Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ Z. c. PAYS-BAS


Type d'affaire : Decision
Type de recours : Violation de l'Art. 5-4 ; Non-violation de l'art. 5-1 ; Préjudice moral - constat de violation suffisant ; Remboursement frais et dépens - procédure nationale

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10400/83
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1984-05-14;10400.83 ?

Analyses :


Parties :

Demandeurs : Z.
Défendeurs : PAYS-BAS

Texte :

APPLICATION/REQIIÉTE N° 10400/83 Z . v/the NETHERLANDS Z . c/PAYS-BA S DECISION of 14 May 1984 on the admissibility of the application DÉCISION du 14 mai 1984 sur la recevabilité de la requêt e
Article 3 of the Convention : The repeated expulsion of an individual of unascertainable identiry to a state which is not prepared to accept him can raise issues under this provision . The position is different where ihe individual refuses to cooperate with the authorities in establishing his identitv and nationalin•.
Article 5, paragraph I(f) of the Convention : Detention pending deponation lasting almost four months because of the authorities' difficulties in executing the decision to depon. A rticle 26 of the Convention : Where an individual alleges that the execution of a deponation order against him violates Article 3 of the Convention, a remedy which has no suspensive effect is not effective . Article 3 de la Convention : L'espulsion répétée d'un individu, dont l'identité ne peul ètre établie, vers un Etat qui n'est pas prét à l'accepter peut poser un probléme sous l'angle de cette disposition . Tel n'est toutefois pas le cas lorsque l'intéressé refuse aux autorités toute coopération pour établir son identité et sa nationalité. A rticle 5, paragraphe 1, litt. n, de la Convention : Délention en vue d'expulsion ayant dtoé près de quatre mois, due aux difficuli(s rencon trées par les autorités pour exécuter la décision d'expulsion . Article 26 de la Convention : Lorsqu'un individu allègue que l'exécution d'une mesure d'expulsion prise contre lui viole l'article 3 de la Convention, un recours sans effet suspensif est inefficace .
- 145 -
(français : voir p. 1 52)
The applicant states that he was born on 9 January 1962 in Lagos, Nigeria, of Guinean parents who have both died . He claims to be a stateless person . He is at present in hiding in the Netherlands . In the proceedings before the Commission he is represented by Mr . Venema, a lawyer practising in Rotterdam . The applicant was arrested under a false French identity on 19 August 1979 in Amsterdam for illegal stay . He was removed from the Netherlands on 24 August 1979 . On 28 February 1980 he was rearrested in Amsterdam . This time he alleged to have been born in Puerto Rico and to be American . This information also being found to be false, he was removed from the Netherlands on 10 April 1980 . The third arrest took place in Amsterdam on 14 April 1980 . On that occasion he declared to have been born in New York in 1957 and to be an American citizen . This statement also having been found to be false, he was again removed from the Netherlands . On 12 February 1981 he was arrested for the fourth time in Amsterdam, this time under the false identity of a French citizen . He was again removed from the Netherlands . On II April 1981 he was rearrested in Amsterdam for having tried to use forged cheques . Upon his arrest he declared to be a Ghanese citizen . He was removed from the Netherlands on 6 May 1981 . On 18 Septemb-Cr 1982 he was rearrested in Rotterdam after a vain effort to cash forged cheques under the false identity of a British subject . He was convicted by the Rotterdam police magistrate on 29 November 1982 and sentenced to three months' imprisonment . Upon expiry of his sentence, on 17 December 1982, he was placed in Ronerdam in detention with a view to his deportation, a deportation order having been signed the same day . In the meanwhile the Netherlands' authorities undertook various efforts to establish the applicant's real identity . The applicant, who had first declared that he had arrived in Rotterdam as a stowaway on board of a Nigerian ship coming from Lagos in 1979, later stated that he arrived under these conditions in September 1982 . In December 1982 the Nigerian Embassy in The Hague refused to issue a laissez-passer to the applicant in view of his uncooperative attitude : The applicant refused to make a statement in the Ibu-language or provide particulars relevant for the examination . In January 1983 the applicant declared to the police Ihat he was Nigerian but did not want to go back to Nigeria . In February 1983, after a new visit of the applicant, the Nigerian Embassy informed the Dutch police that the stree t
- 146 -
