Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ HUBER c. SUISSE

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 12794/87
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1988-07-09;12794.87 ?

Analyses :

(Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-2) PRESOMPTION D'INNOCENCE, (Art. 6-3-d) INTERROGATION DES TEMOINS, (Art. 8-1) RESPECT DE LA CORRESPONDANCE


Parties :

Demandeurs : HUBER
Défendeurs : SUISSE

Texte :

APPLICATION/REQUÊTE N° 1 2794/ 87 Ju t [ a H U BE R v/SWITZERLAN D ] utta H U B E R c/SU I SS E DECISION o f 9 ]u ty 1 988 on t he a dm issibi l ity of th e application DÉCISION du 9 j u il l et 1988 s u r l a rcccva bi l ité dc la requête
A rticle 2 6 of the Convention : Domestic remedies have not been exhausted when an uppeu/ is not admitted because of a procedural mistake by the appe llant. Hawever, non-exhaustion of domestic remedies cannot be held against the app li cant if in spite of the füf(er's fai[ure to observe theforms prescribed by law, the competent authority has nevertheless examined the appeal.
Article 26 de la Convention : Les v oi es de reco urs int e rnes n 'o nt pa s ét é épuisées lorsque le re cours a été rej et é par suite d'une infa rmafil é rommi.ce par l'auteur du recours. Toutefo is, on n e saurait opposer au requérant le non -épuisement des v oi es d e recours inte rn e s si , nonobstant ]'ittobservation par lui d es formes prescrites, le recours a néanmoins été examin é par l'autorité compétente.
T H E FAC T S
((i 'ançais : voir p . 259)
Th e fac t s o f the case, as subm i tted by the parties, may b e summ arised as foll ows . The a p p li cant, a Swiss c it ize n born in 1 958, resi d es i n Z u ri ch . B efore the Comm i ssion s he i s represented by M essrs . E . S chiinen ber ger a nd K . M dder, lawyers p r actis i ng in Zu ric h . 25 1
case-law acco rdin g to w h ich there i s no c zh ausl io n of domesti c remed i es w h ere a domestic appeal i s n o( ad m itted beca u se of a procedural mi s take (see No . 6878/75, Dec . 6 . 1 0 .76, D . R . 6 p . 7 9) .
I n the p resent case th e Comm i ssion notes that i n i ts decis i on of 24 N ovember 19 86 t he F e d eral Co u rt fou nd that according Io S . 90 of the Feder al Ju d i ciary Act the substantiation of a public law appeal h as t o be i n cl u ded i n th e app ea l s t a teme nt and tha t i t co ul d n ot t h erefore consi d er the no tes o f the a pplica n t's r epresentative r e l at i ng to proceed i ngs be fore th e European Cou rt of Hu man Rights . H owever, the Commission a lso o bserves that t he Federal Cuurt did not regard the appli ca nt's publi c law appea l st atement itsel t as being in sufficien t ly substantiated . I n d ee d , the Fede ral Cour t then p roceeded to d i scuss the ap pl ican t's coniplaint u nder Art icl e 5 p a ra . 3 o f th e Convention . Also for t his reaso n , therefore, the a p pl i can t compli e d with A r ticle 26 of the Conven tion . Th e appl ica nt 's complaints cannot therefo r e be rejected unde r Article 26 of Ihe Co nve n tio n for non-exhaustion o f domes ti c r e m e d ies . . . . . . . . . . . . . .. .
(TRADUCTION) EN FA I T Le s fait s de la cau se , tel s que l es pa rt ie s le s ont exposés, peuvent s e rés umer comme sui t La requé rante , qui est une ress orti ss ante s ui sse née en 1958 , rés ide à Zurich . Devam la Commi ss ion , ellc est représentée par MM . E . S ch i inenberger et K . M ëder , avocats à Zuri ch .
I.
