Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche



Type d'affaire : Decision
Type de recours : Violation de l'Art. 5-4 ; Non-violation de l'art. 5-1 ; Préjudice moral - constat de violation suffisant ; Remboursement frais et dépens - procédure nationale

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10039/82
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1984-05-11;10039.82 ?

Analyses :


Parties :

Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

DECISION of 11 May 1984 on the admissibility of the application DÉCISION du 11 may 1984 sur la recevabilité de la requêt e
Article 10, prtragraph I and Article 25 of the Conven tion : A journalisr or the editor of a newspaper may not claim to be a victim of a restriction on his right to receive information by the mere fact that case law exists which limits access to documents produced in court. Article 25 of the Convention : The Convention does not provide for an actio popularis . An applicant must show that the measures complained of have been applied to his detriment and that he has been directly affected. Artic/e 10, parngraphe 1, et article 25 de la Convention : Un journaliste ou édireur de journaux ne peut se prétendre victime d'une atteinte à son droit de recevoir des informations du seul fait de l'existence d'une jurisprudence restreignant l'accès à des documents produits en justice . Article 25 de la Convention : La Convention ne prévoit pas d'actio popularis. Le requérant doit montrer que les mesures dont il se plaint ont été appliquées à son déiriment et qu'il en a subi directement les effets .
(français : voir p . 79)
The first applicant is Mr David Leigh, a citizen of the United Kingdom, bom in 1946, at present residing in London . He is a joumalist by profession . The second applicant is Guardian Newspapers Ltd ., a company registered under the laws o f -74_
England and a national daily newspaper with a wide circulation . The third applicant is The Observer Ltd ., also a registered company and a national Sunday newspaper . The applicants are represented by Messrs Siefert Sedley & Co ., solicitors, and Mr Anthony Lester, Q .C ., and Mr Andrew Nichol, of counsel . The application relates to proceedings which were taken by the Home Office against Ms Harriet Hannan for contempt of court . Ms Harman, acting in her capacity as solicitor for the National Council for Civil Liberties (NCCL), had represented a prisoner, Mr Williams, in a civil action against the Home Office for false imprisonment . The action concerned his detention in a special unit for dismptive prisoners which had been set up at Wakefield Prison . In the course of these proceedings . Mr Williams successfully sought, on three occasions, court orders for discovery of certain documents by the Home Office . The documents were "discovered" on the basis of an implied undertaking to the court and an express undenaking by Ms Harrnan to the Home Office that the documents were confidential and were not lo be used for collateral or ulterior purposes apart from the trial of the action . In the course of the action, counsel for each side read aloud material parts of approximately 800 of the documents which had been arranged in two exhibit bundles . After the bundles had been read out in open court the first applicant asked for sight of them and was allowed to inspect them in Ms Harman's office . He did not see the complete set of 17 bundles of all the documents which the Home Office had produced and which had not been read out in court . He subsequently wrote a feature article for The Guardian, published on 8 April 1980, entitled "How Ministry Hardliners had their Way over the Prison Units" . The anicle examined in a critical fashion the role of the Home Office in the setting up of the special units at Wakefield Prison . 10039/82 On 20 June 1980 the Home Office sought an Order to punish Ms Harman, other than by way of committal, for contempt of court . In the course of the proceedings against her . Ms Harman argued, inter alia, that once the documents had been read out in the course of a public hearing, the implied obligation of confidentiality terminated . On 27 November 1980 Mr Justice Park of the Divisional Court found in favour of the Home Office and ruled that she had acted in contempt of court . An appeal to the Court of Appeal was dismissed with costs on 6 Febmary 1981, and a further appeal to the House of Lords was also dismissed with costs on I I February 1982, (1) . The majority of the House of Lords found that the implied obligation not to use the documents for any ulterior purpose continued despite the fact that they had been read out in open court . Their principal concem related to the good administration of justice and the privacy of a litigant who had been compelled to reveal confidential documents by way of discovery . It was feared, for example, that if the (1) Home Office v . Hurmen ( 1981) 2 WLR 310 ( Divisionxl Coun) ;(1981) 2 WLR 321 (Coun of Appeal) : (1981) 1 ALL ER 532 ( House of Lords) .
