Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ AJINAJA c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 13365/87
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1988-03-08;13365.87 ?

Analyses :

(Art. 11-2) PROTECTION DES DROITS ET LIBERTES D'AUTRUI, (Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 3) PEINE INHUMAINE, (Art. 35-1) EPUISEMENT DES VOIES DE RECOURS INTERNES, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-3-d) INTERROGATION DES TEMOINS, (Art. 8-1) RESPECT DE LA VIE FAMILIALE, (Art. 8-2) NECESSAIRE DANS UNE SOCIETE DEMOCRATIQUE, (Art. 8-2) PREVUE PAR LA LOI, (Art. 8-2) PROTECTION DE LA MORALE, (Art. 8-2) PROTECTION DE LA SANTE


Parties :

Demandeurs : AJINAJA
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

The a pp l ica nt has con te nded th at t hese co mpla ints con st itut e relevant new info r ma t io n fo r th e purposes of A rtic l e 27 para . I ( b ) of the Co n ve nti o n , whi c h w a rrant the re-o pe nin g o f h is prev i ou s applicatio n ( N o . 12 749/87) w i th an int ro du cti o n date o f 1 6 N ove mbzr 1 985 . The C o mmission find s, h o we ve r , that t he a pp lican t's present co mpl a i nts a re e ntir e l y differe nt from hi s o ri gi nal complaints of un l awful ar rest, conviction and se nt e nce, contrary Io A rticl e 5 of the Convention, and d o not constitute ne w i nform a ti on relevan t to th e Comm i ss i on 's d e cis i o n in th e first appl icat io n . M oreove r , th e Commi ssio n ca nn ot accept , as a basis for reco nsi de rin g a case, in fortn ation, fu rth e r s ubm ission s o r re- for mula te d co mpl a in ts wh ich were known to t h e appli cant a nd co uld clearly h ave bee n prese n te d by h i m w it h th e o rig i na l appli c a tion . T h e Commiss io n concludes, therefo re, t h vi t here are no g rounds for r e-openi ng th e examination o f App l icatio n No . 1 2749/8 7 , or for co n si deri ng the present a pplicatio n as cons ti t ut ing releva nt , ne w i nfor mat io n necessitati ng a further examination of th e applicant's o r ig i nal com p lai nt s of a breach of A rt i cle 5 o f th e Convention as a new case, o r for co n side r in g the date of introdu c ti on of the prese nt applicat i o n to be other th a n t hat of th e app l ica nt 's letter dated 7 September 1 98 7 whe n h e fi r st put to th e Co mm ission hi s complaints u nd er Artic l e 6 pa ra . 3 of th e Convention . In these circumstances, the Commis s ion rejects the present application for non-observance of the si x months rule , pursuant to Articles 26 and 27 para . 3 of [h e Convention .
F or th ese reasons, t he Commissio n DECL A RES TH E APPLICATION INADMISSIBI,E .
(TRADUCCION) EN FAIT Le requérant est un citoye n nigé r ia n , né e n 1952, qui es t actuellement dét e nu da ns l a p r i son de S . M . The Verne, à Port land , o ù i l pur ge un e pei ne de s ix a ns po u r contrebande de drog u e . II s'agi t de sa seconde requête a uprès d e l a Co m miss io n . Da n s sa première r equ ète (No 1 274 9/ 8 7, déc . 15 .5 .87), l e r e qu é rant se pla i gnait n otamme nt du ca ract è re a rbitrai ore de son a r restat io n , de sa con da mna ti o n et de sa dé tention , en violati o n d e l 'a ni cle 5 p a r . I a) et c), et des art icles 3 et 4 de la Convention . Le re qu éran t 2 96
avait é té condam né p a r un t ribunal comp étent l e 1 °1 fév ri er 19 8 5, sa demande d ' autori satio n d 'appe l aya nt é té rej et ée par l a co ur d' appel e n séance plé nière, l e 1 8 oc t ob re 19 85 . La Co mmi ssi on avait déc laré l a requête i rrecev ab le po u r défa ut m a nifest e de fo ndement au sen s d e l'article 27 par . 