108 . 110 and No . 654/59, Yearbook 4 . pp . 277 at 283) . The Commission finds that, in the present case, the applicant's application to reopen the proceedings was not an effective remedy, under the generally recognised rules of international law, since this remedy was not effective and sufficient, but offered only a possibility of redress in special circumstances, which were not established in the applicant's case . Consequently the decision of the Stuttgan Court of Appeal of 2 April 1981 and the subsequent order of the Federal Constitutional Coun of 29 June 1982 cannot be taken into consideration in determining the date of the final decision for the purposes of applying the six months time limit, laid down in Article 26 . The final decision regarding this aspect of the applicant's complaint is accordingly Ihe order of the Federal Constitutional Court of 2 November 1979 . However the present application was submitted to the Commission on 22 October 1982 . which is more than six months after the date of the decision in question . Furtherniore an examination of the case does not disclose the existence of any special circumstance which might have interrupted or suspended the running of that period .
It follows that this part of the application has been introduced out of time and must be rejected under Anicle 27, para . 3 in the Convention .
Résumé des faits pertinent s Le requérant, qui vit en République Fédérale d'Allemagne, e .vt né en 1930 da+s uee localité faisant, à l'époque . partie de la Tchécoslovaquie . Il a épousé en 1957 uee ressortissante tchécosloraque er un fils est né de ceué uniott en 1960 . Les épotu gm divorcé en 1962 . - 243 -
En 1972, le requéranta saisi un triburml allemand d'une action en désaveu de paternité. Le tribunal dernanda aur autorités tchécoslovaques de faire procéder à un exarnert du sang de l'enfant . Celles-ci refusèrent au motif que le délai prévu par le droit tcltécosloraque pour contester la paternité était échu . La demande du reqnérant fut rejetée par le tributial allerrmnd en novernbre 1977 puis . en appel, par la cour de Stutrgart qui, par arrét rendu en juin 1978, jugea le droit tchécoslovaque applicable. Urt recours à la Cour fédérale fut rejeté en juirr 1979 et à la Cour constitutionnelle fédérale en norembre 1979. . En 1981 . le requérant demartda la révision du procès en applicatiort de l'article till du Code civil : Soti fils, qui lui avait rendu visite, avait consenti à une prise de sang et l'analvse avait exçlu la paternité du requérartt . La cour d'appel de Stuttgart rejeta la demm nde en récision au motif que, s'agissant d'un enfant né pendarrt le mnriage . le setd résultat de l'annhse n'était pas déterminant et que, le droit tchécoslovaque aeant été reconnu applicable, un nouveau procès ne pourrait eti aucun e'as conduire à un résultat différent du prernier vu la forclusiort .
Derara la Corrunission . le requérant a invoqué les a rt icles 8 et 14 de la Cnrn•ention .
(TRADUCTION) THE LAW (Extrait ) I . Le requérant se plaint tout d'abord de la procédure qu~il avait engagée en désaveu de la paternité de son fils en République Fédérale d'Allemagne . Cette procédure échoua devant le tribunal régional de N . le 11 novembre 1977 et la cour d'appel et la Cour fédérale rejetèrent également les recours formés par le requérant . Le dernier rejet date du 20 juin 1979 . Le requérant forma devant la Cour constitutionnelle fédérale un pourvoi qui fut rejeté par décision du 2 novembre 1979 . faute de chance de succès . La Commission rappelle cependant que, conformément à l'article 26 de la Convention, elle ne peut examiner que les requêtes introduites dans le délai de six niois à partir de la décision interne définitive . Or . la présente requ@te a été introduite le 22 octobre 1982 . soit plus de six mois après la décision définitive de la Cour constitutionnelle fédérale . Certes, le requérant a cherché à faire rouvrir la procédure en janvier 1981 . en invoquant de nouveaux éléments de preuve, mais la cour d'appel de Stuttgart a déclaré sa demande irrecevable, estimant que les preuves en question n'auraient pas modifié l'issue de la première procédure . Certes, lesdits éléments prouvaient de manière décisive au regard du droit tchécoslovaque . considéré comme le droit applicable aux relations conjugales et familiales du requérant . que le requérant n'était p , -2qq-
le père de l'enfant, mais la dentande en désaveu de paternité ne pouvait ètre présentée que dans les six mois suivant la naissance, délai expiré depuis longtemps . La demande du requérant de rouvrir la procédure (Restitutionsklage) a donc été rejetée, conformément à l'article 641 (i) du Code de procédure civile (ZPO) car . considérée isolénient ou en liaison avec d'autres éléments déjà établis dans la procédure précédente . elle n'aurait pas abouti à une décision différente- (das allein oder in Verbindung mit den in dem früheren Verfahren erhobenen Beweisen eine andere Entscheidung herbeigeführt haben würde) . Le pourvoi formé par le requérant contre cette décision devant la Cour constitutionnelle fédérale fut rejetée le 29juin 1982, comme dépourvu de chance de succès . Selon la jurisprudence constante de la Commission concernant les demandes de réouverture d'une procédure, une telle demande ne fait repartir le délai de six mois évoqué à l'article 26 de la Convention que si elle aboutit effectivement à la reprise de l'affaire (cf . les décisions sur la recevabilité des requêtes n° 918/60. Recueil 7, pp . 108 . 110 et n° 654/59, Annuaire 4, pp . 277 à la page 283) . La Commission estime qu'en l'espèce la demande formulée par le requérant pour rouvrir la procédure n'était pas un recours effectif selon les règles de droit international généralement reconnues puisque ce recours n'était ni effectif ni suffisant et n'offrait la possibilité de redresser la situation que dans des circonstances très spéciales qui n'étaient pas établies en l'occurrence . En conséquence, l'arrét rendu par la cour d'appel de Stuttgart le 2 avril 1981 et la décision ultérieure prise par la Cour constitutionnelle fédérale le 29 juin 1982 ne sauraient être pris en compte pour déterminer la date de la décision déftnitive aux fins d'application du délai de six mois prescrit par l'article 26 . La décision définitive concernant cet aspect du grief du requérant est donc la décision rendue le 2 novembre 1979 par la Cour constitutionnelle fédérale . Or . la requête a été déposée à la Commission le 22 octobre 1982, soit plus de six mois après la décision en question . En outre, l'examen de l'affaire ne permet de discerner aucune circonstance paniculière qui ait pu interronipre ou suspendre le cours dudit délai .
Il s'ensuit que, sur ce point, la requête a été introduite tardivement et doit étre rejetée conformément à l'article 27, par . 3 de la Convention .
- 245 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 16/12/1983

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.