Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ D. c. PAYS-BAS

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Radiation du rôle (solution du litige)

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 11013/84
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1985-03-04;11013.84 ?

Analyses :

(Art. 13) DROIT A UN RECOURS EFFECTIF, (Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 3) PEINE DEGRADANTE, (Art. 3) PEINE INHUMAINE


Parties :

Demandeurs : D.
Défendeurs : PAYS-BAS

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 11013/84 D . v/the NETHERLAND S
D . c/PAYS-BA S DECISION of 4 March 1985 on the admissibility of the application DÉCISION du 4 mars 1985 sur la recevabilité de la requêt e
A rt icle 5, paragraph 3 oI the Convention : Conscientious objector detained for insubordination . 7he Military Court (NL) before which he appeared the day afier his arrest was an "ofJicer authorised by law to exercise jtulicial power". Article 5, paragraphe 3, de la Convention : Objecteur de conscience délenu pour insubordination . Le rribunal militaire (PB) devant lequel il a comparu le lendemain de son arrestarion, est un « magistrat habilité par la loi à esercer des fonctions judiciaires • .
THE FACTS
(français : voir p . 244)
The applicant is a Dutch citizen born in 1964 and is resident in Bilthoven . At the time of the introduction of his application he was detained in the House of Detention in Utrecht . He is represented before the Commission by Mr . E . Hummels, a lawyer practising in Utrecht . He is a conscientious objector who, however, has not applied to be recognised as such in accordance with the procedure established for recognition of conscientious objectors in the Netherlands ("totaalweigeraar") . Drafted as a conscript serviceman in the Netherlands Armed Forces, the applicant refused on 4 January 1984 to obey a specific order given to him by a hierarchical superior . He was arrested on the same day on a charge of persistent insubordination (Article 114 of the Military Criminal Code) . 241
On 5 January 1984 the commanding officer confirmed the detention, the ground relied on being the need to maintain discipline amongst other servicemen referred to in Article 7 of the Military Code . On the same day (i .e . 5 January 1984) the competent officer referred the applicant for trial before the Military Court . At the request of the Auditeur-Militair and after having heard the applicant, the Military Court confirmed the detention and prolonged it for 30 days on 5 January 1984 . It rejected the applicant's argument based on Article 5 para . 3 of the Convention that the Military Court was not competent to examine the matter . On 29 February 1984 the Military Coun found the applicant guilty of the above charges and sentenced him to twelve months' imprisonment, the time in custody on remand to be deducted therefrom, and discharged him from the duty to perform military service . The Supreme Military Court confirmed the conviction and sentence on 9 May 1984 . COMPLAINT The applicant complains that he has not been brought promptly before ajudicial authority within the meaning of Article 5 para . 3, since the Military Court cannot be regarded as such . The Military Court is composed of a majority of military members, appointed by the authority on whose behalf criminal prosecution is instituted . Contrary to members of the Supreme Military Court, members of the Military Court are not at the end of their military career and therefore depend on the chief commander of the armed forces for matters such as career and promotion . They cannot therefore be regarded as independent and impartial .
THE LA W The applicant complains that upon his arrest he has not been brought promptly before a judge or other officer authorised by law to exercise judicial power within the meaning of Article 5 para . 3 . since he considers that the Military Court before whom he appeared one day after his arrest, does not possess the requisite independence and impartiality for the exercise of the above judicial functions on account of its composition . As the wording of Article 5 para . 3 shows, it creates for the Contracting States the obligation to bring a person deprived of his liberty automatically and as a matter of course prompdy before a judge or other officer authorised by law to exercis e 242
