Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ R. c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; Partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10496/83
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1984-05-14;10496.83 ?

Analyses :

(Art. 34) VICTIME, (Art. 5-3) JUGE OU AUTRE MAGISTRAT EXERCANT DES FONCTIONS JUDICIAIRES, (Art. 5-4) INTRODUIRE UN RECOURS, (Art. 5-4) ORDONNER LA LIBERATION


Parties :

Demandeurs : R.
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE No 10496/8 3 R . v/the UNITED KINGDO M R . c/ROYAUME-UN I DECISION of 14 May 1984 on the admissibility of the application DÉCISION du 14 mai 1984 sur la recevabilité de la requét e
Article 8 of the Convention : Local authority given custody of children removed from their parents . As to respect for family life, questions of : a) whether the authority's decisions ro place the children with foster parents and to limit the parents' access to them are justifiable ; b) to what estent the parents should be involved in such decisions ; c) the legal provisions enabling the exercise of the local authority's powers to be reviewed. (Cômplaint declared admissible) .
Article 13 of the Convention : 7his provision guarantees an effective remedy but not a successful outcome. !f the guarantees ofArticles 1 3 and 6, paragraph I apply concurrently, the latter take precedence over the fonner. Article 8 de la Convention : Autorité administrative investie de la tutelle d'enfants enlevés à leurs parents . Quant au respect de la vie familiale, questions de savoir : a) si les décisions de ceue autoritL quant au placemenr des enfants et à l'accés des parenrs à ceux-ci sont justifiables ; b) dans quelle mesure les parents doivent étre associés à de telles décisions ; c) quelles dispositions légales permettent de contrôler l'e .rercice des pouvoirs de l'autorité administrative .
(Grief déclaré recevable) . - 189 -
Article 13 de la Convention : Cett e disposition garantit une voie de recours mais non son r(su[tatfavorable . Si les garanties de l'anicle 6 par. 1 s'appliquent concurremment, elles !'emponent sur celles de l'arric(e 13.
(français : voir p . /97)
THE FACTS
The facts as they have been submitted on behalf of the applicant, by Messrs Darlington & Parkinson, solicitors of Acton, London W3, may be summarised as follows : The applicant was born in December 1959 and in about October 1978 met a Mr B . with whom she started living . She became pregnant and her son, A, was born on 29 August 1979, shortly after Mr B's release from prison . Two days after the applicant's discharge from hospital after the birth of A, Mr B assaulted her severely in the course of a trivial argument, blackening both her eyes and breaking one rib . Subsequently, when the applicant and Mr B were visiting A in hospital, when an operation had become necessary for a twisted intestine, Mr B again assaulted the applicant, and ahhough the applicant was not aware of it at the time, this incident resulted in A being put on the "risk register" by the local authority . The applicant was visited by a social worker after this incident but had no regular social work contact . In January 1980, after a period of accommodation in hostels, the applicant and Mr B . obtained the tenancy of a flat but difficulties arose as a result of Mr B's drinking . the fact that he constantly assaulted the applicant and did not pay the rent . The applicant acknowledges that at this time she was managing to look after A, but unable to give him enough love and attention . In March 1980, the applicant discovered she was pregnant again and was visited by a social worker from the Social Services Department of the London Borough of Ealing, when she was informed that A was on the risk register because of the incident that had occurred in October 1979 during the hospital visit . The Social Services assisted the applicant to obtain some simple furnishings for her flat and on one occasion when she confided in the social worker about Mr B's treatment of her, the social worker warned Mr B to "buck his ideas up" or A would be taken away . In mid-1980, when the applicant was six months pregnant Mr B sought treatment for his drinking but when on weekend leave he relapsed into drinking and assaulted the applicant again . Mr B then insisted that he and the applicant and A visit his family in Cardiff and when they remrned to London the applicant discovered that Mr B had permiued squatters to enter the flat and sold them the key . The applicant was advised to put A into voluntary care under Section I of the Children Act 1948 (now Section 2 of the Child Care Act 1980) for a few days until the question of recovering th e
- 190-
flat could be resolved, and A was placed with short-term foster parents employed by the London Borough of Ealing's Social Services Department . The applicant was advised to leave A in voluntary care until after her confinement, which she did . The applicant's second child J was bom on 9 October 1980, by which time Mr B had been arrested for various offences and given a suspended sentence . He visited the applicant in hospital but was constantly dmnk . The applicant was discharged from hospital on 19 October 1980 and A was returned home in November 1980, but the situation with Mr B did not improve . In Febrvary 1981 the applicant was rushed to hospital with suspected thrombosis and Mr B and she decided that since Mr B was incapable of looking after the children, they should be placed in voluntary care . Whilst in hospital the applicant decided to leave Mr B and arranged with a social worker to go to a women's aid refuge where she stayed for six weeks and where both her children joined her after five weeks . The applicant applied to the Brentford County Court for an injunction excluding Mr B from the flat, which proceedings came for hearing on I April 198 1 . The applicant therefore arranged informaBy with the short-term foster parents, with whom the children had been placed before, that they would look after them on the day of the hearing . This arrangement was based on the good relations which existed between the applicant and the short-term foster parents and did not involve the local authorities . In the court the applicant met Mr B and they agreed to try and make a go of their relationship . The applicant spoke to the foster parents to ask them to look after the children for a further night so that she could establish whether the reconciliation with Mr B would be effective . The applicant was told to contact a senior social worker, who informed her that if she intended to resume her relationship with Mr B she could not have her children retumed to her . The applicant was persuaded to leave the children with the short-term foster parents until 3 April 1981 on the basis that the local authority would take no further action in the matter . Nevenheless the applicant was informed that the local authority passed a resolution assuming parental rights over the children on 3 April 1981 . The local authority have maintained in all subsequent proceedings that the resolution was passed on 3 April 1981 . However, as appears from the local ombudsman's investigation of the case, the resolution was in fact passed on 7 April 1981 . This resolution was passed pursuant to Section 2 Children Act 1948 (now Section 3 Child Care Act 1980) assuming parental rights and duties in respect of the two children A and J . This Section perroits the local authority to pass a resolution assuming parental rights and duties in respect of any child who is in the voluntary care of the local authority, pursuant to Section 2 of the Child Care Act 1980 . However, at the time of the Section 2 resolution, the applicant contends that the children were not in the voluntary care of the local authority, although they were de facto placed with the foster parents, who had looked after them when they had been in voluntary care .
