Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ KARNI c. SUEDE

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 11540/85
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1988-03-08;11540.85 ?

Analyses :

(Art. 11-2) PROTECTION DES DROITS ET LIBERTES D'AUTRUI, (Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 3) PEINE INHUMAINE, (Art. 35-1) EPUISEMENT DES VOIES DE RECOURS INTERNES, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-3-d) INTERROGATION DES TEMOINS, (Art. 8-1) RESPECT DE LA VIE FAMILIALE, (Art. 8-2) NECESSAIRE DANS UNE SOCIETE DEMOCRATIQUE, (Art. 8-2) PREVUE PAR LA LOI, (Art. 8-2) PROTECTION DE LA MORALE, (Art. 8-2) PROTECTION DE LA SANTE


Parties :

Demandeurs : KARNI
Défendeurs : SUEDE

Texte :

A s rega rds the p roport ionality, the Co m mission r eca lls t h at the o ri gi n al affil i at io n o f t h e appl i c ant w as l i mi led in tim e, a nd und e r the a ppli cable law there wa s no g u arantee o f a prolo ng ati o n of the a ffi l iatio n aft e r 198 4 . Eve n i f the a pplica nt w as not actuall y informed o f th e situatio n , h e co uld have b een so i f he had t ake n appropr iate advice before sett i n g up hi s practice . Th e C om mi ssio n co n s i ders tha t, in these circu msta n ces, and h avi ng rega r d to the wide ma rgin of a ppr eciation e njoyed by S tat es in t hi s rega rd , th e non-affiliation of t he applicant und er th e ne w legis i ati on was n ot di spro port i o nale to the a i m s purs u ed . Accor ding ly, any i nt erfere n ce, b y the no n-affilia t ion , w it h the a ppl i ca nt's ri ght to the p eace ful enjoyment of hi s possess i o n s was j ustified under the lerms of th e second pa rag r a ph of A rti c l e 1 of Protoco l N o . 1 . I t follows Ihut , i n t his res pect , the app l ication is man ifest l y i ll-fo und ed wi th i n th e mea ni ng of Articl e 2 7 p ara . 2 of th e Con ventio n .
(TRA D UCT ION) EN FAIT Les fa it s de l a cause, tels q u 'ils o nt été exposés par l es parties, p euve nt se rés u mer comme suit . Le req u éran t . qu i est ci t oyen s uéd ois, est né e n 1 9 1 7 e t hab it e à Trelleborg . u es t docteu r e n médec ine. Les cirroii st an ce .r pa rticu lières de l 'espèce E n 1982, le requérant a qu itté l a Sui sse po u r s'ét a blir en Suède . Après avo ir pris sa r etraite e n jan vier 1983, i l a d éci dé d 'o uvrir un cab i net m é dica l à Trelleb o r g et d 'exercer e n cons ultat i o n privée, sa p e n sio n ne l u i assu rant pas un r evenu suffisant . Le 2 1 août 1984, le requérant a dem a nd é son a f fi l ia ti o n au sys tè me de séc urit é soc i ale . Il ressort de la re qu é te qu ' i l a in t rodu i te q ue le requé rant se pro posa it s' ex e rcer l a m édeci ne à Tre l le bo rg . Le pro pr iéta ire de ce cabinet étai t Lïka r gmppen AB Ckliniken . Le requérant n'entendait pas travailler à plein temps mais seulement 30 heures pa r semai ne . Par lett re datée du 17 sep t emb re 1 9 84 , l a caisse d 'assu ra n c e 1 67
publ i que de Malmôhus ( M a lm& hu s allmà nna fôrsàkringskassa) a i nfo rm é le requérant de so n in sc r iption , po ur la p é r iode du 28 août au 3 1 déce mbre 1 9 84 , sur la l is te des médec in s e x erçant en consultation pri vée dan s le ressort de l a cai sse e t affili és au syst è me de séc u r ité sociale . L a ca i sse a e n ou tre in formé l e requ éra nt des ta rifs qu 'i l était autorisé à appliq ue r à ses patie n ts . L e requéran t affi rm e q u'a près avo ir été a ffi l ié au syst è me d e séc urité sociale, i l a ouver t u n cab inet médi cal à Tre ll eborg . [I a sig né un bail po ur l es locaux da n s lesquel s il e nte nd a it e xer ce r la méd ecice et l es a é qu ipés d ' un électrocardiographe ainsi d'a utres appa rei ls s pécia ux . A u total, il a i nvesti qu e lqu e 90 .0 00 S E K . P a r lettr e dat ée du 15 onobre 1 98 4 , la ca isse d'assurances sociales a fa it p a rv en ir au req u éra nt u n av i s p réal able concernant so n a ffiliatio n au systè me d e séc u rité soc i a l e à partir du I °° ja n v i er 1 985 . Cet av i s é tait li bellé com m e s u i t : - Vu qu 'u ne régleme n tation n o u ve l le concernant l'affi liatiun a u régime de séc u r ité sociale entrero nt en vigueur le 1 °Ijanvier 1 985, l a caisse