Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ c.B. c. ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 13047/87
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1988-03-10;13047.87 ?

Analyses :

(Art. 11-2) PROTECTION DES DROITS ET LIBERTES D'AUTRUI, (Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 3) PEINE INHUMAINE, (Art. 35-1) EPUISEMENT DES VOIES DE RECOURS INTERNES, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-3-d) INTERROGATION DES TEMOINS, (Art. 8-1) RESPECT DE LA VIE FAMILIALE, (Art. 8-2) NECESSAIRE DANS UNE SOCIETE DEMOCRATIQUE, (Art. 8-2) PREVUE PAR LA LOI, (Art. 8-2) PROTECTION DE LA MORALE, (Art. 8-2) PROTECTION DE LA SANTE


Parties :

Demandeurs : c.B.
Défendeurs : ALLEMAGNE

Texte :

In thi s s i tu a tion , th e Commission, whilst apprec i a tin g th e specia l hards hip that the detentio n o n remand from 8 Septe mber 198 6 until 9 Decembe r 1 987 must have ca u sed the applicant, c annot find that it att ai ned su c h a level o f seve r ity as i s re quired to constitute a viol ation o f A rtic le 3 o f t he Con vent ion . 4. It follow s th at the applican t's compla i nts d o n ot disclose any app earance of a viol at ion of th e gu a rantees en shr i ned i n Articl e 3 of th e Convention . Th e Comm i ss ion co ncl ud es th erefo re that the a pp l i ca ti on is manifestly ill- fo unded w ith i n the meani ng o f A rticle 2 7 para . 2 of th e Convention . F or these reaso ns, t he C omm ission DECLARES THE APPLI C ATI ON INADMISSIBLE .
(TRA D UCTION)
E N FAI T L es faits de l a cau se, te l s qu 'i l s o nt ét é e xposés p a r l es parties, peuve nt se résumer comme suit : Le requéra nt, citoyen a mér icai n né e n Pologn e en 1927, réside à Z u rich (S u isse) . Il es t représenté dev ant l a Commi ssio n pa r M e H e in e mann et Me Meulenbergh, avocats exe rç ant respectivement à Munic h et à Francfort . Le req u érant étai t en dé t e ntion prov isoire dans la pr ison de Munich-Stadelheim j u squ ' au 9 d écem bre 1987, d a te à laq uelle i l a été lib éré sou s ca ut io n .
L e requé ra nt est d'origine j uive polon a i se . Ent re 1940 et 1945 , alo rs qu'il éta it adolescent , il a é té interné dans d e s camp s de conce nt r ation par l e rég ime nazi . D 'abo rd d éte nu dan s une ann e xe du c amp d e M ajdane k ju squ 'en 1 944, i l a en suit e été t ran sféré d ans le camp de co ncen trat io n de Flôssenburg . Dan s l es de rn i ers jou rs d e la gu erre, il a reçu l'ordre d e se rendre à N e unburg, e n Allemagne, où i l devait êt re fu si llé . M ais a u dernie r mome nt, i l a été sa u vé p a r des sold ats américain s . L e r eq u éra nt fai t valoi r qu e to u s ces évé nements so nt po ur lui des so uve n irs trag iqu es et c rue ls et qu e depu is 1 948 i l doit pre n d r e des méd ica ments a nt i dé p resseurs et des tra nqui llisan ts . 282
II . Le 4 septembre 1986, l e tribun a l de d is tr i ct (Amt sge ric ht) d e Muni ch lan çait un mandat d'arrêt co n tre le requ éra nt, soupçonné de fra ud e fisca l e p ortant s ur un m o n tant de plu s d e deux mi lli o n s de DM . Le re qu é rant , a rrêté à H ambour g l e 8 se p temb re 1 9 86 , a été p lacé e n détention p r ovisoi re par l e tribuna l régional (Landge rich t) d e Munich pou r le motif qu ' il r isquait d e s'e nfui r, e n p art i cul ier au vu d e la l ourde pein e e n co uru e et p arce q u ' i l résidai t à l 'étran ger . Le Gow e mement indiq ue que le 2 5 septemb re 198 6 le r e qu é r a nt a su bi un p remier examen a pp ro fo nd i p a r le Dr W ., médeci n -c hef d u serv i ce p é nite nti a ire, sp écial iste d e ne uro- p sych iatrie . Le s rés ulta ts de ce t e x ame n in c it ant à conclure à la poss ibilit é d ' un abu s de m édic ament plutôt qu 'à l'existence d ' un psyc h osy ndro m e organ iq u e, P administratiou de m édi ca m e nts à u sage p syc h iatr ique n 'a été autorisée qu e dans d es limites très strictes . Le so up çon de toxicomanie ne pr ove nait do nc p as seu lemen t de l a me ntio n «abus d e m édica m enl s 7 .» fig ur a nt dans le dossier médical du requéra nt . Le re qu éran t ex plique l 'alléga ti on d 'abu s d e médi caments de la manière s uiva n te : Sous traite m e nt médical cons tan t d epu is 194 8 i l prend régu lièrem en t des tranquillisants . De Fran ce, où i l é tait en vaca nces, i l s' éta it rendu par avio n à Hambourg po ur affaires . D e là, i l av a i t l'intention de gag ner directement Hong Ko ng . Co mme se s médicaments ne sont pas en ve n te à H o n g K o n g, il e n prit avec lui une certa ine rése rve, qui a été décou verte dans ses bag ages . C'est c e qui a co nd uit l e méd eci n de la pr ison d e Hambourg, où , à l'origine, le re quér a nt av ait été p lacé e n d é tention pr ov i so ire, à p orter d a ns so n dossier médical l a mentio n « abus d e m édicame nts? A . Pa r l a sui te, à] a d e ma nde du requérant, un certain professe ur S . a rédig é un rapp ort d'e