Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ DARBY c. SUEDE

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 11581/85
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1988-04-11;11581.85 ?

Analyses :

(Art. 13) DROIT A UN RECOURS EFFECTIF, (Art. 8-1) RESPECT DE LA CORRESPONDANCE, (Art. 8-1) RESPECT DE LA VIE FAMILIALE


Parties :

Demandeurs : DARBY
Défendeurs : SUEDE

Texte :

H nw cve r , a s a result of h is ob l iga ti on t o p ay taxes i n Sw ed en in the s am e w ay as a per so n domic i led in Sweden, the appl i ca n t has a l so bee n obliged to pay fu ll chur c h ta x . Th e c hurc h tax is a sm a ll p a rt of th e mun ici pal t axes and fornis pa rt of t he g e ne ral ta x es . Th e rat e of the churc h t a x i s det ermined by t h e releva nt pari s h co unci L The a pplica nt has bee n re fu sed reductio n o f th e churc h t ax un der t he D isse nt e r 'ra x Ac t . Th e Co mmi ssio n co nsiders th at an iss ue ar i ses as t o wh ether the a ppl ica n t's o b l igat io n t o pay, contrary to hi s wi sh es, c hurch tax to th e C hurch o f Swede n i s in confo rm ity with h is r ig ht to fr eed om o f rel i gion as protected by A rtic le 9 pa ra . 1 of the C o n ve nt io n . F u rthe r i ss u es a rise und e r Article 1 4 rea d i n co nj unc tion w ith A rticl e 9 of th e Co n venti on and with Article 1 of Pro tocol No . 1 to th e Convention res pec ti vely a s to whet her the d ifferen ce i n treatment between residents a nd nonres ident s, i n r elatio n to the p ay m ent of the c hurch tax, h as a n obj ecti ve a nd reasonable j usti ficatio n . After a prel iminar y e xam in ation of these iss ues in the li g ht of t h e part ies' submi ss ion s . t h e Co mm iss i o n co n siders th a t th ese i ss u es ra ise question s of fact a nd law whi c h a re o f s uch a comp lex n a tu re that the ir determination req uires an ex a m i nat io n of t he merits . These compla i nts cann ot th ere fore be decl are d inadmissible as b e in g manifestly i lbfound e d w i th i n the m e aning o f Ar t ic l e 27 para . 2 of the C o n ve mi nq bu t mus t be dec la red admi ss ibl e, n o ot her g ro und for d e c la r ing ih e m i nadmi ss ibl e hav in g been esta bl is h ed .
(TRADUCTION) EN FAI T Les faits d e ce tte affa ire, tel s qu' i ls ressort ent des observatio ns des parties, peuvent se résu mer co mm e suit : Le requérant es t un c i toye n fin land ai s d 'or i gi ne br ita nniqu e, n é en 19 26 . Il rés i de d a n s l 'arc hi pel d ' Ahve n a n maa e n F in l ande depui s 1 9 66 e t e xerc e la pro fessio n tie médeci n .
173
Lrs faits de la caus e E n 19 77, l e requé r a nt a co mm e ncé à t rava i l l er à Gàvle, en Su ède . co mme médec in du travail aux C hemins de fe r s u édoi s . Il louai t un a ppa rteme nt à Gàvle, mais passa it ses week -ends e n fa mil le à Ah ven a nmaa . A partir d e l a fin d e 1 9 81 , il a e x e rcé la m édec ine à Norrtàlje, en Su è de eL de pu is août 1986, i l t ravai lle dan s l 'arc hipel d 'A hve na nm aa . Depu is 1 977, tan t que l e req u éran t a tr ava il lé e n S u èd e, i l a été i mposé e n Suèd e, conformément à la l ég is l atio n fiscale su éd o i se . La co nve nt io n con clue avec l a Finl and e aux fin s d e p réven i r les do u bles imp os ition s (SF S 19 77 : 81 2) n e sti pulait au c une e x on é ratio n dans ce c a s . L e requé r a n t ob tint une dé du c ti on fiscale a u titre des fra i s d 'e nt reti en de de u x rési d en ces ai nsi que pou r ses fr a i s de d é pl aceme nt en tre l'archipel d ' A hve nanm aa et son li eu de tr ava il . P uis qu e so n séjo ur e n Su è de éta