Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ CUNNINGHAM c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10636/83
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1985-07-01;10636.83 ?

Analyses :

(Art. 5-3) DUREE DE LA DETENTION PROVISOIRE, (Art. 6) PROCEDURE PENALE


Parties :

Demandeurs : CUNNINGHAM
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 1 0636/83 Hugh G .P . CUNNINGHAM v/the UNITED KINGDO M Hugh G .P . CUNNINGHAM c/ROYAUME-UN I
DECISION of I July 1985 on the admissibility of the application DÉCISION du 1 - juillet 1985 sur la recevabilité de la requ@l e
Article 26 of the Convention : Domestic remedies have not been exhausted where an appeal is not adrnined because of a procedural mistake by the applicant . In order to comply with the rule on exlmustion of domestic remedies, a person complaining of a decision of a prison Board of Visitors (UK) must apply for judicial review.
A person who only appeals several years after such an appeal is accepted as effective following a change of case-law, is not absolved from the obligation to exhaust domestic remedies .
Ariicle 26 de la Convention : Les voies de recours intemes n'ont pas été épuisées lorsque le recours a été rejeté par suite d'une informalité commise par l'auteur du recours . Celui qui se plaint d'une décision de la commission des visiteurs de prison (RU) doit demander un contrôle judiciaire pour satisfaire à l'exigence de l'épuisement des voies de recours intemes. N'est pas dispensé de l'obligation d'épuiser les voies de recours internes celui qui a tardé plusieurs années à exercer un recours après que ce recours fut apparu comme eJficace par suite d'un changement de jurisprudence .
171
THE FACTS
(français : voir p . 174)
The applicant, Mr . Hugh Cunningham, is a citizen of the United Kingdom who, at the time of the introduction of the application, was detained at HM Prison Long Lartin, England . He was sentenced to 20 years' imprisonment for conspiracy to cause explosions on 18 March 1975 . On 14 December 1976 he appeared before the Board of Visitors at Hull Prison, charged with various disciplinary offences arising out of a prison riot which had occurred between 31 August 1976 and 3 September 1976 . Following the hearing of the charges against him, he was found guilty and sentenced inter alia to a total of 342 days' loss of remission . The hearing before the Board of Visitors lasted 10 minutes . The applicant claims that he received notification of the charges only two hours before the Board of Visitors commenced sitting, and was not provided with details of the charges against him . In addition, he was prevented from cross-examining the prison officer who testified against him . He also alleges that the Board of Visitors was biased against him because he was an IRA prisoner . On 17 November 1977 the applicant commenced proceedings before the High Court, seeking a declaration interalia that the adjudication against him was in breach of the rules of natural justice . These proceedings were adjoumed sine die on 28 January 1978 pending the outcome of similar cases where writs had been issued . On 30 June 1982 the Court of Appeal decided in the case of O'Reilly v . Mackman [ 1983] 2 A .C . 250 that review of adjudications by Boards of Visitors could not be dealt with by proceedings for a declaration and that the only proper remedy was by way ofjudicial review . In the meantime the Court of Appeal had held in 1979 in the case of R . v . the Board of Visitors of Hull Prison, e.r parre St . Germain [1979] 2 . W .L .R . 42 that judicial review, contrary to previous case-law, lay in respect of adjudications by Boards of Visitors . Following the decision of O'Reilly v . Mackman the applicant then applied to the Divisional Court for leave to seek judicial review of the adjudication . Leave was refused under Section 31 (6) of the Supreme Court Act 1981 on grounds of undue delay in making the application . In dealing with the argument that the applicant's delay was attributable to the action for a declaration, Mr . Justice McCullough stated as follows : "The fact remains, however, that it has been known for over three years that an application for leave to apply for judicial review could be made . I do not rate very highly the argument that until very recently those who advised these applicants thought it better to bring an action for a declaration . They knew that an application for leave to apply forjudicial review had to be made promptly and they let the time for making such an application go by . Some prisoners made applications reasonably soon after St . Germain (No . 2) was decided in June 1979 and were given leave despite being tfiree years or so out of time . But we are now, as I have said, another three years further on . "