- 75 -
obligation of confidentiality ended in such a situation counsel might read out documents in a trial in order to render them public, or that parties in civil litigation would be more likely to conceal or destroy documents that could fall within the ambit of discovery . The first applicant states that he considered Ms Harrnan's actions in allowing him to inspect the exhibited bundles to be nortnal practice . He states that in his thirteen years as ajournalist he had frequently attended both criminal and civil trials and commonly asked the parties for documents which had been put in evidence in the course of a public hearing . These requests were invariably met whether the case was a civil or criminal one, and whether or not the documents in question originated from the party whom he approached . The first and second applicants state that their principal interest was in the evidence presented in the course of the Williams Case and the ray of light which it shed on policy-making within a notoriously secretive area of Govemment activity . It was known that control units had been in existence since 1974 and had been closed by the Home Secretary in October 1975 . However, until the evidence in the Williams case, it was not known how the decision to set up the units had been made, how the original concept had changed . or what steps had been taken by the Home Office to forestall public criticism . The first applicant states that he would have liked to write further articles on the subject in either the second or third applicant's newspapers . However, because of the ruling of the House of Lords in Hartnan he has been unable to make a further study of the documents which would be necessary for such a task . He could purchase a transcript of the proceedings, but its estimated cost (f10,160) is prohibitive . In addition, he states that the House of Lords mling has made it more difficult to report subsequent court proceedings . When reporters are in court they can no longer confirtn their note of complex technical evidence with the documents tendered in evidence . The applicants have submitted affidavits from various joumalists and newspaper editors affirming that, after the House of Lords decision in the Harman case, lawyers have been more reluctant to allow them access to any documents connected with court proceedings . It is claimed that the Harman decision has engendered caution and reserve in the use of any court documents irrespective of whether they have been the object of discovery .
COMPLAINTS AND SUBMISSIONS Article 2 5 The applicants claim that they are all directly affected by the mling in the Harman case and its continuing "chilling" of their right to free expression . They refer to remarks in the Marckx and Dudgeon cases, where the European Court o f
Human Rights has stated that individuals can "contend that a law violates their rights, by itself, in the absence of an individual measure of implementation if they run the risk of being directly affected by it" . They claim they are affected in the following ways : A . The first applicant has been unable to write further stories on the control units . B . The second and third applicants have been unable to publish such articles . C . All three applicants have continued to be hindered in their receipt of information given at public court hearings since the Harman decision, because their potential sources are concerned about possible proceedings for contempt . The applicants are Iherefore injured in their communication of such information to the public . D . If any of the applicants were to persuade the recipient of discovered documents to allow them sight of the documents after they had been read in open court, they would face the real risk of proceedings for contempt of court . This risk has a continuing chilling effect upon their right to free expression . Article 1 0 The applicant's right to receive and impan information has been restricted as set out above . Article 14 in conjunction with Art . 1 0
The first applicant submits that the enjoyment of his right to receive and impan information has been restricted in a discriminatory manner by the ruling in the Hannan case and its continuing effects, because (I) he is a feature writer (2) his article of 8 April 1980 was critical of the Home Office . The second and third applicants' enjoyment of the right to receive and impart information has been similarly restricted in a discriminatory manner because of the above restriction on their journalist .