d'assu rance p u bl i qu e vou s in tor me de ce qu i s uit . L a cai sse d 'assu ra n ce pu b liqu e a établi, après enquête, q ue vou s ne re mplissez pas les conditions r equ ises p ou r une reconduction de votre affiliation au régime de rémunération d es soin s médicaux da n s Ie cadre d u système de sécurité sociale . E n conséquence, la ca i sse en te nd vous r a yer de sa l ist e à la fin de 1 98 4 . La notification ci jo i nte de l a n o u ve lle règ l ementatio n indiq ue n otamment les co n d i[i on s d'inscription sur la l i ste de la ex i sse d'assu ran ce publique à partir de l'année proc hai ne, ai n si que les possib ilités d e dé rogatio n . Si, au vu ce qui précè d e, vo u s en ten dez de man der un e dérogation o u , d' un e autre man iè re, si vou s souh aitez fai re des o bjection s con ce rn a m l 'av i s de l a caisse d'assu ra nce p ub lique, vous vo ud rez b ien l e lu i faire savoir im médiatemcnt et da ns un délai de 15 jo urs a u plus t a rd . La de m a nd e d ev ra êt re adressée à la cai sse d' ass ur a nce publique acco mpagnée des doc umznts à ! 'ap pu i . Vo u s serez infonn é ultérieurement de la d éc i sio n s ur la questio n de Pa ffi l iation .» L e 26 oc t o bre 1 984 , le requérant a t é l ép h o n é à l a caisse d'assura n ce pub liqu e p ou r l u i s i g n a l e r qu ' il avait effectué des i meq i sseme n ts à l 'auto mn e et qu ' i l soum e t t r ait des d ocum ents jus t ificatifs . Pa r lettre d a tée du 2 7 novem bre 1 98 4 , adressée à l a caisse d'assu ran ce p ubl ique, le requérant a so l licité l'autorisation de continuer apr ès le 11° janvier 1985 à exerce r l a méd ecin e e n qu alité de m édecin affi l ié au sys tème d' ass ur a nce social e . Se référant à d es e nt retien s et à un éc h a n ge de co rres po nda nce qu 'i l avail e u s avec l e co n sei l gé né r al d u dép arte m e nt de Malmôhus ( Mal m ôhu s lâns l and stin g), le requérant joignit à sa d ema nd e co pi e de la let tre ad r essée, ce même 2 7 novem bre 1984 , au conseil gé né r a l . 1 68
D a ns sa lettre nu co nse i l géné ra l , le r e qu é rant a sol li c ité l a recon du cti on d e son affi liation au système d'ass ur a nce soc i ale, après le I °' jun v ie r 198 5 . To ut en se r é fér a nt à u ne conversation qu i s'était déro ulée l ors de son en trev ue avec le co n se il gén éral le 22 oc tob re 19 8 4 , l e requ éra nt a préci sé qu'il ava it séj o u rné à l 'étran ger et i n'avait ap pr is qu 'à la f n d'oc t ob re 1984 que la r égle m e n tation en ma ti è re d 'affi liai tion sera it modifi ée avec effet au 1 ° 'j amier 1 9 85 et qu'on l'ava it autorisé à s'aff l ie r san s l'avoir au p réal able a v i sé de cette m odificat ion immincnte . Il a fait val o i r qu'à l a fi n d'octobre i l av a it déjà pr is, pour l'esse n t i e l , toutes l es dispositions nécessa i res e n v ue de l'ouverture de so n cab i n et : i l ava i t in vesti d es so m mes très importantes et, no t a mme n t, signé un ba i l d ' un a n po ur les loca ux e t ac h et é des appareils et du mobi l ie r coûteu x . Il a ajo ut é q u e l'exercice de la médz ci ne était un e nécessité v itale po ur l ui . Il n 'ava it pas l e choix étant do nné qu'il n'avait d ro it à aucune pen s i o n qu elle qu'elle so it . A pr ès avoi r comm u ni yu é au req u é rant l 'av i s préa la ble du 15 octobre 19 8 4 , l a caisse d 'ass u rance p u bl iqu e ne s'est p ro no ncée ni au sujet de son affiliation n i au s ujet de sa demande du 27 n ove m bre 19 84 . Il n 'y a pa s d'expl i ca ti on à ce si l e n ce . L a ca i sse n'a pas pr is no n pl us d 'autres mes u res concernant l'affi l i ation d u requérant . L' u dmin i st ra ti on n a t ion al e de l a S écu rité soci ale (r ik s2'ô rs3 A r i ngsverk eQ n 'a é [ é sa i sie d 'a uc u ne requête relative à l'affiliation du requérant, ni pa r le re qu é ra nt luimême ni p a r la caisse d'ass u rance . Sel o n des doc uments comptab l es de l a ca i sse d'ass u ra nce publique, l e r equ érant a to uch é une r é munérat i o n au titre d e 24 consultations dur a nt l'exercice compta bl e de novembre 1984 et de 11 co ns u ltations durant l'exerc i ce comp t able d e décemb re 1 984 . A u to ta l , la rémun érot ion versée s'est élevée à u n peu moi ns de 9 .000 SE K .