it con sid éré co m me provisoi re, i l a ét é jusqu'en 1 980 im posé d an s le «district wm mun u( gem e n sam ma d i st r i kt etl, et sa t a x e locale a é t é en co nséque n ce réd uit e . Celle siw a tio n pré sen tait certa in s d ésavantages pour l e requérant, qui n ' a vait p as dro it à l'intégralité des pres tatio ns sociales, n otam m e nt au x p rest a ti o n s de mal ad ie et de vieil l esse . A ta suit e d ' un a me ndemen t d e la légis l atio n fiscale e n 1978 ( 1 978 8 1 2), e nt ré e n vig ue ur le 1 ° j anvi er 1 979, le requérant fut, aux fi n s de l a fi scalitc . con sid é ré comm e do mi cili é en S uède e t cessa de bénéficie r des déd uct ions fiscales accord ées pr écéd em ment . De plus, la réd uctio n d e t axe locale fut ell e au ssi s uppr i m ée a u requérant et celui -ci d u t donc acquitter l'intégralité d e la ta x e loca le, y compris l' i mpôt ecc l cs i a l . Le requérant fut av i sé p ar l 'admi ni strat ion Ciscale qu 'i l ne p o u va it p rétend re à u ne exon é ratio n de l' impôt ecclésial que s' i l éta it o fficie llemen t i n scrit comme résiden t e n Suède . L e requér a nt expose que, b i e n q ue cons i dé r é p a r l'adm in is tr atio n fi scale comme d o micilié e n Suède, i l était con sidéré par la Caisse d'assurances sociales com me do m ic ilié e n Fi nl a n de et d on c exc lu d u régime i ntégral de p res t ations sociales . Ul tér i eu rem ent , le req u érant obt int , le 1 9 fév ri e r 1982, u ne déc i s i o n de l'admi n istrati on nat io n al e d es Impôts (riksskatteverket) a u x termes de laq u elle, s'i l fa i sait quotidiennement l'alle r et re to ur e ntre l 'a rch ip e l d ' Ahve na n maa et so n l ie u de t rava i l e n Su è de, il ser a it imposé rnmme non-résident en S u ède . Cependant, l e r eq u ér a nt ex pose qu'i l lu i étxi t impossible d e faire qu otidie nne men t le t rajet jusqu'à G àvle et q u 'e n co n sé que n ce, il prit u n post e mo i ns i nté ressan t et mo in s b ien payé à Norrtàlje, ce q ui lu i perm e ttait j u ste de faire tous l es jou rs la n avette . P ou r ce qui es( de ses i m pôts sur ses reve nu s d e l'a nnée 1979, l e re qu é rant a e xercé un recours d e va nt l es j u r idi cti o n s administratives suédoises . In i t ia lement, i l a été im posé p ar l'administration des impôts (taxe r i ngs nàmnd e n) comme s'i l é ta it résident à Gàvle . Le r equé ran t a fo r mé u n reco u rs devant l e tribunal communa l mix te 1 74
en matière fi scale ( m e ll ank o mmuna l a skatteràtten) en a llégua nt qu'i l ne deva it pas êt re con si dér é co m me rés ident e n Suède . Da n s un jugeme nt du 25 févr ier 1982, le t r ibu na l comm un a l m i xte en matière fiscale a rejet é le reco u rs du requé rant . L e r equ érant a int e rjeté appel devant la co ur d'ap pel ad mini st r a ti ve ( ka m ma rr ë(te n ) de Sundsvall qu i, par un arrêt d u 22 oct ob re 1 982, l'a déb out é . L e req u éra n t a a l o rs sa i si la Cou r adm ini s tr ative suprême (r egeri ngsrâtte n ) qui , dans u n arrêt du I S oc to b re 1 984 , a pou r un e part re fusé au r equé rant Paut o ri sati o n d'i n trodui re un po urvo i e t d 'autre part refu sé qu e ses gr i efs so i ent e x a m i n és dan s le cad re de l a procédure sp écifique de reco urs prév ue par la l o i sur l a fi scal it é (t axer ingslage n ) . Parallèleme n t à l a p rocédure ci -d essu s, le r e qu ér a nt a, po ur ce q u i con cerne l'année d ' imp os iti o n 1 979, attaqué devant l e t ribu nal ad m ini str at if d é parteme ntal (l ë n s rétt en) de Gëvlebo rg l 'av i s de mi se en recou v r e m ent de l'impôt ecc l és i al . Il