where the applicant alleged to have lived in Lagos did not exist . Subsequently, the applicant stated that he had lied about his identity and that he was not a Nigerian . On two occasions the applicant filed a request to be released from detention . The Regional Court of Ronerdam rejected these requests on 21 January 1983 and 15 March 1983 . Both decisions were confirmed, on appeal lodged by the applicant, by the Court of Appeal of The Hague : on 2 February 1983 and on 14 April 1983 . Two days before the last-mentioned decision, i .e . on 12 April 1983, the applicant had again been removed from the Netherlands . The plea of nullity introduced by the applicant on 19 May 1983 against the Court of Appeal's decision of 14 April 1983 was rejected by the Supreme Court on 24 August 1983 for having been lodged out of time . On 8 June 1983 the applicant was again arrested in Rotterdam for illegal stay . He was placed in detention and removed from the Netherlands on 10 June 1983 . He retumed to the Netherlands on the same day . On 8 July 1983 the applicant lodged through his lawyer a written request for a residence permit in his capacity as a stateless person . He was convened to present himself in person at the police headquarters in Rotterdam . The applicant complied with this request and filled out the necessary forms on 21 July 1983 . On 29 July 1983, the day on which he had been reconvened, he was informed of the negative decision taken by the local police on 22 July 1983 concerning his request . The authorities considered that he could not be regarded as stateless within the meaning of the New York Treaty of 1954, having regard to his passive and unco-operative attitude in the determination of his identity . Other reasons of a humanitarian nature to grant him the right to stay in the Netherlands were found to be lacking . A deportation order was signed on the same day and the applicant was placed in detention . Also on 29 July 1983, the applicant's lawyer addressed himself to the Belgian Consulate in Rotterdam to enquire whether according to Belgian law the applicant would be allowed to stay in Belgium . By letter dated 2 August 1983 the Belgian Consulate in Rotterdam replied to the applicant's lawyer that according to the information submitted by him it appeared that the applicant did not meet the conditions to be admitted on Belgian territory . A request lodged by the applicant on 29 July 1983 to the Regional Coun of Rotterdam to be released from detention was rejected on 5 August 1983 . On 8 August 1983 the applicant addressed a request to the Minister of Justice for review of his decision of 22 July 1983 .
- 147 -
Since the latter request has no suspensive effect, the applicant fded on 10 August 1983 a request to the Regional Court of Rotterdam for an injunction to forbid the State of the Netherlands to proceed to the applicant's deportation pending a decision on the request for review and pending a decision of the European Commission of Human Rights . He claimed to be stateless and submitted that the refusal to allow him to stay in the Netherlands was in breach of An . 3 of the Convention . As regards the procedure before the European Commission of Human Rights, he submitted that his deportation would hinder the effective exercise of his right of individual petition, in view of the difficulties he would encounter in contacting his lawyer, if deponed . He also referred to the contents of the letter of 2 August 1983 of the Belgian Consul according to whom his stay in Belgium would be unlawful . On 29 August 1983 the President of the Regional Court in Rotterdam rejected the request for an injunction . The Regional Court was of the opinion that the applicant could not be regarded as a stateless person within the meaning of Art . I of the New York Treaty of 1954 on stateless persons . It noted in this respect that the applicant had in the course of the years coastantly lied about his identity and that it was the applicant's own conduct which made it impossible to establish his nationality . The Regional Court further observed that the request for review and his application to the European Commission of Human Rights were both unlikely to be successful referring, as regards the latter proceedings, to the fact that the Commission had considered that the present case was not fit for an interim measure in accordance with Rule 36 of the Rules of Procedure . Moreover, in the light of the Commission's case-law on Art . 3 the prospects of success of the application were not very high, in particular having regard to the applicant's lack of cooperation in the determination of his nationality . The complaints based on Art . 5 were doomed to fail on the same grounds . The Regional Court considered that the expected difficulties in contacting his lawyer once removed from the Netherlands did not justify the issue of a residence permit and in any event did not prevent the applicant from availing himself of his right of individual petition . The Regional Court further held that the applicant could not derive any subjective right from the bilateral agreement between the Netherlands and Belgium on the transfer and taking back of aliens . Here again the Regional Court added that it was in the applicant's own hands to put an end to this situation of travelling back and forth by being cooperative in the detertnination of his nationality . The applicant appealed from this decision to the Court of Appeal of The Hague . The Court of Appeal of The Hague dismissed on 30 August 1983 an appeal introduced by the applicant against the decision of 5 August 1983 by the Regional Cour t
- 148 -
of Rotterdam refusing to put an end to his detention pending deportation . This decision was notified to the applicant on 19 September 1983 and on 26 September 1983 the applicant introduced a plea of nullity against this decision before the Supreme Court . On 31 August 1983 the applicant was again removed from the Netherlands . The applicant returned the same day . On 3 November 1983 the Deputy Secretary of State for Justice rejected the applicant's request for review of his decision . The applicant has appealed against this decision to the Council of State . The applicant is at present living in hiding in Amsterdam .