172
An appeal against this decision was refused by the Court of Appeal on 19 April 1983 . On 13 September 1983 following representations by the applicant's legal advisers, the Home Office stated that they would remit the award in respect of a disciplinary charge of throwing missiles but not in respect of other charges . COMPLAINT S The applicant complains that the adjudication against him amounted to the determination of a criminal charge and was in breach of Article 6 paras . I, 2, and para . 3 (a), (b), (c) and (d) .
THE LAW (Extract) 1 . The applicant complains I . . .] that the procedures before the Board of Visitors in 1976 did not conform to the requirements of Anicle 6 para . I of the Convention . He complains of breaches of Article 6 paras . 1, 2, and para . 3 (a), (b), (c) and (d) . He also invokes Articles 13 and 14 . However, the Commission is not required to decide whether or not the facts alleged by the applicant disclose any appearance of a violation of these provisions as, under Article 26 of the Convention, it may only deal with a matter after all domestic remedies have been exhausted according to the generally recognised rules of international law . In the present case, the applicant's application for judicial review was rejected on the basis of undue delay under Section 31 (6) of the Supreme Court Act 1981 . In these circumstances, where failure to respect procedural rules constitutes the reason for the refusal of a remedy, the Commission cannot consider that the requirement as to the exhaustion of domestic remedies has been satisfied (see No . 3897/68, Dec . 5 .2 .70, Collection 35 p . 75) . The Commission notes that the applicant commenced an action for a declaration in respect of his complaint in 1977 and that it only became clear after the decision of the Court of Appeal in the case of O'Reilly v . Mackman that a declaration did not lie in respect of adjudications before Boards of Visitors . It appears to have been for this reason that he only sought judicial review in 1982 . However, the Commission notes that it would have been open to the applicant since June 1979 after the decision of the Court of Appeal in the case of R . v . the Board of Visitors of Hull Prison, ex pane St . Germain to bring an action for judicial review in respect of the decision of the Board of Visitors . In these circumstances the Commission does not consider that there are special circumstances which absolve the applicant from exhausting the remedies at his disposal according to the correct procedures .
173
(TRADUCTION) EN FAI T Le requérant, M . Hugh Cunningham, est un ressortissant du Royaume-Uni qui, à l'époque de l'introduction de sa requête, était incarcéré à la prison d'Etat de Long Lanin, en Angleterre . II avait été condamné le 18 mars 1975 à vingt ans de prison pour préparation de plasticages .
Le 14 décembre 1976, le requérant comparut devant la commission des visiteurs de la prison de Hull, pour diverses infractions disciplinaires qui lui étaient reprochées suite à une mutinerie survenue dans la prison entre le 31 août et le 3 septembre 1976 . Après audition des accusations portées contre lui, il fut reconnu coupable et condamné notamment à un total de 342 jours de perte de remise de peine . L'audience devant la commission des visiteurs dura 10 minutes . Le requérant prétend n'avoir été avisé des accusations que deux heures avant le début de l'audience de la commission et n'avoir eu aucun détail sur les accusations le concernant . Il fut empêché en outre de contre-interroger le gardien qui témoigna contre lui . Le requérant allègue également que la commission des visiteurs était prévenue à son encontre parce qu'il était prisonnier membre de l'IRA . Le 17 novembre 1977, le requérant engagea devant la High Court une procédure visant notamment à faire déclarer que la décision prise à son encontre était contraire aux principes de justice naturelle . Cette procédure fut ajoumée sine die le 28 janvier 1978, en attendant l'issue d'affaires analogues pour lesquelles avaient été émises des citations à comparaître . Le 30 juin 1982, la Court of Appeal décida dans l'affaire O'Reilly c/Mackman (1983) 2 A .C . 