Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 8 / 7 ssr, 16 novembre 1979, 11345

Imprimer

Sens de l'arrêt : Annulation totale décharge
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 11345
Numéro NOR : CETATEXT000007617551 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1979-11-16;11345 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - TAXES SUR LE CHIFFRE D'AFFAIRES ET ASSIMILES - QUESTIONS COMMUNES - CHAMP D'APPLICATION DES T - C - A - Livraison à soi-même d'immeubles - Article 257-7/ du C - G - I.

19-06-01-01 L'opération par laquelle le propriétaire d'un terrain cède une fraction de celui-ci et reçoit en contrepartie une fraction du bâtiment construit sur ce terrain par les soins et aux frais du cessionnaire ne présente pas le caractère d'une livraison à soi-même entrant dans le champ d'application de l'article 257-7/ du C.G.I.. Application à une espèce où le propriétaire du terrain qui avait obtenu le permis de construire et établi le règlement de co-propriété ainsi que l'état descriptif de division des lots s'est borné, du jour où l'opération a été prise en charge par le cessionnaire du terrain, à souscrire la déclaration d'achèvement des travaux et à demander le certificat de conformité.


Texte :

VU LA REQUETE, ENREGISTREE AU SECRETARIAT DU CONTENTIEUX DU CONSEIL D'ETAT LE 23 FEVRIER 1978, PRESENTEE PAR LES HERITIERS DE M. Y... JEAN , DEMEURANT A PAU PYRENEES-ATLANTIQUES , ET TENDANT A CE QUE LE CONSEIL D'ETAT : - 1. ANNULE LE JUGEMENT DU 13 DECEMBRE 1977 PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PAU A REJETE LEUR DEMANDE TENDANT A LA DECHARGE DE LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE A LAQUELLE ILS ONT ETE ASSUJETTIS A RAISON DE LA LIVRAISON A LUI-MEME PAR M. JEAN Y... D'UNE FRACTION D'UN IMMEUBLE ACHEVE LE 27 FEVRIER 1970, PAR AVIS DE MISE EN RECOUVREMENT DU 7 AOUT 1973 ; - 2. LEUR ACCORDE LA DECHARGE DE L'IMPOSITION CONTESTEE ET LE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE TIMBRE EXPOSES EN PREMIERE INSTANCE ET EN APPEL;
VU LE CODE GENERAL DES IMPOTS ; VU LE CODE DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS ; VU L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ; VU LA LOI DU 30 DECEMBRE 1977 ;
CONSIDERANT QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 257 DU CODE GENERAL DES IMPOTS, SONT PASSIBLES DE LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE "7. LES OPERATIONS CONCOURANT A LA PRODUCTION OU A LA LIVRAISON D'IMMEUBLES... SONT NOTAMMENT VISES... LES LIVRAISONS A SOI-MEME D'IMMEUBLES. - TOUTEFOIS LA LIVRAISON A SOI-MEME D'IMMEUBLES AFFECTES OU DESTINES A ETRE AFFECTES A L'HABITATION POUR LES TROIS QUARTS AU MOINS DE LEUR SUPERFICIE ... N'EST IMPOSEE QUE LORSQU'IL S'AGIT ... D'IMMEUBLES CONSTRUITS AVEC L'INTERVENTION D'UN INTERMEDIAIRE OU D'UN MANDATAIRE ...";
CONSIDERANT QUE, PAR ACTE DU 26 JUILLET 1968, LES EPOUX Y... ONT CEDE A LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE "ALSACE-CARNOT" LES 848 MILLIEMES DE DROITS INDIVIS QU'ILS POSSEDAIENT SUR UN TERRAIN; QU'EN CONTRE-PARTIE DE CETTE CESSION, LADITE SOCIETE S'EST ENGAGEE A PRENDRE A SA CHARGE, AUX LIEU ET PLACE DES EPOUX LARRIEU, LES 152 MILLIEMES DU COUT DE LA CONSTRUCTION, SUR LA TOTALITE DU TERRAIN, D'UN IMMEUBLE A USAGE PRINCIPAL D'HABITATION, ETANT ENTENDU QUE LA SOCIETE REALISERAIT SEULE L'OPERATION DE CONSTRUCTION DE CET IMMEUBLE