COMPLAINTS The applicant considers that the refusal by the Netherlands authorities lo allow him to stay in the Netherlands constitutes a breach of An . 3 of the Convention . He funher considers that the fact that the Dutch authorities have deported him 7 times to Belgium and will continue to do so in the future, knowing that he has no right of entry or stay in Belgium, also constitutes a breach of Art . 3 . He is further of the opinion that his detention in the police headquarters which lasted from 17 December 1982 to 12 April 1983 is unlawful in the light of An . 5(I) (f) of the Convention since it could not be considered as a detention with a view to deponation to Belgium, his admittance to that country not being guaranteed, and moreover, the requisite speed for deporting the applicant not having been pursued . He declares that he wishes to obtain the right to stay in the Netherlands or in any other country willing to receive him .
THE LA W 1 . The applicant complains about the refusal of the Netherlands authorities to allow him to stay in the Netherlands in spite of the fact that he has no identity papers and about the resultant repeated deportation to a country which is not willing to admit him either . The Commission first observes that under Art . 26 of the Convention the Commission may only deal with a matter after all domestic remedies have been exhausted according to the generally recognised rules of international law . In the present case the respondent Government suggest that the applicant has failed to exhaust his remedies, since an appeal against the decision of the Deputy Secretary of State for Justice is still pending before the Council of State (Judicial Section) . - 149 -
However, the Commission notes that the institution of such proceedings do not suspend the execution of the administrative decision and therefore the decision to deponthe applicant remains within the discretion of the authorities . Consequently this remedy is not effective within the meaning of Art . 26 of the Convention and need not be exhausted (cf . also Application No . 7465/76, D .R . 7, p . 153) . It follows that this complaint cannot be declared inadmissible for nonexhaustion of domestic remedies . The Commission recalls that according to its constant case-law, no right of a n alien either to reside in a particular country, nor a right not to be expelled from the particular country is, as such- guaranteed by the Convention (cf . e .g . Application No . 7729/76, Agee v . the United Kingdom, D .R . 7, pp . 164, 176) . However it has considered in the past that the repeated expulsion of an individual whose identity it was impossible to establish to a country where his admission is not guaranteed, may raise an issue under An . 3 of the Convention, which forbids inhuman or degrading treatment (cf . Application No . 7612/76, Giama v . Belgium, D .R . 21, p . 73) . The circumstances of the present application are to some extent analogous to the facts at the basis of the above cited decision . They differ, however, on one essential point . The efforts undertaken by the Netherlands' authorities to establish his identity and to obtain for him identity papers have failed due to the un-cooperative attitude of the applicant who has presented himself under seven different identities and nationalities in the Netherlands . The applicant has further failed to show that he undertook any serious efforts to be confronted with those authorities who could have been in a position to establish his identity . Furthermore, the applicant having repeatedly stated that he had French nationality, a deportation to France as intended by the Netherlands Government did not seem unreasonable . In these circumstances, the Cornmission considers that it is in the applicant's own hands to put an end to the situation he complains of and that it cannot be ascribed to the Netherlands' authorities . It follows that the application in this respect must be rejected as being manifestly ill-founded within the meaning of Art . 27 para . 2 of the Convention . 2 . The applicant has also complained of his detention with a view to his deportation from the Netherlands which lasted from 17 December 1982 to 12 April 1983 . In their submissions on the admissibility the Govermnent suggest . here again , that the applicant has failed to exhaust domestic remedies in accordance with the general principles of international law, since a plea of nullity against the decision o f
- 150 -
