Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche



Type d'affaire : Decision
Type de recours : Violation de l'Art. 5-4 ; Non-violation de l'art. 5-1 ; Préjudice moral - constat de violation suffisant ; Remboursement frais et dépens - procédure nationale

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10272/83
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1984-05-18;10272.83 ?

Analyses :


Parties :

Demandeurs : M.

Texte :

APPLICATION/REQUF:TE N° 10272/8 3 M . v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMANY M . c/RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGN E DECISION of 18 May 1984 on the admissibility of the application DÉCISION du 18 mai 1984 sur la recevabilité de la requét e
Article 5, paragraph 1(a) and (e) of the Convention : Preventive detention ordered by a judge for an indefinite period at the same time as a prison sentence, but to follow it, comes under Article 5, paragraph ) (a) . Such detention, ordered for psychiarric reasons, also-and primarily-falls within Anicle 5, paragraph I(e) . Article 5, paragraph 4 of the Convention : Where deprivation of liberty within the meaning of Anicle 5, paragraph I(e) is at issue, judicial review must be available at reasonable intervals (in this case, in which the applicant's condition was relatively stable, 10 to 12 months). In the absence of marked clwnge in the applicant's condition, the requirement of "speed" does not mean that an application for review which follows closely the previous review, must be decided speedily. Article 26 of the Convention : Where a deprivation of liberty for an indefinite period within the meaning of Anicle 5, paragraph I(e) is at issue, the rule conceming exhaustion of domestic remedies requires the applicant to have appealed rhe decisions confirming the continued detention . Article 5, paragraphe 1, litt . a) et e) de la Convention :[n détention de sGreté d'un délinquant pour une durée indéterminée, prononcée par le juge en même temps qu'une peine de prison, ntais à subir après celle-ci, relève de l'article 5 par . / a). Ordonnée pour des raisons psychiatriques, cette détention de sAreté relève aussi et principalement - de l'anicle 5 par . 1 e) . Ariicle 5, paragraphe 4, de la Convention : S'agissant d'une privation de liberté relevant de l'article 5 par . / e), un contrôle judiciaire doit pouvoir être provoqué pérfodiquement à intervalles raisonnables (en l'espèce, /0 à 12 mois vu l'état pe u
- t04 -
évolutif de l'intéressé) . En l'absence de changement notable de l'état de l'iméressé, l'esigence de célérité ne signifie pas qu'il doit étre statué à bref délai sur un recours introduit peu après le rejet du précédent . Article 26 de la Convention : S'agissant d'une privation de liberté pour une durée indéterminée relevant de l'article 5 par . l e) . la règle de l'épuisement des voies de recours intemes exige que l'intéressé ait recouru contre les décisions conftrmant le maintien et détention .
(jrançais : voir p ./f4)
The applicant is a stateless person of Hungarian origin who is born in 1925 and fled from Hungary in 1956 . After spending several years in Austria . he has been living in the Federal Republic of Germany since 1962 . He is at present detained in the psychiatric clinic of H . The applicant has a considerable criminal record . Since 1968 he got 17 criminal convictions including convictions for various traffic offences, theft, fraud and also two convictions in 1969 and 1972 for personal injuries and a funher conviction in 1972 for resistance against state officials . The above detention in a psychiatric clinic is a preventive measure ordered in connection with his latest conviction by the Regional Coun of T ., of 26 March 1980, from which he has not appealed and which therefore became final on 10 June 1980 . The court found the applicant guilty of three offences of aggravated theft, fraud and aggravated resistance against state officials . He had lived in an empty house in B . and had organised a bazar with goods stolen in the neighbourhood . When two policemen came to the house to investigate the matter, he threatened them with an axe and only after considerable efforts he could be calmed down and agreed to accompany the policemen to the police station . The coun obtained a written expert opinion on the applicant's state of mental health, dated 5 December 1979, from Dr D ., who was a medical officer (Landgerichtsarzt) of the Regional Court of Munich . In that written opinion, which was based on the criminal file and a medical examination carried out on 20 November 1979, the expert concluded that there were no signs of mental illness nor of physical nervous disease . This had already been confumed at various previous occasions : Thus the applicant had been transferred back to normal prison in 1972 after a period of observation in the psychiatric department of the prison of Straubing, on the ground that there were no signs of mental or physical disease . Also two examinations by a medical court officer Dr W . in 1978 had not revealed such diseases . The expert accordingly concluded that there were no reasons to assume a state of lacking or reduced criminal responsibility (ss 20 and 21 of the Penal Code) .
- 105 -
At the trial itself, however, the same expert came to a different view . He now stated that the applicant had acted in a state of violent emotion when threatening the policemen, and that he had therefore been unable to control himself and to realise the unlawfulness of his action . This was due to a latent tendency of the applicant to become aggressive in situations where he was driven into a corner, a tendency which could be considered as pathological . In such situations the applicant was dangerous for the public and for himself. It could not be excluded that he would also in future act in the same way . His criminal responsibility was by no means lacking, but it was considerably reduced, and this justified the taking of a measure under s . 63 of the Penal Code, i .e . the order for his preventive detention in a psychiatric hospital . The court followed the expert on this point and credited the applicant with reduced criminal responsibilitty when committing the offence of resistance . It had regard to this fact when meting out the sentence, a global prison term of 3 years . In addition the court ordered the applicant's detention in a psychiatric hospital, in accordance with s . 63 of the Penal Code, to be executed after serving the sentence by vinue of s . 67 (1) of the Penal Code, because the court considered that only the actual enforcement of the sentence could deter him from committing similar offences in the future . The applicant then served his sentence in the prisons of Straubing and Nürnberg . During this time, he did not make any troubles and was for several months occupied as a stone-mason outside the prison premises . A request for a retrial of his case which he made during this time was not successful . On 16 June 198 1 , the Munich Court of Appeal rejected an application which he made in this connection on the ground that it had not been presented by a lawyer . Before the completion of his prison term, the applicant applied for the suspension of the execution (Aussetzung der Vollsteckung) of the additional measure under s 63 of the Penal Code . After having obtained the advice of the Nürnberg prison doctor, the Regional Court of Nümberg-Fürth ruled on I July 1982 that the measure was still necessary in view of the applicant's state of mind which continued to be characterised by a latent aggressivity . On completion of the sentence on 23 September 1982, the applicant was therefore transferred to the closed department of the District Hospital of A . Already on 12 October 198é the applicant requested his release, s ta ting that he had purged his penalty in good order, that he was perfectly healthy and sane, and that he was suffering from being placed as a normal and sane person in an environment of sick people .
