Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ H. contre le ROYAUME-UNI et l'IRLANDE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9833/82
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1985-03-07;9833.82 ?

Analyses :

(Art. 13) DROIT A UN RECOURS EFFECTIF, (Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 3) PEINE DEGRADANTE, (Art. 3) PEINE INHUMAINE


Parties :

Demandeurs : H.
Défendeurs : le ROYAUME-UNI et l'IRLANDE

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 9833/82 H . v/the UNITED KINGDOM and IRELAN D H . c/ROYAUME-UNI et IRLAND E DECISION of 7 March 1985 on the admissibility of the application DÉCISION du 7 mars 1985 sur la recevabilité de la requêt e
Article 25 of the Convention : 7he mother ofa murdered person regarded as victim of an alleged violation of Article 2 of the Convention . Arficle 26 of the Convention : a) In the absence of domestic remedies the six months' period runs from the act complained of in the application. b) Alleged failure to act on the pan of the authorities which, according to the applicant, made possible the murder of her daughter, does not give rise, after the murder, to a continuing situation which would prevent time from running . c) For the running of the period to be intermpted, clear and decisive considerations must be raised. Examination of the faclual circumstances (state of health) regarded by the applicant as sufficient to interrupt the running of the period.
Article 25 de la Convention : Mére d'une personne assassinée considérée comme victime d'une violation alléguée de l'article 2 de la Convenlion . Article 26 de la Convention : a) En l'absence de voie de recours inteme le délai de six mois court à parrir de l'acte incriminé dans la requête . b) La prétendue inaction des autorités, qui aurait permis, selon la requérante . l'assassinat de sa fille n'engendre pas, après l'a.ssassinat, une situation continue empêchant le délai de cour(r.
53
c) Pour se prévaloir d'une suspension du délai il faut invoquer des éléments clairs et décisifs . Examen des circonstances de fait (état de santé) qui, selon la requérante, devraient être considérées comme ayant suspendu le cours du délai .
Summary of the relevant facts
((rançais : voir p . 58)
The applicant (1) is a United Kingdom citizen who lives in Northern Ireland . On 8 December 1977, one of the applicant's daughters was killed by gunmen . After the conviction of three neighbours in 1979 for the murder of their daughter, the applicant and her husband sold their farm and moved elsewhere . 77te husband was killed in September 1980. 7he application was introduced on 3 December 1981 . !n correspondence with the Commission's Secretariat, the applicant's representatives stated that "the applicant suffers from considerable grief but states that she is not afraid . . . ". In subsequent correspondence the applicant's representatives submitted medical evidence that the applicant "is still under treatment for her anxiety" . 7he application was nmde on behalf of the applicant herself, two dependent children and her granddaughter . 7he applicant alleged a violation of Articles 1, 2, 8 and 13 of the Convention and Article f of Protocol No . 1 .
THE LAW (Extract ) . .. . .. . . . . . . . . . U . As to the complaint concerning the murder of the appGeant's daughter on 8 December 1977 4 . The Commission holds that the applicant, as the mother who was affected by the death of her daughter, may in this respect claim to be a"victim", in the sense of Article 25 . The Commission here refers to its decisions on the admissibility of Application No . 2758/66 (Collection 30 p . 11 = Yearbook 12 p . 175), as confirmed in Application No . 8416/79 (D .R . 19 pp . 244, 248) and of Applications No . 9348/81, D .R . 32 p . 190, and No . 9360/81, D .R . 32 p . 211) . 5 . The applicant submits that the murder of her daughter by terrorists was made possible by the respondent States' failure to prevent terrorism ; that no domestic (1) The applicant was represented before the Conunission by Messrs . Cleever, Fulton and Renlrin, solicitors, Belfast.
