Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ W. et D.M., M. et H.I. c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Violation de l'Art. 5-4 ; Non-violation de l'art. 5-1 ; Préjudice moral - constat de violation suffisant ; Remboursement frais et dépens - procédure nationale

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10228/82;10229/82
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1984-03-06;10228.82 ?

Analyses :

(Art. 5-1) LIBERTE PHYSIQUE, (Art. 5-1-e) ALIENE, (Art. 5-4) INTRODUIRE UN RECOURS


Parties :

Demandeurs : W. et D.M., M. et H.I.
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLIÇATIONS/REQUE'TES N° 10228/82 & 10229/82 (joined/Jolntes ) W . and D.M ., M . and H .I . v/the UNITED KINGDO M W . et D .M ., M . et H .I . c/ROYAUME-UN I DECISION of 6 March on the admissibility of the applications DÉCISION du 6 mars 1984 sur la recevabilité des requête s
Ar ticle 2 of the First Protocol : Public education system in which co-exist singlesex, selective grammar schools and mixed-sex comprehensive schools . Evén though certain parents may claim that only the former institutions reflect their philosophical convictions, lhe State does not breach these parents' right to respect for their eonvictions in obliging their children to attend comprehensive schools when no more places are available in the grammar schools. Article 2 du Protocole additionnel : Système d'enseignemem public où corxistem des établissements sélectifs pourjeunes dun même sexe et des établissements polyvalents mixtes . Alors inPme que des parents afftnnem que les premiers, mais non les seconds, correspondant d leurs convictions philosophiques, l'Etat ne viole pas le droit de ces parents au respect de leurs convictions en envoyant leurs enfants dans une école polyvalente parce qu'il n'y a plus de place dans les écoles sélectives.
TTHE FACTS (%ran çais : voir p . 1 00) The applicants are all United Kingdom citizens . The applicants in Application N° 10228/82 were both born in 1937 and live in Wiltshire and the applicants in Application N° 10229/82 were both bom in 1944 and live in Hampshire . They are all represented before the Commission by Mr Roger Peach, Solicitor, Salisbury . The couple in the first case have a daughter of grammar school age and ability . Prior to the commencement of the school year in September 1982 they applied to their local education authority to have their daughter enter a single-sex, gramma r
-96-
school, rather than have her educated in a mixed-sex comprehensive school . According to Section 6 (1) of the Education Act 1980 , "Every local education authority shall make arrangements for enabling the parent of a child in the area of the authority to express a preference as to the school at which he wishes education to be provided for his child in the exercise of the authority's function and to give reasons for his preference ." However the parents' application was refused . They appealed to an Appea l
Committee established under the aforementioned Act for such cases, but the appeal was rejected on 6 August 1982 . The couple in the second case have a son of grammar school age and ability . They also applied to their neighbouring education authority for a place in a boys' granunar school for the school year 1 982-83 . Their application was similarly refused, as was their appeal to the Appeal Committee on 6 August 1982 . The applicants were given the same reason by the education authority (being the same in both cases) - that there were no more places available in the schools and the admission quota could not be exceeded without prejudicing the efficient education at the respective grammar schools and the efficient use and distribution of resources between these and other schools . The applicants allege that there were places available in the said grammar schools, which were subsequently awarded to later candidates . The Secretary of State for Education informed the applicants' Member of Parliament on 28 October 1 982 that there were no grounds in the cases upon which he could intervene .