THE LA W l . The applicants complain that the decision of the House of Lords in Harman v . Home Office has interfered with their right to receive and impart information as guaranteed by Article 10 (1) . The first applicant states that he has been unable to write further stories on the control units and that the second and third applicants have been unable to publish such articles . All three applicants claim that their sources of inforniation have been adversely affected because recipients of discovered documents which have been read out in court would now be unwilling to permit inspection of such documents . They add that the risk of proceedings being take n - 77 -
against them for contempt of court has a"chilling effect" upon their right to freedom of expression . They further complain of discrimination contrary to Article 14 of the Convention in conjunction with their rights under Article 10 (1) . 2 . The Government submit that none of the applicants can be considered a 'victim' within the meaning of Article 25 (1) . 3 . The Commission recalls that it is not empowered under the Convention to examine complaints in abstracto . In accordance with the terms of Article 25 (1) it may only receive petitions " . . . from any person, non-govemmental organisation or group of individuals claiming to be the victim of a violation by one of the High Contracting Parties of the rights set forth in this Convention . . . " . The Convention system does not institute for individuals a kind of actio popularis merely because they consider that a particular legal provision is in conflict with a provision of the Convention . The individual concerned must show that the measures complained of have been applied to his detriment (See Eur . Court H .R ., case of Klass and others . judgment of 6 September 1978, Series A No . 28 . para . 33) . 4 . In the present case the Commission observes that the second and third applicant have remained free to publish articles conceming the control units and that no effort has been made to restrain or fetter such publication . No action, for example, was taken against the second applicant when it published the first applicant's article concerning the control units . The Commission does not consider that the concept of 'victim' in Article 25 (1) may be interpreted so broadly, in the present context, as to encompass every newspaper or joumalist in the United Kingdom who might conceivably be affected by the decision of the House of Lords . The forrn of detriment required must be of a less indirect and remote nature . It considers that the complaint brought by the second and third applicants is, in essence, an actio popularis and that, therefore, they cannot be regarded as 'victims' within the meaning of Article 25 (1) . 5 . Nor can the Commission consider that the first applicant can claim to be a 'victim' . It notes, in this regard . that he was able to publish his article concerning the control units with complete freedom . No attempt was made to restrain publication or bring proceedings against him for aiding and abetting contempt of court . He has also remained free to publish further articles without interference . 6 . It is true that as a result of the House of Lords decision in the Harman case he was unable to gain further access to the discovered documents on which he based his first article . In the Commission's view, however, such a restriction must be seen as an indirect consequence of the decision of the House of Lords and one which affected every interested joumalist in the United Kingdom . When it is set against the fact that he was able to publish his article on the basis of the informalion he had received from Ms . Harman and that no proceedings were actually taken against him, it cannot be interpreted as detriment sufficient to bring him into the category of 'victim' under this provision .
- 78 -
It follows therefore that the application must be rejected as incompalible rarione personne within the meaning of Article 27 (2) of the Convention . For these reasons the Commission , DECLARES THE APPLICATION INADMISSIBLE .