54
remedy was available in respect of this failure ; that the six months' mle does not apply to this complaint ; and that, if it applied, the running of the period was suspended or intermpted . 6 . Article 26 of the Convention provides that the Commission may only deal with a matter "after all domestic remedies have been exhausted, according to the generally recognised rules of intemational law, and within a period of six months from the date on which the final decision was taken" . 7 . The Commission does not find that there was a domestic remedy which the applicant was required to exhaust . She complains that the respondent States failed to prevent that a criminal act-the murder of her daughter-was committed by private individuals . The applicant states that no domestic remedy was available in respect of this failure of the respondent States . The Commission has already held in Application No . 9360/81 (referred to above), in respect of a complaint against Ireland, that there was no domestic remedy in the Republic of Ireland, in respect of the alleged failure of the Republic to prevent the murder of Mr . W ., which Mrs . W . was required to exhaust . Confirrning that finding the Commission holds that, in the present case, there was neither in Ireland nor in the United Kingdom a domestic remedy which the applicant was required to exhaust in respect of the a ll eged failure of those States to prevent the murder of her daughter . 8 . The Commission in particular does not find that proceedings conceming the criminal prosecution of those individuals who committed the murder, or relating to a compensation claim which the applicant could bring under the domestic legislation, could be considered as remedies in respect of the respondent States' alleged failure to prevent the murder . It notes that such proceedings are not referred to by the applicant as domestic remedies, but only as relevant for the determination of the six months' period . 9 . The applicant submits that the six months' mle is inapplicable in respect of her complaint conceming the murder of her daughter because her case is based upon continuing violations of the Convention . The Commission has previously stated that, where there is a"permanent state of affairs which is still continuing", the question of the six months' mle "could only arise after the state of affairs has ceased to exist" (De Becker case. Yearbook 2 pp . 214, 244 ; First Greek Case, second decision on admissibility, Collection 26, 80, 110 = Yearbook 1I pp . 730, 778) . The Commission does not find, however, that the respondent Governments' alleged failure to prevent the murder of the applicant's daughter can be regarded as a violation of the Convention which continued after the murder . It follows that the application of the six months' mle cannot in respect of the applicant's complaint concerning the murder of her daughter be excluded on the ground that this complaint relates to a violation which continued after her daughter's death .
55
10 . The applicant further submits that the six months rule is inapplicable because Article 26 refers to a final decision by a State and not to an act such as murder, committed by a third party ; moreover, Application No . 7379/76, relied on by the Commission in the W . case (referred to above) and conceming a right to property, may be distinguished from the present complaint, which is grounded in a deprivation of life or family rights . The Commission observes, however, that the application does not, according to the applicant's own statements, relate to an act of private individuals-the murder of her daughter-but to the authorities' alleged failure to prevent this act . Moreover, the considerations announced by the Commission in Application No . 7379/76 are not limited to property rights but state a general principle concerning the six months' rule which is valid also for complaints conceming other Convention rights and freedoms . 11 . The Commission held in Application No . 7379/76 that "where no domestic remedy is available, the act or decision complained of must itself norrnally be taken as the 'final decision' for the purposes of Article 26" (X . v/the United Kingdom, D .R . 8 p . 211, at pp . 212 - 213) . In the present case the Commission has already found that there was no domestic remedy to be exhausted with regard to the alleged failure of the respondent States to prevent the murder of the applicant's daughter . It has also observed that this failure cannot be regarded as a violation of the Convention which continued after the death of the applicant's daughter . It follows that, in the present case, the six months limitation period ran from 8 December 1977, the date of the death of the applicant's daughter, unless the rvnning of this period was interrupted or suspended . 12 . The Commission here notes that the applicant, when introducing the application in December 1981, did not claim that, during a prolonged period of time after the murder of her daughter, her state of health had prevented her from writing to the Commission . By a letter of 26 January 1982 from the Secretariat the applicant's attention was drawn to the six months' rule laid down in Article 26 . The statement of facts then filed by the applicant in February 1982 contained the following passage :"The applicant suffers from considerable grief but states that she is not afraid . Several of her family have required medical treatment, in particular David who is most affected as he feels unsecure . However, the applicant and her family try and make as little as possible of their afflictions . " On 28 Febrvary 1983 the Commission held that Mrs W . complaint, conceming the murder of her husband (Application No . 