ET, APRES ACHEVEMENT DE CELLE-CI, REMETTRAIT AUX EPOUX Y... LES LOTS CORRESPONDANT A LEURS DROITS SUR L'IMMEUBLE. QU'IL RESULTE DE L'INSTRUCTION QUE, CONFORMEMENT A SES ENGAGEMENTS, LA SOCIETE "ALSACE-CARNOT", DONT LA GERANTE ETAIT UNE ENTREPRISE DE PROMOTION ET DE CONSTRUCTION IMMOBILIERE, A REALISE LA CONSTRUCTION DE L'IMMEUBLE, EN PRENANT SEULE LA QUALITE DE MAITRE DE X... A L'EGARD DES ARCHITECTES ET DES ENTREPRENEURS, A SUPPORTE L'INTEGRALITE DU COUT DE CETTE CONSTRUCTION ET, APRES ACHEVEMENT DE CELLE-CI LE 27 FEVRIER 1970, A REMIS AUX EPOUX Y... LES LOTS MENTIONNES DANS L'ACTE; QUE M. Y..., QUI AVAIT, ANTERIEUREMENT AU CONTRAT DU 26 JUILLET 1968, OBTENU LE PERMIS DE CONSTRUIRE ET ETABLI LE REGLEMENT DE CO-PROPRIETE AINSI QUE L'ETAT DESCRIPTIF DE DIVISION DES LOTS, S'EST BORNE, DU JOUR OU L'OPERATION ETAIT PRISE EN CHARGE PAR LA SOCIETE "ALSACE-CARNOT", A SOUSCRIRE LA DECLARATION D'ACHEVEMENT DES TRAVAUX ET A DEMANDER LE CERTIFICAT DE CONFORMITE;
CONSIDERANT QU'IL RESSORT DE L'ENSEMBLE DE CES CIRCONSTANCES QUE LES EPOUX Y... DOIVENT ETRE REGARDES COMME AYANT RECU DE LA SOCIETE "ALSACE-CARNOT", EN CONTRE-PARTIE DE LA FRACTION DE TERRAIN CEDE A CETTE SOCIETE, UNE FRACTION DU BATIMENT CONSTRUIT PAR LES SOINS ET AUX FRAIS DE CELLE-CI; QUE CE MODE D'ACQUISITION DE CETTE FRACTION D'IMMEUBLE NE PRESENTE PAS, DANS CES CONDITIONS, LE CARACTERE D'UNE LIVRAISON A SOI-MEME ENTRANT DANS LE CHAMP D'APPLICATION DES DISPOSITIONS PRECITEES DE L'ARTICLE 257-7. DU CODE GENERAL DES IMPOTS; QUE LES HERITIERS DE M. Y... SONT, DES LORS, FONDES A SOUTENIR QUE C'EST A TORT QUE, PAR LE JUGEMENT ATTAQUE, LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PAU A REJETE LEUR DEMANDE EN DECHARGE DE L'IMPOSITION A LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE QUI LEUR AVAIT ETE ASSIGNEE A RAISON DE LA LIVRAISON A SOI-MEME PAR M. Z... IMMOBILIERS DONT IL S'AGIT;
CONSIDERANT QUE, LE JUGEMENT ATTAQUE ETANT ANTERIEUR A L'ENTREE EN VIGUEUR DE LA LOI DU 30 DECEMBRE 1977, IL Y A LIEU, EN OUTRE, DE FAIRE DROIT AUX CONCLUSIONS DES REQUERANTS TENDANT AU REMBOURSEMENT DES FRAIS DE TIMBRE QU'ILS ONT EXPOSES EN PREMIERE INSTANCE; QU'EN REVANCHE ILS NE SAURAIENT OBTENIR LE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE TIMBRE QU'ILS ONT EXPOSES EN APPEL, LEUR REQUETE ETANT POSTERIEURE A L'ENTREE EN VIGUEUR DE LA LOI SUSMENTIONNEE;
DECIDE : ARTICLE 1ER - LE JUGEMENT DU TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PAU EN DATE DU 13 DECEMBRE 1977 EST ANNULE. ARTICLE 2 - LES HERITIERS DE M. JEAN Y... SONT DECHARGES DE LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE A LAQUELLE ILS ONT ETE ASSUJETTIS A RAISON DE LA LIVRAISON A SOI-MEME, PAR M. Y..., D'UNE FRACTION D'UN IMMEUBLE ACHEVE LE 27 FEVRIER 1970 A PAU. ARTICLE 3 - LES FRAIS DE TIMBRE EXPOSES EN PREMIERE INSTANCE PAR LES HERITIERS DE M. Y... ET S'ELEVANT A 35,25 F LEUR SERONT REMBOURSES. ARTICLE 4 - LA PRESENTE DECISION SERA NOTIFIEE AUX HERITIERS Y... ET AU MINISTRE DU BUDGET.

Références :

CGI 257 7
LOI 1977-12-30


Publications :

Proposition de citation: CE, 16 novembre 1979, n° 11345
Mentionné aux tables du recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Lasry
Rapporteur ?: M. Schricke
Rapporteur public ?: M. Fabre

Origine de la décision

Formation : 8 / 7 ssr
Date de la décision : 16/11/1979

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.