invoquait po ur ét ayer so n reco ur s qu'il n'était pas m e m bre d e l ' E gli se su édoise, ni citoyen s ué d o i s, e t qu 'il ne rés idai t pas en Su è de . Pa rj u geme nt du 1 9 mai 1 981, l e t ribun al admi nis trat if départemental de Gâv l e bo r g a débouté l e requérant, a u motif que la loi s ur cert a in es réd uc tion s d'i mpôt s p our l es pe r sonnes n'appartenant p as à l'Eg l ise suédoise (lag 1 95 1 : 6 9 1 o m v iss lindr in g i sk a tt sk yldigh eten f& r d en somicke tillhôr sven s ka k yr ka n , ci-a pr ès dé n ommée «loi fi scale des D issi d ents») rie lui était p as app li cab le . Le req ué ra nt a interjeté a pp el d eva nt la cour d ' app el a dmini st rative de Su nd svall qui , le 22 oct o bre 1 9 8 2, a con fi rmé l e ju ge m e nt d u tr ib unal ad minis tr ati f départemental . Le requéra nt s'est al o rs adressé à l a Cour ad mi nsitr a ti ve su prê m e q u i, le 9 oc tob re 1 9 84 , lui a ref usé l'autorisation d' int rodu i re un pou rvoi . Le requéra nt a égale me n t sa i si le médiat eu r parlementaire à la Ju s ti ce (justi tieom bu dsmanne n) su r la ques t ion du dégrève m e nt fi scal p ou r l es person nes n'appartenant p as à l 'Egli se suédoise . Apr ès enquête, le m é d ia teur a , dan s une lett re ad ressée a u Gouvernement, pr op osé d'ame n de r la l oi , de man ière à n e plus ex i ge r qu'une person ne so i t en regi strée comm e r ési da nt e n Suède po u r o bte ni r u n dégrèvement de l'impôt ecc l ésial . D e l a d écis i o n du médiat e ur pa r lemen tair e, e n da te du 1 6 avril 1 982, il ressort ce q u i suit : l'art i cle premi er de la l oi s u r ce rtai nes réductions d'impôts po ur l es per so nnes n 'appartena nt pas à P Eg l ise s uéd oi se exige q ue, a u début d e l'année d'im posi ti o n , l e con tr ibu a bl e n'appartienne pas à l'Eg li se suédoise et qu'il so it i n scrit comme résid ant en Su ède . Le m éd i a te u r parlementaire a relevé que ce tt e conditio n avai t ét é remise e n cau se à plu s i eur s repr i ses, n ota mme nt a u P arlem ent . I I a d 'autre p art observé qu e cett e disp os iti o n d e l a loi ava it des i ncide nces p o u r les perso nnes qu i ve n a ie nt s'installe r e n Suèd e ou quittaient le pays . Le méd i at eur a es ti mé q ue cette di sp os it io n n 'é t a it pas sa ti sfa i sa n te, m ai s qu'elle ne v iol a it pas l es cl a u ses d e non-discrimination que l a Su ède ava it adopt ées d ans l e cad re 17 5
d es con ven tions d e d oubl e impositi on . Ce n 'ét a it pas un e question de discrimination fo ndée s ur l a nationalité . Mai s le méd iate ur parlementaire pouvait co mprend re que le requ é ra nt critique la rég l e ment a tion s u r ce point . Le méd iateu r parlementaire co nc lua it que l e p rob lè m e en l'ocw rr e nce so ulevait un e ques t io n l i mit ée, mais es tim a it qu 'i l s' ag i ssait d ' un e in co h ére n ce fonc ière d e la légis l a t ion fi sc al e . Au cun e raison object i ve ne ju sti fiai[ l a règ l e en v i gu e ur e t l'irritation qu'elle suscitait étai t com préhen sible . Législat io n suédoise pertin ent e La lég i slat io n suéd o i se re l ati ve aux imp ôts locaux s u r le reve n u e n gén éra l est co n tenu e dans la l oi s ur la fiscalité locale (ko mmuna ls katt elagen) de 1 928 . Cette loi a ét é mod ifiée à pl usie urs reprises a u cours des a n nées . S'agissa nt de l 'assuj ett i sse ment à l'impôt en S u è de, l 'artic l e 53 par . 