Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ RUTH c. SUEDE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10371/83
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1985-03-06;10371.83 ?

Analyses :

(Art. 13) DROIT A UN RECOURS EFFECTIF, (Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 3) PEINE DEGRADANTE, (Art. 3) PEINE INHUMAINE


Parties :

Demandeurs : RUTH
Défendeurs : SUEDE

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 10371/83 Toivo RUTH v/SWEDE N Toivo RUTH c/SUED E DECISION of 6 March 1985 on the admissibility of the application DÉCISION du 6 mars 1985 sur la recevabilité de la requêt e
Article 5, paragraph 5 of the Convention : In order to establish whether this provision has been violated it is necessaryfirst to eramine whether there has been a violation of Article 5 paras . I to 4 of the Convention .
Article 16 of the Convention : A refusal by the Swedish Chancellor of Justice, based on the Act on Compensation in case of Restriction of Liberty 1974, to grant compensation for a deprivation of liberty does not relieve the person concemed from suing the State before the courts in order m exhaust domestic remedies .
Article 5, paragraphe 5 de la Convenlion : Pour rechercher s'il y a violation de cette disposition il faut d'abord examiner s'il y a violation de l'anicle 5 par . / à 4 de la Convention .
Arlicle 26 de la Convention : Le refus du Chancelier de la Justice de Suède d'accorder une indenmité pour privation de libetté, conformément à la loi de 1 974 sur l'indemnisation pour cause de restrictions à la liberté, ne dispense pas l'intéressé, pour épuiser les voies de recours internes, d'assigner l'Etat devant les tribunau .r.
127
Surnmary of the facts
(français : voir p . 130)
On 25 October 1982 dte applicant (1) was arrested and detained for nor giving full disclosure of information in a dispute over ownership of a car . The car was seized for payment of a tar debt owed by the father of the person from whom the applicant had bought the car . He appealed and was released on 28 October 1982 because, the Coun of Appeal found, the necessary conditions for detention were not at Irand .
Invoking of the provisions of the Act on Compensarion in case of Restrinions on G'berty 1974 (lag om ersattning vid frihetsinskrdnkning, •'the 1974 Act "), the applicant unsuccessfully applied to the Chancellor of Justice for cornpensation for his detention . He was told by his law•yer that there was no appeal against the refusal . 77te applicant alleged a violation of Article 5 para . 5 of the Convention . The Government submitted that the applicant could have brought proceedings either under the 1974 Act, which is regulated by the provisions of an Ordinance of 1972 (••the 1972 Ordinance "), or the Ton Liability Act 1972 (•'the 1972 Act ") .
THE LA W The applicant has complained that Article 5 para . 5 of the Convention has been violated since he has no enforceable right to compensation for deprivation of liberty . Article 5 para . 5 is in the following terms : "Everyone who has been the victim of arrest or detention in contravention of the provisions of this Article shall have an enforceable right to compensation .•• It appears clearly from the text of Article 5 para . 5 that the application of that provision presupposes the establishment of a breach of one of the preceding subparagraphs of Article 5 . The only relevant issue in this context is whether the applicant's detention . which was ordered by the District Court on 25 October 1982 . and which terminated on 28 October 1982, was in breach of Article 5 para . I (b) . . . The Government have contended that the applicant has not exhausted domestic remedies as required by Article 26 of the Convention since he did not sue the State before the cou rt s claiming compensation for the detention based on Section 3 of the 1974 Act or the 1972 Tort Liability Act . The applicant has replied that he has complied with Article 26 . He submits that he has brought his claim to the Chancellor of Justice, who rejected his claim, an d (I) The applicani was represented before the Commission by Mr Peter Nobel, lawyer, Uppsale .
128
