Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 9 / 7 ssr, 26 novembre 1975, 94570

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet réduction
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 94570
Numéro NOR : CETATEXT000007615396 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1975-11-26;94570 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - GENERALITES - REGLES GENERALES D 'ETABLISSEMENT DE L'IMPOT - CONTROLE FISCAL - Vérifications - Conséquences des vérifications simultanées - "Déduction en cascade" - Article 1649 septies E du C - G - I - Années d'imposition : 1958-1959.

19-01-03-01, 19-04-02-03-01-03, 19-04-01-04-03 La condition de reversement à la Caisse sociale prévue au 2ème alinéa du 2 de l'article 1649 septies E du C.G.I. concerne exclusivement la déduction, prévue au 1-3. du même article, du complément d'impôt pour les sociétés pour la détermination de la base d'imposition à la taxe proportionnelle sur le revenu des valeurs mobilières. Elle ne concerne pas la déduction des redressements de taxes sur le chiffre d'affaires pour l 'établissement de l'impôt sur les sociétés, qui est règlée au 1-1 du même article.

CONTRIBUTIONS ET TAXES - IMPOTS SUR LES REVENUS ET BENEFICES - REVENUS ET BENEFICES IMPOSABLES - REGLES PARTICULIERES - REVENUS DES CAPITAUX MOBILIERS ET ASSIMILABLES - REVENUS DISTRIBUES - DIVERS - Assiette de la taxe proportionnelle sur les revenus de capitaux mobiliers [années 1958-1959] - Conséquences de vérifications simultanées en matière d'impôt sur le revenu et de taxes sur le chiffre d'affaires - "Déduction en cascade" - Article 1649 septies E du C - G - I.

CONTRIBUTIONS ET TAXES - IMPOTS SUR LES REVENUS ET BENEFICES - REGLES GENERALES PROPRES AUX DIVERS IMPOTS - IMPOT SUR LES BENEFICES DES SOCIETES ET AUTRES PERSONNES MORALES - DETERMINATION DU BENEFICE IMPOSABLE - Conséquences de vérifications simultanées en matière d'impôt sur les sociétés et de taxes sur le chiffre d 'affaires - "Déduction en cascade" - Article 1649 septies E du C - G - I - Années d'imposition : 1958-1959.


Texte :