xpe rt ise de 54 pages qu'il a pr ee nté le 20 octo br e 19 86 et dans lequel il conc luait q ue les accu satio ns de fraude fi sc ale portées co ntr e le r eq uérant éta i ent infondées . Le 2 déce mbre 1986 , un certa in Dr L ., exerçant à Z u ri c h , a décla ré pa r écrit, à la dema nde du requé rant , que ce dernier souffrait d 'i n somnies et avait constamment besoi n de tranquillisants . Le 20 décembre 19 86, l e Dr C ., qu i e x er ce égal eme n[ à Zurich , a co nfi rm é qu ' il ava it so i g né l e re qu éra n t po ur d é pr ess i o n ss e ntre 1 968 et 1975 . Le 7 ja nv i er 198 7, l e Dr B ., qui e xerce à Jua n - les- Pins, da n s le s ud de l a Fran ce, a co nf irmé que chaqu e fois que le req uéra nt séj o urnait da ns cette ville, il a va it b eso in d e diver s tranquillisants e n ra ison de ses in so mni es et de ses anxiétés ph ob iqu es . L e Dr B . a d écla ré qu e ces méd icamen ts étaient indi s pen sab l es au requ é rant . Dan s l'intervalle, le 1 6 décembre 1 986 , le req uéra nt a demandé au parquet ( Staat sa nw a lt sc haft) de Munic h de mettre fi n aux i n v e s ti gat i o ns do nt il fa isai t l'obj et pui sq ue les so upço n s à so n é g a rd n 'ava ie nt pas d é bo uc h é s ur qu oi qu e ce so it d e
283
co ncl uant . Le 1 3 févr i e r 1 9 8 7, l e re qu érant a dép osé un recour s contre le ma ndat d'arrêt d u 4 se pte m br e 1986 . Par l'acte d'accusation d u 25 févr ier 19 87, l e re quéra nt a é té inc ul pé de fraud e fisc al e d ' un m o ntant d e plu s de d e ux mi l l io n s de DM . L e 2 7 fév ri er 1987, l e tr ibunal régio nal de Muni c h a o rd o nné le m ai ntie n d u requé rant en détention prov i soir e . L e 1 9 ma r s 19 87, l a co ur d'a pp e l ( Oberla nd esgericht) de Mun ich o rdonn ait lui aussi le maintien e n détenti o n , estimant e n partic ul i e r qu e les conditions ju stifia nt la détention ét a iem réunies ; que l e pr inc ip e d e p ro p ortionnalit é ét a ii res pect é de même que l 'obli gatio n de procé de r avec di li gence (B eschleun igongsgebop . Le tribunal a es t imé qu 'à l a l umiè r e d es éléments de pr e uve é numérés e t correc tem ent éval u és da n s l'acte d'accusation du 25 février 19 87, il y avait de fortes présompti on s p ou r qu e le r equéra nt ai t co mm is l es i nfr action s en q u es ti on . L a co ur d 'appel a co n tes té l 'i nterprét at io n des fa i t s dunn ée par ]e re qu éran t . Ell e a considéré que ce lu i-ci a vait fait e n so ne que soient portés au co mpte d ' une entr e prise horlogère sui sse des bé n éfices r éalisés p ar une entreprise h o rlogère o ues talleman de, ce qu i pouvait constituer un délit d e frau de fiscale . Le t ri bun a l a égalemen t estimé qu e le requéra nt r isqu ait de s'e nfuir , co ns i déra nt l a sévé r ité d e l a peine encourue, e t d 'au tant plus qu 'i l ét a it citoyen amé r icain et n'était pas d omicilié en Alle mag ne . En r aison , par ailleurs, de la du rée de la dé tentio n effectuée j u sque l à, l e p rin c ip e d e pro port i o nn ali té ne pouvait être i n voqué à ce stade . Les autorités pou rsu i vaient avec d ilige n ce des rec her ch es d'une am ple ur consi dérable . Le 14 ma i 1987, le p ro fesseu r S . a sou mi s un rapp ort co mpl éme ntaire de 5 6 p ages sur d i ve rses qu es tio ns relatives au x c ha r ges rete nues co n t r e le r equ éra n t . L a co n clu s i o n d e l 'exp ert était que le r equ érant n e po uv ait êt re so up çonné d 'avoi r com m is l es i n frac t ion s e n question . L e req u éran t int rodu is it un reco urs constitutionnel (V er fassungsbeschwerde) auprès de l a Cou r constitutionnelle fédérale (B u n desverfassungsgericht) contre l es d éc i sio ns du tribunal rég i onal d u 27 févri er 198 7 et de l a cour d'a ppel du 19 mar s 1 987 . II faisait notammen t v a lo ir que le tribunal régi onal a vait prés umé sa culpabilité à t ort puisqu'il n ' av a it en fre in t a ucune toi péna le . Il souli gna it au ssi p a r ailleur s que sou s l e régime naz i , i l a vait été d éte nu san s moti ( dan s un camp d e con ce ntrat io n . A près ceile ter rible expé rience, son act uelle déte nti o n préventive enfreig nait le droit à l 'i nv i ol ab i lité de sa pe r so nne et , au vu des accu sat io ns in fon dées po rtées contre l u i, elle co n s titu ait au ssi u ne t orture psyc h ologiq ue i nsu pp orta bl e . U ne au tre at teinte à l ' in viola bi lit é de sa per sonne te n ait a u fait q u 'on ne lui avait pas d o nné les méd icament s q u i l u i é ta ie nt i n d ispe nsa bl zs et qu 'il ava it atte nd u s ix mois ava nt d'o bteni r un exam e n mé di ca l à l 'ex tér ie ur de la prison . 284