P ar lettre datée du 20 déce mbre 1 984 , le requé ra nt a c té in form é par le con sei l général de ce qui suit : .. V otre requête sera examinée conjointement avec l es a u tres d emandes d'ouverture d e ca b i net s e t de po u rsuit e de l'exercice, p e nda nt l e temp s l ibre, de l a p rofess io n médicale en co ns ultati o n p rivée par des médecins qui ne remplissent pas les co nd itio ns d e b ase requises p ou r continu e r à être affiliés à la caisse d 'assurance pu blique . Il s'ag it do nc d 'éva luer d ' une m a nière gén érale le besoi n de so in s mé d icaux pri vés, l es resso urces m é di cales d isp on ibles dan s l e secteu r pr ivé et le secte u r publ ic . respectivement, a in s i que les conséquences fi n a n c i ères po ur l e co nse i l gé n é ral . Co mp te te nu d u fa it que le déla i fixé po ur la p résent xt i on d es de ma ndes d e po u rs uite, pendant l e tem p s l ibr e, de l 'e xercice de l a pro fess io n méd i ca l e e n con sul tation pri vée exp i re le 31 décembr e 19 8 9 , votre d e mand e n e pourra être exami née qu 'a u dé b u t de 19 85 . Co nfor méme nt aux d irectives du comité admi ni stratif , toutes les d emandes devront avoir ét é examin ées avant l e 3 1 mars 19 85 . 1 69
E n attendant q u 'il so it statué su r votre dzma nd e, vo u s avez la faculté de continuer d'exe r ce r la pro fessio n de médecin a pr ès l e 1 °' ja nvie r 1985 , aux co nd itions sui va n tes . Un e r émunérati o n vou s se r a ve rsée sel o n des prin c ipes i nc h angés pour un nomb re maxim um de 200 con s ultatio n s pa r mois . Etant do nné q ue cette rémunération vo us se r a versée pa r le co nse il gén é ral , e ll e dev ra être com pt a bili sée sur u n formulaire s péc i a l qui vous se ra ad ressé p roeh ainemen t . L 'autorisatio n susmentionnée n 'entra ïne auc un e pr ise d e posi tion q ua n t à l a pours u ite de l 'exer cice d e vot r e p rofess ion a pr ès le 31 mars 1985 . Si votre demande es t rejetée, aucu n délai s upplémentai re ne vous se ra accordé . » Par l ettre da tée du 2 5 janvier 19 8 5 , l e requ é r a nt a informé le conseil gé n é ral qu'e n faisant d r oi t à sa dema nde d 'affi l i a ti o n au sys t ème de sécur ité soc ia l e, on avait omis de lui s i g naler que la réglementation serai t ultérieurement modifiée . D a en out re informé l e co n sei l d es investissements effectués . Par le tt re d a tée d u 14 févr i er 1985, le requérant a été informé qu e le 13 févr i e r 1985 la déléga t io n sanita ire et sociale d u co nse i l gén éral ava it rejeté sa r equ ê te p ar l aquelle il demanda it d'être conventionné . Le req uér a nt a im médi a t em e nt ferm é so n cabi net . l.e 17 févr i er 1985, l e req ué ra n t a sollicité du conseil gé né ral un e pa ni c i patio n au x fr ais de fermeture d e so n cab i net mcdica l . Le 5 ma r s 1985, l e consei l géné r al a rejeté cette demande . 4!qi s lnti on applicable à la requêr e En Suède, les soins médicaux sont essentiellement dispensés dans le secteur public . En 1985, 18 .500 médecins sur 21 .000 étaient employés dans des hôpitaux et autres établissement médicaux du secteur public . 1 .000 autres étaient au service de la médecine du travail . On estime que sur le nombre restant, un millier environ exercent la médecine en clientèle privée . Des prestat ion s de soi n s médica ux so nt versées par l e système d'assurance socia l e qu i a ll oue a u ss i , par exemple, l es pe n sions et les alloca tions pou r enfants . Le système perm e t aux éco no mi q u eme nt fa i b les do nt l'éta t nécessite des so in s mé dica ux importants de profiter des se r vices médico-sanitaires d a n s les më m es co nditions que l es au tres person n es . Ce régime a été i n sia u r é par la loi de 1962 rela ti ve à la sécurité sociale (lagen om a llm ën fbrstikrin g) . Lad i te loi s'applique aux ci toyen s s uéd ois a ins i qu'aux rési de n ts q ui ne sont pas des nationau x . Le syst è me es t géré par l es caisses d'assurances publiques et t'admini sire i io n na t io nale de l a S écurité sociale . Conformément au chapitre 2 de la loi, les caisses rég i on a l es d'ass ur ances publiques versent d es in demnités pour frais médicaux, qui cnmpren nen[ l a rémuncration des soins médicaux no n hospitalier s 1 70
(l ï k arvârd i (ippen vard ) . Cette rémunération est versée lors qu e les soins so nt di sp ensés par l 'Et a t, un co n se i l gé né ral ou un serv i ce muni cip al n e fais ant pa s p art ie d' un co nse il gén é r a l (soi n s méd i ca ux publ ics) ou pa r un m éd ecin affil i é a u système d'ass ura nce soc i ale ( aut res so ins m é d ic au x) . La plupart d es médeci n s qu i e x ercent en c l ie n tèle privée so nt a ffi l iés à ce systè me . Confo rm é me nt à la l oi, l a ré muné ration est versée po ur des motifs stipulés p a r l'Eta t . L e 1 1, ja n vie r 1985, une réglement ation nouvelle est entrée e n vigueur e n ce qu i co ncerne l es p restations d'assurance m a l adi e p ou r so in s non hos p italiers e t l 'affi l ia tion a u régi m e d 'ass ur ance malad ie des médeci n s exerça n t en cl i e ntè le pr ivée . A