RECOURS DU MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES, TENDANT A LA REFORMATION D'UN JUGEMENT DU 6 DECEMBRE 1973 DU TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE ACCORDANT A LA SOCIETE X REDUCTION DE LA TAXE PROPORTIONNELLE SUR LE REVENU DES CAPITAUX MOBILIERS A LAQUELLE ELLE A ETE ASSUJETTIE AU TITRE DES ANNEES 1958 ET 1959 PAR UN TITRE DE PERCEPTION NOTIFIE LE 30 OCTOBRE 1962 ; VU LE CODE GENERAL DES IMPOTS ; L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ;
CONSIDERANT QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 109, 1, 1 DU CODE GENERAL DES IMPOTS DANS SA REDACTION APPLICABLE AUX IMPOSITIONS LITIGIEUSES : "1 SONT CONSIDERES COMME DISTRIBUES : 1 TOUS LES BENEFICES OU PRODUITS QUI NE SONT PAS MIS EN RESERVE OU INCORPORES AU CAPITAL" ; QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 110 DU MEME CODE "POUR L'APPLICATION DU PARAGRAPHE 1, 1 DE L'ARTICLE 109, LES BENEFICES S'ENTENDENT DE CEUX QUI ONT ETE RETENUS POUR L'ASSIETTE DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES" ; QU'ENFINAUX TERMES DE L'ARTICLE 1649 SEPTIES E1 ET 2 DU MEME CODE, DANS LA REDACTION EGALEMENT APPLICABLE AUX IMPOSITIONS LITIGIEUSES, "1 EN CAS DE VERIFICATION SIMULTANEE DES TAXES SUR LE CHIFFRE D'AFFAIRES ET TAXES ASSIMILEES ET DE L'IMPOT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES OU DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES, LES CONTRIBUABLES PEUVENT DEMANDER QUE LES DROITS SIMPLES RESULTANT DE LA VERIFICATION SOIENT ADMIS EN DEDUCTION DES REHAUSSEMENTS APPORTES AUX BASES D'IMPOSITION. CETTE IMPUTATION SERA EFFECTUEE SUIVANT LES MODALITES CI-APRES : 1 LE SUPPLEMENT DE TAXES SUR LE CHIFFRE D'AFFAIRES ET TAXES ASSIMILEES AFFERENT AUX OPERATIONS EFFECTUEES AU COURS D'UN EXERCICE DONNE EST, POUR L'ASSIETTE DE L'IMPOT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES OU DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES, DEDUCTIBLE DES RESULTATS DU MEME EXERCICE ; 3 EN CE QUI CONCERNE LES ENTREPRISES SOUMISES A L'IMPOT SUR LES SOCIETES, DANS LA MESURE OU LE BENEFICE CORRESPONDANT AUX REHAUSSEMENTS EFFECTUES EST CONSIDERE COMME DISTRIBUE AUX ASSOCIES OU ACTIONNAIRES, LA TAXE PROPORTIONNELLE SUR LE REVENU DE VALEURS MOBILIERES DUE A RAISON DE CETTE DISTRIBUTION EST ETABLIE SUR LE MONTANT DU REHAUSSEMENT SOUMIS A L'IMPOT SUR LES SOCIETES, DIMINUE DU MONTANT DE CE DERNIER IMPOT 2 LE BENEFICE DES DISPOSITIONS DU PARAGRAPHE 1 CI-DESSUS EST SUBORDONNE A LA CONDITION QUE LES ENTREPRISES EN FASSENT LA DEMANDE AVANT L'ETABLISSEMENT DES COTISATIONS D'IMPOT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES OU D'IMPOT SUR LES SOCIETES RESULTANT DE LA VERIFICATION. EN CE QUI COCERNE LES ENTREPRISES PASSIBLES DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES, L'IMPUTATION PREVUE AU PARAGRAPHE 1-3 CI-DESSUS N'EST APPLICABLE QUE SI LES ASSOCIES OU ACTIONNAIRES REVERSENT DANS LA CAISSE SOCIALE LES SOMMES NECESSAIRES AU PAIEMENT DES TAXES SUR LE CHIFFRE D'AFFAIRES ET TAXES ASSIMILEES, DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES ET DE LA TAXE PROPORTIONNELLE SUR LES REVENUS DE VALEURS MOBILIERES AFFERENTS AUX SOMMES QUI LEUR ONT ETE DISTRIBUEES" ;
CONS. QUE CETTE DERNIERE CONDITION DE REVERSEMENT A LA CAISSE SOCIALE CONCERNE EXCLUSIVEMENT LA DEDUCTION, PREVUE AU 1, 3 DE L'ARTICLE 1649 SEPTIES E DU COMPLMENT D'IMPOT SUR LES SOCIETES POUR LA DETERMINATION DE LA BASE D'IMPOSITION A LA TAXE PROPORTIONNELLE SUR LE REVENU DES VALEURS MOBILIERES ; QU'AU CONTRAIRE, LA DEDUCTION DES REDRESSEMENTS DE TAXES SUR LE CHIFFRE D'AFFAIRES POUR L'ETABLISSEMENT DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES EST REGLEE PAR LE 1-1 DE CE MEME ARTICLE 1649 SEPTIES E ET SOUMISE A LA SEULE CONDITION QU'UNE DEMANDE EN SOIT FAITE PAR LA SOCIETE AVANT L'ETABLISSEMENT DE LA COTISATION D'IMPOT SUR LES SOCIETES RESULTANT DE LA VERIFICATION CONFORMEMENT AUX DISPOSITIONS DU PREMIER ALINEA ; QU'EN L'ESPECE L'EXISTENCE DE CETTE DEMANDE N'EST PAS CONTESTEE ; QUE, PAR SUITE, L'ASSIETTE DE LA TAXE PROPORTIONNELLE SUR LE REVENU DES VALEURS MOBILIERES DUE AU TITRE DES BENEFICES SUPPLEMENTAIRES REPUTES DISTRIBUES PAR LA SOCIETE X NE PEUT ETRE QUE LE MONTANT DES BENEFICES RETENUS POUR L'ASSIETTE DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES C'EST-A-DIRE DEDUCTION FAITE DU COMPLEMENT DE TAXES SUR LE CHIFFRE D'AFFAIRES CONFORMEMENT AUX DISPOSITIONS DES ARTICLES 110 ET 1649 SEPTIES E 1-1 PRECITES ; QUE LE MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES N'EST PAR SUITE PAS FONDE A DEMANDER LA REFORMATION DU JUGEMENT ATTAQUE ; REJET .

Références :

CGI 109 CGI 1649 Septies E CGI 110


Publications :

Proposition de citation: CE, 26 novembre 1975, n° 94570
Publié au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Rain
Rapporteur ?: M. Fourré
Rapporteur public ?: Mme Latournerie

Origine de la décision

Formation : 9 / 7 ssr
Date de la décision : 26/11/1975

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.