Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ SCAMMEL c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 13135/87
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1988-07-04;13135.87 ?

Analyses :

(Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-2) PRESOMPTION D'INNOCENCE, (Art. 6-3-d) INTERROGATION DES TEMOINS, (Art. 8-1) RESPECT DE LA CORRESPONDANCE


Parties :

Demandeurs : SCAMMEL
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUÊTE N° 1 3 1 35/ 87 S . and o th e rs v/t he UN I TE D KIN G D O M S . et a utres c/ R OYA U M E-U N I DECISION of 4 ]u ly 1 988 on the a d miss i bili ty o f the ap pli cation DÉCISION d u 4 jui l let 1 988 s ur l a recevabilité de la requè i e
A rticle 6 , paragraph 1 o f the Con vention : This provision does nnt ,quururitee u right tn an upprnl . Article 13 of the Con ventinn : ti ) Onh , .cnmrnn e whu ha.c un arguable elaim of a vinlat i o n of ihr Cv nrveniion can rlnim rh r righi i o an effeciiv e remedy before a national nu thnri m,. b) When i h e alfe ged violation is due I o a court , Arti c le 13 doe,s not require appeal uo n higher court .
Article 1 , paragraph 1 of the First Protocol : Expropriation of l(i nd fir road cnnslru Clin li , a) 77i e general princip[e s of int e nwlional law ar e n o t applicable f o di e taking by a State of the property of its own nationals . b) Fxaminatioii of the question whether deprivation of property was carried out under the conditions provided for hy law and in ihe puhlic interest . On the latter issue, die Conu'uctirig States enjav a certain margin of appreeiu(iori, but must re.%net u reusoimb[e relationship of proportionality between the menn .v employed and the leqirini¢(e aim, in particular due to compensation which ierensniwbly proportionate tu die rafue of the prnperry .
Article 6, pa rag raphe 1, de la Con ven tio n : Cette dispositinn ne garantit aucun i(rnil à un AonAle deAré de juridimun .
268
Article 13 de la Con ventio n : a) Seul celui q ur allègue de manière plau sible un e vio lniion de la Con ven t ion peu r revendiq uer le droi t à u n reco urs effectif devant une in s tan ce n atio ria[e. b) Lo rsqu e la vi olation alléguée est d u e à un tribunal, [ 'tvtic[e 13 ne requiert pas un second degré de juridiction .
Artic le 1, paragraphe 1 , du Prof ocole additionnel : Expropriation d'une propriété foncière pour la construction de routes . a) Les p rin cip es généraux du droit interna tion al ne s'app ( iqu ent pas à Cexprop r ia tinn d'u n nolion al . b) Examen du point de savoir si la priva tion de propriété s'est faite dans les conditions prévues par la loi et pour ca use d'utilité publigu e. Sur ce dern ier poin t, les Etnu mmractan ts jou issent d'un e certaine ma rge d'appréciat io n , ma is doivent respecte r un rapport raisonnable de prnpnrtio nn a/ité e nn'e les m ayen s employ és el le but légitime visé, notamment grâce à une indemnisation raisonnablement proponionnée à[a valeur du bien.
