Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ H. c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10884/84
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1984-12-13;10884.84 ?

Analyses :

(Art. 41) PREJUDICE MORAL


Parties :

Demandeurs : H.
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 10884/8 4 H . v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMANY H . c/RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGN E DECISION of 13 December 1984 on the admissibility of the application DÉCISION du 13 décembre 1984 sur la recevabilité de la requêt e
Article 6, paragraph I of the Convenfion : A substantia( reduction of senrence because of the length of proceedings can constitute redress of a violation of Article 6 para . I resulting from that length . Arficle 6, paragraphe I, de la Convention : Une atténuation substantielle de la peine en raison de la durée de la procédure peut constituer le redressement d'une violaiion de l'article 6 par. 1, qui résulterait de cette durée .
THE FACTS
(français : voir p . 255)
The applicant is a German citizen, born in 1928 and living in W . He is represented by Mr . N . Wingerter, a lawyer in Heilbronn . It appears from his statements and the documents submitted by him that on 18 April 1970 the applicant received a telephone call from the Customs Investigation Office (Zollfahndung) informing him that criminal tax investigations had been instituted against him with regard to acts committed between July 1967 and October 1968 . On 14 July 1975 an indictment was filed against the applicant and other coaccused . The trial started on 17 January 1979 and on 23 May 1979 the applicant was convicted by the Cologne Regional Court (Landgericht) of tax evasion (Mineraltilsteuerhinterziehung) and sentenced to one year and three months' imprisonment . Following the applicant's appeal (Revision) the Federal Court (Bundesgerichtshof) quashed the judgment on 18 April 1980 and sent the case back for a new trial . This
252
trial started on 26 June 1981 and on 7 August 1981 the Cologne Regional Court convicted the applicant of tax fraud (Steuerhehlerei) and sentenced him to one year's imprisonment . The execution of the sentence was suspended . According to the findings of the court the applicant helped the commission of tax evasion in that he dealt with oil (DieselkraftstofQ knowing that the oil had fraudulently been declared and taxed as fuel oil (Heiztil) . In the judgment comprising 130 pages the Regional Court stated that according to Section 392 (1) of the Tax Code (Abgabenordnung) the offence was punishable with a fine or with a prison sentence between one month and five years . In view of the damage of more than DM 400,000 .- caused by the applicant a fine was not sufficient . But, in fixing the sentence the court considered in particular the length of th e proceedings to be a mitigating factor as the delays had to a great extent been caused by shortcomings in the judiciary . On 3 December 1982 the Federal Court rejected the applicant's appeal against the judgment of 7 August 1981 . The Court stated inter alia that the applicant's right to a determination of the criminal charge within a reasonable time had been violated . However this was not a reason to discontinue the proceedings . The unreasonable length of proceedings could only be taken into account as a mitigating factor . The Regional Coun had adntitted that delays of the proceedings were due to shortcomings in the judiciary and it thereby acknowledged the violation of Article 6 para . I of the Convemion . It had obviously and to a large extent (in einem ausserordentlichen Masse) mitigated the sentence on account of this violation because bearing in mind the severity of the offence and the applicant's guilt, the sentence was very lenient .
On 24 November 1983 a committee of three judges of the Federal Constitutional Court (Bundesverfassungsgericht) rejected the applicant's constitutional complaint . It is stated in the decision that the delays of the criminal proceedings against the applicant which were caused by the Public Prosecutor and the Couns were not compatible with constitutional requirements . Contrary to the Federal Court's opinion unreasonable delays of criminal proceedings might under certain circumstances only be remedied by discontinuing such proceedings . However in the applicant's case it had been sufficient to remedy the violation of the right to speedy proceedings by mitigating the sentence as the duration had not caused the aplicant extraordinary hardships . He had only been detained on remand for a few days and the warrant of arrest had been set aside six months after the applicant's release . On the other hand the offence committed by the applicant was of particular importance taking into account that taxes of more than DM 400,000 .- had been evaded . Although the Regional Court had not indicated the exact amount of reduction of sentence due to the length of the proceedings, it clearly followed from both judgments given by the Regional Court that the applicant would have received a far more severe sentence had the court not considered the length of the proceedings as a mitigating factor . Also it followed from the first judgment of 23 May 1979 that the Regional Court did not forbid the applicant the exercise of his profession on thi s
253
ground . The very considerable ( ganz erheblich) mitigation of sentence on account of the length of the proceedings was therefore considered to be in conformity with constitutional requirements . The committee finally stated that as the constitutional complaint did not extend to the order suspending the sentence, it could not examine whether this measure was likewise ta ken on account of the length of the proceedings .