L es cir ronstan ces particulières d e l'affaire
Dans le cadre d ' une in s truction pé nale dirigée contre un ce rtain M . K . à Hamburg et un ce rtain M . B . à Zuri ch au sujet d ' une affaire de proxénétisme (Zuh â lterei) et d ' incitation à la débauche (Kuppelei) , le pro cureur de di s trict de Zurich (Bezirk sanwaltschaft) a d écerné con tre la requérante un mandat d ' amener (Vorführung sbefehp en vue de l'entendre le 8 a oût 1983 . L ' as s ignation a été s ign é e par M . DJ ., procureur de di s[ricl . 259
Le I l août 1983, la requérante a été amenée par la police municipule de Zurieh tm parquet du procureur de district, où elle a été interrogée . Elle y a reconnu avoir vécu des gains de la prostitution . Néanmoins, elle a précisé quelle ne cnnnaissait MM . K . et B . que de nom et qu'elle ne leur avait remis aucune pan des gainx qu'elle reliraii de la pmslilmion . A la suite de cela, le procureur de district, M . D .J . a placé le mëmc jour la requérante en détention provisoirc . Sel o n le roandui d ' arrêt (Ve rha ft s verfügung) s i g n é le 11 u oùi 1983 par l e prucu reur de district . M . D . J ., l es memb re s du g roupe le s « An ga de l ' cn(e n . d e Z.urich et de H :3mburg étaient fortement soupçonnés d 'av oir am e nc des prus limc cs allemandes à Zurich . Certaines y avaient épou sé des ressortissants suisses qu'elles avaient r é inbué s à c et effet . Ces femme s avaient é té incit ées, partiellement sou s la menace , à se liv re r à la p rostituti o n profe ss ionnelle sou s la p ro teciiun de s « Ang es dc l ' en(e r n e n contrepartie de laquelle elle s le ur abandonnaient une partie d e leurs g a in s . L a requérante éta it fo rtem e nt so up çonnée d 'avo ir été l ' une de ces Ce mme s . Le mandat d'arrêt pré c isait qu ' en t é moig nant et sou s la mena ce d e s ancti o n po ur faux t é mo i g na g e, elle ava it nié a voir eu l e m oind re contact avec l es « Anges d e Penfe ro . Le manda t d 'a rrêt fa i s ait état en particulier d ' un risqu e d e co llus i o n et de suppress ion de preuves . Il pr é ci s ait cgalement qu ' un recours pouvait être formc c on tre le inand at d 'a rrét dan s le s 48 heure s auprès du ministère publi c (Staa ta anwul lsc hut ) Ju c a nt o n de Zuri c h . L a requé runte a été remite en l iberté l e 19 aoù t 1983 . ' Le l _ o ctobre 1985 , le pro cureur de district de Zuri c h a accusé la requérante devant le juge de s affaire s pénales du tribunal de Jislricl de Luri c h (Einzelrichier in Sirafsachen ani B e zirk s gericht ) d e faux témoignage a u cours d ' une p rocé du re judic iaire eL subsidiairement (eventualiter), d' entr ave à l ' acli o n pénale et requi s s a co ndamnat i o n à une am e nde de 5 . 000 franc s suisses . L'acte d ' a cc us aii o n était signé par le pro c u reur de d i strict D .J . qui a va i t a u s si s ig né le m a nda i d ' a r rët . L ' audience a eu lieu le 10 jaovier 1985 . Selon le proc ès-v rrbal du procès, l e défenseur de la requérante a déclaré c c qui s uiC [Tradu c ti on] « D a ns l a pré s ente affaire , il y a lieu de constater tout d'abord une violati on d ' un droit de l ' homme con s acré par l'article 5 par . 