that there is no appeal against the decision of the Chancellor of Justice . The applicant has also submitted that Section 3 of the 1974 Act grants a right to compensation only if the applicant can prove that the detention was obviously unfounded . The Commission must rirst examine whether the remedy referred to by th e Govemment exists at all under Swedish law and, in the afftrmative, whether that remedy was necessary to exhaust it under Article 26 of the Convention . In the opinion of the Commission it must be concluded from the case-law of the Supreme Court (N1A 1979 :297) that it is possible to bring an action before the Courts for compensation under the 1974 Act . Even if the Chancellor of Justice has previously taken a decision in the matter, it is still open to a dissatisfied claimant, irrespective of the provision in Section 8 of the 1972 Ordinance, to sue the State . It is tme that the case decided by the Supreme Court related to a criminal case . However the Commission, agreeing with the Govemment's submission, finds no reason to believe that the couns would not be competent to examine cases brought under other provisions of the 1974 Act, such as Section 3 relating to detention in other than criminal cases and applicable to the applicant's case . Accordingly, the Commission concludes that the applicant could have brought an action against the State before the ordinary courts and based on Section 3 of the 1974 Act . The issue which then must be decided is whether in the circumstances of the present case Article 26 required the applicant to make use of this remedy . Article 26 of the Convention only requires an applicant to exercise such remedies which relate to . and at the same time can provide an effective and sufficient redress of the breaches alleged . An applicant may, when there are special grounds for it, be dispensed from utilising a cenain remedy in the light of the "generally recognised mles of international law" to which Article 26 refers . In this present case, the applicant has submitted that the 1974 Act places a very heavy burden on him since he must prove that the detention was obviously unfounded . He has also referred to the fact that he had submitted his claim to the Chancellor of Justice, who rejected the claim . The Commission considers however that where it has established that a remedy exists an applicant can be dispensed from exercising that remedy only where it is clearly established that it would be futile . In the present case, there is no case-law to support the contention that an action before the courts would be meaningless . The Commission has furthermore noted that when the Court of Appeal reversed the District Court's decision it stated that "the conditions for remanding the applicant in custody had not been at hand" . In these 129
circumstances, the Commission is unable to conclude that an action before the courts would have been an ineffective remedy, even if regard is given to the heavy burden of proof on the applicant under Section 3 . It follows that the applicant has not exhausted domestic remedies as required by Article 26 and his application must therefore be rejected pursuant to Article 27 para . 3 . For these reasons, the Commissio n
DECLARES THE APPLICATION INADMISSIBLE .
Résumé des faifs Le 25 octobre 1982 . le requéranr (1) fut arrété et incarcéré pour n'avoir pas révélé toutes les informations nécessaires dans un litige concemant la propriété d'un véhicule . Ia voiture fur saisie en paiement d'une dette fiscale due par le père de la personne à qui le requérant avait acheté la voiture . Le requérant fit appel er fut élargi le 28 octobre 1982 car la cour d'appel estima que les conditions nécessaires à la détention n'étaient pas réunies . Jnvoquant les dispositions de la loi de 1974 sur 1'indemnisation pour cause de restrictions à la liberté (lag om ersdnning vid frihetsinskrdnkning, « la loi de 1974»), le requérant sollicita en vain du Chancelier de la Justice une indemnisation pour sa détention . Son avocat lui indiqua qu'il n'était pas possible d'interjeter appel de ce refus . Le requérant a allégué une violation de l'article 5 par. 5 de la Convention Le Gouvernement a soutenu que le requérant aurait pu engager une procédure soit en venu de la loi de 1974, régie par les dispositions d'une ordonnance de 1972 (-l'ordonnance de 1972 »), soit en venu de la loi de 1972 sur la responsabilité civile (. la loi de 1972 ») .
(I) tAvanl la Commission . le requémni deit rcprésenlé par Me Paer Nobel . avocai à Uppsal .
130
