Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ REES c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Violation de l'Art. 5-4 ; Non-violation de l'art. 5-1 ; Préjudice moral - constat de violation suffisant ; Remboursement frais et dépens - procédure nationale

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9532/81
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1984-03-15;9532.81 ?

Analyses :

(Art. 5-1) LIBERTE PHYSIQUE, (Art. 5-1-e) ALIENE, (Art. 5-4) INTRODUIRE UN RECOURS


Parties :

Demandeurs : REES
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N" 9532/8 1 Mark REES v/the UNITED KINGDOM Mark REES c / ROYAUME-UN I DECISION of IS March 1984 ori the admissibility of the application DÉCISION du 15 mars 1984 sur la recevabilité .de la requèt e
Article 8 of the Conventlon : Question whether the lega l and administrative system in the United Kingdom, which does not provide a right to an amended bi rth certificate in recognition of a person's change of sex is compatible with theright to respect for private life (Complaint declared admissible) . A rticle 1 2 of the Convention : Question whether the unlawfulness of a marriage between a transsexua( and a person of the transsexual's former sex constitutes an infringement of the right to marry (Complaint declared admissible) . ,
Arficle 8 de la Convention : La législation et la pratique administrative du Royaume-Uni, qui ne pennet pas de rectifier un acte de naissance de manière à reconnaitre le changement de sexe d'une personne, sont-ils compatibles avec le droit au respect de la vie privée ?(Grief déclaré recevable) . Article 12 de la Convention : L'illéga(ité d'un mariage entre un transsexue[ et un du droit de seleeprsondl'acix dmrconstiue-! vaon
marier ? (Grief déclaré recevable).
THE FACTS
(français : voir p . 89)
The applicant is a British citizen, bom in 1942 and living in Rusthall, Tunbridge Wells in Kent . He is represented before the Convnission by MM . WinstanleyBurgess, Solicitors, in London . - 78 -
At the time of his birth the applicant exhibited all physical and biological characteristics of a female infant, and was consequently recorded as a female and given the christian names of Brenda Margaret . Early in his childhood the applicant was already exhibiting masculine behaviour and was ambiguous in appearance . In 1970 the applicant learned that the transsexual state was a medically recognised condition and sought treatment . Methyl testosterone was prescribed for him and he developed seconda ry male characteristics . At this point he assumed his appropriate gender role of male . In September 1971 the applicant changed his name by deed poll to Brendan Mark Rees (subsequently in September 1977, to Mark Nicholas Alban Rees) and has been living as a male since . His latest passport issued on 3 June 1982, indicates his adopted forenames without the prefix Mr . The applicant's driving licence and national insurance card also contain his present forenames . Surgical treatment for physical sexual conversion began in May 1974 with a bilateral masectomy at Charing Cross Hospital, Fulham, London . The surgical treatment has led to the removal of feminine extemal characteristics, although no viable procedure for a phalloplasty had yet been offered at the time when the application was lodged . The applicant is awaiting this final stage of surgery . The hormone treatment has led to the appearance of secondary masculine characteristics . The costs of the medical treatment are met by the National Health Service . The applicant considers himsef a man and is socially accepted as such . THE LEGAL SITUATION FOR TRANSSEXUAL S
I . Siatus In the United Kingdom identity cards are not in use . In other official documents in regular use the sex of a person is not indicated, but follows from the person's male or female forenames and the prefix Mr ./Mrs/Miss . Change of name can easily be effected and documents, like a passport, driving licence, car registration book, national insurance card, etc . . will without formality be issued on a person's adopted names . The only exception to this is the birth certificate . The Birth and Death Registration Act 1953 required the birth of every child born in England or Wales to be registered by the Registrar of births and deaths for the area in which the child is born . An entry in a birth register and a certificate derived therefrom are considered as records of facts at the time of the birth . The particulars concerning a birth to be entered in the birth register are prescribed in regulations made under the 1953 Act . The 1953 Act provides for the correction of clerical errors in registers . The mode of correction is prescribed in regulations . Such errors include the incorrect statement or omission of the year of the birth to which an entry relates . There is also provision for correction of errors of fact or substance in entri es in birth registers .
- 79 -
Such correction may be made to the entry only where the error was made when the birth was registered (Section 29, para . 3) . A birth certificate, being a certified copy of an entry in the register, cannot itself be altered, but a new certificate may then be issued from the corrected entry . Marriage In English law, marriage is defined as a voluntary union for life of one man and one woman to .the exclusion of all others . Section I 1 of the Matrimonial Causes Act 1973 gives statutory effect to the common law provision that a marriage is void if, inter alia, the parties are not respectively male and female . According to present case-law, a marriage between a transsexual and a person of the transsexual's former sex is not valid . In the leading case of Corbett v . Corbett (1970 2 WLR 1306), which concerned the application by a husband for a declaration of nullity of his marriage to a aranssexual (male to female), several medical experts in the field of transsexuality were heard :The High Court Judge dealing with the case stated, inrer a(ia, in the decision : "It is common ground between all the medical witnesses that the biological sexual constitution of an individual isfixed at birth (at the latest), and cannot be changed either by natural development of organs of the opposite sex ; or by medical or surgical means" . "Since marriage is essentially a relationship between man and woman,the validity of the marriage in this case depends . . . upon whether the respondent is or is not a woman . . . The question then becomes, what is meant by the word "woman" in the context of a marriage . . . Having regard to the essentially heterosexual character of the relationship which is called marriage, the criteria must . . . be biological, for even the most extreme degree of transsexualismin a male or the most severe hortnonal imbalance which can exist in a person with male chromosomes, gonads and male genitalia, cannot reproduce a person who is naturally capable of performing the essential role of a woman in marriage . In other words, the law should adopt in the first place, the first three of the doctor's criteria ; i .e . the chromosomal, gonadal and genital tests, and if all three are congruent, determine the sex for the purpose of marriage accordingly, and ignore any operative intervention . The real difficulties, of course, will occur if these three criteria are not congruent . This question does not arise in thepresent case . . . but it would seem tofollow . . . that the greater weight would probably be given to the genital criteria than to the other two . This problem and, in particular, the question of the effect of surgical operations in such cases of physical intersex; must be left until it comes for decision
. Mar iage is a relationship which depends on sex and not on gender" .
-80-
The production of a birth certificate is not required for the contracting of m arriage . The completion of a notice is required in which, however, the person applying for a marriage licence does not have to specify his/her sex, but the person is obliged to make a solemn declaration that he or she believes there is no impediment of kindred or alliance or other lawful hindrance to the said marriage . Deceitful s ta tements could lead to prosecution under the Perjury Act 1911 .