THE FACTS
f ( ran çuis : voir p. 275 )
Th e first a pplica nt , S ., is a British c itizen born in 1 9 1 1 a nd tru stee of th e D iscre[iona ry Trust Fund , whi c h o wn s t he K . Estate . The second appli can t, B ., is a Br itis h citize n bo rn i n 19 70 and i s a b e ne fi c ia ry o f the trust . Th e th i rd appl i ca nt , C ., a B r iti s h citize n b orn i n 19 36 , i s the m other and cu rat o r-a t - law of the second applicant . Th e fourth ap pl i ca nt , D ., i s a Brit is h c itize n born in 1 966 a nd is a be n efic iary o f the trust . Th e fifth applica nt , E ., is a Brit is h citi z e n born in 1 968 an d is also a be n eRciary of t he tr us t . Th e applica nts all resi d e at . . ., and are re prese nt e d be fore t he C ommi ssio n by Do nald Ross M ac D o nal d, a solicitor pract isin g in Gl a sgow . The faci s a s s u b m i tted by th e appl ican ts m ay be sum mari sed as fol lows . T he K . estate is u r esi denti a l , agr icullural and sporting estat e in th e H igh{ and s of Scotiand, abo ut 10 mi les l o ng a nd 2 miles w id e . It co mpri ses Kinrar a H ou se a nd gro u nds, B . a nd L . F a rm s a nd hill g ro un d used fo r stock graz in g a nd s porti ng . Part of th e l a nd bel onging to the trust ( 75 ac res out o f a n estate o f I 0,000 acres) was acqui re d b y t he S ecrel ary o f St ate for S ml land und e r two compu lsory pu rc hase o rd e rs in o rd e r Io ca rry ow realig nme m of the A9 t mnk road from Perth to Inverness . Thi s lan d wa s ves ted in the Secretary o f St ate b y a G e ne ra l Vest i ng Declarati o n on 9 an d 1 6 April 1979 . 2 69
(TRADUCTION) EN F A IT Le prem i er req uéran t , S . est u n c itoye n b r ita nnique, n é en 19 1 1 et adm i ni strateu r d u «fonds fid uciaire discrétionnaire» ( Di screti o nary Trust F u nd) q ui est pr oprié ta ir e du do m a in e K . Le second r equ éra nt , B ., es t u n citoye n britannique, né en 1 970 et bénéficiai re d u fb n d, . La troisi ème req ucra n te . C ., c itoyen ne br ita nnique née en 1 936, est la mè re et cura t r ice du second requérant . Le quatrième r equ éran t . D ., es t un c it oye n bri ta nni q u e né en 1 966 bén éfi ciai re du fonds . Le ci nyui è m e . E ., l ui a u ssi ci t oyen b ri tann i qu e, n é en 1 968 et es t aussi bé n éfi cia i re du Conds . Les requéran ts r és ide nt to us à . . . et sont représen tés deva n t la Com m issi on p a r Donald R oss Mac D onald, solicitor à Glasgow . L es faits, tel s que I zs r e qué r a n ts les o nt exposés, peuvent se rés u me r comme suit . L e d oma in e K . es t une zo ne d e rési de nce, d'agriculture et de c h asse situé dans les Hi g hl ands J 'Ecossc : i l s'E ie n d s ur qu el q ue 1 6 k m d e lo n g et 3 km de large . Il comprend le m anoir d e K . et le te rrain à l 'e nto u r, l es fe rm es de B . e t L . et les I c r res en co llin e ut i l isées po ur le pacage des t ro up ea ux et pour la chasse . Une pa rtie des te rres a ppa rte n ant au fonds (30 ha su r u n domai n e de plus de 4000 ha) fure nt acquises par le mini stre ch argé de l'Ecosse e n vertu de deu x arrêtés d'expropriation pr i s po ur effectuer le réalignement d e l a voie exp resse A9 de Perth à I nve rn ess . Ces te r res fu re nt déc larées bi en d'Etat par la déclaratio n d e m i se e n possession du mi ni s l re e n date des 9 et 16 av r i l 1979 .