- 106 -
The following day, the doctor competent for the applicant's department, Mr . M, sent a medical certificate to the Regional Court of T . in the following terms : "As the competent doctor of the department I consider Mr M . as a person who is neither insane nor suffering from a physical nervous disease . this in conformity with the previous opinions of Dr W and Dr D . He is unjustifiedly detained in a closed institution . " The public prosecutor of T . to whom this certificate was transmitted replied to Mr M . asking for a comprehensive expert opinion on the applicant's present state of health, having regard in particular to his dangerousness for the public . It was only after receipt of such an expert opinion that the matter could be put before the competent court . The District Hospital also sought a report from the social officer of the prison of Ndrnberg who replied on 17 January 1983 that the applicant's behaviour in prison had on the whole been satisfactory (beanstandungsfrei), but that he had occasionally been stubborn and emotional ("uneinsichtig and aufbrausend") due to his character and his poor knowledge of German . The applicant had in the meantime made numerous petitions to the court and various authorities including the Bavarian State Ministry of Justice and the Federal Minister of Justice, but had received only dilatory replies . On 12 December 1982 he swallowed a ball point pen in an effort to commit suicide and was temporarily transferred to the municipal hospital of A . After a couple of days, he was returned to the closed depanment of the District Hospital and then went on hunger strike which he interrupted a few days later after having received promises that his case would be examined .
A full psychiatric report, as requested by the T . public prosecutor, was prepared not by the applicant's treating doctor, Mr M, but by the District Hospital's Director, Dr G, who examined the applicant on 30 December 1982 . In this report, dated 1 I February 1983, reference was made to the criminal file and the medical records, including the various previous expert opinions and the District Hospital's own files . It was admitted on the basis of this material that there were no signs of a physical disease, nor of a physical nervous disease, a psychosis or other neurological defect . However, the applicant's behaviour including his writing of petitions, his attempted suicide, and his attitude towards the reporting expert showed that he had an abnormal querulous character which could be considered as pathological ("querulatorische abnorme Personlichkeitsstruktur mit Krankheitswert") . It could not be excluded due to this character and his Hungarian temperament that the applicant would in future again fall into emotional outbursts with criminal consequences . It was therefore necessary to observe and treat him for a period of 1 1/2 to 2 years before any final conclusions could be drawn . The premature interruption of the detention in a psychiatric hospital was therefore not justified as the conditions under s 63 of the Penal Code continued to exist . - 107 -
The applicant, assisted by a lawyer, filed objections against this expert opinion on 24 March 1983 . In particular he challenged the expert Dr G on account of his remarks concerning his "Hungarian temperament" which he considered as discriminatory . He furiher observed that the expert himself had concluded that he was not insane, that he had repeatedly been told that he was not, and that his petitions and other reactions were therefore understandable and could not be properly described as querulous behaviour . He also did not get any therapeutical treatment . He therefore requested a new expertise by an independent expert not associated with the psychiatric hospital in which he was detained . Before the competent Regional Court of A . could decide on the matter, the applicant on 27 March 1983 fled from the District Hospital in A ., but was apprehended the following day while attempt to cross the Austrian border illegally . He did not resist his arrest in any way and was placed in the nearest psychiatric hospital at G . During his flight, the applicant had broken his leg and on his arrival at the psychiatric hospital immediately asked to be treated for this accident, but was not even examined in this respect before the lapse of several days . He then was taken to another hospital and his leg was put in plaster . He states that he refused to speak to the Director of the psychiatric hospital, Dr R, for the reason that the latter was responsible for the obvious lack of medical care in the first few days after his arrival in this hospital . However, it was this same Dr R whom the Regional Court of A . asked to submit a supplementary psychiatric opinion . This was submitted on 26 May 1983 . It came to the conclusion that the applicant had an abnormal (psychopathical, sociopathical, irregular, disharmonic) character showing labile emotions, easy irritation, impulsive reactions, a tendency for emotional outbursts, stubbomness and querulous disposition . His behaviour was both psychopathological and based on a system of criminal attitudes, his dangerousness in the latter respect clearly prevailing over the psychopathological aspect . He needed treatment, as his emotional overreactions could to a certain degree be reduced by drugs, but he was not prepared to accept any treatment, as was shown by his refusalto speak with Dr R . Therefore his detention in a psychiatric hospital could only serve a security purpose, but not a therapeutical purpose . The security aim, however, did not necessarily require his detention in a psychiatric hospital, which from a medical point of view therefore was unjustified . On 6 June 1983 the applicant's lawyer commented on this expert opinion, stressing the result that in the expert's opinion the applicant seemed to be less a mental patient than a habitual criminal . This would support the view that his detention in a mental hospital was unjustified . The applicant further referred to certain contradictions between the expert's written opinion and his position at a court hearing which had taken place on 18 May 1983 where he had denied the pathological nature of the applicant's state of mind .