COMPLAINTS (Extract) The applicants complain that the local education authority in question and, accordingly, the Government, are responsible for the denial of their right to choose an education for their children in conformity with their philosophical convictions . They claim a violation of Art . 2 of Protocol N° I to the Convention . The applicants refer to the reservation made by the United Kingdom to Protocol N" I which provides that , . . . . in view of certain provisions of the Education Acts in force in the United Kingdom, the principle affirmed in the second sentence of Article 2 is accepted by the United Kingdom only so far as it is compatible with the provision of efficient instruction and training, and the avoidance of unreasonable public expenditure . " The applicants contend, however, that the reservation is not relevant to aheir cases because the provision of comprehensive education is more expensive than a placement in a selective school . They noted the future policy of the education authority in question to eliminate the present dual system and replace it by comprehensive schools only . Such a development would, in the applicants' view, b e
-97-
adverse to their preferred wishes as parents conceming their children's education and a violation of Art 2 of Protocol N° l, as they have no practical altemative other than to accept the State comprehensive system . They claim that the aims of comprehensive and selective education differ fundamentally and that the difference between the aims of these two types of education is of a philosophical kind : The applicants acknowledge that perhaps the ideals of comprehensive education have not yet been fully realised, but as the system develops it will become increasingly unacceptable to them . As regards this question of philosophical convictions the applicants' primary contention is that there is a marked contrast in the aims and ideals of the two systems of education pervading all aspects of life and which the applicants find to be against their own values and ideals . They state that they are philosophically opposed to the ideals and aims of comprehensive education . These concern the fostering of certain attitudes in children, a social philosophy with its vision of a new society, which th eemaplicntsfdoyreuga,nthodsfcpulinevatdosr these changes, particularly those regarding social mixing and the introduction of common curricula . The comprehensive system, contrary to the applicants' views, encourages "negative attitudes to competition, rewards and punishinents, notions of excellence, academic success, streaming, selection, .structured syllabuses and curricula, discipline, meritocracy and desert as a principle of justice" . Thé applicants further allege that the social mixing in comprehensive schools represents an attempt to use children ând parents, against their wishes, in some irreversible political and philosophical design . "An ideal of equality, if it is to be compatible with liberty, should not be understood to entail a common culture ." The imposition of a common culture by a common curriculum has effects on the religious education offered . The vision in the comprehensive system of a classless, egalitarian society stands in sharp contradistinction to the views of the applicants . The applicants consider that there is better academic achievement in single-sex, grammar schools which also uphold their notions of relations between the sexes and sex roles in society .
THE LAW (Extract) . . The applicants complain that the denial of a place in a single-sex, selective grammar school for their two children; obliging them to att end mixed-sex, comprehensive schools, constitutes a breach of their ri ght to have their children educated in accordance with their philosophical convictions . Art . 2 of Protocol N° I provides as follows : "No person shall be denied the right to education . In the exercise of any functions which it assumes in relation to education and to teaching, the State shal l
- 98 -
respect the ri ght of parents to ensure such education and teaching in conformity with their own religious and philosophical convictions . " The Commission refers to the interpretation given to Art . 2 by the European Court of Human Rights in the case of Kjeldsen, Busk Madsen and Pedersen (the Danish Sex Education Case) : The second sentence of Art . 2 is an adjunct of the fundamental right to education and the Article should be interpreted as a whole (see judgment of 7 December 1976 Series A, N° 23, pp 25 - 26) . In the interpretation of the first sentence of Art . 2 the Court also made it clear, in the Belgian Linguistic Case, that there is no obligation on the State to "establish at their own expense, or to subsidise, education of any particular type or at any particular level" (see judgment on the merits of 23 July 1968, Series A, p 31) . Accordingly, interpreting the Article as a whole, there is no positive obligation on the State, in relation to the second sentence of Art . 2, to provide for or subsidise any particular form of education in order to respect the philosophical convictions of parents . However, once the State has embarked upon the provision of public education, it is under some positive obligation, in respect of each and every function undertaken, to ensure respect for parents' philosophical convictions (see Case of Campbell and Cosans, Eur Court HR judgment of 25 February 1982, Series A, N° 48, para . 