Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ I. et C. c. SUISSE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10107/82
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1984-07-12;10107.82 ?

Analyses :

(Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE


Parties :

Demandeurs : I. et C.
Défendeurs : SUISSE

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE No 10107/82 1 . and C . v/SWITZERLAN D 1 . et C . c/SUISS E DECISION of 12 July 1984 on the admissibility of the application DÉCISION du 12 juillet 1984 sur la recevabilité de la requét e
Article 6, paragraph 2 of the Convention : An order to pay costs in proceedings in which a person is not convicted does not, in irself, violate the provision . The position is different if, in making the order, the court gives an appraisal of the person's guilt . Article 26 of the Convention : a) Domestic remedies hate not been e .rhausted when an appeat is not adnritred because of a procedural mistake by the appellant . b) The six months' time-limit is respected when the application is introduced not more than six months after the applicant becomes aware of the decision constituting exhaustion of domestic remedies ; there is no need to exantine rhe outcome of mher.domestic .remedies 6, paragraphe 2, de la Convention : Le seul fait de condamner aux frais .Article une personne dont la culpabilité n'a pas été légalement établie ne viole pas cette disposition . Il en va autrement si, ce faisant, le juge émet une appréciation de culpabilité.
Article 26 de la Convention : a) Les voies de recours intemes n'ont pas été épuisées lorsque le recours a él é rejet . éparsuited'nfomlécisepar'utdcos b) Le délai de six mois est respecté lorsque la requéte n'a pas été introduire plus de sit mois après que le requérant a eu connaissance de la décision réalisant l'épuisentent des recours internes, sans qu'il soit nécessaire d'examiner le sort d'autres recours intemes.
- 90 -
(français : voir p . 97)
THE FACTS The facts of the case may be summarised as follows :
The first applicant, a Swiss national born in 1925, is a barrister and resides in Zug . The second applicant, a Swiss national bom in 1935, is a businessman resident in Zug . Both applicants are represented by Mr . Groner, a lawyer practising in Zug . On 31 March 1978, the Swiss Department of Justice brought charges inter alia against the applicants on the grounds that they had violated provisions of the Federal Decrees on the acquisition of real estate by persons living abroad of 23 March 1961 in its formulations of 30 September 1965 and 21 March 1973 (Bundesbeschluss über den Erwerb von Gmndstücken durch Personen ini Ausland) . The first applicant allegedly had drafted for a company domiciled in Zug contracts which violated the respective Federal Decrees, whereas the second applicant allegedly had enabled, also as agent of another company, the financing of illegal real estate business with foreigners . Upon interrogation by the Cantonal police, the first applicant denied that he had intentionally violated the Federal Decrees of 1961 and 1973 . The second applicant admitied that in sonte cases he had been aware of the fact that foreigners had intended to buy real estate in Switzerland . On I I July 1980, the investigating office (Verhdramt) transferred the files to the Public Prosecutor's Office . The applicants appealed against this, first to the Commission of Justice of the Canton of Zug, then to the Federal Court which, on 13 March 1981, decided not to enter into the matter . Subsequently, the Public Prosecutor's Office brought the above charges against the applicants before the Criminal Court (Strafgericht) of the Canton of Zug with the request that the proceedings should be tertninated on account of prescription, and that the accused should bear part of the court costs . On 15 April 1981 . the applicant brought a plea of nullity with regard to the criminal investigation to the extent that the investigating judge had not been in possession of a cantonal barrister's degree ; he did not fulfil the conditions of eligibility prescribed by law ; and he had been installed in that position on 20 January 1981 ex post facto, for the period of time from I April 1980 to 31 May 1981 . On 8 and I I May 1981 the applicants also requested the hearing of 27 witnesses, the edition of various files and the examination of the question of prescription . On 22 May 1981, the Criminal Court acquitted the first applicant of having violated the Federal Decree of 1961 in its formulation of 1973 . The court terminated the proceedings with regard to both applicants conceming the violations of Art . 14 paras . I and 2 of the Federal Decree of 1961 in its formulation of 1965 . The proceeddings were terminated on account of the prescription of these violations which had occurred already on 8 December 1977 . The first applicant was ordered to pay 3/10 (589 .35 Swiss Francs), the second applicant 1/ 10 (196 .45 Francs) of the investigation
-91-
and court costs . Other accused persons in the same proceedings were convicted and each sentenced to a fine of 10 .000 Francs and a conditional prison sentence of one month . In its decision concerning the applicants the court conceded that a formal fault had occurred with regard to the institution of the investigating judge and the manner in which he had dealt with the case . However the court rejected the plea of nullity seeing that the fault had not been serious and the applicants did not, as a result, suffer any disadvantage . The court also rejected the application concerning additional evidence on the grounds that it was irrelevant and would unnecessarily prolong the proceedings without materially affecting the results . In fixing the costs, the court relied on S .56 bis para . 