Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ KUHNEN c. ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 12194/86
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1988-05-12;12194.86 ?

Parties :

Demandeurs : KUHNEN
Défendeurs : ALLEMAGNE

Texte :

As a re +ul L t he Co m m i ss i on fi nds that the applicant is ease ntially seeking to u se the free dom o f in fu n nu [ion en shr ined in Artic l e 10 of the Convention as a basis for activities which are, as shown above, contrary ta the text and spirit of the Co n ve n tion a nd wh ich, i f admitted, would contribute to lhe dest ru c l io n of the r ig h ts and (reedoms set (onh in the Convention . U n der t h ese c i rcumstan ces th e Co mm ission co n cl udes thai t h e i n ter fere nce at iss u e was "nerescary i n a d emocratic soci ety" with i n I he m eani ng of Anicle 10 para . 2 of the Convention . It fo l lows that t hi s part o f th e a ppl i ca t ion i s manifesUy ill-(o u nded wi thin the mea n i ng of Article 27 para . 2 of the Con vention .
(TRADUCTION) EN FAI T
Les (aiis de la cauce, Icls que le requérant les a exposés, peuvent se ré sumer COnlme Suii .
Le requérant, resso rti ss ant alle mand né en 1952, es t unjournaliste actuellement domicilié . semble -t- il , à Butzbach en République Fédérale d ' Allemagne . Le req uéran t occupait en 1 983 u ne position dom i nante dans l'« ANS/NA », urganisat ion q ui tenterait de reconstituer le P a rti na tiona l -social iste (NS D A P), i nterdit en A l lemag n e . Se l o n la déci sion u lté r ieure d u tribun al r ég iona l (Landge r ich t ) d e Francfort, le re q uéra nt élabora it et di ffusa it dan s ce contex t e dive rses publications . D ans un uA p pe l de Francfor t A, par exemp l e, il préconisa i t la l utte pou r u ne grande Allemagne, i ndépendante et soc i al i s t e ( K a m pf für ein unab hï n giges, sozialistisches Grossde u tsc hla nd) . Un au tre tract déclarai t « On nous ap p elle ' Néo- Naz i s'! M a i s y uu i ! . . . Nous sommes cmive les g ros bo nneü . les bolc hev i ks, les s i o n is tes, l es escrocs, les tricheurs et les parasitcs . No us zo m mes com r e : l e capitalisme, l e commu n i sme, le s i o n is m e, l'a li é natiu n de n o t re p ays par des ho r des de travailleurs étra n ge r s, la des l ru c li o n de l'emiro nnemen t . N o u s sommes pnu r : l 'u nité alle m a nde, la j u stice sociale, la fie rté de la race, la solida ri té d u pe up le, la camaraderie . ~
210
[ A l l e m a nd j -~ M a n ne nnt uns' N eo- Naz is'! Na un d? . . . Wir s ind gegen : Bo nze n . Bo l sc h ewi ste n , Zioni s ten , G a une r , Sch iebe r und Schma roizer . W i r s ind gegen : Kapital i s mu s, K ommuni s mu s . Zioni sm u s, Über fre mdun g durc h Fremda rb e i te rmasse n , U mw e laerstb run g . W ir s ind f'iir : Deut sche E inhe it , Soz i a l e G erec hti gke i t, R asse n sro l z, Volksgemeinschaft, K a me r a d sch a ft . n Dan s un autre tract, le requérant aff irmait que l' A N S / NA sera it d isso ut e dès q ue sera it reconstitué le NSDAP . Da n s u n entretie n avec le journal « L a Ca mp ag n e » (« Bauernschaft »), il affirmait q ue :«Quico nqu e sert cet objec tif peut a gi r tranqui lleme nt , qui co nque s'y o ppose sera combattu et fin aleme nt é liminé* (" W er diesem Ziel dient, ka nn wirken , we r es beh i nd ert, w i rd b ek àmp ft und schl iess li ch a u sgesc h a lt et") . Des po ur suites pénal es fure nt engagées contre le re qu érant deva nt l e tribunal rég i o n al de Francfort pou r , n ot amment , publ icat i o ns contraires à l ' a rtic l e 86 d u Co d e pé nal a lle mand ( Strafgese t zbuch ) . L'article 8 6 interdit de d iffu ser d es moyens de p ro pagand e par des orga nisatio ns anticonstitutionnelles (m it t els verfassungswidriger O rgani sation en ) da n s l a m esu re où les pub licat i ons en qu esti o n so n t di r i gées contre l'ordre fo n da m e n ta l d e l a d émoc ratie et d e la l i ber té et contre l ' idée de rapprochement entre les p eupl es (gege n die frei h eitlic h e d em ok ra ti sc he Grundo rd nun g ode r d e n Ge dank e n der Vôlkerverstàndigung ger i c M ep . Penda nl l a procédure, l e re yu éram dem a nd a que soie n t e nte ndu s diver s tc m oin s