37 (a)) . Nevertheless, as the Court also stated in the Danish Sex Education Cases, ensuring respect for parents' philosophical convictions is not without some limitations of a practical nature : . . . . the second sentence of Article 2 of the Protocol does not prevent States from imparting through teaching or education information or knowledge of a directly or indirectly religious or philosophical kind . It does not even permit parents to object to the integration of such teaching or education in the school curriculum, for otherwise all institutionalised teaching would run the risk of proving impracticable . In fact, it seems very difficult for many subjects taught at school not to have, to a greater or lesser extent, some philosophical complexion or implications . The same is true of religious affinities if one remembers the existence of religions forming a very broad dogmatic and moral entity which has or may have answers to every question of a philosophical, cosmological or moral nature . The second sentence of Article 2 implies on the other hand that the State, in fulfilling the functions assumed by it in regard to education and teaching, must take care that information or knowledge included in the curriculum is conveyed in an objective, critical and pluralistic manner . The State is forbidden to pursue an aim of indoctrination that might be considered as not respecting parents' religious and philosophical convictions . That is the limit that must not be exceeded ." (para . 53 of judgment) . Thus the essence of Art . 2 of Protocol N° I is the safeguarding of pluralism and tolerance in public education and the prohibition on indoctrination, parents '
-99-
religious and philosophical convictions having to be respécted, albeit not necessarily reflected, in the State school system . As regards the circumstances of the pr esent cases, the Commission notes that in theapplicants' region there is a dual system of seléctive and comprehensive public education and thât other altematives, such as private school education or education at home of a sufficient standard, are open to them . The Comntission considers, however, that the reasons given for refusing the applicants' children places in the selective State schools, ie the unavailability of places, the maintenance of efficient education in such schools and the efficient use and distribution of resources between these and other schools in the area, and the fact that the applicants cannot afford private education, cannot be viewed as conFlictingwith the requirements of Art 2 of Protocol N° I . The Commission also observ es that there is no evidence in this case that th é
applicants' children are being indoctrinated in the respective comprehensiveschools which they are attending or that the teaching of the children is not conveyed in an objective, critical or pluralistic manner . Moreover there is no allegation that the comprehensive system denies the applicants their major role in the education of their children, in panicular the transmission of their values or philosophical convictions . In the light of the above considerations, the Commission concludes that the respondent Government cannot be said to have oLerstepped the limits of the obligations it has accepted under Art . 2 of Protocol N° 1 . It follows that this aspect of the case is manifestly ill-founded within themeaning of An . 27 (2) of the Convention .
(/RADUC77ON) EN FAIT Les requérants sont tous ressonissants du Royaume-Uni . Les auteurs de la requête N° 10228/82 sont tous deux nés en 1937 et habitent le Wiltshire et ceux de la requête N° 10229/82 sént nés en 1944 et habitent le Hampshire . Tous sont représentés devant la Commission par M° Roger Peach, solicitor à Salisbury .
- 100 -
Dans le premier cas, le couple a une fille d'Sge et d'aptitude à fréquenter le lycée . Avant le début de l'année scolaire, en septembre1982, les parents denatndérent au service local de l'enseignement de pouvoir inscrire leur fdle dans un lycée (grammar school) de filles plutôt que dans une école mixte polyvalence (comprehensive school) . Selon l'article 6 par . 1 de la loi de 1981 sur l'enseignement : . Le service local de l'enseignement prend les dispositions nécessaires pour permettre aux parents d'un enfant habitant le secteur d'exprimer une préférence quant à l'établissement dans lequel ils souhaitent voir leur enfant instruit dans l'exercice des fonctions de l'autorité Iocale, et d'indiquer les raisons de leur préférence . • la demande des parents fut cependant rejetée . Ils recourent à une commission de recours, établie conformément à la loi susmentionnée pour trancher ce genre de différends, mais furent déboutés le 6 août 1982 . Dans le deuxième cas, le couple a un fils d'âge et d'aptitude à fréquenter le lycée . Eux aussi demandèrent au service de l'enseignement de leur localité une place dans un lycée de garçons pour l'année scolaire 1982-1983 . La requéte fut elle aussi rejetée, de même que leur recours à la commission de recours le 6 aoùt 1982 . Les requérants se virent donner des motifs identiques par le service de l'enseignement (le méme dans les deux cas) : il ne restait plus de place dans les établissements scolaires et on ne pouvait pas dépasser le taux des admissions sans compromettre l'effiracité de l'enseignement dans les lycées respectifs ni celle de l'usage et de la répartition des ressources entre ces lycées et les autres établissements . Cependant, les requérants alléguent qu'il y avait des places disponibles dans les lycées en question et que ces places ont été accordées à d'autres candidats . Le 28 octobre 1982, le ministre de l'Education informa le député des requérants qu'il n'y avait pas dans les dossiers de motif lui permettant d'intervenir .
