Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ MATS JACOBSSON c. SUEDE

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Exception préliminaire rejetée (non-épuisement) ; Violation de l'Art. 8 ; Non-violation de l'art. 6 ; Non-violation des art. 3, 14+8, P1-2 and 13+P1-2 ; Préjudice moral - réparation pécuniaire ; Remboursement frais et dépens - procédure nationale ; Remboursement frais et dépens - procédure de la Convention

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 11309/84
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1988-03-08;11309.84 ?

Analyses :

(Art. 11-2) PROTECTION DES DROITS ET LIBERTES D'AUTRUI, (Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 3) PEINE INHUMAINE, (Art. 35-1) EPUISEMENT DES VOIES DE RECOURS INTERNES, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-3-d) INTERROGATION DES TEMOINS, (Art. 8-1) RESPECT DE LA VIE FAMILIALE, (Art. 8-2) NECESSAIRE DANS UNE SOCIETE DEMOCRATIQUE, (Art. 8-2) PREVUE PAR LA LOI, (Art. 8-2) PROTECTION DE LA MORALE, (Art. 8-2) PROTECTION DE LA SANTE


Parties :

Demandeurs : MATS JACOBSSON
Défendeurs : SUEDE

Texte :

(TXAD UCTlON) EN FAI T Les faits de la ca u se, t e l s qu'ils sont présentés par l es parties, peu ve nt se rés ume r co mm e suit : Le requé r a nt es t u n ressortissant s uéd o i s n é en 1953 et résidant à Stockh o lm . 1 1 estj uurnaliste . Il est représen t é d evant l a Com miss i o n p a r M . Ha sse W . Tull be rg, un avocat . L es circo navances de l'espèce lz rc yué r a nt est p ropri étai re de pui s 19 73 d' un terra in , Tu llin ge 17 :28 9 (précédemment Stg 3594) d ' un e s upe rficie de 2 . 079 m 2 situé dans la munic ipalit é de B olk yrka . Su r ce ter ra in se t rou ve un e petite ma i so n . Lo rsque le req u é ra nt ach e ta l e te r ra in e n 1 973, l a zone d é penda it d ' un pl a n d e co n struc tion re mo ntant à 1 93 8 . Une des pri ncipal es règles établies par ce d e rn ier é ta it qu 'a u cu ne pa rcelle n e dev ait fai r e moins de 1 .500 m 2 . U n e pa rcelle plu s petit e, ne d eva nt pas fa ire mo ins de 1 .O OOm 2 , é t ai t n éanmoi n s acce ptée dan s une zone é qui pée de systèmes de tout à l'égo ut et d 'a rr ivée d'eau , co n fo rm é m ent à un pl a n a ppro uvé par lec a m or itcs sanitai r es local es, ayant é [é installés ava nt les bâtiments ou en m@me temps . E n o u t r e, à partir d u 4 j u in 1954, s auf dur a nt de cou rtes pér i odes, l a zon e o ù se situe le t err ai n du requ ér a nt ét a it frapp ée d ' une inte rd ic[ iun d e con s tru i re a ux termes d e l'artic le 109 de l a l o i su r la con str u c t io n (b yggnad s lagen), en a tt e nd ant que soit r é formé l e p la n de construction e n vig u eur . Après Ie 4 juin 1954 toute co nst ru etio n était i nterdite d ans l a zo ne concernée toujou rs e n vertu d e l'article 110 d e l a l o i s ur la construction tant qu 'ell e n 'étai t pa s dotée de row es approp r i ées e t systè m es d'arrivée d 'ea u e t t o ut à l 'égo ut . Le terra in du requ éra nt ét a it fcappé d epu is 19 73 d' une interdicti o n de con struire au x ter m es d e l 'artic l e 109 de l a l o i s ur l a con s tructio n conformément aux déc i si on s de l a préfecture de S tockho lm (Iànsstyre l sen ) des 2 8 juill e t 1972, 20 aoâ t 1974 , 3 1 août 1976, I l janvier 1979, 11 janvier 1980, 31 mars 1981 et 31 aoGt 1982 . Ces d éc i sions ont ét é valables d urant la péri od e all a ntj u squ 'a u 1 ° sept e mb re 1978 in c lu s, Il jumier 1979-1I janvier 1981 . 31 mars 1981-31 mars 1982 et 31 août 198231 août 19 83 . Les décis i on s d e l a p ré fec ture d es 2 0 aoüt 19 74 e t 3 1 août 19 8 2 ont été attaquées devant l e Gou ver n ement qui a r ejeté ces a pp els respecti ve m e nt le 9 oc t ob re 1975 e t 1 9 mai 1 98 3 . En 1 975, l e r eq u érant dén on ça les inconvénients li és a u systè m e de t ou t à l 'égout de l a zone . La préfecture demanda a l o rs à la mun ic ipal ité d 'i n st all er, ava nt fin 1 982, un système de t ou t à l'égo ut dans la zon e où se t ro u ve le terrain du requérant . 11 8
Le 1 6 déce mbre 1982, l e co nse il municipal (kommunfali màkti ge) adopt a un e p ro pos ition de réforme du pl an de co nstru cti o n po ur l a zo n e où se trou ve l e ter rain d u re qu é ran t . Le requéra nt co ntes ta l e pl an de co n svuctio n proposé . Il soutenait qu e les ré form es étaient princi palem e nt de s restri c ti o n s no n jus ti fiées de l a con swc[io n et prévoya i ent que l es pa rcelles dev aie nt faire au moi n s 1 . 500 m2 . Or l a s up e rfic i e minimum d e 1 . 500 m 2 des l otisse ment s, se lon le plan de co ns tru ct i o n p récéd en[ , po u vai t être ramen ée à 1 . 