- 108 -
However, on 6 June 1983, the Regional Court of A . upheld the applicant's detention in a psychiatric hospital, ruling that a new application for judicial review could not be made before the expiration of 10 months, i .e . not before 7 April 1984 . The court noted that according to the concordant views of the two experts consulted there had been no change in the applicant's state of emotional lability and that there continued to be a danger of his committing severe criminal offences in future . As he was not prepared to accept treatment and refused to speak with his doctors, the security purpose of the detention was for the time being the primary ground for his detention . The view expressed by the expert Dr R that without therapy a detention in a psychiatric hospital was not justified was only valid from the medical point of view, but did not correspond to the legal situation because the law provided for the detention also of such mentally deranged criminals who were not accessible to treatment, for the protection of the public . The applicant appealed from this decision and again asked for the consultation of an independent expert . However, the Nümberg Court of Appeal confirmed the Regional Court's decision without dealing with the request for an additional expert opinion . The Court of Appeal's decision has not been submitted, but the applicant was infomted of its rationale on 12 August 1983 . His attempt to appeal further to the Bavarian Supreme Court failed because no appeal was given against the Court of Appeal's above decision . The applicant apparently has not filed a constitutional complaint against the latter decision . The applicant, who had in the meantime been transferred to the psychiatric hospital of H . managed to escape from that hospital in September 1983 . After having presented himself at the Secretariat of the Commission on 20 September, he was expelled by France and went to Switzerland, but from there he was also expelled and returned to the Federal Republic of Germany . He was then taken back to the psychiatric clinic of H . on 27 September 1983 . On 10 November 1983, he applied to the German authorities to suspend his detention and expel him to Hungary . On 15 November, he was told by the public prosecutor in T . that the competent aliens' authorities were considering whether an expulsion to Hungary was legally possible in his situation . In a further letter by the public prosecutor of 12 December 1983 he was told in reply to further similar requests that his request for release was inadmissible before the expiration of the 10 months waiting period fixed by the court . In the meantime the applicant had also contacted the competent Hungarian consulate who advised him on the repatriation procedure . However, he was eventually told that the Hungarian domestic authorities were not prepared to issue an entry permit for him in view of a death penalty which had been pronounced against him by an extraordinary military court on 15 August 1957 on account of his involvement in the revolt of 1956 . - 109 -
Complaints I . The applicant now complains first of all that he is unjustifiedly detained in a mental hospital . without being insane . He submits that the medical experts consulted in the detention proceedings were prejudiced against him, and that their opinions were manipulated in cooperation with the public prosecutor of T . In the case of expert Dr G, the applicant is dissatisfied that he replaced his treating doctor, Mr M, who had expressed a favourable opinion, that he prepared his expert opinion without a thorough medical examination, and finally that he adopted a discriminatory attitute against him as a Hungarian . In the case of Dr R, his objections are also based on lack of thorough examination and in particular on the fact that he had lost all confidence in this doctor because he had failed to treat him for his fractured leg when he arrived at G . The applicant is further aggrieved by the fact that his requests for an independent expert opinion by a psychiatrist outside the detaining institutions were rejected . The applicant maintains that in reality all the experts agree that he is not insane, and that they only hide behind far-fetched verbal constructions tojustify his detention nevertheless in order to keep their face in view of his having cited them before the Strasbourg organs . The fact that he has changed his attitude is shown by his behaviour during his detention as a convicted prisoner where he caused no trouble and was even allowed to work outside the prison premises with dangerous tools, without any doubts being expressed in this respect by either the prison administration or his fellow prisoners . He also did not react in a dangerous way when he was arrested at the Austrian border . 2 . The applicant also complains of his above detention because he believes that he has been wrongly convicted in 1980 by a biased judge who had already dealt with an earlier case against him in 1976 . 3 . On a different level, the applicant complains of the conditions of his detention, in particular the lack of adequate psychiatric treatment throughout the time he was being detained, the administration to him of transquillisers against his will on some occasions, the lack of medical care after his suicide attempt in A ., and again at his arrival in G . when he was left without treatment for his broken leg . The conditions of detention in H . where he has to work 8 hours daily in a concrete factory (for DM 192 .- per month) amount in his view to forced labour . He also complains of sadistic attitudes of the hospital wardens and of interferences with his correspondence (censorship of letters and refusal to use the telephone) . 4 . The applicant finally complains that he is hindered from leaving the Federal Republic of Germany . The applicant has not invoked any particular provisions of the Conventio n
- 110 -
THE LAW The applicant complains primarily that he is unjustifiedly detained in a mental 1. hospital although he is not a person of unsound mind . 2 . The Commission notes that the applicant's detention in a psychiatric hospital subsequent to the completion of his 3-year prison sentence was ordered by a judgment of the Regional Court of T . of 26 March 1980 . The applicant has complained of the relevant proceedings alleging in particular that he has been wrongly convicted and that the judge was biased . Insofar as these complaints could be considered under Art . 6(1) of the Convention, the Commission observes, however, that the applicant has not appealed from the above judgment and has therefore failed to exhaust the domestic remedies in accordance with Art . 26 of the Convention . His unsuccessful anempt in 1981 to obtain a retrial of the case cannot be taken into account as an effective remedy in the sense of this provision . This part of the application must accordingly be rejected under Art . 27 (3) of the Convention . 3 . The applicant's detention in a psychiatric hospital is based on his criminal conviction and therefore falls to be considered under Art . 5(1)(a) of the Convention as a "lawful detention of a person after conviction by a competent court" . However, in view of the fact that the detention is based on a finding of a state of unsound mind, it must in addition, and primarily, be considered under Art . 