1 de l a lo i su r la f scalité locale s tipul e que to ute personne r és idant en S u ède est imposable e n i Su ède s ur l a totalité de ses reve nus . Les per so nn es qui n e résid ent p as en Suède so nt imp osabl es en Suède su r, not n mm e nt , le ur s reve nu s ti r és d' un em pl o i dan s un serv i ce pu bl i c suédois, y compris d an s un conseil d e com té ou u ne p a ro i sse . Con formément à l'article 1 9 de l a convention fiscal e alors a pp li c a ble avec l a Fi nl an de en v u e de préve ni r les do ubles im positi on s, l e d roit d'imp oser les reve n us ti rés d e l'emploi d an s un serv ice pu b li c appartie nt - sous réserve de certai nes exceptions dépourvues de p erti nence en l'occurrence - à l'Etat qu i verse la r émun6ra l ion . Pour ce qui es t du lieu d'imposition e n S uèd e, l'article 59 par . I et 3 de l a lo i s u r la fiscali té locale di s posa it, d a n s son libellé a ppl icabl e penda n t la p éri o d e co ns id érée, qu e l es r evenu s d u travai l gagn és p ar un e pe rso n ne alors qu'ell e rés id e en Suèd e so nt imposés au l i e u d e son do m ici l e . Les revenu s d u travail gag n és pa r un e p erso nn e alors qu'el l e ne réside pas en S uè d e sont imposés à S t oc kho lm à d es fins loca les d'intérêt com mun . A cet effet , un di st r ic t fi scal s pécial a été créé, l e « di str ic t commun u . L es d is position s d é fini ssan t q ui peut être co n s i déré comme rési den t en Suè d e ain s i que l e « lie u du d om ic il e+ figurent, s' ag i ssant de l a mise en recouvrement de l'impôt po u r l'exerc i ce fi sca l 1980 , à l'arti c l e 6 8 , à l 'article 66 et au parag raph e 1 des ins t ruc t io n s re l a ti ves à Pa rti cle 66 de la loi sur l a fiscali té loca l e . D e pui s 197 8 , ces di s p ositi on s ont été de ux fois mo d i fi ées . Avant 1 979, l es p e rsonnes résidant t e mporair e mem en Suède étaient i mp osées, au t ilrc des r even us tir és de leur t rava il , dan s l e « di st r ict commun», avec p ou r corolla i re un taux d ' i mp osit i o n inférieur au tau x no rmal . A p artir de 1 979, ces perso nn es o nt été i m posées s ur la même b u se que tout rés i den t en Su ède, et aux m êm es taux . D epui s 1987, ces pe rsonnes son t à nou veau imp osées da n s l e « distr i c t com mu n », no n seu l e m en t s u r leur s reve nu s t ir és de l e u r trava il , mais au ss i s ur les revenus d u ca p ital - intérêts par exem p le - ou d es revenus i mmobil ie r s . 1 76
Une pet i t e pani e d es impôts l ocau x est con sti t uée par les i mpôts ecclési a ux . d ont l e t aux es t fixé pa r le co nse il d e p a roisse compé ten t . Ce système, n é d' une l on gu e tradition, es t fo ndé s ur l e fait qu e l ' E glise l uth é rienne de Suèd e es t ce qu 'on appelle co uramment un e . Egl i se d 'E[a[» e t que ses paroi sses o nt un statut communal en vertu d e la Co ns t ituti on , y co mpr is l e d roit de l e ver des impôts . Depuis que l es r eg i st res de po pu lati on (folkbokfôringen) ont ét é créés a u seizièm e s i ècle, ils o nt été te nu s p a r l es paroi sses . Celles-ci sont éga l e me nt c har gées d e gére r et d'entr eten i r l es ci m e tières e t a utres lieux publics de sépulture, no n seule m e nt po ur l es m e mbr es de l 'Eg l ise mais po u r l ' en se mbl e d e l a po pul atio n . E n app lica tion d e l a l oi fiscale de 1951 , d it e de s « Di ss ident s=, l'impôt ecclés i a l peut être réduit . L ' arli cle premie r de la loi est a in s i l ib e llé : «Conformément à l a l o i (1 961 : 4 3 6 ) r e l ati ve à l 'admini st rati on d es paroisses, l' i m p ô t ecc lés ial mis e n recou vre ment e n vert u d' une déci sion du co n se il de p a ro i sse o u autr e m e nt recouvré e n vertu d es di sp os iti on s applicabl es au recouv re ment des