3 de la Co nv en ( iun européenne des Dmit s de l ' Homme, aux tenne s duquel toute personne arrêtée ou d étenue , dans les c o nditi o n s prévues à l'article 5 par . I e) de la Con v entio n , d o it êt re aus s itin truduite d evant un ju ge ou un autre magi strat habilit é par la l o i à ex ercer de s fo nc tions judiciaires . Il n'en a ri en é té en l ' es pèce . Au contraire, la personne qui a placé la prévenue en détention provisoire, soit M . L . procureur de di s trict . est uujourd ' hui égaleme nt l ' acc us ateur . Je ren voie à une requ ê te comparable pré s entée à la Commission européenne des Droits de l'Homme dan s les affai res Schiesser et (X), qui om été rel a tées dans la re v ue ' Europuïsche Grund rech ieze i t schrift ' . Suivant P arr èt,
'60
la condiiinn de l'existence d'un e
violation de s droil s de P homme n'était pa s remplie, étant donn é que le proc u re ur de dis tr ic t qui avait ordo nné l'arrestation n'avait pas rédig é l ' aclc d ' xcusaiion . Ceue affaire differe de la présente . Quoi qu'il en s oit , je re nverrai cette affaire devam I cs autorités supé rieur e s . » ( Allcma ndj « V ndiegend w u rde z u nëch st das in Art . 5 Ziff. 3 de r Konven tio n zum Sc h utze der M ensehe nreeh te u nd Grundfreiheiten (E MRK ) statuierte M e n schenrec h t vedev.t, wo nach jede nach der Vorsch r ift vo n A rt. 5'L i tf . I c) E MRK festge nomme n e ode r i n H xR geh al t ene P erson un verzügliz h ei n em Ric ht er oder ei nzm anderen, gese tzl ich zu r A us übu n g richte d ic h e r Fu nkt io nen ermàchtigten B eumten vorgelü h rt werden mu ss . Eine sol che V o rfü h r un g hat vo r l i egend nie s tatt ,e fu nd en ; viel me h r ist derje n igc, de r die Angek lxgie i n H aft genommen h at, h eu t e gleic hzei ti g Anklëgcr, nàml i c h der B ezirk sanwalt J . Ich verweise auf eine en t spr echende Besc hwerde, di e an d er Europa ï schen M en sche n rech tsk ommissio n in Sac h en Schi esser un d (X) anhàngig ge m ac ht worden un d i n der 'E u ropëisrhen Gru nd rec hteze it schr i ft' veroffe n tl i cht wo r den ist . In jenem Emsche i d wurde d as K r iter i um der Menschenrechtsverletzung vern ei nt , wei l der ver h a(ie n de Bez irksan walt nicht m it dem anklagenden Bezirksanwal t identisch war . es s i ch mith i n u m einen ande rsgelagene n Fa l l als d en vo r liegenden F n ll gehandelt ha[te ; ich werde au f jeden Fa l l d i esen Fa ll wciterv zie h en . » Le 10 iamier 1 985, le tribunal de district de Zurich a acquitté la rcyucrante au mo l i l ' yu'cllc n'avei t jamais été convoquée (vorge lu de n ) e n wa d' un inte r rogatnire . de sorte q u e son témoignage é tai t entaché d' irrcg u lar it c et n e powui l ét r e æ t enu . Le jugement ne (ait pas état des poin t s sou l evés à l'audicnca par l'avocat de In æy ué r u nte a u t itre de l'artic l e 5 par . 3 de la Convention .
