Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ VOS c. PAYS-BAS

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10971/84
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1985-07-10;10971.84 ?

Analyses :

(Art. 5-3) DUREE DE LA DETENTION PROVISOIRE, (Art. 6) PROCEDURE PENALE


Parties :

Demandeurs : VOS
Défendeurs : PAYS-BAS

Texte :

APPLICATION/REQIJÉTE N° 10971/84
Hendrika Sophia VOS v/the NETHERLANDS Hendrika Sophia VOS c/PAYS-BA S DECISION of 10 July 1985 on the admissibility of the application DÉCISION du 10 juillet 1985 sur la recevabilité de la requêt e
Articfe l of the First Protocol : A claim to a disability pension is nor a possession within the nteaning of this Article where, as in the Netherlands, such a pension is paid under a general system based on social solidairty wirh no member of rhe svstem having an identifiable share in the fund. Article 1 - du Protocole additionnel : Ne constiruenr pas un bien protégé par cene disposition les prétentions à une rente d'invalidité lorsque, comme aux Pays-Bas, ceae rente est versée en venu d'un régime général . fondé sur la solidarité sociale et dont aucun assuré nest ritulaire d'une part identifiable .
THE FACTS
(français : voir p . 1 92 )
The facts of the case, as they have been submitted by the applicant, may be summarised as follows : The applicant is a Dutch citizen, born in 1919 and at present residing at Velp, the Netherlands . In the proceedings before the Commission, the applicant is represented by Mr . A . Willems, a lawyer practising in Amsterdam . The applicant received disability benefits from I October 1976 until 12 October 1979, when the New General Trade Association (Nieuwe Algemene Bedrijfsvereniging) decided to withdraw these benefits, because the applicant's forme r
190
husband (from whom she was divorced in 1957) had died and she had consequently, as of I May 1979, been awarded a pension under the General Widows and Orphans Act (Algemene Weduwen- en Wezenwet) . The applicant, whose monthly income as a result of the above decision was reduced by DII . 90 .- net, thereupon appealed to the Council of Appeal (Raad van Beroep), claiming that Section 32 of the General Labour Disability Act (Algemene Arbeidsongeschiktheidswet) . which provides that women who obtain the right to a pension under the General Widows and Orphans Act lose their right to disability benefits, was contrary to the principle of equal treatment of men and women . However, on 10 March 1980, the President of the Council of Appeal rejected the applicant's appeal . Subsequently, the applicant introduced a further appeal (Verzet) to the Council of Appeal against the decision of its President . On 23 June 1981, the Council rejected the applicant's appeal . It considered, inter alia, that the impugned legislation was compatible with Article 14 of the Convention, read in conjunction with Article I of Protocol No . I of the Convention, since the benefits concemed were based on a statutory insurance against disability and no direct link existed between contributions and benefits . The applicant then appealed to the Central Council of Appeal (Centrale Raad van Beroep), but this appeal was rejected on I November 1983 . The Council was of the opinion that the applicant's case was not in any way related to the right to peaceful enjoyment of possessions, as lâid down in Article I of Protocol No . I to the Convention . Consequently . it found that Article 14 of the Convention was not applicable .
THE LA W The applicant has complained that the withdrawal of her disability benefits constituted a discriminatory difference in treatment contrary to Article 14 of the Convention, read in conjunction with Article I of Protocol No . I to the Convention, which provides, inter alia, that "Every natural or legal person is entitled to the peaceful enjoyment of his possessions . No one shall be deprived of his possessions except in the public interest and subject to the conditions provided for by law and by the general principles of international law . " The Commission notes that the social secu ri ty benefits at issue were awarded under the General Labour Disability Act, which is set up as a general insurance system ( Volksverzekering), based on the principle of social solidarity . Under this
191