- 191 -
Local authorities are empowered to delegate to a social services comminee of the local authority the power to pass resolutions assuming parental rights . The applicant contends that the London Borough of Ealing purported to delegate the power of passing such resolutions to the Director of Social Services for the Borough, rather than to a committee, which delegation is, in her view, in breach of Arts . 5, 6 and 8 of the Convention and the rules of natural justice, since it ignores the basic rule audi alteram partem and neither the child nor the parents have any right to be heard . At a subsequent hearing before the Juvenile Court, the local authority contended that the foster parents had signed fortns on receipt of A and J, stating that they were receiving Ihem into voluntary care . The applicant contends that the signature of any such forms was made without her authority . On 15 April 1981 the applicant gave notice of her opposition to the passing of the parental rights resolution with the result that the question of its appropriateness was referred by the local authority to the Juvenile Court for decision . The children remained subject to the resolution pending the hearing and various hearing dates were set before the Juvenile Court, but had to be vacated Ihrough no fault of hers . The applicant continued to visit A and J regularly approximately once each week and was informed by the responsible social worker that if Mr B got a job and their flat was improved, she would not oppose A and J returning home . On 4 August 1981 the applicant was offered increased access of two visits per week . Mr B and the applicant started voluntary work at the Central Middlesex Hospital in West London but on 10 August 1981 Mr B got drunk and broke into the hospital safe . The applicant, to her subsequent regret, went to Cardiff with Mr B and spent the proceeds there . They were arrested and charged . On 14 September 1981 the applicant appeared in court and was sentenced to six months' imprisonment . Her appeal on 9 October 1981 before the Acton Crown Court was successful and she was given two years' probation and released . However, the adjourned hearing for the applicant's challenge to the parental rights resolution which had still not been heard was set for 29 September 1981 before the Acton Juvenile Court and the applicant was advised by her then solicitors that ,bearingmdIhtswaenipro,shculdteaiyonsh hearing, but should be able to retain contact with her children . On the applicant's release from prison on 9 October 1981 she asked to see her children but was told she could not, firstly because she had been in prison and secondly because of her relationship with Mr B . She was also told of the proposed placing of the children for adoption in the very near future . The applicant has not seen the children since 13 September 1981 . As the applicant was later to discover in the course of subsequent proceedings, the local authority had decided as early as 25 August 1981 at a meeting of the Social Services Department that if the applicant withdrew her objection to the parental rights resolution or should fail in challenging that resolution before the Juvenil e
- 192 -
Court, her access to her children would be stopped and the children would be placed for adoption . The withdrawal of her objection to the resolution therefore, made on the advice of her then solicitors, owing to her temporary imprisonment and on the basis of her being able to continue access to the children, had proceeded on a fundamentally incorrect assumption, and in the absence of any notification by the local authority of their decision . The applicant then sought further legal advice and was advised to apply to th e Juvenile Court to discharge the parental rights resolution pursuant to Section 5 of the Child Care Act 1980 . She was only able to submit that this would be in the children's best interests, rather than being able to maintain that she had opposed the parental rights resolution throughout . The applicant's complaint for a discharge of this resolution was made on 8 December 1981, but due to court delays was not heard until 5 and 6 April 1982 by the Acton Juvenile Court . In the meantime, A and J had been placed with long-term foster parents by December 1981, having been introduced to them in November 1981 . The Juvenile Court held by a majority that the parental rights resolution should stand . The applicant appealed against this decision to the Divisional Court of the High Court, which heard the case on 15, 16 and 17 November 1982 . The Divisional Court did not wholly approve the grounds of the decision of the Acton Juvenile Court, but nevertheless dismissed the appeal on the grounds that the removal of the children from their foster parents would cause disruption and that the applicant's link with the children had effectively been severed . The Divisioual Court expressly observed that it had no power to regulate access, which the local authority had indicated that it did not intend to permit to resume, since it was their firm intention that the children be adopted . After taking further advice, in January 1983 the applicant applied to make the children wards of court in the High Court in order to raise the issue of her access to them . On 25 February 1983 the High Court declined to exercise its discretion to continue the wardship of the children, on the principles set out by the House of Lords in A against Liverpool City Council . The applicant has been advised that there are no grounds for appeal against this decision and that there are no further remedies available to her for the resumption of access to her children . She specifically states that there is no forum in which she can apply for access to her children to be reinstituted and regulated so as to commence re-introduction of them to her, since the children remain in the care of the London Borough of Ealing pursuant to the parenta] rights resolution, and the question of access to them is in the local authority's discretion . On 27 May 1983 an adoption application was made by the present foster parents of A and J . The applicant was granted legal aid to obtain counsel's opinion on the merits of her opposition to the adoption proceedings . She has requested the application of Rule 36 of the Contmission's Rules of Procedure to stay the adoptio n
- 193 -
proceedings in the Staines County Coun, since these proceedings might, if adoption was finally ordered by the competent court, "freeze" Lhe applicant's children's legal status . The applicant specifically states that the adoption proceedings are not the subject matter of the present application . By letter of 28 September 1983 the applicant's representative submitted supplementary letters of authority signed by the applicant and submitted on behalf of her two children, with the request that they be considered joint applicants .