Sur appel (Berufung) interjeté par le ministère public , la rnur d ' appel (Ober gerichq de Zurich a condamné la requérante pour tentative de faux témoignage et lui a intligc une amende de 4 .000 francs suisses le 13 septemb re 1985 . La cour a jugé que son témoignage n'était pas irrégulier e t qu'il pouvait être versé au dossier . Elle a fait état également de l'écoute d 'e ntr etien s téléphoniques entre la requérante et M . K ., à laquelle l es autorité s all em a nde s avaient procédé Icg a lcm e nt, et d o nt le c ompt e re ndu avait été c ommuniyué à la Sui sse dan s le cadre de l ' emraide judi cia ire . Se fondant cur ce compte rend u , la cour a conclu que la requérante avait en fait connu MM . K . et B . L'arrêt de l a cour d 'appel fait cgal e me nt état du point soulevé au titre de l'anide 5 oar . 3 de la Convention : ;Trv dac tiun I uE nfin , il faut no ter que c 'es t à tort qu e la défense a objec t é que dan s le cuni e xi e de son ar re cLa lion et en infra c tion à l'article 5 par . 3 de la Convention, la prevenue n ' avaii pas été Iraduit e devant un juge ou un aut re magislrat habililé par ia l o i à exerce r des foncti o n s juJiciuires . En efftt . s el o n la juri s pruden ce 201
du Tribunal fcdcral . le procureur de district zurichois exerce également, au cours de la phase de l'instruc[ion, des fonctions judiciaires au sens de l'article 5 par . 3 de la Convention (ATF 102 la 179) . n
[A llema nd j « Schliesslich is t festzuhalten, dass der Einwand der V erteidig un g, die Angek l agte se i i m Z u tiam m e nh ang mit i h rer Verhaftung i n Verletzung von A r t . 5 Z if(. 3 EMRK keinem Richter oder e i nem a nderen gesetzl i ch z ur A u süb ung r ic hi erlich e r F u nk i ion e n enn ach tigte n 8 eamien vorge fühn wo rden, zu U n recht er fol gte . Nac h d e r R ec h ts prec h ung d es B und esgeric hies übt nïm lich der zùrcherische Bezirksanwalt im V e rfah re n ssi ud iu m d e r U nte rsuch un g auch r i chterli ch e F u nkt ionen im S inne von Art . 5 ZifE 3 E MRK aus (ATF 1 02 la 179) . » La requéran te a déposé u n pourvoi en n ull ité (Ni c h ( i gkeitsbeschwerde) qui a été reje(é par la Cou r de cassa tio n (Kassa tio n sger ic ht ) de Zurich le 1° juille t 1986 . L a cou r a jugé qu e l e p oi nt soulevé a u ti tre de l 'articl e 5 par . 3 de l a Comen ti o n était sa n s pert in ence en l 'es pèce . S i l a re q ué r a nte r éc u sai t p our ce l a le procu reu r dc district, elle aurait d û déjà le fai re a u co u rs de l'instruction . La requ é rante a ens- uile fonn é un recour s de droit public aupr ès du Trib u nal fédéral (Bundesgericht) en faisant grief notamment de ce qu ' en violation de l'article 5 par . 3 de la Convention, le procureur de district d e Zuri c h l ' avait non seul ement placée en détention prév e ntive , mai s l'avait également a cc u sé e . Le T r ibunal fédéral a rejeté le 24 novembre 1986 le recours de droit publ i c fo r mé par l a req ucrante . Il a eo nst a tc en p rem ier li e u que, conformément à l'article 90 de la loi (édérx l e s ur l'organisation j udicia i re (Organisationsgesetz), l 'argume nt a t io n à l'ap p ui d'un recours de droit p ublic doit è lre i ncorp orée dans l'ac l e introduc l if d'instance l ui-mëme et qu'il ne pouvait donc examiner les notes du représentant de la requéranie dans la procédure relative à l'affaire Schiesser devam la Cour euro pée n ne des D r oits de l ' H omme . En ce q ui concerne le grief soulevé p a r la requérante au titre de l'article 5 par . 3 de l a Convention, l e Tribunal fédéral a déclaré cc qui sui u [T r n duction ] ~ La requ é rante a yant été mise en libe rté depuis longtemp s, ell e n'a plu s effecu vemen[ d ' intéret pratique à ce yu'il soit statué s ur son griel 3 ce[ ég ard , de s orte que l e tr ibunal n 'a pa s à entre r en matière . So n re p roche serait quo i qu'il en soit n o n fondé , tant le Tribunal fédéral (ATF 102 la 179 et s uivants) que la Cour européene de s Droit s de l ' Homme ( arrèt du 4 décembre 1979 dans l ' affai re Schiess cr) ayant déclaré que le p rocureu r de distri c t d e Zuri c h a gi s sait au c ours de l'instru c tion en qualité de magis trat habilité par la loi à ex e r c er d es fon c tion s judiciai re s , au s en s de l'a rt i c le 5 par . 3 de la Conv ention , »
