Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 1 10 ssr, 13 décembre 1967, 65511 et 65512

Imprimer

Sens de l'arrêt : Réformation
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 65511;65512
Numéro NOR : CETATEXT000007639214 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1967-12-13;65511 ?

Analyses :

MARCHES ET CONTRATS ADMINISTRATIFS - EXECUTION FINANCIERE DU CONTRAT - REGLEMENT DES MARCHES - - * RECEPTION - RECEPTION DEFINITIVE RESULTANT DU PROCES-VERBAL.

UN PROCES-VERBAL DE RECEPTION DEFINITIVE AYANT ETE SIGNE LE 26 AVRIL 1956, LA RESPONSABILITE DE L'ENTREPRENEUR NE POUVAIT PLUS ETRE ENGAGEE QU'AU TITRE DES ARTICLES 1792 ET 2270 DU CODE CIVIL. EN L 'ABSENCE DE TOUTE RESERVE FIGURANT AU PROCES-VERBAL, IMPOSSIBILITE POUR LA VILLE DE METTRE A LA CHARGE DE L'ENTREPRENEUR DES MALFACONS QUI LUI ONT ETE SIGNALEES PAR L'ARCHITECTE LE 30 AVRIL 1956, DES LORS QU'IL N'EST PAS ETABLI QUE CES MALFACONS AIENT FAIT L'OBJET DE RESERVES VERBALES LE JOUR DE LA RECEPTION [RJ1].

MARCHES ET CONTRATS ADMINISTRATIFS - ARCHITECTES ET ENTREPRENEURS - RESPONSABILITE DECENNALE - - * MALFACONS NON MENTIONNEES AU PROCES-VERBAL DE RECEPTION DEFINITIVE.

Références :


CONF. Conseil d'Etat 1947-11-28 COMMUNE DE DAMMARIE-LES-LYS Recueil Lebon TABLES P. 645 ET 646


Texte :

Références :

Code civil 1792
Code civil 2270


Publications :

Proposition de citation: CE, 13 décembre 1967, n° 65511;65512
Mentionné aux tables du recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. BARTON
Rapporteur public ?: M. BAUDOUIN

Origine de la décision

Formation : 1 10 ssr
Date de la décision : 13/12/1967

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.