Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ WALLIN c. SUEDE

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 11450/85
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1988-03-08;11450.85 ?

Analyses :

(Art. 11-2) PROTECTION DES DROITS ET LIBERTES D'AUTRUI, (Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 3) PEINE INHUMAINE, (Art. 35-1) EPUISEMENT DES VOIES DE RECOURS INTERNES, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-3-d) INTERROGATION DES TEMOINS, (Art. 8-1) RESPECT DE LA VIE FAMILIALE, (Art. 8-2) NECESSAIRE DANS UNE SOCIETE DEMOCRATIQUE, (Art. 8-2) PREVUE PAR LA LOI, (Art. 8-2) PROTECTION DE LA MORALE, (Art. 8-2) PROTECTION DE LA SANTE


Parties :

Demandeurs : WALLIN
Défendeurs : SUEDE

Texte :

Th e syst em of s i c kness be n efts i n S w ede n is governed b y publi c l aw a n d m a naged by publ ic a uth o r ities . Th e i nsurance system i s n ot bas ed o n a ny o ptio n al o r co mpul sory affiliation [o th e i ns uran ce, but rather on an aut omatic a ffil iatio n . The in s u ran ce system is fin a nced by G overnment s ub s idi es and char ges l evied o n the em p l oye rs . Th e i ndi vidual s ins ured do no t Ihem se l ves, ap a rt from se l f-e mpl oye d persons, co ntr ibute t o the financ ing of th e sys tem . It i s t rue that the r i g ht at issue is pe rson al, eco n o m ic, ind iv idu a l a nd essenti al tu the applicant . h is a l so t r ue that t h e r i g ht to s i c kness bene fits ha s a certa in link w ith the applica nt 's e mpl oy m e nt s ince th e a mount o f s i c kn ess be nefits i s base d on hi s sa l ary, but th e co nnection is more re m ote than in th e Peldbru gge case . H ow ever , th e sic kness be nefits unde r the S wedis h S oc i al In s ur a nce Act do n ot h ave the affinities with in sura nce under th e o rdinary law wh ic h in t h e Fel db ru gg e case were of particular i mpo n a nce (cf . F eldbru gge jud gmen t, foc. ci t., pp . 15- 16 , para . 3 9), al th o u g h l h e e mp loyer co ntributes Io th e finan ci ng of the si c kne ss i ns ura nce . To s um up , the Com miss io n co n s id ers th a t , apart (ro m the fac t th a t the ri g ht at iss ue was pe rsonal, econom ic an d esse n tia l to the applica nt , t her e are o nl y a few féatures o f th e S wed i s h s ic kness i n s uran ce u nder the S oc ia l In s urance A ct wh ich would s uggest t h a t th e asserted r ig ht wa s of a p r iva te law character . Th e pu blic law feat ures, on th e o the r ha n d, a re pr ed om inant . T he Com mi ss i on t h erefore finds th a t the r ig h t a t i ss ue was no t "ci vi l ° w ith in the mean i ng o f A rtic l e 6 para . 1 o f the Co n ve ntiu n . A ccording l y, the Comm ission concludes thai A rt i cle 6 w as not appl ic abl e to th e proceedi ngs before the Social In sura nce Co u rts an d that th is complaint is incompatible with the Co nventio n ra t io n e maienae with i n th e mea ni n g o f Art ic l e 27 para . 2 of the Co n ven tion .
(TRAD UCTI ON)
EN FAIT (Ex t rait) Les faits de l a cause, te l s q ue les p a rties les ont exposés, pe u ve nt se résumer com me s u i t . Le requérant es t un ressortissant s u é do i s, né e n 1943 et domicil ié 8 Upsal . Il es t é l ectri c i en de so n ét at .