262
(A lle man d j - N achde m d ie B esc hw erde führer i n làngst a u s d er Untersuchungshaft e n tlasse n worden ist, hat sie je darh k e in aktuelles praktisches Interesse meh r an d er Beh a n dl un g d iese r Rüge, wesh alb darauf n icht einzutreten i st . D e r V o rw ur f w àre ü br ige ns u n beg rti nde[ da sowoh l das B u n desgerich[ ( AT F 1 02 I a 1 79 ff .) ais auc h der Europàische Ge richt shof für M ensc h e n rech te (Urtei l vo m 4 . D ezember 1 979 in S ac h e n S c hiesser) erk l â n h aben , d er zü rche ri sc h e Bezi rksanwa it se i im Verfahrensstadium de r Untersuchung ein `gesetzlich zu r A us übun g richterlicher Funktionen e r màc ht igter Bea m ter' im S inn e vo n Art . 5 Z iff . 3 EMRK . L 'arrêt a été s ign i fié à l a re qu éra nte l e 18 décembre 1 986 . Lég islati o n e t pratique nationales pertin e nte s A u x ternies de l'article 32 de l a L oi d'organisation judiciaire (Ger ic h tsve r(as +u ngsgese l z . GVG ) d u canton d e Zuri c h de 1 976 , le tribunal de district co nnaii a u péna l de toutes les affa i res qu i ne so nt pas d e l a comp é ten ce d ' un e a utre jur id ictio n . L 'articl e 4 4 et l 'art i cle 57 de l a GVG préci sent les di verses in fracti o ns do n t la cour d 'app el et la cour d'assi ses respectivement peuvent co nn aître ; i ls ne comp re on ent pas ce l les d on t l a req ué r a nte a été acc usée . L'article 72 de l a G VG prévo it qu 'e n t ant qu'organe d e l'accusation (Ankl agebehiirde), le p r oc u reur d e d is t r i ct int erv i e nt d evant le tribunal d e di strit e t l e p roc u re ur gé n éral devant la cour d'appel et la cou r d'assi ses (Geschw ore n en ger i cht) . L'arti c l e 73 de la G VG prévo it que l 'i nstr u ction concernant d es infractions es t cond u ite p a r le p rocure ur de district et l e proc u reur gé n ér al . E n prat ique, la pl upart des enquêtes son i effectuées par le procureur de d istri ct . E n règle gé n érale, l es procureurs de d istri ct so nt élus p ou r q u atre a n s au s u ffr age uni verse l (art i cle 86, par . 2 de la G VG ) . L'article 5 5 du Code d e procédure pé nal e (Strafprozessordnung . S( P O) d u camu n d e Zu ric h de 1 9 19 autorise le procu r eur de district à d él i vrer un mandat d'arrêt . Ce lui -ci pe ut fair e l'objet d' un recours . L'article 6 7 d u StPO obl ige l e procureur d e di st r ic t à ent e nd re u n suspect d ans les vingt-quatre h e u res de son ar rest a tion . Selon l 'article 65 d u S tPO , l e suspect doi t a lo rs ê tre cla irem e nt i n fo rmé d es é léments m oti vant les soupçons rcte nu s contre lui . La déten ti o n provisoire ordonnée p a r le p roc u reu r de d i stri c t ne p e ut dépasser 14 jours, sau f s i son ma i n tie n est ord on né p ar l e pr éside nt du t ri b u nal de dis tr ic t o u de la chambre des mises en acc u sa tion ( Ank lage kammer ) de la co ur d 'a pp e l , selo n celle de ces de ux ju ridictio ns q u i est compétente (article 5 1 du StPO) . Une fo i s l'enquête close, s i un non-lieu n'a p as été re ndu , l'or ga n e de l'accusation, qui est so i t l e procureur de distr i ct ou le min is tère p ublic, engage l a p rocédu re prin cipa l e (H a u proe r fa hren) en présenta nt l'acte d 'accu satio n (articl e 161 d u S tPO ) .
