Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 6 / 2 ssr, 06 octobre 1976, 98296

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Recours pour excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 98296
Numéro NOR : CETATEXT000007655595 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1976-10-06;98296 ?

Analyses :

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - NOTATION ET AVANCEMENT - NOTATION - Agent communal - Secrétaire de mairie - Notation tardive et absence de péréquation.


Texte :

Vu la requête présentée par le sieur X... René secrétaire général de la mairie de Charmes Vosges , ladite requête enregistrée au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat le 7 février 1975 et tendant à ce qu'il plaise au Conseil annuler un jugement du Tribunal administratif de Nancy en date du 30 janvier 1975 en tant qu'il a rejeté sa demande tendant à l'annulation des décisions du maire concernant la notation du requérant pour les années 1970 à 1973 ainsi que sa demande dirigée contre la décision de refus du maire de procéder au reclassement de l'intéressé ; ensemble annuler, pour excès de pouvoir, lesdites décisions ;
Vu le code de l'administration communale ; Vu l'ordonnance du 31 juillet 1945 et le décret du 30 septembre 1953 ; Vu le code général des impôts ;
Sur les conclusions dirigées contre les notes attribuées au sieur X... par le maire de Charmes pour les années 1970, 1971, 1972 et 1973 : Considérant, d'une part, qu'aux termes du 1er alinéa de l'article 515 du code de l'administration communale "il est attribué chaque année à tout agent en activité une note chiffrée accompagnée d'une appréciation écrite exprimant sa valeur professionnelle" ;
Considérant que si le maire de Charmes n'a procédé à la notation du sieur X... pour les années 1970, 1971, 1972 et 1973, que par des décisions du 6 avril 1974, d'ailleurs intervenues à la suite d'une demande expresse de l'intéressé tendant à la régularisation de sa notation, ce retard n'est pas, par lui-même de nature à entacher lesdites décisions d'illégalité au regard de la disposition susrappelée du code de l'administration communale ;
Considérant, d'autre part, que le détournement de pouvoir allégué n'est pas établi ; qu'en outre, si le sieur X... fait valoir que les notes dont s'agit n'auraient pas été incluses dans les opérations de péréquation prévues à l'article 57 du code de l'administration communale, cette circonstance n'entache pas d'illégalité les notes attribuées au sieur X... par les décisions du maire de Charmes du 6 avril 1974 ;
Sur les conclusions relatives à l'arrêté du maire de Charmes en date du 16 août 1972 nommant le sieur X... au 7ème échelon de son emploi : Considérant qu'il résulte de l'instruction que l'arrêté du 16 août 1972 du maire de Charmes a été déféré au Tribunal administratif de Nancy après expiration du délai du recours contentieux ; que, dès lors, c'est à bon droit que le tribunal a rejeté lesdites conclusions comme non recevables ;
Sur les conclusions dirigées contre la décision du maire de Charmes en date du 8 avril 1974 refusant de reclasser le sieur X... au 8ème échelon de son grade : Considérant qu'en vertu des dispositions de l'arrêté du 12 février 1968 relatif à la durée de carrière des agents communaux l'emploi de secrétaire général des villes de 2.000 à 10.000 habitants comporte sept échelons normaux et que l'accession au 7ème échelon est subordonné à une durée d'ancienneté minimum de 14 ans et maximum de 17 ans ; que l'arrêté du 4 août 1970 a créé dans cet emploi un 8ème échelon normal accessible après une durée d'ancienneté minimum de 3 ans dans le 7ème échelon ;
Considérant que le sieur X... a été nommé au 7ème échelon de son emploi à compter du 1er juillet 1971, par un arrêté du maire de Charmes en date du 16 août 1972 devenu, ainsi qu'il a été dit, définitif ; qu'en vertu des dispositions susrappelées de l'arrêté du 4 août 1970 il ne pouvait, au plus tôt, être promu au 8ème échelon de son emploi qu'au 1er juillet 1974 et ne remplissait donc pas à la date de la décision attaquée du 8 avril 1974 les conditions d'ancienneté minimum exigées par l'arrêté du 4 août 1970 pour obtenir une telle promotion ; que, par ailleurs, il ne saurait utilement se prévaloir des dispositions transitoires de l'article 2 de l'arrêté du 12 février 1968, lesquelles sont sans application en l'espèce, pour demander son reclassement au 8ème échelon de son emploi à compter de la date d'application de l'arrêté du 4 août 1970 ; que, par suite, le sieur X... n'est pas fondé à soutenir que la décision du maire de Charmes en date du 8 avril 1974 est entachée d'excès de pouvoir ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que le sieur X... n'est pas fondé à demander l'annulation du jugement attaqué du Tribunal administratif de Nancy en date du 30 janvier 1975 ;
DECIDE : Article 1er - La requête du sieur X... est rejetée. Article 2 - Les dépens sont mis à la charge du sieur X.... Article 3 - Expédition de la présente décision sera transmise au ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur.

Références :

Code de l'administration communale 515 al. 1
Code de l'administration communale 57


Publications :

Proposition de citation: CE, 06 octobre 1976, n° 98296
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Ourabah
Rapporteur public ?: M. Franc

Origine de la décision

Formation : 6 / 2 ssr
Date de la décision : 06/10/1976

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.