Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ ERIKSSON c. SUEDE

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Violation de l'Art. 5-1 ; Violation de l'Art. 5-4 ; Non-violation de l'art. 14+5-4 ; Non-lieu à examiner l'art. 13 ; Satisfaction équitable réservée

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 11844/85
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1988-02-29;11844.85 ?

Analyses :

(Art. 13) DROIT A UN RECOURS EFFECTIF, (Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 5-1) LIBERTE PHYSIQUE, (Art. 5-1) VOIES LEGALES, (Art. 5-1-d) EDUCATION SURVEILLEE, (Art. 5-4) INTRODUIRE UN RECOURS, (Art. 5-4) ORDONNER LA LIBERATION, (Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE


Parties :

Demandeurs : ERIKSSON
Défendeurs : SUEDE

Texte :

Th e Commi ss io n fi nds n o i nd i cati o n o f a ny ot her issu e unde r A rt icl e I of P ro tocol No . 1 . It fo ll ow s that i n t his respect th e appl ica t ion is manifestly ill-fo un ded w ith in th e m eaning of Arti cle 27 para . 2 of the Convention .
4 . Insofar as t h e a pplica nt s com pla in u nd er Articles 6 a nd 1 3 o f t h e Convention o f the p roced ure w here b y the bu i ld i n g pl a ns were adopted, the Com missio n reca ll s that t hese plan s acquired lega l fo r ce in 1 9 78 a nd 1 98 0 res pectively . I f i t is ass um ed t hat the ap plicants h ave exh au sted do m estic remedies, it follo ws th at the appli cants ha ve no t complied with th e si x m onth s rule i n A rt i c l e 26 of the C o n ve ntion and this co mpla i nt i s con se que ntly inadmi ssi ble und e r Article 27 pa ra . 3 of th e Convention . 5. I [ is t rue th at the appl icant s h ave su bsequentl y tr ied to o bt a in an a mend m e nt of I h e b u i ld i n g plan s . They h ave ad d ressed themselves to th e Building C ommitt ee w h ic h on 1 Decemb er 19 8 0 , 3 1 M ay 1983 and 23 April 1985 decided n ot to ame nd th e plan s . On 2 4 M arch 1983 the G ove rnm e m deci d ed not to exam i n e a request from Mr . Galtung fo r reconsideration of th e Governm e nt's adopti on of th e building pl a n on 16 October 1980 . H owever, th e Co m missio n con side r s th at th e above decision s to rejec t t he a pp l icants' requests m h ave the bui lding pl a n amended can n ot be con sidered to involve a determi ua [ io n of th e applicants' "c i vil rig hts" withi n t he m eaning of A rticl e 6 of th e Conve ntio n . Nor do th ey involve an y d eter m in ation of the ap pl icant s' rights and freed o ms g u a ranteed by the Co n vent io n . I t fo l lows that i n these res pects the application is i nco mpatible ratio ne ma l eriae w ith th e provisions of th e Co n ven tio n with in the mean i n g of A rticle 27 para . 2 .