2 of the Zug Code of Criminal Procedure according to which the acquitted may be ordered to bear the court costs if his reprehensible or frivolous behaviour caused the institution of, or impeded, the proceedings . The court conceded that the limitation period had expired before the proceedings were instituted . However, it pointed out that cases of this nature were normally complex and required a thorough examination of the facts . Moreover, the applicants had "after all committed offences and, through their reprehensible behaviour, had caused the criminal investigation" (schliesslich haben sie delinquiert und damit durch ihr verwerFliches Verhalten Anlass für den Strafuntersuch gegeben, p . 117) . Hence, the State had not unnecessarily pursued the proceedings through its own fault . The applicants then employed two different remedies . 1 . The first applicant appealed against this decision to th e Criminal Court of Appeal (Strafobergericht) of the Canton of Zug, relying on Arts . 6(1) - (3) and 8 of the Convention . The applicant submitted, inter alia- that a competent and correcUy instituted investigating judge could easily have established prescription . Besides, the applicant had not been given the opportunity to call further witnesses in order to substantiate a lack of intention on his behalf regarding the alleged charges . The order according to which he had to bear the court costs was incompatible with the presumption of innocence . The Criminal Court of Appeal did not enter into the appeal (Nichteintretungsbeschluss) in view of the fact that the proceedings of the first instance had not been formally concluded by means of a judgment (Urteil), a condition postulated by S .70 of the Zug Code of Criminal Procedure . The first applicant lodged against this decision a Public Law Appeal with the Swiss Federal Court which, on 5 March 1982, declared the appeal inadmissible . This decision was served on I I March 1982 . According to thejudgment, which was give n
- 92 -
publicly, the applicant had not demonstrated a violation of a constitutiona) provision on the part of the Zug Criminal Cou rt of Appeal ; the complaint against the court of first instance was out of time . Against this decision the fi rst applicant lodged a complaint with the Commission . II . Both applicants also appealed against the decision of the Criminal Court to the Commission of Justice of the Canton of Zug in which they raised similar complaints as in the first applicant's appeal to the Criminal Court of Appeal . The Commission of Justice which entered into the case only to the extent that it concerned the imposition of court costs, dismissed the appeal on 9 March 1982 . Against this last decision, and the decision of the court of the first instance, the applicants lodged with the Federal Court a Public Law Appeal based on Art . 6 (2) of the Convention, which the First Public Law Chamber dismissed on 10 December 1982 . Thejudgment which was not given publicly was served on 17 December 1982 . In its judgment, the Federal Court found that the Public Law appeal could be directed, not against the first instance, but on)y against the second instance, the Commission of Justice, inasmuch as the latter apparently possessed full jurisdiction in the matter. Moreover, the applicants did not complain that the Commission of Justice had disregarded their submissions regarding the initial investigation proceedings . The Federal Coun upheld its jurisprudence according to which a person may be ordered to bear the coun costs even upon terntination of the proceedings, if the person's reprehensible or frivolous behaviour caused the institution of, or impeded, the proceedings . Rather than implying judicial recognition of the applicant's guilt, this constituted a responsibility for procedural fault, i .e . faulty behaviour leading to the criminal investigation . The Federal Court would uphold this view as long as the European Court of Human Rights did not state differently . (The Minelli case was at the time still pending before the Court . ) The Federal Court saw a limit to thisjurisprudence in that an order concerning the court costs should not become the equivalent of a punishment based on suspicion ( Verdachtsstrafe) or a sanction for a still existing suspicion of criminal guilt (Sanktion fur eine noch bestehende Vermutung einer strafrechtlichen Schuld) . However, in the instant case the Criminal Court had established breaches of the Federal Decree of 1961 . With regard to the court costs, it was not unconstitutional in such a case to anticipate the probable judgment, if prescription had not occurred, and the Commission of Justice had been entitled to qualify the conduct of the applicants as reprehensible or frivolous behaviour . In view of the complexity of the case, the applicants could not complain that the investigating judge had transferred the question of prescription to the Public Prosecutor for the criminal judge to decide, rather than the investigating judge attempting to resolve it himself . Against this decision both applicants lodged a complaint with the Commissio n
- 93 -
Complaints The first applicant's communications and the subsequent communications by both applicants raise in principle the same complaints . The applicants complain under Art . 6 (2) that they were ordered to pay the court costs although the proceedings were terminated on account of the time limit . They complain that the court costs were imposed on the basis of the court's finding in its decision that the applicants had committed the offences at issue . The applicants complain of a violation of Art . 6, para . (3)(d) of the Convention inasmuch as they were not given the opportunity to call and have heard exonerating witnesses . In particular, one such witness could have testified to the lack of intention on the part of the applicants when engaging in their allegedly illegal conduct . The applicants also see a violation of Ans . 3 and 8 in the fact that the criminal investigation and proceedings were pursued despite prescription and faulty investigation . Finally, the applicants submit that Art . 7 has been violated inasmuch as the more stringent standards of the Federal Decree of 1973 had been retroactively applied to the interpretation and application of the Federal Decree of 1961 .