250 que le réexamen des décisions prises par les commissions des visiteurs de prison ne pouvait pas avoir lieu selon une procédure déclarative et que l'unique recours possible était le contr6lejudiciaire . Dans l'intervalle, la Court of Appeal avait déclaré en 1979 dans l'affaire R . c/commission des visiteurs de la prison de Hull, pour le compte de St . Germain (1979) 2 . W .L .R . 42 que, contrairement à la jurisprudence antérieure, il était possible de demander un contrôle judiciaire des décisions rendues par les commissions des visiteurs de prison . Après la décision O'Reilly c/Mackman, le requérant sollicita de la Divisional Court l'autorisation de faire contrôler par un juge la décision litigieuse . L'autorisation lui fut.cependant refusée, conformément à l'article 31 par . 6 de la loi de 1981 sur la Cour suprême, vu le caractère tardif de la demande . Examinant l'argument du requérant selon lequel le retard était imputable à son action en déclaration, le juge McCullough déclara : .11 n'en demeure pas moins que le requérant savait depuis plus de trois ans qu'il pouvait présenter une demande d'autorisation pour solliciter un contrôle judiciaire . Je ne trouve pas très valable l'argument selon lequel, jusqu'à une date 174
très récente, les conseillers du requérant estimaient plus indiqué d'engager une action en déclaration . lls savaient en effet qu'une demande d'autorisation pour obtenir un contrôle judiciaire devait être présentée rapidement et ils ont néanmoins laissé le temps s'écouler . Ce rt ains détenus, qui ont présenté leur demande dans un délai raisonnablement rapide après la décision St . Germain (n° 2) en juin 1979, se sont vu accorder l'autorisation demandée malgré un retard de trois ans ou plus . Mais à présent, comme je l'ai dit, trois années supplémentaires sont encore venues se rajouter . La Court of Appeal rejeta le 19 avril 1983 l'appel formé contre cette décisio n Le 13 septembre 1983, suite aux protestations des avocats du requérant, le Ministère de l'Intérieur déclara qu'il reviendrait sur la sentence en ce qui concerne l'accusation disciplinaire de jet de projectiles mais non en ce qui concerne les autres chefs d'accusation . GRIEFS Le requérant se plaint de ce que la décision prise contre lui, qui constituait un e décision sur une accusation pénale, ait été contraire à l'article 6 par . 1, 2 et 3 a), b), c) et d) .
EN DROIT (Extrait) I . Le requérant se plaint [en premier lieu] de ce que la procédure suivie devant la contmission des visiteurs en 1976 n'était pas conforme aux exigences de l'article 6 par . I de la Convention . 11 se plaint de violations de l'article 6 par . 1, 2 et par . 3 a), b), c) et d) . Il invoque également les articles 13 et 14 . La Commission n'est cependant pas tenue de décider si les faits allégués par le requérant révèlent ou non une apparence de violation de ces dispositions car, aux termes de l'anicle 26 de la Convention, elle ne peut être saisie qu'après épuisement des recours internes tel qu'il est entendu selon les principes de droit international généralement reconnus . En l'espèce, la demande de contrôle judiciaire formulée par le requérant a été rejetée pour retard indù, conformément à l'article 31 par . 6 de la loi de 1981 sur la Cour supréme . Dans ces conditions, lorsque le non-respect des règles de procédure motive le rejet d'une voie de recours, la Commission ne saurait considérer que l'exigence d'épuisement des recours internes ait été satisfaite (voir No 3897/68, déc . 5 .2 .70, Recueil 35 p . 75) . La Commission relève que, s'agissant de ce grief, le requérant a engagé en 1977 une action déclaratoire et que c'est seulement après l'arrêt rendu par la Cour t 175
of appeal dans l'affaire O'Reilly c/Mackman qu'il est appant clairement que les décisions rendues par les commissions des visiteurs de prisons ne pouvaient pas faire l'objet d'un jugement déclaratoire . Voilà pourquoi, semble-t-il, c'est seulement en 1982 que le requérant a recherché un contrôle judiciaire . La Commission relève cependant que, depuis juin 1979 - c'est-à-dire après l'arrét rendu par la Court of Appeal dans l'affaire R . c/commission des visiteurs de la prison de Hull, pour le compte de St . Germain - le requérant pouvait engager une action de contrôle judiciaire de la décision rendue par la commission des visiteurs . Dans ces conditions, la Commission ne saurait considérer que des circonstances particulières aient dispensé le requérant d'épuiser les recours à sa disposition grâce aux procédures existantes .
176

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 01/07/1985

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.