Le recours constitutionnel du requ éra nt comp re na it un rapp or t d 'e xperti se méd icale datée d u 2 3 av r il 19 87, établ i p ar un cert a in professe ur W . M ., ne uropsych i a tre, que l e requ éran t av a it c hois i et qu i l'avait exa m i né entre le 16 et le 2 6 m ars 1987 . Dans so n rapp ort, l e p ro fesseur W . M . menti onnait des tendances d é press i ves é tr oiteme nt li ées au s tress occasi onné pa r la détention . Lors de ses épisodes dép ressifs, i l rev i vait app aremmen t l es ex pér i e nces véc ues da ns le cam p de conce ntr ation . C ompte t enu de ces élé m e nt s biogr a ph iq u es, le professe u r W . M . estimait que l a d é ten tion é tait une source de tensio n co ns id é rable p our l e requéra nt et qu 'o n devait l u i admini str e r des antid é pr esse ur s . Le professeur W . M . con clu ait q ue v u l'apparente ph a rmacod é pen dan ce du r e qu éran t, l ' administrati on de ce ty pe de médica ment s d evait s'accompa gn er d' un e p sych o th érap ie . L e 24 avri l 19 87, à l a dem and e du p rofesse ur W . M ., l e D r M . M . a fo u rni un av i s médical s upp lém e ntair e, s ur la b ase d' un exam e n effectué l e 24 mars 19 87 . Ce ra pp ort co nc luait à un affaibli sseme nt de la mémo ir e immédiat e du requ érant a in s i qu e de certa in s as pects des fac ul tés de coo rd in ati on et de représentation tr i dim en sion nel l e . S a pe r so nnalité névrosée et dé press ive é t a it min ée par des sentiments de peur et de doute . Le 1 1 mai 1987, la Cour constitutionnelle fédérale a rej et é l e r ecours cons titu t ionnel d u r e qu érant p our le motif qu'il n e présentait p as s uffi samme nt d e chances d 'abouti r. La co ur a es timé qu 'e ll e n e po uvait examiner l es éléments co ndit io nn ant l a p ro l ongatio n d e l a dét entio n p rov i so i re que sou s l ' a ng le du d roit constitutionnel . Cepen dant , rien n'indiquait que l es di verses décisions re ndu es par l es autorités a i ent e u un carac t ère arb it rair e ou que l e pri nc ipe de proportio nn alité n'ait pas été respecté . Le mé dec in-ch ef (Medizinaldirektor) de l a pr iso n de Munich-Stadelheim, le D r W ., n e uropsychi a tr e, a commen té le 20 m a i 1 987, da n s une dép os itio n ad ressée au t ribun a l rég io nal d e Mu nich , le rapport d'expertise du p rofesse ur W . M . daté du 23 avri l 19 87 . Le Dr W . précisait que les é p isod es dépressi fs li és à l a dét ention, tel qu ' ils étaient décri ts par le professe ur W . M ., po uva ie nt se con st a ter c hez pres qu e to u s les patients . Le D r W . con s idérait qu e tant qu e le requérant était soupço nn é de ph armacodépe nda n ce (Medikamentenmissbrauch), i l n'était pas conse ill é de lui admi n ist re r des anti dé presseurs . D 'auta n t plus qu e l es activ i[ és du requér a nt mon t r aient que so n état dépressi f n'avait pas atteint un deg ré tel qu 'i l exigeât un traitement méd ical . En o ut re, la psych oth érapie pro posé e par l e professe ur W . M . n'était pas réalisable dan s l a p ri son de Muni c h- Stade lhe i m po u r d es raison s admini stra tives . Si son état de sa nt é empira it , le requéran t po ur rait être tran s féré d an s le service p syc hiatri que de la p ri son de Munich - S traubing, o ù i l pourrait être traité avec des médicaments et , évent uel l ement , s ui vr e une p sycho th érap ie . Le ll ju in 1987, l a cou r d' app e l d e Mun i c h a o r do nn é la prolongatio n d e la détention provisoire . De l'avis de la cour, le requérant était soupçonné d'avoir commi s les infrac ti on s en ques tion , et ce b ien que l'entreprise a ll emande co ncernée n'ai t
2 85
pas demandé répa ratio n à l'entreprise s ui sse . L a cour a ég a lemen t estim é que le montant d es impôts dus tombait touj o urs sous l e coup d e l'ac t e d ' accu sation du 25 févr i e r 1987 . L 'en tre pr i se allemande avait, e n pa rt i cul ier , réal isé un b énéfi ce net estimé à 1,8 million de DM . De même, rien n'indiquait q ue cette entreprise disposait, au 3 1 décembr e 1980 , d'un capita l p rop re d' un mi llio n de DM , su sceptibl e d'être pr i s en compte (verw e ndba res Eigenkapital ) . L e 11 j u i n 198 7 éga l emen t, le re qu é rant a ad ressé une lettre a u tribu nal rég i o n al d e Mun ich fai s ant valoir qu'on n e savait pa s cla i rement s ur quell es concl u s ion s se fondait l a d é position du 20 m ai 1 9 87 du D r W . D ' après les documents en q u estion , l e D r W . n 'av ait ex amin é l e requéra nt qu e l e 29 septe m br e et le 1 0 décemb re 19 86, et encore, au dire d e ce derni er , l e m édec in s'é ta it bor né à lui pren d r e le p ou l s et à lu i regarder le s ye ux . L e Dr W . savait ég aleme nt qu e le requéra nt était tr aité à l'aide d'antidépresseurs e t de t ranqui llisants de pu is 194 8 . Final e ment, le requé rant souli gn a it qu 'en r a iso n de son ét a t de san té, i l ne lu i étai t p as possi ble dan s l ' i mméd i at d 'examiner les doss ie r s de l'affaire, qu i re présentaie nt 32 5 vo lumes . En fi n , to ujour s l e 1 1 j uin 1 98 7, le trib un al ré gi on al de Mu ni c h a rejeté p ou r des ra ison s de sécurité la d e m a nde de tra nsfert à la clinique p syc h iatr iqu e de