149
Fa itc propres à l 'cspèc e Le requérant a été emp loyé pa r une société d'U psal de 1974 au 3 1 mai 1 976 , date de son l icenci eme nt . Co m me le req uéra nt es timai t ce li ce nciement a bu sif, so n syndicat engagea e n son nom une procéd u re contre l a soc i é té . P ar décis i o n du 8 nove mb re 1976, le tribunal du t ravai l (arbe tsdomstol e n ) o r donn a d e considérer le req uéran t co mm e em ployé pa r la société ju squ 'à ce q u 'il so it stat ué e n dern ie r ressort à ce t égard . C ette décis io n fut su iv i e d' un jugemen t e n date du 4 j anvi er 1977, par lequel l e t r ibunal d éclara le li ce ncieme nt n u l et non ave nu . La société refu sa cep e nda nt de ré in tégrer l e requérant à so n poste . Après n égociations, un règ l emen t amiable fut conclu le 1 0 ja n v i er 1977, a ux termes du q uel l e requérant se voyait verser 90 .0(10 S E K à titre d' in de mni su[ io n , en règlemen t total et défi n i ti f de l'affaire . Le 22 oct obre 1 979, l e req u érant so u mit à la ca isse de sécu rité sociale (allmdnn a f& r sà k r in gs kassan) u ne demand e visa nt à ce q ue so n reve nu o uvrant d ro it au x allocations d'ass u ru nce-m a la d ie (sj u kpen ni ngg rund a nde i n koms t , c i -apr ès, ~SGI ») soit porté de 64 .800 S E K à 85 . 920 S E K , co mm e s' i l avait co n se r vé so n e m plo i d'élec lric ie n . La caisse obtint de l 'ancie n employeu r du re qu érnnt d es i nfo rma t ions et réc l am a des observations com pl é mentai r es a u requér a nt , q u i les e n voya les 8 novem b re 1 97 9 et 13 ma r s 1 980 .
Le 8 niai 1 980 . la caisse de sécurité socia le d'U p sal déc i da qu e le requérant restera it ass u ré pou r un SG I de 64 .800 S E K . La déc i sion éta it s u scept ibl e de recou rs et précisa it yu' un recours éve n tuel dev rai t être présenté par éc rit et d ans u n déla i d e deux moi s a pr ès récepti o n de la déc i sioa La le t tre d'appel devait êt r e adressée à l a caisse de sécurité sociale pour transm i ss i u n au tribuna l de l a sécur i t é socia l e . Le 19 mai 1980, l e requérant d emand a pa r téléphone à l a ca i sse de réexaminer sa décis i on du 8 mai 1980 . Il déclara qu'il se proposa it de pr ouver l'inexactitude des renseignements do nn és par so n ancien employeu r . Le 22 mai, le requé r ant se rendit à la caisse et lu i remit certains d ocu ments e n fournissant verbale ment des re n se i gn emen ts s u r son doss i e r . Le 30 ju in 1 990, la caisse de tiéwr it é sociale por ta le SG I à 77 .500 SE K à parti r du 21 novembre 1979, en a pp l ication des dispositio n s s pécia l es po rt ant eor reetio n de d éc isio ns pr i ses e n appl i cat io n du ti t re 20 article 1 0 d e la lo i s ur la séc ur ité soci ale ( l age n on a l lmï n fbrsï k ri ng) . Le 1 1 jui l let 1980, le requé ran t recourut devan t l e trib un al de l a sécu rité soci a l e pou r la Suè d e cznv :+l e (for sâk r in gs r 5ttzn fiir mellansverige) . La lettre de recour s fut d éposée auprès de l a caisse de sécu r ité socia l e le 14 j ui l l e t 1 980 . La cai sse tran sm it le recours en y jo i g n ant so n avis p our le trib un al, p ar lettre du 5 septembre 1980 .