000 m 2 s i étaient re mpl ies certuines co nditio ns relati ves au sys tè me d 'arriv ée d 'eau e t d e tout à l'égout . Se l on le requérant , ces am e nde me nt s priva ient les te rrains, do nt l e s ien , de l ' un des de ux droits d e co ns[ru ire do nt il s jouissaie nt auparavant . Ce plan de c on sWCtion fu i néanm oin s confirm é par la préfecture l e 4 juill z t 198 3 e n appl ica[i o n d e l ' a rt ic l e 108 de l a lo i s ur la con structioa La préfecture, d a n s sa décision, donna e nt re autres, l es raisons suiv ant es : « Le p la n , d 'après sa d escript ion , a pour but de fixe r l es conditi on s relati ves aux te rra in s concernés par I'a mé n ageme nt de systè m es d 'arriv ée d 'ea u et d e tout à l'égout ju squ 'à ce que so it ét a bli l e plan d ' u rbani s me s ur l a ba se du p lan actuel de cette zo ne . Il est don c d ' im érét gén éra l d e ne p as porte r préjudi ce à l ' am é nagement futur . L a faibl e u t ili satio n ac tuell e d es t e rrain s, contrôlée au nivea u de l' impla nt x tion , do it être considérée co mme un e co n séquen ce de ce qui précède . La préfecture j u ge a cce ptabl e la p os iti o n de la municipalité à ce t éga rd . On ne peut pas, d 'aut re pa rt, con sid ére r un faible d eg r é d 'explo it a ti on e n tant qu e tel comme a llant à l ' enco ntre de la loi sur la construction . Quant au d roi t de construire, L a pr éfec ture fait remarquer ce qui sui[ : St g 3594 compre nd 2 . 079 m2 . L e pl an exis tant de 1938 autori s e des lotissements d e 1 . 5 00 m 2 m inimum . Lors qu e l e terrai n es t situé dan s une zo ne où les conduites d'a rri vée d'eau et de to ut à l' égout ont é t é inst allées ava nt ou à l 'occa sion de la con s truction , e n accord avec un pl an approuvé d u Co n s eil San it a ir e ( hël sovârds nâmnd ), la s up e rfici e des loti ssements peut être diminu ée j us qu 'à 1 . 000 m2 min i mum . Cette co nditi o n prés uppose une initi ati ve pri vée v i s ant à é qu ip er co njoi nte ment l es diffé re nt s l o ti sse me nt s . De puis l ' inte rd ict io n de con struir e de 1 954 , au titr e de l'article I l0 de l a loi s ur l a construction, l es p rop r iét a i res n'ont pris aucune m esure pou r r éal i se r ces installations . Les co ndui tes d'eau e t de l o ut à l'égout qui existent o nt été i n stallées dan s le seu l but de remédie r aux p robl èm es s anita ires qu i se so nt pos és d a ns ce tt e ma l g ré la taille d es l oti ssements . Les co nd i tio ns fi xées par le pl a n qui prévoi ent d'autoriser des l oti ssem ents de m o in s de 1 . 500 m2 ne p e uv e nt p ar con séqu e nt être con sidérées co mm e rempl ies . C'es t po u r c e la que la préfecture ju ge qu ' il n'existe p a s de d roit m a nife ste à d ivi ser Stg 3 594 sel o n le plan e n vi gu eur . Pa r conséquent et co mpt e tenu de l'intérêt gé né ral qu'il y a à ne pas port er préj udice au futur pl a n d ' urban is m e, l a préfecture es time qu e l a déc i sio n d e la muni c ipal ité d e ne p as fai re dro i t à l a demande du requé rant con cern ant de nouve aux d roits de construire es t acceptable . » 1 19
Le requ ér a nt a interjeté a pp el d evant le Gouvernement qui , le 19 janvie r 1 984, amenda la d éci sion la pré fect u re afin d 'év it e r qu e toute n ou vell e construction s ur l e terrai n du requé ra nt entraîne l a d ém oliti o n d e l a m aison qui s'y t ro uve actuellement . Cet a pp e l a été reje té s ur les au tres p oi nt s . Le requ éra n t s'est alors tourné ve r s l a Co ur administrative suprême (regeringsrâtten) demandant la réouvert ure d u d oss ier . C et te d em and e a été rej etée pa r une déc i s i on d u 5 ju i n 198 4 . Le r eq u érant d éc l ar e qu'il a to ujo ur s e u l'intention d e morceler sa p ropri é té et de construire au mo in s un e autre ma ison sé pa rée . Il ve ut éga l e ment agr a ndir le bâtim e n[ e xi s ta nt . La de mande du re qu é rant co n c er nant la div is ion de sa p ro pr i é té a é té r ejetée p ar le co mité de construction ( bygg nad s namnd en) qui disp ose d ' un d ro it de ve to devant les agen ces de morcellement de la pro p r iété (fas t ighe t sb ildn i ngsmy ndig het e n) . Législation re la tive à la con s[ ru r7ion e t à l 'urba n is m e Le d ro i t d ' un propri éta ire de con struire sur so n terrain est r égi par la loi de 194 7 s ur l a con struc tion (a l a lo i d e 194 7») e t par l e d écret s ur l a con sWCtio n de 1959 (byggnadsstadgan, « l e décret de 1 9 59- ) . L 'artic le 1 d e l a loi d e 194 7 prévoyait que t oute construction su r un te rra in demandait un pe rmi s de co n strui re se l on les r ègles établies par le Go u ve rnement , v i sées à l'artic l e 5 4 du décret de 1959 . Toute no u ve ll e con struction nécessite un pe rmi s, à l'exce ptio n d e certains bât i ments à u sage pu bli c, d e pet ites ext e n s i on s de rés iden ces et fermes existantes o u d e petites maiso n s su r ces terrai n s . L'artic le 5 de l a bi pr évo it qu 'i l fau t rechercher s i l e t e rrain , d ' un po int de v ue gé né r a l , est a pte à la co n str u cti o n . Il faut pour ce fair e un e procédure d ' urb a ni s me e n accord avec la loi de 1 94 7, à l'exception d es zo n es cl assées comm e no n urbain es (glesbebyggelse) o u co mme « aménagements urb a ins à pl u s petite éc h e ll e» ([ âtb ebygge l se av mindre o m fatming) . Po ur ces dernières, l'e xam e n demandé doit êt re fait e n mëme temps que ce lu i d e la de mande de per m is de construire .
