Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 9 / 7 ssr, 31 mai 1972, 81668

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 81668
Numéro NOR : CETATEXT000007613396 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1972-05-31;81668 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - IMPOTS SUR LES REVENUS ET BENEFICES - REVENUS ET BENEFICES IMPOSABLES - REGLES PARTICULIERES - REVENUS DES CAPITAUX MOBILIERS ET ASSIMILABLES - REVENUS DISTRIBUES - DIVERS - Régime d'imposition des revenus de capitaux mobiliers - Application d'une retenue à la source - par les sociétés - de l'impôt sur le revenu des personnes physiques - afférent au revenu des capitaux mobiliers - dû par leurs membres [ années d'imposition : 1964 et 1965 ].


Texte :

RECOURS DU MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES TENDANT A L'ANNULATION D'UN JUGEMENT, DU 29 MAI 1970 PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE ... A ACCORDE A LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE X... DECHARGE DES COTISATIONS A L'IMPOT SUR LES SOCIETES ET A L'IMPOT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES RETENU A LA SOURCE SUR LES REVENUS DES CAPITAUX MOBILIERS AUXQUELLES CETTE SOCIETE A ETE ASSUJETTIE, AU TITRE DES ANNEES 1964 ET 1965 ;
VU LE CODE GENERAL DES IMPOTS ; L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ;
EN CE QUI CONCERNE L'IMPOT SUR LES SOCIETES : - CONSIDERANT QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 206-2 DU CODE GENERAL DES IMPOTS "LES SOCIETES CIVILES SONT PASSIBLES DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES LORSQU'ELLES SE LIVRENT A UNE EXPLOITATION OU A DES OPERATIONS VISEES ... A L'ARTICLE 35" ET QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 35-1 DU MEME CODE "PRESENTENT EGALEMENT LE CARACTERE DE BENEFICES INDUSTRIELS ET COMMERCIAUX ... LES BENEFICES REALISES PAR LES PERSONNES ... 5° QUI DONNENT EN LOCATION UN ETABLISSEMENT COMMERCIAL OU INDUSTRIEL MUNI DU MOBILIER OU DU MATERIEL NECESSAIRE A SON EXPLOITATION ..." ;
CONS. QU'IL RESULTE DE L'INSTRUCTION QUE LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE X... A LOUE EN 1964 A L'UNION DES COOPERATIVES FROMAGERES UN IMMEUBLE DOTE D'UN MATERIEL IMPORTANT PERMETTANT L'AFFINAGE ET LE STOCKAGE DES FROMAGES ET CONSTITUANT L'ESSENTIEL DE L'OUTILLAGE NECESSAIRE A L'EXPLOITATION DE LADITE COOPERATIVE ; QUE, DANS CES CONDITIONS, LA LOCATION PORTAIT SUR UN ETABLISSEMENT INDUSTRIEL AU SENS DES DISPOSITIONS PRECITEES DE L'ARTICLE 35-1 DU CODE GENERAL DES IMPOTS ; QUE LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE X... DOIT DES LORS ETRE REGARDEE COMME EXERCANT PAR L'EFFET DE CE BAIL UNE ACTIVITE DE NATURE INDUSTRIELLE ET COMMERCIALE ; QUE, PAR SUITE, LE MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES EST FONDE A SOUTENIR QUE LES RECETTES PROVENANT DE LADITE LOCATION ETAIENT PASSIBLES DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES ET QUE C'EST A TORT QUE, PAR LE JUGEMENT ATTAQUE, LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE ... A PRONONCE LA DECHARGE DES COTISATIONS LITIGIEUSES A L'IMPOT SUR LES SOCIETES ;