COMPLAINTS The applicant complains, first, that the placing of A on Lhe risk register without her being informed, the subsequent passing of the parental rights resolution in respect of A and J and the refusal of her access to A and J since 13 September 1981 constitute violations of Arts . 5 . 6, and 8 of the Convention and that the failure of the local authority to inform her of their contingency decision of 25 August 1981 to terminate her access, and its subsequent refusal to permit her any access to her children are equally in violation of Arts . 6 and 8 . Finally, she contends that there is no forum whereby she may seek to challenge the decision of the local authority refusing her access to her children, and in this respect, invokes Arts . 6 and 8 of the Convention
)
.THELAW(xtrac
3 . The applicant (also) complains that she was not informed of the local authority's contingent decision toterntinate her access to her children• or of the tintes of case conferences held by the local authority to consider their welfare nor able to attend these conferences and she was also unable to challenge the decision of the local authority to refuse her access to her children with a view to their returning to her care and custody . In this respect theapplicant invokes Article 8 . The respondent Government contend that the applicant's parental rights were vested in the local authority by virtue of Lhe parental rights resolutions passed by the local aitthority . They subntit that the applicant's right of access to her children èannot be seen as having a separate continuing existence from that bundle of rights which was transferred to the local authority . Amongst the duties transferred to the local authority was that of deciding who could properly have access to the applicant's children . • Article 8 of the Convention provides as follows : "1 . Everyone has the right to Fespect for his private and family life, his home and his correspondence .
- 194 -
2 . There shall be no interference by a public authority with the exercise of this right except such as is in accordance with the law and is necessa ry in a democratic society in the interests of national security, public safety or the economic well-being of Lhe country, for the prevention of disorder or crime, for the protection of health or morals, or for the protection of the ri ghts and freedoms of others . " The question of Lhe existence or non-existence of "family life" is essentially a question of fact depending upon the real existence in practice of close personal ties and, according to the established case law of the Commission and the Court, "respect" for family life in this sense implies : "An obligation for the State to act in a manner calculated to allow these ties to develop normally" (Marckx case, judgment of the Court . Series A, volume 31, para 45) . This obligation is not limited to compelling a state to abstain from interference with family life, but, as Lhe Court recognised in the same judgment (para 31), this provision may require the existence in domestic law of legal safeguards that render family life possible . The primacy of a natural parent's relationship with his or her child as family life is clearly implicit in Lhe terms of Articles 8 and 12 of the Convention and Article 2 First Protocol, but the Commission has equally recognised that in proceedings relating to the welfare of children, the interests of the children themselves may override those of their natural parents . Such a possibility is recognised by Article 8(2) of the Convention, and an interference with family life, and with the primacy of a natural parent's relationship with his or her child, may bejustifiable under Article 8 (2) in the interests of the child's health . However, in this case the Commission is called upon first to examine Lhe question whether the provisions of domestic law, which are referred to in Article 8(2), do in themselves show "respect" for family life . As the Court recognised in the Marckx judgment (supra, para 31), the State has a choice of various means by which domestic law may provide legal safeguards which ensure respect for central aspects of family life, but a law which fails to satisfy this requirement violates Article 8(1) without there being any call to examine it under Article 8 (2) . Under English law the local authority which had assumed parental rights over the applicant's children had to take their interests as its first consideration, an approach which necessarily left a considerable discretion to the local authority as to how this principle should be applied . This discretion included questions which were crucial for Lhe children's future and for the applicant's relationship with them, such as the question of whether and in what circumstances to allow the applicant continued access to them, and whether they should be placed with foster families on an interim or a long term basis . The discretionary area also included Lhe question of how fully and when the applicant should be informed that such options were being discussed, and of her participation in the discussion and knowledge of the decisions taken .