system, no direct link exists between the level of contributions and the benefits awarded . Consequently, a person does not have, at any given moment, an identifiable and claimable share in the fund . Therefore, the Commission is of the opinion that, in the above circumstances, the right to benefits cannot be considered to constitute a property right which could be described as "possessions" within the meaning of Article I of Protocol No . I to the Convention . Accordingly, the applicant's complaints under this provision must be rejected as being incompatible ratione nrateriae the provisions of the Convention . It follows that the applicant's complaints under Article 14 of the Convention, read in conjunction with Article I of Prot ( col No . I to the Convention must also be rejected as being incompatible ratione mareriae with the provisions of the Convention, within the meaning of Article 27 para . 2 of the Convention . For these reasons, the Commission DECLARES THE APPLICATION INADMISSIBLE .
ÎlRADUCT/ON) EN FAIT Les faits de la cause, tels que la requérante les a exposés- peuvent se résumer comme suit . La requérante est une ressortissante néerlandaise, née en 1919 et habitant actuellement Velp aux Pays-Bas . Dans la procédure devant la Commission, elle est représentée par Me A . Willems, avocat à Amsterdam . La requérante a perçu des prestations d'invalidité du I - octobre 1976 au 12 octobre 1979 . date à laquelle la nouvelle Association générale ( Nieuwe Algemene Bedrijfsvereniging) décida de les lui retirer parce que son précédent mari (dont elle était divorcée depuis 1957) était décédé et que, depuis le 1° 1 mai 1979, elle percevait en conséquence une pension en vertu de la loi générale sur les veuves et orphelins (Algemene Weduwen- en Wezenwep .
192
La requérante, qui a vu son revenu mensuel réduit de 90 Florins net par suite de cette décision, saisit la commission de recours (Raad van Beroep), en arguant de ce que l'article 32 de la loi générale sur l'incapicité de travail (Algemene Arbeidsongeschiktheidswet) - selon lequel les femmes qui ont droit à une pension en vertu de la loi générale sur les veuves et orphelins perdent leur droit aux prestations d'invalidité - est contraire aux principes d'égalité de traitement entre hommes et femmes . Le 10 mars 1980, cependant . le président du Conseil de recours rejeta l'appel de la requérante . Ultérieurement, la requérante forma contre la décision du président une opposition (Veaet), auprés du même Conseil . Le 23 juin 1981, le Conseil rejeta l'opposition de la requérante . Il estima notamment que la législation attaquée se conciliait avec l'article 14 de la Convention, lu en liaison avec l'article I du Protocole additionnel à la Convention, puisque les prestations en question se fondaient sur une assurance légale contre l'invalidité et qu'il n'existait aucun lien direct entre cotisations et prestations . Le requérante fit alors appel à la commission cenlrale de recours (Centrale Raad van Bercep), mais fut déboutée le 1° 1 novembre 1983 . Le conseil estinta que l'affaire de la requérante n'était nullement liée au droit au respect de ses biens tel que l'énonce l'anicle I du Protocole additionnel à la Convention . L'anicle 14 n'était dès lors pas applicable .
EN DROI T La requérante s'est plainte de ce que la suppression de ses prestations d'invalidité constituait une différence discriminatoire de traitement, contraire à l'article 14 de la Convention, lu en liaison avec l'article I du Protocole additionnel à la Convention, qui stipule notamment : •Toute personne physique ou morale a droit au respect de ses biens . Nul ne peut étre privé de sa propriété que pour cause d'utilité publique et dans les conditions prévues par la loi et les principes généraux du droit international . • La Commission relève que les prestations de sécurité sociale en question son t accordées conformément à la loi générale sur l'incapacité de travail, qui est conçue comme un régime général d'assurances (Volksverzekering) . fondé sur le principe de la solidarité sociale . Dans ce régime, il n'existe aucun lien direct entre le taux des cotisations et les prestations accordées . En conséquence, personne ne jouit jamais d'une pan identifiable et exigible du fonds commun .
193
Dès lors, la Commission estime que, dans ces conditions, le droit aux prestations ne saurait étre considéré comme un droit de propriété pouvant être qualifié de . bien- au sens de l'article I du Protocole additionnel . En conséquence, les griefs formulés par la requérante au regard de cetle disposition doivent étre rejetés comme incompatibles ratione materiae avec les dispositions de la Convention . Il s'ensuit que les griefs tirés par la requérante de l'article 14 de la Convention, lu en liaison avec l'article I du Protocole additionnel, doivent eux aussi être rejetés comme incompatibles ratione materiae avec les dispositions de la Convention, au sens de l'article 27 par . 2 de la Convention .
Par ces motifs, la Commissio n DÉCLARE LA REQUÉTEIRRECEVABLE .
194

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 10/07/1985

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.