Plans e t réglementations des zones n on planifiées u faut qu e l es plan s prenn e nt dû m ent co mpte des intérêts t ant publ ics q ue pr ivés . Le schéma d irect eur (generalpian) d é fi nit les g rand es or i entati on s a u sein d ' une commu naut é o u d ' un e parti e de ce ll e-c i . Un plan d' urbani sme (stadsplan) ou un pl an d e construction (byggnadsplan) é tabl it de façon p l u s déta i llée les rég l e m entati on s a pp l icabl es à l 'a m é na geme nt d e la zone . L a co n stru c ti o n s u r les zo ne s n e re leva n t pas de ces plans est régie pa r le décret .
120
Qu ant à l'aménagement de s zones vi sées uniqu eme nt par d 'a n c i en s pl a ns de mo r ce ll eme n t (avstyckningsplaner) il re l ève de ces pla ns a in s i qu e des rég lementatio n s appli ca bl es a u x zon es no n pl ani fiées (ut o mpla n sb estàm melse r) . La munic ip a l ité d o it élabore r u n sch éma di rec teu r l ors qu e l'aménagement et le d é veloppement de l a communauté exigent un plan d ' urb a ni s me plus détaillé . L a pr éfect ur e peut , à la d em and e d e la muni c ipali té, confirm e r ( fasis l5 11d ) ce sc héma d ir ecte ur . De t el s schémas directeurs so nt ra re ment jugés nécessaires car les munie ipal ités se contentent e n gé n é ral de plan s pl us si mp les et mo in s détai llés, appelés co mmunéme nt plan s d e zo n e (o mrâdes planer) qui n'entrent pas d an s l e c ha mp d ' app lication de la loi. L e Go u ve rne m e nt peut déc ider qu ' un sc h ém a direc teur es t nécessai r e p o ur to ut amé nageme nt compl ément air e ju gé urge nt d a n s l 'intérêt nati on al . U n sch é m a d ir ecteur ne peut concerner une zon e re leva nt d éjà d ' un pl an d' urbani s me o u d e construction . L ors que la co mmunaut é s' urbanise, la muni c ipal i té d oit élaborer un pl an d ' urba ni s me p our rég l ementer l es constructions . Un tel pl an doit fo urnir des informations s ur les lim ites des îb[s (byggnadskvarter), des ai res publiqu es (a llm à nna p la t se r ), e t d es zones spéciales telles q ue les z ones fe rrovi a ires, les p or t s, les terrains de je ux (spo ns), e t c . Ce plan doit égaleme nt inclure les règ l es co mplé m e nt a ires que n écess itent les co n struction s dans les dive rses zo nes, ou la des tinatio n des te rrains qu 'e lles reco uvrent . Le décr e t prévo it , entre a utres, l a voca tion spécifiqu e des lotissements, les interdictions de con stru ire sur u ne part ie du loti ssement , les métho des d e construction à respecter, le n ombre d'édifices a u[o risés sur un s ite d onné (tomt) et l a su perfce a u t ori sée, l 'e mplace m e nt , l a h aut e ur, e t l e n ombre d 'a ppanem ent s i d' un i mmeubl e . U n p lan d ' urba nisme do it , pour deveni r val able, être a ppro u vé par l e conse il admin istr a ti f de comté . T out e m uni c ipalité qui o m e t d 'é l abore r un plan d ' urbani s m e al o r s qu e cel ui -ci s' imp osai t po u r ra ét re ch a rg é e pa r le G o uv e rne m e nt de l ui soumettre dan s un certa in dé l ai ce plan pou r appro batio n . T out plan d ' u rbani sme autorise l a muni c ipa l ité à r ac hete r des zo nes j u gées d ' u ti lité publiqu e . La va l e ur de rac hat es t fixée par la Cour de s b ie n s i mm o bi liers (fas tig het sd om sto le n ) et sera éva lu ée co nfo rmcm ent au x règ l es établies p a r l a loi s u r l'ex propria tion (e xp ro pri ati o n slagen ) . S i la dens it é d e la po pulati o n d ' un e zo ne dev ient importa nte o u si une telle év olut io n se mbl e prob able sa n s nécessi ter p our autant u n pl a n d ' urba nis m e, la mun ic ip alité do it él abore r un pl an de eonsw c ti o n p ou r réglem enter l 'amé nage ment de cette zo n e . U n p la n de construction s'a pp a re nte b ea uco up à un plan d ' urb an isme sauf q u ' i l n'a pas d 'effet légal aussi important . Pour être valabl e, i l faut en ou tre qu'u n
121
pl an d e con st ructio n so i t co n firmé par la préfecture qu i pe ut e n él a bore r un si l a muni c ip a lité omet de l e fa ire . L es plans d e morcel lement serve nt un iq uement à déf i r l es l i mit es des îlots e t in d es ter r a in s d estinés à l ' u sage pub li c . Ces quatre types d e pl ans peu ven t être annul és par une déc is i o n d e la préfecture, laquelle do it pre nd re e n comp te les intérêts des pro prié ta i res fo nci e rs . L es règ les a ppli cables a u x zon es n o n pl a nifiées int e rd ise nt , e n tre a ut res, la construction d e n ou v eaux imm e uble s, sauf ce ux d ' u ti l ité gé n é ral e . Ce contrôle de destination gé nér a l e est égal em e nt pratiq ué da ns le cad re d ' une p rocéd ur e d' am é na geme nt o u d ' un e demand e de p erm is de co n si mire lorsque l a zo ne con cern ée n e fait p as l 'o bjet de pl a ns d ' urba ni sme ou dc co n stru c ti on .