(TRADUCTION) EN FA I T Les faits de la cau se tel s q ue les requérants les ont e xposés, pe uve nt se rés um e r com me su it . L es requérants so n t tou s ci toyen s s u 8dois, à savo ir : M . Gu n nar E riksso n , né e n 1 937 et d omici l ié à Storsâtern . Il est ex pl oitant agrico l e et i ng éni e ur . 2 11
3 . M"" S ti na Ohisson, née e n 1 941 et do m ici l iée à l d r e . El l e es t employée de ba nyue . 3 . M -"I Ma riann E r i k sso n , née en 19 3 6 e t do m ici liée à S ro r+ 5 l e rn . E lle est e mployéz d ' u si n e . 4 . M . Sture F og lé, n é e n 1 923 et do mi c ili é à S ioc kho lm . Il est i ngé nie u r des mi nes . Deva nt la Commi ssio n . l es req u é ra n ts so ni rep rése m és pa r M . E n gel G alt u n g, ingénieur retraité, d o m ici l ié à Sun dy ber g, Suède . Les requ éra nts so n t propri étai res d' u n t e r rain à S or stite r q s i s à l'e nd ro it app e lé Fl oâse n I 1 : 1 3 . En 19 73 fut ado pté un plan d ' urba nis m e p o ur l a zo ne co mp re nant Fl oâse n 11 : 1 3 . L e pl a n fut am e nd é le 14 mars 1 97 8 . U n pl a n d ' u rbani sme pour la zo n e adj acente, comprena nt un terrai n a pp elé Fl o$se n 20 :99 , fu t adopté par l'administration le 1 6 oct obre 1980 . Les deu x zo nes sont sé parées p ar l a rivière Grôvlan . Les p lans p révo ie n t de con struire une ro ute e t un pont po ur relier Fl oâse n 20 : 99 à un e g r a nd e route . L a p rop r i é té des re qu é rant s doit être traversée pa r l a rout e . U n p lan de mn s[ructio n de la ro u te e n questi on fut é tabl i pa r le S erv ice des D omai n es (fast ig het sb ild n i n gsmy nd ig hete n) de M ora l e 6 octo b re 1978 . Le 22 septertibre 19 81, le propriétaire de la zone F l oâsen 20 : 9 9 so ll ici eu l'aut or i sation d e construi r e la ro u te co m me ind iqué dan s l e p l a n d ' u rb an isme de 1978 et dan s cel ui de 19 73, te l qu'amendé e n 197 8 . Le s Dom aines examinèrent l a req uête e t e nt e nd ire nt les p ro prié t ai res des te r ra ins co n cerncs . not amme nt tes requérants . L e 1 2 n ovembre 1 9 81 , les D o mai nes décidèrent d'accorder l'autorisation de m a n dée . Ils déc id èrent e n o ut re d 'accorder a ux propriétaires de Fl ogsen I I :13 une ind em ni s a tio n de I 1 .000 couronnes s u éd o i ses ( S EK ) en co mp e nsa ti on du t er rain affe cté et à l a de ux ième requ éra nte la somme d e 27 .000 SE K p our l a p e n e d ' un e maison qu 'elle possédait et q u i d eva it ê tre démol ie . Les Domaines fixère n t la co nstru ctio n de l a ro ut e au 3 1 déce mb re 1986 demie r dé l ai . L es r eq u éra nts en appelère m de cette décis i on devant le t rib un a l d e première instance de Fa lun ( F al u ti ngsrà u ) . Ils sou tena i e nt q u e la déc i sion devait ët re annulée et , à t it re su bs idiai re, qu'une i ndem n ité deva it leur ê tre ve r sée, rep résenta nt non seulement la val e ur marc hande du te rr ai n q u i leur se rait e n levé po ur co ns [ruire l a ro ute, niais a ussi la compen satio n d'autr es p réjudi ces, tels l es i nco n v énients liés au bruit et à la pou ssière du s à la future in ten si fication d e l a c ir c ula t io n . La seco nde req ué r a nt e récla m ait u ne i ndemnité de 734 . 5 71 S E K . D a ns son ju ge men t du 14 septembre 1 98 4 , l e tri buna l décla ra no tamment : Aux termes de l 'article 49 de la loi d ' urbanisme ( anl âggningsl age n ), le prop rié t a i re d' un t er r a in peut s e voi r accorder le d ro it de co nstr u i r e une route s u r un aut re t e rra i n à co ndit i o n q ue la nécessi té so it i mpérie use po ur le p re mi e r t err ai n et n 'e mpo ne pas d ' in convé n ient s maje ur s pour le d eun iè m e . L e tr i b u na l
212
