Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 04 décembre 1968, 73799

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Recours pour excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 73799
Numéro NOR : CETATEXT000007641431 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1968-12-04;73799 ?

Analyses :

RJ1 ACTES LEGISLATIFS ET ADMINISTRATIFS - DISPARITION DE L'ACTE - RETRAIT - CONDITIONS DU RETRAIT - DROITS ACQUIS - Décisions créatrices de droits - Inscription de rapatriés sur les listes professionnelles ouvrant vocation au capital de reconversion [article 32 du décret du 10 mars 1962].

01-09-01-01, 46-02-03-01, 46-02-03-04 L'inscription des rapatriés sur les listes professionnelles prévues à l'article 25 du décret du 10 mars 1962 est une décision créatrice de droits [sol. impl.] [RJ1]. Décision du ministre de l'Intérieur refusant à un rapatrié d'Algérie le bénéfice du capital de reconversion, alors que ce dernier avait renoncé au bénéfice de son inscription et justifié d'un emploi salarié, annulée à bon droit par le tribunal administratif, les moyens invoqués par le ministre tendant en réalité à remettre en cause l'inscription de l'intéressé sur les listes professionnelles, laquelle était devenue définitive.

RJ1 OUTRE-MER - RAPATRIES - PRESTATIONS DE RECLASSEMENT - LISTES PROFESSIONNELLES - Inscription sur les listes professionnelles - Décisions créatrices de droits.

RJ1 OUTRE-MER - RAPATRIES - PRESTATIONS DE RECLASSEMENT - CAPITAL DE RECONVERSION - Refus illégal du capital de reconversion tendant à remettre en cause l'inscription sur les listes professionnelles [art - 32 du décret du 10 mars 1962].

Références :


1. Cf. Fairé, 66641, 1968-04-03, recueil Lebon p. 228


Texte :

RECOURS DU MINISTRE DE L'INTERIEUR, TENDANT A L'ANNULATION D'UN JUGEMENT DU 30 JUIN 1967 PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NICE A ANNULE LA DECISION DU PREFET DES ALPES-MARITIMES DU 15 SEPTEMBRE 1954, CONFIRMEE PAR LA DECISION MINISTERIELLE DU 24 NOVEMBRE 1961 REFUSANT AU SIEUR X... ANDRE , RAPATRIE D'ALGERIE, L'OCTROI D'UN CAPITAL DE RECONVERSION ;
VU LE DECRET 62-261 DU 10 MARS 1962 PRIS EN APPLICATION DE LA LOI N° 61-1439 DU 26 DECEMBRE 1961 SUR L'ACCUEIL ET LA REINSTALLATION DES FRANCAIS D'OUTRES-MER MODIFIE PAR LE DECRET 63-221 DU 2 MARS 1963 ; L'ARRETE DU 10 MARS 1962 MODIFIE PAR L'ARRETE DU 2 MARS 1963 RELATIF AU CAPITAL DE RECONVERSION ET AUX PRETS ET SUBVENTION DE RECLASSEMENT ; L'ARRETE DU 10 MARS 1962 MODIFIE PAR L'ARRETE DU 14 MARS 1963 RELATIF AUX MODALITES DE RECLASSEMENT PROFESSIONNEL DES RAPATRIES NON SALARIES ; L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ;
CONSIDERANT QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 32 DU DECRET N° 62-261 DU 10 MARS 1962 MODIFIE PAR LE DECRET N° 63-221 DU 2 MARS 1963, "UN CAPITAL DE RECONVERSION PEUT ETRE ALLOUE AUX RAPATRIES NON SALARIES INSCRITS OU SUSCEPTIBLES D'ETRE INSCRITS SUR LES LISTES PROFESSIONNELLES PREVUES A L'ARTICLE 25 DU PRESENT DECRET, LORSQU'ILS RENONCENT OU SONT CONTRAINTS DE RENONCER DE MANIERE DEFINITIVE AU BENEFICE DE LEUR INSCRIPTION SUR LES LISTES PROFESSIONNELLES ET JUSTIFIENT D'UN EMPLOI SALARIE" ; QU'IL N'EST PAS CONTESTE QUE LE SIEUR X..., RAPATRIE D'ALGERIE, INSCRIT SUR LES LISTES PROFESSIONNELLES PAR DECISION DU PREFET DES ALPES-MARITIMES EN DATE DU 6 MAI 1964 A RENONCE AU BENEFICE DE CETTE INSCRIPTION ET JUSTIFIE D'UN EMPLOI SALARIE ; QUE LE SIEUR X... TENAIT DE SON INSCRIPTION SUR LES LISTES PROFESSIONNELLES UNE VOCATION A BENEFICIER DES PRESTATIONS DEMANDEES, SOUS RESERVE DE REMPLIR LES AUTRES CONDITIONS PREVUES A L'ARTICLE 32 DU DECRET DU 10 MARS 1962 SUSVISE ; QUE LES MOYENS INVOQUES PAR LE MINISTRE DE L'INTERIEUR TENDENT, EN REALITE, A REMETTRE EN CAUSE L'INSCRIPTION DU SIEUR X... SUR LES LISTES PROFESSIONNELLES, LAQUELLE EST DEVENUE DEFINITIVE, DES LORS QU'ELLE N'A PAS ETE CONTESTEE DANS LES DELAIS DU RECOURS CONTENTIEUX ; QU'AINSI, LE MINISTRE DE L'INTERIEUR N'EST PAS FONDE A SOUTENIR QUE C'EST A TORT QUE PAR LE JUGEMENT ATTAQUE, LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NICE A ANNULE LES DECISIONS SUSVISEES ;
REJET ; DEPENS MIS A LA CHARGE DE L'ETAT.

Références :

Décret 62-261 1962-03-10 art. 32, art. 25
Décret 63-221 1963-03-02


Publications :

Proposition de citation: CE, 04 décembre 1968, n° 73799
Publié au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Dupuch
Rapporteur public ?: M. Bertrand

Origine de la décision

Date de la décision : 04/12/1968

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.