9360/81), was inadmissible for nonobservance of the six months' rule . Only then counsel for the present and the other remaining applicants, by a telex communication of 30 March 1983, requested the Commission to consider "each case where the applicant states that she was in a severe state of shock, under medical treatment and unable to deal with her affairs for considerable periods of time after the incidents complained of . It is submitted tha t
56
such facts constitute a suspension or interruption of the time limit rule under Anicle 26 of the Convention and accordingly such cases should not be declared inadmissible for non-observance of the six months' rule" . In a letter of 4 May 1983 counsel confirmed "that we are requesting from each applicant a medical report to substantiate the statements already contained in the particulars of each application that the applicant was under medical supervision for considerable periods after the murder and in no condition to present an application to the Commission . We shall also specify the specific period of time during which this condition persisted with each particular applicant" . Under cover of a letter of 24 June counsel filed a medical certificate of 13 June 1983 . 13 . The Commission recalls that the six months' rule, in reflecting the wish of the High Contracting Parties to prevent the examination of past events after an indefinite lapse of time, serves the interests of legal certainty . It marks out the temporal limits of supervision carried out by the organs of the Convention and signals to both individuals and State authorities the period beyond which such supervision is no longer possible (Application No . 9587/81, X . v . France, D .R . 29 p . 228 at paras . 13 - 16 ; Application No . 10416/83, D .R . 38 p . 158) . The Commission therefore considers that any claim, which asserts that the six months' limitation period was suspended or interrupted, must, in order to be successful, be based on clear and conclusive evidence . 14 . The medical certificate submitted by the present applicant states that she "was still under medical and psychiatric care following the first killing" (of her daughter on 8 December 1977) "when her husband died" (on 4 September 1980) and that she "was in no position to submit a report within the statutory six months time" . Dr G . adds that the applicant "is still under treatment for her anxiety and I doubt if she will ever fully recover from her ordeal" . 15 . The Commission, having regard to the above certificate, accepts that, during a certain time following the death of her daughter on 8 December 1977, the applicant may have been prevented by her state of health from filing an application under Article 25 of the Convention, and that the running of the limitation period was suspended during this time . 16 . The Commission does not find it established, however, that the applicant's state of health prevented her for a very long time from filing an application . It here notes that, after their daughter's death, the applicant and her husband looked after their granddaughter, and that, after the conviction of their daughter's murderers in 1979, they sold their farm and moved to a new residence . This would in the Commission's view imply that the applicant was also able to address herself to the Commission . 17 . However, the present application was not introduced until 3 December 198 1
57
18 . The Commission concludes that the applicant has failed to show that she has complied with the six months' mle laid down in Anicle 26 of the Convention . It follows that her complaint conceming the murder of her daughter must be rejected under Article 27 para . 3 of the Convention .
Résumé des faiLs pertinents La requérante (1) est une ressortissante britannique domiciliée en Irlande du Nord . Le 8 décembre 1977, l'une des filles de la requérante fut tuée par des terrorisres. Après la condamnation en 1979 de trois de leurs voisins pour le meu rtre de /eur fdle . la requérante et son mari vendirent leur ferme et déménagèrent . Le mari fut tué en septembre 1980 requête a été introduite le 3 décembre 1981 . Dans un courrier adressé au .[n Secrétariat de la Commission, les représentants de la requérame ont déclaré que « la requérante a un chagrin considérable mais affirme ne pas avoir peur. . . . » . Dans une autre correspondance, les représentants de la requérante ont produit une attestation médicale selon laquelle la requérante •est toujours sous traitement pour ses angoisses • .
La requ@te a été présentée au nom de la requérante, de ses deu .r enfants à charge et de sa petite-fdle . Ia requérante a allégué une violation des a rt icles 1, 2, 8 et 13 de la Convention, ainsi que de l'article 1 du Protocole additionnel.
( I ) U requérnme éuit représentée devant la Commission par le Cabinet Cleaver, Fulton et Rankin . Avoués d Belfxs .