va nt l e l°, janvier 1 98 5, ch aqu e co ns ul tati o n était payée . Cette dis posi tion s'app l iqu a it aussi b ie n aux so in s publics qu'aux aut res soins . Le pa tie nt acquittait à ti tre d' honora i res u ne so mm e maxi male fi x e et le médecin affilié au sys tème d 'assu rance soc i ale recevait d ir ec tem ent de la caisse d 'ass ura n ce publ iqu e un e somme convenue pour chaque consultation . Lorsque l e médecin était sala rié d ' un service m édi cal pu bl i c et avait, pa r e x emp le, pour emp loyeur un conseil gé n éral , ce derni e r to u cha i t la somme corres po ndante . La réforme a e nt raîn é l 'applicati o n de règ l es nouvelles de ré mun é ration avec effet du 1 °'ja nvier 1 985 . Afi n de ré du ir e les dép en ses d'ass u rance malad ie, d'offrir à toutes les régio n s d u pays des possib il ités égales e n mat iè r e de so in s e t de te n i r compte d u fait que le di recteu r d e l 'ass i stan ce médicale (sjuk vârds hu v udma nnen) es t c h a r gé de l a pl a n ifi catio n d es soi n s m édic aux dan s so n secte u r, l e type an tér i eu r d e rémun éra t io n , qui était fonction du n ombre de co ns ultatio ns, a été re mpl acé p ar un type de ré mun c ra [i on p lu s forfaitaire . Dans l e cad re du nouveau système, le mon ta nt de l a rém un éra ti o n est fonction du nombre d 'hab itant s qu e com pte l e secteur don t l e directeu r de l'assistance mé di cale es t respon sable et elle couvre tous les so in s méd icau x, qu 'i l s soie nt dis pen sés p a r des m éd eci n s e m ployés p ar les directeurs d e l'assista nce médi ca l e o u par d 'a ut res m édec in s . La rémunératio n est versée au di recte ur de l'assistance m édicale après déd uct ion de la somme allo u ée au titre de c h aque cu ns u l[ a ti o n aux méd eci n s exerçant en c l ie ntèle pr i vée et affi l iés au sys tème d'assurance sociale . A u x fin s d'u ne pl an ifica( i o n commune d es so i ns médicaux, et compte ten u du fa i t qu'au l it re des soi n s méd icau x pr ivés, un e d édu ct i o n était o p érée s u r la r ém un ération versée au x directeurs d e l'assistance médicale, on a mod i fié c im uhan é me n t l es règ l es qui régissaient Pxt lï l i a tion des m édeci n s l ibéra u x . Ava nt l e I ° j a n v i er 1 985, t o u t médeci n pouvait, su r sa de m a n de, ê tre affilié au système d'ass urance social e . La caisse d'assu ra n ce publ iq u e inscrivait l e médecin s u r u ne l iste te nue pa r l es caisses à cet effet . D epu i s l e 1` ja nvie r 1 985, l es médecins qu i exercent en clie ntèle pr ivée n e peu ve n t e n pri nci pe ët re affi li és a u systè me qu e s ur recom m a ndation du directeur de l'ass i stx nce m édicale (ce tt e reco m mand ation n'est pas nécessaire dans les rég i o n s où les médecins so nt très peu nn m bre u x) . 171
Cependant to ut méd ec in exerçant en cli e n tè l e pr ivée, et dé j à af6lié au système l ors de l'entrée e n v i gu e ur de l a nouvelle réglementation, le I °' janvier 1 985, a été autorisé à res t e r affil ié san s qu 'i l soit nécessa i re q ue les se rv ices d 'assistan ce médical e formul e nt une recommandation en ce sens, à co ndi ti on qu e sa clientèle a it été d 'un e ce n a in e importan ce . La réforme a é té proposée par l e Gower n eme nt dan s un p roje t de lo i so u mis au Parlement e n avril 1984 (pr ojet de loi n° 1 983I84 : 1 90) . El l e devait nota m ment pe rme ttre aux p e rso nn es qui v i vaie nt da n s des rég i on s à fa i ble de nsité de population - par exempl e, de vastes régio ns da n s l a p art i e se ptent r iona l e d e l a Su è de - de mieux accéder a u x so in s médicau x . Le Go u ve rne me nt voyait dan s cette réforme l a r éalisat i o n d es obj ect i fs exposés da n s la loi d e 1 982 rela ti ve aux services m é d ica u x et san itaires ( h àl so-och sj u k vâ rJ slagen), e n venu d e l aq uell e le bu t d e l a protection méd ico-san itaire était d'assu rer à l a population t o ut e nt ière des so in s mé di ca ux et sa nitai res a ppro pr iés, da n s l es mêmes conditions . Les rég i o ns à fa ible de nsité de popul at ion m a nquaie n t cruellement d e médeci n s aussi b ien da n s le secteur pub lic que dans l e secteur p rivé . Dans les régions urb ai nes, la situation était inverse . Afi n de perm ettre à la population du secttu r dont le directeur d e l'assistance médica l e ét a it resp onsa bl e d'accé d er à des soi n s méd i cau x et sa nita i res app ropri és, co nformé m e nt à l a l oi r e l at i ve aux services méd i ca u x e t san ita ir es, i l fallait faire e n sorte qu e les di recteurs de l 'ass i sta nce médicale so ie n t à même d 'évalu e r l'éventail d es so in s fou rni s . A ussi a-t-il été j ugé nécessa i re de coo rdon ner éga lem ent, e n ce qui concerne l a p lanificatio n , l es act iv ités des méd eci n s exerçant à titre pri vé affili és a u système d'assu ra n ce sociale avec ce ll es desd its di recteurs . Ce ux -ci j ouent donc désorm ais un rôle dcic rmi n ant l orsq u 'i l s'agit de décide r si des médec in s exerça n t e n clientèle p r ivée peuvent s'affi lie r au syst ème d'assu