THE APPLICANT'S EFFORTS TO OBTAIN RECOGNITION OF HIS PRESENT STATU S Finding that it would be impossible to have his birth certificate altered to show his male sex, the applicant made unsuccessful efforts from 1973 onwards to get MPs to introduce a private member bill into Parliament to resolve the problem of transsexuals . Despite the described legal position he applied on 10 November 1980 formally to have his recorded sex altered on his binh certificate under the 1953 Act . The application was refused on 25 November 1980 . The refusal stated that the report by Dr C .N . Armstrong on the applicant's psychological sex was not decisive, and that, in the absence of any medical report on the other agreed criteria, i .e . the chromosomal sex, gonadal sex and apparent sex of the applicant, the General Registrar was unable to concede whether an error was made at birth registration . The medical evidence is that no error was made at birth on the basis of these three criteria . An application was made to the Law Society for legal aid in order to apply for a Judicial Review of the Registrar Cxneral's refusal . This application was refused on 18 December 1 980 . An appeal against refusal of legal aid was rejected on 27 February 1 981 . The applicant submits that he was, thereby, deprived of the possibility of pursuing remedies because of lack of funds .
COMPLAINT S The applicant complains that United Kingdom law does not confer on him a legal status corresponding to his actual condition . The applicant contends that he was born with the condition known as transsexuality . The treatment received in this respect was on medical advice and indeed paid for by the State . The United Kingdom, having sanctioned his "sexual re-assignment" in this way, has subsequently failed to recognise the reality of the applicant's male sex, and thereby has prevented him achieving complete integration in society . This violated Articles 3, 8 and 12 of the Convention .
- 81 -
PROCEEDINGS BEFORE THE COMMISSIO N On 15 July 1982 the Commission decided to communicate the application for observations on its admissibility and merits . After extension of the time limit the respondent Government's observations were submitted on 7 December 1982 and the applicant's reply was sent on I I january 1983 . On 12 October 1983 the Commission decided to hold an oral hearing on admissibility and merits . At the hearing, held on 14 March 1984, the applicant was assisted by Mr . N . Blake, counsel, and Miss B . Taylor, solicitor . The Government was represented by its agent Mrs A . Glover, as well as Mr . N . Bratza, counsel, Mr . R . Tomlinson, Miss D . Pace and Mrs G . Kerrigan, advisers .
SUMMARY OF THEPARTIES SUBMISSION S The respondent Governmen t 1 . 7he formal admissibility requirements In their wrinen submissions the respondent Govemment argued that, in so far as the applicant invoked Article 12 of the Convention, he was not a victim, within the meaning of Article 25, as he had not indicated an intention or wish to marry, but only complained, in abstracro, about the state of law in the United Kingdom . Further, the respondent Govemment stated they had reservations about the reasons put forward by the applicant with regard to exhaustion of domestic remedies . They added that they did not wish to pursue this issue . At the oral hearing the respondent Govemment no longer raised the two aforementioned issues . 2 . As to the facts The respondent Government pointed out that individuals in the United Kingdom were not required to have or to carry documents of identification, or any documentation relating to their civil status . Whilst it was the case that the applicant would nevertheless possess documents relating to his identity, such as a passpon or a driving licence, he himself acknowledged that documentation that rèlated to him had been changed to reflect his new name . As practice has changed recently, he could also apply to have the prefix "Mr ." added before his name . The present case could consequently be distinguished from the case Van Oosterwijck v . Belgium . In that case a change of forenames was not easily effected for the applicant, who funherrnore possessed an identity card indicating his original forenames and not the ones adopted after the change of sex . . Furtherrnore, it is pointed out, the occasions on which disclosure of the change of sex was inevitable in Belgium, by production of a current identity card or birth cenificate, wer e
- 82 -
numerous and varied, while in the United Kingdom the occasions on which such a disclosure risked occurring were very limited . Admittedly the birth register and the birth certificate did not re0ect the applicant's adopted forenames but they were not documents of current identity . Although in practice there might be occasions where a particular institution ora particular employer may require the production of the birth certificate, this was by no means an invariable practice . For example, birth certificates were never required by insurance companies for the issue of motor or household policies nor, in general, for the issue of a life insurance policy . Even in the case of pensions or annuity policies, a birth certificate was not invariably required, somc companies requiring merely a passport or not even that . It was also true that the birth register was easily accessible to the general public, but a person wanting to inspect another person's birth register would have to know not merely the name with which the person concemed was bom, but also the date or approximate date of birth, the place of birth and the registration district .
3 . Legal Arguments a . With regard to the alleged violation of Anicle 8, the respondent Government admitted that this provision might oblige States to take positive action for the protection of private life . However, this principle should not be pressed too far . There were limits to the extent to which a State was obliged to undertake positive action . The Convention required the striking of a balance between the competing interests of the individual and of society as a whole . The legal and administrative system which prevailed in the United Kingdom did not upset the fair balance which was required to be struck . Far from prohibiting or opposing the applicant's sexual reassigrunent, the extensive operations and treatment were carried out under the National Health Service . Express recognition was given to the applicant's new sexual identity by the issue of official documents which were, in all respect, consistent with his adopted identity, and which reduced to a considerable extent the opportunity for third persons to obtain knowledge of the changes which had occurred . The sole exception to this rule was the birth certificate . Demands of public or general interest were opposed to a change of this document . The system of civil registration of births, deaths and marriages provided, and was intended to provide, a legal and archival proof of events, and served the important public purpose not only of providing accurate and authentic evidence of the events themselves, but also of establishing the connection of families for purposes related to succession, legitimacy and the distribution of property . In addition to this primary function as a legal record, the registration records formed the basis for a comprehensive range of vital statistics and constituted an integral and essential part of the statistical study of population and its growth, medical and fertility research and the like . For this reason, considerable importance was attached to maintaining the strict accuracy of these records .
- 83 -
In the absence of an error made at the original entry, the making of an alteration to the birth register would constitute a falsification of the facts which are contained in the register . b . As regards the alleged violation of Article 12, the respondent Government submit that the applicant's inability to marry a womanstems exclusively from the substantive and fundamental principle of law that a valid marriage can only be contracted between a man and a woman, i .e . between persons of the opposite sex . It could not fairly be said of the United Kingdom that the question of the proper criteria of sexual identity in the context of .marriage had not been fully or thoroughly examined . In the case of Corbett v . Corbett, the High Court heard evidence and argument for a period of some 18 days conceming this very issue . Inter alia, Dr C .N . Armstrong was heard as medical expert . But his view was not universally shared . It was sufficient to say that advice received from Professor Dewhurst, who also submitted an expert opinion in the case Corbett v . Corbett, contradicted Dr Armstrong's view . Even if the latter's view represented the modern trend of opinion it could not be found that the criteria adopted in British case-law were so outmoded or so out of touch with modern opinion as to be arbitrary and unreasonable .