150
Dan s l a lettre, la caisse déclarait avoir e xam i né le recours au regard du t itre 20, a rti c l es 1 0 et 11 de l a l oi s ur l a séc ur ité soc ial e . m ai s n'y avo ir tro uvé au c un e raison de reve nir s ur sa décision . Ell e prop osa it de rejeter l e recou rs . Cel u i-ci parv i nt a u tr ibunal le 11 se pt embr e 1980 . Le 1 7 oc tobre 1 980, le tribunal communiqu a l a lettr e de l a ca i sse au re qu érant en lui dem andant d es observations, q ue l ' in teréssé produi si t pa r l e ttre du 29 oct obre 19 80 . Le 1 8 j a n v ie r 19 83, l e t rib un al de la sécur ité soci a l e examina le reco ur s . u décida d e r ec uei llir des informations à trois so u rces différentes . D ' ab ord , p a r le ttre du 2 1 j a mi er 1 98 3, le Iribun al demanda à la caisse de séc u rit é sociale des détai l s sur l e co ng é d e mal ad ie pr is p a r le r e qu é rant de mai 1 976 à j uin 1 9 80 . L a ca i sse ré p o n di t par le ttre du 27 janv ie r 19 83 . E ns u ite, le tr i bu na l de m an da des i nforni a t io n s à l'agen ce pou r l 'empl oi (arbetsfôrmedlingen) d'Upsal, qui répondit le 2 fév rier 1 983 . E nfin , le t r ibuna l de man da des r ense ig nement s au sy ndi ca t suéd ois des o uv riers d' u sine (svens ka fabriksarbetarefôrbundet) qu i répon di t pa r le ttre d u 10 févrie r 1 98 3 . Par lettre d u 14 fév r ier 1 983, l e tri bu nal transmit les t rois rép on ses su smen ti on n ées a u requérant e n lui d ema nd a nt ses observati o n s . Ce lui -ci p roduisit ses o bservatio ns p ar lettre du 23 février 1 983 . Par ju gem ent du 1 9 m ai 1 9 8 3, le t ribun al dela sécurité soci a l e rejeta le reco ur s d u re qu é ra nt e n décl a rant que n e se trouvaient pas ré uni es l es co n d iti o ns prév ues au titre 20, anic le 1 0 p our corriger la décis i on pri se par la caisse . Dans ses mo tifs, le tri bun al déclarait not nmm e nl :
« D a ns so n l i bellé d'avant le 1 - avri l 19 8 2, le titre 20 arti cle 10 de l a l oi sur la sécurité sociale prévoyait q u e la ca isse d eva it mod ifie r tou te déc i sion prise pa r ell e que le tr i b u nal de l a séwrité soci a l e n'avait pas examinée, n otam ment s i la décisio n éta it entac hée d ' ine xac titu de s uit e à un e mau vaise appli cation év idente de l a loi o u pour to ut autre mo tif analogue . Dan s l es trava ux pr é par ato i res à cette d i s positi on , l e ministre d e tutelle décl ara (proj e t de lo i N o 1 977/78 :9 5 ) qu'une modifica t io n pouvait égaleme nt i nte r ven i r s ur ce tt e base lorsque, dan s sa décision, la caisse av ait commis une err e ur sur la jurisprudence, s'i l s'agissait t outefois d ' une j uri sprude nce b ie n é t ab lie .
Ce l a éta nt , l e tr ibun al de la sécu rit é sociale es ti me q ue vu les informations do nn ées p a r (l e requérant) s u r son reve nu des an nées 197 6 à 1978, la décisio n d e l a cai sse de ma in te nir le SG I (du requérant) à 67 .80 0 SEK , n'était pas e ntac hée d'i nexa ct it ud e s u ite à une m a u vaise ap plicatio n év i dente de l a l oi ou pou r t oute au tre m ot if an al ogue . E n outre, l e t rib un al cons i dère qu'il n 'y a pas, da n s l e ti tre 2 0 article 10 . . . d 'au tr e base permet[ ant fi xer le SGI ( du r eq uérant) à un monta nt supérieur à 64 .800 SEK avant le 2 1 novembre 1 9 79 . S'ag i ssant de l a
151
fixatio n du SGI ( du requérant) au v u du rapport s ur les revenu s so umi s à l a ca i sse le 22 octo b re 1 97 9 , i l es t exact que l es in fo rmat io ns fo urn ies par l e syndi cat suédo is de s o uv rie r s d ' usi ne co n fo rt ent l'hypothèse qu 'à pa rt ir du 21 novembr e 1 979, le SGI (du requérant) a u ra it d û être fixé à un c hi ffre s upéri e ur à 77 .500 SE K . Cepe n dant , l e tr ibun a l es tim e q u'il n'y a pas, à cet éga rd , l 'e r re ur requi se po ur l a co rrec tion prév u e a u titr e 20, article 10 . » L e re q ué ra nt fit a p pel de ce tte décisio n d eva n t la Cour su prê m e de l a séc urit é soc i al e (fdrsâ k r i ngsbve r domstole n ) qui re fusa le 1 2 ju in 19 84 d'accorde r l 'a utor isatio n d'app e l . Le r equ éra nt so umit alo rs à l a Co ur admin i strati ve suprême (regeringsràtten) un e de m a nd e e n révis i on (res n in g) de l a d éc i si on de la Co ur s uprême de l a séc urit é soc i ale . Le 2 1 février 1 986 . l a Co u r ad mi nis t rat i ve suprême décid a de rej ete r l a demand e d u req u éra n t .