Après l 'e zp ropr ial ion, le consei l régional d es H ig hl a nd s a construit u ne nouvelle po rti on d e l a A 9, assortie des voies d e l i a ison , pon t s, ro utes de desse r te et intersections n écessa i res . Les d eu x côtés des r o u tes nouvelles ont été c l ôtu r és a u cours d es travaux . Les requéra nts et l es ex per ts éval uate u rs du ministère n e réu ssiren t pas à se mettre d'accord s u r l'indemnisation à ve r ser et les requ éran t s d ema n dère n t a u tribuna l fo ncie r p o u r l 'Ecosse d 'e n fixer le mo n ta nt . De u x des questions lit igie u ses po rlces d evant le tribunal concerna i em . premièreme nt , l' ind e mn is a t i o n p our le coû t d 'e nt ret ie n e t de remplacem e nt futur d es installations de d essert e e t des clôtures é r igées le lon g d es voies nouvelles traversant le do m a in e et, deuxièmement, l' in dem nisa ti on po ur le p réju d ice esthét iq ue cau sé par la p rése n ce des routes nouvelles . Les req u éran t s réclam aie nt une ind e m nité t otale de 335 .696 £, do nt 1 47 .2 42 f co ncern a ient les fra i s futurs de ma inte n a nce . 275
Le tr i bu n a l , composé des j uges Lo rd 811io n et de M . F i n l ayson Fr ics, procéd a aux audit i on s l es 3- 1 4 (év r ier e l 16 avril 1986 el à l'inspection d es part ies concernées du d omai ne les 1 7 et 18 av r i l 1 986 . Les requérants étaient représentés par u n avocat Q .C . et un avocat adjoint, tout comme l 'était le ministre chargé de l'Ecosse, en qualité de service acquéreur . Les deux parties citèrent des experts comme témoins . Les dispo s ition s légales r ég i ss ant l ' indemni s a t ion , en jeu de v ant le tribunal , sont l es suivantes : L ' article 61 de l a loi d e 1845 po ur l'Ecosse portant re(on ( e des dispositions fon c i ères est ainsi libellé : .Pour estimer le montant de l'achat ou de l'indemnité à verser par les promoteurs de l'entreprise, dans l'un ou l'autre des cas précités, il faut tenir compte non seulement de la valeur du terrain à acheter ou à exproprier, mais aussi du préjudice éventuel que subira le propriétaire des terres parce que cer(aines terres sont détachées de celles qui lui appartiennent ou que lesdites terres sont autrement affectées par l'exercice des pouvoirs prévus par la présente loi ou toute autre loi qui y est incorporce . » Cet article est complété par l'article 41 de la loi de 1973 sur l'indemnisalion ib ncière po ur l'Ecosse, qui inclut l e pr éjudi ce d û à l'usage ultéri eur du ie rrain acqui s .