esti me év id e nt qu 'i l e s t pri m o rdi a l d' acco rd er le dro it de co ns tru i re une r o ute s ur le te rra i n Floâsen 11 : 1 3 afin de ré p o ndre aux beso ins du dom ai ne mentio nn é d ans la déc i sio n du S e rvice des D omai nes quan t à un a ccès à l a voie publique 105 8 . Cette aut o r is a ti o n est confu rm e aux pl a n s d 'urb a ni sme éta bli s en 1973 et 19 7 8 po ur le v i ll a ge d e S to rsëtern . L 'ex a m e n du doss ier ne v i e nt p as étayer l 'a ll égatio n se l o n l aqu elle la co ns tr uct io n d e la ro ute et l a circ ula t ion qu i p o urra s'e ns uiv re entraSnerai en[ des i nco nvénient s maj eurs pour F loâsen 1 1 : 1 3 . Par ces m ot ifs, le t r ibun al r ej ette la dem and e e n an nulati o n de la décis io n , fo rmulée pa r le s pl a i gn a nts . » En ou tre, le tribunal de pre mi è re i n s ta nce ex amin a la deman de d 'in demnisa ti on présen tée pa r les requéra nt s . Il r e le v a tout d 'a bo rd que l es requ érant s s'étaient déc l a rés satisfa it s d e l' indemnité accordée p ou r le te rrai n qu i l eur se rait e n levé (11 .000 SEK ) e t qu e l a décis io n avait acqui s fo rce d e c h ose ju gée s ur ce p oint . S ' a g i ssa nt de la dem and e d ' indem ni sati o n pour inconvénients résu ltant d e la circ u lat i o n à ve nir , l e t r i bunal ne vit aucune ra i son d ' accorder une quelconque co mpen sat i o n . Il porta par contre à 32 . 000 SEK l' indemnit é à accorde r à l a deux ième requéra n te po ur la démolition de s a ma i son . L es requ érant s fi re nt a pp e l d e cejugement devant la cour d' appel de Sve a (Sve a hovràtt), qui confirma l e j u geme nt le 21 déce mbre 1984 . La Cour s upr ême (hàgsta dom stolen) re fu sa l e 1 7 j u i n 1 985 l'autorisation de se pourvoir d evant e lle . Pendant que la procédure c i - dess us ét ait pe ndant e, l e p ropriét ai re de Fl oâse n 20 :99 dé posa une demande d'autorisation de jete r u n po nt su r la riv iè re Gr ôv l a n afin de rel i er sa propriété à l a ro ute deva nt être con struite . Le t ribu na l des eaux de Stoc kh olm ( St ockhol ms ti ngsrâtt, va tt e nd oms i o l en) examina la q ues tio n et reçut les o bjections fo rmu lées par le pr emi er requ érant co n tre cette co n s tru etio n .
L e 6 déce mbre 1984, l e tribunal des eaux rejeta les obj ect io ns du requ érant e t accorda l'a ut ori s a ti on d e con st ruire le p ont puisqu'il n'existait au c un ob stac l e au regard du c hapitre 2 dc la l o i sur les eau x ( vaue nlage n) . La con struction ai ns i autorisée dev ait, sel o n le ju gement , @tre achevée dan s les c in q a ns s uivant l e j uge men t . Le p rem ie r requérant se pourvut co nt re ce jugement dev ant la co u r d'a pp el d es ea ux (va tt e niiverdom sto le n ), qu i co nfirma lej u ge m en t le 6 ma rs 1 98 5 . L'autorisation d e reco urir à la C our suprême f ut refu sée p a r celle-ci le 1 7 j u i n 1985 . Le prem ier requérant déposa u ne dem and e e n réo uvertu re de la procédure, d e m and e qu e l a Cou r s u prê m e rej eta le 2 6 mar s 1 987 . Le 1°déce mbre 1 981, le comi téd' arbani sme (bygg nads nàmnde n ) de Âlvda l eq sai si par les requ éran ts . déc id a de ne pa s modifie r le plan d'ur ban is m e . Il prit d es d éci sion s analo gues l es 31 mai 19 83 e t 2 3 a vr i l 19 85 , après avoir reçu des lettres d u re pr ése ntant d es re qu érants .
2 13
Par lettre d u 17 févrie r L983, le représe ntant des req u éra nts de ma nda n otamme nt au Go uve r neme nt d e re coro~idére r sa déc ision du 1 6 octobre 1980 concernant l'adoption du pl a n d ' urba ni sm e . Le 24 mars 1983, le G ou ver n ement d éc ida d e ne p as exa mi ne r l a requête pu isq ue l'affaire av ait é té tra nc hée e n dern ier ressort le 16 octob re 1 980 . A l 'heu re ac tu e ll e, n i le pont n i la r ou te n 'o n t été co ns i r ui ts e t le d é l ai fixé p ou r la construction de l a ro u te - soit le 31 décembre 198 6 e st exp i ré .
