Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ WALLEN c. SUEDE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10877/84
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1985-05-16;10877.84 ?

Analyses :

(Art. 6-1) EGALITE DES ARMES, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-2) PRESOMPTION D'INNOCENCE


Parties :

Demandeurs : WALLEN
Défendeurs : SUEDE

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE No 10877/8 4 Monica WALLÉN v/SWEDEN Monica WALLÉN c/SUÈD E DECISION of 16 May 1985 on the admissibility of the application DÉCISION du 16 mai 1985 sur la recevabilité de la requêt e
Article 6, paragraph I of fhe Convention : Ti,e provision cannot be invoked by the complainant in criminal proceedings . As the right to enjqv a good reputation is a"civil right ", the provision guarantees to a person whose reputation has been besmirched a right of access to court to have his name cleared. 7he riglu of access ro court guaranteed by this provision may be lirnited for ntinors and persons of unsound mind u' sal to appoint a guardian to a person not able to litigate in connection with .Arej
a case which has no prospect of success does not interfere with tlte right, in civil cases, of access to court . Article 6, paragraphe 1, de la Convention : Ne peut étre invoqué par le plaignant au pénal. Le droit de jouir d'une bonne réputation étant un .. droit de caractère civil . . cene disposition garantit à la victime d'une atteinte à l'honneur un droit d'accès à un tribunal pour blanchir sa réputation . Le droit d'accès à un tribunal, garami par cette dispositiott, peut être limité pour les mineurs ou les aliénés . Ne constitue pas une entrave à l'accès aua tribunau .r, en matière civile . le fait de ne pas désigner à une personne incapable d'ester en justice un curateur pour intenter une action dépourvue de cltances de succès .
184
Summary of the relevant facts
(français : voir p . 187)
The applicant stated dtat she was invited to attend at a rnerual hospital and then forced to take medication by a doctor who had allegedlv received infonrration about the applicant's rnemal health from a Swedish anist . The applicant introduced a privare criminal action against the artist for defarnntion before the Stockholm District Court, which dismissed the action because the applicant ltad nor first reported the alleged crirninal offence to the public prosecutor . The applicant appealed to the Svea Coun of Appeal which on 6 March 1984 rejected the appeal, stating that the applicant lacked competence to bring the iroteruted action in view of her rnental state . The Court referred to a medical opinion according to which tire artist played a central role in the applicaru's submissions to tlte Coun . In the decision it was rtoted that dte applicaru had been finally discharged from a psychiarric hospital in 1982 . The applicant subrnirted to rhe Cornnrission a cenifrcate according to w•hich she is ntentally normal. Under Chapter 18 . secrion 3, first sentence of the Swedish Parental Code (fSrëldrabalken) the Court shall, where necessary . appoint an ad hoc guardian (god man) for a person who, on accourtt of illness, retarded irttellect, deterioratedstate of health or sirnilar circumstances . needs assismnce to care for his rights .
THE LAW (Extract )
The applicant has [also] complained that she is not permitted to bring a court action against another person, although she is mentally normal . Article 6 para . I of the Convention guarantees to everyone the right of access to a court for the determination of "civil rights and obligations" or a"criminal charge against him" . The right under Article 6 para . I to have a criminal charge determined is only a right for the accused and not a right for the victim of the alleged criminal offence, or for anyone who makes a charge against another . Accordingly, the applicant has no right under Article 6 para . I of the Convention to have criminal proceedings instituted against the artist in question . It follows that this aspect of the application is incompatible ratione rnateriae with the provisions of the Convention within the meaning of Article 27 para . 2 . In so far as the applicant wished to clear her reputation, the Contmission recall s that the right to enjoy a good reputation is a civil right and that there is therefore a right under Article 6 para . I of the Convention to have determined by a tribuna l 185