The Applicant 1 . As to the formal admissibility requirements, the applicant stated that as he did not contend that he was of male sex at birth, his application for a change of the birth register was bound to be rejected under municipal law . There was no appeal against the decision of the Registrar . Consequently there was no issue of domestic remedies . 2 . As to the Facts a. The applicant first pointed out that his sexual and gender reassignment was not a capricious or arbitrary decision . His adoption of the male gender was achieved after psychiatric counselling, hormone treatment and surgery . He submitted medical reports of Dr C .N . Armstrong dated 13 November 1979 and 7 October 1980, respectively . According to these repons the applicant was a transsexual, who was neither a normal female ncr a normal male at birth, but a case of intersex because transsexualism was, in the doctor's opinion predetermined at birth . The criteria of sex where (I) chromosal sex : female 46/XX, male 46/XY ; (2) gonadal sex : ovaries or testes ; (3) apparent sex : external genitalia or body form ; (4) psychological sex . Normally all four criteria were of the same sex and intersex should be defined when any o f
- 84 -
the four criteria were not of the same sex . The basic sex was female and the development of the male was dependent upon the secretion by the foetal testes of male hormone and its action on the tissues . If there should be a breakdown in the production of male hormone, or if the tissues should be insensitive to it, then intersex might occur . Also, if in a female foetus there should be abnormally high secretion of male hormone (male and female hormones were present in both sexes), certain male characteristicts would develop . Further, it had been proved in animals up to monkeys that at a late stage of foetal life there was sexual differentiation of the brain due to the action of testosterone on the brain or its absence . This differentiation determined the sexual activity, male or female, in adult life . This had not been proved in humans, but there was evidence to support the view that psychological sex was predetermined at birth . For example, in the intersex syndrome of testicular ferninisation, although the individual had male sex chromosomes 46/XY and testes, the tissues did not respond to male hormone so that the person had external female body form and appearance, and was psychologically female . Other cases having chromosomes 46/XY and testes and normal secretion of testosterone were deficient in an enzyme (5 alpha reductase), which converted testosterone into dihydrotestosterone, responsible for the development of the penis, and in consequence, were regarded at birth as female and brought up as female, but were psychologically male . At puberty, which was dependent upon tes[osterone, they developed a male puberty, so readily assumed social life as males . In cases of intersex, in the assignment as male or fernale, the four criteria of sex had to be considered and it was obvious from the examples given that criteria (1) and (2) and even (3) might be in contradiction to the developed adult . The appearance at birth might not indicate the correct sex . Therefore, in Dr Armstrong's opinion, psychological sex was the most important, as it determined the individual's social activities and role in adult life and, for the reasons expliined, is pre-determined at birth, but was not evident until later life . Consequently . the applicant's gender should be assigned male . His manner, voice and general appearance were masculine and he had a well-grown beard . At his birth the applicant was neither a normal female nor a normal male, but a case of intersex . b . The applicant contested the statement by the United Kingdom that the birth certificate was simply a record of facts at the time of birth, and was not intended to be a record of the current identity of the individual concerned . It was authoritive evidence of present gender wherever that issue became legally relevant . He submitted that individuals frequently were required to produce their birth cenificates in a host of situations, e .g . first request for a passport, securing policies of insurance, places in higher education and by employers . It was perhaps because the United Kingdom did not have civil status certificates or equivalent current identit y
-g5-
documents that the birth certificate achieved this status . The birth certificate was therefore inthe United Kingdom a matter of public record . Any member of the public could obtain a copy on payment of a requisite fee . The birth certificate would therefore continue to be evidenceof present sex or gender of the person to whom it referred . He himself had to produce his birth certificate when he applied for the first time for a passport and when he enrolled at a university . His case therefore was not distinguishable from the Van Oosterwijck case . c. The applicant asserted that he did indeed wish to marry a woman . Although it was not necessary to produce a birth certificate in order to many, his marriage to a woman would,under the present law, be invalid and he had no intention of exposing himself or a wife to the problems which would result were his situation revealed to the authorities . It was his desire to stay within the law . It was also his desire to Iead a full male life . He had not previously allowed his liaisons to develop beyond friendship for the reasons set out . The consequences of his-inability to contract a legal marriage with a woman were, according to the applicant, considerable . He would be unable to adopt children, his partner would be subject to comparable indignities . Much of the protective legislation in respect of tax, insurance, social security, security of tenure and the ability to sponsor the settlement of a non-citizen under the Immigration Law would be unavailable . d. Insofar as Ihe respondent Government relied on the judgment given in the case Corbett v . Corbett, the applicant pointed out that the medical evidence in that case was given at the end of 1969, some thirteen years ago . Transsexual operations had continued throughout the world since then and that there was a radically increased transsexual population for society to respond to . There had also been considerable legal changes and there had been considerable social adjustment to the transsexual . Referring to several publications on the problem of transsexualism, the applicant submitted that these publications and the changes in law in Europe and elsewhere reflected a greater acceptance of the transsexual and the preparedness to accept him or her in the new sexual identity . He alleged that, even in the United Kingdom, transsexuals had in some cases succeeded in having their birth register changed . But, in general, recognition of the status of a transsexual was not secured . The decision in the case Corbett v . Corbett had been followed on a number of occasions and for purposes other than the determination of sex for the purpose of marriage . In 1980 there were two decisions of the National insurance Commissioner conceming transsexuals (reported in the 1980 volume of National Insurance Commissioner Decisions under RP/1 and RP/2) . Both cases involved male to female transsexuals who, for the purpose of the social security legislation and the determination of gender for retirement age, were held still to be men . And an Industrial Tribunal had in a case, White v . British Super ( 1 977 Industrial Relations Law Reports, p . 121), decided that gender was determined by the biological criteria and by the reproductive capacity and function of persons . That case implied that misleading an employer as to sexual identity would be good grounds for dismissal .-86
3 . Legal argument s a. As regards his complaint under Article 8, the applicant submitted that the United Kingdom refused to recognise his gender for any social purpose where that became legally relevant . The existence of an unamended birth certificate constituted an unwarranted interference in his privacy and threatened his honour and digniry, because it identified him as a female, both by his female names and the explicit entry as to his sex . In his opinion, there would be no threat to public order if the birth certificate contained the information that reflects his present status, while the original would contain all the facts that the Govemment considered appropriate to record as historical evidence . b . As regards the alleged violation of Article 12 of the Convention the applicant submitted that he was psychologically, biologically and socially unable to marry a man . It was also extremely unlikely that any normal man would wish to marry a woman who exhibited male secondary sexual characteristics, or had a confirmed psyche and a male name . It was the law which barred him from marrying a woman . The medical opinion relied on in Corbeti v . Corbett was scarcely recent . He contested that, in the present state of medical knowledge and of English society, the treatment of sexual conversion could not be considered as having conferred on the applicant the male sex in the full sense of that term, so that he could marry a woman .