THE LAW 1. The applicants have complained under Art . 6(2) that they were ordered to pay part of the court costs although the proceedings before the Criminal Court of Zug were terminated on account of the expiration of the time limit . The applicants complain particularly that the Criminal Court imposed the court costs inter alia on the basis of its finding that the applicants had committed the offences at issue . Under Art . 26 of the Convention the Commission may only deal with a.a matte r after all domestic remedies have been exhausted, according to the generally recognised rutes of intemational law, and within a period of six months from the date on which the final decision was taken . In the instant case the first applicant lodged his complaint concerning Art . 6 (2) with the Commission on 10 September 1982 . The second applicant lodged his complaint conceming Art . 6 (2) on 8 June 1983 . The latter complaint was also filed in the name of the first applicant . The Government accept that the decision of the Federal Court of 10 December 1982 was the "final decision" for the purposes of Art . 26 and that with respect to this decision the applicants had exhausted domestic remedies and lodged,their complaints with the Commission in time .
-94-
The Cotnntission observes that the complaint introduced by both applicants before the Commission on 8 June 1983 concemed the decision of the Federal Court of 10 December 1982 . In that decision the Federal Coun declared both applicants' public law appeal admissible though it dismissed the appeal on the merits . The decision of the Federal Court which was not given publicly was served on 15 December 1982 . The Comntission concludes therefore that with respect to their complaint under Art . 6 (2) the applicants have complied with the condition as to the exhaustion of domestic remedies and have introduced their complaints before the Commission in time, within the meaning of Art . 26 of the Convention . In these circumstances the Commission does not need to enter into the submission of the Govemment that with respect to the Federal Court-s decision of 5 March 1982 the applicant had not exhausted domestic remedies . This is not necessary since that decision related to the same issue which was subsequently finally deterniined by the Federal Court on 10 December 1982 . b . According to Art . 6(2) of the Convention, everyone charged with a criminal offence shall be presumed innocent until proved guilty . The Commission recalls its jurisprudence according to which "the mere fact of ordering cenain court costs or prosecution costs against an accused when the proceedings are tertninated neither by a conviction nor by an acquittal cannot in itself amount to a violation of the presumption of innocence ." However, a problem arises under Art . 6 (2) if the "apponionment of these costs, as ordered, results from an appraisal of the guilt of the accused so that the costs ordered against him may appear as a sort of penalty iniposed on grounds of suspicion" (see the Report of the Commission in the case of Minelli v . Switzerland of 6 May 1981, para . 31) . In the instant case the proceedings before the Criminal Court of Zug were terminated on account of their prescription . The Coun nevertheless imposed part of the court costs upon the applicants inter alia as it was convinced that the applicants had committed the offences at issue . The Government contend that (he present case differs essentially from the Minelli case . The Government draw attention to thejudgment of the European Coun of Human Rights in the Minelli case in which the Court regarded the presumption of innocence as being violated "if without the accused's having previously been proved guilty according to law and, notably, without his having had the opportunity of exercising his rights of defence, a judicial decision conceming hint reflects an opinion that he is guilty" (judgment of 25 March 1983, series A vol . 62 para . 37) . The Court then found : "In this way the Chamber of the (Zurich) Assize Court showed that it was satisfied of the guilt of (the applicant), an accused who, as the Govemment acknowledged, had not had the benefit of the guarantees contained in paragraphs I and 3 of Article 6" (ibid . )
-95-