GRIEFS (Extraits) Les requérants se plaignent de ce que le service local de l'enseignement, et donc le Gouvemement, portent la responsabilité du refus de leur droit de choisir pour leurs enfants un enseignement conforme à leurs convictions philosophiques . lls allèguent une violation de l'article 2 du Protocole additionnel à la Convention . Les requérants mentionnent la réserve formulée par le Royaume-Uni au Protocole additionnel, ainsi libellée : . . . En raison de certaines dispositions des lois sur l'enseignement en vigueur au Royaume-Uni, le principe posé dans la seconde phrase de l'article 2 n'est accepté que dans la mesure où il est compatible avec l'octroi d'une instruction et d'une fortnation eficaces et n'entraîne pas de dépenses publiques démesurées .• - l0I -
Les requérants soutiennent cependant que la réserve ne concerne pas leur cas, puisque foumir un enseignement dans :une école polyvalente est plus onéreux que placer l'enfant dans un établisement de sélection . Ils relèvent que la politique du service en question vise àsupprimer la dualité du système actuel et à le remplacer entièrement par des écoles polyvalentes . Selon les requérants, pareille évolution serait contraire aux vo:ux que les parents sont invités à formuler concernant l'instruction de leurs enfants et constituerait une violation de l'article 2 du Protocole additionnel, puisque les parents n'auraient en pratique pas d'autre solution que d'accepter le système étatique d'enseignement polyvalent . Selon eux, les objectifs d'un enseignement polyvalent et d'un enseignement sélectif sont fondamentalement différents et la différence est d'ordre philosophique . Les requérants reconnaissent que, peutêtre, les idéaux de l'enseignement polyvalent n'ont pas encore été pleinement atteints mais affirment que tel qu'il évalue, ce système deviendra de plus en plus inacceptable pour eux . S'agissant de la question des convictions philosophiques, l'argument principal des requérants est que lés objectifs et les idéaux trés différents des deux sÿstémes d'enseignement pénètrent tous les aspects de la vie et sont contraires ; selon eux, aux idéaux et aux valeurs qu'ils défendent . Ils déclarent être philosophiquement hostiles aux idéaux et aux objectifs de l'enseignement polyvalent . Ils pensent notamment à la manière dont sont encouragées certaines attitudes chez les enfants, en favorisant une philosophie sociale avec sa vision d'une société nouvelle que les requérants trouvent parfaitement détestable, aux méthodes de coercition préconisées pour arriver à ces changements, notamment celles qui concernent le brassage des classes sociales et l'introduction de programmes communs . Contrairement aux idées professées par les requérants, le système d'enseignement polyvalent encourage .les attitudes négatives à l'égard de la concurrence, des récompenses et des punitions, des notions d'excellence, de succès scolaires, de répartition des élèves selon leur niveau, des idées de sélection, de programmes structurés, de discipline, de méritocratie et du mérite comme principe de justice • . Les requérants allèguent en outre que le brassage social dans les écoles polyvalentes constitue une tentative d'utiliser énfants et parents, contre leur gré, pour quelque dessein politique et philosophique irréversible . •Tout idéal d'égalité, pour ètre compatible avec la liberté, ne doit pas être compris comme imposant une culture commune . - Imposer une culture'commune grâce à un programme commun a des répercussions sur l'éducation religieuse dispensée . La conception qui sous-tend le système d'écoles polyvalentes, soit celle d'une société égalitaire et sans classe est tout à fait opposée aux idées des requérants . Ceux-ci estiment que les résultats scolaires sont meilleurs dans les lycées non mixtes, qui défendent également leur conception des rappons entre les sexes et des rôles des deux sexes dans la société .
- 102 -
EN DROIT (Extrait) Les requérants se plaignent de ce que le refus d'inscrire leurs deux enfants dans un lycée sélectif et non mixte, qui les a obligés à fréquenter des écoles mixtes polyvalentes, constitue une violation de leur droit d'assurer l'éducation de leurs enfants conformément à leurs convictions philosophiques .
