Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ B. c. PAYS-BAS

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 11098/84
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1985-07-01;11098.84 ?

Analyses :

(Art. 5-3) DUREE DE LA DETENTION PROVISOIRE, (Art. 6) PROCEDURE PENALE


Parties :

Demandeurs : B.
Défendeurs : PAYS-BAS

Texte :

APPLICATION/REQU6TE N° 11098/84
B . v/the NETHERLANDS B . c/PAYS-BAS DECISION of I July 1985 on the admissibility of the application DÉCISION du 1 - juillet 1985 sur la recevabilité de la requêt e
Article 6, paragraph I o f the Convention : Proceedings conceraing the grant of ex gratia c oatpensation from a fund in aid of victina of violent crime do not deterrnine civil rights and obligations .
Article 6, paragraphe 1, de la Convention : Ne porte pas sur des droits et obligations de caractère civil un litige concernant l'octroi d'une indemnité à titre graciear par un fonds d'aide mu victimes d'aaes de violence .
THE FACTS
(français : voir p . 201 )
The facts of the case, as they have been submitted by the applicant, may be summarised as follows . The applicant is a Dutch citizen, born in-1953, and a bar attendant by profession . At present, he resides at Amsterdam . In the proceedings before the Commission- he is represented by Mr . J . Hoogenboom . a lawyer practising in Amsterdam . It appears that in the early moming of 2 June 1978 the applicant was attacked, at the door of the bar in which he worked as a porter, with a spray containing tear-gas by someone whom he had asked to present a membership card .
198
The applicant thereupon went outside and was attacked by two men . During the resulting fight, the applicant apparently injured the eye of one of the attackers both of whom thereupon disappeared . A few hours later, however, the attackers retumed, armed and accompanied by four other men, and held everyone present in the bar at the time at gunpoint . The original attacker apparently directly aimed a revolver at the applicant, who pushed the gun away but was hit in the leg when the shot went off. Thereupon, the other attackers started firing at the bar personnel . Subsequently . the applicant, having first escaped to the toilets, was shot in the face, from a distance of about 40 centimetres, with a shot-gun . The applicant lost his eyesight as a result of this and has become unable to work . In addition, he still has difficulties to walk . The person who attacked and blinded him was sentenced to a prison term by the Regional Court (Arrondissementsrechtbank) of Haarlem and put at the Government's disposal . On 13 July 1978, the applicant requested the Committee of the Criminal Injuries Compensation Fund (Schadefonds Geweldsmisdrijven) to grant him compensation in the sum of Dfl . 92,305 .- for material and Dfl . 50,000 .- for immaterial damages . However, on 27 September 1982, the Committee rejected the applicant's request . It considered that the applicant, having accepted a position as porter/bouncer in a bar, had brought himself in a dangerous position . Moreover, the applicant could certainly have expected difficulties after the fight he had become involved in earlier that same evening . Therefore, the Committee concluded that the applicant was himself responsible for his injuries and the resulting damages to such an extent that he was not eligible for compensation . The applicant, subsequendy, appealed against this decision to the Court of Appeal (Gerechtshof) of The Hague, claiming that the Committee had failed to give sufficient reasons for its decision . The Court of Appeal, however, rejected the applicant's appeal on 7 Decernber 1982 . In the opinion of the Court, the Committee had rightly considered that the applicant himself could to a certain extent be held responsible for the injuries he sustained since he had used unncessary force after he had been attacked with tear-gas . No further remedies existed against the decision of the Court of Appeal .
199
COMPLAINT S The applicant submits that the Act on the provisional regulation of the Criminal Injuries Compensation Fund (Wet Voorlopige Regeling Schadefonds Geweldsmisdrijven) was introduced to provide redress for the consequences under private law of violent crime . Therefore, the applicant contends that this regulation is covered by Article 6 para . I of the Convention . The applicant claims that he was not given a fair and public hearing because he was neither heard, nor given the opportunity to hear witnesses, by the Court of Appeal . He alleges a violation of Article 6 para . I of the Convention .
LAW The applicant has complained that he was not given a fair and public hearing in respect of his claim to be granted compensation for the injuries he sustained as a result of the assault upon him and has alleged a violation of Article 6 para . I of the Convention, which provides, inter alia : "In the determination of his civil rights and obligations . . . eve ryone is entitled to a fair and public hearing . . . " The Conimission notes that the Criminal Injuries Compensation Fund, which was established by the Act of 26 June 1975, may under certain circumstances grant compensation, on an equitable basis, to people who sustained severe inju ries as a result of crimes of violence- or to the relatives of those who were killed as a result of such crimes . However, no compensation is granted if the victim has sufficient financial means, or when the inju ries can also be imputed to the victim . Th e Commission further observ es that payments from the Fund are ex gratia payments and that no right to any particular compensation exists . Consequently, the Commission is of the opinion that the proceedings at issue did not concern the determination of any civil right of the applicant and, therefore, fall outside the scope of Article 6 para . I of the Convention . It follows that the application must be rejected under A rt icle 27 para . 2 of the Convention as be ing incompatible ratione mareriae with the provisions of the Convention . For these reasons, the Commission