EN CE QUI CONCERNE LA RETENUE A LA SOURCE DE L'IMPOT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES : - CONS. QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 109-1-1° DU CODE GENERAL DES IMPOTS SONT REGARDES COMME REVENUS DISTRIBUES "TOUS LES BENEFICES OU PRODUITS QUI NE SONT PAS MIS EN RESERVE OU INCORPORES AU CAPITAL" ; QU'EN VERTU DE L'ARTICLE 110 DUDIT CODE, LES BENEFICES S'ENTENDENT DE CEUX QUI ONT ETE RETENUS POUR L'ASSIETTE DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES ; QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 119 BIS DU CODE GENERAL DES IMPOTS LES REVENUS DES CAPITAUX MOBILIERS DONNENT LIEU A L'APPLICATION D'UNE RETENUE A LA SOURCE PAR LES SOCIETES DE L'IMPOT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES AFFERENT AU REVENU DES CAPITAUX MOBILIERS DU PAR LEURS MEMBRES, DONT LE TAUX EST FIXE A 24 % PAR L'ARTICLE 187 DU CODE ET DONT LES SOCIETES DOIVENT DEDUIRE LE MONTANT DES REVENUS DISTRIBUES PAR ELLES ;
CONS. QUE LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE X... CONTESTE LA REGULARITE DE L'IMPOSITION EN SOUTENANT QUE L'ADMINISTRATION AURAIT DU, AVANT D'ETABLIR CELLE-CI, LA METTRE EN DEMEURE DE LUI FAIRE CONNAITRE LES BENEFICIAIRES DES BENEFICES RETENUS POUR L'ASSIETTE DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES ; MAIS QUE CETTE MISE EN DEMEURE N'EST OBLIGATOIRE, EN VERTU DE L'ARTICLE 117 DU CODE, QUE POUR PERMETTRE, LE CAS ECHEANT, A L'ADMINISTRATION D'ASSUJETTIR LA SOCIETE ELLE-MEME A L'IMPOT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES AU TAUX LE PLUS ELEVE, ET NON LORSQU'ELLE L'ASTREINT, SELON LES REGLES SUSRAPPELEES, A RETENIR "A LA SOURCE" L'IMPOT DU PAR SES MEMBRES ; QUE SI LA SOCIETE INTIMEE CONTESTE QUE LA RETENUE A LA SOURCE FUT APPLICABLE AUX BENEFICES CI-DESSUS DEFINIS, ELLE N'ALLEGUE PAS QUE LESDITS BENEFICES AURAIENT ETE MIS EN RESERVE OU INCORPORES A SON CAPITAL ; QUE LE MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES EST PAR SUITE FONDE A SOUTENIR QUE C'EST A BON DROIT QUE, CONFORMEMENT AUX ARTICLES 109-I-1° ET 110 PRECITES DU CODE, ILS ONT ETE REGARDES COMME AYANT FAIT L'OBJET D'UNE DISTRIBUTION ET IMPOSES EN CONSEQUENCE A LA RETENUE A LA SOURCE DE L'IMPOT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES ;
ANNULATION DU JUGEMENT ; RETABLISSEMENT DE LA SOCIETE X... AU ROLE DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES AU TITRE DES ANNEES 1964 ET 1965 A RAISON DE L'INTEGRALITE DE SES DROITS PRIMITIFS ; LES DROITS ET PENALITES AUXQUELS LA SOCIETE X... AVAIT ETE ASSUJETTIE, PAR L'AVIS DE MISE EN RECOUVREMENT NOTIFIE LE 11 MAI 1967, AU TITRE DE LA RETENUE A LA SOURCE DE L'I.R.P.P. AFFERENT AU REVENU DES CAPITAUX MOBILIERS DE SES MEMBRES, POUR LES ANNEES 1964 ET 1965, SONT REMIS A SA CHARGE ; REVERSEMENT AU TRESOR PAR LADITE SOCIETE DES FRAIS DE TIMBRE DONT LE REMBOURSEMENT A ETE ORDONNE PAR LES PREMIERS JUGES.

Références :

CGI 35, 109, 110, 117, 119 bis, 187, 206


Publications :

Proposition de citation: CE, 31 mai 1972, n° 81668
Publié au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Rain
Rapporteur ?: M. Arrighi
Rapporteur public ?: M. Delmas-Marsalet

Origine de la décision

Formation : 9 / 7 ssr
Date de la décision : 31/05/1972

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.