The Government submit in this light that in the context of Art . 6(2) the guarantees of a fair trial as in Art . 6(1) and (3) are also relevant . In the present case, the Govemment contend that the applicants benefited from a fair trial and could exercise their rights of defence in a norinal manner . The proceedings were only terminated after formal charges had been brought against the applicants and a public hearing had been held . The Criminal Court substantiated its decision very thoroughly . The Zug Criminal Court was convinced that the applicants had "violated both objectively and subjectively" the respective Federal Decree and imposed part of the court costs upon the applicants as it saw a link of causality between the applicants' behaviour and the costs resulting from the proceedings . The Commission has carried out a preliminary examination of the complaint as to whether the reasons stated in the court decision concerning the imposition of court costs violated Art . 6 (2) . It considers that in this respect the present application raises issues of such complexity in fact and in law that their deterrnination should depend on a further examination of the merits . It follows that this part of the application cannot be dismissed as manifestly illfounded within the meaning of Art . 27 (2) of the Convention . It is therefore admissible, as no other ground for declaring it inadmissible has been established . 2 . The applicants have also complained under Art . 6 (3)(d) that they were not given the opportunity to have exonerating witnesses heard . They allege violations of Arts . 3 and 8 to the extent that the criminal proceedings were pursued despite prescription and faulty investigation . They complain under Art . 7 that the more stringent standards of the Federal Decree in its formulation of 1973 were applied to the interpretation and application of the Federal Decree of 1961 . However, the Commission is not required to decide whether or not the fact s alleged by the applicants disclose any appearance of a violation of these provisions as, under Art . 26 of the Convention, it may only deal with a mauer after all domestic remedies have been exhausted according io the generally recognised rules of international law . The Commission observes that the Commission of Justice of the Cantonof Zu g had declared the applicants' appeal admissible only insofar as it concemed the imposition of court costs . For this reason, the Federal Court's decision of 10 December 1982 regarded the applicant's public law appeal as inadmissible to the extent that it raised issues other than the imposition of coun costs which the court was incompetent to examine . The decision of the Federal Court of 5 March 1982 also declared the first applicant's public law appeal inadmissible, in pan as being insufficiently substantiated, in part as being out of time . The Commission recalls its constant jurispmdence according to which there is no exhaustion of domestic remedies where a domestic appeal is not admitted because of a procedural mistake (see Le Compte v . Belgium, Application No . 6878/75 ,
-96-
decision on admissibility DR 6, p . 79) . In the instant case the applicants' public law appeals were declared inadmissible under Swiss law with regard to the complaints at issue . In this respect the applicants have therefore not exhausted the remedies available to them under Swiss law . Moreover, an examination of the case does not disclose the existence of any special circumstances which might have absolved the applicants, according to the generally recognised rules of international law, from exhausting the domestic remedies at their disposal . It follows that the applicants have not complied with the condition as to the exhaustion of domestic remedies and their application must in this respect be rejected under Art . 27 (3) of the Convention . For these reasons, the Commissio n DECLARES ADMISSIBLE, without in any way prejudging the merits, the applicants' complaints under An .6 (2) concerning the decision by which cou rt costs were imposed on the applicant ; DECLARES inadmissible the remainder of the application .
(TRADUCTION )
EN FAI T Les faits de la cause peuvent se résumer comme suit : Le premier requérant est un resso rt issant suisse né en 1925 . II est avocat et habite Zoug . Le second requérant est un resso rtissant suisse né en 1935, homme d'affaires habitant Zoug . Les deux requérants sont représentés par Me Croner, avocat à Zoug . Le 31 ntars 1978, le Dépanement fédéral suisse de Justice et Police portait plainte contre les requérants pour infraction aux dispositions de l'arrêté fédéral du 23 ntars 1961 relatif à l'autorisation en vue de l'acquisition d'immeubles par des personnes domiciliées à l'étranger ( Bundesbe schluss über den Erwerb von Grundstücken durch Personen im Ausland) . Le premier requérant était accusé d'avoir rédigé, pour une société domiciliée à Zoug, des contrats contraires à cet arrèté fédéral, et le second d'avoir permis, en tant qu'agent d'une autre société, le financement de transactions immobilières illicites avec des étrangers . Interrogé par la police cantonale, le premier requérant nia avoir eu l'intention d'enfreindre les arrêtés fédéraux de 1961 et 1973 . Le second requérant reconnut avoir eu parfois conscience du fait que des étrangers avaient l'intention d'acheter des biens immobiliers en Suisse .