rance sociale . Le P arlement a ad o pté l e projet de l o i le 5 j ui n 1984 . La réfor me envisagée a suscité un déba t gén é ral dan s les jo urnau x et au tres moye ns d'i nformxt io n . En adop ta n t l e d it proj e t d e loi, l e Parleme n[ a autor i sé le Go uvememe nt à réglem enter les bases de rémun é rat io n du tra i t eme n t médica l et a u ss i à don ner d es directives qua nt à la mes u re d an s laquelle des m édec in s exerçant e n clientèle privée devaient être i nscr it s s ur les li s tes te nues par les caisses d 'assu ran ces publiques et, pa n x nt , affi l iés au système d'assura n ce . Les nouvelles di spos i t i o n s sont e n trées en vig ueu r le 1 °, janvie r 198 5 . Le réglme de rém un é ratio n des di recteurs d e l'assistance m Fd i ca le, étab li par l e Go u ver neme nt , es t expo xé da n s l'ordonnance de 19 84 qui r égit l a rémunératio n de ces fonctionnaires pa r l ' a ssu rance publiq u e en v er t u de la loi s ur l a sécu r ité sociale . Dans le Tarif des soin s méd i ca u x d e 1974, (I â karv$rd sta x an ; ci-après dénommé «le Tar if»), tel qu'il a été mo di fié, le Gouve rn e me nt a dé fini l e régime de rém un é rat i o n des méd ec in s e x e rçant en clieo[ è le privée par l e système national de séemité soci ale. Le T arif e xpose l es con dition s dans l esquelles ces médecins pe u ve nt adhé r e r au sys tè me de sécurité sociale e n se fais ant insc r ire su r l a l i ste de la caisse d 'ass uran ce pub liqu e, ce q ui leu r p e rmet d'être rémun é rés pa r Passu rance . 1 72
Le Tar if indique en o utre les ho n o r a ir es max imum s yu ' un méd ecin p e ut e x iger po u r un tr aiteme nt ou u n e con s ul tation . Sur ces honorai res, l e médec in to uc he d irecceme nt d u p a tie n t une somme fixe (en 1 985, la quote-part d u pa tien t s'élevait à 5 5 S E K ) . La p a rtie r esta nte des hono rai res est ve rsée au méd ec in pa r la caisse d'ass u rance publ iq ue . Cette rémunératio n lui est versée p our c haq u e con sultation, même d e pui s l a réforme .
La no u ve ll e réglementation ta r ifaire, iss u e de la décision parle m e nt a ir e du 5 j u i n 1984 , a été p ro m u l gu ée l e 1 6 oc tob re 1 984 (o rdonnance No 1984 :767) . D e pu is le 1 °1 ja n vie r 1 985, un m édec in exerçant e n c l ie nt èle pr ivée n e p e ut donc adh ére r au sys tè me d'ass ura n ce soc i ale qu e s'i l es t recom mandé par l e directeur de l'assistance m é di cale . Cett e co ndit ion n e s' applique to ut efois pas à une p e r so nn e q u i reprend le cab in et méd ical d ' un mé dec in déj à affi l ié . Ell e ne s'appl ique pas no n plu s aux person nes qu i ouvrent de no uveau x cabinets dan s certa in es régio n s de la Suèd e aya nt to u t par ticulièrement besoin d e m édec ins (art icle 3 du Tarit) . So nt concernées, les vas tes régio ns à fa ib l e d e n sité de p opulati on , s itu ées p o ur l 'esse ntie l d an s l a p art i e se plentrio na l e de la S u ède . L'ordonnance contenait cert aine s di sp osit io ns provisoires a ppl ica bles a ux médeci n s qu i ét a i ent a fti liés au système n ati on al d 'ass ur a nce à la d at e à laquelle la nou ve ll e r églemen tatio n es t ent rée e n vigueur . Ces dixposi ti on s proviso i res, qui correspo nde nt à celles qu i ava i en t é t é recomma ndées da n s l e p rojet de loi (p . 32-33) et appro uvées p a r le P a rl emen t, étaie nt li bellées comme suiu a L es prése ntes d i spos i i i ons entreront en v i g u eur l e 1°' j anv ier 1 98 5
I . Tout médeci n q u i fi g u ra it s u r l a li st e tenu e par l a ca i sse d 'ass urance publi qu e à la fi n de 1 984 e n se ra r ayé avec effet d u I °',j anvie r 1 98 5 s'i l ne remp l it p a s les conditions re qui ses p ou r conti nu er à y fig u rer . 2 . To ut m é dec i n qui fig ur a it su r l adite l is te à l a fi n de 1984 , et q u i n'est pa s em p loyé à pl ei n te mps pa r le di rect eur de l'assistance méd i ca le, peut continuer à fig u rer s ur la li st e san s qu 'i l soit nécessai re que l edi t directeur fo rmul e une recommandation en ce sens, à condition d'exercer da n s l e même l i eu et d 'avoir , au cou rs de la période de juillet 1983 à ma rs 1 984, exercé d an s une mes ure tell e que la ca isse d'ass u rance publiqu e lui a ura versé un e rémunération corres po ndant à a u mo in s d e u x mo i s d'ac t iv ité à pl ei n temp s . A s upposer qu e durant cette p é riode le m é deci n ai l été e mpêch é par l a ma l a di e d 'e xer cer d a ns l a m es u re requi se, cet te co n dit i on se ra e n luut é t a t de ca u se considérée co mm e a y ant é té remplie . La mémz d is posi ti o n s'appl iquz si le médeci n n 'a pa s e xercé p ou r qu e lque autre m o t i f ad mi s par l'administration natio nale de l a séc ur ité soc iale . Tout méd ec in qui a o u vert so n cab inet trop tard p ou r avoir pu exe r cer d a ns une mes ure suffi sante durant la péri od e pr ise e n co ns id é ratio n au paragraphe 1 mais q u i a, avan t avri l 198 4 , effectué d es investissements importants ou pr is d 'au tre s 1 73
