Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ C. c. PAYS-BAS

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10760/84
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1984-05-17;10760.84 ?

Analyses :

(Art. 34) VICTIME, (Art. 5-3) JUGE OU AUTRE MAGISTRAT EXERCANT DES FONCTIONS JUDICIAIRES, (Art. 5-4) INTRODUIRE UN RECOURS, (Art. 5-4) ORDONNER LA LIBERATION


Parties :

Demandeurs : C.
Défendeurs : PAYS-BAS

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 10760/8 4
C . v/the NETHERLANDS C . c/PAYS-BA S DECISION of 17 May 1984 on the admissibility of the application DÉCISION du 17 mai 1984 sur la recevabilité de la requêt e
Artide 3 of the Convenflon :/n derermining whether a deportation order may constitute a violation of this provision the Commission must consider whether the juridical system of the deporting State permits of a careful appraisal of the risk3 to which the individual is esposed, but musr also make its own evaluation of these risks . Article 26 of the Convention : Where an individual claims that the execution of a deportation order against him violates AHicle 3 of the Convention, a remedy which has no suspensive effect is not effective . Article 3 de la Convention : Pour étàblir si une mesure d'expulsion pourrait constituer une violation de cette disposition, la Commission doit certes rechercher si le système juridique de l'Etat procédant à l'expulsion permet de peser soigneusement les risques courus par l'intéressé, mais elle doit aussi se livrer à sa propre appréciation de ces risques . Arflcfe 26 de la Convention : Lorsqu'un individu se plaint qu'une mesure d'espulsion prise contre lui viole l'article 3 de la Convention, un recours sans effet suspensif est inefficace.
Sununary of the facts
(français : voir p . 232)
71te applicant ( ') is a Pakistan national . He arrived in the Netherlands in September /983 with a visa valid for seven days, subsequently extended for three (•) The applicant was teptesented before the Commission by Mr . M Zumpolle, lawyer practising in Uuccht.
- 224 -
months. One month later he twice requested a residence permit as a student but, as he did not fulfil the entry requirements for the institutions he referred to, the permit was refused. At the same time his visa was revoked. 7he applicant then requested recognition as a political refugee on the ground that he belonged to the opposition PPP pany in Pakistan . 77tis request was rejected because only certain leaders of the PPP were at risk in Pakistan, and not ordinary members . 7he applicant requested review of this decision and also brought summa ry proceedings before the Utrecht court to stop the deponation . lhe first set of proceedings do not have suspensive effect . 7he judicial appeal was rejected on the ground that the applicant had not shown that it was likely that he would be subjected to political persecution in Pakistan . In panicular, the court underlined that the applicant had left Pakistan lawfully with a valid passport and that, in the course of questioning in the Netherlands, he had not been able to give either the aims of the PPP or the names of its leaders .
THE LA W The applicant complains about his imminent deportation to Pakistan which he considers to be in breach of Art . 3 of the Convention since he fears that he will be subjected to political persecution in view of his activities as a member of the prohibited Pakistan's People Party .
The Commission observes that under Art . 26 of the Convention the Commission may only deal with a matter after all domestic remedies have been exhausted according to the generally recognised rules of international law . In the present case the request for review of the decision of the Secretary of State not to grant the applicant political asylum is still pending . However, according to the Commission's constant case-law, remedies which do not suspend the execution of the decision to expel an applicant are not effective remedies within the meaning of Art . 26 of the Convention and need not be exhausted, where the allegation is that of a breach of Art . 3 of the Convention (cf . also Application No . 7465/76, D .R . 7 p. 153) . The Commission recalls that according to its constant case-law neither the right to political asylum nor the right not to be deported is, as such, guaranteed by the Convention (cf . e .g . Application No . 2143/54, Yearbook 7, p . 328) . Nevertheless, a person's expulsion may, in exceptional circumstances, be contrary to the Convention and in particular Art . 3 where there are strong reasons to believe that this person will be subject to a treatment prohibited by that provision in the country to which he is to be be deported (cf. e .g . Application No . 6315/73, D .R . I . p . 73) .