He summarised the unsuitability of the Corbett case to his situation as follows : First, advances in medical science and the identification of a possible chemical basis for psychiatric sex had strengthened the evidence of Dr N .C . Armstrong that transsexuality was a case of physical intersex . Secondly, Mr Justice Ormrod, in the Corbett Case, drew a distinction between sex and gender, and suggested that it was sex that was important for marriage, but there would be no compelling reason why gender should not predominate for social classification . Thirdly, the reasoning that sex was the necessary classification for marriage was itself derived from an outdated conception of marriage as an institution for biological reproduction, as opposed to a means of self-expression and the development of intimate human relationships . There was a logical inconsistency because English law recognised that physical inability to procreate was not a bar to marriage in non-transsexual cases . Fourthly, the Corbett decision had not been followed by several other judical authorities in other countries, including apparently a decision of the Supreme Court of New Jersey, which shared, with England and Wales, a common foundation in the Common Law . c . Finally, the applicant alleged that he had experienced physical suffering as a result of the unsatisfactory state that the Government had obliged him to experience and, in his opinion, it had been severely and gravely humiliating . Being unable to obtain from the State the legal recognition that he needed, and that other States were now prepared to give, and that could in fact be given at no risk to public order, amounted to inhuman or degrading treatment . - 87 -
THE LA W The applicant complains that the present situation in English law and Administrative practice does not allow for the full recognition of the change in his status, as the result of sexual conversion, and, therefore, infringes his right to respect for his private life and his right to marry, as guaranteed by Articles 8 ând 12 . He further submits that the situation complained of even amounts to inhuman or degrading treatment, within the meaning of Article 3 of the Convention . The respondent Government have not shown that the applicant had other means of putting an end to the situation complained of . ConsequenUy, there are no reason . 3 of the Convention . storejchaplinuderAtc27,pa The Commission has made an initial examination of the facts and arguments submitted by the parties . It had regard to the Van Oosterwijck case, which was declared admissible on 9 May 1978 (D .R . I I, p . 194) . The present case raises analogous and complex problems concerning the application of Article 8 of the Convention and, to a lesser extent, of Article 12, necessitating an examination of the merits . The Commission does not, however, consider that an issue arises under Article 3 of the Convention . The principle question appears to be whether or not the present legal and administrative system in the United Kingdom, which does not seem to fully recognise the applicant's present status, is compatible with the right to respect for private life as guaranteed by Article 8 . It follows that the application cannot be considered as manifestly ill-founded within the meaning of Article 27, para . 2 of the Convention, and that it must be declared admissible, no other ground of inadmissibility having been established .
For this reasons, the Commission . DECLARES THE APPLICATION ADMISSIBLE .
- 88 -
(T21DUC17ON) EN FAI T Le requérant, de nationalité britannique, est né en 1942 et réside à Rusthall, Tunbridge Wells (Kent) . Il est représenté devant la Commission par MM . Winstanley-Burgess, solicitors à Londres . • A sa naissance, le requérant présentait toutes les caracté ristiques physiques et biologiques d'un enfant de sexe féminin ; il a donc é té enregistré comme tel et a reçu les prénoms féminins de Brenda et Margaret . Dès sa petite enfance, le requérant avait un comportement masculin et présentait une apparence ambiguë . En 1970, il a appris que la transsexualité est un é tat médicalement reconnu et a che rc hé à se faire traiter . Un traitement à base de méthyltestostérone lui a été prescrit, à la suite duquel sont apparus des caractéristiques masculines secondaires . A ce point, il a assumé un rôle masculin correspondant à son rôle social ( gender role) . En septembre 1971, il a changé son nom par acte unilatéral ( deed poll) en celui de Brendan Mark Rees (et plus tard, en septembre 1977, en celui de Mark Nicholas Alban Rees) et mène depuis une existence d'homme . Les prénoms qui figurent sur son passepon le plus récent, délivré le 3 juin 1982, sont ceux qu'il a adoptés, non précédés de la le ttre M . (Monsieur) . Son permis de conduire et sa carte d'assurance nationale font aussi état de ses prénoms actuels . Un traitement chirurgical en vue d'une conversion sexuelle physique a débuté en mai 1974 par une masectomie bilatérale réalisée à l'hôpital de Chari ng Cross, Fulham, Londres . Ce traitement a permis de supprimer les caractéristiques féminines externes, mais au moment de l'introduction de la requéte, aucune méthode viable n'avait é té proposée pour une phalloplastie . Le requérant est dans l'attente de ce stade final du traitement chirurgical . Un traitement hormonal a fait apparaitre des caractéristiques masculines secondaires . Le coût du traitement médical est pris en charge par le Service national de santé . Le requérant se considére comme un homme et est socialement reconnu comme tel . LA SITUATION JURIDIQUE DES TRANSSEXUEL S Snatuw Au Royaume-Uni, les cartes d'identité ne sont pas en usage . Dans d'autres documents officiels d'utilisation courante, le sexe de la personne n'est pas indiqué mais il peut ètre déduit des prénoms (masculins ou féminins) de l'intéressé ou du préfixe M ., M^", M . Un changement de nom peut être facilement obtenu et des documents comme le passeport, le permis de conduire, la carte grise, la carte d'assurance nationale, etc . sont délivrés sans formalité aux noms adoptés par l'intéressé . L'acte de naissance est le seul document faisant exception .