5(1)(e) (cf para 39 of the judgment of the E .C .H .R . of 5 November 1981 conceming the case of X v the UK, Series A, Vol 46) . In such cases, the following requirements must be fulfilled : the individual concemed must be reliably shown to be of unsound mind, that it to say, a true mental disorder must be established before a competent authority on the basis of objective medical expertise ; the mental disorder must be of a kind or degree warranting compulsory confinement ; and the validity of continued confinement depends upon the persistance of such a disorder (cf para 40 of the above judgment and para 39 of the judgment of 24 October 1979 in the Winterwerp case, Series A, Vol 33) . In the present case, the original detention order contained in the T . Regional Court'sjudgment was based on psychiatric expert advise submitted at the trial to the effect that the applicant had a pathological tendency for aggressiveness which made him dangerous for the public and for himself . Prior to the applicant's actual committal to a mental hospital, the continued existence of his deranged state of mind was confirmed by a decision of the Numberg Regional Court of I July 1982 which was based on a new medical report by the Niimberg prison doctor . The applicant did not appeal from either of these decisions which therefore became final . In these circumstances, the Commission can only find that the applicant has not exhausted the domestic remedies with regard to his committal to a mental institution, and it is therefore in principle barred from examining the question whether or not this committal was initially justified under Art . 5(1)(e) of the Convention . Insofar as the
applicant might be understood as complaining of this initial committal, his complaint must accordingly be rejected for non-exhaustion of the domestic remedies (Art . 27 (3) read in conjunction with Art . 26 of the Convention) . 4 . It is true that the applicant subsequently requested a judicial review of the continued lawfulness of his detention, and that this request led to a decision by the Regional Court of A . which on 6 June 1983 confirmed the detention order and fixed a waiting period of 10 months before a new judicial review could be undertaken . In reaching this decision, the Regional Court had regard to two psychiatric expert opinions, dated I I February and 26 May 1983 respectively . It is true that the experts consulted denied the existence of a genuine mental disorder based on a physical nervous disease or psychosis . They nevertheless found the applicant to be marked by a pathological aggressive character which made him dangerous for the public and himself . It was further stated that the applicant needed psychiatric treatment to stabilise his emotional overreaction, but that he refused to cooperate and was therefore inaccessible to treatment . In essence, his detention at present only served security purposes . While admitting that this might be unsatisfactory from the medical point of view, the coun found this to be a sufficient ground for the applicant's continued detention in a mental hospital, in order to protect the general public . This decision was confirmed on appeal in August 1983, and the applicant then had no further remedy to an ordinary court . The Commission notes, however, that he failed to lodge a constitutional complaint against the above decisions, and therefore again has not exhausted the domestic remedies with regard to the continued justification of his detention under Art . 5(1)(e) . Also this pan of the application must therefore be rejected as being inadmissible under An . 27 (3) of the Convention . 5 . A constitutional complaint, however, would not have been available to the applicant to assert his right under Art . 5 (4) of the Convention, namely the right to a speedy decision by a coun on the (continued) lawfulness of the detention . The Commission therefore finds that the applicant must be considered as having exhausted the domestic remedies at least in this respect, and it is accordingly required to detennine whether or not the procedure used was in conformity with the above provision . In this respect, the Commission recalls that under its own case law and that of the Coun the judicial review procedure envisaged by Art . 5 (4) must be available periodically and at reasonable intervals in cases where the detention is based on Art . 5(1)(e) (cf in particular para 55 of the Winterwerp judgment, loc cit, and para . 52 of the judgment in the case of X v UK, loc cit) . The Commission notes that in the presenacase the applicant in fact disposed of a periodical review of his detention . The legality was determined, at the applicant's request, prior to his actual committal to a mental hospital, in July 1982, and again in June 1983 following an application for release made in October 1982 . A funherjudicial review was envisaged in April 1984, following the expitation of the 10 months waiting period fixed by the court .-1 2-
The Commission further notes that both in July 1982, and in June 1983 the court took its decision only after having obtained medical advice . The applicant has in fact raised certain objections in this respect, and it is true that he was twice refused the consultation of an additional expert . The Commission nevertheless considers that the expert advice actually taken was sufficientin scope and nature to provide a reasonable basis for the courts' above decisions . 6 . The only remaining question therefore is whether the question of the legality of the applicant's detention has been determined speedily as required by Art . 5(4) . The nine months which elapsed between the applicant's request for release of 12 October 1982, and the Regional Court's decision on this request of 6 June 1983 at first sight appears rather long and unsatisfactory . The Commission notes, however, that the request was made only three months after the last judicial review, in July 1982, of the continued lawfulness of the detention order and only two weeks after the applicant's actual transfer to a mental institution which the decision of July was meant to confirm . The Commission considers that the judicial control envisaged by Art . 5 (4) of the Convention was incorporated in this decision, and that it was therefore not required under this provision to examine the same question again immediately after the execution of the measure so authorised . At least this was not necessary as long as there was no clear indication as to a substantial change in the applicant's state of mind . In these circumstances it was in principle sufficient to provide for a further judicial review of the lawfulness of the applicant's detention at appropriate intervals . In any event it must be noted that following the submission of a medical certificate favourable to the applicant on 13 October 1982, the authorities reacted imniediately by requesting a full expen report . The preparation of this expert opinion was somewhat retarded by the applicant's attempted suicide and hunger strike in December 1982, but it was then soon completed and submitted on 11 February 1983 . A decision would probably have been taken in April but this was made impossible by the applicant's flight . Since he was then detained in another hospital, it was not unreasonable to seek an additional expert advice from a psychiatrist of this hospital having regard in particular to the applicant's own previous request for an additional expert opinion . This new report was submitted without unreasonable delay on 26 May 1983, and the court's decision followed on 6 June 1983 . In the particular circumstances, it can still be accepted that this was a "speedy decision" . The fixing of a waiting period of 10 months before the next judicial control was not unreasonable having regard to the experts' prognosis on the development of the applicant's state of mind . The Commission therefore concludes that there is no appearance of any violation of Art . 5(4) of the Convention in this case, and any complaints by the applicant in this respect are therefore manifestly ill-founded within the meaning of Art . 27 (2) of the Convention . - 113 -