judicial power so that the lauer may decide whether or not funher to detain the person (cf . de Jong, Baljet and van den Brink v . Netherlands, Comm . Report 11 .10 .82, para . 82, Eur . Court H .R ., Series A no . 77, p . 35) . In its judgment in the Schiesser case the Court has held :"Before a body can properly be regarded as 'a court', it must, inter a(ia, be independent of the executive and the parties" (Eur . Court H .R ., judgment of 4 December 1979, Series A no . 34, para . 29 with further references) . The Commission has had regard to the status and procedure of the Military Court as regulated by the Military Code . As regards its composition, the Commission notes that the Military Court sits with a president and two military members (Article 120) . The president is a civilian who must be the holder of a university law degree ; he is appointed for life by the Crown on the joint recommendation of the Ministers of Justice and Defence (Article 121) . The military members are military officers appointed by the commanding general ; during their term of office, the minimum duration of which is one year they may not be dismissed ; they must be at least twenty-five years of age and be commissioned officers (Article 120) . The Commission notes that the military members, upon assuming office as members of the Military Court, take the oath to act honestly and impartially . It is true that the same military members remain bound by their oath as officers in the armed formes ; the latter oath enjoins them however to obedience to the law which includes the Military Code and in particular their obligation to be just, honest and impartial as members of the Military Court . The relative stability of the Military Court's composition, ensured by the minimum requirement as regards the duration of the term of office of the military members, gives further weight to the above consideration . In the light of the above, the Commission has no doubt that for the purpose of Article 5 para . 3, the Military Coun fulfils the conditions of judge or officer authorised by law to exercise judicial power . As regards its procedure, the Commission notes that the Military Court, in deciding on the maintenance of the detention, hears the detained serviceman or his adviser when the serviceman is requesting release for the first time (Article 34, third paragraph) . The deliberations of the Military Court are secret and its members are not allowed to make public their personal opinions or those of their colleagues (Article 135) . The Commission further notes that the Code contains provisions on the challenge of members on account of their lack of impartiality (Article 137 e .g .) . The Commission concludes that the Military Court, as a whole, meets the requirements of Article 5 para . 3 of the Convention . 243
It follows that the application is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 para . 2 of the Convention . For these reasons, the Commissio n DECLARES THE APPLICATION INADMISSIBLE .
(TRADUCTION ) EN FAI T Le requérant est un ressortissant néerlandais, né en 1964 et habitant Bilthoven . A l'époque de l'introduction de sa requête, il était détenu à la maison d'arrét d'Utrecht . 11 est représenté devant la Commission par Me Hummels, avocat à Utrecht . Il est objecteur de conscience mais n'a cependant pas demandé à être reconnu comme tel selon la procédure prévue pour la reconnaissance des objecteurs de conscience aux Pays-Bas (•totaalweigeraar .) . Incorporé comme homme de troupe dans les forces armées néerlandaises, le requérant refusa le 4 janvier 1984 d'obéir à un ordre que lui donnait un supérieur hiérarchique . Il fut mis aux arréts le même jour pour insubordination caractérisée (article 114 du Code pénal militaire) . Le 5janvier 1984, le chef de corps confirma la détention, le motif invoqué étant la nécessité, prévue à l'article 7 du Code militaire, de maintenir la discipline chez les hommes du contingent . Le même jour (c'est-à-0ire le 5 janvier 1984), l'officier compétent déféra le requérant devant le tribunal militaire . Sur demande de l'Auditeur militaire et après avoir entendu le requérant, le tribunal militaire confirma la détention et la porta à trente jours à compter du 5 janvier 1984 . II rejeta l'argument du requérant fondé sur l'article 5 par . 3 de la Convention, selon lequel le tribunal militaire ne serait pas compétent pour examiner l'affaire . Le 29 février 1984, le tribunal militaire déclara le requérant coupable des accusations ci-dessus indiquées, le condamna à douze mois de prison, avec déduction du temps passé en détention préventive, et le libéra de l'obligation d'accomplir le service militaire . 244
Le tribunal militaire suprême confirma la condamnation et la peine le 9 mai 1984 .