the Court of Appeal of The Hague dated 14 April 1983 confirming the detention order issued by the Regional Court of Rotterdam of 15 March 1983 is still pending before the Supreme Court . The Commission notes that after the submission of the Government, the Supreme Court has rejected the applicant's plea, namely on 24 August 1983 . Consequently, the applicant has exhausted the domestic remedies available to him under Netherlands' law . Article 5(1) of the Convention provides that "Everyone has the right to liberty and security of person . No one shall be deprived of his liberty save in the following cases and in accordance with a procedure prescribed by law ." Among these cases is the lawful arrest or detention of a person against whom action is being taken with a view to deportation (sub-para .(f)) . In the present application the legal provision on which the applicant's artest was based is Art . 26, para . (1) (a) of the Aliens Act, which allows for artest of aliens against whom a deportation order has been made . The Netherlands' law does not restrict the duration of detention of this kind . The Commission confirms its view (cf. Application No . 7917/75, Lynas v . Switzerland, D .R . 6, p . 141) that only the existence of extradition proceedings or, as in this application, deportation proceedings, justifies deprivation of liberty under Art . 5(1) (f) . This means that a person to be deported can only be detained for the purpose of securing his deportation . The Commission also confirtns that it might have to consider whether the detention ceases to be justifiable under Art . 5(I) (f) if the proceedings are not conducted with the requisite diligence . In the present case the detention lasted approximately four months . However, as has been pointed out above, the Netherlands' authorities have during that time made considerable efforts to establish the applicant's nationality and true identity, which failed due to the applicant's un-cooperative attitude . Having found no appearance of any lack of diligence on the part of the authorities in handling the applicant's case, the Commission considers that the continuation of the detention to which no reasonable alternative was available, was justified in the circumstances of the present case . 1t follows that this complaint is also manifestly ill-founded within the meaning of Art . 27 (2) of the Convention . For these reasons, the Commissio n DECLARES THE APPLICATION INADMISSIBLE .
- 151 -
(TR9DUCTION) EN FAIT Le requérant déclare qu'il est né le 9 janvier 1962, à Lagos, au Nigéria, de ents guinéens aujourd'hui tous deux décédés . 11 se dit apat ride . II vit aujourd'hui p ar caché aux Pays-Bas . Pour la procédure devant la Commission, il est représenté p ar Me Venema, avocat à Ro tt erdam . Le requérant a été arrêté sous une fausse identité française, le 19 août 1979, à Amsterdam, pour séjour illégal dans le pays . i1 a été expulsé des Pays-Bas le 24 aoGt 1979 . Le 28 février 1980, il était de nouveau arrété à Amsterdam . Il allégua, cette fois, étre né à Porto Rico et étre de nationalité amé ri caine . Ces renseignements s'étant révélés également faux, il a été expulsé des Pays-Bas le 10 av ri l 1980 . Une troisième arrestation eut lieu à Amsterdam, le 14 av ri l 1980 . Cett e fois, il déclara être né à New York en 1957 et étre citoyen américain . Cene déclaration s'étant aussi révélée fausse, il a de nouveau été expulsé des Pays-Bas . Le 12 février 1981, il était arrêté pour la quatrième fois à Amsterdam, cette fois sous une fausse identité de citoyen français . Il a été derechef expulsé . Le 11 av ril 1981, il était de nouveau arrêté à Amsterdam pour tentative d'utilisation de chèques contrefaits . Au moment de l'arrestation, il déclara être citoyen du Ghana . Il a é té expulsé des Pays-Bas le 6 mai 1981 . Le 18 septembre 1982, il était de nouveau arrêté à Ro tt erdam, après une tentative avo rtée d'encaisser de faux chèques, sous la fausse identité de sujet britannique . Le 28 novembre de la même année, il était déclaré coupable p ar le tribunal de police de Rotterdam et condamné à trois mois d'emprisonnement . A l'expiration de sa peine, le 17 décembre 1982, il fut placé en détention, à Ro tt erdam, en vue de son expulsion, un ordre à cet effet ayant été signé le jour même . Entre-temps, les auto rités néerlandaises s'étaient efforcées d'établir la véritable identité du requérant . Celui-ci, qui avait d'abord déclaré étre arrivé à Ro tterdam comme passager clandestin à bord d'un navire nigé rien venant de Lagos en 1979, prétendit p ar la suite être arrivé dans ces conditions en septembre 1982 . En décembre 1982, l'Ambassade du Nigéria indiqua à la police néerlandaise que la rue dans laquelle le requérant prétendait avoir vécu à Lagos n'existait pas . Par la suite, le requérant décl ara qu'il avait menti au sujet de son identité et qu'il n'était pas nigérien .