58
(TRADUCTION)
EN DROIT (Extrait )
II . Sur le grief relatif au meu rt re de la ftlle de la requérante, commis le 8 décembre 1977 4 . La Commission déclare que la requérante, en sa qualité de mère affectée par le décès de sa fille, peut à cet égard se prétendre • victime . au sens de l'article 25 . Elle renvoie sur ce point à ses décisions sur la recevabilité de la requète No 2758/66 (Recueil 30 p . 11 = Annuaire 12 p . 175), confirtné pour la requète No 8416/79 (D .R . 19 pp . 244, 257), et des requétes No 9348/81, D .R . 32 p . 190 et 9360/81, D .R . 32 p . 211 . 5 . La requérante soutient que c'est parce que les Etats défendeurs ne luttent pas contre le terrorisme que le meurtre de sa fille par des terroristes a été possible ; qu'aucune voie de recours interne ne lui était offerte pour s'en plaindre : que la règle des six mois ne s'applique pas à ce grief et que, dans le cas contraire, il y a eu suspension ou interrUption du délai . 6 . L'article 26 de la Convention prévoit que la Commission ne peut ètre saisie •qu'après l'épuisement des voies de recours internes, tel qu'il est entendu selon les principes de droit international généralement reconnus et dans le délai de six mois, à partir de la date de la décision inteme définitive• . 7 . La Commission n'estime pas qu'il existait un recours inteme que la requérante était tenue d'exercer . Celle-ci se plaint en effet de ce que les Etats défendeurs n'ont pas empêché qu'un acte criminel - le meunre de sa fille - soit commis par des particuliers et déclare qu'aucun recours interne ne lui était offen pour se plaindre de cette inaction des Etats défendeurs . La Commission a déjà déclaré à propos d'un grief contre l'Irlande formulé dans la requète No 9360/81, évoquée plus haut, qu'il n'existait pas en République d'Irlande de voie de recours pour se plaindre de ce que la République n'aurait pas empêché le meunre de M . W . et que sa veuve était tenue d'épuiser . Confirrnant cette constatation, la Commission déclare qu'en l'espèce il n'existait, ni en Irlande ni au Royaume-Uni, de recours interne que la requérante aurait été tenue d'exercer pour se plaindre de ce que ces Etats n'ont pas empèché le meurtre de sa fille . 8 . En particulier, la Commission n'estime pas que les procédures concernant la poursuite pénale des particuliers auteurs du meurtre ou une demande d'indemnisation, que la requérante pouvait engager conformément à la législation interne, ne peuvent pas être considérées comme des voies de recours pour se plaindre du fait que les Etats défendeurs n'ont pas empêché le meurtre . La Commission relève que ces procédures ne sont d'ailleurs pas citées par la requérante comme des recours intemes mais comme servant seulement à déterrniner le départ du délai de six mois .
59
9 . Selon la requérante, la régle des six mois est inapplicable au grief concernant le meurtre de sa fille car l'affaire se fonde sur des violations continues de la Convention . La Commission a déclaré antérieurement que lorsqu'il s'agit •d'une situation qui dure encore - , la question de la règle des six mois - ne pourra se poser que lorsque cette situation aura cessé . (affaire De Becker, Annuaire 2 pp . 214, 244 ; Première affaire grecque, deuxième décision sur la recevabilité, Recueil 26 pp . 80. 110 = Annuaire 11 pp . 730 . 778) . La Commission estime cependant que que le fait pour les Gouvernements défendeurs de n'avoir pas empêché le meurtre de la fille de la requérante ne saurait être considéré comme une violation de la Convention se poursuivant après le meurtre . 11 s'ensuit que, s'agissant du grief de la requérante concernant le meurtre de sa fille, l'application de la règle des six mois ne saurait être exclue au motif que le grief concemerait une violation qui a continué après le décès de la jeune fille . 10 . La requérante soutient en outre que la règle des six mois est inapplicable parce que l'article 26 renvoie à une décision définitive rendue par un Etat et non pas à un acte tel qu'un assassinat commis par un tiers ; en outre, la requête No 7379/76, invoquée par la Commission dans l'affaire W . (voir plus haut) et concernant un droit de propriété, se distingue de la présente affaire qui touche à une privation de vie ou de droits familiaux . La Commission observe cependant que, d'après la requérante elleméme, la requête ne concerne pas un acte commis par des particuliers - le meurtre de sa ftlle - mais le fait allégué que les autorités n'ont pas empéché cet acte . En outre, les considérations énoncées par la Commission dans la requête No 7379/76 ne se limitent pas à des droits de propriété, mais énoncent pour la règle des six mois un principe général valable aussi pour les griefs concernant d'autres droits et libertés garantis par la Convention . 11 . Dans la requéte No 7379/76, la Commission a déclaré que « lorsqu'il n'existe pas de voies de recours intemes, l'acte ou la décision incriminés doivent eux-mêmes être normalement considérés comme la 'décision interne définitive' visée à l'article 26• (X . c/Royaume-Uni, D .R . 8 pp . 