263
Le pres id e nt du tribunal Je d i s lri c t o u d e la c h a mbm da~ mises e n ac cusati o n de la cnur d ' appel se prononc e e ns ui i e sur le po i nt de savo ir s 'i l y a lieu d'admettre ou de r eje te r l 'acte d'accusation (article 165 du StPo) . L'urticl e 178 du StPO p rév o it ce qui suit [Traduc t ion] « I.' org nne d'accusation est un e partie à la p rocédure prin c ipale . Il a de ce fai t wus l es droits ei le s dcvoir s d ' une partie . Dan s ti on expo sé, l'necusatc ur n e s z bo rn c pas un i l mé ralement à so uligner les po ints inc riminant l ' in c ul pc . m a is d o i t égn lcin e n t t enir compte des clcments jouant en sa faveur . , IAl l emand l « Die Anklagebehôrde i st im Haup[ve r fa h ren Prousspar[ci . Sie hat alle e i ne r solc h en zustc henden R echte und Pflic h ten . Der Ankl àg er s oll b e i seinen Vortràgen nichi e ins ei tig nur dasjeni ge herv u r heben , wa s den Angenschuldi gten beschwe ren kann . s ondern au c h da s bc rü e k til c htig en , wa s zu se inen Guntif e n sprichi . • L e procureur d a district res t e placé so u s l 'uucurité du mini s t è r e publie ( ur ( i dc 8 6 d c l a GVG) , qui e, t autorisé à lui adresse r des Jirecti ve s (article 2 7 du StPU ) E n pratique, les procureurs de district ne reçoivent du mfnistère publi c ni directive s ni instru c ti on s spé c iale s en ce qui concerne l e ur pouv o ir de place r des p e rsonn es en d éte nti o n .
A côté du p ou vo i r d ' ord o nn er des a r res tati on s et d es dc i entio ns et d'interroger l e tiu s pect arrêté, le procureur d e district a c e lui de rendre une ordonnance ptnal c ( Stra tb eléhl ) s i l'inculpé a avoué et rec o nnu sa c ulp a bilil é el si un e conJ a mnali o n à un e amende ( B us,c) ou à un emprisonnement d'un mois au mnximum e.t jugce suffisante (article 3 1 7 du titN01 . Après la c ondamnatiu n , l'article 419 du StPO autorise la formation d ' un app e l d evant la cour d 'appel dans lequel d e s g riefs pe uv e nt ê t re s o ul evés a u s uje t d e t ou s les vi ces ( Mëng ep t a nt de l ' enquête que d e la p rocédur e (Verfahren) e t de l a d éc i s i o n d c la juridi cti o n d e p re micre in stan ce .
GRIEFS ( Extra i o La requérante se plaint dc ce qu'en v i olatio n dc l 'artie l e 5 par . 3 de la Conveniion, le m@me procureur de district s'est prononcé Sur sa détention et l'a ultérieurement accusée . Le procurcu r de district ne pouvait donc ct re t enu pour indépendant au sens de ceue dispoeition .
264
EN DR O I T (Extrait ) L a requérante se plaint que le m@me proc ureur de district, qui l'avait p lacée I. en détention p réventi ve, l 'a p l u s ta rd également inculpée . Ains i , l e pr ocureur d e d is t ri ct ne po u vait être te nu pou r indé penda nt et n 'ét a it pas « un juge ou un a u tre magistrat h ab ili té par la l oi à exerce r d es fonctions judi ci a ires= au se n s de l'article 5 pa r . 3 dc l a Convention . De l ' a v i s de la requérante, elle a satis fait à l a condition de l'ép ui sement des voies d e recou rs i ntern es a u sens de l'article 26 d e la Come oiiun . Elle se réfe r e en particulier à l 'art i cle 4 1 9 du Code zu ri c h ois de procédure pénale, qu i prévoit qu'après la co nda mn a ti on p a r l e tribuna l d e d i strict, i l est possi ble de for me r un recours v i sant ta n t l es v ices d e l' i nst ruct io n que ceux du procès . La requér a n te at tire égaleme nt l'attention s ur l'arrêt d u 24 novembre 1 9 8 6 . par leq uel le Tr i b u na l féd ér,il a constaté q u 'elle n 'avait pl us in térêt à former un recou rs de droit publ i c, t out en ajoutant que l e recours était e n tout état d e cau se égalem e nt non fond é. L 'article 5 p a r . 