mesu res à long terme con cernant ce ca bi n et p e ut , après enq uët e s péc i a l e de l'administration national e d e la sécurité soc i ale, être aut o r isé à d eme u rer s ur la liste. Au cas où un médecin au rait repris en 1 984 un cabinet existant d' u n médecin qui figura it d éjà su r l a lis t e de la caisse d'ass u ran ce pu bl iqu e, i l p e ut invoquer l es ac t iv ités du pro p rié t aire a ntér i eu r en vue de satisfai re aux co n ditions requises . 3 . Les mé d ec i ns v i sés au paragraphe 2, qui n e sont pas e mpl oyés à plei n temps par un d irec t eu r d e l 'ass i stance m é dicale et q u i ne rem p l i sse nt pas l es cond i t i o n s requises, e n vertu dudit p ar agr aph e, pou r continuer à fig ur er su r l a liste de l a ca i sse d'ass ur a n ce publique, peuvent co n ti nu e r à y fig ure r ju squ'à nouvel avis et p enda nt une certaine pé r iode a près l a fin de 1 984 si le directeur de l'ass i st ance médicale formul e un e recommandatio n en ce se n s . » Con formé m e nt à ce q u i était recommand é dan s le p roje t de loi (p . 33), l es médeci ns q u i ne rempli ssaien t p as l es cond itions re qui ses p ou r co ntinuer à relever automatiquement du système d'assurance devaien t en êt re avisés a u ssi tôt que poss ibl e après le I °' ju i llet 1 984 et être infor m és des co ndi ti on s d'a ffi l iation après le 1 °° jun vic r 1 985 . Du ra n t l'a u to mne de 1 984, l'ad mi n i s t ra ti on natio nal e d e la séc ur ité socia l e a donn é des i nform ations aux ca i sses rég i o nales q u i o nt avisé i nd i vid uellement les médeci n s conce rnés . Selo n l'adm i ni s tratio n nati o nale de la sécu rité sociale, les caisses régional es étaient tenues de tr a ns m ettre ces i n fo r mat ion s se l on l es modal i tés su i vant es : L a caisse d'assu rance deva it adresse r a u médeci n un avis pr éa l able l ui signalant qu'une enquête avait pe r mis d'étab lir qu'il ne rempl i ssai[ pas les conditions requises p ou r reste r affilié au système d'assurance et q ue par conséqu ent l a caisse entendait le raye r d e sa li ste le 3 1 décemb re 1 984 . D es i n fo rmations con cernant la nouvelle rég l ementati on, notamment les dispositions p rov i soi res, devaien t être jointes aud it av i s .
L'av i s devait préc i ser q u' u ne dema n de de dérogati o n ou des objecti o ns à l'ap préc i at i o n de la cai sse d'assu ra nces d evaient ê t re fo r m ulées immé di atement ou da n s un dé l ai de qu in ze j ou rs e t adressées à l a caisse d'ass u rance publ iq u e . Le préav i s deva it p récise r e n out re q ue l a décision con ce rna nt l 'affi li a tio n sera i t no ti fi ée u ltér ie uremen t à l 'i nt éressé . La question d e l 'affi l i a tion était exami née p a r l a caisse d'assu r a nce . Les demandes de dérogatio n a u x obliga ti on s én on cées au pa ragrap he 2 des di s positions provi so ir es, s'agi ssa nt de cabin et s ayant fon ctionné ava nt le 1°' av ril 1 984, étaient t ra n smises p ou r exa m e n à l'ad m in istra tion natio nale de l a sécu r ité socia l e . Quant à l 'a ffiliatio n au sys tème d'assu ran ce des méd ec in s exer ça n t e n cl ie nt èle pr ivée et aya nt o u vert leur cabi ne t du ra nt la pé r iode précéd a nt l 'ent rée e n v i gue u r de la loi le 1 °1 ja n vier 19 85, le projet de loi pr évoyait que les décisi ons tendant à 17 4
inscrire ces médeci ns s ur l a liste de l a caisse d' assura nce apr ès le I "j ui lle t 1 984 n e s'applique raie nt que jusqu'à la fin de 1984 (pr oj e t d e lo i p . 33) . Une disposition à cet effe t a e n o utre é té introd uite d a n s un e pro pos iti on de modi fi ca ti on des di sp ositio ns provisoires concer n ant l e Tari f . E n vertu de cette dis positio n , q ui est entrée en vigue u r l e I- j ui llet 1984, tout e déc i sio n tendant à i n scr i re, ap rès l e 30 j ui n 1984, un médecin exerça n t en co n sultatio n p ri vée sur la l i ste ne deva it s'appliq uer qu e j u sq u 'à la fin d e 1 98 4 . Cc u e dis posi tion n'était pas a ppl ic ab l e aux n ou vea ux cabinets ou verts dan s des régions ayant un besoi n part ic ul ie r de méd ec in s . E n ven u de l 'art icle 11 du chapitre 20 de la lo i de 1 9 62 rel a ti ve à la séc u r ité soc i ale des recou rs peuve n t être for més d ev ant le t r ibunal de la sécurité soe i ale ( fô rsâk r ings rï tten) co ntre toute décis ion des ca i sses d 'ass ur ances publ i qu es e t de l 'ad m i nis t rati o n n ationa l e d e la sécur ité sociale. En outre, des reco u rs pe uve nt être for més deva nt l a Cour suprême de la séc u rité sociale (fôrsàkringsôverdomstolen) . Un partic u l ier n e pe u t toui e fois i n tr od u ire un reco u rs co nt re la décis ion d ' une ca i sse d 'assurance publ iq ue qu e lor sq u e cell e-ci a p rocédé à un réexame n de cette décision conformé men t à l'article 1 0 du c h apit re 20 de l a lo i rela ti ve à la séc urité socixl e . To u t recou rs fo r mé avant ce réex a m e n sera cons i dé r é comm e une d ema nd e e n révision . Ces disposi ti o n s s'appliquent cgalement au x décis i ons tendant à refuser à des médeci n s l 'i n scri ption sur la l i ste des m édec ins affiliés au sys tème .