COMPLAINTS The applicant maintains that he did not obtain adequate redress for the violation of his right to the determination of the criminal charge within a reasonable time (Article 6 para . I of the Convention) as the exact amount of the alleged mitigation of sentence on account of the length of the proceedings was not indicated by the Regional court and it was therefore questionable whether the sentence would otherwise have been more severe .
THE LA W The applicant maintains his complaint about the length of criminal proceedings and considers that he was not afforded adequate redress, arguing that the Regional Court's judgment of 7 August 1981 did not contain sufficient indications to allow an assessment of the extent to which the length of the proceedings was being taken into account for the purposes of the Convention . The Commission and Coun have already held that an applicant can no longer claim to be a victim (Article 25) of the failure to observe the "reasonable time" requirement'in Article 6 para . I of the Convention if the relevant Courts expressly acknowledged the existence of a breach of that provision and if redress has been given (Eur . Court H .R ., Eckle judgment of 15 July 1982, Series A no . 51, paras 67, 69-70 and 94 . No . 8182/78, dec . 16 .10 .80 . D . R . 25 p . 142 ; No . 8858/80, Dec . 6 .7 .83 . D .R . 33 p . 5) . The Commission notes that allcourts dealing with the applicant's case, i n particular the Federal Court in its decision of 3 December 1982 and the Federal Constitutional .Court in its decision of 24 November 1983, expressly recognised a violation of Anicle 6 para . I of the Convention on account of the-length of the criminal proceedings in question . The Commission further notes that the decision of the committee of three judges of the Federal Constitutional Court of 24 November 1983 refers to the jurisprudence of the European Court of Human Rights according to which redress accorded by way of mitigation of sentence on account of length of proceedings must in principle be measurable . However, both the Federal Court and the Federal Constitutional Court were of the opinion that in the circumstances of the criminal case this criterion was fulfilled . The trial court-had in fact, according t o
254
these courts, mitigated the applicant's sentence on account of the length of the proceedings as the applicant received a sentence of one year's imprisonment only . i .e . a sentence in the lower range of sentences possible, namely a fine or imprisonment between one month and five years . This sentence is, according to the Federal Court, very leniend, taking into account the seriousness of the applicant's offence and guilt . The applicant has not contested this statement nor has he alleged that the second sentence imposed on 7 August 1981 had automatically to be more lenient than the one of 23 May 1979 because, for example, charges had to be dropped or discontinued . In addition, the committee of the Federal Constitutional Court pointed out that the Regional Court did not, on account of the length of the proceedings, forbid the applicant the exercise of his profession . The Commission notes furthermore that the second sentence unlike the one originally intposed on 23 May 1979 was suspended . In these particular circumstances, the Commission considers that the applicant was given adequate redress for his complaint (cf . No . 8858/80) . It follows that the applicant is no longer a victim of the alleged violation of Article 6 para . I and his complaint ntust therefore be rejected as being manifestly illfounded within the meaning of Article 27 para . 2 of the Convention . For these reasons, the Commissio n DECLARES THE APPLICATION INADMISSIBLE .