- 97 -
Le 11 juillet 1980, l'office d'instrvction ( Verhiiramt) communiqua les dossie rs au parquet . Les requérants recoururent contre ce tte décision, d'abord devant la commission de Justice du Canton de Zoug, ensuite devant le Tribunal fédéral qui, le 13 mars 1981, décida de ne pas entamer l'examen de l'affaire . Ultérieurement, le parquet saisit de l'affaire le tribunal pénal (Strafgericht) du Canton de Zoug en lui demandant de prononcer un non-lieu pour cause de prescription et d'imputer une partie des dépens aux prévenus . Le 15 avril 1981, le requérant introduisit un recours en annulation concernant l'instruction pénale, dans la mesure où le juge d'instruction n'était pas titulaire d'un diplôme d'avocat du canton, ne remplissait pas les conditions d'éligibilité prévues par la loi et é tait entré en fonctions a posteriori le 20 janvier 1981 pour la période allant du 1°1 av ri l 1980 au 31 mai 1981 . Les 8 et 11 mai 1981, les requérants demandèrent également l'audition de 27 témoins, la production de divers dossiers et l'examen de la question de la prescription . Le 22 mai 1981, le tr ibunal pénal acquitta le premier requérant du chef d'infraction à l'arrêté fédéral de 1961 dans sa version de 1973 . II mit fin aux poursuites contre les deux requérants quant aux infractions à l'article 14, par . 1 et 2, de l'artété fédéral de 1961 dans sa version de 1965 . 11 mit fin aux poursuites, pour cause de presc ri ption, les violations remontant au 8 décembre 1977 . Le premier requérant fut condamné à payer les 3/10 (589,35 SFr), le second le 1/ 10 (196,45 SFr) des frais . D'autres inculpés dans ce tt e méme procédure furent reconnus coupables et condamnés chacun à une amende de 10 .000 SFr et à une peine d'un mois de prison avec sursis . Dans son jugement,le tribunal reconnut qu'une erreur de procédure avait été commise quant à l'entrée en fonctions du juge d'instruction et la mani8re dont celuici avait instruit l'affaire . Cependant, il rejeta le recours en annulation en constatant que l'erreur n'avait pas été grave et que les requérants n'en avaient nullement pâti . Le tribunal rejeta é galement la demande d'audition de témoins supplémentaires, estimant qu'elle était inutile et prolongerait ind6ment la procédure sans en modifier les résultats matériels . Pour statuer sur les frais, le tribunal invoqua l'a rt icle 56 bis, par . 2, du code cantonal de procédure pénale- aux termes duquel la personne acquittée peut étre condamnée aux dépens si, par un compo rtement répréhensible ou par légèreté, elle est à l'origine des poursuites ou les a rendues plus difficiles . Le tribunal reconnut qu'il y avait prescription avant méme l'ouve rt ure des poursuites . Il souligna cependant que des affaires de cet ordre sont généralement complexes ct requièrent un examen approfondi des faits . Du reste, les requérants avaient «après tout, commis des infractions et par leur comportement répréhensible étaient à l'origine de l'instruction pénale • (schliesslich haben sic delinquie rt und damit durch ihr verwerFliches Verhal( en Anlass für den Strafantersuch gegeben, p . 117) .-98
En conséquence, selon le tribunal, l'Etat n'avait pas inutilement et par sa propre faute prolongé la procédure . Les requérants utilisèrent alors deux voies de recours différentes . 1. Le premier requérant interjeta appel de cette décision devant la cour d'appel pénale (Strafobergericht) du Canton de Zoug, en invoquant l'article 6 . par . 1 à 3, et l'article 8 de la Convention . Il soutenait notamment qu'un juge d'instruction compétent et dùment entré en fonctions aurait facilement pu découvrir l'existence de la prescription . En outre- le requérant n'avait pas eu la possibilité de citer d'autres témoins pour prouver le défaut d'intention manifeste de sa pan en ce qui concerne les accusations dont il était l'objet . Selon lui, l'ordonnance de condamnation à une partie des dépens était incompatible avec la présomption d'innocence . La cour d'appel pénale n'examina pas l'appel (Nichteintretungs- beschluss) compte tenu du fait que la procédure de première instance ne s'était pas formellement conclue par un jugement (Urteil), condition posée à l'article 70 du Code cantonal de procédure pénale . Le premier requérant introduisit contre cette décision un recours de droit public au Tribunal fédéral suisse qui le rejeta le 5 mars 1982 . L'arrét fut signifié le 11 mars 1982 . Selon