7 . As regards the applicant's remaining complaints including his allegations concerning lack of inedical care, unsatisfactory conditions of detention, forced labour, interference with correspondence, and refusal to leave the country, the Commission is not required to carry out an examination as the applicant has clearly failed to exhaust any domestic remedies in all these respects . These parts of the application are therefore inadmissible under Art . 27 (3) of the Convention . For these reasons, the Commission DECLARES THE APPLICATION INADMISSIBLE .
(TRADUCTION) EN FAIT Le requérant est un apatride d'origine hongroise, né en 1925 et qui a fui la Hongrie en 1956 . Après plusieurs années passées en Autriche, il vit en République Fédérale d'Allemagne depuis 1962 . II est actuellement détenu à la clinique psychiatrique deH . . Le requérant a un casier judiciaire chargé . Depuis 1968, il a compté dix-sept condamnations pénales pour trafics divers, vols, fraudes, deux condamnations en 1969 et 1972 pour coups et blessures, et une autre condamnation en 1972 pour résistance à des fonctionnaires de l'Etat . La détention précitée dans une clinique psychiatrique est une mesure de sûreté ordonnée à la suite de sa demière condamnation par le tribunal régional de T ., le 26mars 1980, contre laquelle il n'a pas exercé de recours et qui est donc devenue définitive le 10 juin 1980 . Le tribunal a déclaré le requérant coupable de trois infractions, de vol qualifié, de fraude et de résistance aggravée contre des fonctionnaires de l'Etat . Il s'était installé dans une maison inoccupée de B ., et avait organisé un bazar avec des marchandises volées dans le voisinage . Lorsque deux agents de police se présentèrent dans cette maison pour enquète, il les menaça d'une hache, et il fallut des efforts considérables pour le calmer et lui faire accepter d'accompagner les policiers au commissariat . Le tribunal obtint un avis écrit d'experts sur l'état mental du requérant, en date du 5 décembre 1977, signé du Dr D ., conseiller médical (Landgerichtsarzt) du tribunal régional de Münich . Dans cet avis écrit, fondé sur le dossier pénal et sur un examen médical pratiqué le 20 novembre 1979, l'expert conclut qu'il n'y avait aucun signe de maladie mentale ou nerveuse . Ce diagnostic avait été confirtné en diverse s - 114 -
occasions antérieures . Aussi le requérant avait-il été renvoyé dans une prison normale en 1972, après une période d'observation au département de psychiatrie de la prison de Straubing, au motif qu'il n'y avait chez lui aucun signe de maladie mentale ni physique . En outre, deux examens effectués par un médecin attaché aux tribunaux, le Dr W ., en 1978, n'avaient pas révélé non plus de telles maladies . L'expert conclut qu'il n'y avait aucune raison de croire à l'irresponsabilité ou une responsabilité pénale restreinte (anicles 20 et 21 du Code pénal) . Au procès, cependant- le m@me expert exprima une opinion différente : le requérant avait agi dans un état d'émotion violente lorsqu'il avait menacé les policiers, et il avait par conséquent été incapable de se maitriser et de comprendre l'illégalité de ses actes . Ces faits étaient dus à une tendance latente chez le requérant à devenir agressif dans des situations où il se trouvait acculé, tendance qui pouvait être considérée comme pathologique . Dans de telles situations, le requérant constituait un danger pour le public et pour lui-m@me . On ne pouvait exclure le risque qu'il pùt agir de la même manière à l'avenir . Il n'était certes pas pénalement irresponsable, mais sa responsabilité était considérablement restreinte, ce qui justifiait une mesure en vertu de l'article 63 du Code pénal, c'est-à-dire une décision de détention de sûreté en hôpital psychiatrique . Le tribunal suivit l'expert sur ce point et n'attribua au requérant qu'une responsabilité pénale restreinte pour son acte de résistance . Il tint compte de ce fait en prononçant une peine d'emprisonnement globale de trois ans . Il ordonna en outre la détention du requérant dans un hôpital psychiatrique, conformément à l'anicle 63 du Code pénal, détention qui devait étre pratiquée après accomplissement de la peine en vertu de l'article 67 (I) du Code pénal car le tribunal considérait que seule une application effective de la peine pourrait dissuader le condamné de commettre des infractions analogues à l'avenir . Le requérant a alors purgé sa peine dans les prisons de Straubing et de Nuremberg . Au cours de cette période, il ne causa aucun désordre et travailla pendant plusieurs mois comme niaçon hors de la prison . Une demande en révision de son procès fut alors rejetée . Le 16 juin 1981, la cour d'appel de Munich écarta une demande qu'il fit à ce sujet, au motif qu'elle n'avait pas été présentée par un avocat . Avant l'expiration de sa peine d'emprisonnement, le requérant demanda que fût suspendue l'exécution (Aussetzung der Vollstreckung) de la mesure additionnelle prise en vertu de l'article 63 du Code pénal . Après avoir obtenbu l'avis du médecin de la prison de Nuremberg, le tribunal régional de Nuremberg-Fürth décida, le I° juillet 1982, que la mesure était toujours nécessaire vu l'état d'esprit du requérant, qui continuait de se caractériser par une agressivité latente . A la fin de sa peine, le 23 septembre 1982, le requérant a donc été transféré au service fermé de l'hôpital de district d'A . Dès le 12 octobre 1982, le requéran t - 115 -
demanda à étre libéré, arguant qu'il avait purgé sa peine paisiblement, qu'il était en parfaite santé physique et mentale, et qu'il souffrait, en tant que personne normale et saine d'esprit, de se trouver parmi des malades . Le jour suivant, le médecin chargé du département où se trouve le requérant, le docteur M ., adressa au tribunal régional un certificat médical rédigé dans les termes suivants : - En tant que médecin chargé du département, je considère que M . M . comme une personne qui n'est ni malade mentalement ni n'est atteinte de maladie nerveuse physique, et je suis d'accord en cela avec les opinions antérieures du Dr W . et du Dr D . . Sa détention dans un service fermé est injustifiée . » Le procureur général de T ., à qui ce certificat avait été transmis, répondit au Dr M . et lui demanda une expenise compléte sur l'état de santé actuel du requérant, tenant compte en particulier du risque qu'il pouvait présenter pour le public . Une telle expertise était nécessaire pour soumettre l'affaire au tribunal compétent . L'hôpital de district demanda également un rapport de l'assistance sociale de la prison de Nuremberg, qui répondit le 17 janvier 1983 que la conduite du requérant en prison avait été dans l'ensemble satisfaisante (-beanstandungsfrei-), mais qu'il s'était parfois montré entêté et émotif (• Uneinsichtig und aufbrausend . ) en raison de son caractère et de sa mauvaise connaissance de l'aBemand . Le requérant avait entre-temps soumis plusieurs pétitions du tribunal et à diverses autorités, y compris le ministére de la Justice de Bavière et le ministére fédéral de la Justice, et n'avait reçu que des réponses dilatoires . Le 12 décembre 1982, il avala un stylo à bille dans l'intention de se suicider, et fut temporairement transféré à l'hdpita) municipal d'A . Au bout de quelquesjours, il fut renvoyé au service fermé de l'hôpital de district, où il entama une grève de la faim, qu'il interrompit quelques jours plus tard, après qu'on lui eût promis que son affaire serait examinée . Un rapport psychiatrique complet . tel que demandé par le procureur général de T ., fut préparé non par le médecin traitant du requérant, le Dr M ., mais par le directeur de l'hôpital de district, le Dr G ., qui examina le requérant le 30 décembre 1982 . Dans son rapport, daté du 11 février 1983, il se référait au dossier pénal et médical, évoquant les diverses opinions d'experts antérieures et le dossier de l'hôpital de district . Il reconnaissait, sur ces bases, qu'il n'existait pas de signe de maladie physique ni nerveuse, ni de psychose, ni d'autre déficience d'ordre neurologique . Cependant, le comportement du requérant, notamment ses envois de pétitions, sa tentative de suicide et son attitude vis-à-vis de l'expert auteur du rapport révélaient chez lui un caractère chagrin anormal pouvant être considéré comme pathologique («querulatorische abnorme Perstinlichkeitsstruktur mit Krankheitswert-) . On ne pouvait exclure, en raison de ce caractère et de son tempérament hongrois, que le requérant pût à l'avenir retomber dans des explosions émotives qui pourraient avoir des conséquences d'ordre pénal . Il était donc nécessaire de le tenir en observatio n - 116 -