- 89 -
Conformément à la loi de 1953 sur l'état civil (Birth and Death Registration Act), la naissance de tout enfant né en Angleterre ou au Pays de Galles doit être enregistrée par l'officier d'état civil de la circonscription dans laquelle l'enfant est né : Une inscription dans le registre des naissances et un extrait établi à partir de ce registre sont considérés comme des enregistrements de faits survenus au moment de la naissance . Les renseignements sur une naissance à faire figurer dans le registre des naissances sont précisés dans les textes d'application de la loi de 1953 . La loi de .1953 prévoit la correction d'erreurs matérielles dans les registres . Le mode de correction est décrit dans les textes d'application . Parrni ces erreurs, on peut citer la déclaration incorrecte ou l'omission de l'année de la naissance à laquelle une inscription se référe . Le texte prévoit aussi la correction d'erreurs factuelles ou substantielles dans les incriptions dans le registre des naissances . Une correction ne peut être apportée à une inscription que si l'erreur a été commise au moment de l'enregistrement de la naissance (article 29, par . 3) . Un extrait d'acte de naissance étant une copie certifiée d'une inscription dans le registre ne peut être modifié, mais un nouvel extrait peut être délivré sur la base de l'inscription rectifiée . 2 . Mariag e En droit anglais, le ma riage est défini comme l'union volontaire d'un homme et d'une femme, à l'exclusion de toute autre personne . L'article 11 de la loi de 1973 sur les affaires matrimoniales (Mat rimonial Causes Act) donne valeur légale à la disposition de la - common law . selon laquelle le mariage est nul si, entre aut res choses, les parties ne sont pas respectivement de sexe masculin et de sexe féminin . Selon la jurisprudence actuelle, un mariage entre un transsexuel et une personne du sexe qu'avait précédemment le transsexuel n'est pas valide . Dans l'affaire Corbett v . Corbett (1970 2 WLR 1306) qui a fait juri sprudence et dans laquelie un mari avait demandé que son mariage avec une transsexuelle ( initialément de sexe masculin) soit déclaré nul, plusieurs experts médicaux en matiére de transsexualité ont été entendus . Dans la décision rendue, le juge de la High Court s'occupant de l'affaire a déclaré notamment : . . . Tous les experts médicaux s'accordent pour dire que la constitution sexuelle biologique d'un individu est fixée à la naissance (au plus tard) et qu'elle ne peut être modifiée par le développement naturel d'organes du sexe opposé ou par des moyens médicaux ou chirurgicaux . » -Comme le mariage est essentiellement une relation entre un homme et une femme, la validité du mariage en l'espéce dépend . . . de la question de savoir si le défendeur est une femme . : . La question devient alors : qu'entend-on par 'femme' dans le contexte du mariage? Eu égard au caractère essentiellement hétérosexuel de la relation dénommée m ar iage, les critères doivent . . . être biologiques, car méme le degré le plus extréme de transsexualisme chez un homme ou le déséquilibre hormonal le plus grave qui puisse exister chez une personne ayant des chromosomes, des gonades et un appareil génital masculins ne peu t
- 90 -
reproduire une personne naturellement capable d'assurer le rôle essentiel de la femme dans le mariage . En d'autres termes, le droit devrait adopter en premier lieu les trois premiers critères des médecins, à savoir les tests chromosomial, gonadal et génital et, si les trois se recoupent, déterminer le sexe sous l'angle du mariage en conséquence et ignorer toute intervention sous forme d'opération chirurgicale . Les véritables difficultés apparaissent évidemment lorsque ces trois critéres ne se recoupent pas . Cette question ne se pose pas en l'espèce . . . Mais il semble . . . que le critère génital se verrait probablement attribuer un coefficient de pondération plus important que les deux autres . Ce probléme, et en paniculier la question de l'effet des opérations chirurgicales dans les cas d'intersexualité physique, seront tranchés lorsqu'ils se poseront effectivement .
Le mariage est une relation fondée sur le sexe proprement dit et non sur le sexe social ( gender) . La production d'un extrait d'acte de naissance n'est pas requise pour contracter mariage . La personne sollicitant une autorisation de se marier (marriage licence) doit remplir un document dans lequel elle n'a pas à préciser son sexe ; mais elle doit affirmer solennellement croire à l'absence d'empêchement en matière de parenté ou d'alliance ou de tout autre empêchement légal audit mariage . Les auteurs de déclarations trompeuses peuvent étre poursuivis conformément à la loi de 1911 sur les faux serments (Perjury Act) . LES TENTATIVES DU REQUERANT POUR FAIRE RECONNAITRE SON STATUT ACTUE L Constatant qu'il serait impossible de faire rectifier son acte de naissance de manière à ce qu'il fasse état de son sexe masculin, le requérant a tenté, vainement, à pa rt ir de 1973 de persuader des députés de déposer une proposition de loi sur le bureau du Parlement pour résoudre le problème des transsexuels . Nonobstant la situation juridique qui vient d'étre décrite, le requérant a demandé officiellement le 10 novembre 1980 que la mention relative à son sexe soit rectifiée sur son acte de naissance conformément à la loi de 1953 . Cette demande a été repoussée le 25 novembre 1980, au motif que l'expe rt ise du Dr C .N . Armstrong sur le sexe psychologique du requérant n'était pas déterminante et qu'en l'absence de tout rappo rt d'expe rt ise médicale sur les autres critères re tenus, à savoir le sexe chromosomial, le sexe gonadal et le sexe apparent du requérant, le conse rvateur des actes de l'état civil (General Registrer) é tait incapable de dire si une erreur avait été commise lors de l'enregistrement de la naissance . Selon les expe rt s, aucune erreur n'a é té commise à la naissance sous l'angle de ces trois critères . Le requérant a demandé l'assistance judiciaire à la • Law Society » afin de pouvoir faire contrôler par un tribunal la régularité du refus du conservateur des actes de l'état civil . Le recours contre le refus d'octroyer l'assistance judiciaire a été rejeté
-91 -
le 27 février 1981 . Le requérant prétend avoir é té ainsi privé de la possibilité d'exercer des recours pour cause de ressources insuffisantes .
GRIEFS Le requérant se plaint que le drôit du Royaume-Uni ne lui confére pas un statut juridique correspondant à sa condition véritable . Il soutient qu'il est né en l'état nommé 'transsexualité' . Le traitement reçu a cet égard l'a été sur prescription médicale et a même été pris en charge financiérement par l'Etat . Après avoir ainsi approuvé son . reclassement sexuel . (sexual reassignment), le Royaume-Uni n'a pas reconnu la réalité du sexe masculin du requérant, ce qui a empêché celui-ci de parvenir à une intégration complète dans la société . Il y a donc eu violation des articles 3, 8 et 12 de la Convention .
PROCÉDURE DEVANT LA COMMISSIO N Le 15 juillet 1982, la Commission a décidé de communiquer la requête au Gouvernement en l'invitant à présenter ses obse rvations sur la recevabilité et le bienfondé . Après prolongation du délai, les obse rvations du Gouvernement défendeur ont été soumises le 7 décembre 1982 et la réponse du requérant a été expédiée le 1 1 janvier 1983 . Le 12 octobre 1983, la Commission a décidé de tenir une audience contradictoire sur la recevabilité et le bien-fondé . A cette audience, qui s'est tenue le 14 mars 1984, le requérant était assisté de M . N . Blake, conseil,de M 11 • B . Taylor, solicitor . Le Gouvernement éta it représenté par son ageht, M'"` A . Glover, ainsi que par M . N . Bratza, conseil, M . R . Tomlinson, M°e D . Pace et M"" G . Kerrigan, conseils .
RÉSUMÉ DE L'ARGUMENTATION DES PARTIES 1 . Le Gouvernement défendeur 1 . Les condirions formélles de recevabilit é Dans ses conclusions écrites, le Gouvernement défendeur a soutenu que dans la mesure où le requérant a invoqué l'anicle 12 de la Convention, il n'a pas été victime, au sens de l'article 25, vu qu'il n'a pas fait part d'une intention ou d'un souhait de se marier, mais qu'il s'est seulement plaint in abstracro de l'état du droit du Royaume-Uni . En outre, le Gouvernement défendeur a déclaré faire des réserves quant aux arguments invoqués par le requérant en ce qui conceme l'épuisement des voies de recours intemes . Il a ajouté qu'il ne souhaitait pas approfondir ce point . A l'audience, le Gouvemement défendeur n'a soulevé aucun des points susmentionnés .
