Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 7 8 9 ssr, 24 novembre 1971, 75549

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 75549
Numéro NOR : CETATEXT000007611493 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1971-11-24;75549 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - IMPOTS SUR LES REVENUS ET BENEFICES - REVENUS ET BENEFICES IMPOSABLES - REGLES PARTICULIERES - B - I - C - ETABLISSEMENT DE L'IMPOT - BENEFICE REEL - REDRESSEMENTS - Méthode de rectification des écritures comptables - Symétrie des corrections - Perte du droit à la correction symétrique lorsque l 'incorrection comptable est le fruit d'une manoeuvre et non d'une erreur - VOIR CE - 22 Décembre 1967 LEBON P - 624.

Références :


Conseil d'Etat 1967-12-22 Recueil Lebon p. 524 RAPPR. Conseil d'Etat 1970-04-29 Recueil Lebon p. 288


Texte :

REQUETE DE LA SOCIETE X..., TENDANT A L'ANNULATION D'UN JUGEMENT, DU 6 MARS 1968 PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE ... A REJETE SA DEMANDE EN REDUCTION DES COTISATIONS A L'IMPOT SUR LES SOCIETES AUXQUELLES ELLE A ETE ASSUJETTIE POUR LES ANNEES 1962, 1963 ET 1964 ;
VU LE CODE GENERAL DES IMPOTS ; L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ;
SUR LES CONCLUSIONS RELATIVES A LA COTISATION A L'IMPOT SUR LES SOCIETES ETABLIES PAR VOIE DE ROLE AU TITRE DE 1963 : - CONSIDERANT QU'EN VERTU DE L'ARTICLE 1931-1° DU CODE GENERAL DES IMPOTS, LE CONTRIBUABLE QUI ENTEND CONTESTER LA CREANCE DU TRESOR, EN TOTALITE OU EN PARTIE, DOIT ADRESSER UNE RECLAMATION AU DIRECTEUR DEPARTEMENTAL DES IMPOTS ; QU'IL RESULTE DE L'INSTRUCTION QUE LA SOCIETE REQUERANTE N'A PAS ADRESSE DE RECLAMATION AU DIRECTEUR DEPARTEMENTAL, DES IMPOTS CONCERNANT LA COTISATION A L'IMPOT SUR LES SOCIETES A LAQUELLE ELLE A ETE ASSUJETTIE AU TITRE DE 1963, SOUS L'ARTICLE 20.019 DU ROLE MIS EN RECOUVREMENT LE 9 MAI 1966 DANS LA COMMUNE DE ... ; QUE, DES LORS, C'EST A BON DROIT QUE, PAR LE JUGEMENT ATTAQUE, LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE ... A REJETE LES CONCLUSIONS DONT IL ETAIT SAISI AU TITRE DE L'ANNEE 1963 COMME IRRECEVABLES ;
SUR LA REINTEGRATION AUX RESULTATS DE L'EXERCICE 1962 DES APPOINTEMENTS DUS AU DIRECTEUR : - CONS. QUE LA SOCIETE X... A FAIT FIGURER AU PASSIF DE SON BILAN A UN COMPTE "FRAIS A PAYER" LA SOMME DE 44.591 FRANCS REPRESENTANT LA PARTIE DES APPOINTEMENTS DUS A SON DIRECTEUR, LE SIEUR A... POUR LES EXERCICES 1953 A 1959 ET DONT LE REGLEMENT A ETE DIFFERE ; QUE CETTE INSCRIPTION FIGURAIT ENCORE SOUS LA MEME FORME AU BILAN DE L'EXERCICE 1962 DONT LES RESULTATS ONT DONNE LIEU A L'IMPOSITION CONTESTEE ;