susceptibles de prouve r , di sait-i l , qu'il n'avait pas e u co n scie n ce Ae ce y ue ses p ublicati o n s fu sse nt co nt r aires à l'article 86 (Verbot s irrmm) . ll deman da d ès l ors que so ie nt entendus co m me té mo in s les prési dents des co mmi ss ion s é l ecto ra les ( W a hlle it er), qui avaient décla ré qu e l e p rogramme de l ' AN S n'était pas contraire a u d roi t pénal u l l e m a nd . L e t r ibun a l rég i on al rejeta la demande, lui seul ét an t co mpéte nt pour ti re r u n z tel l e conclus io n . Le requérant de man da éga l ement une z xp ertise po ur pro u ver qu'il ex i stait u ne d ifférence entr e d'une part l e SA (S turm abt e i l un g) a u x traditions ju r idiqu es du quel se rattache PANS et, d'autre part, le NSDAP . Le tribunal régional s'y re fusa, sa seu l e t âche é tant de décider si l es publications litig ie uses é t a ien t ou no n co ntra i res à l 'artic l e 86 du Code pénal . Le t r ib un a l reje ta éga lement les au t res d ema nd es du re qué rant, visa nt n o tam me nt à con s id ére r comme él éme nt de p re u ve l 'o pinion du procureur général d e Franc fo rt , ou d 'enten dre comme tém oin le p rési de nt d e l a commi ss i o n des p étitio n s du Parl e m e nt alle mand , aucune d e ces personnes n'ayant fait de d écla ra tion pouvant ét ablir que l es publications ne tombaie nt pas sous l e co up d e l'a rti cle 8 6 . Pa r e xe m ple, dans s a décis i o n de procé du re du I S jan vier 1985, l e tr ibunal rej et a la de m a nde e n citation d' un journ al i ste co m me tému in : le r e qu éra n t avait e n e ffet précédemment été reconnu co up a bl e d'infractions de même na m re et ne pouv a i t dès lors pa s prt.ten dre n'u%oir pas co nscie n ce d u ca r ac(è re dél ic tuel d es publications .
211
Après 1 3 audiences, le tr ib una l régional recon nul l e requérant co upable, le 25 jan v i cr 1985, d'avoir n ota mment él aboré et di ffusé des m oyen s de p ro p aga n de concernant un e o rga n isa ti on anticonstitutionnelle et le condamna à tro i s a n s e t quatre mo i s d e p r iso n . Dans so n ju gemen t (77 p ages a u tutal), l e tr i b un al partit d es déc l arai i o n s fa ites par le requérant dan s les diverses publications do m i l av a it été d o nn é lecture et d e celles faites d a n s le prétoire . Il rel eva qu e le requérant avait recon nu étre l'a u ie u r d esdi t es publications . L e i rib u n a l e x ami n a ensuit e en déta il l es obj ecti o ns du re qu é r a nt selo n lesquelles ces p ub l i cat ion s ne t omba ien t pas sous l e coup de l'article 86 d u Code pénal . Il esti m a cepe n d ant que l es publications d u requ é r a nt précon isai ent d e ma nière agressive l a reconstilution du NSDAP et du national-socialisme et, avec wx . de l'état d e v i o l e nce et d 'i lléga l i té exist ant en Al l emagne de 1933 à 1945 . Se l on l e tribunal, cela était manifestement co ntra i re à l'ordre démocrat iq ue l ibéra l et à l'idée de rapproc h ement enve les pe upl es . L e t ribun al es ti ina également qu e les p u blications p o u vaie nt rav i ver le sentiment a nt isémite pu is qu 'elles dép réci ai ent le sionisme et va lo r isaient l a fie r té de l a race . Le tribun a l conc lut qu e les conditions é n o n cées à l 'arti cle 86 é t a i e nt réunies e t q u e le requé ra nt ava i t m anifestemen t eu conscience A u caractère dé l ict uel de ses p ubl ica tions . Le req uéra nt fo r mu un p ou rvo i en cassation (R ev i sion) contre ce jugeme nt a up rèa de l a Cour fédérale de Justice (Bundesgerichthot) q u i rejeta le po u rvo i l e 23 septembre 1 985 co m mz n e rcv cl a nt au c un e erre ur de d roit a u d ct r iment du requérant . La C ou r n ' indiy ua pas d 'a u t r e m oti f. L e requérant dé posa a l ors u n pourvoi constitutionnel ( V er f assungsbesrhwcrd c) daac lequel i l se plai g n ait notamment d' une v iol atio n de ses d roits à u n procès équitable ai n si que d'atteintes à sa libe rté de co nv ic t ions (W el t anschu uun g) e t à la libre express i on de ses opi ni o ns . Le 25 novem br e 1985, la Co u r constitutionnelle fédérale (Bun d esver fa ss ungsge ri c h t) rej e ta le p o u rvoi comm e n'offrant p as suffisamment de chances de ré u ssi r .