Dispositions légales p e rtinente s Les formzs l es plus importantes des rég imes de séc ur ité soc i ale so nt le rég im e d 'assu ra nce-mal ad ie (sj u kfbrsïk ring), le rég i me des retraites de base (folkensionering) et celu i des ret raites complé m e ntaires (tillàggspensionering) . To us tro i s so nt régis pa r la lo i de 1962 s ur l a sécur i té sociale q u i, pou r autant qu 'e l le concerne l a pr ésente affaire, co ntien t les disp ositio ns s ui va ntes .
Sel on le li tre 1 , article 2 de la loi, le régi me n a ti on a l d e est géré p ar POffi ce nat ional de sécurité sociale (ri ksfbrs~4 kri ngs ver k et ), les caisses de sécu rité sociale et les services locaux que désigne le G ou ve rnemenL L 'Office na ti o n a l de séc urité sociale, o rga ne de tutelle d e la mi se e n e u vre d u r égi me, es t un organe du Gouvernenient ce nt ral . S'agissant de l a structure et du p rocessus de décis ion d es caisses de sécurité sociale, on peu t no ter ce qui suit . Il doit exister u ne cai sse pour to u t département (la n ùs t i ngsomrâde) et p our tou te commune (kommun) non re p résent ée au con seil départemental . Un con sei l d e gestion se voit confier les décisions s ur toute qu es tion que l a ca iss e de sécurité social e est tenue de tra iter . Le co n sei l de gestio n se co mpose d' un prési dent et d ' un viceprés iden t , n om m és p a r le G ou ve m eme nt , e t q uatre autres m em b res nom més p a r le co n sei l d épart em e nt el (landsling) o u , n'i l s'ag it d' un e caisse don t le resso n n e s'é t e nd q u 'à u ne comm u ne, p ar l e conseil muni cip a l (kom mu nful l më kti ge) . To u t citoyen peut être no mmé membre d u conse i l de gestion à condit io n d'ë t re de nationalité su édo i se, maj e ur et d e n 'avoi r p as été d éclar é i nca pab l e aux yeux d e la lo i . Le conseil de gesti o n pe ut dél égu e r à un memb re du co nsei l o u à un agent de l a ca i sse le po u vo ir de pr end re d es décis i o ns en son n om . Les agents so n t n ommés p a r l' O ffi ce nat i onal de sécurité sociale ou par la caisse el le-mê me . Selon le c h api tre 1 article 4, to ut ass uré au regard de l a loi do it être immat ri c u lé a uprès d' u ne ca i sse d e séc u rité sociale dan s le mo is de ses 16 ans . Quico nque es t 152
i mm atr ic ulé a dro it à des a llocati o n s d'assurance-maladie au titre d u régi m e de l'ass uran ce- ma ladie, à condition que ses revenus, l u i ouvrant droi t à ces a ll ocati o ns, soie nt au minimu m de 6 . 00 0 S E K , o u qu 'i l soi t ma r ié e t habite e n p e rtnan e nce avec son co njoint , o u hab i te e n pe rm anence avec un enfant de m oi n s d e s eize an s qu i so it l e sie n o u celui du conj o in t, ou de quelqu'un à qu i il a été mari é o u dont i l a un en fant .
L a no tion de « rwenu o u vran t dro it à allocations d ' assu ru nce-maladi e,~ ( SGI ) es t défi ni e a u titre 3, article 2 d e la lo i . En pr inci pe, ce revenu est supp osé co r resp on dr e au revenu a nnu e l , y compris certa in s avan tages no n p éc uni a i res, que l'ass ur é es t ce n sé retirer d e so n travai l comme sal a rié ou autrement . Selon ce méme artic l e, l e SGI doit êt re fix é par l a ca i sse de sécurité soci ale . Si l es fa its p erti n e nt s ne sont p as co nnus de l a cai sse, le mo nt a nt du SGI est fix é à pa rt ir de re n sei gn e ments fourni s p ar d'a ut res so urces, p ar l'assuré lui-même o u par son empl oyeu r . L e mo nta n t du SGI est fix é a u mome n t d e l ' im m a t r ic ul ati o n d e l' a ssur é auprès de l a caisse e t rée x ami né à c haque fois que le r even u de l 'assuré s ub it des modi ficatio n s q ui affectent son d roit à pr estat io n s .