- 152 -
A deux occasions le requérant fit une demande de mise en liberté . Le tribunal régional de Rotterdam rejeta ces demandes le 21 janvier 1983 et le 15 mars 1983 . Sur recours du requérant, la cour d'appel de La Haye confirrna les deux décisions, le 2 février 1983 et le 14 avril 1983 . Deuxjours avant cette dernière décision, c'est-à-dire le 12 avril 1983, le requérant avait de nouveau été expulsé des Pays-Bas . Le pourvoi en cassation présenté par le requérant le 19 mai 1983 contre l'arrêt de la cour d'appel du 14 avril précédent a été rejeté comme tardif par la Cour suprême le 24 aoùt 1983 . Le 8 juin 1983, le requérant était de nouveau arrêté à Ronerdam pour séjour illégal, et expulsé des Pays-Bas le 10 du même mois . B revint ce même jour . Le 8 juillet 1983, le requérant fit, par l'interrnédiaire de son avocat, une demande écrite de permis de séjour en qualité d'apatride . Invité à se présenter en personne au siège de la police de Rotterdam, il s'y rendit et remplit les formules nécessaires le 21 juillet . Le 29 juillet, jour pour lequel il avait été reconvoqué, il apprit que sa demande avait été rejetée par la police locale le 22 juillet 1983 . Les autorités avaient estimé qu'en raison de son anitude passive et non coopérative dans la détermination de son identité, il ne pouvait être tenu pour apatride au sens du Traité de New York de 1954 . On ne trouva pas d'autre raison de caractère humanitaire pour lui accorder un droit de séjour aux Pays-Bas . Une ordonnance d'expulsion fut signée le même jour, et le requérant fut incarcéré . Le 29 juillet également, l'avocat du requérant demanda au consulat de Belgique à Rotterdam si, en vertu de la loi be lge, le requérant pourrait ètre autorisé à séjoumer en Belgique . Par lettre datée du 2 août 1983, le consulat de Belgique à Rotterdam répondit à l'avocat que, d'après les renseignements foumis, il apparaissait que le requérant ne remplissait pas les conditions pour être admis en territoire be lge . Une demande de mise en liberté adressée par le requérant le 29 juillet au tribunal régional de Rotterdam fut rejetée le 5 août 1983 . Le 8 août 1983, le requérant demandait au ministre de la Justice de revoir la décision du 22 juillet 1983 . Cette dernière demande n'ayant pas d'effet suspensif, le requérant demanda le 10 ao0t 1983 au tribunal régional de Rotterdam de rendre une ordonnance interdisant à l'Etat néerlandais de procéder à son expulsion avant qu'une décision n'ait été prise sur sa demande en révision et avant une décision de la Commission européenne des Droits de l'Homme . II se prétendait apatride et observait que le refus de lui perrnettre de rester aux Pays-Bas constituait une violation de l'article 3 de la Convention . Pour ce qui est de la procédure devant la Commission européenne des Droits de l'Homme ,
- 153 -
il affirmait que son expulsion entraverait l'exercice effectif de son droit de requête individuelle en raison des difficultés qu'il éprouverait alors à se tenir en contact avec son avocat . Il évoquait également le contenu de la lettre du 2 août 1983 du consul de Belgique, selon lequel son séjour en Belgique serait illégal . Le 29 août 1983, le président du tribunal régional de Rotterdam rejetait la demande d'ordonnance . Le tribunal régional était d'avis que le requérant ne pouvait @tre tenu pour apatride au sens de l'article I° 1 du Traité de New York de 1954 sur les apatrides . Il notait à ce sujet que le requérant avait menti depuis des années quant à son identité et que c'était sa propre conduite qui avait rendu impossible d'établir sa nationalité .