L 'a rl icl e 2 par . 2 de la loi d e 1919 sur l ' acqui s ition A e s t e rres (cal cul de P ind emnisation) int ro duit s ou s le tit re « Règle 2 A, à la plac e du critère a valeur pour l e p ropriétaire , l e critère du marc hé libre pour calculer la valeur d'un terrain . Il e st ég alement appli cable p o ur calculer la dépré ciation du terrain concerné . L'article 2 par . 6 (, règle 6 ») pré voi t cependant que a l e s dispositions de l a ' règ le 2' n ' ont pa s d'inciden ce s ur le calcul de l'indemnisation pour trouble d e jouin san ce ou aut re, non fo ndée directement sur la valeur du terrain » . De s orte que ce tte derni è re règle ne confè re pa s de droits nouveaux mais confirmc s impl e mcnt le main[ien de droits prée xi a laN S pour se plaind re d e u t ro ubles de jouissance et au tr es v en traîn a nt un préjudice (inanc ie r . Les requé rants préconis aient devant le tribunal une indemnisation calculée s ur la base d ' un « fonds d ' amortiss em ent n tenant compte de l'inflation et perm e ttant de dég a g er de s rev enu s au fur et à mesu re de s réparation s à effectuer dans Pav enir . Il s préconisaient que s'applique à leur cas la « règle 6 » plutôt que la d règ le 2 », au trement dit que l'indemnisation ne s oi t pas calculée par r éférence à la vale ur march a nde des ter res . Le 6 novcmbre 1986 cependant , le tribunal décida que l ' indemni s ation pour l ' entretien futur serait calcul é e par référence à la diminution globale d e la valeur mareh a nde du terrain touc h é, compte tenu d es d é pen s e s probable s, c e qui s erv ir a it de g uide pour calculer le montxnt dont les a c heteur s é ve ntu el s seraient 276
censés rédui re l e u r offre . u s estimaient que l'entretie n futu r releva it de l'effe t préjudiciable évoqu é à la = règ l e 2» plut ôt qu e du préjudi ce de l a urèg l e 6» . Pour calc uler la moi n rva lu e, l e tr ibun al examina chaque poi nt d u grief rel at i f à la ch a r ge de l 'e n tretie n fulur e t accepta la métho de d'évaluati o n préconisée par le ca dastr e u r du disirict qu i t é moigna po u r le m i n is tre et calculait l' in demnisa ti on e n fon ct i on des pri ncipaux co ût s rée l s des i nst all a t ion s d e detiserte . Le t n bun a l releva que cette méthode avait déjà été jugée acce p tabl e pa r t ou s les a utres p rop ri é ta ires et l es experts géomètres aya nt rég l é des l iti ges co ncerna nt d'au tres po rtion s d e l a nou ve ll e A9 . A ce titre, le tr i bunal accorda a u x requérants la somme d e £ 3 8 .100 . Il est i ma également que le d omai n e n'avait pas s ubi de préj ud ice esthétique général . Le tri b una l avait en effe t inspecté l a propr iété et co ns ta té q ue, eu égard au x co n sé qu ences que l'a nci e nne A9 av ait su r le d omai ne e t aux problè m es yiPa ura it posés son amél i o ra t io n , l a construction de la nouvelle A9 ne por tait au c un ement att e inte à f ag r é m e nt de la prop r iété dan s son e n sembl e . Toutefois, l e t rib un al acco rd a un e in demni sa t ion pour a ttei nt e à l'agrément de ce nai ns imm eubles s ur le dom a ine q ui, selo n l ui . a vaie nt é té a6 im és par l' imp la ntat io n d e l a no u velle rou te . Au total, l es r equ é ran ts perçu re nt à ce titre une i ndemn i sat ion £ 59 .830 . L ' i nd emni sa ti on à certains aut res t itres semb le avo ir ét é déc i dée d ' un co mm un acco rd p ar l es p u ni es ava nt l'a ud ien ce et l e t r ibu n al ne l es a pas e x am i nés . U n p ou rvo i est en i nstan ce deva nt la Cour de cassation , mais l es r e quéra n ts so ut ie n nen t que l es décis ion s contestées ét aient des déc i sio n s de fait n on su sceptib les de reco ur s .
