Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ JARMAN c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 11648/85
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1988-05-12;11648.85 ?

Parties :

Demandeurs : JARMAN
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

(TRADUCTION)
EN FAI T La requérante est une ressortissante b ritann iq ue , infi r m ière d e so n étal . Elle est représentée devant l a C o mmi ss ion par MM . Bi nk s, Ste m et Pann e r s, so l icitor s à Lond res . L'affaire concerne les pu n i t i ons corporell es infligées à d e u x d e ses fil s d ans un e école pu bli q ue . Le 13 octobre 1 983, l'un des fi ls de la requé rant e reç u t un cnu p de jonc s u r cha qu e mai n pour n'avoir pas respecté un e p é r iode de re tenue . Il en eut l es mai n s gonflées et contusionnées . Le le ndema in , la re qué r a nt e informa l 'ctabli sseme nt q u'e ll e s'opposa it à toute forme de p un ition corporelle p ou r ses deu x enfants . En conséquence, l es ga rçon s furent prov i so ire me n t exc l us de l 'école j us qu 'à ce q ue l a fami lle a it accepté le code disci pl i nai re de Pctabl isseme nt . L a requéran te se refusa à l es e n voyer d ans un a utre établissem e nt à 4 km de c hez elle . Ell e fu t dès lor s pou rs u iv i e, r econ n ue coupable et cond am née le 20juillet 1 984 à u ne ame nde de £ 1 0 pour ch acu n des e nfunt s d o n t e ll e n'avait pas assur é l a fréquentation scol a ire . Les enfa n ts turent placés à l'assistance pu bl ique et l 'ordo nn ance de p laceme nt n e fu t ab r ogée q ue l e 4 déce mb re 1984, la mèr e ayant fin a l e me n t acce pt é de les e n voyer dan s un au t re é[ a bli ss'ement o ù les punit i ons corp orelles n'o n t p lus cours . G RIE FS La requ é ra n te s'est pl a in te à l a Co m mission d' u ne violation de l'article 2 d u P rotocole a d dit i on nel à la Come n[io n .
PRO CÉ D U RE DEVANT LA C OMMISSIO N La requête a été introd uite le 1 2 sep temb re 1 984 et enregistrée le 9 juillet 1985 . Après un exame n prél i mi n a i re de l'affaire par i e Rap porteu r , l a Commiss i on a examin é l a r ecevab ilité de la requ ête l e 1 2 mars 1 987 . El l e a déc i dé, co nfo r méme nt à l 'artic l e 42 p a r . 2 b) de son R èg l ement i nté rie ur , de d on n e r co nn aima n ce de la r e qu ête a u Gouver n eme n t d éfendeur et d'i n v iter l es par ti es à l u i présenter par écr i t leu rs observations sur sa recevabilité et son bie n -fo n dc . O r , a u cu n z o b se r vati o n n 'a été produit e et le Gou vern em e nt a ex pri mé l e d ésir l e 5 août 1987 d'e x plore r la possibi l ité de résoudre l'affaire . La Comrnission a décidé Ic I 2 décembre 1987 de suspendre la proc édure et d ' inviter le Gouvernement à formuler de s propositions précises pour trouver une soluiion .
184
Le 3 févr i er 1 988, le Go uvern e ment a fait l'offre s uivante : le Gouvern em ent rappe ll e l es di s positi on s de la l oi N ° 2 de 198 6 sur l 'éducatio n e t la s uppr ess i o n des puniti on s cor p orell es dan s les écoles publiques a u R oyau me-Uni . Il prop ose e n out re, sans préjud i ce d e sa pos it io n sur le bien- fond é de l a requète . d e verser à l a requéra nte à[ i tre g r acie u x la somme de £ 4 .500 . Les r epr ésen tants de la requérante ont répo ndu l e 6 avr il 1988 en prop osant q ue £ 3 .000 so i ent versées p our l e coup de jonc et la viola ti on allégu ée de l 'artic l e 3 de la Convention, pl us £ 2 .000 et £ I .000 po ur les l o n g ues p é riodes d 'exclusion de Pét a bl issement d e chacun des gar çon s et la v iol at io n alléguée de l'u rt ic l e 2 du Protocole additionnel ( pre mi ère ph rase), plu s £ 7 50 p o u r le re fu s d es auto r ités sco l a i res de respecter l es obj ectio ns ph ilosophique s d e l a requérante a ux punit ion s corp orelles et la v io l a ti on alléguée de l'article 2 du Protocole additionnel (de uxième phrase), et e nfi n £ 500 pour l'éclatement d e la fam i lle l orsque l es ga rçons ont été placés à l 'assis tan ce e t l a vio latio n all ég uée d e l 'art i cl e 8 de la Conven ti o n . Il s présentèrent également une deman de d e re mbo urse m ent des fra i s et dépens ex posés po ur u n montant raiso nna ble . Les représentants de l a requérante so uli g nère n t n éa n moi n s qu e si, e n dépit des a rgum e nts ava ncés à l ' appu i des g riefs de la requérante, la Commissio n es tima it ra i so nn a bl e l'offre d u Gouver nement, la requérante se rai t dis posée à l'acce pter . P ar le t tre du 1 9 av r i l 198 8, l e Gouvernement d écl ara q u e so n offre consistait en un ve rse m e nt global, effectué à titre grac i eu x e t à son avis ra i so n nabl e vu la situation . Les re prése ntan t s de l a requérante répo ndi re n t l e 22 avri l 1 988 e n demanda nt à l a Commiss i o n de tr a nc h e r , tout en so u l ig nan t qu e l eur clien t n'ava it pas repoussé l'offre d u Gouver n emenl .
MOTIFS DE L A DÉC I SIO N La Cnmm i ss i on pre n d acte d e l'offre fait e pa r le Gu u verne me nl du versement g l obal de f 4 .500, effectué à t itr e g r acieu x po ur résou d re l'affaire . E ll e relève également que l a requéran te n e rejje t te p as cette offre s i la Co m missi o n l'estime rai so n nabl e . O r , elle cons t ate que l'offre fa it e par l e Go u vern em e nt es t ap pro pr iée, v u les circonstances de l a cause . En co n sé quence, la re qu éra nte peu t ètre con sidérée com m e l'aya n t acceptée . E n o u tre, la Co m m i ss ion co n s idè re que, vu la réfo rme de la légis l atinn su r les punitions corp orelles dan s l es écoles publ iyuez, a ucu n moli( d'intérêt général touchant au respect de la Convention n e justifie la poursuite de l'examen de la requête . La Co mmi ssion co n c l ut dès l ors que les qu estio ns litigieuses e n l'espèce so n t résolu es et q u e, dans ces condit ions, la requérant e n 'envisage p as de m ainteni r sa requête (ar tic l e 44 par . 1 b) du R èglement intérieur de la Commission) . P a r ces mot i ts, la Commission DÉ C ID E DE RA}'E R L A REQ UÉ TE D E SO N R Ô L E .
185

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 12/05/1988

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.