EN DROIT ( Extraits) Les requér ant s se pl aig nent d'avoir été pr i vés de leu rs bi e n s contrairement à 1. l'article 1 du P ro t ocole ad diti on n e l à l a Convention . Mê me si l e terrai n ne leur a finalement p as é t é enlevé, i ls soutiennent que l 'i ncert itud e c r éée par les décis i o ns des au tori tés a m éconnu l a d is posiiion préci tée . L 'a n icl e 1 d u Pr o t ocole additio n nel se lit a insi : « Toute perso nn e ph ysiq u e o u moral e a dro it a u resp ec t de ses bie n s . Nul ne pe u t être pr ivé de sa prop r i été que p our ca u se d'u t i l ité publ ique et d a ns les cond itions pr évu es pa r l a l oi et l es princ ip es gé né r a u x d u droit international . Les dispos it io ns précédentes n e porte nt pas attei nte a u d ro it que possède nt les Et ats de mett re e n vig ueu r les lois q u 'i l s j ugent nécessai res po ur régleme nter l' u sage des bien s confo rmémen t à l'intérêt gé néral ou pour ass ur er le p ai ement des impôts ou d 'a u tr es contribution s o u des amend es . » La Commission r emar qu e que la route et le po nt envisagés par les pl a n s d 'urb anisme n'ont p as en core été construits et qu 'il est do ute u x qu'ils le soie nt j ama i s . La décision du Service des Domaines e n date du 12 n ovembre 1 981, qu i accordait notamment au propriétaire de F logse n 20 :99 le droi t de co ns tmi re une ro ute su r le te rra in des requéra nts et d e démo lir la m a i son de l a deux ième requérante, prévoya it que la construction devait s'ac heve r l e 3 1 décem bre 1 986 . En conséq uen ce, cette décisio n n e p eut p l u s être appliq uée . La décis io n rendu e pa r le tribunal de s eaux l e 6 d éce mbre 1 984 . do nn a nt notamment au p ropri é tai re d e Fl oâsen 20 :99 le d roi t d e construire un pont s u r la r i vi~re Grôvlan et sur le t erra i n des r eq ué ra nt s, prévoi t que la construction devait s'ac h ever dan s les c inq an s su i vant la d a te du j u gemen t, c'est -à-dire ava n t le 6 décembre 1989 . E n co nsé qu ence, il existe deux pl a ns d ' urba n isme selo n lesquels u ne route peut ètre construite s u r le te rrain des re qué rants e t u n pont jeté s ur l a ri vière G rrivla n à p art ir du terrai n des requ érant s . Il exist e également de u x d éc i sio ns mettant en æuv re les pl ans d 'ur bani sme, do nt l' un e, concernant la construction du p ont , peut to ujo u r s
214
être e x éc ut ée . Si les requérants se vo ient enleve r un mo rceau de le ur te rra in , il existe une régl e m e ntati on garantissant qu'i l s sero nt i nde mn isés, com me i l ressort de l a d éci s ion rendue par le s Do ma ines . Les plan s d ' u rbani sme en qu est i o n ont été a d o ptés l e 14 m ars 19 78 (pour le terra i n situ é à l 'est d e la ri viè re Gr&v lan ) et le 16 octobre 1 9 80 (pour le t e rra i n à l 'o ues t de la rivi è re) . L es efforts des requérants po ur en obtenir la modification ne sauraient être con sidé rés com m e d es reco urs e ffi caces a u se ns d e l'article 26 d e la Convention . La Comm iss io n se voit d ès lors empêchée p a r l a règ l e des six mo i s d 'e xam iner l'a doptio n de ces plans d ' u rbani s me, à s up poser qu e l e s requér a nt s a ient é pu isé l es reco ur s i nternes à cet égard . Le fait qu e le s plan s d' urb anis me so nt demeu rés en v igueur après leu r ad option n e sa ura i t être e n visa gé comme une questio n di stinct e pa r la C o m mission . u s'ensuit qu e, d a n s l a m esure o ù les requéra nts se pl aig n e nt d e l 'adoption et des co nséque nces des pla ns d' urban is me, le ur grief ne répo nd pas au x conditions posées par l 'arti c le 2 6 de l a Co nvention et qu ' i l est dès lo rs irrecevab le au regard de l 'a n ie l e 27 par . 