G RI E FS I . Les req uérants se plaignent d' un e violation de l'article 1 d u Pro tocole additionnel f3 In Convention . Selon e u x, l e calcu l d e l'indemnisation effec tué p a r l e t r ibu nal au titre de la dép rcc i a( ion d c la valeu r marohande d u te rra i n à u n e re rta in e d ate ne tient pas compte d e l'inflation dans l e coût d es futurs travaux de ré paratio n et co n duit également à u n assujettissement à l'impôt sur les pl us-va lu es . La mét hode retenue p a r le Iribun al est, selon les requé rant s, arbitraire et i llogi que et ne prévoi t pas o u ne tient pas com p(e d es futures réparations nécessaires . Les requé r a nt s sou tie nn e n( également que la construction des nouvelles ro ut es a profon dement modifi é l 'aspec t p h ys ique de Izur propriété et que l e constat par le tribun a l q u'i l n'y a pas préjudice esthét iq ue géné ral es t unc i mportu nfe er reur de fa il . 2 . Les r eq u é ra nt s se pl aig nent de ce q u e l 'a bse nce de possib i l it é d'ap p el est contraire à l 'a nic i e 6 de la Co nve ntio n . lls se pl a ig nent égale m e n t de ce q ue l'absence d e possib i l ité d'a p pel e t d'u n recours effectif po u r ex pose r leur s gr iefs çconstitue une viola t ion de l'article 13 d e l a Co n ven tion . 277
EN D R OI T I. Les requérant s se plaignent de s' être vu accorder une inde mni s ation arbitraire et insuf(isante par le tribunal foncier pour l ' expro priation d ' une partie de leurs ter res . lls allèguent une violation de l'a rt i c le 1 du Protocole additionnel à la Convention, dont le premier paragraph e se lit ain s i : ,- Toute personne phy+ique oo mor .t lc a droii au respect de se s biens . Nul ne peut étre priv é de sa p ropriété que pour cau s e d'utilité publique et dans les c onditions pré vues par la loi et les principes généraux du d ro it international . » La Commission constate que les requérants ont é té priv és de leur propriété a u s e n s du paragraphe I , deuxième phras e. Elle ne voit aucun é l ément pou v ant d u nncr ù pen ser qu e l ' expro priatiun n'a pas é té effectuée dans les c ondiiion s prévu e s p a r la l o i . Quant aux principes généraux de droit inlernafi on a l , la Commission rappell e que c ette condition ne s ' applique pas à l'expropriation par un Etat des biens de ses p ropres ressortissants (Cour Eur . U . H ., arrêt Lithg o w et autres du 8 juillei 1986 , séri e A n" 102 , p . 50 , par . 119) . La Cummi ss ion doit dè s lors déterminer si , vu les fai ts de l ' espè ce , les requérants ont été privés de leur propriété pour des raisons d ' u t il ité publique. I .a Commis sion rappelle qu'en rai son d e leur connaissance directe de leur société et de s es bes oin s, les autorités nationales s ont en principe mi e ux placées yù ellc- mémc pour uppré c iu ce yui est ~ , d ' utililc publiyue T . Pour ce fa irc , les aurorilés nationales jo ui s s e nt d ' un e certaine marge d ' appréciati on . Or , la Commis s ion relève que les arrét és d'e xpropria ( i o n ont été rnis en œ uvre pour effectuer les réparations nécessaires à une voie expres se el à son réuli g nemcN . Elle est convain cue que, dan s ces conditi on+ , les mes u res d'expropriation poursuivaient un but l ég itime d ' utili tc publique de nminli en c t d'atitélioration d es voie s publiyues . La juri spruden ce d e la Commi s si on et de la Cour établit qu'il ne su(fit pa s yu ' une mesure privative dc propriét é pour s uive un bul Icgitim e ; il doit autitii exister un rapport raisonnable de p roportionnalité entre les moyen s employé s et le but visé . Selon la Cour, cela nécessité de ménager un juste équilibre e n tre les exigen ces de l'intérêt général de la c o mmunautc et les inipératifs de s d ro i ts fondamentaux de Pin dividu . Cet équilibre es t rumpu si l'inté ressé a eu à s ubir une charge s péc iale et exorbita nte (voir arrêt Lilhgow et autres, op . cit . . p . 50 , par . 120) . Pour appr éc i e r s i l'on a pré se rvé un juste équilibre enire les divers intérêts en cause et s i l 'o n n'a pas impo s6 une ch a rge dé m es urée à la p ersonne privée de sa propriété . il faut avoir égard aux condition s du dcdummagement . San s le versement d ' une s omme rai sonnablcmcnt proportionn é e à la valeur du bien , un e privation de propriété constituerait normalement une atte int e excessive qui ne saurait se justifier sur le terrain de l ' anicle 1 du P rot ocole additionnel (urrét Liingow et e wres, loc . c it ., p . 50, par . 120) . La Commi s sion estime qu e ce princip e s'applique au s si pour l ' indemnisalion d ' autres pertes ou c harges pccuniaire s imposées suite à de s mesures d ' exprop rialion .
278
Les re yu éru n ls se plaignent à cet égard dc cc que l'appréciation de l'indemnisation par le triM1 u n :d était i nadéquate, i ll og i que et arb it ra i re . Ils ont sou le nu devant l e tribunal q ue l'i n demn i tiat i o n touchant l eu r obligat ion d'entretenir et d e r épa rer les cld iu res au rait d ii c v e prév u e su r l a base d ' un fo n ds d'amortissement tenant cu mp le dc l 'i nFl at i on et fou r ni ssn nt des reve nu s au fur e t à mesu re qu'il faudrait paye r les réparations . L e tribunal a cepe n dant choisi d 'app récie r l ' ind z m nisn ti o n e n se référant ù la perte dc la vale u r ma rcha n de su b ie par la propriété, e n tenant com p te des dépenses lut u res pr o b ab l es qu 'imp l ique l'entretien des clôtures e t d 'au t res t rava u x, e n so rte de calculer le montant dont les ac h et e u rs éven w e l b seraient ce n sés réduire leur offre . En conséquence, le tribunal a accord é l a somme de £ 38 . 1 00 au ti tre de ce poste d ' ind em ni sation a u li e u des £ 14 7 .2 4 2 réclamées pa r l es requérants . S elon ces de rni e rs, ce mode d 'ap pr écia ti on est non seul ement in a d éq u at et a r b i tra i re, ma i s ne t i ent pas compte non plus de l'inflatio n et l es assujettit à l'impôt s ur les plusvalues . Les requérants so u t i en ne nt au su rplu s qu e le tribunal s'est trompé en concl u ant y u e l a p ropriété n'avait pas subi d e p réju dice esthétiqu e gé n éral et en ne prévoya n t a u c un d édo m mageme nt de ce ch ef.