et en traitement pendant une période d'une année et demie à deux ans avant de tirer des conclusions définitives . L'interruption prématurée de la détention en hôpital psychiat ri que n'était par conséquent pas justifiée, l'état de choses prévu par l'a rt icle 63 du Code pénal continuant d'exister . Le requérant, assisté d'un avocat, formula des objections contre cette opinion d'expert le 24 mai 1983 . Il attaquait en particulier l'expert, le Dr G ., pour l'observation relative à son . tempérament hongrois-, qu'il estimait discriminatoire . Il remarqua encore que l'expert lui-mème avait conclu qu'il n'était pas malade mentalement, qu'on lui avait dit maintes fois qu'il ne l'était pas, et ses pétitions et autres réactions étaient par conséquent compréhensibles, et elles ne pouvaient à bon droit @tre assimilées à un comportement chagrin . En outre, il ne suivait aucun traitement thérapeutique . Il demandait donc une nouvelle expertise par un expen indépendant, non lié à l'hôpital psychiatrique dans lequel il était détenu . Avant que le tribunal régional compétent d'A . pût se prononcer, le requérant s'évada de l'hôpital de district d'A . le 27 mars 1983, mais fut repris le jour suivant en tentant de franchir illégalement la frontière autrichienne . Il n'opposa aucune résistance et fut placé dans le plus proche hôpital psychiatrique à G . . Dans sa fuite, le requérant s'était fracturé une jambe, et, dès son arrivée à l'hôpital psychiatrique, il demanda à être traité pour cet accident : il ne fut examiné à ce sujet que plusieurs jours aprés . Il fut alors conduit à un autre hôpital et plàtré . Il déclara avoir refusé d'adresser la parole au directeur de l'hôpital psychiatrique, le Dr R ., parce qu'il tenait celui-ci pour responsable de l'évidente carence de soins médicaux dont il avait été victime au début de son séjour dans cet hôpital . C'est néanmoins à ce même Dr R . que le tribunal régional d'A . demanda de foumir un avis psychiatrique supplémentaire . Celui-ci a été communiqué le 26 mai 1983 . 11 concluait que le requérant avait un caractère anormal (psychopathique, sociopathique, irrégulier, disharmonique) se traduisant par des émotions labiles, une irritation facile, des réactions impulsives, une tendance aux éclats, de l'entêtement et une disposition chagrine . Son comportement était à la fois psychopathologique et fondé sur un système d'attitudes délinquantes, sa dangerosité à cet égard l'emportant nettement sur l'aspect psychopathologique . Il avait besoin de traitement, ses réactions excessives pouvant dans une certaine mesure être tempérées par des drogues, mais il refusait tout traitement, comme le montrait son refus d'adresser la parole au Dr R . . Par conséquent, sa détention dans un h6pital psychiatrique ne pouvait servir qu'à des fins de sécurité, et non à des fins thérapeutiques . Mais ces fins de sécurité n'exigeaient pas nécessairement sa détention dans un hôpital psychiatrique, laquelle se trouvait ainsi médicalement injustifiée . Le 6 juin 1983, l'avocat du requérant soumit des observations sur cet avi s d'expert, soulignant la conclusion du spécialiste selon laquelle le requérant semblai t - 117 -
ètre moins un malade mental qu'un délinquant récidiviste . C'était dire que sa détention en hôpital psychiatrique était injustifiée . Le requérant a encore souligné certaines contradictions entre l'avis écrit de l'expert et sa position lors d'une audience du tribunal qui avait eu lieu le 18 mai 1983 et où il avait nié le caractère pathologique de l'état mental du requérant . Cependant, le 6 juin 1983, le tribunal régional d'A . maintint la détention du requérant en h6pital psychiatrique, déclarant qu'une nouvelle demande de contrôle judiciaire ne pourrait être faite avant dix mois, c'est-à-dire pas avant le 7 avril 1984 . Le tribunal notait que, selon les avis concordants des deux experts consultés, il n'y avait eu aucune modification dans l'état de labilité affective du requérant et que celuici risquait toujours de commettre des infractions graves . Comme il refusait d'étre traité et d'adresser la parole à ses médecins, sa détention était principalement justifiée, pour le moment, par des raisons des sécurité . L'avis formulé par l'expert, le Dr R ., que sans thérapie la détention en h6pital psychiatrique ne se justifiait pas, ne valait que sous l'angle médical ; il ne correspondait pourtant pas à la situation légale car la loi prévoyait également la détention de délinquants mentalement dérangés pour lesquels un traitement était inopérant, pour la protection du public . Le requérant en appela de cette décision et sollicita de nouveau la consultation d'un expert indépendant . Mais la cour d'appel de Nuremberg conftrma la décision du tribunal régional sans tenir compte de la demande de nouvelle expertise . L'arrét de la cour d'appel n'a pas été produit, mais le requérant a été informé de ses motifs le 12 août 1983 . Sa tentative de se pourvoir auprès de la Cour suprême de Bavière échoua car il n'y avait pas de recours contre la décision précitée de la cour d'appel . Le requérant ne semble pas avoir formulé de recours constitutionnel contre cette dernière décision . Il avait élé entre-temps transféré à l'hBpital psychiatrique de H ., et parvint à s'en échapper en septembre 1983 . Après s'être présenté en personne au Secrétariat de la Commission le 20 septembre, il fut expulsé par les autorités françaises et se rendit en Suisse . Il en fut également expulsé et retourna en République Fédérale d'Allemagne, où il fut reconduit à la clinique psychiatrique de H . le 27 septembre 1983 . Le 10 novembre suivant, il demanda aux autorités allemandes de suspendre sa détention et de l'expulser vers la Hongrie . Le 15 novembre, le procureur de T . lui indiqua que les autorités compétentes pour les affaires touchant les étrangers étaient en train d'examiner si une expulsion vers la Hongrie était légalement possible dans sa situation . Dans une nouvelle lettre du 12 décembre 1983, le procureur disait, en réponse à d'autres requêtes analogues, que sa demande de libération ne serait recevable qu'à l'échéance de dix mois, selon le délai fixé par le tribunal . - 118 -
En attendant, le requérant avait également pris contact avec le consulat hongrois compétent, qui le conseilla quant à la procédure de rapatriement . On lui fit savoir finalement que les autorités nationales hongroises refusaient de lui octroyer un permis d'entrée en raison de la condamnation à mort qui avait été prononcée contre lui par le tribunal militaire extraordinaire le 15 aoùt 1957, en raison de sa participation au soulèvement de 1956 .