DECLARES THE APPLICATION INADMISSIBLE . 200
(/RADUCTION)
EN FAI T Les faits de la cause, lels que le requérant les a exposés, peuvent se résumer comme suit : Le requérant est un ressortissant néerlandais, né en 1953 et employé dans un bar . II habite actuellement Amsterdam . Devant la Commission, il est représenté par Me J . Hoogenboom, avocat à Amsterdam . Au petit matin du 2 juin 1978, le requérant fut agressé, à la porte du bar où il travaillait comme portier, par quelqu'un qui le vaporisa de gaz lacrymogène parce qu'il lui avait demandé de présenter sa carte de membre . Là-des us, le requérant sorti et fut at aqué par deux hommes . Pendant la rixe qui s'ensuivit, le requérant blessa semble-t-il à l'oeil l'un des attaquants, qui disparut avec son compère . Quelques heures plus tard, les attaquants revinrent, armés et accompagnés de quatre autres hommes qui braquèrent toute l'assistance dans le bar . Le premier attaquant pointa directement un révolver sur le requérant qui repoussa l'arme et fut touché à la jambe lorsque le coup partit . Sur quoi les autres attaquants se mirent à tirer sur le personnel du bar . Le requérant, qui avait d'abord pu s'échapper en direction des toilettes, reçut en plein visage et d'une distance de 40 cm environ, la balle d'un fusil de chasse . Le requérant y perdit un oeil et sa capacité à travailler . Par ailleurs, il éprouve toujours des difficultés à marcher . La personne qui l'avait attaqué et rendu aveugle fut condamnée à une peine de prison par le tribunal régional (Arrondissementsrechtbank) de Haarlem, puis mise à la disposition du Gouvemement . Le 13 juillet 1978, le requérant demanda à la commission du Fonds d'indemnisation des victimes d'agressions (Schadefonds Geweldsmisdrijven) de lui accorder une indemnisation de 92 .305 florins pour préjudice matériel et de 50 .000 n . pour préjudice moral . Le 27 septembre 1982 cependant, la commission rejeta la demande du requérant : elle estima qu'ayant accepté un poste de portier/videur dans un bar, le requérant s'étail mis lui-même en situation dangereuse . Du reste, il pouvait à coup sûr s'attendre à des difficultés après la rixe à laquelle il avait été mêlé un peu plus tôt ce même jour .
201
Dès lors, la commission en conclut que le requérant étant lui-même responsable de ses blessures et du préjudice qui en résultait, il ne remplissait pas les conditions requises pour une indemnisation . Le requérant fit appel de cette décision devant la cour d'appel (Gerechtshof) de La Haye, faisant valoir que la commission n'avait pas suffisamment motivé sa décision . La cour d'appel débouta cependant le requérant le 7 décembre 1982 . Elle estima que la commission avait eu raison de déclarer que, dans uné certaine mesure, le requérant lui-mème pouvait ètre tenu pour responsable des blessures subies puisqu'il avait inutilement eu recours à la force après avoir été attaqué au gaz lacrymogène . Il n'existait pas d'autre recours contre l'arrêt de la cour d'appel .
GRIEFS Le requérant soutient que la loi portant réglementation provisoire du Fonds d'indemnisation des victimes d'agressions (Wet Voorlopige Regeling Schadefonds Geweldsmisdrijven) a été votée pour remédier aux conséquences des violences crintinelles en droit privé . Le requérant soutient en conséquence que cette réglementation relève de l'article 6 par . 1 de la Convention . Le requérant prétend n'avoir pas bénéficié d'un procès public et équitable puisque la cour d'appel ne l'a pas entendu et ne lui a pas donné la possibilité de faire entendre des témoins . Il allègue une violation de l'article 6 par . I de la Convention .
EN DROI T Le requérant se plaint de n'avoir pas bénéficié d'un procès public et équitable alors qu'il réclamait une indemnisation pour les préjudices subis du fait de l'agression dont il avait été l'objet . Il allègue une violation de l'article 6 par . 1 de la Convention, dont la partie pertinente est ainsi libellée : «Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement . . . par un tribunal . . . qui décidera . . . des contestations sur ses droits et obligations de caractère civil . . . Commission relève que le Fonds d'inderrutisation des victimes d'agressions, créé par la loi du 26juin 1975, peut dans certaines conditions et pour des raisons d'équité accorder une indemnité aux personnes ayant subi de graves blessures par suite de crimes de violence, ou aux parents de personnes tuées du fait de ces crimes . Cependant, aucune indemnité n'est accordée si la victime dispose de ressources financières suffisantes ou si, par sa faute, elle a contribué à ses blessures . La Commission relève en outre que les paiements effectués par le Fonds le sont à titre gracieux et qu'il n'existe pas de droit à une indemnité précise .
202
I~
.
V ~1
En conséquence, la Commission estime que la procédure litigieuse ne concerne pas une décision sur un droit à caractère civil du requérant et qu'elle échappe dès lors au domaine d'application de l'anicle 6 par . I de la Convention . Il s'ensuit que la requête doit étre rejetée conformément à l'art icle 27 par . 2 de la Convention, pour incompatibilité ratione materiae avec les dispositions de la Convemion .
Par ces motifs, la Commissio n DÉCLARE LA REQUÉTEIRRECEVABLE
.
203

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 01/07/1985

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.