2 d e la C o n ve n tio n . D an s la p résente requête, le req uéra nt affi rme dis p ose r d'éléments n ou veaux concern ant se s g riefs précédent s, qu'il cherche à fa i re réexami ner pa r l a Co mmi ssio n . Il estime que la dat e d'introduction de la pr ésente requêt e d ev r a it être ce lle de l a pre mièr e, à s a vo ir le 24 novemb re 1986 , ou même plu s tôt, le 16 nove mbre 198 5, d a te à l aqu elle il s' es t p our la pre m i8re fo is ren seign é sur la procédu re de la Commiss ion . Les fa it s j ugés n ou veaux pa r l e r e quéra nt son t l es suiva nt s : Le requé ran t i ndique qu 'i l a bé néf ié d e l'a i de judi c iai re p o ur le procès et ic l'élaboration d es motifs d'appel . L' avoc at de l a dé fe n se a introduit une deman de d'autorisation d 'appel e t a égale ment de mandé l'aid e judicia ire et l'autorisation de c ite r d es tém o in s . Le ju ge uni que a rejeté l es tro i s d e m and es l e 14 ju in 1985 . Le re qu é rant a a d ress é d e nouv el les demandes à la cour d ' appel pl énière e n vue d'obten i r l'autorisation d ' app e l , l'aide judi c iaire et l'autorisation d e co n voqu er d es témo in s et d'assi st er à l 'audien ce . Ces demande s o nt é té rejetées le 18 oct o bre 1985, en l'absence du du re qué rant e t de so n défe nseu r.
G RIEFS Le requérant prétend que la cour d'appel lui a refusé l'exercice des droits minimums de l a défense garantis par l'article 6 par . 3 c) et d) de la Convention .
EN D ROI T L e re qu é rant s'est pl ai nt qu e l a procédure d e d eman de d'auto ris a tio n d'appel de va nt l a cour d ' appel portait atteinte aux dro its ga ra nti s p a r l 'ar licle 6 p a r . 3 c) et d ) d e l a Co nve nt io n , d is posit ion s a ins i libellées : «3 . To ut accusé a d ro it n o tamment à :
c) se dé fe nd re lu i- m êm e o u avoir l'assis tan c e d ' un dé fen seur d e son c hoix et, s'il n 'a pas le s moyen s d e ré munérer un défe n seu r, p ou voi r être ass i sté gratu iteme m pa r un avocat d'office, lorsque les i nt é rèts d e l a j u st ice l 'ex i ge nt ; d) i nte rr oge r ou fai re i nter r oger les témoi ns à c harg e e t o bte ni r l a con vocation et l'interrogation des témo ins à déc h a r ge da n s les mêmes co nd itio ns que l es témoi n s à cha rge . » C e pe nd a nt , l a C o mmi ss ion n'a p as comp éten ce p o u r tr aite r les gr i efs du requérant parce que ce lu i-c i n'a pas observé le d él ai d e s ix mo i s presc rit à l'artic le 26 dz l a Convention : la d éc isio n d é fin itive en l' es pèce es t ce lle de la co ur
297
d 'a pp e l , qui re m on te a u 18 octob re 19 85 , a lo rs que l e s présents g riefs n'ont é té sou mi s à l a Co mmi ss io n que le 7 se pt e mbr e 198 7 . Le req uér ant a soutenu que l es présent s gri efs co n s t i tuaient de s fa it s nou v eaux a ux fins d e l 'arti c l e 27 p a r . 1 b) de la Conven ti o n , qu i just i fie nt la r éou verture de Pe xamen de s a requête pr écé den te ( No 12 749 /87), avec p our da te d ' introdu cti o n le 16 nove mbre 1985 . C e pen dan t, l a Comm ission estime que le s act uel s gri e fs du requé ran t sont co mplè t e ment différe nt s d es gr i efs préc éd e nts d ' arrest a ti o n et de condamnation arbitrai res, co nt raires à l'a rtic l e 5 de l a Convention, et ne constituent pa s d e s faits no uveaux ayant un rapport avec la décis i on re ndue par la C omm ission e n ce qui concerne la p re miè re requête . E n outr e, p o u r le rée xam en d ' une requête, l a Co mmi ssi on ne saurait accepter des re n seig nem e nts, une no uvelle ar gumenta tion o u une re formul ation de gr iefs con nus du r e qu é rant et que ce lu i-ci aurait pu de to ute év i dence présenter lors de la première requ ête . Par con séque nt , la C o mmissi on conclut qu'il n 'y a au c un moti f d e réouv r i r l 'e x amen de l a requête N o 1 27 49/87, ou de considére r l a pr ése nte requête comme con st ituant des fa its n ouveaux nécess itant le rée xa men , dan s le cadre d ' une no u velle a ffai re des premiers gri efs d u req uéra nt p our viol at io n de l'article 5 de la Co nve nt io n , o u de co ns id érer que l a da te d ' i ntrodu c t io n de la présente requête est aut re qu e celle de la l ettre du requ é r a nt datée du 7 sep te mbre 198 7 dan s laquelle i l a pou r l a pre miè re fo i s soumis ses griefs à l a Commi ssio n , au ti tre d e l'article 6 p ar . 3 de la Co nve nti o n . Dans ces conditions, la Commission rejette la présente requête pour non observafion du délai de six mois, en application des articles 26 et 27 par . 3 de la Convention . Par ces m oti fs, la C ommissio n DÉ C LAR E LA RE Q U ÉTEIRRRE CE VABLE .
298

Origine de la décision

Formation : Commission
Date de la décision : 08/03/1988

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.