GRIEF S I . Le requérant se plaint d'abord d'être détenu injustement dans un h8pital psychiatrique sans ètre un aliéné . Il estime que les experts médicaux consultés dans la procédure de détention avaient un parti pris contre lui et que leurs avis étaient manipulés en coopération avec le procureur de T . . Dans le cas de l'expert, le Dr G ., le requérant regrette qu'il ait remplacé son médecin traitant, le Dr M ., qui avait exprimé une opinion favorable ; il ajoute que le Dr G . a préparé son avis d'expert sans procéder à un examen médical complet, et qu'enfin il a adopté une attitude discriminatoire contre lui en tant que Hongrois . Dans le cas du Dr R ., ses objections portent également sur l'absence d'examen complet, et en particulier sur le fait qu'il a perdu confiance en ce médecin, qui avait négligé de le lraiter pour sa jambe cassée, lors de son arrivée à G . . Le requérant se plaint également du fait que ses demandes d'expertises par un psychiatre indépendant extérieur aux institutions de détention, ont été rejetées . Le requérant soutient qu'en réalité tous les experts reconnaissent qu'il n'est pas malade mentalement, et qu'ils ne se retranchent derrière des constructions verbales abusives que pour justifier sa détention et garder la face, malgré le fait qu'il les a cités devant les organes de Strasbourg . Son changement d'attitude a été démontré par sa conduite au cours de sa détention en tant que condamné : il n'a alors causé aucun trouble et a mème été autorisé à travailler à l'extérieur de la prison avec des outils dangereux, sans qu'aucun doute n'ait été exprimé à cet égard ni par l'administration de la prison ni par ses compagnons prisonniers . II n'a pas non plus réagi de maniére dangereuse lorsqu'il a été arrété à la frontière autrichienne . 2 . Le requérant se plaint également de ladite détention parce qu'il estime avoir été injustement condamné en 1980, par un juge qui était de parti pris et qui avait déjà eu à connaitre d'une poursuite contre lui en 1976 . 3 . D'un point de vue différent, le requérant se plaint des conditions de sa détention, et en particulier de l'absence de traitement psychiatrique approprié, pendant toute la période de sa détention, du fait qu'on lui ait administré à l'occasion des tranquillisants contre sa volonté, du manque de soins médicaux après sa tentative de suicide à A ., et de nouveau à son arrivée à G ., où on négligea de le traiter pour sajambe brisée . Les conditions de détention à H ., où il doit travailler huit heures parjour dans - 119 -
une cimenterie (pour 192 DM par mois) équivalent à son avis à un régime de travail forcé . Il se plaint également d'attitudes sadiques chez les gardiens de l'hôpital, d'immixtion dans sa correspondance (censure de ses lettres) et de refus d'utilisation du téléphone . 4 . II se plaint enfin d'@tre empêché de quitter la République Fédérale d'Allemagne . Le requérant n'a pas invoqué de dispositions particulières de la Convention .
EN DROIT 1 . Le requérant se plaint tout d'abord d'être détenu de manière injustifiée dans un hôpital psychiatrique, bien qu'il ne soit pas une personne dérangée mentalement . 2 . La Commission note que la détention du requérant en hôpital psychiatrique à l'échéance de sa peine de prison de trois ans a été ordonnée par un jugement du tribunal régional de T . le 26 mars 1980 . Le requérant s'est plaint de cette procédure, alléguant en particulier qu'il avait été condamné à tort et que le juge était de parti pris . Dans la mesure où ces griefs peuvent être examinés à la luntiére de l'article 6 par . 1 de la Convention, la Commission observe que le requérant n'a pas recouru contre lejugement précité et n'a par conséquent pas épuisé les voies de recours internes, comme l'exige l'article 26 de la Convention . Sa tentative infmcmeuse d'obtenir, en 1981, une révision du procès ne peut être prise en compte comme recours effectif au sens de cette disposition . Cette partie de la requête doit par conséquent étre rejetée en vertu de l'article 27 par . 3 de la Convention . 3 . La détention du requérant en hôpital psychiatrique résulte de sa condamnation pénale et doit donc être examinée au regard de l'article 5 par . 1 de la Convention, en tant que l'intéressé était •détenu régulièrement après condamnation par un tribunal compétent . . Cependant, la détention se fondant également sur la constatation d'un état de dérangement mental, il faut également, et tout d'abord, examiner cette détention au regard de l'article 5 par . I e) (voir par . 39 de l'arrêt de la Cour eur . D .H . en date du 5 novembre 1981, dans l'affaire X . c/Royaume-Uni, série A, vol . 46) . Dans de tels cas, les conditions suivantes doivent être remplies : il doit être sérieusement démontré que l'intéressé est dérangé mentalement, c'est-à-0ire qu'un désordre mental réel doit être établi devant une autorité compétente, sur la base d'une expertise médicale objective : le trouble mental doit ètre d'un type ou d'un degré qui justifie un intemement forcé ; enfin, la légitimité de la continuation de la détention dépend de la persistance du trouble (voir par . 40 de l'arrêt précité et par . 39 de l'arrêt du 24 octobre 1979 dans l'affaire Winterwerp, série A, vol . 33) . En l'esp8ce, l'ordre de détention initial contenu dans le jugement du tribunal régional de T . se fondait sur un avis d'expert psychiatre formulé lors du procès e t
- 120 -
selon lequel le requérant avait une tendance pathologique à l'agressivité, qui le rendait dangereux pour le public et pour lui-même . Avant l'intemement effectif du requérant dans un hôpital psychiatrique, la persistance de son dérangement mental a été confirmée par une décision du tribunal régional de Nuremberg, datée du t•' juillet 1982 et fondée sur une nouvelle expertise médicale effecmée par le médecin de la prison de cette ville . Le requérant n'a interjeté appel d'aucune de ces décisions, qui sont ainsi devenues définitives . Dans ces conditions, la Commission ne peut que constater que le requérant n'a pas épuisé les voies de recours internes pour ce qui touche à son internement en institution psychiatrique, et elle est donc en principe emp@chée d'examiner la question de savoir si son internement était initialement justifié ou non en vertu de l'article 5 par . 1 e) de la Convention . Dans la mesure où il est admis que le requérant proteste contre cet intemement initial, sa plainte doit être rejetée pour non-épuisement des voies de recours intemes (article 27 par . 3 lu concurremment avec l'article 26 de la Convention) . 