- 195 -
The Commission recalls that the Court has held Qudgmem of Silver and others of 25 March 1983, Series A Vol 61 para 90) that the interference with an individual's right guaranteed by the Convention must necessarily be subject to control and that this is especially so where, as in the present case, the law gives the executive wide discretionary powers . In the present case the question arises whether the procedures for the local authority's decisions, which affected the applicant's family life- contained sufficient safeguards, and showed respect for the applicant's family life . The Commission finds that the conformity with Article 8 of the decisionmaking machinery concerning parental contact with the children, and the applicant's opportunity to influence or participate in the decisions in question, raise difficult questions of fact and law, which are of such complexity that their determination should depend upon a full examination of the merits . This part of the application is not therefore manifestly ill-founded and must be declared admissible, no other ground for declaring it inadmissible having been established . 4 . The applicant further complains of the absence of a remedy in domestic law whereby the local authority's decisions relating to her access to her children could be examined by a court . She invokes Article 6 of the Convention . The respondent Government contend that adequate remedies were available to the applicant to attempt to vindicate her claims, in conformity with Articles 6 and 13 of the Convention, and that to the extent that there was any delay in the proceedings, the applicant was responsible for it . According to the established case law of the Commission interpreting Artiçle 13, an applicant who claims that his rights guaranteed by the Convention have been violated, must have an effective remedy before a national authority for that claim . The word "remedy" in this sense does not mean that the applicant's claim must be vindicated and that the applicant must "win" . He must have an opportunity for his claim to be examined by a national authority conforming to the requirements of Article 13, which is able to examine the merirs of his complaint . The Convention provides a fuller procedural guarantee in respect of certain claims (eg civil rights) in Arlicle 6(I) and the Commission has recognised that the procedural guarantees of Article 6(1) take precedence over those of Article 13 where a "civil right" is a tisue,bcahgrnts.ofiAcleamrgousthnefAricl13 The Commission notes that certain remedies were available to the applicant and she attempted them . However there was no specific remedy available to her for the sole question of her access to her children except through the wardship proceedings which were discharged by the High Court because no illegality had been established in the local authority's conduct in respect of the children .
- 196-
The Commission considers that in the circumstances of the case it cannot decide whether the question of the applicant's access to her children involved the "determination of civil rights" within the meaning of Article 6(1) of the Convention and, if so, whether the requirements of that Article were satisfied by the proceedings in question, without a full examination of the law and facts of the case . In addition the question whether the applicant had an "effective remedy" for the interference which she alleges with her right to respect for her family life, as required by Article 13 of the Convention, also raises difficult questions of fact and law which can only be resolved by an examination of the merits . It follows that these complaints cannot be declared manifestly ill-founded and are therefore admissible, no other ground for inadmissibility having been established .
(TRADUGTlON)
EN FAI T Les faits de la cause, tels qu'ils ont été exposés au nom de la requérante par MM . Darlington et Parkinson, solicitors à Acton, Londres W3, peuvent se résumer comme suit : La requérante, née en décembre 1959, a rencontré en octobre 1978 un certain M . B ., avec lequel elle s'est mise en ménage . Puis elle s'est trouvée enceinte, et son fils, A, est né le 29 août 1979, peu après la sonie de prison de M . B . Deux jours après la sortie de la requérante de l'hôpital après la naissance de A, M . B . s'est livré à des violences graves sur la personne de la requérante, au cours d'une discussion banale, lui infligeant deux hématomes aux yeux et lui brisant une côte . Ultérieurement, alors que la requérante et M . B . rendaient visite à A se trouvant à l'hôpital - une occlusion intestinale ayant nécessité une opération - M . B . a une fois de plus usé de violences sur la personne de la requérante, et bien que celleci n'en ait pas été informée à l'époque, cet incident a eu pour conséquence l'inscription de A par l'autorité locale sur le • registre des personnes exposées à des risques • . La requérante a reçu la visite d'un travailleur social après cetincident, mais ce travailleur n'a pas eu de contact régulier avec elle au titre du service social . - 197 -