L'article 2 du Protocole additionnel est ainsi libellé : • Nul ne peut se voir refuser le droit à l'instruction . L'Etat, dans l'exercice des fonctions qu'il assumera dans le domaine de l'éducation et de l'enseignement, respectera le droit des parents d'assurer cette éducation et cet enseignement conformément à leurs convictions religieuses et philosophiques . . La Commission rappelle l'interprétation qu'a donnée de l'article 2 la Cour européenne des droits de l'homme dans l'affaire Kjeldsen, Busk Madsen et Pedersen (Affaires concemant l'éducation sexuelle au Danemark) : la deuxième phrase de l'article 2 énonce un droit qui se greffe sur le droit fondamental à l'instruction et l'article doit s'interpréter comme un tout (voir arrêt du 7 décembre 1976, série A, N° 23, pp . 25-26) . Interprétant la prentiére phrase de l'article 2, la Cour a également déclaré clairement, dans l'Affaire linguistique belge, que les Etats n'ont nu0ement l'obligation - d'organiser à leurs frais, ou de subventionner, un enseignement d'une forme ou à un échelon détenninés . (voir arrêt sur le fond de l'affaire rendu le 23 juillet 1968, série A, p . 31) . Dès lors, si l'on interprète l'article comme un tout, l'Etat n'a pas l'obligation positive, par rapport à la 2° phrase de l'article 2, de fournir ou de subventionner une quelconque forme d'enseignement de manière à respecter les convictions philosophiques des parents . Cependant, une fois que l'Etat a entrepris de créer un enseignement public, il assume certaines obligations positives, en ce qui concerne chacune des fonctions dont il se charge, d'assurer le respect des convictions philosophiques des parents (voir affaire Campbell et Cosans, Cour eur . DH, arrét du 25 février 1982, par . 37 (a)) . Néanmoins, comme la Cour l'a déclaré également dans les affaires concernant l'éducation sexuelle au Danemark, assurer le respect des convictions philosophiques des parents ne va pas sans quelques limitations de caractère pratique : . . la seconde phrase de l'anicle 2 du Protocole n'empéche pas les Etats de répandre par l'enseignement ou l'éducation des informations ou connaissances ayant, directement ou non, un caractére religieux ou philosophique . Elle n'autorise pas même les parents à s'opposer à l'intégration de pareil enseignement ou éducation dans le programme scolaire, sans quoi tout enseignement institutionnalisé courrait le risque de se révéler impraticable . Il paraît en effet trés difficile que nombre de disciplines enseignées à l'école n'aient pas, de près ou de loin, une coloration ou incidence de caractère philosophique . Il en va de méme du caractère religieux si l'on tient compte de l'existence de religions formant un ensemble dogmatique et moral très vaste qui a ou peut avoir des réponses à toute question d'ordre philosophique, cosmologique ou éthique .
- 103 -
La seconde phrxse de l'article 2 implique en revanche qué l'Etat ; en s'acquittant des fonctions assumées par lui en matière d'éducation et d'enseignement, veille à ce que les informations ou connaissances figurant au progranune soient diffusées de manière objective, critique et pluraliste . Elle lui interdit de poursuivre un but d'endoctrinement qui puisse être considéré comme ne respectant pas les convictions religieuses et philosophiques des parents . Là se place la limite à ne pas dépasser . •(par . 53 de l'arrèt) : L'article 2 du Protocole additionnel vise dès Iors essentiellement à sauvegarder le pluralisme et la tolérance dans l'enseignement public et à interdire l'endoctrinement, le systètüe scolaire de l'Etat devant respecter, sinon refléter nécessairement, les convictions religieuses et philosophiques des parents . S'agissant des présentes affaires, la Commission relève que, dans la régio n qu'habitent les requérants, il existe un système double d'enseignement public sélectif et polyvalent - et que d'autres solutions sont ouveries aux parents, p ar exemple l'enseignement scolaire privé ou l'enseignement à domicile de niveau suffisant . La Comntission estiine cependant que les raisons données pour refuser aux enfants des requérants des places dans les,lycfes sélectifs, c'est-à-dire l'absence de places disponibles, le miintien d'un enseignement efficace dans ces établissements et l'efficacité de l'usage et de la répartition des ressources entre ces écoles ei les autres établissements du secteur et le fait que les requérants ne peuvent pas offrir à leurs enfants un enseignement privé, ne sauraient ètre considérés comme heurtant les exigences de l'article 2 du Protocole additionnel . La Commission remarque également que, dans le dossier, rien ne montre qu elsnfatdrquéssvoientdcréasloepyntsqu'il fréquentent ou que l'enseignement ne leur soit pas dispensé de manière objective, critique et pluraliste . Du reste, les intéressés n'allèguent pas que le système d'enseignement polyvalent leur dénie le rôle principal dans l'éducation de leurs enfants, notanunent la possibilité de transmettre leurs valeurs ou convictions philosophiques . Cela étant, la Commission estime que le Gouvernement défendeur ne saumit être considéré comme ayant outrepassé les limites des obligations qu'il a assumées aux termes de l'article 2 du Protocole additionnel . Il s'ensuit que la requête est, sur ce point, manifestement mal fondée, au sens de l'arnicle 27 par . 2 de la Convention .
- Ipq -

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 06/03/1984

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.