Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 2 / 6 ssr, 25 mai 1973, 82009

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Recours pour excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 82009
Numéro NOR : CETATEXT000007643806 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1973-05-25;82009 ?

Analyses :

ACTES LEGISLATIFS ET ADMINISTRATIFS - RETRAIT - ABROGATION - PROROGATION - MODIFICATION.

IL APPARTIENT A TOUT INTERESSE, DANS LE CAS OU LES CIRCONSTANCES AYANT PU MOTIVER LEGALEMENT UN REGLEMENT ONT DISPARU, DE SAISIR A TOUTE EPOQUE L'AUTORITE COMPETENTE D'UNE DEMANDE TENDANT A LA MODIFICATION OU A L'ABROGATION DE CE REGLEMENT ET DE SE POURVOIR, LE CAS ECHEANT, DEVANT LA JURIDICTION ADMINISTRATIVE DANS LE DELAI DU RECOURS CONTENTIEUX CONTRE LA DECISION EXPRESSE OU IMPLICITE DE L'AUTORITE QU'IL A SAISIE.

CONDITIONS - ACTE REGLEMENTAIRE - CHANGEMENT DANS LES CIRCONSTANCES DE FAIT.

DEMANDEUR INVOQUANT UN CHANGEMENT DANS LES CIRCONSTANCES DE FAIT A L'ENCONTRE D'UN ARRETE REGLEMENTAIRE DU MAIRE, MAIS AYANT NEGLIGE DE DEMANDER PREALABLEMENT A CELUI-CI LA MODIFICATION OU L'ABROGATION DE CET ARRETE. LES OBSERVATIONS PRESENTEES DEVANT LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF PAR LE MAIRE QUI SE BORNAIT A OPPOSER UNE FIN DE NON-RECEVOIR, N'ONT PAS EU POUR EFFET DE LIER LE CONTENTIEUX.

PROCEDURE - INTRODUCTION DE L'INSTANCE - LIAISON DE L'INSTANCE - RECOURS ADMINISTRATIF PREALABLE.

ABSENCE - DEMANDEUR INVOQUANT UN CHANGEMENT DE CIRCONSTANCES A L'ENCONTRE D'UN REGLEMENT - OBSERVATIONS DE L 'ADMINISTRATION NE LIANT PAS LE CONTENTIEUX.


Texte :

REQUETE DU SIEUR X... SABIN TENDANT A L'ANNULATION DU JUGEMENT DU TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE TOULOUSE DU 23 OCTOBRE 1970 PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF A REJETE SES CONCLUSIONS TENDANT A L'ANNULATION DE LA DECISION PAR LAQUELLE LE MAIRE DE PAMIERS AURAIT REFUSE DE MODIFIER UN ARRETE DU 26 MAI 1955, ENSEMBLE A L'ANNULATION DE LADITE DECISION ;
VU LE DECRET N° 65-29 DU 11 JANVIER 1965 ; LE CODE GENERAL DES IMPOTS ; L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ;
CONSIDERANT QUE SI LE RECOURS POUR EXCES DE POUVOIR TENDANT A L'ANNULATION D'UN ACTE REGLEMENTAIRE N'EST PLUS RECEVABLE APRES L'EXPIRATION DU DELAI FIXE PAR L'ARTICLE 1ER DE LA LOI DU 7 JUIN 1956, LEQUEL COURT A COMPTER DE LA DATE DE LA PUBLICATION OU DE LA NOTIFICATION DE CET ACTE, IL APPARTIENT A TOUT INTERESSE, DANS LE CAS OU LES CIRCONSTANCES QUI ONT PU MOTIVER LEGALEMENT UN REGLEMENT ONT DISPARU, DE SAISIR, A TOUTE EPOQUE, L'AUTORITE COMPETENTE D'UNE DEMANDE TENDANT A LA MODIFICATION OU A L'ABROGATION DE CE REGLEMENT ET DE SE POURVOIR, LE CAS ECHEANT, DEVANT LA JURIDICTION ADMINISTRATIVE DANS LE DELAI DU RECOURS CONTENTIEUX CONTRE LA DECISION EXPRESSE OU IMPLICITE DE L'AUTORITE QU'IL A SAISIE ;
CONS. QUE, SI LE SIEUR X... A DEMANDE AU TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE TOULOUSE D'ANNULER L'ARRETE DU 20 MAI 1955, PAR LEQUEL LE MAIRE DE PAMIERS PRESCRIVAIT A TOUT CONDUCTEUR, CIRCULANT SUR LE CHEMIN DEPARTEMENTAL N° 10 ET ABORDANT LA ROUTE NATIONALE N° 119, DE MARQUER, AU CARREFOUR DE CES DEUX VOIES, UN TEMPS D'ARRET DE SECURITE ET DE CEDER LE PASSAGE AUX VEHICULES CIRCULANT SUR LA ROUTE NATIONALE N° 119, IL A NEGLIGE DE DEMANDER PREALABLEMENT AU MAIRE DE MODIFIER OU D'ABROGER CET ARRETE ; QUE LES OBSERVATIONS QUE LE MAIRE DE PAMIERS A PRESENTEES DEVANT LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF ET PAR LESQUELLES IL SE BORNAIT, SUR CE POINT, A OPPOSER A LA DEMANDE DU SIEUR X... UNE FIN DE NON-RECEVOIR N'ONT PU AVOIR POUR EFFET DE LIER LE CONTENTIEUX ;
CONS. QUE, DE CE QUI PRECEDE, IL RESULTE QUE LE REQUERANT N'EST PAS FONDE A SOUTENIR QUE C'EST A TORT QUE, PAR LE JUGEMENT ATTAQUE, LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE TOULOUSE A REJETE COMME NON RECEVABLES CELLES DES CONCLUSIONS DE SA DEMANDE PAR LESQUELLES IL DISCUTAIT LA LEGALITE DU MAINTIEN DE L'ARRETE MUNICIPAL DU 20 MAI 1955 ;
REJET AVEC DEPENS.

Références :

Loi 1956-06-07


Publications :

Proposition de citation: CE, 25 mai 1973, n° 82009
Publié au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. ORDONNEAU
Rapporteur ?: M. LEGATTE
Rapporteur public ?: M. ROUGEVIN-BAVILLE

Origine de la décision

Formation : 2 / 6 ssr
Date de la décision : 25/05/1973

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.