- 225 -
Although the risk of political persecution, as such, cannot be equated to tonure, inhuman or degrading treatment, the Commission does not exclude that it may, in a part icular case, raise an issue under Art . 3 if it brings about a prejudice for the individual concemed which reaches such level of severity as to bring it within the scope of this provision e .g . an arbitrary séntence (cf . also decision of 3 May 1983, para . 8 of The Law concerning the admissibili ty of Application No . 10308/83, Altun v . the Federal Republic of Germatty, D .R . 36 p . 209) or inhuman detention conditions . The Commission's prima ry task is to assess whether Lhe domestic legal system provides for proper proceedings to evaluate the above risk . In this respect the Commission notes that asylum proceedings in the Netherlands consist in an administrative decision, subject to review, as well as judicial control by Lhe Council of State . In each of the above phases the asylum seeker is given the oppo rt unity to substantiate his claim . Moreover Lhe Representative of the High Commissioner for Refugees can inte rvene in the proceedings if he sees fit to do so . Parallel to these proceedings, civil courts are competent to examine the lawfulness of a decision by Lhe administrative authority not to suspend the execution of the deportation order pending the review or appeal proceedings . In examining whether such decision is reasonable the Cou rt must take into consideration the submissions of both pa rt ies : the State and Lhe asylum seeker . However, Lhe existence of the above proceedings and their scrupulous application to the present case do not discharge the Commission of its du ty under Lhe Convention to evaluate itself on the basis of the facts before it the existence of an objective danger . The Commission requires however a beginning of proof. In the present case the Commission finds that this minimum requirement is lacking . Nothing in Lhe evidence submi tted by the appicant enables Lhe Commission to conclude that such objective danger exists . The Commision moreover finds it not irrelevant that the applicant has failed to submit any evidence that he undenook efforts to establish contact himself with the Representative of the High Commissioner for Refugees in the Netherlands independent of the review proceedings, which would be Lhe normal course of action to follow . The Commission is therefore unable to discern any appearance of a violation of the Convention and in part icular A rt . 3 . It follows that Lhe application must be rejected as being manifestly ill-founded within the meaning of Art . 27 (2) of the Convention . For these reasons, thi Commissio n DECLARES THIS APPLICATION INADMISSIBLE . - 226 -
Résumé des faits Le requérant (*), ressortissant du Pakistan, est entré auc Pays-Bas en septembre 1 983 avec un visa de sept jours, prolongé à trois mois . Un mois plus tard, il demanda à deux reprises une autorisation de séjour comme étudiant mais, comme il ne remplissait pas les conditions d'accés aux écoles visées, celle autorisation fut refusée . Son visa fut en nreme temps révoqué . Le requérant demanda alors à être reconnu comme réfugié politique, en raison de sort appartenance au pa rt i d'opposition PPP au Pakistan . Cette demande ju' t rejetée, au motif que seuls quelques leaders du PPP pouvaient courir un danger au Pakistan, mais non les simples adhérents. Le requérant demanda au minisve la révision de cette décision de rejet et saisit également le tribunal d'Utrecht, en référé, d'une requête en interdiction d'expulsion . Le premier de ces recours est sans ef(et suspensif. Le recours judiciaire fut rejeté au ntotif que le requérant n'avait pas rendu vraisemblable qu'il serait l'objet de persécutions politiques au Pakistan . /l fut notamment relevé qu'il avait régulièrement quitté ce pays muni d'un passeport valable et qu'au cours de ses interrogatoires atu Pays-Bas, il n'avait pu mentionner ni les noms des chefs du PPP ni les objectifs de ce pani.