Selon l e l it re 3, art ic l e 4 . l es allocations d 'ass ura n ce- m aladie so nt calculées sur l a base du SGI et do i vent en pr in c ip e corresp ondre à 90 % du reve n u . Po ur les person nes n 'atte ig nan t pa s l e SGI min im um , l e même art i cl e prévoit le versemen t d ' un mo nt a nt forfaitaire par jo u r .
L es a ll oca tion s- m aladie pe u vent se répercuter su r d'autres prestations prév ues dans la même lo i . L a ret r aite compl é menta ire p ar e x em pl e est calculée su r la base d e I n notion d e reve nu o u v rant dro it à pension (pe ns io nsg rund and e ink o m s t ), revenu qui par d éfin i ti o n inc lut les allocat i on s-ma l ad ie .
Le régime de l 'assurance-m a l a d ie es t fi nan cé par des su bve ntio ns du Gouvernenient et par l es cotisa tion s i mposées non pas a u salarié e n sa qualité d 'assu ré soc ia l ma i s au x emp loyeu rs e n gé néral . Les coti sati o n s sont prél evées con fo r mém ent aux d i s pos iti o n s l é g a l es r égi ssa nt l e fi nan ce m e nt no n seu l ement d u rég ime d e l 'ass ura n ce-mal adie ma is auss i de to ute une gam me d 'autres services socia ux , pa r e x em ple les retraites d e base e t l 'aide à l 'enfa nce . Le calcul et l'encaissement des cotisati o ns so nt l e fait d u fisc qui procède e sse nt iellem e nt d a ns les m ê m es cad res juridiqu es que ce u x rég i ssa nt le prélèvem e nt des impôts . Les a u to rités pu b liques chargées d e l' appl ica t ion du rég ime d e I "ass urance- maladi e ne s'occ up e nt pa s du fi nan ce ment de ce régim e . Un dé fa ut de paie m ent des cotisations n'affecte pas les d roits d es bén éficiai res des prestatio ns da n s le c a d re du rég im e .
153
GRIEFS (Extrai q
Le requérant se plaint de ce que son dossier a été traité p a r l es t r ibu nau x d e la séc urité sociale de manière cont rai re à l 'artic l e 6 de l a Convention . N ot amment , la procé d u re n'a pas ét é publique e t l es tr ibu naux n 'on t p as été im part iau x . Par a i ll eurs, son af faire n 'x pas été tranchée da n s u n AElai ra i so nnabl e, Le req uéra nt i nvoque également l 'article 1 3 de la Convention .
EN DROIT (Extrait )
3 . S'agissant des griefs de p rocé du re, le requérant souti e nt q u e son affaire n'a p as ét é tra it ée par l es tri buna u x de l a sécu rité sociale d ' un e man ière satisfaisant aux cond itio n s de l 'artic l e 6 de l a Co n ve n tio n . Il invoque éga l eme nt l 'art i c le 13 de l a Convention . L 'art icle 6 p a r . I , p remiè r e ph rase, se lit a i ns i : «To ute per sonne a dr oit à ce qu e sa cause soit enten du e é quil ableme nt , p ubl iq ue mz n t et da n s un dé l ai raiso nnable, p a r un t r ibun al i n dépe nda n t e t impan i al , établi par l a loi, qu i d écidera, soie des rontestarin ns w r ses droit s et obligatio ns de carac tère civil, soit d u bien-fondé de toute accusation e n m a tière pénale d i r i gée co ntre elle . » Il fa ut déterm i ne r en pr em ier l ieu s i l 'ar [icle 6 par . 1 s'ap pliq u e à la procédur e e n cau se .