3 de la Convention est libellé com m e suit : « Toute personn e arrêtée ou déte nu e . d a n s les co nd it i on s pr év u es au paragrap he 1 c) d u prése nt u rli cle, doit être a u ssitôt traduite devant un ju ge o u un autre magistrat habilité par la loi à exe rce r des fonctions judic iai res et a le dro it d'être j u gée dans un d élai r aisonnab l e, ou libérée pendant l a p rocéd u re . La mise en lib erté pe u t être subordonnée à une gara ntie assurant l a co mpa ru tio n de l'intéressé à l'a udie n ce . • 2. Le Gouve rnement défendeur s outient en ce qui conce rne l' article 26 de la C o nventi o n que la requérante ne remplit pas la condition de l'épuisement de s voies de rec ours internes . De l'avis du G owernement , après sa mise en détention préven Iive . IJ requéranlc s'est abstenue d e fOrmer Un rec ours viSanl son arreslaliun et sa détention . Elle aurait d û d'autant plu s e s compter que le magistrat qui l'avait placée en déte nti o n préventive l'inculperait également, que son avocat ava it pa rt icipé à d ' aut re s p ro cédure s engagées devant les organe s de la Convention au s ujet du même puint et était do nc info rm é à cet égard . Le Gouvernement souligne qu ' ultzrieurement , dans so n ;arrcl du 13 sep tembre 1985 , la cour d ' appel ell e -mê me s'est bornée à présenter c ertaine s obs ervations gé nérales et que , dan s son arrêt du I ° 'juillet 1986 , la C our d e cas sation n'a pa s examiné le bien-fondé des mo yen s invoqués .
Le Go uve rnement attire en outre l ' xttcntion sur l'arrêt du 24 novembre 1986 , par lequel Ie Tribunal fédéral a constaté que la re quérante ne pouvait faire valoir un imcr ét à fo rme r un r ec ours de d ro it public puisque sa mi s e en libe rt é avait mi s fi n entre -temps à s a détention pr évemive . Le Tribunal féd ér a l a ég al ement c on s taté quc, d a n s son argumcn[alion à l ' appui de son re cours de droit publi c, l a requérante ne remplissait pas les conditions exigée s en dro it +uivse . L e Go uv em e m e nt conclut donc qu e la requérante n'a pas utili sé e n temps opportun les voie s de recou rs appropriée s pou r c unlester son ar re station o u l a
265
procédure d'instruction ct qu'elle n'a pas satisfait aux conditions exigé e s en d ro it suisse pour la formati o n d ' un recour s d e droit public . Au titre de l' art icle 26 de la Convention, la Commission ne peut être sai sie qu'après P cpuisement d es voie s de recour s internes, c onformément aux principes de d ro it international généralement admis . L a Commi ssi o n a mut d ' abord e xaminé les moyens qu e le Gouvernement av a it invoqués en affirmant que la requérante n'avait pa s utilisé en Icmp s voulu les voies de recour s app ro priée s afin de contester son arre s tation et s a détention préve ntive et que l e Tribunal fédéral avait constaté par son arrêt du 24 n o vembre 1986 que la requé rante ne pouvait faire valoir un intérêt en formant un re c ours de droit publi c . La Co mmis s ion e stime , d ' un e p art, que compte te nu de la Loi d ' organisati o n judi c iaire de Zurich et du C ode zurichois de p rocédure p é nale , il éta it prob a bl e qu e le p a rquet de di s trict accu serait final e ment la requ é rante . De l ' avi s de la Commi ssion , le Gouvernement défendeur n'a pas cependant établi clairement p ar quelle vo ie la requ é rante ou son représ en tan t aurait pu alor s vraisemblable ment prévo ir que le même ma g istrat des s ervice s du p rocu re ur de di str ict , qui l'avait antérieurement placée en détention prc ve ntive, se trouvera it fina lement être au ss i son acc u sateur . D ' autre part, la C o mmi ss i o n relève quc l'article 419 du Co de z uri c ho is de pr oc é du re pénale prévoit exp ress ément la po s sibilit é de fo rmer un re c our s auprès de l a c our d ' appel , aprè s une co ndamnati on par le tr ibun a l de di strict , tant contre l'instruction que conte l a procédure et le ju ge ment du tribunal de di stri c t . En l ' e s pèce, la requ érante a fait val o ir ses g riefs au t it re de l ' article 5 par . 