En janvier 1980, après avoir logé dans divers foyers, la requérante et M . B . sont parvenus à louer un appartement, mais des difficultés ont surgi du fait que M . B . buvait, qu'il battait constamment la requérante et qu'il ne payait pas le loyer . La requérante reconnait qu'à cette époque, elle parvenait à s'occuper de A, mais qu'elle était dans l'impossibilité de lui prodiguer suffisamment d'amour et d'attention . En janvier 1980, après avoir logé dans divers foyers, la requérante et M . B . sont parvenus à louer un appartement, mais des difficultés ont surgi du fait que M . B . buvait, qu'il battait constanunent la requérante et qu'il ne payait pas le loyer . La requérante reconnait qu'à cette époque, elle parvenait à s'occuper de A, mais qu'elle était dans l'impossibilité de lui prodiguer suffisamment d'amour et d'attention . En mars 1980, la requérante s'est trouvée à nouveau enceinte et a reçu la visite d'un travailleur social du département des services sociaux du London Borough d'Ealing, visite au cours de laquelle elle a appris que A était inscrit sur le registre des personnes exposées à des risques, à la suite de l'incident d'octobre 1979, pendant la visite à l'hôpital . Les services sociaux ont aidé la requérante à acquérir quelques meubles simples pour son appartement et, après qu'elle eut confié une fois au travailleur social de quelle manière M . B . la traitait, le travailleur social a enjoint à celui-ci de se ressaisir, faute de quoi A serait éloigné . Au milieu des années 80, lorsque la requérante était enceinte de 6 mois, M . B . a suivi une cure de désintoxication alcoolique ; mais lors d'une permission de fin de semaine, il s'est remis à boire et à frapper à nouveau la requérante, et a alors insisté pour que lui-méme, la requérante et A se rendent dans sa famille (à lui), à Cardiff . De retour à Londres, la requérante s'est aperçue que M . B . avait permis à des - squatters » d'entrer dans l'appartement et qu'il leur avait vendu la clé . Il a été conseillé à la requérante de placer volontairement A, conformément à l'article 1 de la loi de 1948 sur les enfants (qui correspond désormais à l'article 2 de la loi de 1980 sur la protection de l'enfance), pendant les quelquesjours nécessaires pour résoudre la question de la récupération de l'appartement ; A a été placé pour une courte durée chez des parents nourriciers employés par le département des services sociaux du London Borough d'Ealing . Il a été conseillé à la requérante de laisser volontiirement A sous la garde d'un tiers jusqu'après l'accouchement, ce qu'elle fit . Le second enfant de la requérante, J, est né le 9 octobre 1980 ; auparavant, M . B . avait été arrêté pour diverses infractions et s'était vu infliger une peine avec sursis . B a rendu visite à la requérante à l'hôpital, mais était en état d'ivresse permanent . La requérante est sortie de l'h8pital Ie 19 octobre 1980 et A a été ramené à la maison en novembre 1980 ; toutefois, la situation ne s'est pas améliorée en ce qui conceme M . B . En février 1981, la requérante a été hospitalisée d'urgence parce qu'on craignait qu'elle ne souffre d'une thrombose et M . B . ainsi qu'elle-méme ont décidé que vu que M . B . était incapable de s'occuper des enfants, ceux-ci seraient confiés volontairement à la garde de l'autorité locale . Pendant son séjour à l'hôpital, la requérant e
- 198 -
a décidé de quitter M . B . et s'est mise d'accord avec un travailleur social pour aller dans un refuge pour femmes, où elle est restée six semaines, et où ses enfants l'ont rejointe cinq semaines après . La requérante a demandé à la County Court de Brentford de prendre une ordonnance interdisant à M . B . l'accès de l'appartement, demande qui a été examinée le I°r avril 1981 . La requérante a demandé officieusement aux parents nourriciers chez lesquels les enfants avaient été placés auparavant pendant une courte période, de bien vouloir s'occuper de ceux-ci le jour de l'audience . Cet arrangement, fondé sur les bons rapports existant entre la requérante et les parents nourriciers temporaires, est intervenu sans l'intermédiaire de l'autorité locale . . Au tribunal, la requérante a rencontré M . B . et a décidé avec lui d'essayer de reprendre leurs relations . La requérante s'est entretenue avec les parents nourriciers pour leur demander de s'occuper des enfants pendant une nuit supplémentaire, de manière qu'elle puisse voir si la réconciliation avec M . B . serait effective . La requérante déclare qu'on lui a conseillé de prendre contact avec un travailleur social principal, qui l'a infortnée que si elle comptait reprendre ses relations avec M . B ., elle ne pourrait pas récupérer ses enfants . La requérante a été persuadée de laisser ceuxci chez les parents nourriciers temporaires jusqu'au 3 avril 1981, étant entendu que l'autorité locale ne prendrait aucune mesure jusqu'alors . Néanmoins, la requérante a été informée que l'autorité locale avait adopté une résolution assumant les droits parentaux sur les enfants le 3 avril 1981 . L'autorité locale a soutenu, dans toutes les étapes ultérieures de la procédure, que la résolution avait été adoptée le 3 avril 1981 . Toutefois, comme il ressort de l'enquête réalisée par le médiateur local, la résolution a en réalité été adoptée le 7 avril 1981 . Cette résolution a été adoptée conformément à l'anicle 2 de la loi de 1948 sur les enfants (devenue l'article 3 de la loi de 1980 sur la protection des enfants) et l'autorité locale a assumé les droits et obligations parentaux à l'égard des deux enfants A et J . Cet article habilite l'autorité locale à adopter une résolution assumant les droits et obligations parentaux à l'égard d'un enfant placé volontairement sous sa garde conformément à l'article 2 de la loi de 1980 sur la protection des enfants . Toutefois, à l'époque de la résolution adoptée en venu de l'article 2, la requérante soutient que les enfants n'étaient pas confiés volontairement à la garde de l'autorité locale, bien qu'ils aient été placés de facto chez les parents nourriciers qui s'étaient occupés d'eux lorsqu'ils faisaient l'objet d'un placement volontaire . Les autorités locales sont habilitées à déléguer à une commission des services sociaux le pouvoir d'adopter des résolutions assumant les droits parentaux . La requérante soutient que le London Borough d'Ealing envisageait de déléguer le pouvoir d'adopter pareilles résolutions au directeur des services sociaux du Borough (commune), plutôt qu'à un comité, délégation qui, selon elle, contrevient aux articles 5, 6 et 8 de la Convention et aux règles de justice naturelle, vu qu'elle ne tient pas conipte de la règle fondamentale «audi alteram partem . et que ni l'enfant ni les parents n'ont le droit de se faire entendre 199.-