L 'art ic l e 6 p a r . 1 n e sera it applicable à la p rocé du re deva nt l es tribu nau x de l a séc ur ité sociale q ue si ladite p rocéd u r e était décis i ve po u r u ne uco nt esta ti on » portant sur un « d roit de carac t ère civil » du requérant . La q ues t ion à t r ancher es t donc celle de savo ir si le l itige portant s u r l e mo ntant d u reve n u o uvran t dr oit aux allocations (SGI) e n cas d e m a lad i e concernait l es droits de ca ractè r e civil du req u éra nt . u est de jur isp mde nce consta nt e que l a noti o n de « d roit s d e carac tè re civ i ln ne peu t être in te rprétée se ul eme nt par référ e n ce au d roit in tern e de l '8 t a t concerné . E n outre, l'article 6 ne couvre pas seulement l es contestations de d ro i t p rivé au se n s classique, c'est -à- d ire entre des p artic ulier s, ou e nt re un particulier et l'Etat, d an s la mes u re où ce de rni e r a ag i co m me pe rson n e p r ivée, soumi se au d roi t privé . Pe u importe nt d ès lors la nature d e l a l oi s uiva nt laqu elle la contestation doit être tra nch ée et celle de l 'auto rité compétente e n l a ma tière . Seu l compte l e caractère d u droit qu i se t ro u ve en ca u se (vo i r Cour E u r . D . H ., arrê t Kénig du 28 j uin 1978, série A n " 27, pp . 29-30, par . 88-90) . 1 54
Dans l'affaire Fe ld b ru gge (Cou r Eu r . D . H ., arrêt Fe ldb r ugge du 29 m ai 1 986 . sé rie A n " 99) et d an s l ' affa i r e D e ul e ma nd (Co u r Eur . D . H ., arrêt De ume l a nd du 29 ma i 1 986, série A n ° 100), la Cou r européenne d es D roi t s de l ' H omme a e x aminé l ' appli cab i l it é de l 'a n icle 6 d e l a Convention à ce nain s li t i ges du d om a in e de la séc ur ité soci ale, e t p l u s part ic ul ièrem ent l e rég ime d e l 'ass ura n c e - ma ladi e au x Pays-B as (arrêt Fe ldbrug ge ) e t ce lui des acc id ent s du tr ava i l e n R é publique F édé r ale d'A ll zmag n e (affa i re De um el an d) . Da n s ces affa i res, la C o ur a élab oré certa in s p r in c ipes d'i nter prétati o n d e l 'artic le 6 qu a nt au po in t de savo ir s i u n l itige re l ati f au x prestations d e séc u rit é soci a le peut passer po ur re l eva nt de la no tion de «d r o it de caractère c i vi l » . Essentiellement en pratiqu ant l'examen des pa rt ic ula ri tcs du dr o it i nvo qu é p a r l e req u érant au rega rd du dro it interne, l a Co ur a identifié d ' une part certa in s aspects de d r oit pub l ic et de l 'au tre certai n s a sp ec ts d e dr oit privé . Elle les a analysées et a est im é que les éléme nts de droit pri vé étant prédo m i n a nt s, l'article 6 était appl icab le (vo ir arrêt Feldbrugge, loc . cit ., pp . 1 2-16, par . 28-40 et arrêt D e umel and , l oc . cit ., p p . 22-26, p a r . 62-7 4) . D a ns l'une e t l'autre affaires, la Cou r a dég a gé les aspects de dr oit publ ic s u iva nt s : 1) l e c aractère de la législation, 2) l e caractè re obl i gatoi re de l ' assurance, et 3) la pr i se en ch arge d e l a protection sociale p ar l a pui ss ance publique . Qua nt aux as pects de d roit p rivé, la C our a dég a gé : 1 ) la nature pe r so nn e ll e e t p atrimon i ale d u d ro it e n q ues tion , 2) le rau ac h e m ent au contrat de travail et 3) les affi nit és avec une ass u ra nce d e dro it rommun . En l 'es pèce . l a Co mmi ssi on r a ppe ll e qu e l e litige concernait l a question du ni veau d e reve nus du requérant ou v rant droi t a u x all oc a t i on s e n cas de mal adi e . L es règles régissant le dro it aux a lloca ti on s-ma l a di e en Suède fi g u re nt dans la lo i s ur Ia séc uri t é boc iu le et so n t l' un e des composa ntes du rég ime g lo ba l de s c c urif é socia l e comprenant notam me n t un régi m e de re t ra it e de base et un régime dc retraite compl émc nta ire .