(TRADUCTION) EN DROI T Le requérant se plaint de son expulsion imminente vers le Pakistan : il estime cette décision contraire à l'article 3 de la Convention car il risque des persécutions politiques en raison de son appartenance à un parti interdit (Pakistan's People Party) . La Commission fait remarquer qu'aux termes de l'article 26 de la Convention, elle ne peut étre saisie qu'après l'épuisement des voies de recours internes, tel qu'il est entendu selon les principes de droit intemational généralement reconnus . Or, en l'espèce, il n'a pas encore été statué sur la demande de révision de la décision ministérielle refusant l'asile politique au requérant . (9 Is requérant étxo mprésenté devant la Conunission par Me Maarten Zumpolle . avucal à UVechl
- 227 -
Cependant, selon la jurisprudence constante de la Commission, un recours qui n'a pas pour effet de suspendre l'exécution de la décision d'expulsion n'est pas efficace aux fins de l'article 26 et n'a pas à être exercée lorsque le requérant allègue une violation de l'article 3 de la'Convention (cf. également requête No 7465/76, D .R . 7 p . 156) . La Commission rappelle, toujours selon sa jurisprudence constante, que la Convention ne garantit en tant que tels ni le droit d'asile ni celui de ne pas être expulsé (cf. requête No 2143/54, Annuaire 7 p . 328) . Néanmoins, l'expulsion d'un individu peut, dans des cas exceptionnels, se révéler contraire à la Convention, et singulièrement à son article 3, lorsqu'il y a des raisons sérieuses de croire que cet individu sera soumis, dans l'Etat vers lequel il doit être dirigé, à des traitements prohibés par cet article (cf . p ar exemple requéte No 6315/73, D .R . 1 p . 73) . Bien que le risque de persécution politique ne puisse en soi être assimilé à la torture ou à un traitement inhumain ou dégradant, la Commission n'exclut pas cependant qu'il peut parfois poser un problème au regard de l'article 3 s'il entraîne pour l'intéressé un préjudice atteignant un degré de gravité tel qu'il relève alors de cette disposition, par exemple des conditions de détention inhumaines ou une peine arbitraire (cf. également décision du 3 mai 1983, par . 8 de la partie « En droit » concernant la recevabilité de la requête No 10308/83, Altun c/Rép .Féd .d'Allemagne, D .R . 36 p . 209) . La t5che première de la Commission est ici d'apprécier si le système juridique inteme offre une procédure pennettant d'évaluer le risque évoqué plus haut . La Commission relève à cet égard que la procédure d'asile aux Pays-Bas consiste en une décision administrative susceptible de recours ainsi que d'un contrôle judiciaire par le Conseil d'Etat . Dans chacune des phases ci-dessus, le demandeur d'asile a la possibilité de développer son grief . En outre, le représentant du HautCommissariat pour les réfugiés peut intervenir dans la procédure s'il l'estime opportun . Parallèlement à cette procédure, les juridictions civiles sont compétentes pour examiner la régularité de la décision administrative de ne pas suspendre l'exécution de l'arrbté d'expulsion en attendant le résultatde la procédure de révision ou de recours . Dans l'examen du caractére raisonnable de cette décision, le tribunal doit prendre en compte l'argumentation des deux parties, l'Etat et le demandeur d'asile . Pourtant, l'existence de cette procédure et son application scrvpuleuse au cas d'espèce ne dispense pas la Commission de l'obligation que lui fait la Convention d'apprécier elle-même, sur la base des faits qui lui sont soumis, s'il existe objectivement un danger . La Commission exige cependant un commencement de preuve . Or, en l'espèce , elle estime que cette exigence minimale fait défaut . Rien dans le dossier présenté par le requérant ne lui permet de conclure à l'existence d'un danger objectif .
- 228 -
Selon la Commission, il n'est pas inutile de relever en outre que le requérant n'a pas présenté d'éléments montrant qu'outre la procédure de révision de la décision, il se serait efforcé d'entrer en rapport avec le représentant du HautCommissariat pour les réfugiés aux Pays-Bas, ce qui eût été la démarche toute indiquée . La Commission n'est donc pas en mesure de discemer une quelconque apparence de violation de la Convention, singulièrement de son article 3 . Il s'ensuit que la requête doit être rejetée comme manifestement mal fondée, au sens de l'anicle 27 par . 2 de la Convention . Par ces motifs, la Commissio n DÉCLARE LA REQUÉTEIRRECEVABLE .
- 229 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 17/05/1984

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.