(TRADUCTION)
EN FAI T Le requérant est un ressonissant allemand, né en 1928 et habitant W . Il est représenté par Me N . Wingerter, avocat à Heilbronn . II ressort de ses déclarations et des documents produits que, le 18 avril 1970, le requérant a reçu un coup de téléphone du Bureau des enquêtes douanières (Zollfahndung) l'informant qu'une enquète pénale du fisc était ouverte contre lui concernant des actes commis entre juillet 1967 et octobre 1968 . Le 14juillet 1975, un acte d'accusation a été établi à l'encontre du requérant et d'autres co-accusés . Les débats s'ouvrirent le 17 janvier 1979 et . le 23 mai 1979- le requérant fut reconnu coupable d'évasion fiscale (Mineraltilsteuerhinterziehung) par le tribunal régional de Cologne (Landgericht) et condamné à un an et trois mois de prison . Sur pourvoi (Revision) formé par lui, la Cour fédérale de justice (Bundesgerichtshof) cassa le jugement l e 255
18 avril 1980 et renvoya l'affaire en jugement . Le nouveau procèss'ouvrit le 26 juin 1981 et, le 7 aoùt suivant, le tribunal régional de Cologne reconnut le requérant coupable de recel fiscal (Steuerhehlerei) et le condamna à un an de prison, avec sursis à l'exécution de la peine . Selon les conclusions du tribunal, le requérant avait aidé à commettre une fraude fiscale puisqu'il avait fait commerce de carburant diesel (Dieselkraftstoff) en sachant que le produit avait été frauduleusement déclaré et imposé comme fuel domestique (Heizül) . Dans son jugement de 130 pages, le tribunal régional déclarait qu'en vertu de l'article 392 par . 1 du Code des impôts (Abgabenordnung), l'infraction était passible d'une amende ou d'un emprisonnement de un mois à cinq ans . Compte tenu du préjudice de plus de 400 .000 DM causé par le requérant, une amende n'était pas suffisante .
Cependant, en fixant la peine, le tribunal considéra notamment que la durée de la procédure était une circonstance atténuante puisque les retards avaient été en grande partie provoqués par les insuffisances de la procédure judiciaire . Le 3 décembre 1982, la Cour fédérale rejeta le pourvoi formé par le requérant contre le jugement du 7 aoùt 1981 . Elle déclara notamment qu'il y avait eu violation du droit du requérant à faire statuer sur l'accusation pénale dans un délai raisonnable . Cela n'était cependant pas un motif d'abandon des poursuites . La durée déraisonnable de la procédure ne pouvait être prise en considération qu'au titre de circonstance atténuante . Le tribunal régional avait admis que les retards étaient imputables à des insuffisances de la procédure judiciaire et par là mème reconnu la violation de l'article 6 par . I de la Convention . C'est manifestement et en grande partie (in einem ausserordentlichen Masse) en raison de cette violation qu'il avait atténué la peine car, à en juger par la gravité de l'infraction etla culpabilité du requérant, la peine infligée était très légère . Le 24 novembre 1983, une chambre de trois juges de la Cour constitutionnelle fédérale (Bundesverfassungsgericht) rejeta le recours constitutionnel du requérant . La Cour déclara dans son arrét que les retards de la procédure pénale engagée contre le requérant et causés par le ministère public et par les tribunaux n'étaient pas compatibles avec les exigences de droit constitutionnel . Contrairement à la Cour fédérale, la Cour constitutionnelle estima que les délais déraisonnables de la procédure pénale ne pouvaient dans certaines circonstances être compensés que par l'abandon des poursuites . Cependant, en l'espèce, pour remédier à la violation du droit à la célérité de la procédure, il avait suffi d'atténuer la peine puisque ladurée de la procédure n'avait pas causé de gros ennuis au requérant . Il était seulement resté en détention préventive quelques jours et le mandat d'arrêt avait été annulé six mois aprés l'élargissement de l'intéressé . D'autre part, l'infraction commise par le requérant était particulièrement importante puisqu'il, s'agissait d'une évasion fiscale de plus de 400 .000 DM . Certes, le tribunal régional n'avait pas indiqué dans quelle proportion exactement la peine avait été réduite en fonction de la durée de la procédure, mais il découlait manifestement des deux jugements du tribunal régional que le requéran t
256
se serait vu infliger une peine beaucoup plus lourde si les juges n'avaient pas considéré la durée de la procédure comme une circonstance atténuante . Il découlait également du premier jugement du 23 mai 1979 que le tribunal régional n'avait pas interdit pour ce motif au requérant l'exercice de sa profession . La très forte (ganz erheblich) atténuation de la peine en raison de la durée de la procédure a donc été jugée conforme aux exigences de la Constitution . La chambre a déclaré enfin que puisque le recours constitutionnel ne visait pas l'ordonnance de sursis à l'exécution de la peine, elle ne pouvait pas examiner si cette mesure avait pareillement pris en compte la durée de la procédure .