Les interdictions de construire Au x t erm es d e l 'artic le 56 d u d écret su r la construction, les autorités ne peu ve n t pas acco rd e r d es pe rm is de co n s trui re s'i l e n résulte un d éveloppem e nt urba in ( tâtbebygge l se) da n s une zo n e no n cou verte p ar un pl a n d' urbani s me o u un p l an d e co n st ru c ti on . L'arlicle 6 d e la loi de 1 94 7 définit le concept d e « d éveloppeme n t urba in u commte toute concentration d'i mmeubles rend a nt nécessai re l 'i nstal l a ti o n immédiate o u dan s un futur proc he, d 'équ i pements courants (à savoir arri vée d 'e au , systèmes d e tou t à l'égout et autres) . L'article 56 prévoit do nc une interdiction de con st ru i re g lo bal e po ur certa ines zones . Il a é té fait un u sage con s id éra ble de cette interdiction . Les zo n es v i sées p a r d es p lans de morce lle me nt ne son t pas soumi ses, en règ l e gén éra le, à cette interdiction d e co ns tr u i r e dan s l es zo n es urbanisées . L a préfecture peut néanm oins fa ire e nt re r dans le c h amp d e ce tte i nt erdi c t io n des zones couvertes pa r des pl an s d e mo rce ll e m em . L ' inte rdi c ti on de con strui re p rév u e pa r l'article 5 6 du décret de 19 5 9 dans l es zones urba ni sées ne s' appliqu e p as à to u s les typ es d e co ns tru c ti on . Lorsqu'un projet de p la n d 'urba ni sme es t prése n té po u r un e zone donné e , i l peut même être n écessair e d 'empêc her la con st ructio n de pet ites maisons ou toute mo d ificat io n d' un e ma i son , qui normal e ment ne d e ma nde nt pas l ' in stallation de sys t è mes publ ics . Pa r a ill eurs, l'interdiction n e s' appliqu e p as systé matiquem e nt a ux zones couvertes p a r des pla n s de mo rce ll ement . Un pl an d'urbanisme d o it tenir co mpte de l a situation ex i s tante . A bi e n des égards, t o u te m odific at ion de cette s itu atio n su rven a nt durant l a pr oc édure d'aména ge me m est très gé nan te . C'est po ur ce tt e rai son qu ' à la s u i t e d ' un e d e mand e d e l a communauté l oc al e, la préfecture pe ut i nte rdi re toute no u ve lle co nst ru c ti on ou to ut ce q u i s'y a pparent e lorsqu'un p la n d ' ur ba n is me de la zo ne es t e n cou rs d'él nbor a t io n . Cette int e rdi c ti on n 'es t val a ble qu ' un an mai s p e ut être pro l on gée po u r d es péri od es d e deu x a n s . Ell e est annul ée et remp lacée p a r une autr e interdictio n lorsque l a mun i c ip a l i té ado pt e un projet d e plan d ' ur ban isme . Cette nou vel le interdiction es t
122
a utomatiquement annul ée lorsque l e pl an d ' urban is m e est confi rmé . Aucune d e ces inte rdi cti on s n'est to ut e foi s absolu e et pe ut faire l'o bj et de dér ogation s qui ne seront pas acco rdées si l a co n stru cti on e n ques t ion v a à l'encontre de l a procé dure d'a m é nage m e nt .