G RI EFS Le requé rant se plaint de ce que son exclus ion du système de s écurit é s ociale a constitué un acte inconséquent et inhumain . En lui refusant toute rémun ération les autorités se s ont rendues responsables de s es difficultés financières et de sa dé tr esse . Le requérant fait valoir qu ' en p re nant des me su re s qui l'ont empêché d ' exer ce r sa profession les autori té s lui ont iniligc une sanction san s respecter les formes réguliè res . Le re q ué rant invoque l 'art icle 1 du P rotoco l e a d ditio nnel à la Co nventi o n a in s i que l'artic l e 6 par . I de la Convention .
EN DROIT (Ext rait ) I. Le req u éran t a ll ègue qu'il y a eu v iola tio n de l'article I du Protocole ad diti on ne l à l a Conventio n e n ce qu'il a été e m pëch é de s'a f fi l ier a u système de séc urité soc ial e et e n ce qu e, se t ro u vant dan s l'ob li ga t ion d e fermer so n cabi n et méd ica l , il n 'a pas été indemn isé à ce titre . Le Gouvernement sou tie nt que le gri e f est in comp at ibl e ra t ione materi ae avec les d ispos it io n s d e l a Co nve ntio n , ou man i festeme nt ma l fondé . 1 75
L'article I d u Prot ocole ad d iti o nne l est l ibellé com me s ui u a T oute p ersonne ph ysi que ou m ora l e a droit au respect de ses bi e n s . N ul n e p e u t être pr i vé de s a p rop riété que p our ca use d' uti l it é publi qu e et dan s l es co nd iti o n s prév ues par la loi et les prin cip es gé né ra u x d u d ro it international . L es dispositio ns précéd entes ne portent pas a ttei nte a u d roi t que possède nt les Etats d e mett re e n vigueur les l ois q u'i ls j uge nt n éc e ssai res p o ur régleme nte r l'usage des b ie ns co nfor méme nt à l'intérêt géné r a l ou pou r ass u rer le paie me nt des i mpôts o u d 'a ut res contribut ion s ou d es amendes . » La Comm issio n estime qu e l es i nt é rêts ac qui s pa r le r e qu é r a nt s ur so n cab inet m édical p e uve nt être con sid érés co mm e des «b i ens ~ au se n s d e l'artic l e 1 d u Protocole ad dit ionnel . L 'affi l iat i on au sys tè me d 'ass ur a n ce sociale a constitué un facteur dé te rmina nt p ou r l e fonctionnement d u cab inet . Cependant, l'affi l iatio n do nt l e req u é ran t a bénéficié ne lu i avait é té accordée que j usqu 'à l a fin d e 1984 . La prem i è re q u est ion q u i se pose est de savo i r si l e fait que son a ffi li a ti on n'a pas été p rorogée a près 1984 peut être considé ré comme une i n gérence dans les d roits q u i l ui sont reco nnu s pa r l'art ic l e I d u P rotocole add iti o nne l . T oute(o i s, l a Commissio n estime po u voi r la i sse r ouverte cette questio n ca r , m@me si l'o n s u ppose que l es faits d e la cau se o n t co nst im é un e i ngérence dans les droits ga rantis a u requérant par l 'artic le 1 d u Protoco l e ad d iti onne l , t ou te i n gére nce de ce type sera it ju st i fi ée en vert u de cette d ispos it io n , po u r les m otifs suivants . L'ingéren ce ne sa u rai t être ass i m i lée à u ne « p riva ti o n A de l a propri été . Les dispos iti o n s d e la lo i re l ati ve a ux se r v i ces médi cau x e t sa nit aires e t l e T ar if énonce nt , n otammen t, l es règ l es appelées à régi r la fourniture de se rvices médicaux e n général u i n s i q ue l 'a ffi li a ti on des méd eci n s libérau x a u systèm e de sécu rit é sociale . Le re fu s de l 'a ffi li a ti on de mpéc h e pa s le m é deci n d 'exe rce r en clientèle p ri vée . Il en rés ul te si mpl eme nt q u e le coû t des co n su lt a ti on s d onn ées par le m é deci n ne ser a pas p r i s e n ch a rge par le systè m e de sécurité socia le, en d' autres te rm es que les pat ie m s se ro n t o bl igés d'acquitter in tégrale m e nt les h on or ai res po ur l esd it es cons ul tatio ns . E ncore que I 'af(i l iat io n ou l a no n-affili a ti on au système d e séc u r ité sociale p ui sse déci der de l a ren t a b i lité d' un cabin e t , toute i ngére nce déco ul a nt d ' un refu s d'affiliation doit n écessaireme nt , de l'avis d e l a Comm ission , être qu a l i fi ée d e « r égl ement a tion de l ' usage des b i e n s» et n on de «privation» d e l a p ropriété . C'est donc le d euxième a l i n éa de l 'art i cle 1 du P rot oco l e a ddit io nne l qui est p ertin e nt (cf . m u tatis niutandis, Tre Traktôrer Akt iebolag c/ Suède, rapport Comm . 