l'université de Munich so umi se pa r le requérant . L e tribunal a estimé e n pa rtic ul ie r qu' une psych oth érapie n'était pas p oss ibl e à la pr i son de Stad e lh e im , o ù l e requéra n t é tait détenu, ca r cet établi ssement n e disp osait p as du per so nn el n écess a ire, et a rel evé qu e l'intéressé avait r efu sé d'être tran s feréré à la pr i son de Straubing, o ù le tra i tem e nt était p oss ible . L e trib un a l a conc lu qu'il n'y avait p as lieu de s uspe ndre le ma n dat d'a r rêt dél ivré contre l e requérant . A la dema nde de l ' avocat du requéra nt , le professeur W . M . a présenté le 25 juin 198 7 un nouvea u rapport d 'e xp ertis e n eurologique concernant l e requ éra nt . Il sou l ig na it no tammen t que le s études du p syc hi sme d es pe rso nn es a yant fait l'objet de persécutions ( V e rfo lgtenpsyc hi a t rie) ont révé l é q ue même après 40 an s, des problèmes de s urvie e t de culpabilité réapparaissent pér io diqueme nt c h ez ces s ujets, co mme dan s le cas du req uéra n L L'expert su ggé r ait l'administration d ' antidép resseur s . D 'a près les résult ats c lin i qu es, l e p ro fesseur W . M . estimait que l a c ap ac ité du req u é rant à p re nd re part à l ' aud ience et sa résis tan ce e n p areill e c irco ns ta n ce (Ve rhan dl un gs fâhigk ei t und Dur chhal teve rmbge n) éta ie nt réd uites à qu atre heures p a r j our au max imum . L 'expert p ours u i t : [All e m a nd ] « Die hi e r e rhoben e n klini sch e n Befunde s ind ni c ht von ei nem so l che n Au spràg un gsg rad , da ss V e rhand l ungsunfâh i gkei[ und H afrunfâhi gk e it a uf Dau e r an gen omme n we rden kbnnte . » 2 86
[ T rad u ction ] R Les ob servat i o n s c lini qu es p résentées i ci ne sont pas assez concluantes pou r per m ett r e d'en d é du ire une incapacité dur a ble de p asse r en j ustice et de s uppo rter la détention . » Dans un rapp ort d ' expertise complémentai re d a t é du 2 ju i ll et 1987 , le professe ur W . M ., se référant à la d é position du Dr W . du 20 ma i 198 7 soulignait que d e pui s av r il 198 7, un syn drome dépress i f s'était développé chez l e re qu é rant et qu ' i l ét a it t rès d ou teux que ce ph énom è ne fût s implement dû à la d é tenti o n . Le s antécéde nt s du requ érant av a ie nt , par co ntre , j ou é un rôle imp o rtan[ , en particulier so n inc a rcé rati on dan s un ca m p de concentration, dont l e D r W . n'avait nu lle ment tenu co mpte . Entre-temps, l a cour d ' appel de Muni c h ava it ordonné, le 3 0 juin 1987, le m a intien du requér a nt e n détention p roviso ir e, e stimant qu e les d ive rs e s expert i ses n e p e rmettaient pas d'écarter l es so upçon s et qu e l e p rin ci pe d e p roport i onnal ité était res pe c [é, de même que l'obligation de dili gence . Le 8 j ui llet 1987 , le re qu é rant a demandé l e report du p rocès, do nt l'ouverture éta it prév ue po u r août 1987 . Le report a fina lement été acco rdé et le procès a co m me ncé le 14 octo b re 19 8 7 , en la pr ése nce, sem ble-t - i l, d ' un ex pert méd ical . Le 21 j ui lle t 1 987, le tribunal régio nal de Muni c h a décidé, à l a d e mand e du requ érant , que ce dernier pourrait être examin é aux fin s d'expertise p ri vée, p ar le Dr A .B . spécialiste des troubles psychiatriques des anciens détenus des camps de con ce nt rati on n azis . Le tribunal a refu sé la demande du requérant d'être traité par le neuro logue de son choix, un certain Dr L ., étant donn é que l a p ri so n offrait des poss ib ilités de traitement ad é quates . Le Dr A . B . a e xa miné le requé r a nt l e s 6 , 7 et 8 août 1 9 87 . Il a éga l e ment obtenu l'autorisation de con sult er l e s dossiers médicaux de l a pri so n . Le 24 août 19 8 7 , le Dr A . B . a présent é un ra pp o rt d 'expert i se d e 4 5 p ages, pr ése ntant d ' une pa rt, de mani èr e d é tai ll é e l es co ndition s de détenti on du requé rant dan s un c amp d e concentration e t mentionnant d'autre p art, les div e rg ences de v ue entre les experts quant au x con séquences d 'une telle expéri e nce ; en tout état de cau se l e fa it qu ' un psychiatre comme le Dr W . n'ait appare mmen t pa s assi milé des conna issa n ces m édical es nécessai r es no n pl u s que l a vé ri té h isto riqu e le re nd in comp é ten t e n l a mati è re . De l'av i s du Dr A . B ., le Dr W . s'était born é à un ps y ch od iagno stic symptomatique . Le Dr A . B , a notamment co nc lu que le requ éran[ était dans un é tat rég ress if qu e l 'on p ourrai t yualiF er d '«é[at li mite • un patient prématurément v iei lli . E n outre, de fait de l a détérioration de sa santé due à son séjour dans un camp de concentratio n, l e requé r a nt é[ait a c tu elle ment inapte à supp orter l a prison (haftunfâhig), et que son maintien en dé [en[i on ag grav era it un état de santé d éj à déficien[ . Même so n t ran sfert d a ns une clinique p sychia trique ne serait d'auc un e utilité .