(TRADUCTION) EN FAI T Le premier requérant est M . David Leigh, citoyen du Royaume-Uni, né en 1946 et résidant actuellement à Londres . Il esljoumaliste professionnel . le deuxième requérant est Guardian Newspapers Ltd ., société constituée selon le droit anglais, qui publie un quotidien national à grande diffusion . Le troisième requérant est The Observer Ltd ., également société constituée, qui publie un journal national du dimanche . Les requérants sont représentés par MM . Siefert Sedley et Co ., solicitors, M . Anthony Lester QC et M . Andrew Nichol, avocats . La requête se rapporte à des procédures engagées par le ministère de l'Intérieur contre Mlle Harriet Harman, pour outrage à magistrat (•contempt of court•) . Mlle Harman, agissant en sa qualité de solicitor et conseiller juridique du Conseil national pour les libertés civiles (National Council of Civil Liberties - NCCL), avait représenté un détenu, M . Williams, dans une action civile contre le minislére de l'Intérieur, pour détention abusive . L'action se rapportait à la détention de l'intéressé dans un quartier spécial qui avait été créé à la prison de Wakefteld pour les détenus difficiles . A l'occasion de ces procédures, M . Williams obtint de la cour, par trois fois, des ordonnances de communication (• orders for discovery .) de certains documents par le ministére de l'Intérieur . Lesdits documents ont été communiquée (•discovered .) sur la base d'un engagement implicite envers le tribunal et de l'engagement explicite pris par Mlle Harrnan vis-à-vis du ministère de l'Intérieur, selon lequel ces textes confidentiels ne devaient pas être utilisés à des fins accessoires ou autres, étrangéres au procès en question . Au cours de celui-ci, les conseils de chacune des parties ont lu à haute voix des extraits importants d'environ 800 pages des documents, classés en deux recueils de pièces . Aprés ces lectures en audience publique, le premier requérant a demandé à voir les documents et obtenu la permissio n
de les examiner au cabinet de Mlle Harman . Il n'a pas vu l'ensemble complet de 17 recueils contenant tous les documents que le ministère de l'Intérieur avail communiqués et qui n'avaient pas tous été lus à l'audience . II a par la suite rédigé, pour le •Guardian ., un article de fond qui a pam le 8 avril 1980, sous le titre . Comment les durs du ministère ont imposé leurs quartiers spéciaux . ( . How Ministry Hardliners had their Way over the Prison Units •) . L'article examinait de manière critique le rôle du ministère de l'Intérieur dans la création de quartiers spéciaux à la prison de Wakefield . Le 20 juin 1980, le ministère de l'Intérieur sollicita une décision prononçant une sanction non privative de liberté contre Mlle Harman, pour outrage à magistrat . Dans la procédure engagée contre elle, Mlle Harman soutint entre autres qu'une fois les documents lus en audience publique, l'obligation implicite du secret était caduque . Le 27 novembre 1980, le juge Park, de la Divisional Court, trancha en faveur du ministère de l'Intérieur et déclara que le comportement de Mlle Harman constituait un outrage à magistrat . Un recours à la cour d'appel fut rejeté avec suite de dépens le 6 février 1981, et un nouveau recours à la Chambre des Lords a également été rejeté avec suite de dépens le Il février 1982 (I) . Une majorité des lords a déclaré que l'obligation implicite de ne pas utiliser les documents à des fins ultérieures persistait en dépit du fait que lesdits textes avaient été lus à haute voix en audience publique . Ils mettaient l'accent avant tout sur une bonne administration de la justice et le droit au secret d'un plaideur qui avait été obligé de divulguer des documents confidentiels sur un ordre de communication . Il était à craindre, par exemple, que si l'obligation du secret prenait fin dans une telle situation, les avocats pussent donner lecture de documents au cours d'un procès afin de les rendre publics ou que les parties à un litige civil fussent davantage portées à cacher ou à éliminer des documents qui pourraient être soumis à un tel ordre de communication . Le premier requérant déclare qu'il estimait qu'en lui permettant d'examiner les pièces Mlle Harman n'avait fait que suivre une pratique normale . Il ajoute qu'au cours de ses treize années dejournalisme, il a fréquemmem assisté à des procès, tant au pénal qu'au civil, et souvent demandé aux parties les documents qui avaient été soumis comme preuve en audience publique . 11 a invariablement été accédé à ces demandes, qu'il s'agisse d'affaires civiles ou pénales et que lesdits documents proviennent ou non de la partie sollicitée . Les premier et deuxième requérants indiquent qu'ils s'intéressaient principalement aux moyens de preuve présentés à l'occasion de l'affaire Williams et à la lumière qu'ils jettent sur des décisions prises dans un domaine notoirement secret de l'activité de l'Etat . On savait que des quaniers spéciaux existaient depuis 1974 et avaient été fermées par le ministre de l'Intérieur en octobre 1975 . Mais avant le s (1) Home Offce c/Harman (1981) 2 WLR 310 (Divisionxl Counl ; (1981) 2 WLR 231 (cour d'appel) . (1981) 1 ALL ER 532) (House of lu,ds) .