Le tri bunal régional obse rvait en outre que la demande en révision et la requête à la Comrnsision européenne des Droits de l'Homme ne semblaient guère avoir de chances de succès, en obse rv ant, au sujet de cette demière procédure . que la Commission avait considéré que l'affaire ne justi fi ait pas de mesure provisoire en vertu de l'anicle 36 de son Règlement inté ri eur . D'autre part, compte tenu de la ju ri sprudence de la Commission à propos de l'a rticle 3, les perspectives de succès de la requète n'étaient pas très grandes, si l'on considérait en pa rt iculier le manque de coopération du requérant dans la détermination de sa nationalité . Les plaintes fondées sur l'article 5 étaient condamnées à échouer pour les mêmes raisons . Le t ri bunal régional estima que les difficultés é ventuelles pour prendre contact avec son avocat après son expulsion des Pays-Bas ne justifiaient pas la délivrance d'un permis de résidence et, en tout cas, n'empêchaient pas le requérant de se prévaloir de son droit de requète individuelle . Le même tribunal estima en outre que le requérant ne pouvait se prévaloir d'aucun droit subjectif en se fondant sur l'accord bilatéral entre Pays-Bas et Belgique sur le transfert et le retour des é trangers . Ici encore le tribunal régional ajoutait qu'il appa rtenait au requérant lui-même de me tt re fin à cette situation de navette perpétuelle en se montrant coopératif pour la détermination de sa nationalité . Le requérant interjeta appel de cette décision auprès de la cour d'appel de La Haye . Celle-ci rejeta le 30 août 1983 l'appel interjeté par le requérant contre la décision du 5 août du t ribunal régional de Rotterdam, qui refusait de me tt re fin à la détention en vue d'expulsion . Cette décision a été notifiée au requérant le 19 septembre 1983 et, le 26 du même mois- ce dernier présenta un pou rv oi en cassation contre la décision, auprès de la Cour suprême . Le 31 août 1983, le requérant é tait de nouveau expulsé des Pays-Bas, où il revint le jour même .
- 154-
Le 3 novembre, le ministre adjoint de la Justice rejeta la demande du requérant en révision de sa décision . Le requérant recourut contre cette décision auprès du Conseil d'Etat . 11 vit actuellement caché à Amstersdam .
GRIEF S Le requérant estime que le refus des autorités néerlandaises de lui permettre de rester aux Pays-Bas constitue une violation de l'article 3 de la Convention . Il prétend que le fait que les autorités néerlandaises l'ont expulsé sept fois vers la Belgique et qu'elles continueront de le faire en sachant qu'il n'a pas de droit d'entrée ni de séjour dans ce pays, constitue également une violation de l'article 3 . B est d'avis, d'autre part, que sa détention au commissariat de police, qui a duré du 17 décembre 1982 au 12 avril 1983, était illégale selon l'article 5 par . 1 f) de la Convention, cette détention ne pouvant être considérée comme celle d'une personne contre laquelle une procédure d'expulsion vers la Belgique est en cours, puisque son admission dans ce pays n'est pas garantie, et qu'au surplus l'expulsion n'a pas été menée avec la diligence voulue . Il déclare désirer obtenir le droit de rester aux Pays-Bas ou dans tout autre pays qui consentirait à le recevoir . ............... EN DROI T 1 . Le requérant se plaint du refus des autorités néerlandaises de l'autoriser à séjoumer aux Pays-Bas en dépit du fait qu'il ne possède aucun papier d'identité, ainsi que des expulsions répétées qui s'ensuivent vers un pays qui ne consent pas non plus à l'accueillir . La Commission observe d'abord qu'en vertu de l'article 26 de la Convention elle ne peut ètre saisie qu'après épuisement des voies de recours internes, selon les principes de droit intemational généralement reconnus . En l'espéce, le Gouvemement défendeur laisse entendre que le requérant n'a pas épuisé tous les recours car un recours contre la décision du ministre adjoint de la Justice est toujours pendant devant le Conseil d'Etat (section du contentieux) . La Commission note cependant que l'introduction d'une telle procédure ne suspend pas l'exécution de la décision administrative et que par conséquent la décision d'expulser le requérant demeure à la discrétion des autorités . - 155 -