287
Le 26 août 1987, le requér an t a demandé, appa re mm ent san s su ccès, a u tribunal rég io nal de mettre u n t e rt ne aux poursuites e ngagées à so n encontre et d'annuler l e mandat d'arrêt ou , s ub sidi a irem ent d 'o rdonner une expert i se méd ica l e par le p rofe sse ur W . M . sur sa capac ité à s upp orter la déte nti o n provisoi re . Le 14 octobre 1 987, l e tr ibun al r égi on al a d éc idé que le requ ér a nt p ou vait étre so i gné par un psychothérapeute de son ch oi x, et qu ' un t ra ite men t m é dica m e nteux n e po ur rait l ui être ad mi ni stré qu'après co ns ul tatio n des m éd eci ns de l a prison . S ' ag i ss ant d e l a p é riode d e dét e ntio n jusqu'au 14 oc to bre 1 9 87 , l e G o u ve rnem ent indique qu e le requé rant a con s ul té l es médeci n s de l a pr i so n o u des médecins pr ivés (Konziliaràrzte) les 1 0 , 14 , 17 et 18 octobr e 1986 ; les 4 et 2 5 novembre 1986 ; les 2, 1 5 et 29 décembre 1986 ; e t les 1 6 et 22 j a nv i er 1 987 . Le 1 0 d écembre 19 8 6 , le requérant a s ub i un ex a me n de co nt rô le effectué pa r le Dr W . D e l'av i s du Gouvernement, ce n'est p as la fa ute du m é decin d e la pr ison si le requé rant a cessé de l e con su l t er à parti r du 24 fév r ier 1987 . A dive rses reprises, l e re qu érant a même été invité à se re ndre à l a co n su ltatio n . Le Dr L ., Di recteu r d ' hôpital (Ministerialdirektorin) a égalemen t demandé a u Dr A . B . de faire savoi r a u requé r a nt qu' i l était le b ien ve nu s'il désirait l a consulter . L e D r L . s'est entretenu e à d eux reprises avec le Dr A . B ., q u i a recommandé q ue soit admi ni stré au requérant un séda ti f léger, m ême e n l'absence d'i nd ication médicale stricte . De l'avis d u Go u verne men t, le D r A . B ., p sych ia tre, a égalem e nt co nclu que rie n n 'i ndiquait qu ' un traitement m é dica mente ux était souhai table . Sa remmm an datio n de faire p rescri re a u détenu un médicame nt psyc hi atrique b é nin a ce penda nt été sui vie . L e Gouvernement fai t égal e m e nt o bserver q u ' un e psych oth é rapi e imp l iq uant un e sé r ie d e séa nces régu l ières n'aurait é té possible qu 'à la pri so n d e Sirau bi ng, qui acc u ei ll e avan t j ug ement des inculpés masc ulin s de toute l a B avière . Ce pendan t, le requérant rej e tt e l'idée d'u n tra n sfert dan s cet établ i ssement . L e re qu éran t fait observe r qu e jusqu'au 14 octobr e 1 987, i l n 'a r eç u n i tr aitemen t ni soin s méd icaux à]a pr ison de Stadelh e im . U n médicamem qu ' i l ava it récla m é à m a intes repri ses lu i a été administré po u r l a premi ère fois le 20 octo br e 198 7 . Cepe n dant , même dan s ce cas, l a quantité reçue n e su ffi sait que p our un e se m aine . Actuellement, le re qué rant se t rouve à no uveau san s soin s m éd ica ux, à l 'ex ceptio n du tra itemen t qu 'i l a ré u ssi à ob ten i r à la s u i te de la déci si o n d u régio nal du 14 octobre 1987 . L e requérant so uligne qu e da n s so n doss i er médical fig ur e nt au ss i les n om breu ses vis ites q u ' i l a re ndues a ux méde cin s con sul ta nt à la pri so n de St adel h e im (médec in s de l'établ isse me nt ou co n su lt ants extérie urs) . Il en ressort no tanvne nt que plu sie ur s de ces visites étai ent motivées p a r u ne affec ti o n du c u i r c he ve l u p l ut ôt qu e p ar des tro ub les me nt eux . Pourtant, à ch ac un e d e ses v i si tes à l' in fir mer ie , il n'a ce ssé d e r éc l a m e r d es an a l gésiqu es et des tranquilli s ants, qui ne lui o nt été d onné s
2 88
qu ' à d e rares occ a sion s . D ' après l es indi cati o n s fig urant d a n s le dossier médical à la date du 21 janvi er 1987 , pa r e xempl e, le r e qu é rant s'es t une n ou vell e fois plaint auprès du m é deci n d e l a pri so n d e d é pre ss i o n et d ' insomnie . A cette occa sio n , il n'a r eçu au c un m éd ic am ent, mai s o n l ui a dit qu 'i l se rait examiné par le Dr W . M . l a se m ai ne suiva nte, o r cet ex ame n n'a p as eu lieu avant la fin mars 198 7 . L e requérant pr éte nd que lo rs de ses n ombreu ses con s u ltat ion s m é d ic al es . il a à ma in tes repri ses a tti ré l'attention sur les tr ou bles me ntaux dont i l souffrait ; mais, co mm e les m é deci ns de l a pri son ne l'ont p as co mpr is, il a cessé de les consulter . L e re qu é rant so u lig ne qu e l e Dr A . B . a d' abord estimé qu'il (l e requérant) n 'é tait pas a pt e à p asse r en j u st ice . C epe ndan t, pa r la sui te , l e Dr A . B . es t a rr i vé à la méme co ncl u s ion qu e l e Dr W . M ., à sa v o ir qu e l'aptitude du requ ér an t à p asse r en ju stice, qu