Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, Section, 25 juillet 1980, 15363

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Recours pour excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 15363
Numéro NOR : CETATEXT000007673238 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1980-07-25;15363 ?

Analyses :

ACTES LEGISLATIFS ET ADMINISTRATIFS - VALIDITE DES ACTES ADMINISTRATIFS - COMPETENCE - POUVOIR DISCRETIONNAIRE ET COMPETENCE LIEE - Compétence liée - Radiation des cadres d'un agent public frappé par le juge pénal d'une interdiction temporaire de toute fonction ou emploi public.

01-02-07, 36-10-09 Un tribunal correctionnel a condamné un agent des P.T.T. à une peine de prison, et décidé, par application de l'article 775-1 du code de procédure pénale, que cette condamnation ne devrait pas figurer au bulletin n. 2 du casier judiciaire. Le même jugement prononce également à l'encontre de l'intéressé l'interdiction, prévue à l'article 187, alinéa 1, du code pénal, de toute fonction ou emploi public pendant cinq ans. Il ressort clairement des termes du jugement que la non-inscription au bulletin n. 2 du casier judiciaire ne vise pas cette interdiction, laquelle n'est donc pas affectée par les dispositions de l'article 775-1 du code de procédure pénale. Au vu de cette condamnation, le secrétaire d'Etat aux P.T.T. était tenu de prescrire la radiation des cadres de l'intéressé.

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - CESSATION DE FONCTIONS - RADIATION DES CADRES - Compétence liée - Agent public frappé par le juge pénal d'une interdiction temporaire de toute fonction ou emploi public.


Texte :

VU LA REQUETE ENREGISTREE AU SECRETARIAT DU CONTENTIEUX DU CONSEIL D'ETAT LE 7 DECEMBRE 1978, PRESENTEE PAR M.TUSSEAU RENE DEMEURANT ... A CHEMILLY-SUR-YONNE, A SEIGNELAY YONNE ET TENDANT A CE QUE LE CONSEIL D'ETAT : 1 ANNULE LE JUGEMENT EN DATE DU 2 OCTOBRE 1978 PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON A REJETE SA REQUETE TENDANT A L'ANNULATION DE L'ARRETE EN DATE DU 5 MAI 1977 PAR LEQUEL LE SECRETAIRE D'ETAT AUX POSTES ET TELECOMMUNICATIONS L'A RAYE DES CADRES ; 2 ANNULE POUR EXCES DE POUVOIR LEDIT ARRETE ; VU LE CODE PENAL ; VU LE CODE DE PROCEDURE PENALE ; VU LE CODE DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS ; VU L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ; VU LA LOI DU 30 DECEMBRE 1977 ;
T.E. CONSIDERANT QUE, PAR JUGEMENT EN DATE DU 25 FEVRIER 1977 QUI CONDAMNE M.TUSSEAU A UNE PEINE DE PRISON LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE SENS A PAR APPLICATION DE L'ARTICLE 775-1 DU CODE DE PROCEDURE PENALE, DECIDE QUE CETTE CONDAMNATION NE DEVRAIT PAS FIGURER AU BULLETIN N 2 DU CASIER JUDICIAIRE ; QUE LE MEME JUGEMENT PRONONCE EGALEMENT A L'ENCONTRE DE L'INTERESSE L'INTERDICTION, PREVUE A L'ARTICLE 187-1 ALINEA DU CODE PENAL, DE TOUTE FONCTION OU EMPLOI PUBLIC PENDANT CINQ ANS ; QU'IL RESSORT CLAIREMENT DES TERMES DU JUGEMENT QUE LA NON-INSCRIPTION AU BULLETIN N 2 DU CASIER JUDICIAIRE NE VISE PAS CETTE INTERDICTION, LAQUELLE N'EST DONC PAS AFFECTEE PAR LES DISPOSITIONS DE L'ARTICLE 775-1 DU CODE DE PROCEDURE PENALE ; CONSIDERANT QU'AU VU DE CETTE CONDAMNATION, LE SECRETAIRE D'ETAT AUX POSTES ET TELECOMMUNICATIONS NE POUVAIT QUE PRESCRIRE LA RADIATION DES CADRES DE M.TUSSEAU PAR L'ARRETE ATTAQUE DU 5 MAI 1977 ; QUE LES MOYENS DIRIGES CONTRE CETTE DECISION SONT INOPERANTS ; QUE PAR SUITE M.TUSSEAU N'EST PAS FONDE A SOUTENIR QUE C'EST A TORT QUE LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON A REJETE SA DEMANDE D'ANNULATION DE L'ARRETE SUSVISE ;
DECIDE : ARTICLE 1ER - LA REQUETE DE M.TUSSEAU EST REJETEE. ARTICLE 2 - LA PRESENTE DECISION SERA NOTIFIEE A M.TUSSEAU ET AU SECRETAIRE D'ETAT AUX POSTES ET TELECOMMUNICATIONS.

Références :

Arrêté 1977-05-05 Postes et Télécommuniocations Decision attaquée Confirmation
Code de procédure pénale 775-1
Code pénal 187 al. 1


Publications :

Proposition de citation: CE, 25 juillet 1980, n° 15363
Publié au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Heumann
Rapporteur ?: Mme Grévisse
Rapporteur public ?: M. Galabert

Origine de la décision

Formation : Section
Date de la décision : 25/07/1980

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.