GRI EFS (Extrait ) I . Su r l e te r ra in de l'a rt ic l e 9 de l a Co nve ntio n , l e re qu érant se plai nt de ce q ue sa pei ne de pr iso n a ét é décidée s ur l a ba se de ses co n vic tions e t , s u r l e t e rra i n d e l'article 1 0, qu ' i l a été puni po ur avo i r l ibre me nt exprim é so n o p i nion . [I so ut ient qu 'en l 'es pèce l es conditio n s prévues à l' article 17 d e l a Convention n 'éta i e nt p as ré uni es pui syu 'i l se born a it à p réco ni se r l a reco nst itutio n du NSDAP com me p u n i léga l dans l e cad re ac t ucl de l 'ordre publie (im R a h men de r h e r rsc he nd en O rdnun g) .
212
EN DROI T (Extrait ) I . Le requérant se plaint, en invoquant les articles 9 et 1 0 de la Convention . d'avoir été puni pour ses convictions et pour la libre expression de son opinion . Il soutient que les conditions prévues à l'article 17 de la Convention ne lui sont pas applicables puisqu'il ne faisait que préconiser la reconstitution du NSDAP en tant que parti légal . L a Commiss ion a exam inc ces g r iefs a u regard de l'article 10 de la Con vention qui gar a nt it, e n so n p arag r aph e I , l e d ro it à la l i berté d 'express i o n et n uta m me m le droi t de communiquer des i n formatio ns sa n s i ngéren ce d ' u ne autorité publique . L a Commiss i on relève qu e le requérant a été reco nn u co u pabl e de publicatio n s et qu'il y a dès l ors eu i ngérence da n s l e dro it du re qu é ran t à l a l ibe rté d'ex press ion au sen s de l'article 10 p a r . 1 . La Comm i ssio n doit dès l o rs examiner si cette i n gé re nce sati sfa i sa it a u x co ndi ti o n s p osées pa r l'article 1 0 par . 2 de l a Co nve nt io n . Aux term es d e cette di s p os it io n , l'exercice d e la liberté d'e xp ress ion «comportant d es devoirs et des r esp on sab i lités p eut être sou mis à ceriaines for m a li tés, co ndi t i ais . rest ri c ti o n s o u sa nct i o n s prév u es par la l oi, q u i co n stit uen i d es mes ures nécessa i res, dan s une société d é m oc ratiqu e, à la séc u r i té nat ionale, à l ' in tégrité territoriale ou à l a sû reté publiqu e, à l a d é fen se de l'ordre et à l a prévention d u crim e, à la pro tecti on de l a sa nté ou de l a mor a l e, à la pro tecti on de la réputation o u des droits d'a utrui, po ur empêcher l a divulgation d' i nformatio n s confidentielles ou p ou r gara n ti r l 'a uto r ité et l'impartialité du pouvoir ju di cf uireo . La Com mi ssio n relève e n pr em i er l i eu que la co nd amn a ti on du requ érant se fbnda il s u r l 'art icle 86 d u Code pé n al allemand et était donc « prcv ue p ar la lu i . au senc de l'article 10 par . 2 de l a Con vention . S'ag i ssant d u but de la mesu r e liti gieuse, la Commission rappelle que la liberté d'expressio n constitue l' u n des fo ndements essentiel s d 'une d émoc rati e . S'ag i ssa n t du cas d 'esp èce, la Commiss io n relève q ue l es disp ositio ns de l a lég i slation péna l e a l leman de, en vertu desq u el l es l e r equ é ran t a été reco nnu co upable et condamné, v i sent à protéger l 'o rd re démocratique li bé r a l e t l'idée d u r ap proch ement ent re les pwples . I .e bu t était do n c l égiti me a u rega r d de Parti cle 1 0 par . 2 puisqu'il v i sai t «In sécurité nationale, . . . la sûre t é publique (e t ) la protection des d ro it s d ' a ul rui D e p l us, l a Commission relève que, se l on le ju geme m du t r ib un a l régional de Francfo r t du 25 j an v i er 1 985, les publications d u requérant préco ni sai e nt de manière agressive de réinstaurer l e N SDA P et le national-socialisme et , avec eux, l'état d e v iol e n ce et d'i ll égal ité existant e n Allemagne de 1 933 à 19 45 . Le t ri bun a l a estimé éga lemen t que les p ublicat ion s pou vaie nt rav i ve r le sentiment ant isémite . 213