oiqu e faible , po urra it être prése rvée s' il ét ait soig n é par un m é dec in ex téri e ur à la prison . En conséquen ce, le tri bunal rég ional a pri s la déci s i on , le 14 octo bre 1 9 87, de per mettre au requ érant de se faire soi g ner pa r le pratic i e n de son c hoix , en l 'occ u rre nre un m édeci n de la clinique p s ych ia t r iqu e de l' uni ve r sit é de Mu nic h . Le traiteme n t a comm e ncé l e 3 1 octobre 1 9 8 7 . S e fon da nt s u r l 'ex pe rti se du Dr A . B ., le requéra nt es time qu'il est fau x de déc l ar e r qu e le Dr A . B . a j ugé qu ' un e m é d ic a tion é tai t inut il e o u de pr ét e nd re que l e s a uto rités on t t e n u co mpte d e sa reco mmanda ti on defa ire prescrire au requ é ra nt un t ra ite ment p syc ho ph a r m a co l og ique limité . Le re qu é rant co ns idère qu 'on n e p ou v ait pas raisonnablement a tte nd re de lui qu ' il acce pte un transfert à la pri son de Stra ubin g . En particulier, alor s qu'il ét ait toujo ur s prés umé innoce nt , i l aurait été i n c arcé r é en compa gn ie d e dé linqu a nt s co ndamnés, purge ant des pein es de longue d u rée, vo i re à vie, pou r d es in frac tion s g ra ves . Ce la a u rait égaleme n t pu avoi r des effets n é fast es sur s a défen se . Le 9 décemb re 1 987, le tribun a l rég i on al de Munich a reco nn u le requérant co upable de fra ud e fi scal e e t l'a co nd am né à deux a ns e t troi s mois de pri son . Simu ltan éme nt , le mandat d 'arret éta i t s us pen du contre une caut ion de 100 .0 00 DM versée p a r le requér a nt . Cel ui-ci a é té l ibé ré le 9 d éce m bre 1 9 87 .
GRIEF S Le requé r a nt fait observe r que son séjo ur dan s un ca mp de co n c en tratio n a entraï né une dét é r ior ation i rrév ersible de so n é ta t de santé, e t que p our ce tte raison il a beso i n d epui s 1948 d ' un tra iteme nt ne uro log iqu e et d es médi came nts corresp on dants . Il fait v al oir qu e depu is so n i ncar cé ra tio n dan s une p ri so n d e Munieh , i l a é té priv é du traitement nécessai re, et que so n é tat p syc ho l og ique s' e st con s id é ra bl em e nt dégradé . Le re qu é r a nt indiqu e égal em e nt qu 'e n ra i so n de so n séjou r dan s un camp d e concentra tion , i l est à présent inapte à l a détentio n p rov i so ire . Il invoque l'article 3 de l a Convention .
289
EN DRO IT 1. Le r e qu érant se plai nt d 'avo i r été so umi s à un traitement con trai re à l'article 3 de la Convention l o r s de sa détention préventiv e à la pri son de MunichStadelheim . Il n' pu b éné fi cier du traitement médical qu 'exig e son état de santé, gr avem e nt alté r é par son séj ou r dans d es camp s de con ce n[rati on so u s l e r égime nazi . u fait également v al o ir qu ' en raiso n des so u ffran ces endur ées dan s l es camp s n azis, i l est a ujw rd ' hui inapte à la d é te nti on . 2. L a C ommi ss io n a d' abord e xaminé l es co n d itio n s d ans les que ll e s s'es t dé ro ul ée l a dét ention proviso i re du re qu é rant et e n particulier l'ab sen ce de traitement médi cal . e n vi o latio n de l'article 3 , allég uée par le re qu é ran t . D 'après l a jurisprudence co n stant e d es orga nes d e l a Convention, la not ion d e mauva i s traite m e nt s au s ens de la Convention, d oit co rres po ndr e à un min i mum de gravité po ur tomber sou s le co up de l'art i c l e 3 . L 'appr éc iat io n de ce m in i mu m est re lat ive par esse nce et dép e nd de l'ensemble des d onnées de l a cau se (vo ir Cour Eu r . D . H ., affa ire Irlan de c/Royaume-Uni, arrêt du 1 8 j anvi e r 1 97 8 , sé rie A n° 25 , p ar . 162) . Eu égard à l a nature des pr ése nts gr i efs, la Comm iss i on rappelle de plus que l'o n peut effect iveme nt p a rle r d e traitement inhum a in dan s c ena i n es circo n sta nces, lo rsque la dét entio n en t a nt que telle est la cau se du m a u vais état de s ant é de ]' intéressé . En pareil cas c ependant , l a Co mmi ssi on e xaminera en part icul i er l e traitement médical do nt le détenu pouvait bén éfici e r a i n s i qu e sa va lonté d 'avo ir recou rs aux serv ices exi st ant s . E n outre , l' Etat es t tenu de co n tr ôle r en pe r m anen ce les conditions de d é tent ion d e m a ni è re à ga rant i r l a sa nté et le bien-être des pr i so nnier s, co mpt e dûment t enu d e s e x igen ces ha bitue l le s et ra i so nnables d e l ' emp r i so nneme nt ( B onnec haux c/Sui sse, rapport Comm . 5 .12J9, D . R . 18 pp , 1 00, 1 23, 1 2 4 ; No 831 7/78, M e F ee ley et a l . c/ R oya um e- Un i, déc . 1 5 . 5 . 80 , D . R . 2 0 pp . 