cet arrét prononcé publiquement, le requérant n'avait pas apporté la preuve d'une violation d'une disposition de la Constitution par la cour d'appel pénale de Zoug et le grief forrnulé contre la procédure de première instance était frappé de tardiveté . Le premier requérant a formulé devant la Commission un grief concernant cette décision . Il Les deux requérants recoururent aussi contre la décision du tribunal pénal devant la commission de Justice du Canton de Zoug ; dans ce recours, ils formulaient des griefs analogues à ceux de l'appel du preniier requérant devant la cour d'appel pénale . La commission de Justice, qui n'examina l'affaire que pour autant qu'elle concernait les frais, rejeta le recours le 5 mars 1982 . Contre cette demière décision et contre celle de première instance, les requérants introduisirent auprès du Tribunal fédéral un recours de droit public fondé sur l'article 6, par . 2, de la Convention, que la première chambre de droit public rejeta le 10 décembre 1982 . L'arrêt, qui ne fut pas prononcé en audience publique, fut signifié le 17 décembre 1982 . Dans cet arrèt, le Tribunal fédéral estimait que le recours de droit public pouvait être dirigé non pas contre la procédure de première instance mais uniquement contre celle de deuxième instance, la commission de Justice, dans la mesure où cette dernière semblait posséder pleins pouvoirs de juridiction en la matière . Du reste, les requérants ne reprochaient pas à la commission de Justice d'avoir méconnu leur argumentation sur la procédure d'instruction initiale .
-99-
Le Tribunal fédéral confirrna sa jurisprudence selon laquelle un plaideur peut être condamné aux dépens même en cas de non-lieu si, par le caractère répréhensible de son comportement ou par légèreté, l'intéressé est à l'origine des poursuites ou les a rendues plus difficiles . Loin d'impliquer une reconnaissance par lejuge de la culpabilité du requérant, cela constituait une responsabilité pour cause d'erreur de procédure, autrement dit comportement fautif ayant conduit à l'instrvction criminelle . Le Tribunal fédéral déclara maintenir ce point de vue tant que la Cour européenne des Droits de l'Homme ne se prononcerait pas en sens contraire . (L'affaire Minelli était à l'époque encore pendante devant la Cour . ) Le Tribunal fédéral voyait une limite à cette jurisprudence dans le fait qu'une ordonnance de condamnation aux dépens ne devait pas @tre l'équivalent d'une peine de suspicion (Verdachtsstrafe) ni d'une sanction pour la persistance d'un soupçon de culpabilité pénale (Sanktion fùr eine noch bestehende Vermutung einer strafrechtlichen Schuld) . Cependant, en l'espèce, le tribunal pénal avait établi l'existence de violations de l'arrété fédérel de 1961 . Pour ce qui est des dépens, il n'était pas, en pareil cas, contraire à la Constitution d'anticiper sur le jugement qui aurait sans doute été rendu si la prescription n'était pas intervenue et la commission de Justice était fondée à qualifier de répréhensible ou d'abusif le componement des requérants . Vu la complexité de l'affaire- les requérants ne pouvaient pas se plaindre de ce que le juge d'instruction e0t porté la question de la prescription devant le parquet pour que le juge pénal en décide au lieu d'essayer de résoudre lui-même le problème . Les deux requérants ont formulé devant la Commission un grief concernant cene décision . GRIEFS Les communications du premier requérant et les communications ultérieure s des deux requérants énoncent en principe les mêmes griefs . Les requérants se plaignent, sur le terrain de l'article 6, par . 2, d'avoir été condamnés aux dépens alors qu'il a été mis fin aux poursuites pour cause de prescription . Selon eux, cette condamnation se fondait sur le constat fait par le tribunal dans sa décision que les requérants avaient commis les infractions incriminées . Les requérants se plaignent d'une violation de l'article 6, par . 3(d), de la Convention dans la mesure où ils n'ont pas eu la possibilité de citer et de faire interroger des témoins à décharge . L'un de ces témoins aurait notamment pu attester de l'absence d'intention manifeste de la part des requérants lorsqu'ils ont adopté une conduite prétendument illégale . Ils voient aussi une violation des articles 3 et 8 dans le fait que l'instruction criminelle et les poursuites ont continué malgré la prescription et des fautes de procédure .