GRIEFS Le requérant soutient n'avoir pas obtenu réparation adéquate pour la violation du droit à faire statuer sur son accusation pénale dans un délai raisonnable (article 6 par . I de la Convention), puisque le tribunal régional n'avait pas indiqué dans quelle proportion exactement la peine devait étre atténuée en raison de la durée de la procédure et qu'on pouvait dés lors se demander si la peine aurait dû être plus rigoureuse .
EN DROIT Le requéram maintient son grief concernant la durée de la procédure pénale et estime qu'il n'a pas bénéficié d'une réparation adéquate puisque le jugement rendu le 7 aoùt 1981 par le tribunal régional ne donne pas d'indications suffisantes pour apprécier dans quelle mesure la durée de la procédure a été prise en considération au sens de la Convention . La Commission et la Cour ont déjà déclaré qu'un requérant ne peut plus se prétendre victime (au sens de l'anicle 25) du non-respect de l'exigence du • délai raisonnable • figurant à l'article 6 par . I de la Convention si les tribunaux compétents ont expressément reconnu l'existence d'une violation de cette disposition et accordé réparation (Cour Eur . D .H ., arrêt Eckle du 15 juillet 1982, série A n° 51 . par. 6769-70 et 94 ; No 8182/78, déc . 16 .10 .80, D .R . 25 p . 142 ; No 8858/80, déc . 6 .7 .83, D .R . 33 p . 5) . La Commission reléve que toutes les juridictions ayant connu de la présente affaire - notamment la Cour fédérale dans son arrêt du 3 décembre 1982 et la Cour constitutionnelle fédérale dans son arrét du 24 novembre 1983 - ont expressément reconnu l'existence d'une violation de l'article 6 par . I de la Convention en raison de la durée de la procédure pénale en question . La Commission relève également que la décision rendue par la chambre de trois juges de la Cour constitutionnelle fédérale le 24 novembre 1983 renvoie à la jurisprudence de la Cour européenne des Droits de l'Homme selon laquelle une réparation accordée grâce à une atténuation de peine fondée sur la durée de la procédure doit en principe pouvoir se mesurer . Cependant , 257
la Cour fédérale, comme la Cour constitutionnelle fédérale, ont toutes deux estimé que . dans les circonstances de l'espèce, cette condition était remplie . Selon,elles, la juridiction de jugement avait bien atténué la peine du requérant en raison de la durée de la procédure puisque l'intéressé ne s'est vu infliger qu'une peine d'un an de prison- c'est-à-dire unepeine se situant au bas de la gamme des peines possibles, (amende ou peine de prison de un mois à cinq ans) . Selon la Cour fédérale, la pe_ine infligée était très légére, vu la gravité de l'infraction commise et de la culpabilité du requérant . Le requérant n'a pas contesté cette déclaration ni allégué que la deuxième peine infligée le 7 août 1981 aurait dû être plus légère que celle infligée le 23 mai 1979 en raison par exemple de l'abandon de certains chefs d'inculpation . De plus, la chambre de la Cour constitutionnelle fédérale a souligné qu'en raison de la durée de la procédûre . le tribunal n'avait pas interdit au requérant l'exercice de sa profession . La Commission relève en outre que, contrairement au jugement rendu en premiére instance le 23 mai 1979, l'exécution du second jugement, c'est-à-dire l'exécution de la peine, avait été assortie d'un sursisavec mise à l'épreuve . Dans ces conditions, la Commission estime que le requérant avait bénéficié d'une réparation adéquate (cf . No 8858/80) . Il s'ensuit que le requérant ne peut plus se prétendre victime de la violation alléguée de l'article 6 par . I et que son grief doit dès lors ètre rejeté comme manifestement mal fondé au sens de l'article 27 par . 2 de la Convention . Par ces motifs, la Commissio n DÉCLARE LA REQUÉTEIRRECEVABLE .
258

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 13/12/1984

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.