Formation des parcelle s Le m orcell emen t de l a propriété relève des age n ces de m or cell em ent de la propriété ( fas ti g he[ sbiid nings my ndig het e rna) . Il d o it ë [rz fa it de telle faço n que l 'e n sem bl e des unités concernées soi ent adaptées d e façon pe rtnan e nt e à l e ur des tina t io n qu a nt à l eur e mpl ace m e nt , ta ille e t aut res conditions . Dans l e cadre de zon es fais ant l'objet d ' un plan d ' urbani sme o u d ' un plan de m orcel le me nt , tout e d ivi si o n do it se fai re confo rm ément au plan . Lo r squ e l'aménagement fo nc ier est so umi s à d ' autres cond i tion s, te lles qu ' une int e rd ic t io n de c on struire, la d i v i sio n ne do it pas a ller à l 'encontre d e l'objectif de cette in te rdiction . Si l a zon e ne dép e nd d'a u cun p lan , il ne se r a pas p ossi bl e d e m or ce l er s i le s c on swc tion s font obstacle à une d est inati o n a ppr opriée du t e rrain , si ce la entraine un d ével o pp e me nt no n adapté ou si ce la va à l 'en contre d ' un a mén agement adapté à ce tt e zo ne . Décisions et leu rs recours Toute p e rso nne souhaitant con strui re un immeuble po ur lequel un p ermi s est n écess air e d oit d é pose r un e demande a uprès du comité d e con structi o n . Dan s la pratique , toute demande frapp é e d ' une interdiction de co n s truire v aut également po ur une de mande de dé r o gati on à cette interdiction . Le r e qu é ran t pe ut , par a ill e ur s, c hois ir d e n e prése nter qu ' une demande de d érogatio n po ur , e nsuite, fa ire une de m a n de d e permi s l o rsque cette pre mière ques tion aur a été réglée . Face à une dem a nd e de pemi i s, i l faut s' a ss ur e r que l'immeuble co n cern é n e va pas à l 'e n co nt re de to u t plan co nfi rmé ou , selon le c as, d es réglementations r e latives aux zo nes no n pl anifiées, ou de toute inte rdi c ti on de con struir e et qu ' i l es t conforme aux normes t ec hniqu es en la m ati è re . C'es t seu lement à ces con d iti o n s qu'un pc rmis p our ra @tre acco rd é . Si la construction prév ue requi ert une quelconque dérogation, la déci sio n à ce suj et revie nt ég al ement au comité de construction . Si ce dernier n 'a pas la compétence l ég ale n écess aire, il de vra transmettre la demand e d e dé rog ation à la préfecture et ajourner sa déc i s i on concernant le pe rmi s j u s qu 'à ce ce qu e l a qu estion de la d érogati o n a it été tran chée . Il est tr ès courant qu e les pro pr iéta ires d e mand e nt un « avis anticipé » ( fô rhand sbes k e d) p ou r un ty pe d o nné d e c on stru c ti o n sur un îlot p a rt ic uli e r . U ne r é po nse négativ e du comité de co ns truc[i o n es t a ss imil ée au rejet d ' une d ema nde de dérogation à cond ition qu e l a p rocédure et l a teneur d e la d éc is io n ju sti fie nt un e tel l e interprétation . Ce l a pe rm e t e n effet au requé rant de contester l es d écla ra ti o n s du comité qu i éyui vale nt en fait à u n refu s de dé r og at io n .
123
[I es t p ossible d'a ttaquer l es décisi on s du comit é de con structio n en mati èæ de permis de co n st rui re d eva nt la préfecture . To ut e d éc i sio n se lo n laq ue lle la préfec ture éme t une interdiction de co n swire o u refuse une d érogat i on pe ut être co nt est ée d ev ant l e Gouvernement, to u t co mm e peut l'être un e d écis i o n du conseil ne fa i san t pas droit à un reco u rs cu m re la décis i o n du co mi t c d e co n svu ction de n e pas accorder un e dérogat ion . N é anm oin s, toute déc i sio n de l a préfect u re n e fa i sant pas droit à u n recours conce rnant une d emande de pe r m i s de con svu i re p e ut être attaquée deva nt la co ur d'appe l administrative do nt les d éc i sions, à l e ur to ur , p e uve nt être at taquées d evan t la Cou r admin is trative suprême ( regerings râtten ), laqu el l e peut rej eter l 'appe l . Une fois q u e l a préfecture a tranc hé les d e ux questi o n s (le p e rm is e t la dérogation), sa déc i s i on p e ut êt r e a t taqu ée devant l a co u r d'a ppe l ad m i ni str ati ve . Si ce lle-ci d éci de qu ' un e d é rogatio n ne s' i mp ose p as, l'affa ire sera considérée com me concernant uniquement un e deman de d e pe r mis de con st ruire . D an s l e cas co ntra ir e, la co u r d 'appe l ad m i nistrative t rans me ttra l'affaire au Gou verne m e nt q u i tr a nch era . La co u r d o it , d'a utr e purt , donner un av i s au Go u ve rn eme nt e n ce qui co n cer n e le pe r m is . Une règle particulière s'ap plique à une dema nde de pe r m i s qui a ét é reje t ée po ur la seule raiso n qu ' il ne ré po nd ai t pas a ux critères d e co nfo rmit é fix és pa r la réglementation des zones non p lanifiées . Ce rej e t de l a pré fectu re ne pe ut être co ntesté que de v ant le Gouvernement . To ute qu es ti o n co n ce rnant un pe rmis de co n si ruire . faisa nt l 'obj e t d ' un appel devant la co ur d ' appe l admin isir ative, q u i traite du prob l ème de Padap iab i lii é, devra être tran sm ise . accom pag née d ' u n ra ppo n d e l a cou r, au Gouvernement . U n propriétair e p e ut dép ose r autant de fois qu' il le souha i te d es d e m a n des d e pe rm is ou de dérogation . L es auto r it és sont te nues d 'ex am in er l a qu est ion de faço n a pp rofondie à c h aque fo i s qu 'e lles so nt sa i sies d ' u ne d e ma nd e . P ar ai ll eu rs, la confirmation de pla ns d' ur ban is m e o u de consuvetio n par le conseil adm in i stratif d e comt é peut être attaqu ée d evant l e Go uverneme nt par les p rop r i éta i res conce rnés . Ces dern ie r s peu ve nt égale me nt at taquer u n e décisi on r efu sa nt de co nfi rm e r un projet adop té d e pl an . Toutefois i ls ne pe u ve nt , d e m anière syst ém atiqu e, ex i ge r qu'un p lan so it él abo ré par la mun icip al ité o u par la préfecture, de m ême qu'ils ne peuvent exiger du Gouve rneme nt qu'il ord on ne à une mu n i cipal i[é de prépare r un projet d e pl a n d ' urba n isme . Les décisions d es agen ces de mor celle m e nt peu ve nt être attaq uées devant l es co u rs de bie n s i mm o bilizr s, d o n t l es décision s, à l eu r tour , pe u ve n t é t re a tt a qu é e s deva nt l a co ur d'appe l (h ov r à tt e n), et en suit e devant l a Co ur suprême ( h& g s ta dom stole n ) .