A une audience ultérieure du tribunal pour enfants, l'autorité locale a soutenu qu'en prenant en charge A et J, les parents nourriciers avaient signé des formulaires déclarant que ces enfants leur avaient été confiés volontairement . La requérante prétend que ces formulaires ont été signés sans son autorisation . Le 15 avril 1981, la requérante a signifié son opposition à l'adoption de la résolution sur les droits parentaux, ce qui a amené l'autorité locale à soumettre à la décision au tribunal pour enfants la question de l'opportunité de la résolution . Les enfants sont demeurés soumis à la résolution dans l'attente de l'audience et diverses dates ont été retenues pour une audience devant le tribunal pour enfants, qui ont d ù @tre annulées sans que la requérante y fût pur quelque chose . La requérante a continué de rendre visite réguliérement à A et à] environ une fois par semaine et a été informée par le travailleur social responsable du dossier que si M . B trouvait un emploi et si leur appartement étiit remis en état, il ne s'opposerait pas au retour de A et de J à la maison . Le 4 ao0t 1981, le droit de visite de la requérante a été porté à deux visites par semaine . B et la requérante ont entrepris de travailler bénévolement au Centra l .M Middlesex Hospital dans l'ouest de Londres, mais le 10 août 1981, M . B s'est enivré et a ouvert par effraction le coffre-fort de l'hôpital . La requérante, qui l'a regretté ultérieurement, s'est rendue à Cardiff avec M . B pour y dépenser le produit de ce vol . Bs ont été arrétés et inculpés . Le 14 septembre 1981, la requérante a comparu devant un tribunal et a été condamnée à six mois de prison . L'appel qu'elle a interjeté le 9 octobre 1981 devant la Crown Court d'Acton a abouti et elle a été condamnée à deux ans de prison avec sursis assorti d'une mise à l'épreuve et mise en liberté . Toutefois, c'est au 29 septembre 1981 que fut fixée devant le tribunal pour enfants d'Acton l'audience concernant le recours de la requérante contre la résolution sur les droits parentaux, dont l'examen avait été ajourné plusieurs fois . La requérante a été informée par son solicitor de l'époque que vu qu'elle était alors en prison, elle ne pouvait pas contester avec quelque espoir de succès le résultat éventuel de l'audience, mais qu'elle devait pouvoir garder le contact avec ses enfants . A sa sortie de prison, le 9 octobre 1981, la requérante a demandé à voir ses enfants mais a appris qu'elle ne lepouvait pas, d'abord parce qu'elle avait été en prison et en second lieu en raison de ses rapports avec M . B . En outre, elle a appris qu'on envisageait de rendre ses enfants adoptables dans un avenir très proche . La requérante n'avait pas vu ses enfants depuis le 13 septembre 1981 . Comme la requérante devait le découvrir plus tard au cours de la procédure, l'autorité locale avait décidé dès le 25 août 1981, à une réunion du département des services sociaux, que si la requérante levait son opposition à la résolution sur les droiLs parentaux ou contestait sans succès cette résolution devant le tribunal pour enfants, son droit de visite à ses enfants serait supprimé et ceux-ci seraient placés en vue de leur adoption . Le retrait de son opposition à la résolution, effectué sur les conseils de son • solicitor- de l'époque, eu égard à son séjour en prison et sur la bas e
- 200 -
du fait qu'elle pouvait continuer de rendre visite à ses enfants, était intervenu à partir d'une hypothèse fondamentalement incorrecle et en l'absence de toute notification 1 par l'autorité locale de sa décision . La requérante a ensuite demandé une nouvelle consultation juridique et s'est vu conseiller de demander au tribunal pour enfants de révoquer la résolution sur les droits parentaux conformément à l'article 5 de la loi de 1980 sur la protection des enfants . Elle pouvait uniquement faire valoir que cela serait dans l'intérét des enfants mais non qu'elle n'avait cessé de s'opposer à la résolution sur les droits parentaux . La demande de la requérante tendant à obtenir la révocation de cette résolution a été déposée le 8 décembre 1981 mais, par suite de retards judiciaires, elle n'a pas été examinée avant les 5 et 6 avril 1982 par le tribunal pour enfants d'Acton . Dans l'intervalle, A et J ont été confiés pour une longue durée à des parents nourriciers en décembre 1981, à qui ils avaient été présentés en novembre 1981 . Le tribunal pour enfants a jugé à la majorité que la résolution sur les droits parentaux devait être maintenue . La requérante a fait appel de cette décision devant la Divisional Court de la High Court, qui a examiné l'affaire les 15, 16 et 17 novembre 1982 . La Divisonal Court n'a pas approuvé entièrement les motifs de la décision du tribunal pour enfants d'Acton, mais a néanmoins rejeté l'appel au motif que l'éloignement des enfants par rapport à leurs parents nourriciers aurait un effet perturbateur et que les liens entre la requérante et les enfants avaient été effectivement rompus . La Divisional Court a noté expressément qu'elle n'était pas habilitée à réglementer le droit de visite, dont l'autorité locale avait déclaré qu'elle n'entendait pas autoriser la réactivation, vu que sa ferme intention était de faire adopter les enfants . Aprés avoir consulté à nouveau un avocat, en janvier 1 983, la requérante