Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 7 / 9 ssr, 25 mai 1979, 14461

Imprimer

Sens de l'arrêt : Réformation droits maintenus
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 14461
Numéro NOR : CETATEXT000007614857 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1979-05-25;14461 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - IMPOTS SUR LES REVENUS ET BENEFICES - REVENUS ET BENEFICES IMPOSABLES - REGLES PARTICULIERES - BENEFICES NON COMMERCIAUX - DETERMINATION DU BENEFICE IMPOSABLE - Recettes - Sommes laissées en dépôt chez un notaire [non].

19-04-02-05-02 Les soldes créditeurs des "comptes clients" tenus dans la comptabilité d'un notaire correspondent à des sommes détenues par celui-ci pour le compte de ses clients. Alors même que ces sommes seraient détenues depuis plus de trois mois, en infraction à la règle du dépôt obligatoire à la caisse des dépôts et consignations, il n'en résulterait pas nécessairement qu'elles n'ont pas été maintenues à juste titre au crédit des comptes de clients. Les soldes créditeurs dont s'agit ne constituent pas, dès lors, des recettes de l'étude.


Texte :

RECOURS DU MINISTRE DU BUDGET TENDANT 1. A LA REFORMATION DU JUGEMENT DU 30 MAI 1978 EN TANT QUE LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PAU A ACCORDE A M. X. UNE REDUCTION DE L'IMPOT SUR LE REVENU AUQUEL IL A ETE ASSUJETTI AU TITRE DE L'ANNEE 1970 ; 2. A CE QUE L'IMPOSITION CONTESTEE SOIT INTEGRALEMENT REMISE A LA CHARGE DE M. X. ; 3. A CE QUE SOIT DECIDE A TITRE SUBSIDIAIRE QUE LE DEGREVEMENT ACCORDE PAR LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF SERA LIMITE A LA DIFFERENCE ENTRE LES DROITS CORRESPONDANTS A UNE BASE D'IMPOSITION DE 247 500 F CALCULEE EN FAISANT APPLICATION DE LA MAJORATION PROGRESSIVE ET CEUX AUXQUELS LE CONTRIBUABLE A ETE ASSUJETTI ; VU LE CODE GENERAL DES IMPOTS ; L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 : LA LOI DU 30 DECEMBRE 1977 ;
SUR LES CONCLUSIONS PRINCIPALES DU MINISTRE DU BUDGET : - CONSIDERANT QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 93 DU CODE GENERAL DES IMPOTS : "1 - LE BENEFICE A RETENIR DANS LES BASES DE L'IMPOT SUR LE REVENU EST CONSTITUE PAR L'EXCEDENT DES RECETTES TOTALES SUR LES DEPENSES NECESSITEES PAR L'EXERCICE DE LA PROFESSION" ; CONS. QUE LE MINISTRE NE CONTESTE PAS QUE LES SOLDES CREDITEURS DES "COMPTES-CLIENTS" TENUS DANS LA COMPTABILITE DE L'ETUDE DE M. X. , NOTAIRE A A. , CORRESPONDA IENT A DES SOMMES DETENUES PAR LE CONTRIBUABLE POUR LE COMPTE DE SES CLIENTS ; QUE LA CIRCONSTANCE QUE SEULS ONT ETE REINTEGRES DANS LES BASES D'IMPOSITION LES SOLDES CREDITEURS CORRESPONDANT A DES SOMMES DETENUES DEPUIS PLUS DE TROIS MOIS PAR M. X. , C'EST-A-DIRE EN INFRACTION A L'ARTICLE 15 DU DECRET DU 19 DECEMBRE 1945 MODIFIE QUI PREVOIT LEUR DEPOT OBLIGATOIRE A LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS AU PLUS TARD A L'EXPIRATION DE CE DELAI DE TROIS MOIS, NE SUFFIT PAS A ETABLIR QUE LES SOMMES LITIGIEUSES N'AIENT PAS ETE MAINTENUES A JUSTE TITRE AU CREDIT DES COMPTES DE CLIENTS ; QU'AINSI LES SOLDES CREDITEURS DONT IL S'AGIT NE CONSTITUAIENT PAS DES RECETTES DE L'ETUDE AU SENS DE L'ARTICLE 93 PRECITE ; QUE LE MINISTRE N'EST PAR SUITE PAS FONDE A SOUTENIR QUE C'EST A TORT QUE, PAR LE JUGEMENT ATTAQUE, LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PAU A DECIDE QUE LE BENEFICE IMPOSABLE DE L'ANNEE 1970 DEVAIT ETRE DETERMINE ABSTRACTION FAITE DES SOLDES CREDITEURS DES "COMPTES-CLIENTS" ; SUR LES CONCLUSIONS SUBSIDIAIRES DU MINISTRE : - CONS. QUE L'IMPOSITION SUPPLEMENTAIRE LITIGIEUSE A ETE CALCULEE SANS QU'AIT ETE APPLIQUEE LA MAJORATION QUI A ETE INSTITUEE PAR L'ARTICLE 2-I DE LA LOI DE FINANCES POUR 1969, ET DONT LE TAUX A ETE FIXE POUR LES REVENUS DE L'ANNEE 1970, PAR L'ARTICLE 2-IX DE LA LOI DU 21 DECEMBRE 1970 ; QUE LE MINISTRE EST FONDE, EN APPLICATION DE L'ARTICLE 1955-1 DU CODE GENERAL DES IMPOTS, A DEMANDER QUE LA REDUCTION DECIDEE PAR LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF SOIT COMPENSEE A DUE CONCURRENCE, PAR LA MAJORATION DE COTISATION RESULTANT DES DISPOSITIONS SUSMENTIONNEES ; CALCUL DE L'IMPOT SUR LE REVENU SUR UNE BASE DE 247 500 F EN FAISANT APPLICATION DE LA MAJORATION INSTITUEE PAR L'ARTICLE 2-I DE LA LOI DE FINANCES POUR 1969 ; RETABLISSEMENT AU ROLE POUR L'ANNEE 1970 ; REFORMATION EN CE SENS ; REJET DU SURPLUS .

Références :

CGI 1955 1
CGI 93
Décret 1945-12-19 art. 15
LOI 1970-12-21 art. 2 IX
LOI 68-1172 1968-12-27 art. 2 I


Publications :

Proposition de citation: CE, 25 mai 1979, n° 14461
Publié au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Lasry
Rapporteur ?: Mme Aulagnon
Rapporteur public ?: M. Lobry

Origine de la décision

Formation : 7 / 9 ssr
Date de la décision : 25/05/1979

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.