-92-
2 . Quant au.r faits Le Gouvemement défendeur a fait observer que les particuliers au RoyaumeUni ne sont pas tenus d'avoir ou de porter sur eux des documents d'identité ou une documentation quelconque concemant leur état civil . S'il est exact que le requérant possède des documents relatifs à son identité, tels que passeport ou permis de conduire, il reconnaPt lui-même que les documents le concernant ont été modifiés de manière à faire état de son nouveau nom . Comme la pratique a été modifée récemment, il peut aussi demander qu'on fasse précéder son nom de la lettre M . La présente affaire peut donc étre distinguée de l'affaire Van Oosterwijck c/ Belgique . Dans cette affaire, un changement de prénoms n'a pas été obtenu facilement par le requérant, qui possédait une carte d'identité faisant état de ses prénoms initiaux et non de ceux adoptés après le changement de sexe . En outre, les occasions dans lesquelles la révélation du changement de sexe est inévitable en Belgique au moyen de la production d'une cane d'identité en cours de validité ou d'extrait d'acte de naissance sont nombreuses et variées, tandis qu'au Royaume-Uni les occasions où cette divulgation risque de se produire sont trés limitées . Il est exact que le registre des naissances et l'extrait d'acte de naissance ne font pas mention des prénoms adoptés par le requérant, mais ce ne sont pas des documents concernant l'identité actuelle . Il peut aussi y avoir dans la pratique des cas où une institution particulière ou un employeur paniculier exige la production d'un extrait d'acte de naissance, mais ce n'est nullement là une pratique immuable . Ainsi, un extrait d'acte de naissance n'a jamais été exigé par les compagnies d'assurance pour la délivrance d'une police d'assurance automobile ou multirisque habitation ni, en règle générale, pour la souscription d'une police d'assurance-vie . De même, pour les polices prévoyant le versement d'une pension ou d'une rente à panir d'un certain âge, un extrait d'acte de naissance n'est pas toujours exigé, certaines compagnies demandent tout au plus la production d'un passeport . Il est exact aussi que le registre des naissances est aisément accessible au public, mais une personne désirant consulter l'inscription concemant une autre personne sur ce registre doit savoir non seulement le nom sous lequel cette personne est née, mais encore sa date exacte ou approximative de naissance, son lieu de naissance et le district d'enregistrement . 3 . Arguments juridiques a . S'agissant de la violation alléguée de l'article 8, le Gouvernement défendeur reconnaît que cette disposition est faite pour obliger les Etats à prendre des mesures positives pour la protection de la vie privée . Mais ce principe ne devrait pas être poussé trop loin . Il y a des limites à l'obligation pour un Etat de prendre des mesures positives . La Convention exige de trouver unjuste équilibre entre les intérBts concurrents de l'individu et de la société dans son ensemble . Le système juridique et administratif du Royaume-Uni n'a pas bouleversé l'équilibre équitable qu'il convient de réaliser . Loin d'interdire ou de faire opposition au reclassement sexuel du requérant ,
- 93 -
les opérations et traitements impo rtants ont été réalisés dans le cadre du Service national de santé . La nouvelle identité sexuelle du requérant a été expressément reconnue par l'établissement de documents officiels qui à tous égards sont compatibles avec son identité adoptée et qui réduisent très largement la possibilité pour les tiers d'apprendre les modifications intervenues . L'extrait d'acte de naissance constitue l'unique exception à ce tte règle . L'intérêt public ou général 's'oppose à une modification de ce document . Le système d'enregistrement civil des naissances , des décés et des mariages fournit et est destiné à foumir une preuve légale et conse rvée en archives de certains événements et concou rt à l'imponant objectif public non seulement de foumir la preuve authentique et précise de certains événenements, mais encore d'établir les liens familiaux pour ce qui est des questions de succession, de filiation légitime et de pa rtage des biens . Outre cette fonction primordiale d'enregistrement ju ridique, les actes de l'état civil permettent d'établir un large éventail de statistiques démographiques et constituent une pa rtie essentielle et intégrante de l'étude statistique de la population et de sa croissance, des travaux de recherche médicale et sur la fécondité, etc . Pour cette raison, on attache une très grande import ance au maintien de la stricte exactitude de ces enregistrements . En l'absence d'erreur dans l'inscription initiale, une rectification sur le registre des naissances reviendrait à falsifier les faits inscrits dans ce registre : b . En ce qui conceme la violation alléguée de l'a rt icle 12, le Gouvemement défendeur prétend que l'incapacité du requérant de se marier avec une femme découle exclusivement du principe de droit matériel et fondamental selon lequel un mariage valide ne peut être contracté qu'entre un homme et une femme, autrement dit qu'entre deux personnes de sexe opposé . L'équité interdit de dire, en parlant du Royaume-Uni, que la question des critères d'identité sexuelle à adopter dans le contexte du ma ri age n'a pas été examinée de manière approfondie . Dans l'affaire Corbett v . Corbe tt , la High Cou rt a entendu des témoignageset des arguments sur cette question précise pendant dix-huit jours environ . Le Dr C .N . Armstrong, notamment, a été entendu comme expe rt médical . Mais son point de vue n'est pas pa rtagé par tout le monde . II suffit de rappeler que l'opinion formulée par le Pr Dewhurst, qui a aussi témoigné à titre d'expe rt dans l'affaire Corbett v . Corbett, contredit le point de vue du Dr Armstrong . Même si le point de vue de ce dernier représente la doctrine actuelle, on ne peut pas dire que les critères adoptés par la jurisprudence britannique sont à ce point démodés ou sans rappo rt avec les thèses modemes qu'ils soient arbitrai re s et déraisonnables . c. En dernier lieu, en ce qui conceme la violation alléguée de l'a rt icle 3, le Gouvernement défendeur a soutenu que mème si cette affaire a causé des embarras au requérant à ce rtains moments, ces embarras n'ont pas représenté un traitement dégradant . -94-
