Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 1 / 4 ssr, 04 février 1972, 84693

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 84693
Numéro NOR : CETATEXT000007642943 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1972-02-04;84693 ?

Analyses :

PROCEDURE - PROCEDURES D'URGENCE - SURSIS A EXECUTION - CONDITIONS D'OCTROI DU SURSIS - - * EXISTENCE D'UNE DEMANDE D'ANNULATION.

LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF NE PEUT, LE CAS ECHEANT, PRESCRIRE QU'IL SOIT SURSIS A L'EXECUTION D'UNE DECISION ADMINISTRATIVE QUE SI CETTE DECISION A ETE ELLE MEME DEFEREE AU TRIBUNAL ADMINISTRATIF EN VUE DE SON ANNULATION.


Texte :

REQUETE DES CONSORTS X..., TENDANT A L'ANNULATION D'UN JUGEMENT DU 29 JUIN 1971 PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BESANCON A REJETE LEUR DEMANDE TENDANT A CE QUE SOIT ORDONNE LE SURSIS A EXECUTION D'UN ARRETE DU 11 AOUT 1970 PAR LEQUEL LE PREFET DU JURA A ORDONNE L'ENVOI EN POSSESSION PROVISOIRE DES TERRES REMEMBREES DANS LA COMMUNE DE COURTEFONTAINE ;
VU L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953, LE DECRET DU 28 NOVEMBRE 1953, LES DECRETS DU 28 JANVIER 1969 ; LE CODE GENERAL DES IMPOTS ;
CONSIDERANT QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 9 DU DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 MODIFIE PAR LE DECRET N° 69-87 DU 28 JANVIER 1969 "LE RECOURS DEVANT LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF N'A PAS D'EFFET SUSPENSIF S'IL N'EN EST ORDONNE AUTREMENT PAR LE TRIBUNAL A TITRE EXCEPTIONNEL. TOUTEFOIS EN AUCUN CAS, LE TRIBUNAL NE PEUT ORDONNER QU'IL SOIT SURSIS A L'EXECUTION D'UNE DECISION INTERESSANT L'ORDRE PUBLIC" ET QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 22 DU DECRET DU 28 NOVEMBRE 1953 MODIFIE PAR LE DECRET N° 69-88 DU 28 JANVIER 1969 : "SI UNE DECISION DEFEREE AUX TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS N'INTERESSE PAS L'ORDRE PUBLIC ET SI DES CONCLUSIONS EXPRESSES A FIN DE SURSIS SONT PRESENTEES, LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF PEUT, A TITRE EXCEPTIONNEL, PRESCRIRE QU'IL SOIT SURSIS A L'EXECUTION DE CETTE DECISION. CES CONCLUSIONS SONT PRESENTEES PAR REQUETE SEPAREES... " ; QU'IL RESULTE DE CES DISPOSITIONS QUE LE TRIBUNAL NE PEUT, LE CAS ECHEANT, PRESCRIRE QU'IL SOIT SURSIS A L'EXECUTION D'UNE DECISION ADMINISTRATIVE QUE SI CETTE DECISION A ETE ELLE-MEME DEFEREE AUDIT TRIBUNAL PAR LE DEMANDEUR EN VUE DE SON ANNULATION ;
CONS. QU'IL RESSORT DES PIECES DU DOSSIER QUE L'ARRETE DU PREFET DU JURA, EN DATE DU 11 AOUT 1970, ORDONNANT L'ENVOI EN POSSESSION PROVISOIRE DES PARCELLES A LA SUITE DU REMEMBREMENT DE LA COMMUNE DE COURTEFONTAINE, N'AVAIT FAIT L'OBJET, A LA DATE OU LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF S'EST PRONONCE PAR LE JUGEMENT ATTAQUE SUR LA DEMANDE DE SURSIS A EXECUTION DE CET ARRETE, D'AUCUNE DEMANDE DES CONSORTS X... TENDANT A L'ANNULATION DE CET ACTE ; QUE LA DEMANDE DE SURSIS A L'EXECUTION DUDIT ARRETE FORMEE PAR LES CONSORTS X... NE POUVAIT, DES LORS, QU'ETRE REJETEE ;
REJET.

Références :

Décret 1953-09-30 art. 9
Décret 1953-11-28 art. 22
Décret 69-87 1969-01-28
Décret 69-88 1969-01-28


Publications :

Proposition de citation: CE, 04 février 1972, n° 84693
Publié au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. HEUMANN
Rapporteur ?: M. BELORGEY
Rapporteur public ?: M. ANTOINE BERNARD

Origine de la décision

Formation : 1 / 4 ssr
Date de la décision : 04/02/1972

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.