124
Les fonctions dc contrôle L a préfecture contrôle l es a c tiv ités d' urbanisme e t d e co nstruc t io n - d o n t celles des com ités de construction - a u sein d u comt é . Le co nse il n atio nal d ' urb anisme et d e construction m a té r iel s (pla nv e rk et), qu i est une agen c e du Gouvern eme nt, exerce ce méme con t rô le au ni vea u national . L b mA uds m a n pa rl eme ntaire contrôle, po ur le compte du Parlement, e nt re autres, la préfecture e i l es co mités d e con s tru ct i o n , po ur v eil le r à ce qu'ils agissen t co n formé me nt au dro it e t a ux lo i s écrites . Le même contrôle es t exercé, po ur le comp te d u Go u vern eme nt , p a r l e ch a nce ll ier de l a Jus ti ce Q us titi eka ns l e m) . A u cu n e de ces in stan ces d e co n trô l e n e peu t modifi e r la d éci s i o n d ' un e a utre i n xt x nce . Les préfectures p euve nt cep endant interven i r e n dé li vra n t des interd iction s et des injonctions . Une in stance de wntro l e ne peut qu e d éno nce r des er reur s comm i ses, e n so umetta nt p ar e xe mp le l'affaire au mini stère publi c du d istric t qui prendra l es mes u res qu ' i l juge ra n écessaires . Qu ico nque d ans l'e xercice de ses fon c t io n s offic ielles manquera, de faço n dél i bé r ée ou pa r nég li ge nce grossière, à ses ob li gatio n s, te l les qu e fixées par l e droit et les l ois éc r ites, est p assible d ' une a mende ou d ' une pein e d e pr ison fi x ée pa r un tribunal a ux ternies de l ' nn icle 20 du code pé n al (bro tt s ba lk e n) . L e G o u ve rnement et ies municipalités sont, so u s certaines co nditio ns, passibl es de dommages-intérêts, entre autres, au ti tre d e dom m age maté riel dû à une fau te o u un e nég ligence dan s l 'exer cice d e l'autorité publique . To u t l i tige est porté d evant l es tribunaux gén é rau x . G RI EFS I . Le req u é rant se pl a int de ce que son d ro it d'user d e son terrain sel on l e pla n précédz nt a é t é suppr imé par le nouveau pla n alors qu e l ' int érèt gé n é ral n e l e ju sti fait pas . L'anc ie n pl a n lu i d o nn ait deux droits d e construire et il n e lui e n reste plus qu ' un après l a réforme. Par co nsé qu e nL le requ érant déno nce une v io lat io n de l'article 1 d u Pr otocole additionnel à l a Con vention . 2 . Le requérant allègue u ne v io l ation d e l'a rtic le 6 d e l a Co n ve nti o n vu que ses droi t s au x ter mes du plan ne peu ve n t être e xami n és e n audie nce publ iq ue p a r un tr ib un al i mpart i al . 3. Le requérant a l lègue ég alement un e violatio n d e l' a rt icle 1 3 de l a Convention v u l'ab sence de recours • effectif ., .
EN DROIT 1 . Le réquérant se pla i nt que son droit d ' u t i l i ser s a propri é té e n application de l'ancie n pl an de co n s t ru ctiun a é té an nu lé d a ns l e n ou veau pl a n sa ns qu e le jus tifie 1 25
un intérêt gé n éral de que lqu e nature que ce so it . Il allègu e un e v io l ati o n d e l'articl e 1 du Protocole ad diti o nne l à la Co nventio n , ai n si libellé : « To u te per so nne phys iqu e o u mo ral e a d roi t a u resp ect d e s e s bie n s . Nul n e p e ut être p rivé de sa pro pr iété que pour ca u se d ' ut i li té publ ique e t da ns les co ndit io n s prévues p ar l a loi et l e s pr i ncipes gé n é raux du droit i nternatio na l . Les di sposi t i ons pr écé dentes n e porten t p as at te in te au d ro it qu e poss è dent l es Et ats d e m e ttre en v i gu eur les lo i s qu'ils juge nt n écessa ires pour r égle m e nt er l' usage d es b ien s conformément à l'intérêt général ou p o ur assurer le pa i e ment des impôts o u d'autres contributions ou des am e nd es . » Le probl 8 me, e n l 'esp èce, co n ce rne l es effets s ur les dro its d u requé ra nt d es réfor m es du plan de co ns tm c tion qui o nt fina l zm e nt été confirmées par le G ou ver neme nt l e 1 9 janvier 19 84 . u faut rappeler q u e l e plan de co nst ru ctio n in i ti al , remo nta nt à 1938 , prévoyait qu ' un l otisse m e m ne pouvait faire moi n s d e 1 .5 IX1 m2 . Cette règle comportait une exception étab l issa n t qu ' il se rait p oss ibl e de co nstruire s ur un t e rrai n plu s petit à la cond i ti on qu'il ne fasse pas m oin s d e 1 .000 m2 et qu ' un sys tè me d 'a rri vée d 'eau e t de tout à l 'égout ait été in sta llé av an t o u à l'occasion des cons iru ct i o ns se l o n un p l an a ppro u vé pa r l es auto ri t és sanitaires . Le p lan de co n stru ction réfo rmé ne re n fert ne au c un e e x c epti o n à la règle fixa