témoignages apponés dans l'affaire Williams, on ne savait pas comment avait été prise la décision de créer ces unités, comment la conception initiale s'était modifiée . ni quelles mesures avaient été prises par le ministère de l'Intérieur pour prévenir toute critique publique . Le premier requérant indique qu'il eùt souhaité rédiger d'autres articles sur le sujet pour l'un ou l'autre des journaux des deuxième et troisiéme requérants . Mais en raison de la décision de la Chambre des Lords dans l'affaire Harman, il n'a pu réaliser la nouvelle étude des documents qui eùt été nécessaire pour une telle tàche . II aurait pu acheter un compte rendu du procès mais le coût d'un tel compte rendu (10 .160 £) futjugé prohibitif . Il déclare en outre que l'arrêt de la Chambre des Lords a rendu plus difficile le reportage de procédures judiciaires ultérieures . Lorsque les joumalistes sont dans la salle d'audience, ils ne peuvent plus s'assurer de l'exactitude de leurs notes sur des preuves complexes de caractère technique en consultant des documents produits au procès . Les requérants ont sountis des attestations de divers journalistes et rédacteurs en chef dejournaux affirmant qu'après l'arrêt de la Chambre des Lords dans l'affaire Harman, les avocats s'étaient montrés moins disposés à les laisser consulter des documents concernant la procédure . L'arrét Harman, disent-ils, a engendré circonspection et réserve dans l'utilisation de tous documentsjudiciaires, qu'ils aient ou non fait l'objet d'un ordre de communication .
GRIEFS ET ARGUMENTATIO N Sur l'article 2 5 Les requérants prétendent qu'ils sont tous directement affectés par l'arrèt rendu dans l'affaire Hartnan et par le « gel • permanent de leur droit à la libre expression qu'il a provoqué . lls se réfèrent à des considérations développées dans les affaires Marckx et Dudgeon, où la Cour européenne des Droits de l'Homme avait déclaré que des individus peuvent . soutenir qu'une loi viole leurs droits, par elle-méme, en l'absence de mesures individuelles d'application, s'ils courent le risque d'être directement touchés par elle • . Les requérants affirment qu'ils sont affectés des maniéres suivantes : A . Le premier requérant a été dans l'incapacité de rédiger d'autres articles sur les qua rt iers spéciaux . B . Les deuxième et troisième requérants ont été dans l'incapacité de publier de tels articles . C . Les trois requérants ont été gênés en permanence dans la réception d'informations données en audience publique des tribunaux depuis l'arrêt rendu dans l'affair e -gl -
Harman, parce que leurs informateurs éventuels craignent des procédures pour outrage à magistrat . Les requérants sont donc lésés dans la communication de telles informations au public . D . Si l'un ou l'autre des requérants persuadait le détenteur de documents communiqués de lui petmettre d'examiner les documents lus en audience publique, il courrait un risque réel de poursuite pour outrage à magistrat . Ce risque a un effet de gel constant de leur droit à la libre expression . Sur l'article 10 Le droit des requérants de recevoir et de communiquer de l'information a été restreint comme indiqué ci-dessus .
Sur l'article 14 combiné avec l'article 1 0 Le premier requérant affirme que l'exercice de son droit de recevoir et de communiquer des infortnations a été restreint d'une manière discriminatoire par l'arrêt rendu dans l'affaire Harman et par ses effets persistants, parce que (I) il est rédacteur d'articles de fond, (2) son article du 8 avril 1980 était critique à l'égard du ministère de l'intérieur . La jouissance du droit des deuxième et troisième requérants de recevoir et de communiquer des informations a également été restreinte d'une manière discriminatoire en raison des restrictions précitées qui ont frappé leur journaliste . .. . .. . . . . . . . . . .
EN DROI T I . Les requérants se plaignent de ce que l'arrêt de la Chambre des Lords dans l'affaire Harman contre ministère de l']ntérieur a porté préjudice à l'exercice de leur droit de recevoir et de communiquer des informations, tel que le garantit l'article 10 par . 1 . Le premier requérant déclare qu'il ne lui a pas été possible d'écrire d'autres articles sur les quartiers spéciaux et que les deuxième et troisième requérants n'ont pu publier de tels articles . Les trois requérants allèguent que leurs sources d'information ont souffert du fait que les détenteurs de documents communiqués qui ont été lus au tribunal ne seraient plus aujourd'hui disposés à permettre l'examen de tels documents . Ils ajoutent que le risque de poursuites pour outrage à magistrat a un effet de « gel • de leur liberté d'expression . Ils se plaignent en outre d'une discrimination contraire à l'article 14 de la Convention, combiné avec l'article 1 0 par . I . 2 . Le Gouvemement observe qu'aucun des requérants ne peut être considéré comme une •victime• au sens de l'article 25 par . 1 .