10 . 1 I . 1 987, par . 1 1 1 à 1 I4 ) . E n vert u d u de uxi è me a lin éa de l'artic l e I °•, l a Co mm iss i o n est te nue d'e x am i ner si le refu s d e p roroger l ' affi li atio n du re qu é rant au syst è me de sécurité soc i ale a été « nécess a i re po ur réglementer l ' u sage d es bi e n s co nfo rm é m e nt à l'intérêt gén éral . L a tâc he d e la C o mm iss i o n d an s ce conte xte co ns i s te à s'i nterr oger s u r l a légalit é, la finalité e t l a pr oportio nn alité des mes u res pr ises p a r les autorités n a ti on a les (cf. par ex . N o 1 037 8 /83, d éc . 7 . 1 2 .83, D . R . 35 p . 235) . L a question de la proportionnalité ex i ge q ue soit t r a nch ée la question de savoir s i un ra pp ort raison nabl e 1 76
e x istai t ent re les moye n s e mpl oyés et le but visé o u , e n d' aut res termes, si l'équilibre a été mainte n u e n tre le exigences de l'intérêt géné ra l et l'intérêt de l' ind iv idu . S'agissant de déterminer si un éq u i l ibre exi ste, l'Etatjouit d' un e g rande mar ge d'appréciatio n tant pour chois i r les modal ités de mise e n æuvre q u e po ur j u ge r si l e ur s con sé quences se tro uvent légiti mées da n s l'intérêt gén é ral , par l e so u ci d 'atteindre l'objectif d e l a loi en ca u se (voir Cour Eur . D . H ., arrêt A gosi d u 24 octob re 1 98 6 , série A n" 1 08, p . 1 8, p a r . 52) . La nouvelle l oi en cause a é té adoptée par l e Par le ment le 5 j ui n 1 98 4 sur l a base d' un proje t de l o i gou ver n emental prése nté e n av r il de la m è me a nn ée . L es di spos iti on s r e l atives à l 'a ffi l iatio n au système d 'assura n ce sociale après 1 984 figuraient da n s le Tar if modifié des soi ns m édic aux, publié le 1 6 oc t o bre 1 984 . Ces di s posi t io ns co r respon den t à cel les yui avaient é té proposées dan s le projet de lo i su sme nt io nn é (pp . 32 et 33) . En outre, une d i sp osit i on prov i so ire concernant le Ta ri f, q ui était entrée en vig ueu r l e I er j u i llet 19 8 4 , p révoya it qu e to ute décision tend an t à in scrir e après le 30 j ui n 1984 u n m é decin exer ça nt à tit re libé r a l su r l a liste de la cai sse d 'assu ran ce publique ne deva it s'app l ique r qu e jus qu 'à l a fin de 1984 . L 'article 3 des di cp os i t i on s prov i so ires p révoyait yu ' un méd ecin , dans la situation d u requéra nt, ne pouvai t i tre in sc r it sur l a liste de la cai sse d'assurance pu b lique a pr ès l e 31 décem bre 1 984 q ue s i le dir ecteu r de l'assista n ce m é d icale, en d'au tres termes le consei l général avait reco mma ndé son in scr ip tion , ce qu i n'était null eme n t le cas . La Commission est convai ncue qu e l a non-affiliation d u req u éran t était licite en droit s u édois et qu'elle ét a it da n s l '« inté r ë t généra l » e n ce q u'elle s'inscri vait d a n s le cadr e d' u ne réfo rme plu s géné ra le des se r v i ces m é dica u x et san itaires . E n ce qui concerne l a p ro po n ion n al it é, la C o mmi ss i on rap pe ll e que l'affiliation init ale du requéra n t é t a it l im it ée d a n s le tenips et que l a l o i a pp lica bl e ne garantissait auc u nement sa prorogation a u -de l à de 1 984 . M ém e s i le req ué r ant n'a pas é t é effecti vemen t i nformé de la sit ua ti o n , i l au rait pu l'être s'i l avait consulté les serv i ces compéte nt s ava nt d'ou v r i r so n cabinet . L a Commi ss i on estime que da ns ces conditions, et com pt e tenu de l a grand e m arge d'app réciation reco nnue au x Et a ts à cet égar d, l a non affi l i a tion du req u éra nt en ve rtu de la n ou velle législation n'a pas été disproportionnée a u x buts poursuivis . Par conséquent, toute ingérence, du fa it d e la n o n -affi liutio n , d a n s l e droit a u rcyucrant au respect de sec b ie n s était justifiée e n vc nu des dispositions d u de uxi ème ali néa de l'article I du P rotocole ad d iti o nnel . Il s'e n s uit q ue, à ce t égard, l a requête est mu niles tement mal fondée a u sen s de l'a r tic l e 27 p a r . 2 de l a Convention . . . . . . .. . .. . .. .
1 77

Origine de la décision

Formation : Commission
Date de la décision : 08/03/1988

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.