3 de la Convention au cours de l ' audi ence du 10 janvier 1985 , alors qu ' il était désormais clair que le même procureur de di stri ct qui l ' avait placé e en détention préventive l'avait également accusée . Après l ' acquittement de la r e qu é rante par le tribunal de di s tri c t , le ministère public a interjeté appel auprè s de la cour d ' appel , qui a ensuite condamné la réquérante le 13 s eptembre 1985 . La Commi ss i o n relève que , d an s son arrêt, la c our d'appel a en fait rejeté le grief de la re qu é rant e au ti tre d e l'article 5 par . 3 c omm e étant non fondé au regard de la juri s pruden ce du Tribunal fédéral , s ans le déclarer irre c ev a ble pour cause de forclu sion . Il est exact que, dans son a rrêt du 24 novembr e 1986 , le Tribunal fédéral a refu sé d ' examiner au fond les griefs soulevés au titre de l'article 5 par . 3 d e la Convention, au motif que la détention préventive d e la requérant e avait pri s fin entretemps et que la requérant e n e p ouv ait donc se prév a loir d ' un intérêt pratique effectif en formant s on recours de d ro it publi c . N éanmoins , la Commi ss ion con state que le Tribunal fé dé ral a ajo ut é qu ' en tout é tat de cause, au re ga rd de s a propre jurisprudence et de celle de la Cour européenne des D ro its de l'Homme, le grief soulevé au tit re de l ' a rt icle 5 par . 3 de la C onvention s era it ég alem e nt non fondé . 266
L a Com mission cnnsidère donc comm e constant que le Tr ibunal fédéral a e n (ait examinc ce grief uu fo n d et affirme que la requérante s'est donc conformée à cet égard à l'article 26 de la Con vention . D ans l a m esure o ù l e Gouvernemen t souti en t q ue l a re qu é rante n'a p as respecté les règles de l a procédure pour l a pr ésentation d'un retou rs de dro i t pu bl ic, la Commission ra ppe ll e sajurispru d ence consta nt e selon laquelle i l n'y a pas épuisement des vu i es de recou rs i nte r nes e n cas d e rejet d' u n recours interne à la suite d'un info rma lité (vo ir No 6878/75, déc 6 .10 .76, D . R . 6 p . 79) . En l 'espèce, l a Commissio n relève que, da n s son a r rèt du 24 nuvembre 1986, le T r ib u nal fédéral a constaté que, con for m é m en t à l'a rt ic le 90 de la Loi fé d érale s u r l 'organisa ti on judiciaire, les moyens invoqués à l'a pp ui d' u n recours de d roit publ i c doive n t être incorporés dan s l'ac te in trod u c ti f d'instance et qu'il ne pouvait par conséquen t examiner les notes du représentant de la req uérante relatives aux procédures engagées devant la Cou r européenne des D roits de P H omme . Néanmoi n s, l a Comm i ss i on relève également q ue l e Tribu nal fédéral n 'a pas constaté que l'acte intro d ucti f d u recours d e d r oit publ i c formé p;i r la requérante était lui-mème insv f77sammcnt étayé . En fait, le Tribunu l fédéral est passé ensu ite à l'examen du grief de la rey u é rante au t itre de l'article 5 par . 3 de la Convent i o n . Il s'ensuit également que la requérante s'est conformée à l 'arti cle 26 d e la Co n vention . Les g rie fs de la requérante ne peuve nt d on c être rejet és en vertu de l'article 26 de la Conventi o n pou r non épuiseme nt des vo i es de recours i n te rnes .
26 7

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 09/07/1988

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.