a demandé à la High Court de déclarer ses enfants pupilles du tribunal (wards of court), de façon à pouvoir soulever la question de son droit de visite . Le 25 février 1983, la High Court a refusé d'exercer son pouvoir discrétionnaire de maintenir les enfants sous tutelle, en s'inspirant des principes élaborés par la Chambre des Lords dans l'affaire A cl Liverpool City Council . La requérante avait été informée qu'il n'y avait pas de motifs d'appel contre cette décision et qu'elle ne disposait pas d'autres recours pour pouvoir rendre à nouveau visite à ses enfants . Elle déclare expressément qu'il n'existe pas d'instance à laquelle elle puisse demander la réactivation de son droit de visite et son aménagement dans l'optique d'un rétablissement des liens familiaux avec ses enfants, vu que ceux-ci demeurent sous la garde du London Borough of Ealing en application de la résolution sur les droits parentaux et que la question du droit de visite aux enfants reléve du pouvoir discrétionnaire de l'autorité locale . Le 27 mai 1983, une demande d'adoption a été faite par les parents nourriciers de A et de J . La requérante a obtenu l'assistance judiciaire pour se faire conseiller par un avocat sur le bien-fondé de son opposition à la procédure d'adoption . Elle a - 201 -
sollicité l'application de l'article 36 du Règlement intérieur de la Commission pour obtenir la suspension de la procédure d'adoption en cours devant la County Court de Staines, vu que cette procédure pouvait, si l'adoption venait à être ordonnée par le tribunal compétent, •geler » le statut ju ridique de ses enfants . la requérante déclare expressément que la procédure d'adoption ne fait pas l'objet de la présente requête . . Par une lettre datée du 28 septembre 1983, le représentant de la requérante a communiqué des pouvoirs supplémentaires signés de la main de la requérante au nom de ses deux enfants, demandant à ce que ceux-ci soient considérés comme corequérants . GRIEFS La requérante se plaint en premier lieu de ce que l'inscription à son insu, de A sur le registre des personnes exposées à des risques, l'adoption ultérieure de la résolution sur les droits parentaux concemant A et J, et le refus de lui laisser rendre visite à A et à J à partir du 13 septembre 1981 constituent des violations des articles 5, 6 et 8 de la Convention et, en second lieu, que le fait que l'autorité locale ne l'ait pas informée de sa décision conditionnelle du 25 août 1981 de supprimer son droit de visite, ainsi que son refus ultérieur d'autoriser tout accès à ses enfants sont également en violation des articles 6 et 8 . En dernier lieu, elle soutient qu'il n'existe pas d'instance devant laquelle elle peut tenter de contester la décision de l'autorité locale lui refusant le droit de rendre visite à ses enfants ; à cet égard, elle invoque les articles 6 et 8 de la Convention .
EN DROIT (Extrait ) 3. (En outre), la requérante se plaint de ne pas avoir été avisée de la décision de caractère conditionnel de l'autorité locale de supprinter son droit de visite à ses enfants, non plus que des dates des réunions ad hoc tenues par l'autorité locale pour examiner la question du bienctre des enfants ; elle se plaint aussi de n'avoir pas été en mesure d'assister à ces réunions et d'avoir été dans l'incapacité de contester la décision de l'autorité locale de lui refuser le droit de rendre visite à ses enfants en vue d'une reprise de la garde de ceux-ci par ses soins . La requérante invoque à cet égard l'article 8 . Le Gouvernement défendeur soutient que les droits parentaux de la requérante ont été attribués à l'autorité locale par l'effet des résolutions sur les droits parentaux adoptées par cette instance . II fait valoir que le droit de visite de la requérante à ses enfants ne peut pas être envisagé comme ayant une existence continue distincte de cet ensemble de droits qui a été transféré à l'autorité locale . Parmi les prérogatives transférées à l'autorité locale figurait celle de décider qui était fondé à rendre visite aux enfants de la requérante .
- 202 -
L'article 8 de la Convention est ainsi libellé : . 1 . Toute personne a droit au respeét de sa vie pri'vée et familiale, de son domicile et de sa correspondance . 2 . 0 ne peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l'ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé et de la morale, ou à la protection des droits et libertés d'autrui . » La question de l'existence ou de l'absence d'une « vie familiale» est essentiellement une question de fait dépendant de l'existence réélle, dans la pratique, de liens personnels étroits . Selon la jurisprudence constante de la Cour et de la Commission, le -respect• de la vie familiale dans ce sens implique : . . . .Pour l'Etat, l'obligation d'agir de manière à permettre le développement normal de ces rapports» (Cour Eur . D .H ., arrêt Marckx, série A, N° 31, par . 45) . Cette obligation ne se limite pas pour l'Etat à s'abstenir de s'ingérer dans la vie familiale, mais, comme la Cour l'a admis dans ce même arrêt (par . 31), cette disposition peut requérir l'existence en droit interne d'une protection juridique rendant possible la vie familiale . La primauté de la relation entre un parent naturel et son enfant sous l'angle de la vie familiale est clairement implicite dans le libellé des articles 8 et 12 de la Convention ainsi que de l'article 2 du Protocole additionnel, mais la Commission a également reconnu que dans les procédures concernant le bien-être des enfants, l'intérêt de ceux-ci peut primer celui de leurs parents naturels . Cette possibilité est admise par l'article 8 par . 2 de la Convention, et une atteinte à la vie familiale, ainsi qu'à la primauté de la relation entre un parent naturel et son enfant, peut se justifier en vertu de l'article 8 par . 