GRIE F Le requérant se plaint de n'avoir pas été aussitôt traduit devant un juge au sens de l'article 5 par . 3 puisque le tribunal militaire ne saurait étre considéré comme tel . Le tribunal militaire se compose d'une majorité de militaires, nommés par l'autorité au nom de laquelle sont engagés les poursuites pénales . Contrairement aux membres du tribunal militaire suprême, les membres du tribunal militaire ne sont pas en fin de carrière militaire et dépendent donc du commandant en chef des forces armées, pour les questions de carrière et de promotion par exemple . Ils ne sauraient dès lors ètre considérés comme indépendants et impartiaux .
T EN DROI Le requérant se plaint de n'avoir pas été après son arrestation aussitôt traduit devant un juge ou un autre magistrat habilité par la loi à exercer des fonctions judiciaires au sens de l'article 5 par . 3 . Il considére en effet que le tribunal militaire devant lequel il a comparu le lendemain de son arrestation ne possède pas, en raison de sa composition, l'indépendance et l'impartialité requises pour exercer de telles fonctions judiciaires . Comme son libellé le montre, l'anicle 5 par . 3 oblige les Etats contractants à traduire automatiquement et d'office et cela aussitôt une personne privée de sa liberté devant un juge ou un autre magistrat habilité par la loi à exercer des fonctions judiciaires, afin que ce dernier décide s'il y a lieu ou non de maintenir l'intéressé en détention (cf . de Jong, Baljet et van den Brink c/Pays-Bas, rapport Comm . 1 I .10 .82, par . 82, Cour Eur . D .H ., série A n° 77, p . 35) . Dans l'arrêt qu'elle a rendu dans l'affaire Schiesser, la Cour a déclaré : •Pour mériter cette demière appellation [de tribunal], un organe doit notamment être indépendant de l'exécutif et des parties» (Cour Eur . D .H ., arrét du 4 décembre 1979, série A n° 34, par . 29 et références complémentaires) . La Commission a examiné la nature du tribunal militaire et la procédure qui s'y déroule telles que les régit le code militaire . S'agissant de sa composition, la Commission relève que le tribunal militaire siège avec un président et deux assesseurs militaires (article 120) . Le président est un civil qui doit étre titulaire d'un diplôme universitaire de droit ; il est nommé à vie par la Couronne sur la recommandation conjointe des ministres de la Justice et de la Défense (article 121) . Les assesseurs militaires sont des officiers nommés par le général chef de corps ; ils sont inamovibles pendant leur mandat, dont la durée minimum est de un an ; ils doivent avoir au moins 25 ans et être des officiers brevetés (article 120) .
245
La Commission relève qu'en prenant leurs fonctions de membres du tribunal militaire, les assesseurs militaires jurent d'agir avec honnêteté et impartialité . Certes, ces mêmes assesseurs militaires demeurent liés par leur serrnent d'officier dans les forces armées ; mais ce demier serment les oblige à obéir à la loi, dont le code militaire ; ils sont notamment tenus à la justice, à l'honnéteté et à l'impanialité en tant que membres du tribunal militaire . La relative stabilité de la composition du tribunal militaire, garantie par la condition minimum concernant la durée du mandat des assesseurs militaires, renforce la considération précédente .
Cela étant, la Commission n'a aucun doute sur ce qu'au sens de l'article 5 par . 3, le tribunal militaire réunit les conditions d'un juge ou magistrat habilité par la loi à exercer des fonctions judiciaires . S'agissant de la procédure, la Commission relève que, pour décider du maintien de l'intéressé en détention, le tribunal militaire entend l'homme de troupe détenu, ou son conseiller si l'intéressé demande son élargissement pour la premiére fois (article 34 par . 3) . Les délibérations du tribuna) militaire sont secrètes et ses membres ne sont pas autorisés à rendre publiques leurs opinions personnelles ou celles de leurs collègues (anicle 135) . La Commission reléve en outre que le code renferme des dispositions sur la récusation des juges pour panialité (article 137 par exemple) . La Commission en conclut que, dans son ensemble, le tribunal militaire répond aux exigences de l'anicle 5 par . 3 de la Convention . Il s'ensuit que la requête est manifestement mal fondée au sens de l'article 27 par . 2 de la Convention . Par ces motifs, la Commission
DÉCLARE LA REQUÊTE IRRECEVABLE .
246

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 04/03/1985

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.