Su r la nécessité de l a mesu re au se n s de l 'artic l e 10 p ar . 2 de la Convention, la Commission ren voie à l 'a rticl e 17, q u i se lit ai n si : « A ucune des d isposi ti o ns de la présen te Co n ven tion n e pe ut être inte rp rétée comme i mp li qu a nt pou r un Etat, u n groupeme nt ou un i ndiv id u , un d roit q u el conqu e d e se l i vre r à un e act ivité o u d'acco mpl ir un ac te v i sa n t à la destruction des droits ou libertés recon n us dans la présente Co n ven tion ou à d es li mitati o n s p lus amples de ces d roi t s et libertés qu e cel l es prév ues à ladite Cu nventi o n . » L'a rticl e 17 v i se essent ie llement les d roits qui p e rmettrai ent de te nter d'en d édu ire cel ui d e se livrer effectivement à des activités visan t à la destru ctio n des d ro i ts et libertés recon nus p ar la Convention . La Co m m i ss i on a n ota m ment constaté q u e la li bert é d 'expressi on con sacrée pa r l'article 10 de l a Con ven tion n e p eut pas être invoquée en un sens co ntraire à l 'a rti cle 1 7 (vo i r N o 8348/78 et 8 4 06/78, déc . I 1 .1099, D . R . 18 p . 1 87) . S'agissa nt d es circonstances d e l'espèce, l a Commiss i o n relève à n ou veau les co n st a t s ap profond is du tr i bun al régional de P ranefort selo n l esquel s l es publicati o ns li t i g i eu ses, en prônant le n at i onal-soc i al i s m e, v i sa i ent à com prome tt re l 'or dre démoc rati qu e l ibéral . L a Comm i ssion estime que l es p ropos it io ns d u requ éra nt vo n t donc à l'encontre d e l ' une des va l eu rs fondamentales de l a Co n ve n tion, telle q ue l'exprime le cin quième pa r ag rap he du préamb ul e, à savoi r que l e m ai nti en des l ibertés fon dame n ta l es con sacr ées par l a C onve nt ion a r e pose essentiellement s u r un r égime po liti que vé r itableme n t démoc r a t iqu cv . Le t r ibu nal rég i on a l d e Francfort a es ti mé éga l ement que l es publ i cation s du requ éran t p ou va ien t raviver le se ntim e n t ant i sémit e, notamment parce qu'elles dépréc iaient le s ion i sme et valorisaient l a fierté d e l a r ace. La Commission estime dès lors q ue la politi qu e p ours ui v ie p a r l e re érant contient manifestement des éléqu ments de disc rim in ation r acial e et rel i gieu se . E n conséquence, la Comm ission estime qu e le req ué ran t cherche ava nt to ut à util i ser l a liberté d'information gara nti e par l 'a rt i cl e 10 de l a Convention pou r asseo i r des acti vités qui , comme ind i q ué pl us h a ut, sont contra i res à l a l et tre et à l'esprit de la Co n vention e t co ntrib ueraient , si elles étaient a ut o r isées, à dét ruire l es d ro i ts e t libe r tés é n o ncées da n s l a Conventi o n . Da n s ces conditions, la Commission en concl ut que l'ingérence l i ti g ieuse ét ait « nécessxi re da ns une société démocratique» au sen s de l 'art i cle 1 0 pa r . 2 de la Conve n tion . 1 1 s'ens u it que la req uête es t , su r ce point, manifestement mal fon dée au sens de l'article 27 par . 2 de la Convention .
2 14

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 12/05/1988

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.