4 . II est vrai que le requérant a par la suite sollicité un contrôle judiciaire de la légalité de son maintien en détention, et que cette requête a conduit à une décision du tribunal régional d'A . qui, le 6 juin 1983, a confirroé l'ordre de détention et fixé un délai de dix mois avant qu'un nouveau contrôle judiciaire puisse avoir lieu . Pour prendre cette décision, le tribunal régional avait tenu compte de deux avis d'experts psychiatres, en date des 11 février et 26 mai 1983 respectivement . Il est vrai que les experts consultés nièrent l'existence d'un véritable désordre mental fondé sur une maladie nerveuse physique ou sur une psychose . Ils ont cependant constaté que le requérant avait un caractère pathologiquement agressif qui le rendait dangereux pour le public et pour lui-m@me . Ils déclarèrent en outre que le requérant avait besoin d'un traitement psychiatrique tendant à stabiliser ses réactions émotives excessives, mais qu'il refusait de coopérer et était p ar conséquent inaccessible au traitement . Sa détention n'était plus justifiée, au fond, que par des raisons de sécurité . Tout en admettant que cet état de chose pouvait n'être pas satisfaisant sous l'angle médical, le tribunal estima que l'on avait des motifs suffisants de continuer à détenir le requérant en hôpital psychiatrique, pour la protection du public en général . Cette décision a été confirmée en appel, au mois d'août 1983, et le requérant n'a plus ensuite exercé de recours auprès d'un tribunal ordinaire . La Commission note cependant qu'il n'a pas forroulé de recours constitutionnel contre les décisions précitées et qu'ici encore il n'a pas épuisé les recours intemes quant à la justification de son maintien en détention en venu de l'article 5 par. 1 e) . Cette partie de la requéte doit donc être rejetée également comme irrecevable en vertu de l'article 27 par . 3 de la Convention . 5 . Le requérant n'aurait cependant pas été en mesure de présenter un recours constitutionnel pour faire valoir les droits que lui reconnaît l'article 5 par. 4 de la Convention, notamment le droit à une décision à bref délai par un tribunal quant à la légalité du maintien en détention . La Commission constate donc que le requérant doit être considéré comme ayant épuisé les voies de recours internes au moins à cet égard, et elle est par conséquent appelée à déterminer si la procédure employée était conforme à la disposition précitée . - 121 -
A cet égard, la Commission rappelle que, selon sa propre jurisprudence et celle de la Cour, les possibilités de contrôle judiciaire envisagées par l'article 5 par . 4 doivent être disponibles périodiquement et à des intervalles raisonnables dans les cas où la détention se fonde sur l'anicle 5 par . 1 e) (cf. en particulier le par . 55 de l'arrét Winterwerp, loc .cit . et le par . 52 de l'arT@t dans l'affaire X . c/Royaume-Uni, loc .cit .) . La Commission constate que dans le cas présent le requérant disposait en fait d'un contrôle périodique de sa détention . La légalité en a 8té déterminée, à la demande du requérant, en juillet 1982, soit avant son transfert effectif à un hôpital psychiatrique, et de nouveau en juin 1983, à la suite d'une demande de libération faite en octobre 1982 . Un nouveau contrôle judiciaire était envisagée en avril 1984, à l'échéance des dix mois de délai fixés par le tribunal . La Commission constate en outre qu'en juillet 1982 et en juin 1983 le tribunal n'a pris sa décision qu'après avoir obtenu un avis médical . Le requérant a en fait soulevé certaines objections à cet égard, et il est vrai qu'on lui a par deux fois refusé la consultation d'un expert supplémentaire . La Commission considère néanmoins que l'avis d'expert qui fut effectivement demandé suffisait par son caractère et sa portée à fournir une base raisonnable aux décisions précitées du tribunal . 6 . La seule question qui demeure à examiner est par conséquent celle de savoir si la légalité de la détention du requérant a été d6terminée à bref délai comme l'exige l'article 5 par . 4 . Les neuf mois qui se sont écoulés entre la demande de libération du requérant, en date du 12 octobre 1982, et la décision du tribunal régional relative à cette demande, en date du 6 juin 1983, paraissent à première vue un délai assez long et peu satisfaisant . La Commission note cependant que la demande n'a été faite que trois mois après le dernier contrôle judiciaire, opéré en juillet 1982, de la légalité de l'ordre de maintien en détention, et seulement deux semaines après le transfert effectif du requérant à un hôpital psychiatrique, que la décision de juillet devait confirmer . La Commission considère que le contrôle judiciaire envisagé par l'article 5 par . 4 de la Convention se trouvait incorporé dans cette décision et qu'il n'y avait par conséquent pas lieu, en vertu de cette disposition, d'examiner de nouveau la même question immédiatement après l'exécution de la mesure ainsi autorisée . Du moins n'était-ce pas nécessaire tant qu'il n'y avait pas d'indication claire d'un changement substantiel dans l'état mental du requérant . Dans ces conditions, il suffisait en principe de prévoir de nouveaux contrôles judiciaires de la légalité de la détention du requérant à des intervalles appropriés . Il faut en tout cas noter qu'à la suite de la présentation d'un cernificat médical favorable au requérant, le 13 octobre 1982, les autorités réagirent immédiatement en demandant une expertise complète . L'exécution de cette expertise a été quelque peu retardée par la tentative de suicide du requérant et par sa grève de la faim, en décembre 1982, mais elle ful ensuite rapidement effctuée et le rapport soumis le 1 1 février 1983 . Une décision aurait probablement été prise en avril, mais elle ne put l'être en raison de l'évasion du requérant . Comme il fut alors détenu dans u n - 122 -
autre hdpital, il n'était pas déraisonnable de demander un nouvel avis d'un psychiatre de cet établissement, eu égard en particulier à la demande antérieure de nouvelle expenise formulée par le requérant lui-méme . Le nouveau rapport a été soumis sans retard déraisonnable, le 26 mai 1983, et la décision du tribunal suivit le 6juin 1983 . Dans ces circonstances particulières, on peut encore admettre que le tribunal a statué •à bref délai• . La fixation d'un délai de six mois avant le prochain contrôle judiciaire n'était pas déraisonnable, eu égard au pronostic des experts sur l'évolution de l'état mental du requérant . La Commission conclut donc qu'il n'y a, en l'espèce, aucune apparence de violation de l'article 5 par . 4 de la Convention et que les griefs du requérant à cet égard sont manifestement mal fondés, au sens de l'article 27 par . 2 de la Convention . 7 . Pour ce qui est des autres griefs du requérant, y compris ses allégations relatives au manque de soins médicaux, aux mauvaises conditions de sa détentinn, au travail forcé, à l'immixtion dans sa correspondance et au refus d'autorisation de quitter le pays, la Commission n'est pas appelée à procéder à leur examen, le requérant ayant, à l'évidence, omis d'épuiser les recours intemes sur ces divers points . Ces parties de la requéte sont par conséquent irrecevables en vertu de l'article 27 par . 3 de la Convention . Par ces motifs, la Commissio n
- 123 -

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 18/05/1984

Fonds documentaire ?: HUDOC

Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.