La Commission relève qu e si le tribunal a exa min é la méthode d' ind emnisation proposée pur les requérants, i l a to ut efo i s d éci dé d e reco u r ir plutôt à l'est i matio n des coûts de réparation et de renou ve l leme nt pour mes u re r r a i sonnabl emem la d cp rcc ia iio n d u lerrain, mm p le t enu des prin c ipaux coûts r ée l s des t ravaux de desserte en question, mé th o J e acceptée pa r l es a u tres pro pr iéta i res to u c h és pa r l a nouve l le A9 . La Com m is i o n n 'es tim e pas q ue cette m ét h odz d'a pprécia tion soi t en pr i nc ipe con l ra i re à l 'ar t icle I d u Pro tocol e additionnel . Elle ra ppel le également que, dans l' ulÏa i re Li l hguw (a r rèt Lithgow et a u tres, loc . c i t ., p p . 58-6 1 . pa r . 144- 147 e t 15 6), la Cour .I j ugé qu e l'a6se nce de toute di sposition tenant compt e de l ' inFl a lio n et l'incidence de la t axe s u r les pl us-val u es relevaie n t d e l a m arge d'app rcciatio n laissée aux H nu teti Parties Contract a ntes . S'ag i ssant de la décis ion du tribun a l d e n'accorder absolume nt auc un d édom magemen t pou r le préjudice esth éti qu e gé né ral subi par la propriété, la Commisxio n relève que le tr ibuna l a lui-même inspecté l e do m a in e et co n statc que, vu les prob l è m es existants avec l'ancienn e A9 qui traversa it le doma i ne, l a nouvelle A9 n'avait fa it subir aucun p réj u di ce es th étiq ue à l a p ropr iété . En ou vc, l e Ir ibunal a effectivement accordé d ive r ses i nde mn isati ons pou r l es part i e ir perdu de l eur attrait du fait d es nouveaux ow rages . A prè ss duomaineréptv avoi r exumi né les fa its de l'espèce, la C o mmi ssio n es t i m e q ue les co nJiii on s de Pexp r opr i a ii nn imposées a u x re qu éran t s n'on t pas mécon n u l e p r i ncipe de p roportio nn a lil é .
E n conséquence . l a privation de prop r iété s u b i e p ar Ics m q ué ranis se j u sii(iu it au rega rd de la de u xième p hra se du prem ie r paragraphe dc l'article 1 du Pro l ocole additionnel .
2 79
Il s'e n suit q ue l a requê te doit, su r ce point, ê l re rej etée comme manifestement ma l fond ée au se ns dc l'ar ti c l e 27 pa r . 2 de la Co nve n[ ion .
2 . Les requérants se plaig n ent de n'avoir pas p u faire appel de la décision prise par le tribunal foncier et imoqueni à ce titre les articles 6 et 13 de la Comention . La Commiss i on relève que le tr i bunal fo n cier est u n organeju d i ciuire créé pa r la loi et compétent pour connaître de certains litiges sur l'évaluation des terros . La Commiss i on rappelle yue Par[icl e 6 par . I de l a Convention n 'obl i ge pas les Etats contractants Ià instimer des cours d'appe l et que l a jurisprudence de la Commission et d e l a Cour établit que l'article 6 n e g n ranti l pas le droit de faire a p pel des jugcmcnts r end u s pa r les tribunnux (vo i r Cour Eur . D . H ., arrêt Delcouri d u 1 7janvie r 1 970, série A n° 11 , p . 13, par . 25) . Il s'ensu il que I c grie f ex posé par les requérants quant à leur incapacité de faire appel doit être rejeté comme maniCestement mal fondé au sens de l 'article 27 par . 2 de la Conveniion . L'article 13 de la Convention garantit le droii à un recours ef(eciil devant une i nstance noiiunale pour l'individu qui a u n grief défendable de v i ulutiun de la Convention à exposer . Lo rsque la violation a ll ég u ée concerne la décision d'un tribunal, le d ro i t à un recours effect i f semblerait nécessiter le reco u rs à u ne juridiction supé rie u re . Toutefois, à la lum i è r e de l a jurisprudence constante concernant l 'a rticle 6 de la Conven[ i on . i ndi qu ée plus haut, et de l'article 2 d u Pr ol ocole N° 7, qui recon nait rxpresazmeni le J roit de faire exa mi nc r unc question pénu l e p ar une juridiction su pE r ieure . l'article 1 3 ne sa urait s' in lerp rEter comme accordant un te l droit (voir N o 11508185, déc . 17 .7 .86, non publ iée) . Cet l e d ispos iti on ne saura it dès lo rs être invoquée comme offrant un droi t d'app el d'une jur i d i ction infcrieu r e à u n e jur id icl ion supérie u re . La Commission relève que le grief tiré par les requérants d'une vinlanon de l'article 1 du Protocole add il ionne l provient dc la décision rendue par le tribunal loncier pour l'Ecosse . Elle concinic que ce grie(d'incapacité à faire appel de la décision ne révèle aucune apparence de violation de l 'article 13 de la Convention . Il en découle que ce grief doit, lui aussi, être rejeté comme manifestement ma l fondé au sens de l'article 27 par . 2 de la Convention . Par ces mul l ls , l a C o mm l ti s io n
DÉCLARE LA RG QUÊTE I R R F.CEVA BLE .
280

Origine de la décision

Formation : Commission
Date de la décision : 04/07/1988

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.