- Ipo -
Enfin, les requérants soutiennent que l'article 7 a été méconnu dans la mesure où les critères plus rigoureux de l'arrété fédéral de 1973 ont été appliqués rétroactivement à l'interprétation et à l'application de l'arrêté fédéral de 1961 .
EN DROIT 1 . Les requérants se plaignent sous l'angle de l'article 6, par . 2, d'avoir été condamnés à une partie des frais bien que le tribunal pénal de Zoug ait mis fin aux poursuites pour cause de prescription . Ils se plaignent en particulier que le tribunal pénal les ait condamnés aux dépens notamment parce qu'il concluait que les requérants avaient commis les infractions en cause . a . Aux termes de l'article 26 de la Convention, la Commission ne peut étre saisie qu'aprés l'épuisement des voies de recours internes, tel qu'il est entendu selon les principes de droit international généralement reconnus et dans le délai de six mois, à partir de la date de la décision interne définitive . En l'espèce, le premier requérant a introduit le 10 septembre 1982 devant la Commission son grief relatif à l'article 6, par . 2 . Le second requérant a introduit son grief relatif à l'article 6, par . 2, le 8 juin 1983 . Ce dernier grief a aussi été introduit au nom du premier requérant . Le Gouvemement admet que l'arrêt du Tribunal fédéral du 10 décembre 1982 était la "décision déftnitive" aux fins de l'article 26 et que, concemant cette décision, les requérants ont épuisé les voies de recours internes et introduit leur requéte devant la Commission dans les délais . La Commission reléve que le grief introduit par les deux requérants devant la Commission le 8 juin 1983 portait sur l'arrêt du Tribunal fédéral du 10 décembre 1982 . Par cette décision, le Tribunal fédéral déclarait recevable le recours de droit public des deux requérants, bien qu'il le rejetât au fond . L'arrêt du Tribunal fédéral, qui n'a pas été prononcé publiquement, a été signifié le 15 décembre 1982 . La Commission conclut donc que, concernant leur grief tiré de l'anicle 6, par . 2, les requérants ont respecté la condition de l'épuisentent des voies de recours internes et ont saisi la Commission dans les délais, au sens de l'article 26 de la Convention . Dans ces circonstances, il n'est pas nécessaire que la Commission examine l'argument du Gouvemement selon lequel, concernant l'arrêt du Tribunal fédéral du 5 mars 1982, le requérant n'avait pas épuisé les voies de recours internes . En effet, cet arrêt portait sur la méme question que celle tranchée par un arrêt définitif du Tribunal fédéral le 10 décembre 1982 . b . Aux termes de l'article 6, par . 2, de la Convention, toute personne accusée d'une infraction est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie .
- 101 -
La Commission rappelle sa jurisprudence selon laquelle « le fait de mettre certains frais ou certaine indemnité à la charge d'un accusé, lorsque la procédure n'a pris fin ni par une condamnation ni par un acquittement, ne saurait à lui seul constituer une atteinte au principe de la présomption d'innocence• . En revanche, un problème se pose sur le terrain de l'arlicle 6, par . 2, si • la répartition de ces dépenses, telle qu'elle a été arrêtée, est résultée d'une appréciation de la culpabilité de l'accusé, de telle sorte que les frais mis à sa charge pourraient apparaitre comme une sorte de peine de suspicion» (voir le rapport de la Commission dans l'affaire Minelli c/Suisse, 6 mai 1981, par . 31) . En l'espèce, la procédure devant le tribunal pénal de Zoug a été abandonnée pour cause de prescription . Le tribunal n'en a pas moins condamné les requérants à une panie des dépens notamment parce qu'il était convaincu qu'ils avaient commis les infractions en cause . Le Gouvemement prétend que la présente affaire se distingue radicalement de l'affaire Minelli . Il appelle l'attention sur l'arrêt de la Cour européenne des Droits de l'Homme dans l'affaire Minelli dans lequel la Cour a estimé que la présomption d'innocence se trouve méconnue • si, sans établissement légal préalable de la culpabilité d'un prévenu et, notamment, sans que ce dernier ait eu l'occasion d'exercer les droits de la défense, une décision judiciaire le concemant reflète le sentiment qu'il est coupable• (arrèt du 25 mars 1983, série A, vol . 62, par . 37) . La Cour a alors déclaré :• la chambre de la cour d'assises (de Zurich) se montrait ainsi convaincue de la culpabilité du (requérant) qui, le Gouvemement le reconnait, n'avait pas bénéficié des garanties des paragraphes 1 et 3 de l'article 6- (ibid .) . Le Gouvernement soutient, à la lumière de cet arrèt, que dans le contexte de l'article 6, par . 