nt à 1 .50 0 m2 l a s urface minimum d' un e p a rcelle . La lo i suédo i se pr évoi t qu ' un propriétaire fon c i er a le d ro it de co ns tmire s ur son ter ra in tant que l 'i m me uble env is a gé ne v a p as à l'encontre d' un pl an con5rmé, de rég l ementatio ns relatives au x zo nes no n planifiées, ou d e toute interd ic tion de con struire et d an s l a m es u re où il répo nd a ux n or mes t ec hniques e n l a matière . Le requérant fait val o i r qu ' en con séque n ce d e la réfo rm e du p lan d e construction, i l a désormais le d roit d e construire une mai so n a lors que l'ancien p lan lui en accorda i t deux . La Comm i ssion fa i t re m arqu er qu'étant donné que le t e rrai n du req uérant fait 2 .079 m 2, il p ou vait aux t erm es de l ' anc i e n p lan morceler sa propriété e n d e ux lotissements sou s ré se rv e de se co nform e r aux conditions d'i n st a ll a tion d ' un système d'arrivée d'ea u et de to u t à l'égout . Le plan réfo rmé, e n reva nch e, ne lui acco rd e qu'un lotissem e nt e n rai so n de la surface mini mum P xée à 1 .500 m 2 . Il résulte ce pe n da nt de la décis ion de l a préfecture d u 4 j ui llet 198 3 qu ' ell e n 'estim a it pas que l e t e rra i n du requérant rép o ndait aux conditi on s pr év u es par l ' anc i e n plan en ce qui co n cer n e l'autorisation d e lotissemen ts de mo ins de 1 . 500 m2 . L a Comm iss i o n est imt que l a réfo rme d u plan pe ut être assim i lée à une ingére n ce dan s le d roi t du re qu é rant au respect de ses b ie ns comme l e gara n tit l'article I d u Protocole ad d i t io nne l . Se lo n l a Co m missi on , cette ingérence relève du 126
deuzi è m e p a rag r a ph e d e l 'artic le I vu qu 'e lle équiva ut à une mesu re vi sant à « réglementer l'usage d es b i e n s» . La Commi ss io n doit do nc rec he rc he r si P ingére nce dans le droit du requér ant a u respec t de ses b ie n s se ju stifi a it aux termes du deuxièm e paragraphe de l 'a rtide I du P ro tocol e addi tionne l . Aut re me nt dit elle do it d é te rminer s i les ré fo rme s du plan de con structo n é taie nt « n écessa ires po ur réglementer l' u sage d es bien s co nfo r mé m e nt à l'intérêt gé n éra l», Les o r gane s d e la Co nv e ntio n o nt po ur mi ssion en inal i t é et l a propo rt io nnal i té de l a restri c ti on l'occurrence de co ntrô le r l a légalité, la f en question (cf. par exemple No 10378/83, déc . 7 .12 .83, D . R . 35 p . 235) . La questi on d e l a p ro port i o nnalit é de mand e que l 'on recherche si existait un rapport raiso n nable e nt re les mo yen s employés et le but vi sé ou , e n d ' autres le rme s, s i un juste équ i l i b rc a é té mai nt e nu entre l es exige nces de l ' intérêt gé nér a l et l'intérêt indi viduel . A cet e ffe t , les Etat s contractants jo ui sse nt d' une grande m a r ge d'appréciation tant pour c ho i si r les modal i t és d e mi se en æu vre qu e p our juge r s i l eurs con séquen ces se trouvent l égiti m ées, d a n s l'intérêt gé né ral . par le sou c i d'atteindre l'objectif de l a m es u re en qu es tion (Cour . Eu r . D . H ., ju geme nt A gos i du 2 4 oct ob re 1 9 86 , série A n° 108, P . 18, par . 52) . L a Comm ission j ug e q ue l ' ado ptio n du pl a n de con stru c ti on réfo rmé tro uv e son fo nde me nt d a ns l a l o i su é do i se, n otam m e nt aux t e rmes d e l'a nic l e 108 de l a loi s ur l a construction . Ell e est co nv ainc u e que l'ingérence i ss ue de l ' ad opti o n du pl an était légal e . Quant à « Pintér@t gé néral » pri s e n compte par l e plan réfo rmé , la Comm iss i on n ot e que l e pl an ava it po ur o bjec t i f de réglementer l es conditions relatives aux propriétés concernées par l'amén agem e nt d' un systè m e d'ar rivée d 'ea u et de to ut à l'égout j u squ 'à ce qu ' un plan d ' urba nis m e soit él aboré s ur l a b ase d e l ' urba ni sati on e n co urs . La Commi ssio n e st convaincue qu 'en règ l e gé néral e, les amendeme nt s au plan de construction se rve nt « l ' inté r@t gé néral » . Qua n t à la pr oport ionnalité e ntre l ' ingé rence dan s l es dr oits d e pro pri été du requérant et l' int érët gén é r al vi sé, la C om mi ssio n r a pp e lle qu e ce de rn i e r n'avait pa s, en so i , un dro it de construire aux termes de l ' ancien plan . Il es t e xac t que l ' ancien pl an d e co nstru c ti on c ontenait cert ain es di sp os it io ns qui l ' autoris aient à s'affi t mer en dr oit de con stru ire d eux m a ison s sur son terra i n , alors que dans le cad re du pl a n ré