211, 215) . En l'espèce, la Commission a déjà constaté qu'il n'y avait pas de recours inteme à exercer s'agissant du fait allégué que les Etats défendeurs n'ont pas empêché le meurtre de la fille de la requérante . Elle a également fait observer que ce fait ne saurait être considéré comme une violation de la Convention qui se serait poursuivie après le décès de la fille de la requérante . Il s'ensuit qu'en l'occurrence le délai de six mois a commencé à courir le 8 décembre 1977, date du décès de la fdle de la requérante, sauf interruption ou suspension . 12 . La Commission relève ici que lorsqu'elle a introduit sa requéte en décembre 1981, la requérante n'a pas prétendu que longtemps aprés le meurtre de sa fille, son état de santé l'avait empêchée d'écrire à la Conunission . Par lettre du 26 janvier 1982, le Secrétariat de la Commission a attiré l'attention de la requérante sur la règle des six mois énoncée à l'article 26 . En effet ,
60
l'exposé des faits déposé en février 1982 contenait le passage suivant : « La requérante a un chagrin considérable mais affirme ne pas avoir peur . Plusieurs membres de sa famille ont eu besoin d'un traitement médical, notamment David qui est très affecté car il ne se sent pas en sécurité . Cependant, la requérante et sa famille essaient autant que faire se peut de ne pas montrer leur peine . Le 28 février 1983, la Commission a déclaré que le grief de M"'° W . concernant le meurtre de son mari (requête No 9360/81) était irrecevable pour non-respect de la règle des six mois . C'est alôrs seulement que l'avocat de la présent requérante et des requérants restants, a demandé à la Commission, par télex du 30 mars 1983, de tenir compte «de chaque fois où la requérante déclare avoir été en état de choc grave, sous traitement médical et dans l'incapacité de s'occuper de ses affaires pendant de longues périodes après les faits reprochés . Selon l'avocat, cette situation entraine suspension ou interruption du délai prévu à l'article 26 de la Convention et en conséquence ce genre de requête ne doit pas être déclarée irrecevable pour nonrespect de la règle des six mois » . Dans une lettre du 4 mai 1983, l'avocat conftrmait • que nous demandons à chaque requérante de fournir un rapport médical pour étayer les déclarations figurant déjà dans les détails de chaque requête, selon lesquelles l'intéressée a été sous surveillance médicale pendant de longues périodes après l'assassinat et n'était pas en état de présenter une requète à la Commission . Nous préciserons également la période exacte pendant laquelle cet état a persisté pour chacune des requérantes» . Sous le couvert d'une lettre du 24 juin, l'avocat déposa un certificat médical en date du 13 juin 1983 . 13 . la Contmission rappelle que la règle des six mois, qui traduit le désir des Parties Contractantes d'emp@cher que ne soient examinés des événements remontant loin dans le passé après un délai indéfini, est un facteur de sécurité juridique . Elle définit les limites temporelles du contrôle exercé par les organes de la Convention et indique tant aux particuliers qu'aux Etats la période au-delà de laquelle ce contrôle n'est plus possible (requête No 9587/81, X . c/ France, D .R . 29 p . 228, par . 13-16 ; requéte No 10416/83, D .R . 38 p . 158) . La Commission estime, dès lors, que le requérant qui prétend que le délai de six mois a été suspendu ou interrompu, doit, pour aboutir, se fonder sur des éléments clairs et décisifs . 14 . Le certificat médical produit par la présente requérante atteste qu'elle « était toujours sous contrôle médical et psychiatrique suite au premier assassinat- (de sa fille, le 8 décembre 1977) « lorsque son mari est décédé . (le 4 septembre 1980) et qu'elle • n'était pas en état de produire un rapport dans le délai réglementaire de six mois» . Le Dr G . ajoute que la requérante .est toujours sous traitement pour ses angoisses etje ne crois pas qu'elle se remette jamais complétement de ses épreuves- .
61
15 . La Commission, eu ég ard à ce cenificat médical, admet que pendant un certain temps après le décès de sa fille, le 8 décembre 1977, la requérante ait pu étr e empêchée par son état de santé de déposer une requéte conformément à l'anicle 25 de la Convention et qu'il y a eu, dès lors, suspension du délai pendant ce tte période . 16 . Cependant, la Commission n'estime pas établi que l'état de santé de la requérante l'ait emp@ché très longtemps de déposer une requéte . Elle relève, en l'occurrence, qu'aprés le décès de leur fille, la requérante et son mari ont pris en charge leur petite fille et qu'après la condamnation des meurtriers de leur fille, en 1979, ils ont vendu leur fertne et déménagé . Pour la Commission, cela signifie que la requérante était é galement en mesure de s'adresser à elle . 17 . Or, la présente requéte n'a été introduite que le 3 décembre 1981 . 18 . La Commission en conclut que la requérante n'a pas montré avoir satisfait à la règle des six mois é noncée à l'art icle 26 de la Convention . Il s'ensuit que le grief concemant le meu rt re de sa fille doit être rejeté conformément à l'article 27 par . 3 de la Convention .
62

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 07/03/1985

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.