3 . La Commission rappelle qu'elle n'a pas le pouvoir, en vertu de la Convention, d'examiner des griefs in abstracto . Aux termes de l'article 25 par . I . elle peut être _g2_
saisie d'une requête - . . . par toute personne physique, toute organisation non gouvernementale ou tout groupe de particuliers qui se prétend victime d'une violation, par l'une des Hautes Parties Contractantes, des droits reconnus dans la présente Convention . . . . . Le système de la Convention n'institue pas pour les individus une sorte d'actio popularis utilisable dès qu'ils considèrent qu'une disposition légale particuliére est en conflit avec une disposition de la Convention . L'individu en cause doit montrer que les mesures dont il se plaint ont été appliquées à son détriment (voir Cour eur . D .H ., affaire Klass et autres, arrêt du 6 septembre 1978, série A, n° 28, par . 33) . 4 . Dans la présente affaire, la Commission observe que les deuxième et troisième requérants demeuraient libres de publier des anicles au sujet des quartiers pénitentiaires spéciaux et qu'aucun effort n'avait été fait pour restreindre ou entraver une telle publication . Aucune procédure, par exemple, n'a été entamée contre le deuxième requérant lorsqu'il a publié l'article du premier sur de tels quartiers . La Commission ne considère pas que le concept de •victime - au sens de l'article 25 par . 1 puisse être interprété, dans le contexte de l'affaire en cause, assez largement pour s'étendre à tout journal ou tout journaliste qui, au Royaume-Uni, pourrait vraisemblablement étre affecté par l'arrêt de la Chambre des lords . Le genre de désavantage subi doit ètre d'un caractère moins indirect et lointain . La Commission considère que les griefs des deuxième et troisième requérants s'analysent essentiellement en une actio popularis et que, par conséquent, ces requérants ne peuvent étre considérés comme des victimes au sens de l'article 25 par. I .
5 . La Commission ne peut non plus estimer que le premier requérant puisse se prétendre victime . Elle note à cet égard qu'il lui a été possible de publier son article sur les quartiers spéciaux en totale libené . Aucune tentative n'a été faite pour restreindre la publication ou entamer des procédures contre lui pour complicité d'outrage à magistrat . II est également demeuré libre de publier d'autres articles sans subir d'ingérence . 6 . 11 est vrai qu'à la suite de l'arrét de la Chambre des lords dans l'affaire Harman, il n'a pu examiner de nouveau les documents communiqués sur lesquels il avait fondé son premier article . De l'avis de la Commission, cependant, cette restriction doit être considérée comme une conséquence indirecte de l'arrét de la Chambre des lords, conséquence qui touchait tout journaliste intéressé au RoyaLme-Uni . Si l'on tient compte du fait qu'il a pu publier son article sur la base des informations reçues de Mlle Harman sans qu'aucune procédure ne soit engagée contre lui, on ne peut interpréter ces faits comme constituant un désavantage suffisant pour ranger l'intéressé dans la catégorie des •victimes• au sens de cette disposition . Il s'ensuit que la requête doit ètre rejetée comme incompatible, ratione personae, au sens de l'article 27 par . 2 de la Convention . Par ces motifs, la Commissio n
- 83 -
_ .~ _ :e~`S~ - .r . .
_ . . _
Y .~'. ~--s's-a~:_ t ~
._ f ~ _~~ _ .
, ~. ~ ~, .;
.~ ~ _~ .
j ~
.. . e

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 11/05/1984

Fonds documentaire ?: HUDOC

Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.