3 . 2 Toutefois, les déc i s ion s conce rna nt la mise e n œu vr e des p la n s et prévoyant l a construction d e l a ro ute et du p ont, ont été à l'origine d' une i ngérence d a ns l e droit des requérants a u r espec t d e leurs b ie ns tel qu e le leur g a ran tit l'a rt ic l e 1 d u P rotoco le additionn el . L a C ommi ss i o n doit dès lo rs e x am i n er s i ces d éci sions constituent une privatio n ou seu leme nt une r égle m entati o n de l' u sage des bie n s des r e qu ér ant s . La Commi ss io n relèvz ici qu e les pl a ns d ' ur ban is me ne sont p l u s appliyu és s u r l a ba se d e la d écis ion pr ise par les Domaines pour l a eo nst ructio n d' une ro ute, d écisio n q ui n'a p a s é té e zécu tée dan s l e d éla i fi x é . Il s'e ns u it q u e l es r e qu érants n e s au raie nt être co ns idérés comme ayant ét é « p ri vés» de l e urs b ien s p ar la d écis i on s us dite, au se n s de la deu x ièm e phras e du p re mie r paragraph e de l 'artic le 1 . La Commissio n relève ensuite qu ' i l est to ujours j ur idiquement pobsi b le de m ettre en æwre la décision auto r isant l a con st ructio n d u p on t, m a is estime que la situation de f a it es t te l le que cette i ngérence dan s le dro i t de p ro priét é d es re qu érants ne sa u ra it passer p our une priva t io n d u bie n mais se ul eme nt pour une réglem entatio n de l' usage du b ien . E n co nséq ue nce, l es i n gérences e n cau se do i vent ê tr e exa min ées a u r egard du second pa rag raphe de l'arti c le I d u Protocol e add iti onnel . L a Commi ssion d o i t dès lors examiner si l es i ngérences dans l e d roit des requérants a u res pect de le ur s b i e n s étaient ju stifiées a u reg a rd d u second p a ragrap h e de P art ic l e 1 du Pro tocole add i t i onne l . Autremen t d i t, il lui faut examiner s i l es d éc i sio ns co ncern ant la mi se en reuv re des pla n s d ' u rb a ni sme étai e nt a nécessa ires pour r égleme nter l' u sage des b ie ns co nfo rm éme nt à l'intérêt gén éral » . D a n s ce co n tex te, l es orga n es de l a Co nvent io n d oi v ent se borner à contrôler la légalité, la fina l ité e t le carac tère prop ort ionné des décisi on s pri ses par l es autorités i nternes (cf . par exemp le N o 1 0378/ 8 3, déc . 7 . 1 2 .83, D . R . 35 p . 235) . L a qu es ti on d e l a pro portio nal i t é
21 5
exige de rechercher si l 'équ i l i bre a été m aintenu e ntre les exige nces de l'intérêt géné ral et l 'i ntérêt de l 'in d i vi du . Pour ce faire, l'Et a t j ouit d' une grande ma rge d'appréciation t ant p our c h ois ir l es modali tés de mi se en œ uvre que po ur j u ger s i l eur s con séquen ces se tro u vent lég itimées, dan s l'intérêt gén é ral , par le so uci d'atteindre l 'o bj ec t if d e f a l o i e n cau se (Cou r Eur . D . H ., arr é t Agosi du 24 octo6 re 1986 , sé rie A n° 1 0 8, p . (8, p a r . 