whether attacks on such reputation were justified (see e .g . No . 7116/75, Dec . 4 .12 .76, D .R . 7 p . 91) . Consequently, the applicant was in principle entitled under Article 6 para . I to have access to the court in order to have determined the issue of the clearance of her reputation . The applicant's action for defamation was however dismissed by the Court of Appeal, which exercised its powers under the Code of Judicial Procedure, as the applicant was considered incompetent to bring a court action in view of her mental state . The Commission must therefore examine whether this limitation on the applicant's right of access to court was in confortnity with Article 6 para . I . The Commission observes that it is a common feature in the laws of the States Parties to the Convention that limitations on the right of access to court exists for minors and persons of unsound mind . Such limitations must in principle be regarded as admissible under Article 6 para . 1 . The applicant has submitted a medical certificate according to which she is mentally normal . The Commission notes, however, that the Court of Appeal, after having had regard to Ihe case file and the submissions made by the applicant . came to the conclusion that the applicant's mental state was such that she lacked competence to bring the action which she envisaged against the person concemed . In view of the Court's finding about the applicant's mental state, the Commission considers that the limitation of the applicant's access to court was in principle acceptable under Article 6 para . I . As to the instant case, the Commission observes that under Chapter 18, Sectio n 3 of the Parental Code, the Court is obliged to appoint an ad hoc guardian for an individual who, for different reasons, is in need of assistance to safeguard his rights provided that such assistance is considered necessary . It follows that if the Court of Appeal had considered it necessary to appoint an ad hoc guardian for the applicant, it would have been obliged to do so . The Commission considers that where court actions are brought by individuals who do not have the capacity of bringing such actions because of their mental state, the right of access to court under Article 6 para . I cannot be interpreted as including an unlintited right to have an ad hoc guardian or other ad hoc representative appointed for the purpose of pursuing the intended court ac(ion . A parallel can be drawn with the Commission's case-law with respect to the question whether legal aid is an inherent right for securing effective access to court . In that context the Commission has held that it is not a denial of the right of access to court if legal aid is refused on the ground that the proposed action is without prospects (see e .g . No . 8158/78, Dec . 10 .7 .80, D .R . 21 p . 95) . In a similar way the Commission considers that the .fact that the Court of Appeal did not appoint an ad hoc guardian cannot be regarded as a breach of the applicant's right of access to court if the reason is that the envisaged action appears to be without prospects ofsuccess .
186
The Commission considers that already the fact that the District Court had dismissed the applicant's action on formal grounds - since she had not first reponed the alleged criminal offence to the Public Prosecutor - shows that the applicant's action was without prospects of success as the formal requirements for hearing her case were not met . The Commission also notes that there is no indication that the applicant has requested the appoin(ment of an ad hoc guardian to act on her behalf in this matter . In all these circumstances, the Commission concludes that the applicant has not been denied the right of access to coun in breach of Article 6 para . I . It follows that in this respect the application is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 para . 2 of the Convention .
Résumé des faits pertinents La requérante déclare avoir éré invitée à se présenter à un hôpital psychiatrique où elle fut obligée de se soumeure au traitement d'un médecin qui disait avoir reçu d'un artiste suédois des informations sur sa santé menrale . La requéranre engagea contre l'artiste des poursuites pénales privées et une action en diffamation devant le tribunal de disvict de Sfockholnt qui rejeta l'action car la plaignante aurait dû s'adresser d'abord au parquet . La requéranre se pourrut en appel devant la cour d'appel de Svea, qui la débouta, déclarant qu'elle ne pouvait pas engager l'action proposée contpte renu de son étar menral . La cour se référa à l'avis d'wt médecin selon lequel l'artiste était au centre du système d'illusions paranoldes de la requérante, et à la teneur des observations présentées par la requérante à la cour . L'arrêt relevait cependant que la requérante érair finalement sortie d'un hôpital psychiatrique en 1 982 . La requérante a présenté à la Commission un certificat aaestant qu'elle est tnemalemenr normale. Conformément au chapitre 1 8, ariicle 3 . première phrase, du Code suédois de la famille ((1lydldrabalken), la cour doit le cas échéant nontmer un curateur (god tnan) pour toute personne nécessitant une assistance pour veiller à ses droits en raison d'une maladie, d'une arriération mentale . de la détérioration de sa santé ou de circonsmnces analogues.
187
(TRADUCTION) EN DROIT (Extrait )
