Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 5 / 3 ssr, 07 avril 1978, 01697

Imprimer

Sens de l'arrêt : Annulation partielle
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Recours pour excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 01697
Numéro NOR : CETATEXT000007653820 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1978-04-07;01697 ?

Analyses :

AGRICULTURE - EXPLOITATIONS AGRICOLES - CUMULS - CUMULS D'EXPLOITATIONS - Société - Autorisation de droit.

03-03-03-01 Autorisation d'exploitation accordée à une société civile immobilière familiale et agricole. Le seul exploitant parmi les associés de la société n'était pas appelé à bénéficier de la reprise des terres concernées, destinées à être exploitées par son fils, non encore exploitant. Les membres de la société ne se trouvant donc pas en fait, à la date de la décision du préfet, dans une situation impliquant un cumul ou une réunion d'exploitations, l'autorisation demandée était de droit en vertu de l'article 188-5 quatrième alinéa du code rural.


Texte :

VU LA REQUETE PRESENTEE POUR LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE FAMILIALE ET AGRICOLE DE BOISVILLE DONT LE SIEGE SOCIAL EST A BEVILLE-LE-COMTE EURE-ET-LOIR ... POURSUITES ET DILIGENCES DE SON GERANT EN EXERCICE, LADITE REQUETE ENREGISTREE AU SECRETARIAT DU CONTENTIEUX DU CONSEIL D'ETAT, LE 14 JANVIER 1976 ET TENDANT A CE QU'IL PLAISE AU CONSEIL ANNULER LE JUGEMENT EN DATE DU 7 NOVEMBRE 1975 PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'ORLEANS A ANNULE L'ARRETE EN DATE DU 21 NOVEMBRE 1974 PAR LEQUEL LE PREFET D'EURE-ET-LOIR A ACCORDE A LADITE SOCIETE L'AUTORISATION D'EXPLOITER 187 HECTARES CULTIVES PAR LES EPOUX Z..., X... REJETER LA REQUETE DES EPOUX Z... TENDANT A L'ANNULATION POUR EXCES DE POUVOIR DUDIT ARRETE ;
VU L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ; VU LE CODE RURAL ; VU LA LOI DU 30 DECEMBRE 1977 ;
CONSIDERANT QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 188-1, DEUXIEME ALINEA DU CODE RURAL, "TOUTE SOCIETE AYANT POUR OBJET L'EXPLOITATION DE BIENS RURAUX EST TENUE DE SOLLICITER UNE AUTORISATION PREALABLE A SON ENTREE EN JOUISSANCE LORSQU'EN SONT MEMBRES DES PERSONNES QUI SONT DEJA EXPLOITANTS AGRICOLES, SOIT PERSONNELLEMENT, SOIT EN SOCIETE" , ET QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 188-5 QUATRIEME ALINEA "L'AUTORISATION EST DE DROIT SI LES MEMBRES DE LA SOCIETE NE SE TROUVENT PAS EN FAIT DANS UNE SITUATION IMPLIQUANT UN CUMUL OU UNE REUNION D'EXPLOITATIONS" ;
CONSIDERANT QUE PAR ARRETE EN DATE DU 21 NOVEMBRE 1974, LE PREFET D'EURE-ET-LOIR A ACCORDE A LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE FAMILIALE ET AGRICOLE DE BOISVILLE L'AUTORISATION D'EXPLOITER 187 HECTARES CULTIVES PAR LES EPOUX Z... ; QU'IL RESULTE DE L'INSTRUCTION QUE LE SIEUR LOUIS Y...
A... EXPLOITANT PARMI LES QUATRE ASSOCIES DE LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE FAMILIALE ET AGRICOLE DE BOISVILLE N'ETAIT PAS APPELE A BENEFICIER DE LA REPRISE DES 187 HECTARES LITIGIEUX, ALORS QUE LES TERRES AINSI LIBEREES ETAIENT DESTINEES A N'ETRE EXPLOITEES QUE PAR SON FILS, LE SIEUR DENIS Y..., NON ENCORE EXPLOITANT ; QU'AINSI L'AUTORISATION DEMANDEE ETAIT DE DROIT, LES MEMBRES DE LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE NE SE TROUVANT PAS EN FAIT, A LA DATE DE L'ARRETE DU 21 NOVEMBRE 1974, DANS UNE SITUATION IMPLIQUANT UN CUMUL OU UNE REUNION D'EXPLOITATIONS ;
CONSIDERANT QU'IL RESULTE DE CE QUI PRECEDE QUE LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE FAMILIALE ET AGRICOLE DE BOISVILLE EST FONDEE A SOUTENIR QUE C'EST A TORT QUE PAR LE JUGEMENT ATTAQUE LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'ORLEANS A ANNULE L'ARRETE DU PREFET D'EURE-ET-LOIR EN DATE DU 21 NOVEMBRE 1974 ;
SUR LES DEPENS DE PREMIERE INSTANCE : CONSIDERANT QUE LE JUGEMENT DU TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'ORLEANS EN DATE DU 7 NOVEMBRE 1975 A ETE RENDU AVANT L'ENTREE EN VIGUEUR DE LA LOI DU 30 DECEMBRE 1977 ; QU'IL Y A LIEU DANS LES CIRCONSTANCES DE L'AFFAIRE DE METTRE LES SOMMES QUI ONT PU ETRE VERSEES A TITRE DE DEPENS DE PREMIERE INSTANCE A LA CHARGE DES EPOUX Z... ;
DECIDE ARTICLE 1ER : LES ARTICLES 2 ET 3 DU JUGEMENT DU TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'ORLEANS EN DATE DU 7 NOVEMBRE 1975 SONT ANNULES. ARTICLE 2 : LA REQUETE PRESENTEE PAR LES EPOUX Z... DEVANT LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'ORLEANS EST REJETEE. ARTICLE 3 : LES SOMMES QUI ONT PU ETRE VERSEES A TITRE DE DEPENS DE PREMIERE INSTANCE SONT MISES A LA CHARGE DES EPOUX Z.... ARTICLE 4 : EXPEDITION DE LA PRESENTE DECISION SERA TRANSMISE AU MINISTRE DE L'AGRICULTURE.

Références :

Code rural 188-1 al. 2
Code rural 188-5 al. 4
LOI 1977-12-30


Publications :

Proposition de citation: CE, 07 avril 1978, n° 01697
Mentionné aux tables du recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Heumann
Rapporteur ?: M. Vigouroux
Rapporteur public ?: M. Galabert

Origine de la décision

Formation : 5 / 3 ssr
Date de la décision : 07/04/1978

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.