Il . Le requéran t 1 . S'agissant des crirères formels de recevabilité, le requérant déclare que vu qu'il n'a pas soutenu étre né de sexe masculin, sa demande en rectification du registre des naissances ne pouvait qu'être rejetée par application du droit inteme . La décision de l'officier d'état civil était non susceptible de recours . Il n'y a donc pas de question litigieuse sous l'angle des voies de recours intemes . 2 . Quanr aur fairs a . Le requérant fait d'abord observer que son reclassement sur le plan du sexe proprement dit et du sexe social (gender) n'a pas été inspiré par une décision arbitraire ou fantaisiste . Il a adopté le sexe social masculin après avoir consulté des psychiatres et suivi un traitement hormonal et chimrgical . Il a soumis les rapports d'expertise médicale du Dr C .N . Armstrong datés du 13 novembre 1979 et du 7 octobre 1 980 . Selon ces rapports, le requérant est un transsexuel qui n'était à la naissance ni un garçon normal ni une fille normale, mais un intersexué, vu que selon ce médecin le transsexualisme est prédéterminé à la naissance . Les critères du sexe sont : 1 . le sexe chromosomial : féminin 46/XX, masculin 46/XY ; 2 . le sexe gonadal : ovaires ou testicules ; 3 . le sexe apparent : organes génitaux externes et apparence corporelle ; 4 . le sexe psychologique . Normalement, les quatre critères sont tous du même sexe et l'intersexualité devrait se définir comme la situation dans laquelle l'un quelconque des quatre critères n'est pas du même sexe que les trois autres . Le sexe de base est féminin et le développement de l'individu de sexe masculin est tributaire de la sécrétion par les testicules du fo.tus d'une hormone masculine et de son action sur les tissus . S'il y a interruption de la production d'hotmone masculine, ou si les tissus deviennent insensibles à son action, il peut alors y avoir un phénomène d'intersexualité . De méme, si dans un f¢tus féminin il y a une sécrétion anormalement élevée d'hormones masculines (il y a présence d'hormones mascul ines et féminines dans les deux sexes), il y a apparition de certaines caractéristiques masculines . De surcroit, il a été prouvé chez les animaux, y compris les singes, qu'à un stade tardif de la vie ftetale, il y a différenciation sexuelle du cerveau selon qu'il y a ou non action de la testostérone sur celui-ci . Cette différenciation détermine l'activité sexuelle, masculine ou féminine, chez l'adulte . Ceci n'a pas été prouvé pour les humains, mais des indices permettent de penser que le sexe psychologique est prédéterminé à la naissance . Ainsi, dans le syndrome intersexuel de féminisation testiculaire, bien que l'individu ait des chromosomes sexuels masculins 46/XY et des testicules,'les tissus ne réagissent pas à l'hormone masculine, de sorte que la personne a une apparence corporelle exteme féminine et est psychologiquement femme . D'autres individus ayant des chromosomes 46/XY et des testicules et une sécrétion norrnale de testostérone sont déficitaires en ce qui concerne une enzyme (5 alpha réductase) qui convertit la testostérone en dihydrotestostérone, responsable du développement du pénis, et sont donc considérés à la naissance comme des enfants de sexe féminin et élevés comme tels, mais sont psychologiquement de sexe masculin . A la puberté, dont le processus est tributaire de la testostérone, ces personnes ont une puberté masculine et abordent la vie sociale comme des étres de sexe masculin .
- 95 -
Dans les cas d'intersexualité, pour la classification comme homme ou femme, il faut tenir compte des quatre critères du sexe et il est évident d'après les exemples donnés que les critères 1 et 2, et même 3, peuvent être en contradiction avec la réalité chez l'adulte développé . L'apparence à la naissance peut ne pas indiquer le vrai sexe : En conséquence, selon le Dr Amrstrong, le sexe psychologique est le plus important, vu qu'il détermine les activités et le rôle de l'individu dans la société à l'âge adulte et que pour les raisons indiquées il est prédéterminé à la naissance, mais n'est pas évident jusqu'à un âge plus tardif . En conséquence, le sexe social du requérant devrait être classé masculin . Ses manières, sa voix et son apparence générale sont masculines et de plus il a une barbe bien fournie . A la naissance,le requérant n'était ni un garçon normal ni une fille normale, mais un intersexué . b. Le requérant a contesté la déclaration du Royaume-Uni selon laquelle l'acte de naissance est purement et simplement un enregistrement de faits survenus au moment de la naissance et qu'il n'est pas destiné à 2tre un enregistrement de l'identité actuelle de l'intéressé . C'est une preuve faisant autorité du sexe dans tous les cas où la question est juridiquement pertinente . Il a fait valoir que les particuliers sont fréquemment tenus de produire un extrait d'acte de naissance dans tout un éventail de situations, par exemple pour solliciter pour la première fois la délivrance d'un passeport . pour souscrire une police d'assurance, pour s'inscrire dans un établissement d'enseignement supérieur et pour demander une place chez un employeur . C'est peut-être parce que le Royaume-Uni n'a pas un système de certificats d'état civil ou de documents d'identité équivalents que l'acte de naissance en est venu à jouer ce rôle . L'acte de naissance est donc au Royaume-Uni un problème d'enregistrement officiel . Toute personne peut en obtenir un extrait après acquittement d'un droit . L'extrait d'acte de naissance continuera donc de faire la preuve du sexe proprement dit ou du sexe social actuel de la personne à laquelle il se rétère . Le requérant a dû lui-même produire un extrait d'acte de naissance lorsqu'il a sollicité pour la première fois la délivrance d'un passeport et lorsqu'il s'est inscrit à l'université . Son cas ne peut donc pas être distingué de l'affaire Van Oosterwijck . c. Lerequérantaaffirrnévouloireffectivementsemarieravecunefemme . Bien qu'il ne soit pas nécessaire de produire un extrait d'acte de naissance pour se marier, son mariage avec une femme serait, au regard du droit actuel, nul et il n'a pas l'intention de s'exposer lui-méme ou son éventuelleépouse aux difftcultésqui surgiraientsi sasituation était connue des autorités . Son souhait est de respecter la loi et de mener une existence épanouie d' homme . Pour les raisons déjà indiquées, il n'a pas voulu que ses liaisons aillent au-delà du stade de l'amitié . Les conséquences de son incapacité de contracter un mariage valide au regard de la loi avec une femme sont considérables selon lui . Il serait incapable d'adopter des enfants, et sa panenaire ferait l'objet d'indignités comparables . ll ne pourrait invoquer la majeure partie desdispositions protectrices en matièrede fiscalité, d'assurance, de sécurité sociale, de sécuritéd'emploi, et il serait inctipablede parrainer l'établissement d'un non-citoyen conformément à la loi sur l'immigration .