La requérante se plaint [égalemenQ de n'avoir pas été autorisée à assigner une personne en justice alors qu'elle est mentalement normale . L'article 6 par . I de la Convention garantit à toute personne le droit d'accès à un tribunal qui décidera des contestations sur ses - droits et obligations de caractère civil . ou du bien fondé de toute « accusation pénale dirigée contre elle . . Le droit conféré par cette disposition de voir trancher une accusation pénale n'est valable que pour l'accusé et non pour la victime de l'infraction pénale alléguée, ou pour quiconque profere une accusation contre autrui . En conséquence, l'article 6 par . I de la Convention ne donne pas à la requérante le droit d'engager des poursuites pénales contre l'artiste en question . Il s'ensuit que la requête est, sur ce point, incompatible ratione materiae avec les dispositions de la Convention au sens de l'article 27 par . 2 . Dans le mesure où la requérante désire blanchir sa réputation . la Commission rappelle que le droit de jouir d'une bonne réputation constitue un droit de caractère civil et qu'il existe dès lors, gràce à l'a rt icle 6 par . 1 de la Convention, un droit de faire décider par un tribunal si les atteintes portées à cette réputation sont justifiées (voir par exemple No 7116/75, déc . 4 .12 .76, D .R . 7 p . 91) . En conséquence, la requérante avait, en principe, le droit au regard de l'a rt icle 6 par . I d'avoir accès à un tribunal pour faire décider de la question de sa réputation . L'action en diffamation engagée par elle a cependant é té rejetée par la cour d'appel, qui a exercé les pouvoirs qui lui confère le Code de procédure judiciaire puisque vu son état mental, la requérante a été jugée incapable d'ester en justice . La Commission doit dés lors examiner si cette limitation apportée au droit de la requérante d'avoir accès à un tribunal était conforme à l'a rt icle 6 par . I La Commission relève que les législations des Etats parties à la Convention ont pour caractéristique commune de prévoir des limitations au droit pour les mineurs et les aliénés de recourir à lajustice . Ces limitations doivent en principe ètre considérées comme recevables au regard de l'article 6 par . I . La requérante a produit un certificat médical attestant qu'elle est mentalement normale . La Commission relève cependant qu'après avoir examiné le dossier et les observations présentées par la requérante, la cour d'appel est parvenue à la conclusion que l'état mental de la plaignante était tel qu'elle n'avait pas la capacité voulue pour engager l'action envisagée . Vu la conclusion de la cour sur l'état mental de la plaignante, la Commission estime que la limitation de l'accés de la requérante au tribunal était en principe recevable au regard de l'article 6 par . 1 . Sur le cas d'espèce ,
188
la Commission relève qu'aux termes du chapitre 18, article 3, du Code de la famille, la cour est tenue de désigner un curateur à celui qui, pour différentes raisons, a besoin d'assistance pour protéger ses droits à condition que cette assistance soit jugée nécessaire . Il s'ensuit que si la cour d'appel avait estimé nécessaire de désigner un curateur à'la requérante, elle aurait été obligée de le faire . La Commission estime que lorsque les actions en justice sont engagées par des paniculiers qui n'ont pas la capacité voulue pour le faire en raison de leur état mental, le droit d'accès au tribunal prévu par l'article 6 par . I ne saurait s'interpréter comme comportant le droit illimité de voir désigner un tuteur ad litem ou un autre représentant ad hoc pour ester à leur place . Un parallèle peut étre tracé avec la jurisprudence de la Commission sur le point de savoirsi l'assistance judiciaire est un droit inhérent à la garantie effective du droit d'accès à un tribunal . Dans ce contexte, la Commission a déclaré que ce n'est pas refuser le droit d'accès au tribunal que de refuser l'assistance judiciaire au motif que l'aclion cnvisagée n'a aucunc chance de réussir (voir par cxcmplc No 8158/78, déc . 10 .7 .80, D .R . 21 p . 95) . De la méme manière, la Commission estime que le fait pour la cour d'appel de n'avoir pas désigné un curateur ne saurait être considéré comme une méconnaissance du droit d'accès au tribunal pour la requérante si la raison en est qûe l'action envisagée semblait dépourvue de chance de réussir . Selon la Commission, le fait que, déjà, le tribunal de district avait rejeté l'action de la requérante pour des raisons de forme - l'intéressée n'ayant pas d'abord signalé au parquet l'infraction pénale alléguée - montre que l'action n'avait pas de chance d'aboutir puisque lés conditions de forme nécessaires pour en juger n'étaient pas réunies . La Commission remarque également que rien n'indique que la requérante ait demandé la nomination d'un curateur pour agir en son nom dans ce domaine . Cela étant, la Commission en conclut que la requérante ne s'est pas vu refuser le droit d'accès à un tribunal, en violation de l'anicle 6 par . 1 . Il s'ensuit que la requête est, sur ce point, manifestement malfondée au sens de l'anicle 27 par . 2 de la Convention .
189

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 16/05/1985

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.