impôts l ocaux , se r a ac qu itté par toute pe rso nn e n'appartenant p as à l'Eglise d e Su ède au d ébu t de l'année d ' imp os iti o n et e nreg i stré da ns ce pays p o ur l ' année d'i mp osi t ion , à con c ur re n ce d e 30% se ulement du mo nta nt fix6 . w Po ur qu'une personne a ss uje ttie à l'impôt pui ss e b é néficier du d ég rèvemen t . i l faut do n c qu'elle ne so i t pa s m e mbre d e l'Eglise de Suède au début de l' année d ' imposit io n et qu 'elle soit enregistrée e n Suède p our ladit e ann ée . Il s' en suit que l a l oi fi scal e d es Dissidents n e s' app l ique pas aux personnes qui so nt i mposées d a ns l e « di strict comm um . Se l o n l es travaux préparat oi res de la l oi, l es rai so ns de cette dis pos iti on sont l es s u iv ante s : t out d 'ab ord , la demande de dég rève ment ne po u r rait être d é fe ndu e avec la mém e force pour les personnes qu i ne rés id e nt pas e n Suède que pou r l es rési d ent s, et deuxiè mement , l a procé du re serait con sid é rabl ement compliquée si l a rédu c ti o n de t a x e s' appl iqu a it à cette ca tégo ri e de pe rsonn es .
Le rel i quat de l'impôt ecclésial qu i subsiste après r éduc t ion se rapporte aux dép e nses supportées par l es paro isses p our l a t e nu e de s regi st res d e popul ation e t l'administration des ci metières, les quelle s sont évaluées à 30 % e n moye nne de l 'en sem ble du budget p aro i ssia l . Depui s le I °' j a nv i er 1987 , l ' a rt i cle 1 °' de la l o i fisc ale d es Dissidents n'exige pl u s, par suite d ' un amendement , qu'une pe rso nne soit e nreg istrée comme do mi cil iée e n Suède po ur po uv oi r prét end re à l a réd u c ti o n de l'impôt ecc lés i al . P o u r ce qui est d e la taxe p e rçue à des fins locales d'intérêt co mmun , son taux est de 1 0 % co nfo rm é m ent à la l o i relative aux imp6ts pe rçu s à d es fi n s l oc ale s d'i ntérêt commun ( l agen o m s katt fôr gemensant k ommunalt ândamâl) . Cette tax e n 'es t pas r épartie e ntre ta x e muni cip a le, ta xe de co mté et l'impôt eccl ési al ma is se n à équil ibrer l e poid s de l'impôt e ntre d i ffére nte s munici pa l it és ou autres entit és administratives .
1 77
Tout enfant s uéd oi s do nt l es par ent s so nt membres de l' Eg li se de Suèd e est e n regisvé co m me me mbre, s au f vo l onté con traire des parents . D ës qu 'i l atteint l'âge de la maj o rit é, i l peut c h o i s ir de rester me m bre nu de cesser d e l'être . Dan s ce dernier cas, i l lu i su ffit d ' anno ncer sa d ém i ss i on à l a par oisse à l a qu e ll e il ap partien t . L es pe r so nnes qu i ne so nt pas membr es de l'Egl i se p e uve nt d em a nde r à le de ve n ir . L' art icle 6 pa r . l de l a lo i su r l a liberté de re li gion (re li gio n s frih e(slage n ) s tipul e q u e seu ls, l es citoyen s suédoi s ou les perso nn es dom i c i liées en Suède peu ven t être memb res de f Eg l ise de Su ède . En vue d'informer les i nté r essés s ur l a façon do nt il convie n t d ' in terpr éter différentes di s pos itio n s fiscales d ans tel ou tel cas particulier, l'ad m i ni strati on national e dc , impôts pe ut re nd re des déc i sion s dites « p réalables= (fii rh and sbesked), lesquelles s'im pose nt à l'administration des imp 8t s et aux jur id ictio n s f scales . i
EN DROIT (Extrait ) I . Le requérant se plaint d'avoir été contraint de payer un impôt ecclésial en Suède . Il allègue que cette obligation viole l'article 9 de la Cunventiun . Il prétend aussi avoir été viclime de discrimination au motif qu'il aurait eu droit à une réduction de l'impôt ecclésial s'il avait été résident en Suède .