2 dans l'intérêt de la santé de l'enfant . Toutefois, dans la présente affaire, la Commission est appelée en premier lieu à rechercher si le droit interne, auquel se ré2re l'article 8 par . 2, manifeste du . respecl» pour la vie familiale . Comme la Cour l'a admis dans l'arrêt Marckx (supra, par . 31), divers moyens s'offrent à l'Etat pour assurer le respect des aspects déterminants de la vie familiale, mais une législation ne répondant pas à cet impératif contrevient au paragraphe 1 de l'article 8, sans qu'il y ait lieu de l'examiner sous l'angle de l'article 8 par . 2 . En droit anglais, l'autorité locale qui avait assumé les droits parentaux sur les enfants de la requérante devait s'attacher en tout premier lieu à l'intérèt de ces derniers, ce qui lui conférait forcément une très grande latitude pour l'application de ce principe . Cette latitude porte notamment sur les questions qui étaient cruciales pour l'avenir des enfants ainsi que pour les relations entre ceux-ci et la requérante ,
- 203 -
comme la question de savoir si et dansquelles circonstances il'convenait d'autôriser la requérante à continuer de leur rendre visite et s'ils devaient être placés dans des familles nourriciéres à titreprovisoire ou pour une longue durée . Le pouvoir discrétionnaire porte aussi sur le point de savoir dans quelle mesure et à quel motitent la requérante devait être infoiméeqüe ces questions étaient mises en discussion, ainsi que sur la question de sa participation aux discussions et des informations à lui communiquer sur les décisions prises . La Commission rappelle que la Cour a jugé (arrêt Silver et autresdu 25 mar . .90) qu'une .immixtion dans les droits de l'individu dois1983,érieAvol6pa tnécesairmfl'objtduncrôefiatqu'lnspricèem futainslorqecmdatfire(Slvaués),oinetl'xcu d'amples pouvoirs discrétionnaires . Dans la présente affaire, la question se pose de savoir si les procédures applicables aux décisions dei'autorité locale, qui ont affect élaviefmdrquéante,compidsgarnteuf éaintres . pectueuses de la vie familiale dela requérante . . _
. La Commission estime que la conformité avec l'article 8 du mécanisme de prise " des décisions concernant les contacts parentaux avec les enfants, ainsi que la possibilité pour la requéranted'influer sur les décisions en question ou d'y participer, soulèvent de délicates questions de fait et de droit, qui sont d'une complexité telle que .leur solutionrel8ved'un examén approfondi du fond de l'affaire . -
. Cette partiede la requête n'est donc pas manifestement mal fondée et doit étr . edéclar vb,uniremotfd'cvablényt i -"'
: 4 . La requérante se plaint dé sürcroYt de Î'absencé de recours en droit interne per- . mettant de faire examiner par un tribunal les décisions de l'autorité locale concernant son droit de visite à ses enfants . Elle invoque à cet égard l'article 6 de la Convention . - Le Gouvemement .défendeur soutientque la requérante disposait de recours adéquats pour faire valoirses préientions, conformément aux articles 6 et 13 de la • Convention, et que dans la mesure où les procédures ont subi des retards, ces derniers sont imputables à la requérante . " .. ~ . : . Selon la jurisprudence constante de la Commission dans l'interprétation de=`l'article 13, uh requérant prétenHant que ses droits garantis par la Convention on iétvolsdper'uqcosftidevan ctioalepurf . Le terme - recours » entendu dans ce sens ne veut pas dire que le grieevaloircgf : 11doii àvoi fradureqéantsôij uelèrqéntdoivbesfacn
la possibilité de faire examiner son grief par une instance nationale, conformémen tauxeigncesd l'article13,instacequidotêre nmesur d'exàminerl bien-' fondé de son grief . La Convention prévoit des garanties procédurales plus étendues . _ pour certaines contestations (relatives aux droits civils, par exemple) dans .l'article :6 par . tet la Commission a admis que les garanties procédurales de l'article -
-
_ .
. 6204 ,
.
par . 1 l'emportent sur celles de l'article 13 lorsqu'un . droit de caractére civil+ est en cause, parce que les garanties de cet article sont plus rigoureuses que celles de l'article 13 . La Commission note que certains recours étaient à la disposition de la requérante et qu'elle les a exercés ; toutefois, elle ne disposait pas de recours spécifique pour ce qui est de la seule question de son droit de visite à ses enfants, sauf par le biais de la procédure de tutelle, à laquelle la High Court a mis un terme, vu qu'aucune illégalité n'avait été établie dans le comportement de l'autorité locale à l'égard des enfants . La Commission estime que, dans les circonstances de l'affaire, elle ne peut pas se prononcer sur le point de savoir si la question du droit de visite de la requérante à ses enfants impliquait « une décision sur des contestations portant sur des droits de caractère civil • au sens de l'anicle 6 par . 1 de la Convention et, dans l'affirmative, si les exigences de cet article ont été satisfaites par les procédures en question, sans procéder à un examen approfondi de la cause en droit et en fait . En outre, la question de savoir si la requérante a eu un . recours effectiG contre l'ingérence dont son droit au respect de la vie familiale aurait fait l'objet, recours exigé par l'article 13 de la Convention, soulève aussi de délicates questions de fait et de droit que seul un examen au fond peut permettre de résoudre . Il s'ensuit que ces griefs ne peuvent pas être déclarés manifestement mal fondés et qu'ils sont donc recevables, aucun autre motif d'irrecevabilité n'ayant été établi .
- 205 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 14/05/1984

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.