52) . La Comm iss i o n est convaincue q u e les déc i sio ns prises par les au tor ités su édoi ses ét ai e nt légales . Elle l 'est également de c e qu e ces déc i sion s o nt servi «l' imé rët gé néral » . En effet, un e d éci sion au tori sa nt l e propr i étai re d ' un terra in d an s u n e zon e urban isée à co n s[ ruire un po n t et une ro ute pour l ui do nne r a ccès à l a vo ie pu bliq ue peu t être con sidé rée comm e co nfort ne à«I' int érêt général r . S'agissant d e la p roportio nalité entre l'ingérence da n s les droits de pr opriété des re qu é rants et l ' in té r é t gé né ral pou rsui v i , l a Co mmission ra ppelle que la ro ute et l e po nt devai ent être const r uits pou r prévo ir une vo ie d'acc è s à la r o ut e d 'u ne zone q ue l'on envisageait d'aménage r pou r des r ésiden ces secondaires . Si la zo n e est amén agée conforméme nt au p lan , alors le t errai n sera e nlevé a u x r equ érants po ur construire l a route et le pont . La Commi ssio n com pr end certes q ue l'i ncertitud e qu ant à la m ise e n s u v r e d es p lan s a ffecte les requérants et les l i mite da n s l'usage de le urs bie n s, mai s e ll e co n swtz que, vu la grande marg e d 'appréciatio n laissée aux Etats d ans ce dom a ine, l es décisio n s ent re prises n e sauraie n t ê t re co n s id érées comm e d is p roport i o nnées à le ur o bj ec t i f lég itime . En conséquence, l 'i n gére nce d a ns le d ro it d es r equ éran ts au r espe ct d e le ur s b ie n s se j u stif a it au regard d u li be llé du seco nd par agrap he d e l'article 1 i d u P rotoco le addit io nn el . La Com mi ssio n ne voit a ucun éléme nt ind iquan t qu ' i l se poser ai t une a utre ques ti on litigieuse au rega rd d e l'art ic l e t du Pro tocole a dd it io nn el . Il s'ensu it qu 'à cet égard l a re qu ê te e s t ma ni fe ste me n t m a l fo n dée au sens de l'article 27 p ar . 2 d e la C o n venti on .
4. D ans la mesu re où les requéra nts s e pla ig nent , s ur le t er ra i n de s a rticles 6 et 13 de la Convention, de l a p rocédu re d 'ado pt io n des plan s d ' u rb an is me , la Co mmi ss i on r app e lle que ces pla n s o nt acquis force de chose j ugée resp ecti vemen t en 197 8 et 1 980 . A s upposer que les requérants a i e nt é pui sé le s reco ur s i nternes, i l s'ens u it qu'ils n 'on t pa s res pecté la r ègle des s ix mois én on cée à l'a ni cle 26 de l a C on ve n tion et que ce g r ie f est dès lor s i rrecev abl e au regard de l'article 27 par . 3 de l a C on ve nti on .
2 16
5. Les req uéra nts ont certes essayé par la s uite de fai re modi fi er les plans d' urba nisme . Il s se sont adressés a u comité d ' urba nisme qui a déc id é, les 1°1 déce mb re 1980 , 3 1 mai 198 3 et 23 av ri l 1 985, de n e pas apporter d e mod i ficatio n . Le 24 mars 1 983, le Go uv e rneme nt a décidé d e ne pas exam i ne r l a dema nde présentée p ar M . G a l t u ng e n rée xam e n de l 'adopt ion par le G ouvernem ent du pl an d 'u rba ni sme du 16 oc to br e 1980 . La Commiss i o n estime toutefois qu e les décis ion s c i - de ss u s, qui r ej etai en t l e s de mande s e n m o difi cati on du pl an d ' urb ani sm e prése ntées par les req u éran ts, ne sa uraie nt être con sidérée s comme décis i ves p our « des droits de caractère civ i l » des requé r a nt s a u sen s de l'a ni c l e 6 de l a Convention . Elles n'emportent pa s n o n p lus dé termi natio n d es droits et libertés gar anti s au x requé rant s par la Co nventio n . u s'e ns uit q ue, s ur ce p oi nt , la requête est i nco mpa tible r ation e mat e ri ae avec l es d isposition s de l a Convention au se ns de l'article 2 7 par . 2 .
2 17

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 29/02/1988

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.