L a Cum mi ss i o n a ex amin é ce dern ier g ri e l au regard de l'article 1 4 d e la Con ve ntio n co mbin é avec l 'art icle 9 de l a Convention ai n si qu e sous l 'angle d e l 'artic l z 1 4 de la Convent i o n combi n é avec l'article 1 ° d u P rotoco l e ad diti o nn el à la Convention . L'article 9 de la Conve ntion est a in si libellé : « 1 . To u te pe r so nne a droi t à l a l ib erté de pe n sée, d e con scie n ce et de rel ig ion ; ce d ro it i mpl iq ue la lib erté de chan ger d e re li gi on ou d e conviction, ainsi qu e l a liberté de manifes ter sa religio n o u sa convictio n indi v id uelle m ent ou eollective ment, en p ubl ic o u en pr i vé, par l e c u l te, l 'e nseig nem e nt, les pratiqu es et l 'accomplissem c n t des r ites . 2 . La Nbe n é de man i fes t er sa rel i gion ou ses convictions ne p eut fu i re l 'objet d'autres rest rictio ns que celles qui , prévues par l a lo i , co ns tiw e nt des mes ures nEressa i res, d an s un e société démocratique, à la sécuri té pu bl i q u e, à l a p rotect i on de l'ordre, de l a santé o u de la morale p ub liques, o u à la prot ect i ai des d roits et libertés d 'autru i . » L 'a rti de 14 de l a Con ven t ion stipule : « La jouissan ce des d roits et l ibe nés reconnus da n s la prése n te C onve n tio n doit être assurée. sa n s distinction aucu n e, fo n dée n otamme nt su r le sexe, l a race . 179
l a co u leur , la lan gue, l a re ligi on , les opin io ns p olitiques o u to utes a ut res opin io n s . l'origine na tio nale ou soc i ale, l'appartenance à une m in or ité nationa le, l a fortune, l a nai ssan ce ou t oute autre s ituat ion . + L'a rt ic l e 1- d u Protocol e a dd itio nne l à l a Con vention d i sp ose : « T oute p e r so nn e ph ys ique ou m or a l e a d ro it au res pec t de ses b ie ns . Nul ne peut être privé de sa pr opri ét é qu e p our ca use d'utilité pu b liqu e et dans le s con di ti on s p rév ues par l a l oi e t les pr in c ip es gé né rauz d u d ro it i nter nat io n al . L es d isp osi t io ns précé de ntes ne portent pas atteint e a u d ro it que p ossèd e nt les E tat s de me ttre en vigueur les lo i s qu ' i ls jugent nécessaires pour rég l e men ter l ' u sage d es bie n s conformément à l'intérêt gé néral ou po ur assurer le paie m e n t des i mpô ts o u d'autres contributions ou des amendes . » Le Gou vernem e nt all èg ue qu e les gr i efs du requé rant so n t irrecev a b les, soi t co m me ét ant inco mpatib les ratione materiae avec les d is posi ti on s d e la Convention, soit comme éta nt manifestement mal fondés au se ns de l'article 27 par . 2 de la Co nve nti o n . Il pr é t e nd que l a Commiss io n d ev rait ex a min er da n s qu e ll e m esu re l e requéra n t a été affecté par l' impôt ecc lésial contes té . La rédu ctio n récl amée s'é l ève à m oi ns d ' u n m il l i e r de couronnes su édois e s p our 1980 . Le requé rant a v ai t prés enté p l u s ie urs réclamations relatives à son impos iti o n à l'administration su éd o i se, mai s se ule la quest i on d e l' im pôt eccl ésial subs i ste dev ant la C ommi ss i o n . Il est improbable que l es auteurs d e l a Co nve n tio n aient v i sé une tel l e situation l o r sq u 'i l s ont réd igé l es a r tic l es 9 et 1 4 . L a Com mi ss i on a exa mi né cet argume nt en part i c uli e r sous l 'a n gle de l'a rticle 25 de la Convention qui l'autori se à être sais i e d ' un e requ èt e adressée par to ut e pe r so nn e ph ys iqu e «q ui se préte nd victim e d ' un e violation» de la C omenti on . Elle est i m e ce pend ant qu'elle