44 , 138 ) . E n l 'espèce, la Co mmi ssio n doit donc d 'ab ord s' i n fo rm er de l'état de santé du r e qu éra nt et du traitement do n t il av ai t besoin, pu is ch erc he r à ét a bl ir s i l e traitement d is pe n sé était ad é quat . L a Com mission n ote que d 'après les di ve rses expertises con fiées à des s péci al istes, l e requérant so uffre de dépression s ca usées pa r sa détenti on dan s un camp d e co ncen tratio n . Ses médecins p e r so nn el s o n t confirmé qu ' il av a it be so in d'a ntidépresse ur s et de tranquillisants . C ependa n t, le mé dec in de la pr iso n , l e Dr W ., neurop sy c h i atr e , a décl a ré le 20 m a i 198 7 que le requérant é tait soupçon né de pharmacodépendance . D e më me, a pr ès avoi r e xaminé le re qu é rant , le pro fesseur W . M ., e xp ert ch ois i par l e requéran t, a m entionn é dan s son ra pp ort d 'ex pertise du 2 3 avril 198 7 que l e requ érant était a pp a re mm e nt pharma co dép e nd ant de m éd icaments e t qu e par conséqu e nt , l e traitement médicamenteux devait s'acco mpagn er d ' un e psych oth é r a pi e .
2 90
A l a lumière de s conclusions ci-d ess us, l a Commiss i o n co ns id è re que le requérant so uffre d e t ro ubl es mentaux qu i nécess ite nt un traitement, bien qu e deux sp éc ialis tes ment io nnent l ' év entua lit é d ' un e dépendance à l'égard de s médi c ament s . Sur la b ase d e ce s élémen ts, la C o mmission a e xaminé l e traitement offert au re qu é rant pa r les autori tés péniten tiai res . Un probl ème pourrait en particulier se pose r au regard de l'article 3 si l es p oss ibil i t és de traitement ét aie n t inexistantes ou ins u fisa ntes . Sur ce poi nt , l es pa rt ies so nt en désacco rd . Le G ou vernement fait v aloir qu e le re qu ér ant a été exam i né de manière app rofo nd ie par l e Dr W . le 25 septembre et l e 10 d éce mbre 1986 . Entre oc to bre 1986 et févrie r 1987 , i l a e n outre été examin é onz e fois pa r de s médec ins pén i t e ntiai res ou des médecin s d e son c ho ix . Depu is le 24 févrie r 1987 , il n'a plu s co ns ulté l es médeci n s d e la p ri son . Entre-temp s, il a été e xaminé par de s spéciali stes de son choix, et à parti r du 1 4 octo br e 1 987 , i l a été traité par un psych othérapeute . En fin , le Dr W . a d éc lar é l e 2 0 mai 1987 qu e si l 'é t at de santé du requ érant s e d étéri orait , il po urrait être transféré à la se c ti o n p sychiatr ique de la pri son d e Munich - Stra ubing . C omme l es tribunaux conce rnés l'ont soul igné, ce ty pe de tra itement n'était pas poss ibl e à la pr ison de Stad elhe im e t le tr ans fe rt à l a c linique psychiatrique d e l'université de Mu nic h , dem andé par le requ érant , éta it refu sé pou r de s ra iso ns de sécu rit é . Le requ é rant soutient que ce n 'e st qu 'à pa rt ir du 14 oct o bre 1987 qu 'i l a ét é traité par un méde cin de son c hoix . L o rs que le Dr W . l'a examiné, il s' e st bo rn é à lui p rend re le pou ls et lui examiner les y eux . Ses v is ites à l' infirmerie de la prison av ai e nt p our o bje t un e affection du cuir che velu . Le requéran t fait o bserve r que bie n qu ' il a it con s tamment récl amé d es médicame nts, il n'a reçu de s tranquilli sants qu 'à de rar es occas io ns . Il a cessé de con sulte r les médecins qui ne le comprenaient p as . Néa nmo in s, les d iv e rses e xp erti se s ont confi rm é l a n écess ité d ' une m é d icatio n et d' un trait e ment spé c ial isé . De l ' av i s du requér ant , un transfert à l a secti o n psych iatrique d e l a prison de Straubing n'était pas possible puis que , n 'étant p as encore passé en j uge m e nt , il d evait è tr e pré s umé innocent , a lors que cet é tab l i ssem e nt re ç o it des dél inqu ants condamnés à de lo urdes peines . Ce tran s fert r isquait par aille urs d e nuire à s a défe n se . La Commi ssion no te que le requé rant a é té ex a m i né par l e Dr W ., un sp éc ial is te , à deux repri ses . En ou t re , il avait à tout moment la p oss ibil ité de se rend re à l' in fir mer ie et d e con s u l ter les méd ecin s atta c hés à la pr iso n . Le 20 mai 198 7, l e Dr W , a décl aré que l'état dépressi f du requérant n'avait pas attei nt un deg ré nécess i tant un tr aite m e nt m é d ic al s péc i al . L ' intéressé lui-même n ' a pas no n p lus signa l é au x méd ecin s de la p r i s on qu 'i l co nsult ait, que son état dépress i f emp irait et nécessitait d on c un tra ite ment différent . En fait, après fév rier 1987, l e re qu é rant a cessé de co ns ulter les méde c in s de la pri so n , bi e n qu 'i l a it été e xaminé p a r la suite à d ive rses occasion s par d es m édecins de son ch oix , qui on t so ulig né la nécess ité d ' un trai tem e nt .
