Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 2 / 6 ssr, 08 décembre 1976, 96528

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Recours pour excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 96528
Numéro NOR : CETATEXT000007643973 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1976-12-08;96528 ?

Analyses :

RJ1 PROFESSIONS - CHARGES ET OFFICES - ACCES AUX PROFESSIONS - CONDITIONS D'EXERCICE DES PROFESSIONS - PHARMACIENS - AUTORISATION D'OUVERTURE - Dérogations aux règles de limitation du nombre des officines.

55-03-04-01 Les dérogations qui peuvent être accordées par le préfet aux règles relatives à la création des officines pharmaceutiques, telles qu'elles résultent des alinéas 1 à 4 de l'article L.571 du code de la santé publique modifié par le décret du 22 décembre 1965, ne sont légales, en vertu de l'alinéa 5 de cet article, qu'autant qu'elles sont exigées par les besoins de la population. En l'espèce l'officine existant dans le quartier suffisait, à la date à laquelle une dérogation a été accordée au sieur B., à satisfaire les besoins de la population de ce quartier et de son voisinage immédiat. Par suite, annulation à bon droit par le tribunal administratif de l'arrêté préfectoral autorisant le sieur B. à exploiter une officine [RJ1].

Références :


1. Cf. Dame Roume et autres, 1971-07-20, p. 569


Texte :

VU LE RECOURS PRESENTE PAR LE MINISTRE DE LA SANTE, LEDIT RECOURS ENREGISTRE LE 6 SEPTEMBRE 1974 AU SECRETARIAT DU CONTENTIEUX DU CONSEIL D'ETAT ET TENDANT A CE QU'IL PLAISE AU CONSEIL ANNULER LE JUGEMENT N.1422 DU TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE EN DATE DU 5 JUILLET 1974 QUI A ANNULE POUR EXCES DE POUVOIR L'ARRETE DU PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE EN DATE DU 7 FEVRIER 1972 QUI A ACCORDE L'AUTORISATION AU SIEUR X... D'OUVRIR UNE PHARMACIE AU CENTRE COMMERCIAL DE LA MARINE, CHEMIN DE SAINTE-MARTHE A MARSEILLE, ENSEMBLE REJETER LES REQUETES PRESENTEES PAR LA DAME ODETTE Y... ET L'ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS AUX FINS D'ANNULATION DE L'ARRETE PREFECTORAL EN DATE DU 7 FEVRIER 1972;
VU LE CODE DE LA SANTE PUBLIQUE EN SES ARTICLES L. 521, L.522, L.570 ET L.571; VU L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953; VU LE CODE GENERAL DES IMPOTS;
CONSIDERANT QUE LA CIRCONSTANCE QUE LE SIEUR X... AURAIT RENONCE, LE 28 FEVRIER 1973, AU BENEFICE DE L'AUTORISATION, QU'IL TENAIT DE L'ARRETE DU PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE EN DATE DU 7 FEVRIER 1972, D'EXPLOITER UNE OFFICINE PHARMACEUTIQUE DANS LE QUARTIER DE LA MARINE A MARSEILLE, N'A PAS EU POUR EFFET DE PRIVER DE LEUR OBJET LES REQUETES INTRODUITES DEVANT LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE PAR LA DAME Y... ET PAR L'ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS ET TENDANT A L'ANNULATION DE CET ARRETE; QU'AINSI, LE MINISTRE DE LA SANTE N'EST PAS FONDE A SOUTENIR QUE C'EST A TORT QUE, PAR LE JUGEMENT ATTAQUE EN DATE DU 5 JUILLET 1974, LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE A STATUE SUR LESDITES REQUETES;
CONSIDERANT QUE LES DEROGATIONS QUI PEUVENT ETRE ACCORDEES PAR LE PREFET AUX REGLES RELATIVES A LA CREATION DES OFFICINES PHARMACEUTIQUES, TELLES QU'ELLES RESULTENT DES ALINEAS 1 A 4 DE L'ARTICLE L. 571 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE MODIFIE PAR LE DECRET DU 22 DECEMBRE 1965, NE SONT LEGALES, EN VERTU DE L'ALINEA 5 DE CET ARTICLE, QU'AUTANT QU'ELLES SONT EXIGEES PAR LES BESOINS DE LA POPULATION; QU'IL RESSORT DES PIECES DU DOSSIER QUE L'OFFICINE EXISTANT DANS LE QUARTIER DE LA MARINE SUFFISAIT, A LA DATE A LAQUELLE UNE DEROGATION A ETE ACCORDEE AU SIEUR X..., A SATISFAIRE LES BESOINS DE LA POPULATION DE CE QUARTIER ET DE SON VOISINAGE IMMEDIAT; QUE C'EST DES LORS A BON DROIT QUE LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE A ANNULE L'ARRETE DU PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE EN DATE DU 7 FEVRIER 1972;
DECIDE : ARTICLE 1ER - LE RECOURS DU MINISTRE DE LA SANTE EST REJETE. ARTICLE 2 - LES DEPENS SERONT SUPPORTES PAR L'ETAT. ARTICLE 3 - EXPEDITION DE LA PRESENTE DECISION SERA TRANSMISE AU MINISTRE DE LA SANTE.

Références :

Code de la santé publique L571 al. 1 à 4
Code de la santé publique L571 al. 5
Décret 1965-12-22


Publications :

Proposition de citation: CE, 08 décembre 1976, n° 96528
Mentionné aux tables du recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Heumann
Rapporteur ?: M. Legatte
Rapporteur public ?: M. G. Guillaume

Origine de la décision

Formation : 2 / 6 ssr
Date de la décision : 08/12/1976

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.