fo rmé il n e peut prétendre qu ' à un e seule mai so n . La Commi ssi on e s tim e qu e cette m odifica tion des d roit s conditionnels de co n s tru i re résultant des plans de cons tructi on n'équivaut pas, en l 'es pèce, à une i ngéren ce à laquel le il faut acco rder dav antage de po ids qu 'à l'intérêt gén é ral v i sé pa r les r é fo rm es du pl a n de con s truction . Etant do nn é la mar ge d' app réc i ati o n importante d o nt jo uissent le s Etats contractants d ans l a zone, l a Commi ssi on es time que l ' in gére nce dan s le d ro it du requérant au respect de ses bie n s ne pe ut êtrejugée di s pro port io nné e par rapport à l'objectif l ég itime v i sé par l e plan de con strunion réfo rm é . II en rés ulte qu e l'ingérence était ju st ifiée co ntb rm é me nt au deuxiè me parag raphe d e l ' art icl e 1 du P rotocole additionnel . 12 7
La Co m missi on ne tro uve aucun in di ce d'a utres griefs relevant de l 'art i cle 1 d u Protocole additionnel . u e n rés ulte qu 'à cet égard la requête es t mani fes t e ment mal fondée a u se n s de l'arti cl e 27 pa r . 2 d e l a Convention . 2. L e req uérant allèg ue égalemen t u n e vio l a ti un d e l 'artic le 6 d e l a Convention dans la mes u re où i l n'a p as p u fai re ju ge r ses dro its dan s l e cad re d u pl an de co nstr u ct i o n publiqu eme nt p a r u n t ribunal impart ia l . La pr em i ère phrase d e l 'art icle 6 par . I se lit a in si : « 7 o u te p e rsonne a droit à ce q u e sa cau se soit e nte ndue équi i a bl e m ent , publiquement et d a ns un d éla i ra i sonnable, par un tribunal indépendant e t im parti a l , établi p a r la loi, qui décide ra, soit des co nt est at ion s s ur ses d roits et obliga tion s d e carac tère civil, so it du bi e n -fon d é de toute accusati o n en m atière p é nale d ir i gée co n t re elle . = Le Go uve rn e me m f a i t v al oi r qu e l es déc i s i on s pr ises par l es autor ités com pét e ntes dans l e ca dre d e l a réforme du pl an d e co nst ru c ti on ne do nn aie nt p as l ie u à u ne décis io n s ur u ne co ntes t ation porta n t sur l es d roits de caractère «c i vi l » du requ érant au se ns de l'article 6 p a r . 1 de la Co nve nti o n et que cette p art ie d e l a demande doit donc être décl a rée irrecevab le, éta nt inco mpatible ra ti o ne mat eri ae avec les di spos iti o ns de l a Convention . S i la Commi ssio n estime q u e l a demande n'est pa s incomp atibl e av ec la Convention, l e G ou ve rne m e nt adme t q ue le req ué r a nt a la p ossib i l it é de demander à u n tr ibunal de statuer sur l a légali té des décisio n s . Il fa u t d o nc r ec h erch er si l a décision d 'adopter le projet de réformes du pl a n de co nstr u ction p ou r la zone où se situe l a pro priét é d u requéra n t était d' u ne importance décisive po ur un u d ro it eivilA du re qu érant et , dan s ce cas-là, s i cela a donn é naissance à une co ntestatio n e ntr e le req ué rant et les au to rités suédoises à ce suj et . [I fa udra a lo r s s'ass urer que le requérant d is posa it d'une procéd u re r épo n da nt a u x conditions d e l'article 6 p ar . I p a r ra pport à cene contes tat io n . L a Com m issio n a procé dé à un exam e n prél i mi na i re d e ces questions à l a lum iè re d e l 'arg ume ntation des part ies . Elle co ns idère qu'elles soulèvent des po in ts de fait et de droit d ' un e natur e si com pl exe et si importante qu'un examen a u fo nd s' i m pose . Cette requête do it p a r co n séq uen t être d écla rée recevabl e , aucu n au tre mo tif po u r la déclarer i r recevabl e n'ay a nt été établ i . 3. L e requérant allég uait également un e vio l a ti on d e l'article 1 3 d e la Convention, qui gara ntit le d ro it à l'octroi d' un reco ur s effectif à quiconque allèg u e une v i ol a tion de ses d ro it s et lib ertés reconnu s dans la C on venti o n et ses P rotoco l es . L a Co mm iss io n co n sidère que ce grief es t étro item e nt lié à cel ui r eleva nt de l 'art i cle 6 d e l a Convention et qu'il doi t donc êlre déclaré r ecevabl e . 1 28
Par ces mo tifs, la Commi ssio n D ÉCLAR E IRRECEVABLE l e g rief selo n l e quel la décisi on d e réformer le plan d e construction constituait un e v i ola t i o n de l ' a rt icle I du Protocole additionnel à la Convention . D ÉCL AR E LA RE QU P.'P8 RE CE VA BLE, p ou r l e s ur pl u s, to u s moyens de fo n d réservés .
129

Origine de la décision

Formation : Cour (plénière)
Date de la décision : 08/03/1988

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.