n'est pas ha bil it ée, en vert u de ce tt e cla use n i d 'a u cun e a u t r e disposition d e la Co nvent io n à rejete r une requête au moti f qu e l e g r ie f a un e im po na nce m ine ure ou que les co nséqu e nces d ' un e éventuelle violation sont in signi fiantes . C'zst ce qu'admet au ssi le Gou ver n em ent . Il s'e n suit qu'il n'est p as nécessaire dan s l a p résen te esp èce de déte rminer, so u s l'angle de l a recevab i l ité, si le g ri e f est en fait d ', imp ortance m i ne u re» . La Co mmi ssion a e n s uite examiné s i la requête est néanmo i ns irrecevabl e a u mot if que le requérant n 'a au c un inté rêt j ur i d iqu e va l ab l e ou qu ' i l n 'ex i ste a ucun besoin d e pro t ec ti on j ur i d iqu e (cf. N° 728 9 /75 et 73 49/76, déc . 1 4 J .7 7 . D . R . 9 pp . 57 et 9 1 , et N" 11 3 94/ 85, d éc . 5 .3 .86, D . R . 4 6 pp . 2 1 4 et 22 1 ) . E ll e observe ic i qu e l a I cgisl atio n cri ti qu ée a e ntre- te mps é té mod i fiée . Il reste q ue cel a n ' a pas réi roact i ve m e nt influé s ur l'i mpositi on du requ é rant en 1 9 80 . La Com mi ssiu n cu nclut que la requête ne peut être déclarée ir recevable a u inot i f qu e l e requé ra n t n e s aura i t prétendre être u ne «victime» au se ns de l ' an ic l e 25 de la Con ventio n . 1 79
Le req u é r a nt préten d q u 'i l a é t é «en rdl é comme mem b re de PEg l ise d'Etat s u édo i se* p a r l'administration fisca l e . La Comm i ssi on constate qu e le requérant n'a p as été e n registré comme membre de l'Eglise de Suèd e . A cet égard, son g r ief est manifestement mal fondé a u sen s de l'article 27 par . 2 de l a Convention . To utefoi s, par s uite de l'obligation qui lu i a été faite de payer des imp ôts en S uède de la même faço n q u ' u ne pe r so n ne domic ili ée en Suède, l e re qu é ra nt a a u ss i é té contrai nt de p ayer l'intégralité de l'impôt ecclésial . Cet impôt est une petite fraction d es imp ôts l ocaux, q ui fa i t partie de l a contribution fiscale gé néral e . Le taux de l'impôt eccl és ial es t fixé p a r l e conseil de par oi sse compétent . L e requé rant s'est vu refu ser un e réducti o n de l' i mpôt ecclési al en vert u de la lo i fisca l e des Dissi de n ts . La Com m issio n est ime qu'i l faut rechercher si l'obligation faite a u requérant de p ayer, contre son gré, un impôt à l'Eglise d e S uède est e n co nformité avec so n d r oit à l a li berté de rel ig io n p rotégé par l'article 9 p a r . I de la Convention . Il faut e n o u t r e rech erc h er a u regard de l'article 1 4 comb iné avec l'article 9 de la Convention et avec l 'articl e 1 1' du Protocole additionn el à la Co n ve n t i on respectivement, si la différence d e t rai tement en tre résidents et non-résidents, quant a u p aiement de P im pô t ecclés i al, a une justi fi ca t ion o bjective et ra i sonn ab l e . Au ter m e d ' un exa men pré l im i naire de ces questions à la lum ière de l'argumentation d es parti es, l a Commiss io n conclut qu'elles soulèvent des points de fait e t d e droit de nature s i complexe qu ' i ls ne sa u ra ient être tra n c h és sans un exame n d u b ien fo ndé de l a requête . Il s'e n s uit que ces g r iefs n e p e u vent ê tre déclarés irrecevabl es com m e étan t m ani festement ma l fo ndés a u sens de l'articl e 27 par . 2 d e l a Convention, e t q u' i ls do i ve nt être d éc l arés recevables, aucun a u tre motif d'ir recevab ilité n'ayant ét é établi .
1 80

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 11/04/1988

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.