2, les garanties d'un procès équitable des paragraphes 1 et 3 de l'article 6 entrent aussi en ligne de compte . Il prétend qu'en l'espèce les requérants ont bénéficié d'un procès équitable et ont pu exercer normalement les droits de la défense . Il n'a été mis un terme à la procédure qu'une fois que des accusations formelles ont été portées contre les requérants et qu'une audience publique a eu lieu . Le tribunal pénal a motivé sa décision de maniére très complète . Le tribunal pénal de Zoug était convaincu que les requérants avaient •enfreint objectivement et subjectivement » l'arrété fédéral et les a condamnés à une partie des dépens car il apercevait un lien de causalité entre le comportement des intéressés et les frais occasionnés par la procédure . La Commission a procédé à un examen préliminaire de la requête pour savoir si les raisons énoncées dans la décision judiciaire concemant la charge des dépens enfreignaient l'article 6, par . 2 . Elle estime qu'à cet égard la présente requète soulève des questions de fait et de droit d'une telle complexité que, pour étre tranchées, elles appellent un examen au fond . Il s'ensuit que cette partie de la requéte ne saurait être rejetée pour défaut manifeste de fondement, au sens de l'article 27, par . 2, de la Convention . Elle est donc recevable, aucun autre motif de la déclarer irrecevable n'ayant été établi .
- 102 -
2 . Les requérants se plaignent aussi sur le terrain de l'article 6, par . 3 (d), de ne pas avoir eu la possibilité de faire entendre des témoins à décharge . Ils allèguent des violations des articles 3 et 8 dans la mesure où la procédure pénale a été engagée en dépit de la prescription et d'erreurs dans l'instruction . Sur le terrain de l'article 7, ils se plaignent que les critères plus rigoureux de l'arrété fédéral dans sa version de 1973 aient été appliqués rétroactivement à l'interprétation et à l'application de l'arrété fédéral de 1961 . Toutefois, la Commission n'est pas appelée à examiner si les faits allégués par les requérants font apparaître une violation de ces dispositions puisque, aux termes de l'article 26 de la Convention, elle ne peut étre saisie qu'après l'épuisement des voies de recours internes tel qu'il est entendu selon les principes de droit international généralement reconnus . Elle reléve que la commission de Justice du Canton de Zoug n'avait déclaré l'appel des requérants recevable que pour autant qu'il concemait les dépens . C'est pourquoi l'arrèt du Tribunal fédéral du 10 décembre 1982 a considéré le recours dc droit public des requérants comme irrecevable dans la mesure où il soulevait des questions autres que celles de la,charge des dépens, que le tribunal n'avait pas compétence pour examiner . L'arrêt du Tribunal fédéral du 5 mars 1982 a aussi déclaré irrecevable le recours de droit public du premier requérant, en partie pour insuffisance de motifs, en partie pour tardiveté . La Commission rappelle sa jurispmdence constante selon laquelle il n'y a pas épuisement des voies de recours intemes lorsqu'un recours interne a été déclaré irrecevable à la suite d'une informalité (voir Le Compte c/Belgique, requête N° 6878/75, décision sur la recevabilité D .R . 6, p 80) . En l'espèce, les recours de droit public des requérants ont été déclarés irrecevables selon la loi suisse quant aux griefs en cause . A cet égard, les requérants n'ont donc pas épuisé les voies de recours que leur ouvrait le droit suisse . De surcroit, un examen de l'affaire ne révèle aucune circonstance particulière qui aurait pu relever les requérants, selon les principes de droit intemational généralement reconnus, de l'obligation d'épuiser les voies de recours internes qui leur étaient ouvertes . Il s'ensuit que les requérants n'ont pas épuisé les voies de recours intemes et que leur requéte doit à cet égard être rejetée conformément à l'article 27, par . 3, de la Convention . Par ces motifs, la Commissio n DÉCLARE RECEVABLES, tout moyen de fond étant rése rv é, les griefs des requérants tirés de l'article 6, par . 2, et visant la décision de condamnation aux dépens ; DÉCLARE LA REQUÊTE IRRECEVABLE pour le surplus .
- 103 -
,: ~:.c
-
-

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 12/07/1984

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.