-96-
d. Dans la mesure où le Gouvernement défendeur invoque la décision rendue dans l'affaire Corbett v . Corben, le requérant fait observer que les rapports d'expertise médicale concemant cette affaire ont été communiquésà la fin de 1969, soit quelque treize ans auparavant . Des opérations chirurgicales sur des transsexuels n'ont pas cessé d'être pratiquées depuis lors dans le monde entier, et la société se doit de faire face aux exigences d'une population transsexuelle fortement accrue . Par ailleurs, il y a eu des changements juridiques considérables et la société a fait un gros effort d'adaptation pour répondre au phénomène de la transsexualité . Faisant référence à plusieurs publications sur le problème du transsexualisme, le requérant a soutenu que ces publications et les modifications juridiques intervenues en Europe et dans d'autres pays sont le signe que les transsexuels sont largement admis et qu'on est disposé à les accepter dans leur nouvelle identité sexuelle . Il fait observer que méme au Royaume-Uni des Iranssexuels sont parvenus dans cenains cas à faire rectifier leur acte de naissance . Mais d'une manière générale, la reconnaissance de l'état de transsexuel n'est pas garantie . La décision rendue dans l'affaire Corbett v . Corbeti a été suivie dans plusieurs affaires et pour d'autres finalités que la fixation du sexe en vue du mariage . En 1980, il y a eu deux décisions du commissaire à l'assurance nationale concernant des transsexuels (compte rendu dans le volume 1980 des décisions du commissaire à l'assurance nationale sous les rubriques RP/1 et RP/2) . Ces deux affaires mettaient en cause des transsexuelles passées du sexe masculin au sexe féminin et qui sous l'angle de la législation sur la sécurité sociale et de la déterination du sexe social (gender) pour la fixation de l'âge de la retraite, étaient encore considérée comme des hommes . Un tribunal des prud'hommes a jugé dans l'affaire White v . British Super (1977 Industrial Relations Law Reports, p . 121) que le sexe social (gender) est déterminé par les critères biologiques ainsi que par la capacité et la fonction reproductrices des individus . La décision rendue dans cetne affaire laissait entendre que le fait pour un travailleur d'induire en erreur un employeur quant à son identité sexuelle foumit à celui-ci un bon motif de licenciement . 3 . Arguments juridiques a . En ce qui concerne son grief sous l'angle de l'article 8, le requérant soutient que le Royaume-Uni refuse de reconnaitre son sexe pour toute finalité sociale lorsque cette reconnaissance peut avoir des incidences juridiques . L'existence d'un acte de naissance non rectifié représente une atteinte injustifiée à sa vie privée et menace son honneur et sa dignité parce qu'il l'identifie à une femme à la fois par ses prénoms féminins et par la mention explicite de son sexe . L'ordre public ne serait nullement menacé, selon lui, si l'extrait d'acte de naissance contenait les renseignements reflétant son état actuel, tandis que l'acte original contiendrait tous les faits que le Gouvernement juge nécessaires d'enregistrer comme preuves decaractére historique . b. En ce qui concerne la violation alléguée de l'article 12 de la Convention, le requérant fait valoir qu'il est psychologiquement, biologiquement et socialement incapable de se marier avec un homme . En outre, il est hautement improbable qu'u n -97-
homme normal souhaite jamais se marier avec une femme qui présente des caractéristiques sexuelles secondaires masculines, ou qui a des tendances psychologiques affirrnées et un prénom masculin . C'est la loi qui l'empêche de se marier avec une femme . L'expertise médicale invoquée dans l'affaire Corbett v . Corbett n'est guère récente . Il critique le fait que dans l'état actuel des connaissances médicales et de la société anglaise le traitement de la conversion sexuelle ne puisse pas ètre considéré comme conférant au requérant le sexe masculin au plein sens du terme, ce qui lui permettrait de se ma rier avec une femme . Il a résumé comme suit les arguments visant à montrer que l'affaire Corbett n'est pas transposable à son cas : En premier lieu, les progrés de la science rhédicale et l'identification d'un possible fondement de nature chimique pour le sexe psychiatrique ont conforté le témoignage du Dr N .C . Armstrong selon lequel la transsexualité est un cas d'intersexualité physique . En second lieu, le juge Ormrod a fait une distinction dans l'affaire Corbett entre le sexe proprement dit et le sexe social (gender) et a laissé entendre que c'est le sexe proprement dit qui est important pour le mariage, mais qu'il n'y a pas de raison convaincante pour que le sexe social ne doive pas l'emporter sous l'angle de la classification sociale . En troisi8me lieu ; la thèse selon laquelle le sexe est le critère essentiel pour le ma ri age est elle-mème dé ri vée d'une conception démodée du mariage considéré comme institution pour la reproduction biologique, par opposition à un moyen d'auto-expression et de développement de relations humaines intimes . Il y a là une incohérence logique puisque le droit anglais admet que l'incapacité physique de procréer n'est pas un empéchement au mariage dans les cas n'impliquant pas des transsexuels . Et en quatrième lieu, la décision Corben n'a pas été suivie par plusieurs autres autorités judiciaires dans d'autres pays, notamment ur.é décision de la Cour suprême du New Jersey, Etat dont le droit partage avec celui de l'Angleterre et du Pays de Galles une origine commune dans la •common law . . c. En dernier lieu, le requérant allègue avoir enduré des souffrances physiques par suite de la situation peu satisfaisante que le Gouvemement l'a obligé à subir ; cela a été pour lui une expérience très humiliante . Le fait de s'ètre vu refuser pàr l'Etat la reconnaissance juridique dont il avait be soin et que d'aut re s Etats sont maintenant disposés à donner, et qui pouvait d'ailleurs étre donnée sans risque pour l'ordre public, a représenté un traitement inhumain ou dégradant .
EN DROI T Le requérant se plaint que l'état actuel du droit et de la pratique administrative au Royaume-Uni n'autorise pas la reconnaissance pure et simple du changement de son état résultant de sa conversion sexuelle et qu'il porte atteinte de ce fait à son droit au respect .de la vie privée et à son droit au mariage, reconnus par les articles 8 et 12 . II fait valoir de surcroît que la situation incriminée correspond méme à un traitement inhumain ou dégradant au sens de l'article 3 de la Convention .
- 98 -
Le Gouvernement défendeur n'a pas montré que le requérant avait d'autres moyens de mettre un terme à la situation incriminée . Il n'y a donc pas de raison de rejeter la requête par application de l'anicle 27, par . 3, de la Convention . La Commission a procédé à un premier examen des faits et arguments présentés par les parties . Elle a pris en considération l'affaire Van Gosterwijck, qui a été déclarée recevable le 9 mai 1978 (D .R . 11, p . 194) . La présente affaire souléve des problémes analogues et complexes concemant l'application de l'article 8 de la Convention et, dans une moindre mesure, de l'article 12, qui rendent nécessaires un examen au fond . Toutefois, la Commission ne pense pas qu'une question se pose sur le terrain de l'article 3 de la Convention . La question de principe est, semble-t-il, celle de savoir si le système administratif et juridique actuel du Royaume-Uni, qui ne parait pas reconnaître pleinement l'état actuel du requérant, est compatible avec le droit au respect de la vie privée reconnu par l'article 8 . Il s'ensuit que la requète ne peut pas étre considérée comme manifestement mal fondée au sens de l'article 27, par . 2, de la Convention et qu'elle doit être déclarée recevable, aucun autre motif d'irrecevabilité n'ayant été établi n
.Parcesmotif,lC
DÉCLARE LA REQUÊTE RECEVABLE .
-99-

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 15/03/1984

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.