291
A ce pro pos, égard, la Commi ss i o n n ot e qu e le req ué ra nt av ai t la possib ilité de se fa ire so i gn e r d a ns l a section p syc hiatr iqu e de l a p r i so n de Straubing . L a Commi ssio n rappell e q u ' i l faut tenir compte des exigences d e la d é tenti on prov i so ire et n ot e que les autorités all ema ndes co ns i dér a ient que la pr i son d e S tad e lh eim n e con ven a it p as, faute d e d is poser du personnel n éce ssair e, o u qu 'elles on t refu sé, pou r d es ra i so n s de sécurité, que l e requér a nt soit tra ité à l a clin iqu e p syc hiatriqu e de l ' univer s ité de M u n ic h .
Il est v rai qu e l e requérant a souten u qu ' un tra nsfe rt à l a pri son de S t a ub ing i ra it à l'enco n tre d e l a p réso mpt io n d ' innoce nce et, nuir ai t peut-être à l'exercice des dro its d e la dé fen se . Cependx nl , o n n e vo it pas b ien comm ent l a défe n se du req uéra nt au ra it pâti du s i mple fait qu ' il au rai t été traité pou r de graves tro ubles psych ologi ques dans u ne p riso n qui di sposa it appar emment des moyen s nécessaires à ce type de tra itement , ce que l e r equé ra nt n e con tes ta it d 'a i lleu rs pas . E n con séqu ence, la Co m m i ssion estime qu e les co nd i t io n s de déten tion du r equérant n e constituent p as un t r aitement p résen ta n t le mini mum de rig ueu r s u sceptible de l es faire tomber so u s le cou p de l 'article 3 d e l a Conve nt io n. 3 . La Comm i ss ion a e n s uite examiné l'au tre gr ief du requérant sel o n lequel, en ra ison des souffrances en du rées lo rs de so n séjo ur da n s des c am ps de co nce ntr ation , i l é tait a ujourd ' hui , d' u ne manière gé né rale, inap te à la détention . Dans ce co n tex te, le r equér a nt a al lég u é que sa détention entre 194 0 et 1945 avait i rrém é diabl eme nt affecté so n ét a t de sa nté . Au ss i n 'est-il pl u s e n mes ur e d 'e n d u rer une quelconque p r i vat i o n de liberté . sit uation qu i le contra int à rev i vre me nt a lement les te rribles années pa ssées dan s u n camp de co n cen trati o n na zi . L a Comm i ssi on a so ig neu sement évalu é les élém ent s p rod u its pa r le requéra nt à l 'a ppu i de ses a ffirmatio ns . E lle a, en p a rticu lier, p r i s e n comp te l e s r a pports d'expe ni se psych iat r ique d u p rofesseur W . M . et d u Dr A . B ., ce d e rn i e r é tan t spécialisé da n s l a psychiatrie des s u rvivan ts des cam ps de concentration nazis . La Co m m iss ion estim e, q u'en principe, la d éte n t i on d' une personne comme l e r equ érant, qu i, enfant, a p assé ci n q ans dans ce ge nre de ca m ps, peut très b ien sou l eve r d e graves p rob lè mes so us l 'a ng l e de l'art i c l e 3 de la C o nve n tio n , si la p ri va tio n de liberté a po ur consé qu e nce directe d e lui faire revivre l es te r ribles épre uves des ann ées 19 40 à 1 94 5 . La Commi ss io n estime ce p e nda nt que m ê m e l es ra pp orts soumis par l es pr op res médec i ns d u requérant ne so n t pas assez concluants po ur jus t ifier ses allégations à cet égard . L e Dr W . M . a déc l a ré le 25 j uin 1 987 que l e r eq ué rant n 'é ta it pas in a pte à l a dé tent i on . P ou r le Dr A .B . le requé rant était déso rmais i napt e à l a d éten tion , il le yualifie de cas l imite, mais n'a pas a ll ég u é de d anger immédiat pou r sa s a nté.
2 92
D an s cette s ituatio n , l a Comm i ss ion , tout en reconnaissant qu e son m ai nt ien e n la détent ion p rovisoi re d u 8 sep tembr e 1986 au 9 déce mbre 1 987 a certainement été une épreuve p ou r l e requ é rant , n 'es t toutefois p as en m es u re de co nc lure que l e de g ré de rigueur nécessa ire pour constituer une violation de l 'art icle 3 de l a Convention état atte in t . 4. u e n d écoule que les gr iefs du requ éra nt ne r évèle nt a ucune appa rence de violat ion des droits garantis p a r l'article 3 de la Co n ventio n . La Commi ss i o n co nclut do nc que la requête est manifes t emen t mal fo nd ée au sen s de l'article 27 par . 2 de la Con ventio n . Par ces motifs, la Co m miss io n
DÉC LARE L A REQUÊTE IRRECEVABLE .
293

Origine de la décision

Formation : Commission
Date de la décision : 10/03/1988

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.