En conséquençe, ce recours n'est pas efficace, au sens de l'article 26 de la Convention, et n'a donc pas à être exercé (cf . également requète No 7465/76, D.R . 7 p. 153 ) Il s'ensuit que ce grief ne peut être déclaré irrecevable pour non-épuisement des voies de recours internes . La Commission rappelle que, selon sa jurispmdence constante, la Convention ne garantit pas à un étranger le droit, en tant que tel, soit de résider dans un pays déterminé, soit de ne pas être expulsé de ce pays (cf . par exemple, requ@te No 7729/76, Agee c/Royaume-Uni, D .R . 7 pp . 164, 176) . Elle a cependant déjà eu I'occasion de considérer que l'expulsion répétée d'un individu dont l'identité ne pouvait étre établie, vers un pays dans lequel son admission n'est pas garantie, peut soulever un problème sur le terrain de l'article 3 de la Convention, qui interdit les traitements inhumains ou dégradants (cf . requête No 7612/76, Giama c/Belgique, D .R . 21 p . 73) . Les circonstances de la présente requête sont dans une certaine mesure analogues aux faits qui ont fondé la décision précitée . Elles en different cependant sur un point essentiel . Les efforts entrepris par les autorités néerlandaises pour établir l'identité de l'intéressé et lui obtenir des papiers d'identité ont échoué en raison de l'attitude non coopérative du requérant, qui s'est présenté, aux Pays-Bas sous sept identités ou nationalités différentes . Le requérant, d'autre part, n'a pas montré qu'il avait déployé des efforts sérieux pour être confronté aux autorités qui auraient pu établir son identité . En outre, le requérant ayant indiqué à plusieurs reprises qu'il était de nationalité française, une expulsion vers la France, comme le Gouvemement néerlandais en avait l'intention, ne semblait pas déraisonnable . Dans ces conditions, la Commission estime qu'il appartient au requérant luimème de me tt re fin à la situation dont il se plaint, et que celle-ci ne peut ètre imputée aux autorités des Pays-Bas . Il s'ensuit que la requète doit, sous cet aspect, étre rejetée comme manifestement mal fondée, au sens de l'article 27 par . 2 de la Convention .
2 . Le requérant s'est également plaint de sa détention en vue de son expulsion des Pays-Bas, qui a duré du 17 décembre 1982 au 12 avril 1983 . Dans ses observations sur la recevabilité, le Gouvernement suggére, ici encore, que le requérant n'a pas épuisé les recours intemes conformément aux principes généraux du droit intemational car un pourvoi en cassation contre la décision de la cour d'appel de La Haye en date du 14 avril 1983 confirmant l'ordonnance de détention émise par le tribunal régional de Rotterdam le 15 mars 1983, est toujours pendante devant la Cour suprême . - 156 -
La Commission note qu'après la présentation des observations du Gouvernement, la Cour suprême a rejeté le pourvoi du requérant le 24 août 19 83, Le requÉrant a donc épuisé les recours internes qui lui étaient ouverts en droit néerlandais . L'article 5 par . 1 de la Convention stipule :• Toute personne a droit à la liberté et à la stlreté . Nul ne peut être privé de liberté, sauf dans les cas suivants et selon les voies légales . • Parroi ces cas sont mentionnées l'arrestation ou la détention régulières d'une personne contre laquelle une procédure d'expulsion est en cours (litt . f)) . En l'espèce, la disposition légale sur laquelle se fondait l'arrestation du requérant est l'article 26 paragraphe I(a) de la Loi sur les étrangers, qui permet l'arrestation des étrangers contre lesquels a été émis un ordre d'expulsion . La loi néerlandaise ne limite pas la durée d'une détention pour ce motif . La Commission conftrme son opinion (cf. requéte No 7917/75, Lynas c/Suisse, D .R . 6 p . 141) selon laquelle seule l'existence d'une procédure d'extradition ou, comme dans le cas présent, d'expulsion, justi fie la privation de libe rt é en ve rt u de l'article 5 par . 1 f) . Cela signifie qu'une personne à expulser ne peut être détenue qu'aux fins d'assurer cette expulsion . La Commission conftrme é galement qu'elle peut avoir à apprécier si la détention cesse d'étre justifiée en ve rtu de l'article 5 par . I f) lorsque la procédure n'est pas menée avec la diligence voulue . Dans le cas présent, la détention a duré quelque quatre mois . Cependant, comme il vient d'être souligné, les auto ri tés néerlandaises ont déployé, pendant ce temps, des efforts considérables pour établir la nationalité et la véritable identité du requérant, efforts qui ont échoué en raison de l'a ttitude de noncoopération du requérant . N'ayant constaté aucune apparence d'un défaut de diligence de la part des autorités dans le traitement du cas du requérant, la Commission considère que le maintien en détention, auquel il n'existait pas de solution de rechange raisonnable, était justifié dans les circonstances de la présente affaire . Il s'ensuit que ce grief est lui aussi manifestement mal fondé, au sens de l'anicle 27 par . 2 de la Convention . Par ces motifs, la Commissio n DÉCLARE LA REQUETE IRRECEVABLE .
- 157 -

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 14/05/1984

Fonds documentaire ?: HUDOC

Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.