To u t c itoye n s uédo i s et to u te p e rsonne dom ici li ée en S uède so nt assurés e n ve nu de cette lo i . To u t ass uré do it être i mm atr i cu lé auprès d'u ne caisse d e sécurité soc i ale à pa rt i r de l'âge d e seize an s s'i l r éside en Su ède . En application d u titr e 3, article I de la l oi tell e qu'elle était appli cab l e à l 'époq u e des faits, t out assuré ai nsi immatriculé a droit à des allocatio ns- m aladie à cond it i o n qu e so n reven u soit a u moi ns de 6 .000 SEK o u qu'il soit ma r ié et hab ite en per ma n ence avec son conjoi nt , qu'il hab ite e n p e rmanence avec un en fant d e moi ns de seize ans q u i soi t l e sien, ce l ui de son conjoint o u d e qu e lqu ' un avec qu i il a ét é m arié o u dont i l a un e nfan t . Le montan t du r eve nu o u v r ant droit a u x allocation s-mala d ie es t calculé essentiellement s u r la b ase d u reve nu a nnu e l de l'ass u ré . Po u r l es ass u rés qui n'atteignent pas ce revenu mi nimu m, l es p restat io ns sont fixées à u n certa i n m on ta n t par jour . Les coûts du r égi me d 'assu rance- maladie sont finan cés par subventions du Gouvernement et cotis ati on s payées par les em pl oye ur s et l es travailleurs ind é p en dani s . Les cotisations prélevées chez les e m ployeu r s son t esse n t i elle m e nt fonction du mont a n t tota l des salaires an nue l s ve r sés pa r l 'z mpl oyzu r . Le calc ul e t l 'e n ca i sseme n t
155
des cotisations so nt gé rés p ar les serv ices fisca u x . Le fait po ur un em pl oyz ur de ne pas s'acquitter de ses cotisations n'influence pas le dro it de l 'e mpl oyc au x p res ta t io ns- m al ad ie . Les décisions quant au montant d u revenu ou v rant droit a ux presta i ions-mala d ie sont le fait des ca i sses de séc ur ité social e e t sont susceptibles d e reco urs devani les tr ibun a u x des assurances soc i ales et, en dernier resso n , devant la C ou r suprême d es ass ur a n ces .
Apr ès exame n des faits d e la ca use su r la base d es princ ipes én o n cés da ns les a ffaires Feldb rugge et Deu meland , la Commi ssion con s tat e que l es as pects d e d ro it public prédominent au p oint de re nd re l'art i cle 6 p a r . 1 de l a Convention i n a pp l i cable a u litige n é ent r e l e requérant et la ca i sse de sécu rit é social e . La Com mi ssio n relève no t amment les asp ects suivants . Le rég ime de l'assurance-maladie e n Suè de est rég i p a r le d roit public et gér é par les po u vo irs publi cs . Il ne se fond e pas su r un e a ffi l iatio n fac u l tati ve ou obligato i re à l'ass u rance, m a i s s u r l 'a ffiliati o n automatique . Il est financé p a r des subventions du Gouver n e ment et par les co t isatio ns versées par l es employe u rs . H ormi s l es trava il leurs indé pe n da nts, l es assurés ne contribuent p as au fina n ceme nt d u régime . Cenes . le droit e n cau se ici est p ersonnel, p atrimo ni al, individuel ei essentiel po u r le requérant . Il est vra i égalem e nt q u e l e d roit a u x p restatio n s- m aladie est d ' un c certai ne faç(i n lié à l'z m ploi d u re qu é rant pu isq ue le m on ta nt d e ses a l locatio n s est ca l cu lé s u r son sal a ire m ais le r app on est plu s lo int a in qu e d ans l'a(faire Feldbr ugge . Toutefois, l es allocations-maladie prévues par la l oi s u édoise de sécurité soc i ale n'o m p as, avec un e a ssu rance de d roit co m mu n , les affi n i tés qui étaient te l lement impo r ta ntes dans l'affaire Feldbru gge (c f. arrêt Feldmgee . loc cit . . pp . I 5-16, par . 39), m ë me s i l 'empl oyeu r contribu e a u fin a nceme n t du sysième . En b ref, la Comm i ssio n esti me q u'hormis le fait q ue le d roi t en q uestio n était de nature personne ll e, patrimon i ale et essentiell e pour le requérant, rares so n t les aspec ts d u rég i me s u édois d e l'assurance-maladie institué pa r la loi de sécurité soc i ale qui ma rque nt le caractère de d roit privé du droit contesté . En revanc h e, les aspects de d r o it pu bl ic pré dominent . La Com mi ssion estime dès lo rs q u e le droit contesté n'avait p as u n « carac tèr e civ i l » a u se n s d e l'a rtic l e 6 par . I de la Convent io n . E n conséquence, la Commiss ion co ncl u t q u e l'article 6 n 'est pas a pp l ica ble à la procé d u re devant les tribunau x de la sécu rité social e et q u e l a requête est, au sens de l'art i c l e 27 par .2 de la Co n vent i o n , i ncom p atible ra t io ne ma i er i ae avec les dispositions d e la Convention .
156

Origine de la décision

Formation : Commission
Date de la décision : 08/03/1988

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.