(TRADUCTION) EN DROI T Le requérant se plaint d'une violation de l'article 5 par . 5 de la Convention pour n'avoir pas bénéficié d'un droit à réparation après avoir été indûment privé de sa liberté . L'article 5 par . 5 est ainsi libellé : .Toute personne victime d'une arrestation ou d'une détention dans des conditions contraires aux dispositions de cet article a droit à réparation . • 11 resson clairement du texte de l'article 5 par . 5 que l'application de cette disposition présuppose l'établissement préalable d'une violation de l'un des alinéas précédents de l'article 5 . La seule question à examiner dans ce contexte est celle de savoir si la détention du requérant, qui fut ordonnée par le tribunal de district le 25 octobre 1982 et prit fin le 28 octobre 1982, était contraire à l'a rt icle 5 par . I(b) . . . Le Gouvernement soutient que le requérant n'a pas épuisé les recours intemes comme le prescrit l'article 26 de la Convention puisqu'il n'a pas assigné l'Etat en justice pour réclamer réparation de sa détention sur la base de l'article 3 de la loi de 1974 ou de la loi de 1972 sur la responsabilité civile . Le requérant réplique avoir satisfait aux exigences de l'article 26 . II a en effet porté son grief devant le Chancelier de la Justice, qui l'a rejeté, et n'avait pas de possibilité de recours contre ce refus . Il soutient également que l'article 3 de la loi de 1974 n'accorde un droit à réparation que si le demandeur peut prouver qu'à l'évidence la détention était injustifiée . La Commission doit examiner tout d'abord si le recours évoqué par le Gouvernement existe vraiment en droit suédois et, si oui, s'il était nécessaire de l'exercer pour respecter l'article 26 de la Convention . De l'avis de la Commission, il faut conclure de la jurisprudence de la Cour supr@me (NIA 1979 : 297) qu'il est possible, par le jeu de la loi de 1974, d'engager en justice une action en indemnisation . M@me si le Chancelier de la Justice a précédemment tranché la question, le demandeur mécontent peut toujours, indépendamment de la disposition de l'article 8 de l'ordonnance de 1972, assigner l'Etat en justice . L'affaire tranchée par la Cour supréme concernait une affaire pénale, c'est vrai, mais la Commission, souscrivant à l'argument du Gouvernement, ne voit aucune raison de penser que les tribunaux ne seraient pas compétents pour examiner des affaires engagées au titre d'autres dispositions de la loi de 1974, par exemple l'article 3 qui concerne la détention dans des affaires autres que pénales et dont les dispositions sont applicables en l'esp8ce .
131
La Commission conclut, en conséquence, que le requérant aurait pu assigner l'Etat devant les tribunaux ordinaires, en se fondant sur l'article 3 de la loi de 1974 . La question qu'il faut alors trancher est celle de savoir si, dans les circonstances de l'espèce, l'article 26 obligeait le requérant à faire usage de ce recours . L'article 26 de la Convention n'oblige un requérant à exercer que les voies de recours qui ont trait aux violations alléguées et qui en même temps fournissent un remède efficace et suffisant . Lorsqu'il existe à cela des raisons particulières . un requérant peut ètre dispensé d'utiliser un certain recours au vu des «principes de droit intemational généralement reconnus- auxquels se réfère l'article 26 . En l'espèce . le requérant soutient que la loi de 1974 lui imposait une charge accablante puisqu'il devait prouver que sa détention était manifestement injustifiée . Il évoque également le fait qu'il avait présenté ses doléances au Chancelier de la Justice . qui les avait rejetées . La Commission estime cependant que si l'existence d'un recours est établie, le requérant ne peut étre dispensé d'exercer ce recours que si celui-ci est manifestement inutile . En l'espèce, aucunejurisprudence ne vient étayer la thèse qu'une action enjustice serait dénuée de sens . La Commission a relevé en outre que lorsque la cour d'appel a cassé le jugement du tribunal de district, elle a déclaré que . les conditions nécessaires pour placer le requérant en détention n'étaient pas réunies» . Aussi la Commission n'est-elle pas en mesure de conclure qu'une action en justice aurait été un recours inefficace, même en tenant compte de la lourde charge de la preuve qui incombait au requérant en vertu de l'article 3 . Il s'ensuit que le requérant n'a pas épuisé les recours internes comme l'exige l'article 26 et que sa requéte doit dès lors ètre rejetée conformément à l'article 27 par . 3 . Par ces motifs, la Commissio n DÉCLARE LA REQUÉTEIRRECEVABLE .
132

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 06/03/1985

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.