CONS. D'UNE PART QU'IL RESULTE DE L'INSTRUCTION QUE LES DETTES AINSI ACCUMULEES A L'EGARD DU SIEUR A... ETAIENT CERTAINES DANS LEUR PRINCIPE COMME DANS LEUR MONTANT A LA CLOTURE DE CHACUN DES EXERCICES AU TITRE DESQUELS CES APPOINTEMENTS LUI ETAIENT DUS ; QU'ELLES NE POUVAIENT, DES LORS, CONTRAIREMENT A CE QUE SOUTIENT LE MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES, DONNER LIEU A LA CONSTITUTION DE PROVISIONS ; QUE, D'AUTRE PART, LES CIRCONSTANCES QUI ONT CONDUIT LA SOCIETE A NE PAS REGLER LESDITS APPOINTEMENTS PENDANT PLUSIEURS ANNEES FAISAIENT OBSTACLE A CE QU'ELLE PUT LES INSCRIRE AU COMPTE "FRAIS A PAYER", LEQUEL NE DOIT COMPRENDRE QUE DES DEPENSES COURANTES DEVANT ETRE REGLEES RAPIDEMENT ; MAIS QUE LES APPOINTEMENTS DONT S'AGIT N'EN CONSTITUAIENT PAS MOINS DES DETTES DE LA SOCIETE QUI DEVAIENT FIGURER A SON PASSIF TANT QU'ELLE N'AURAIT PAS ETE EN MESURE DE LES PAYER ; QUE, DES LORS, L'ADMINISTRATION, QUI NE SOUTIENT PAS QU'ILS AIENT ETE PAYES, N'ETAIT PAS FONDEE A CONTESTER LEUR INSCRIPTION AU PASSIF DU BILAN NI PAR SUITE A LES REINTEGRER DANS LES RESULTATS DE CET EXERCICE ;
SUR LE DROIT A LA CORRECTION SYMETRIQUE ET SUR LES PENALITES RESULTANT DE LA REINTEGRATION DE CREANCES AUX RESULTATS DE L'EXERCICE 1964 : - CONS. QU'EN VERTU DE L'ARTICLE 39 DU CODE GENERAL DES IMPOTS, RENDU APPLICABLE A L'IMPOT SUR LES SOCIETES PAR L'ARTICLE 209 DU MEME CODE, L'ADMINISTRATION A REINTEGRE DANS LES RESULTATS DE L'EXERCICE 1964 DES CREANCES QUE LA SOCIETE REQUERANTE AVAIT PORTEES EN COMPTABILITE EN 1965 ; QU'IL RESULTE DE L'INSTRUCTION QUE LESDITES CREANCES, RELATIVES A DES VENTES DONT LA SOCIETE A "POST-DATE" LES FACTURES, ETAIENT ACQUISES EN 1964, ANNEE AU COURS DE LAQUELLE ELLES SONT NEES ET SONT DEVENUES CERTAINES DANS LEUR PRINCIPE ET DANS LEUR MONTANT ; QU'AINSI C'EST PAR SUITE, NON D'UNE ERREUR QU'ELLE AURAIT COMMISE MAIS D'UNE MANOEUVRE DONT ELLE NE PEUT SE PREVALOIR, QUE LA SOCIETE X... NE LES A INSCRITES EN COMPTABILITE QU'EN 1965 ; QU'IL SUIT DE LA QUE LA SOCIETE REQUERANTE N'EST FONDEE NI A SOUTENIR QUE LE SERVICE AURAIT DU, PAR VOIE DE CONSEQUENCE, DEDUIRE DES RESULTATS DE L'EXERCICE 1964 LES VENTES OPEREES EN 1963 ET INSCRITES EN COMPTABILITE SEULEMENT EN 1964, NI A DEMANDER LA DECHARGE DE LA MAJORATION DE 50 % DES DROITS CORRESPONDANTS MISE A SA CHARGE CONFORMEMENT A L'ARTICLE 1729-1° DU CODE GENERAL DES IMPOTS, SA BONNE FOI NE POUVANT ETRE ADMISE ;
LA BASE DE LA COTISATION SUPPLEMENTAIRE A L'IMPOT SUR LES SOCIETES A LAQUELLE A ETE ASSUJETTIE LA SOCIETE X... AU TITRE DE 1962, EST RAMENEE A 115 F ; DECHARGE DE LA DIFFERENCE ENTRE LE MONTANT DES DROITS SUPPLEMENTAIRES AUXQUELS LA SOCIETE A ETE ASSUJETTI DANS UN ROLE DE LA VILLE DE ... AU TITRE DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES DE 1962 ET CEUX QUI RESULTENT DE L'ARTICLE 1ER CI-DESSUS ; REFORMATION DU JUGEMENT DANS CE SENS ; REJET DU SURPLUS ; REMBOURSEMENT DES FRAIS DE TIMBRE EXPOSES PAR LA SOCIETE X... TANT EN PREMIERE INSTANCE QU'EN APPEL.

Références :

CGI 1931-1 CGI 39 CGI 209 CGI 1729-1


Publications :

Proposition de citation: CE, 24 novembre 1971, n° 75549
Publié au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Rain
Rapporteur ?: M. Genevois
Rapporteur public ?: M. Schmeltz

Origine de la décision

Formation : 7 8 9 ssr
Date de la décision : 24/11/1971

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.